Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Québec en jeu

 | 
Gérard Daigle

Deuxième partie — Le social

Chapitre 12. La résistible ascension de la bourgeoisie québécoise

François Moreau

Texte intégral

1En 1936, Victor Barbeau publia Mesure de notre taille, ouvrage qu’il aurait pu aussi bien intituler Mesure de sa faiblesse, pour parler de la bourgeoisie francophone au Québec et au Canada. En effet, elle était carrément inexistante dans nombre de secteurs d’activité économique à cette époque. Un quart de siècle plus tard, cette situation n’avait guère changé. La Révolution tranquille trouva la bourgeoisie francophone rachitique et cantonnée aux secteurs les moins dynamiques. Dans les années soixante, Marcel Rioux proposa la notion de « classe ethnique » pour caractériser le peuple québécois, qui semblait dépourvu de bourgeoisie, à quelques exceptions près. André Raynauld devait en apporter la confirmation empirique dans son ouvrage de 1970, La propriété des entreprises au Québec, qui établissait à 16 % la proportion du secteur manufacturier québécois sous contrôle francophone en 1961.

2Au cours des années soixante-dix, cependant, il est devenu évident que la bourgeoisie francophone connaissait une période de renforcement. L’analyse et l’interprétation de ce phénomène, ses causes et ses conséquences, en rapport avec la question nationale du Québec, allait devenir une des préoccupations majeures des sciences sociales au Québec au tournant des années quatre-vingt et faire les beaux jours des débats à l’UQAM. Fallait-il parler de bourgeoisie québécoise, ou n’y voir que l’aile francophone de la bourgeoisie canadienne ? Cette classe ou fraction de classe était-elle ou aurait-elle dû être souverainiste, autonomiste, fédéraliste ? Le débat fit rage pendant plusieurs années. Parmi les contributions majeures de cette période, notons celles de Fournier (1978 et 1981) sur la nature de la bourgeoisie québécoise ; celles de Niosi (1978 et 1980) sur la bourgeoisie canadienne-française, et celle de Sales (1980) sur la bourgeoisie industrielle au Québec. Nous avons également écrit un ouvrage sur le capital financier québécois (1981), dans lequel nous adoptons la thèse de la bourgeoisie québécoise. Mentionnons également l’œuvre de Bélanger et Fournier et de leurs collaborateurs (1987) sur l’entreprise québécoise, qui se place dans la même génération, malgré sa publication plus tardive, car l’analyse va jusqu’en 1981.

3Pour ces auteurs, la bourgeoisie québécoise forme un ensemble articulé autour d’un noyau financier distinct appuyé par l’État provincial. Bien qu’essentiellement francophone, elle peut inclure certains groupes anglophones ou allophones, comme l’ancien Steinberg, qui s’insèrent dans son réseau financier selon certaines analyses. Par contre, elle ne comprend pas les entreprises de propriété francophone clairement insérées dans le réseau financier de la bourgeoisie canadienne, comme Power Corporation. Il y a une zone grise à la frontière entre ces deux bourgeoisies, et certaines entreprises peuvent transiter de l’une à l’autre, mais on peut clairement identifier leur noyau central et tracer leurs frontières approximatives. En pratique, l’insertion dans le réseau financier québécois se traduit habituellement par la composition principalement francophone du conseil d’administration, généralement retenue comme critère de classification dans les études empiriques.

4Au cours des années quatre-vingt, justement, les grands débats sur la structure de la bourgeoisie ont largement fait place à des recherches de caractère davantage appliqué. Le Conseil de la langue française commanditait une série de recherches sur la place du français dans l’économie, qui débouchait sur quelques publications importantes. Champagne publiait en 1983 un petit ouvrage sur la présence francophone parmi les hauts dirigeants de grandes entreprises au Québec en 1982. Sales et Bélanger (1985) firent le point sur la réalité des cadres au Québec. Vaillancourt et Raynauld (1984) publiaient une nouvelle étude sur l’appartenance des entreprises au Québec, portant sur l’année 1978. Ce travail fut mis à jour en 1989, pour l’année 1987.

5Pendant ce temps, la montée de la bourgeoisie québécoise perçait dans les grands médias, et plusieurs journalistes y allaient de contributions remarquées. Fraser (1987), du Globe and Mail, brossa le tableau d’une bourgeoisie québécoise partie à l’assaut des sommets de la finance et de l’industrie dans Québec Inc. Pelletier (1989) fit de son côté la petite histoire des grandes manœuvres de la Caisse de dépôt. Dans la même catégorie d’ouvrages se trouve un livre remarquable, Les guerriers de l’émergence, une longue apologie de la bourgeoisie ascendante au Québec. Le journal Les Affaires a aussi publié plusieurs éditions successives de ses Profils d’entreprises québécoises, ainsi qu’un cahier spécial annuel depuis 1981 sur les plus grandes entreprises. Du côté du journal Finance, on pouvait noter une compilation annuelle sur « Les plus grandes entreprises à contrôle québécois », de même qu’un Guide des entreprises inscrites à la Bourse, du journaliste Bérubé.

6Vers la fin des années quatre-vingt, les grands médias de masse se sont mis à parler couramment de la reconquête de notre économie et du rapatriement des centres de décision comme faits accomplis ou en voie de l’être. La perception du public a connu un renversement complet, de la domination anglophone à la domination francophone sur l’économie du Québec. Il ne fait pas de doute que ceci a contribué à faire pencher une partie de l’opinion vers la thèse souverainiste, qui lui paraît davantage réaliste et réalisable s’il existe un fort secteur d’entreprises québécoises.

