Version classiqueVersion mobile

L’énigme haïtienne

 | 
Sauveur Pierre Étienne

Chronologie

Texte intégral

6 décembre 1492

Arrivée de Christophe Colomb à Hispaniola (Haïti).

1503

Introduction des premiers Noirs à Hispaniola.

1625

Établissement des aventuriers français à Saint-Domingue (la partie occidentale de l’île d’Haïti).

1685

Promulgation du Code Noir.

1697

Signature du traité de Ryswick (la partie occidentale de l’île devint officiellement une colonie française).

En France/Europe

1788

Éclatement de la crise révolutionnaire en France.

8 août 1788

Convocation des États généraux en France.

5 mai 1789

Ouverture des États généraux en France.

17 juin 1789

Constitution du Tiers-État en Assemblée nationale.

20 juin 1789

Admission par l’Assemblée nationale française de neuf « députés » de Saint-Domingue dans ses rangs. Le 4 juillet suivant, cette représentation fut réduite à six membres.

7 juillet 1789

Transformation de l’Assemblée nationale française en Assemblée nationale constituante.

26 août 1789

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

26 septembre 1789

Avis du Conseil d’État autorisant la réunion d’une assemblée coloniale.

22 octobre 1789

Requête d’une délégation de gens de couleur libres à l’Assemblée nationale constituante française demandant à disposer d’une députation sur ses bancs, à l’instar des colons blancs.

8 mars 1790

Adoption par l’Assemblée nationale constituante française d’un décret accordant aux assemblées locales la prérogative de proposer une constitution coloniale.

28 mars 1790

Publication de l’instruction aménageant l’exécution du décret du 8 mars, reconnaissant l’égalité des droits civils et politiques entre tous les libres propriétaires ou payant une contribution annuelle.

1er février 1791

Décret de l’Assemblée nationale constituante française priant le roi d’envoyer trois commissaires civils à Saint-Domingue pour y maintenir l’ordre et la sécurité publique.

15 mai 1791

Vote par l’Assemblée nationale constituante française d’un décret ne reconnaissant qu’aux gens de couleur nés de parents libres la qualité de citoyens et l’exercice des droits civiques qui y sont attachés.

24 septembre 1791

Décret de l’Assemblée nationale constituante française abrogeant celui du 15 mai et établissant dans les colonies un régime général d’autonomie interne, livrant ainsi le sort des gens de couleur entre les mains des colons blancs.

4 avril 1792

Décret de l’Assemblée législative française accordant aux gens de couleur libres les mêmes droits politiques que les Blancs.

8 novembre 1792

Décret de l’Assemblée législative autorisant l’envoi d’une deuxième commission civile à Saint-Domingue et accordant les pleins pouvoirs à ses membres.

22 août 1792

Décret de l’Assemblée législative française répartissant la représentation des colonies devant siéger dans la Convention nationale française ; 18 sièges de députation furent accordés à Saint-Domingue.

1er février 1793

Entrée en guerre de la Convention contre l’Angleterre et la Hollande.

7 mars 1793

Déclaration de guerre de la Convention à l’Espagne.

4 février 1794

Abolition de l’esclavage dans les colonies françaises par la Convention.

23 juillet 1795

Signature du traité de Bâle mettant fin à la guerre franco-espagnole.

1er octobre 1800

Rétrocession par l’Espagne de la Louisiane à la France, par le traité de Saint-Ildefonse, confirmé par la convention d’Aranjuez du 21 mars 1801.

18 octobre 1801

Signature des préliminaires de Londres qui devaient aboutir à la paix d’Amiens, le 25 mars 1802, mettant officiellement fin à la guerre franco-anglaise.

18 novembre 1802

Notification de Napoléon Bonaparte à Toussaint Louverture de l’envoi du corps expéditionnaire à Saint-Domingue.

13 mai 1803

Rupture de la paix d’Amiens et reprise des hostilités entre la France et l’Angleterre.

À Saint-Domingue/Amérique

15 avril 1790

Réunion de l’Assemblée coloniale de Saint-Domingue, élue irrégulièrement, et ouverture de ses travaux dans le port de Saint-Marc.

28 mai 1790

Décret de l’Assemblée générale de Saint-Marc, établissant les bases constitutionnelles de Saint-Domingue, véhiculant les idées autonomistes et l’esprit d’indépendance des constituants.