7On peut toutefois se demander dans quelle mesure cette perception est conforme à la réalité. L’ascension incontestable de la bourgeoisie québécoise au cours des années soixante-dix et quatre-vingt a-t-elle apporté des changements de nature qualitative ou seulement quantitative ? Cette bourgeoisie a-t-elle vraiment acquis une position dominante dans l’économie du Québec ? Son renforcement récent repose-t-il sur des bases solides et peut-il se poursuivre encore longtemps ? Voilà les questions auxquelles nous proposerons des réponses dans les pages qui suivent.

Progression d’ensemble et faiblesses sectorielles

8On peut d’abord dresser un tableau global de la place des francophones dans l’économie du Québec grâce aux études successives de Raynauld ou de Vaillancourt sur l’appartenance des entreprises. Ces études montrent que la proportion de l’emploi total offert par les entreprises et établissements sous contrôle francophone est passée de 47,1 % en 1961 à 54,8 % en 1978 et à 61,6 % en 1987. La progression est claire et frappante, car il s’agit d’une variable « lourde », qui évolue normalement avec une lenteur quasi géologique. Alors que la majorité de la population active travaillait dans des établissements sous contrôle anglophone en 1961, ce qui entretenait l’image de la « classe ethnique », une majorité des trois cinquièmes travaillait sous contrôle francophone en 1987. Ce renversement ne peut manquer d’affecter la conscience collective à la longue, et particulièrement l’articulation du national et du social dans les enjeux politiques. Cependant, l’évolution globale recouvre des transformations sectorielles inégales qu’il vaut la peine de regarder plus en détail.

Tableau 1. Emploi dans les entreprises francophones en 1961, 1978 et 1987 (secteurs choisis, en pourcentage du total de l’emploi)

1961

1978

1987

Var, 61-78

Var, 78-87

Mines

6,5

17,0

35,0

+ 10,5

+ 18,0

Fabrication

21,7

27,8

39,3

+ 6,1

+ 11,5

Finances

25,8

44,8

58,2

+ 19,0

+ 13,4

Services

71,4

75,0

75,7

+ 3,6

+ 0,7

Administration publique

51,8

67,2

67,0

+ 15,4

-0,2

Total

47,1

54,8

61,6

+ 7,7

+ 6,8

Sources : Raynauld et Vaillancourt (1984) ; Vaillancourt et Carpentier (1989).

9Ce tableau parle de lui-même, mais il appelle quand même les commentaires suivants. En 1961 déjà, le secteur des services contribuait puissamment à relever la proportion globale de l’emploi sous contrôle francophone, et cela restait vrai en 1978 et en 1987, mais la progression d’ensemble provient surtout d’autres secteurs. De 1961 à 1978, la palme revient à la finance et à l’administration publique, ce qui reflète le renforcement de l’appareil d’État provincial d’une part, l’affirmation du mouvement coopératif et des institutions financières québécoises d’autre part, pendant que le secteur manufacturier enregistre une progression très modeste qui laisse l’entreprise francophone en position largement minoritaire. Au cours de la période 1978-1987 par contre, la progression du contrôle francophone accélère dans la fabrication, ralentit dans la finance et s’arrête complètement dans l’administration publique, en raison des politiques d’austérité des années quatre-vingt et de la situation constitutionnelle. Il y a longtemps que Québec n’a plus récupéré de nouvelles juridictions !

La haute finance québécoise

10Si tous les secteurs affichent une progression du contrôle francophone de 1961 à 1987, le seul grand secteur où une domination anglophone initiale a été renversée est celui de la finance. On ne peut assez souligner l’importance de ce renversement, car le secteur financier n’est pas un secteur comme les autres, mais un secteur dont tous les autres dépendent. Aussi bien les analyses libérales que marxistes ou simplement managériales soulignent l’importance décisive des sources de financement externe pour la croissance des entreprises, voire pour leur survie pendant les conjonctures difficiles. L’autonomie politique du gouvernement du Québec et sa capacité de soutenir les entreprises québécoises sont également fonction de sa marge de manœuvre financière. Nous n’en dirons pas davantage, car cet aspect de la question a été largement discuté ailleurs.

11Toutefois, la situation mérite un examen plus approfondi, avant que Ton puisse conclure purement et simplement à la « reconquête » du secteur financier par des intérêts québécois francophones. En effet, la progression déjà relevée sur le plan de l’emploi ne se traduit guère sur le plan des actifs contrôlés, comme on peut le constater dans le tableau suivant.

Tableau 2. Actif des institutions financières au Québec en 1989 (en milliards de dollars)

Francophones

Total

Actif des francophones
(en pourcentage)

Actif des francophones en 1979
(en pourcentage)

Banques

25,0

69,8

36

38

Caisses d’épargne

37,3

37,3

100

100

Fiducies ; propres

9,6

16,6

57

52

Fiducies : gérés

36,1

62,1

58

52

Cies d’assurance

12,7

41,3

31

32

Caisse de dépôt

30,8

30,8

100

100

Total

151,5

257,9

59

57

Sources : Bureau de la statistique du Québec (1990) ; Inspecteur général des institutions financières (1990) ; Surintendant général des assurances (1990) ; Statistique Canada (1990) ; Les 500 plus grandes entreprises au Québec, 1990 ; rapports annuels ; pour l’année 1979 : Moreau (1981).

12Ces résultats peuvent surprendre, car ils contredisent l’image d’une percée financière francophone dans les années quatre-vingt. La véritable percée avait déjà eu lieu pendant les deux décennies précédentes, et les années quatre-vingt auront vu peu de changement dans la position relative des institutions francophones, bien qu’elle soit devenue peut-être plus visible, en raison de l’orientation plus active de la Caisse de dépôt, dans les années quatre-vingt, sous la direction de Jean Campeau. Le Mouvement Desjardins a également poursuivi son expansion dans des secteurs d’activité nouveaux pour lui, ce qui peut avoir contribué à la perception générale.

13Comment expliquer le fossé apparent entre la progression importante de l’emploi sous contrôle francophone dans le secteur financier entre 1978 et 1987, et la stabilisation virtuelle des parts du marché entre 1979 et 1989 ? Plusieurs explications s’offrent. Au cours des années quatre-vingt, Montréal a achevé de perdre le rôle qu’elle jouait encore comme centre décisionnel pour plusieurs banques et compagnies d’assurance canadiennes. Ceux des sièges sociaux qui n’ont pas été transférés à Toronto ont été ravalés au rang d’adresse officielle, réduits dans les faits à gérer les activités québécoises de ces sociétés. Ceci a entraîné une perte d’emplois difficile à chiffrer, mais certainement substantielle, qui ne reflétait pas nécessairement un recul proportionnel de leur part du marché financier québécois.

14Un autre facteur à considérer, c’est la progression des intérêts francophones dans certains domaines d’activité intensifs en main-d’œuvre, qui créent un nombre d’emplois disproportionné aux actifs qu’ils contrôlent. Dans le secteur immobilier par exemple, les firmes francophones sont passées de 19 % à 41 % du nombre d’emplois donnés dans la compilation annuelle du journal Les Affaires, de 1983 à 1989. La présence francophone semble également avoir progressé dans les maisons de courtage. À l’inverse, la Caisse de dépôt contrôle un actif de 34 milliards (dont 31 au Québec) avec tout juste 250 employés, mais ce facteur était déjà à l’œuvre en 1979, quand la Caisse avait une centaine d’employés pour un actif de 10 milliards.

15La lenteur de la progression relative des institutions financières sous contrôle francophone, en termes d’actif, semble résulter de la combinaison d’une série de facteurs et circonstances. En premier lieu, il faut noter la décélération importante de la Caisse de dépôt, attribuable au fait que le principal régime dépositaire, celui des rentes, est devenu déficitaire et retire des fonds de la Caisse depuis 1983, au lieu d’y apporter des contributions nettes. Le rythme annuel de progression de l’actif de la Caisse est tombé à 12 % dans les années quatre-vingt, contre une moyenne de près de 30 % une décennie auparavant, et la chute aurait été plus profonde encore si le gouvernement du Québec n’avait relevé les taux de contribution au régime des rentes.

16Par ailleurs, la Banque nationale du Canada a connu plus que sa part de difficultés dans la première moitié des années quatre-vingt. Au moment où il lui fallait digérer la fusion de la Banque provinciale et de la Banque canadienne nationale, opération délicate dans les meilleures des circonstances, elle a été frappée simultanément par la récession de 1981-1982 et par la crise de l’endettement du Tiers-Monde. Les prêts souverains en danger représentaient à un certain moment une fois et demie le capital de la banque, la proportion la plus élevée parmi les grandes banques canadiennes. L’heure était donc à la consolidation plutôt qu’à l’expansion rapide. La Banque Laurentienne a également traversé plusieurs années creuses dans sa mutation laborieuse de banque d’épargne en banque à charte. Par ailleurs, les banques canadiennes-anglaises ont lancé une contre-offensive au Québec dans la deuxième moitié des années quatre-vingt pour reprendre des parts du marché, avec un succès relatif, mais non complètement nul. Voilà qui rend compte du fléchissement marginal observé dans la part québécoise francophone de l’actif bancaire au Québec.

17Dans le domaine des assurances, il a suffi de la vente du Groupe Commerce à des intérêts hollandais pour réduire la part de marché des entreprises québécoises francophones de 37 % à 33 %, en termes de primes directes souscrites, car le Groupe Commerce est la plus grande compagnie d’assurances générales au Québec. Cette seule transaction renversait la lente progression enregistrée jusque-là dans les années quatre-vingt et ramenait les firmes sous contrôle francophone légèrement en-dessous de leur part relative de 1979. Elle illustrait également la fragilité du capital québécois dans le contexte de la mondialisation ; on y reviendra.

18Si les institutions financières sous contrôle francophone ont néanmoins réussi à maintenir leur part globale du marché financier et même à l’améliorer légèrement, c’est principalement grâce à la poussée importante des compagnies de fiducie francophones, dont l’actif a plus que quintuplé dans les années quatre-vingt. D’après nos estimations, leur part est passée de 52 % à 58 % dans la dernière décennie ; la somme de l’actif propre et des biens gérés par elles a grimpé de 8,3 milliards en 1979 à 45,8 milliards en 1989. Même dans ce domaine toutefois, les entreprises francophones trouvent la concurrence difficile à soutenir. Le Groupe Coopérants vendait récemment sa filiale fiduciaire au groupe Prenor, basé à Halifax ; un actif et des biens gérés d’environ un milliard repassait sous contrôle canadien-anglais.

19La fameuse reconquête du secteur financier reste donc inachevée. Il reste un actif financier de plus de cent milliards sous contrôle d’institutions canadiennes ou étrangères dans l’économie du Québec, et leur position relative se maintient assez bien. De plus, ceci comprend encore plus de la moitié des prêts aux entreprises, qui jouent un rôle autrement plus stratégique que le crédit à la consommation ou le prêt hypothécaire. Il est difficile de présenter une estimation précise en la matière, car la BNC ne donne pas de ventilation par province de ses prêts aux entreprises, mais la répartition des prêts aux entreprises au Québec en 1989 était grosso modo de 45 % pour les institutions financières québécoises francophones, 45 % pour les canadiennes anglophones et 10 % pour les filiales de banques étrangères.