27 juillet 1790

Décret de l’Assemblée générale de Saint-Marc relatif au licenciement des troupes françaises et la constitution d’un nouveau corps de la garde nationale.

30 juillet 1790

Dissolution de l’Assemblée de Saint-Marc.

26 février 1791

Exécution d’Ogé et de Chavannes ainsi que de vingt-trois de leurs compagnons qui avaient pris part au soulèvement des gens de couleur libres dans le Nord.

22 août 1791

Soulèvement des esclaves contre les colons français dans le Nord.

Août/septembre 1791

Guerre civile entre colons blancs et gens de couleur libres

24 septembre 1791

Signature du concordat de Damiens, traité de paix par lequel les Blancs de l’Ouest reconnurent aux affranchis la jouissance de leurs droits civils et politiques.

21 novembre 1791

Violation du concordat de Damiens par les Blancs de l’Ouest, encerclement et incendie de Port-au-Prince par les affranchis de l’Ouest et du Sud.

22 novembre 1791

Arrivée des membres de la première commission civile à Saint-Domingue.

17 septembre 1792

Arrivée des membres de la deuxième commission civile à Saint-Domingue.

Janvier 1793

Soulèvement des esclaves de l’Ouest et insurrection des Blancs contre les commissaires civils.

Mai/juin 1793

Transformation de la partie orientale de l’île en lieu de refuge pour les chefs de la révolte des esclaves de la province du Nord, comme conséquence de la guerre franco-espagnole en Europe. Jean-François, Biassou et Toussaint Louverture devinrent des généraux espagnols et de nombreuses villes du Nord tombèrent sous le contrôle des Espagnols.

21 juin 1793

Coup de force du gouverneur général Galbaud au Cap-Français contre les commissaires civils.

23 juin 1793

Victoire des commissaires civils sur Galbaud, grâce au soutien des bandes d’esclaves révoltés.

29 août 1793

Proclamation de la liberté générale des esclaves à Saint-Domingue.

Septembre 1793

Début de l’occupation des villes côtières de Saint-Domingue par les Anglais.

Avril 1794

Ralliement de Toussaint Louverture à la République française.

11 mai 1796

Arrivée des membres de la troisième commission civile.

3 mai 1797

Accession de Toussaint Louverture au grade de commandant en chef de l’armée française à Saint-Domingue.

24 août 1797

Expulsion par Toussaint Louverture de Sonthonax, l’un des agents du Directoire, de la colonie.

26 avril 1798

Proposition du général Maitland, commandant des troupes anglaises à Saint-Domingue, à Toussaint Louverture de la restitution à la République française des positions qu’il tenait dans l’ouest de l’île.

2 mai 1798

Signature par Toussaint Louverture de l’accord par lequel les Anglais restituèrent à la République française l’ouest de l’île, dont Port-au-Prince, la capitale.

13 août 1798

Signature entre les représentants de Toussaint Louverture et de Maitland de la convention organisant l’évacuation du sud de l’île.

31 août 1798

Signature entre Toussaint Louverture et Maitland d’une convention politique, militaire et commerciale secrète, au détriment de la République française.

1er octobre 1798

Évacuation par les Anglais des positions qu’ils occupaient dans le nord-ouest de l’île.

6 novembre 1798

Lettre de Toussaint au président américain John Adams pour lui proposer le rétablissement de la navigation entre les États-Unis et Saint-Domingue.

4 mars 1799

Lettre de Pickering, secrétaire d’État des États-Unis, au général en chef Toussaint Louverture, relative à la fin de la guerre de course et la reprise du commerce entre les États-Unis et Saint-Domingue, ainsi que la nomination du consul général Stevens.

26 juin 1799

Décision du président Adams rapportant, à compter du 1er août, la mesure américaine du 9 février concernant la partie de Saint-Domingue dirigée par Toussaint Louverture.

8 juillet 1799/juillet 1800

Début et fin de la guerre civile du Sud ayant mis aux prises le général en chef Toussaint Louverture (noir) et le général dedivision André Rigaud (mulâtre).

26 novembre1800

Arrestation et emprisonnement de Roume, l’agent du Directoire, par Toussaint Louverture.

26 janvier 1801

Entrée triomphale de Toussaint Louverture à Santo Domingo, après une promenade militaire de quelques jours. L’annexion de la partie orientale lui assura le contrôle de l’île entière.