La mondialisation

20Par ailleurs, on ne peut guère se contenter de regarder la position relative des institutions financières dans les limites du Québec, quand la globalisation des marchés fait à toutes fins utiles sauter les frontières, non seulement entre provinces, mais entre pays et continents. Au cours de la dernière décennie, les institutions financières francophones ont participé au mouvement pour se développer à l’extérieur du Québec, ce qu’elles trouvent plus facile que de refouler davantage leurs concurrentes anglophones ou étrangères au Québec même. La BNC développe méthodiquement sa présence au Canada anglais et renforce son réseau de bureaux à l’étranger, qui couvre maintenant onze pays, dont le Japon, le Brésil, la Corée, Hong Kong et Singapour. Mais l’effort principal porte sur les États-Unis, où la BNC a récemment fait l’acquisition d’un important portefeuille de prêts commerciaux de la Bank of New England, qui était en difficulté. La Laurentienne est depuis longtemps présente aux États-Unis à travers la Loyal American Life, et dans plusieurs pays d’Europe par l’intermédiaire de l’Imperial Life, sa filiale torontoise. L’Industrielle-Alliance compte également d’importantes filiales canadiennes-anglaises, la National Life et la North-West Life.

21Même les institutions les plus nationalistes par vocation se sont rendues à la logique de la mondialisation des marchés financiers, contribuant ainsi à la « saignée » de l’épargne québécoise, tant décriée dans le passé. La Caisse de dépôt elle-même a commencé à investir en actions et en obligations internationales, et son portefeuille dépassait les trois milliards en 1989. Même le Mouvement Desjardins s’est converti aux vertus de l’expansion à l’extérieur. Il a absorbé ses petites sœurs coopératives de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et du Manitoba, et la Caisse centrale Desjardins s’est établie à Toronto, au milieu des vexations mesquines de l’administration ontarienne.

22Globalement, on peut évaluer à près de trente milliards l’actif détenu à l’extérieur du Québec par six institutions financières québécoises en 1989, soit la BNC (14,1 milliards), la Laurentienne (6,7 milliards), la Caisse de dépôt (3,4 milliards), l’industrielle-Alliance (2,1 milliards), le Trust Général du Canada (1,5 milliard) et le Mouvement Desjardins (1,4 milliard). En 1979, nous avions estimé à 7,5 milliards l’actif étranger de la BNC et de la Laurentienne, les seules qui comptaient vraiment en la matière à l’époque. La progression est frappante. Pourtant, cela reste bien inférieur à la présence extérieure sur le marché financier québécois, et bien modeste sur un marché financier mondial qui se compte en trillions. La Banque Royale à elle seule dispose d’actifs internationaux supérieurs à ceux du secteur financier québécois dans sa totalité. Pour ne rien dire des banques japonaises ! De plus, l’acquisition du Groupe Commerce par des intérêts hollandais est venue rappeler que la mondialisation se fait dans les deux directions, et le capital québécois est un joueur bien mineur sur la grande patinoire planétaire.

La grande entreprise

23Même si elle n’a guère progressé dans les années quatre-vingt, la force relative des institutions financières québécoises francophones a sans doute contribué au renforcement visible des grandes entreprises non financières francophones, qui ont pu exploiter une variété plus grande de sources de financement capables de réunir des fonds importants. L’approche interventionniste de la Caisse de dépôt l’a amené à rassembler des sommes importantes en différentes occasions, dépassant même le milliard dans le cas de la lutte pour l’acquisition de Steinberg. Le Mouvement Desjardins a donné la priorité au prêt commercial, au point de devenir le plus grand prêteur individuel au Québec, avec 6,2 milliards en 1989. La Banque Laurentienne aussi s’est engagée dans cette voie auparavant interdite à la Banque d’épargne, et les compagnies de fiducie ont aussi été autorisées à faire des prêts commerciaux. Les banques étrangères, autorisées depuis 1981 au Canada, se sont également concentrées sur le prêt commercial en visant les PME. Les banques canadiennes doivent aussi tenir compte d’un contexte où elles ont perdu leur monopole collectif d’antan sur le prêt commercial. Tout ceci a sans doute contribué au renforcement rapide de la grande entreprise francophone.

24L’augmentation du nombre d’entreprises sous contrôle francophone ayant mille employés et plus au Québec a été d’autant plus frappante que le nombre total des entreprises de cette catégorie a légèrement diminué entre 1981 et 1990. La récession de 1982 a entraîné des coupes sombres que la reprise de 1983-1990 a tout juste compensées, tout en apportant des changements majeurs dans la distribution sectorielle des grandes entreprises, au détriment des mines et de la fabrication, et au profit de la finance et des services.

25Le contrôle francophone reste pourtant minoritaire dans la grande entreprise. Si l’emploi francophone compte maintenant pour 62 % du total, comme on Ta vu plus haut, c’est en raison du secteur public d’une part, des PME de l’autre. La proportion d’entreprises sous contrôle francophone semble progresser à mesure que la taille de l’entreprise diminue. Ainsi, les entreprises francophones comptent pour 35 % des 100 premières de la liste annuelle du journal Les Affaires, 47 % des 100 suivantes, et 53 % des 300 dernières. Les données sur la francisation des entreprises apportent une autre illustration de ce phénomène : 72 % des entreprises comptant de 50 à 99 employés détenaient leur certificat de francisation en 1989, contre 56 % des entreprises de plus de 100 employés.

Tableau 3. Entreprises francophones ayant mille employés et plus au Québec en 1976, 1981 et 1990

Tableau 3. Entreprises francophones ayant mille employés et plus au Québec en 1976, 1981 et 1990

* En ajoutant le Mouvement Desjardins, exclu par Champagne à cause de son régime juridique.
Sources :
(1) Sauvé, cité dans Champagne (1983, p. 22) ;
(2) Champagne (1983) ;
(3) Les 500 plus grandes entreprises au Québec (1991). Nous nous sommes efforcés d’appliquer les mêmes critères que Champagne, à l’exception du cas mentionné ci-dessus, pour rendre les données comparables.

26Ceci nous amène à relativiser le phénomène de la croissance de l’emploi sous contrôle francophone dans les années quatre-vingt, dans la mesure où cela reflète en partie le déplacement relatif de l’emploi vers les PME, où le contrôle francophone est plus élevé. Il ne s’agit pas de nier que ce phénomène soit un développement important pour la société québécoise, mais il s’agit de le situer correctement pour mieux comprendre ses causes et conséquences. Si la grande majorité de la main-d’œuvre travaille maintenant pour des patrons qui parlent français, le grand capital, lui, parle encore surtout anglais.

Les entreprises émergentes

27On peut également se demander dans quels secteurs s’est faite cette progression de la grande entreprise francophone dans les années quatre-vingt. Le tableau suivant montre l’évolution de la présence francophone dans les entreprises de mille employés et plus, par grand secteur, entre 1981 et 1989.

Tableau 4. Entreprises ayant mille employés et plus au Québec, par secteur, francophones et total (1981 et 1990)

Tableau 4. Entreprises ayant mille employés et plus au Québec, par secteur, francophones et total (1981 et 1990)

* À l’exclusion de l’agro-alimentaire.
Sources : Pour 1981, Champagne (1983). Pour 1990, Les 500 plus grandes entreprises au Québec (1991), notre compilation.

28S’il y a progression de la grande entreprise francophone dans tous les grands secteurs recensés, sauf les mines, le seul où l’on observe un renversement de la domination anglophone est celui de l’agro-alimentaire. Multimarque et Olympia accèdent au club des mille, et Steinberg passe sous contrôle francophone, pendant que certaines sociétés canadiennes-anglaises réduisent leur activité et glissent sous la barre des mille, ce qui est également le cas des Pêcheurs Unis du Québec. Ce résultat est davantage attribuable à la main très visible de la Caisse de dépôt qu’à la main invisible d’un marché très concentré. C’est la Caisse qui a mis Provigo à l’abri des tentatives d’acquisition, tout en permettant l’acquisition très remarquée de Steinberg par Socanav.

29Dans la fabrication, la hausse du pourcentage francophone provient bien davantage d’une baisse marquée du nombre de grandes entreprises dans ce secteur que d’une augmentation absolue du groupe francophone. Aux Bombardier, Donohue, Sidbec, Marine, Rexfor et autres, se sont ajoutés les GTL dans l’édition, Cascades et Domtar dans l’industrie du papier, ce dernier par voie d’acquisition et grâce à la Caisse de dépôt, comme on le sait. Par contre, cette dernière n’a pu empêcher la vente de Consolidated-Bathurst à Stone Containers des États-Unis, et Rolland a glissé sous la barre des mille emplois.

30On trouvait une seule entreprise de construction de plus de mille employés en 1981, soit BG Checo, classée comme francophone par Champagne (1983) ; il s’agit d’une filiale d’une entreprise française. S’ajoutent désormais à la liste : Pomerleau, Gastier et la Corporation de construction nationale. La proportion francophone ne change pas, mais la concentration du secteur a produit trois nouvelles entreprises qui dépassent la barre des mille, pendant que BG Checo la franchissait dans l’autre direction.

31On constate que les institutions financières francophones comptent tout juste pour la moitié des entreprises qui dépassent les mille employés au Québec. Leur domination globale en termes d’emploi est attribuable au Mouvement Desjardins, de loin en première place avec 38 000 employés, suivi par la BNC avec 10 000. Mais les cinq grandes banques figurent toutes au palmarès, de même que les principales compagnies de fiducie et d’assurance canadiennes-anglaises. Le Groupe Commerce s’est ajouté au nombre, après sa vente à des intérêts néerlandais, bien qu’il faudrait sans doute encore le classer comme francophone, selon les critères utilisés par Champagne, principalement la langue majoritaire au conseil d’administration.

32C’est surtout dans le secteur des services que les nouvelles entreprises francophones de mille employés et plus sont apparues, ce qui correspond à la tertiarisation de l’économie québécoise. Parmi les nouvelles venues, on remarque trois cabinets de comptables (Samson Bélair, RCMP et Mallette), deux entreprises de communications (Vidéotron et Cogeco), deux entreprises de transport (Cabano et Sécur), et une chaîne commerciale spécialisée (Boutiques San Francisco).

33Le renforcement réel des rangs de la grande entreprise francophone dans les années quatre-vingt n’a donc pas suffi à renverser la domination canadienne-anglaise et extérieure dans aucun secteur, sauf l’agro-alimentaire. Par ailleurs, il serait imprudent d’extrapoler la tendance pour conclure à la prépondérance francophone en l’an 2000. Les progrès du capital québécois se sont réalisés jusqu’ici dans des secteurs de technologie mature, à peu d’exceptions près. La R-D québécoise francophone reste proportionnellement faible, malgré sa progression dans la dernière décennie. On s’est inquiété du retard que semblaient prendre les entreprises québécoises en matière d’informatisation et d’automatisation, même en comparaison du reste du Canada, qui n’est pourtant pas un champion dans le domaine. Et la concurrence internationale peut seulement s’intensifier dans les années à venir.