3 juillet 1801

Approbation de la Constitution élaborée par l’Assemblée centrale et législative de Saint-Domingue par Toussaint Louverture.

8 juillet 1801

Promulgation de la Constitution qui établit le fondement juridique du nouvel État, son caractère militariste et centralisateur. Elle fit Toussaint Louverture gouverneur à vie avec le droit de désigner son successeur.

29 janvier 1802

Arrivée de la flotte napoléonienne à Saint-Domingue.

7 juin 1802

Arrestation et déportation de Toussaint Louverture qui allait être enfermé au fort de Joux, en France, où il mourut le 7 avril 1803.

Octobre 1802

Début de la guerre d’indépendance d’Haïti.

18 mai 1803

Création du drapeau haïtien.

18 novembre 1803

Défaite des troupes françaises.

1er janvier 1804

Proclamation de l’Indépendance d’Haïti : Jean-Jacques Dessalines devint gouverneur général à vie.

6 octobre 1804

Instauration d’un régime impérial.

17 octobre 1806

Assassinat de l’empereur Jacques Ier.

1807-1812

Guerre civile.

17 février 1807

Création de l’État du Nord qui se transforma en royaume le 26 mars 1811 : une économie florissante, l’édification de palais somptueux et une cruauté impitoyable furent les principales caractéristiques du régime de Henry Christophe.

9 mars 1807

Fondation de la République de l’Ouest et du Sud : la façade démocratique du régime du président Alexandre Pétion ne parvint pas à dissimuler la violence politique, le populisme et la corruption généralisée qui furent les traits essentiels de son gouvernement.

1810

Création de l’État éphémère du Sud par le général André Rigaud.

Mars 1812

Réunification de l’Ouest et du Sud.

1843

Présidence de Jean-Pierre Boyer : apogée du processus centripète, mais renforcement du caractère néopatrimonial de l’État haïtien.

1820

Suicide du roi Henry Christophe et réunion du Nord et de l’Ouest.

1822

Annexion de la République dominicaine.

1825

Acceptation par le président Jean-Pierre Boyer de l’Ordonnance de Charles X par laquelle la France reconnaîtrait l’indépendance d’Haïti moyennant le paiement d’une indemnité de 150 millions de francs.

1838

Reconnaissance officielle de l’indépendance d’Haïti par la France.

1843-1847

Période de crise (six gouvernements éphémères).

1844

Sécession de la République dominicaine.

1847-1849

Présidence de Faustin Soulouque.

1849-1859

Empire de Faustin Soulouque (Faustin Ier) : la violence et la corruption généralisées atteignirent des sommets inimaginables.

1859-1867

Présidence de Guillaume Fabre Nicolas Geffrard : tentative de modernisation, multiplication des insurrections (13 au total) et début de la phase de désintégration de l’État haïtien.

1862

Reconnaissance de l’indépendance d’Haïti par les États-Unis d’Amérique.

28 mars 1860

Signature à Rome du Concordat entre le Vatican et l’État haïtien.

1867

Présidence de Sylvain Salnave : trois ans de guerre civile et division du pays en trois États. Vaincu par ses adversaires et n’ayant pas pu laisser le pays, Sylvain Salnave fut arrêté et accusé de meurtre, d’incendie et de violation de la Constitution. Il fut exécuté sur les ruines fumantes du Palais national.

1874

Présidence de Nissage Saget : le seul président d’avant l’occupation américaine à avoir abandonné volontairement le pouvoir à la fin de son mandat de quatre ans.

1876

Présidence de Michel Domingue : son gouvernement répressif et corrompu, dont le mandat arrivait à terme le 11 juin 1882, fut renversé par une rébellion armée.

1879

Présidence de Pierre Théomas Boisrond Canal, dit Boisrond-Canal. Son laxisme proverbial et l’opposition acharnée de ses collègues du Parti libéral au Parlement le portèrent à démissionner un an avant la fin de son mandat.

1888

Présidence de Lysius Salomon : malgré une tentative de modernisation, la réforme de l’instruction publique et un succès économique remarquable, son gouvernement dut faire face à la guerre civile de 1883 contre les Libéraux et le soulèvement armé de 1888 qui le renversa.

1896

Présidence de Florvil Hyppolite : en dépit du caractère foncièrement répressif de son régime, son essai de modernisation fut remarquable. Il mourut d’un arrêt cardiaque le 24 mars 1896.