34La santé financière des entreprises « émergentes » constitue une autre source d’inquiétude, car leur expansion rapide a été rendue possible par le recours massif au crédit bancaire. Les marchés boursiers présentaient aussi une source de financement facile dans le contexte de hausse des années quatre-vingt, amplifié par le régime d’épargne-actions, qui a canalisé environ 6,7 milliards vers les entreprises du Québec. Mais cette source de financement s’est tarie avec le krach de 1987, laissant aux entreprises émergentes des ratios d’endettement souvent plus élevés que la moyenne canadienne, elle-même relativement élevée historiquement, à la veille même de la récession.

35Dans plusieurs cas, ces emprunts servaient à financer les acquisitions audacieuses par lesquelles plusieurs entreprises vedettes ont recouru pour accélérer leur expansion, suivant en cela la vogue des fusions et prises de contrôle aux États-Unis dans les années quatre-vingt. Comme l’ont montré nombre d’études américaines récentes, la plupart des acquisitions de la dernière décennie se sont soldées par des échecs, pesant négativement sur la rentabilité de l’entreprise. Le plus souvent, la diversification des activités a compliqué la gestion, sans que les synergies espérées ne se réalisent. Selon une compilation du journal Les Affaires (16 septembre 1990), les diversifications manquées auraient coûté 1,6 milliard aux entreprises québécoises entre 1985 et 1990. Dans le cas bien connu de Provigo, les acquisitions mal digérées de Sports Experts et de Distribution aux consommateurs ont fini par coûter son poste de président à Pierre Lortie. Canam Manac a dû renoncer à sa diversification dans le secteur de l’énergie et mettre en vente son bloc dans Noverco, et la Caisse de dépôt a dû tout mettre en œuvre pour en garder le contrôle entre des mains québécoises francophones, à travers une société de gestion formée d’elle-même, de Soquip et de Canam Manac. Lavalin a mis en vente sa participation dans UTDC et dans Kemtec, dans une ultime tentative pour rester à flot. Les guerriers de l’émergence se sont frappés à leurs limites.

L’accumulation du capital francophone au Québec

36L’endettement élevé de nombre d’entreprises francophones n’est pas le produit de la seule imprudence de leurs gestionnaires et propriétaires, mais reflète le stade actuel de l’accumulation du capital privé au Québec. Quand on parle de la bourgeoisie, après tout, on ne parle pas d’entreprises, mais d’abord et avant tout d’une classe d’individus vivants. Or, le Québec francophone reste sous-représenté au palmarès des personnes les plus riches au Canada. Il y avait sept francophones en 1987 parmi les cinquante hommes les plus riches au Canada, selon une compilation du Financial Post publiée dans le magazine Moneywise en février 1988.

37C’étaient Desmarais (Power), Lemaire (Cascades), Coutu, Chagnon (Vidéotron), Campeau, Lamarre (Lavalin) et Péladeau (Québécor). Leur fortune totalisait 1,4 milliard, soit 5 % du total des cinquante plus riches. Si l’on ne compte pas Desmarais et Campeau, qui ne sont pas Québécois d’origine et sont plutôt liés à la bourgeoisie canadienne, cette proportion tombe à 3 %. Même au Québec, les francophones constituaient seulement la moitié des cent personnes les plus riches en 1987, selon une compilation publiée dans le magazine Affaires plus en août 1987. Elles détenaient 48 % de la fortune cumulée des cent personnes les plus riches, et 38 % si l’on exclut Desmarais du calcul, alors que les francophones constituent 83 % de la population québécoise.

38Le sous-développement relatif du capital privé francophone a conféré une plus grande place au capital étatique, les fonds investissables rassemblés par des sociétés d’État ou par des organismes parapublics. Il en est résulté un régime de propriété spécifique au Québec, ce que Parizeau appelle la propriété mixte. Il n’est pratiquement pas d’entreprise québécoise importante sans participation majeure de la Caisse de dépôt au capital-actions, particulièrement du côté francophone. Dans plusieurs cas, on retrouve aussi d’autres sociétés d’État, comme la SGF dans Domtar. Ceci a amené un certain public, surtout dans les milieux d’affaires anglophones et torontois, à stigmatiser une présumée étatisation insidieuse de l’économie du Québec par le biais d’une Caisse trop puissante. En effet, n’est-il pas évident que l’emprise de la Banque Royale est infiniment préférable à celle de la Caisse de dépôt ?

39En fait, le déploiement du capital étatique a surtout pour effet d’accroître le levier financier accessible aux entrepreneurs privés québécois sur qui la Caisse décide de miser. Ce qui ne va pas sans engendrer à l’occasion un certain malaise dans le monde des affaires, face au rôle d’arbitre que cela donne à la Caisse dans la concurrence entre divers groupes privés. Mais la bourgeoisie québécoise s’en accommode, car l’intervention de la Caisse l’aide à renforcer ses positions, conformément à un objectif poursuivi aussi bien par les gouvernements libéraux que péquistes, avec un succès non négligeable. Les critiques dont la Caisse fait l’objet en sont d’ailleurs le témoignage le plus sûr.

40Cependant, l’action de la Caisse, par sa nature même, s’est concentrée jusqu’ici sur la grande entreprise. Or, les années quatre-vingt ont vu un déplacement de l’activité économique vers les PME, à la faveur des changements techniques, du franchisage, de la sous-traitance, etc. Le Québec s’est distingué par le rythme le plus élevé de création d’entreprises au Canada, ainsi que par le plus grand nombre de faillites, distinction que toutefois il possédait déjà. Les conditions de développement de la petite et moyenne entreprise sont donc devenues d’autant plus cruciales pour le renforcement global de la bourgeoisie québécoise et pour l’émergence des futures grandes entreprises.

41Au cours des années quatre-vingt, on a vu apparaître ou se renforcer une série d’institutions vouées à surmonter l’éternel problème de la sous-capitalisation des PME québécoises en multipliant les sources de capital de risque. Le Mouvement Desjardins a mis sur pied Tremplin 2000, qui complète la SID pour une catégorie d’entreprises plus petites. Le Fonds de solidarité de la FTQ s’est paradoxalement affirmé comme une des principales sources de capital de risque au Québec, grâce à un régime fiscal très avantageux. La SDI, la SOQUEM ou la SOQUIA ont continué d’intervenir, la Caisse de dépôt s’est associée au lancement de Novacap, les Sociétés de placement dans l’entreprise québécoise surgissent partout en région, et jouissent de grands avantages fiscaux. Tout ceci a diversifié les sources de financement et de capital accessible aux entreprises à diverses étapes de leur croissance.

42Cependant, tous les efforts pour couronner le dispositif financier québécois par une superbanque d’affaires n’ont jamais porté fruit, malgré l’annonce plusieurs fois répétée de sa création imminente. Il s’agirait d’associer les principales institutions financières québécoises à la création d’une banque d’affaires, sur le modèle européen, qui se concentrerait sur des placements à long terme dans les entreprises, par opposition aux banques commerciales traditionnelles, qui s’en tiennent principalement au crédit à court terme. Cette banque d’affaires pourrait injecter du capital-actions dans les entreprises en développement et les aider à traverser les périodes creuses, tout en leur apportant une protection contre les tentatives d’acquisition de l’extérieur, qui sont susceptibles de se multiplier avec la mondialisation des échanges. Le projet avait l’appui résolu de Jean Campeau à la Caisse de dépôt et du Mouvement Desjardins, qui y voyait l’un des noyaux sur lequel pourrait s’appuyer la reconquête de l’économie québécoise, avec lui-même et la Caisse, autour de pôles financiers eux-mêmes à l’abri de toute acquisition. L’enthousiasme était moins évident du côté de la BNC ou de la Laurentienne, qui semblent garder une conception plus traditionnelle des rapports entre les banques et l’industrie, de même qu’une approche plus pancanadienne de leur développement.

En guise de conclusion

43Ce bref tour d’horizon de l’état actuel de la bourgeoisie québécoise nous amène aux conclusions suivantes. L’affirmation selon laquelle le groupe francophone aurait d’ores et déjà réussi à « reconquérir » le contrôle de l’économie du Québec s’avère pour le moins prématurée. Il est certes exact qu’il s’est grandement renforcé depuis les années soixante, et que le mouvement s’est poursuivi dans les années quatre-vingt, du moins dans l’entreprise non financière. Par contre, on observe un plafonnement dans les services et la finance, où la proportion de l’activité sous contrôle francophone semble avoir atteint un niveau qu’il a de la difficulté à dépasser et même à maintenir, face à l’intérêt des investisseurs étrangers, dans le contexte de la mondialisation. Il est vrai que la bourgeoisie québécoise s’internationalise elle aussi, mais il y a une disproportion de moyens écrasante avec les bourgeoisies hégémoniques dans l’économie mondiale.

44Par ailleurs, l’expansion rapide d’une série d’entreprises émergentes dans le contexte de reprise des années 1983-1989 a été rendue possible grâce à l’apport du capital bancaire et étatique, qui est venu compléter fort efficacement le capital privé francophone, mais a laissé aux entreprises une structure financière fragile, marquée d’un fort coefficient d’endettement. Cette nouvelle génération d’entreprises a été passablement ébranlée par la récession de 1990-1992. Au moment actuel, il est encore trop tôt pour en tirer un bilan définitif, mais l’écroulement de l’empire Lavalin montre la vulnérabilité de la bourgeoisie québécoise, dont il était l’un des plus beaux fleurons, lui qui voguait de succès en succès depuis trois décennies.

45La récession a également contraint Cascades à se replier. Socanav plie sous le fardeau des emprunts contractés pour l’acquisition de Steinberg. Le courtier McNeil Mantha a annoncé sa vente à la Banque Royale après avoir passé deux ans dans le rouge. D’autres entreprises québécoises continuent d’aller de l’avant, mais on peut dire que la récession de 1990-1992 a montré les limites de l’« émergence ».

46Or, les pressions concurrentielles vont s’intensifier avec le processus d’intégration continentale amorcé par le libre-échange avec les États-Unis, et bientôt élargi par l’inclusion du Mexique. Certes, les entreprises québécoises peuvent en théorie compenser l’invasion du marché domestique par la pénétration accrue des marchés nord-américains, mais cela suppose une capacité financière et technologique qui leur fait souvent défaut. Le cri d’alarme lancé en septembre 1991 par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Gérald Tremblay, témoigne d’une prise de conscience de ces défis dans les hautes sphères gouvernementales. Cependant, les moyens d’action disponibles sont souvent hypothéqués par l’obstacle constitutionnel, par exemple dans le domaine crucial de la formation professionnelle que se partagent les deux paliers de gouvernement.

47De plus, la position concurrentielle des entreprises québécoises est lourdement affectée par des politiques macroéconomiques sur lesquelles elles ont peu de prise, en particulier sur le plan monétaire. Bien que toute l’industrie canadienne ait souffert du taux de change et des taux d’intérêt élevés voulus par la Banque du Canada, on peut croire que cela a affecté plus particulièrement la bourgeoisie québécoise, étant donné sa concentration dans les secteurs industriels matures et son taux d’endettement plus élevé. C’est bien M. Le Hir, président de l’Association des manufacturiers du Québec, qui a décerné au gouverneur John Crow le titre peu enviable d’ange exterminateur de l’économie canadienne. Pourtant, ses protestations répétées contre la politique monétaire de la Banque du Canada sont restées sans effet.