1902

Présidence de Tirésias Antoine Simon Sam : à la fin de son mandat, il dut prendre, comme la majorité de ses prédécesseurs, le chemin de l’exil.

1908

Présidence de Nord Alexis : son régime rétrograde et sanguinaire fut renversé par le soulèvement du général Antoine Simon.

1911

Présidence d’Antoine Simon : la révolte des paysans du Nord (les Cacos) contribua au renversement de son gouvernement.

1912

Présidence de Cincinnatus Leconte : à la suite d’une explosion qui se produisit au Palais national, le 8 août 1912, le chef de l’État et 300 de ses soldats disparurent dans les flammes et le crépitement de la mitraille.

1913

Présidence de Tancrède Auguste : il mourut au cours d’une tournée dans le Nord du pays.

1915

Période de crise aiguë : quatre présidents en deux ans. Tous furent emportés par le déferlement de la terreur des paysans du Nord-Est sur Port-au-Prince.

28 juillet 1915

Intervention militaire américaine en Haïti, à la suite de l’anarchie sanglante qui culmina dans l’assassinat du président Vilbrun Guillaume Sam, dont le cadavre mutilé fut traîné à travers les rues de la capitale.

1915-1934

Occupation américaine d’Haïti : écrasement de la résistance paysanne, fin du régionalisme et du militarisme, construction d’un État à allure moderne, tentative de modernisation économique de type capitaliste, émergence d’une classe moyenne faible et d’une classe ouvrière embryonnaire.

1915-1922

Présidence de Sudre Dartiguenave : un collaborateur peu docile, voire récalcitrant.

1922-1930

Présidence de Louis Borno : sa collaboration franche et sincère créa les conditions nécessaires à la mise en œuvre du projet de modernisation économique capitaliste.

1930-1941

Présidence de Sténio Vincent : le chef d’État haïtien le plus instruit, qui négocia la fin de l’occupation et qui établit une véritable dictature constitutionnelle dans le pays.

1934

Fin de l’occupation américaine d’Haïti.

1941-1946

Présidence d’Élie Lescot : son gouvernement, caractérisé par le népotisme et la corruption, symbolisa la résurgence du néopatrimonialisme d’avant l’occupation américaine.

1946-1950

Présidence de Dumarsais Estimé : son gouvernement signifia la fin de la prépondérance politique de l’élite mulâtre et le contrôle du pouvoir par les classes moyennes noires pendant plus d’un demi-siècle. Il fut renversé par un coup d’État militaire le 10 mai 1950.

1950-1956

Présidence de Paul Eugène Magloire : régime militaire autoritaire dont la fin tumultueuse préluda à la crise qui favorisa l’avènement au pouvoir de François Duvalier.

1956-1957

Crise politique majeure : cinq gouvernements provisoires.

1957-1971

Présidence de François Duvalier : outre le caractère sanguinaire et corrompu de son gouvernement, la fusion totale entre le titulaire du pouvoir exécutif, le régime et l’État cristallisa le saut qualitatif et quantitatif qui permit le passage du néopatrimonialisme au néosultanisme.

1971-1986

Présidence de Jean-Claude Duvalier : malgré une tentative de modernisation économique et un effort de diminution du caractère sanguinaire du pouvoir hérité de son père, son régime corrompu fut emporté par la troisième vague de démocratisation le 7 février 1986.

1986-1990

Période de transition politique chaotique : régimes militaires autoritaires, coups d’État réussis et tentatives de coup d’État avortées (cinq gouvernements éphémères).

1991

Présidence de Jean-Bertrand Aristide : son régime ne dura que sept mois.

1991

Sanglant coup d’État militaire du général Raoul Cédras et du colonel Joseph Michel François.

1994

Rétablissement de Jean-Bertrand Aristide dans ses fonctions de chef d’État grâce à une intervention militaire américaine de 23 000 soldats.

1996-2001

Présidence de René Garcia Préval : il demeura dans l’ombre de son prédécesseur et son gouvernement fut caractérisé par l’anarchie téléguidée, la corruption généralisée et la destruction de ce qui restait encore des institutions étatiques.

2001-2004

Présidence de Jean-Bertrand Aristide : crise politique larvée ayant conduit à un nouvel effondrement de l’État haïtien en 2004.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search