48Ceci illustre un fait essentiel : en dernière analyse, la bourgeoisie québécoise reste en position subordonnée politiquement sur la scène canadienne. Si elle peut compter sur l’appui indéfectible du gouvernement provincial, indépendamment du parti au pouvoir, elle ne peut pas compter sur l’appui automatique d’Ottawa, dont la politique est déterminée par des intérêts autres qui ne coïncident pas nécessairement avec les siens. Actuellement, un consensus semble d’ailleurs se former au sein de la bourgeoisie québécoise, en faveur d’une dévolution de pouvoir plus substantielle au gouvernement provincial, sans rompre le lien fédéral pour autant. Ceci élargirait les instruments de promotion dont elle dispose, tout en évitant les dangers de dérapage politique ou social inhérents à la souveraineté. Mais c’est une autre question.

Bibliographie

A. Monographies

Allard, C.-M. (1990), Les ficelles du pouvoir, Montréal, Éditions JCL.

Bélanger, Y. et P. Fournier (1987), L’entreprise québécoise, Montréal, Hurtubise HMH.

Champagne, R. (1983), Évolution de la présence francophone parmi les hauts dirigeants des grandes entreprises québécoises entre 1976 et 1982, Montréal, Office de la langue française.

Champagne, R. (1988), La situation linguistique dans les grandes entreprises québécoises au moment de l’adoption de la Charte de la langue française, Montréal, Office de la langue française.

Fournier, P. (dir.) (1978), Le capitalisme au Québec, Montréal, Éditions Albert Saint-Martin.

Fournier, P. (1979), Les sociétés d’État et les objectifs économiques du Québec : une évaluation préliminaire, Québec, Éditeur officiel du Québec.

Fraser, M. (1987), Québec Inc, Montréal, Éditions de l’Homme.

Moreau, F. (1981), Le capital financier québécois, Montréal, Éditions Albert Saint-Martin.

Moreau, F. (1988), Le commerce extérieur du Québec, Hull, Éditions Asticou.

Niosi, J. (1980), La bourgeoisie canadienne, Montréal, Boréal Express.

Pelletier, M. (1989), La machine à milliards, Montréal, Québec/Amérique.

Raynauld, A. et F. Vaillancourt (1984), L’appartenance des entreprises : le cas du Québec en 1978, Québec, Éditeur officiel du Québec.

Sales, A. (1979), La bourgeoisie industrielle au Québec, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Sales, A. et N. Bélanger (1985), Décideurs et gestionnaires, Québec, Éditeur officiel du Québec.

Vaillancourt, F. et J. Carpentier (1989), Le contrôle de l’économie du Québec, Montréal, Office de la langue française.

B. Articles

Bélanger, Y., P. Fournier et C. Painchaud (1981), « Le capitalisme au Québec », Interventions critiques en économie politique, no 6, hiver, p. 37-83.

Niosi, J. (1978), « La nouvelle bourgeoisie canadienne-française », Les cahiers du socialisme, no 1, printemps, p. 5-50.

Niosi, J. (1983), « La multinationalisation des firmes canadiennes-françaises », Recherches sociographiques, no 24, janvier-avril, p. 55-73.

Moreau, F. (1983), « Les finances publiques et le rôle de la Caisse de dépôt », Interventions économiques, no 11, automne, p. 57-64.

Parent, R. (1983), « Les multinationales québécoises de l’ingénierie », Recherches sociographiques, no 24, janvier-avril, p. 75-94.

C. Documentation gouvernementale

Banque du Canada (1990), Revue de la Banque du Canada, août 1990.

Bureau de la statistique du Québec (1990), L’activité des institutions de dépôt au Québec, 1985-1989, Québec, Les Publications du Québec.

Inspecteur général des institutions financières (1990), Rapport annuel sur les caisses d’épargne et de crédit, 1989, Québec, Les Publications du Québec.

Inspecteur général des institutions financières (1990), Rapport annuel sur les sociétés de fiducie et les sociétés d’épargne, 1989, Québec, Les Publications du Québec.

Statistique Canada (1990), Institutions financières, 2e trimestre.

Surintendant général des assurances (1990), Tableau récapitulatif des états annuels des assureurs, 1989, Québec, Les Publications du Québec.

D. Périodiques

Les Affaires

Affaires plus

Finance

The Financial Post

Moneywise

E. Rapports annuels d’entreprises

Banque nationale du Canada

Caisse de dépôt et placement du Québec

Groupe La Laurentienne

Mouvement des caisses populaires Desjardins

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Entreprises francophones ayant mille employés et plus au Québec en 1976, 1981 et 1990
Légende * En ajoutant le Mouvement Desjardins, exclu par Champagne à cause de son régime juridique.Sources :(1) Sauvé, cité dans Champagne (1983, p. 22) ;(2) Champagne (1983) ;(3) Les 500 plus grandes entreprises au Québec (1991). Nous nous sommes efforcés d’appliquer les mêmes critères que Champagne, à l’exception du cas mentionné ci-dessus, pour rendre les données comparables.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 4. Entreprises ayant mille employés et plus au Québec, par secteur, francophones et total (1981 et 1990)
Légende * À l’exclusion de l’agro-alimentaire.Sources : Pour 1981, Champagne (1983). Pour 1990, Les 500 plus grandes entreprises au Québec (1991), notre compilation.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

© Presses de l’Université de Montréal, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr