Version classiqueVersion mobile

L’énigme haïtienne

 | 
Sauveur Pierre Étienne

Troisième partie. Échec de l’occupation américaine, crise sociétale et réponses des élites politiques

Troisième Partie. Échec de l’occupation américaine, crise sociétale et réponses des élites politiques

Texte intégral

1La troisième et dernière partie de notre travail, comme les deux précédentes d’ailleurs, s’inscrit dans le cadre de notre grille d’analyse qui, tout en reconnaissant à l’État une autonomie relative et sa propre logique de fonctionnement, n’adhère pas, néanmoins, à la thèse du primat de cette macrostructure. En ce sens, elle cherche à mettre en évidence les rapports d’interdépendances complexes et dynamiques entre politique, économie et société, à travers les variables élites politiques, État et rapports transnationaux de pouvoir en Haïti. Dans cette perspective, elle tient compte des facteurs et mécanismes conditionnant, sans pour autant les déterminer, les décisions prises par les élites politiques et expliquant, sans minimiser le poids des contingences historiques, la non-émergence de l’État moderne en Haïti. Cette façon de procéder nous permet de comprendre et d’expliquer l’échec de l’occupation américaine, la crise sociétale consécutive à cet échec et les réponses que les élites politiques nationales donnèrent aux problèmes auxquels elles devaient faire face.

2En effet, la tentative de modernisation capitaliste de l’économie haïtienne et de création d’une classe moyenne comme facteurs devant garantir la stabilité politique, le fonctionnement de la démocratie représentative, dans le cadre du pluralisme politique et de l’alternance pacifique au pouvoir, au moyen des mécanismes institutionnels, échoua piteusement. Contrairement à Cuba et à d’autres pays de la région, Haïti offrait des conditions très peu propices aux investissements massifs de capitaux étrangers. À ce sujet, Gérard Pierre-Charles écrit :

  • 1 Voir PIERRE-CHARLES, Gérard, L’économie haïtienne et sa voie de développement, op. cit., p. 148.

À la différence des avantages rencontrés dans ces pays, le capital nordaméricain ne trouva pas en Haïti les bases structurelles idéales capables de faire prospérer les plantations de type capitaliste et satisfaire par des dividendes élevés la recherche de profits maxima. Tandis qu’à Cuba et en Amérique centrale, l’existence d’immenses latifundia pouvait, moyennant l’apport de capital et de technique, donner facilement lieu à des plantations capitalistes, en Haïti, la prédominance de la petite exploitation agricole et d’autres caractéristiques structurelles constituaient et constituent encore un obstacle au développement de ce système1.

  • 2 Voir AGUILAR, Luis E., « Cuba, c. 1860-1934 », dans BETHELL, Leslie (dir.), Historia de América La (...)
  • 3 Voir PIERRE-CHARLES, Gérard, Génesis de la revolución cubana, 5e éd., Mexico, Siglo XXI, 1984 (197 (...)
  • 4 Voir WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro : l’histoire des Caraïbes 1492-1969, op. (...)
  • 5 Nations Unies, Rapport de la Mission d’assistance des Nations Unies auprès de la République d’Haït (...)

3Les investissements de capitaux américains à Cuba passèrent de 205 000 000 en 1911 à 1 000 200 000 $ en 19242, et, en 1928, ils étaient déjà estimés à plus de 1 500 000 000 $3. En 1929, les investissements de capitaux américains s’élevaient à 41 000 000 $ en République dominicaine4. À la même date, ils étaient évalués à 35 200 000 $ en Haïti5. À l’inverse de la république voisine, les investissements de capitaux américains n’allaient pas progresser en Haïti et l’industrie sucrière n’allait pas connaître un grand essor.

  • 6 Voir DORSAINVIL, Justin Chrysostome, Manuel d’histoire d’Haïti, op. cit., p. 296.
  • 7 Au sujet du rôle majeur de ces couches porteuses ou ces porteurs sociaux dans la réussite de toute (...)

4Avec la crise de 1929-1933, la situation sociale et économique du pays s’était détériorée, ce qui provoqua des agitations sociopolitiques tels la grève des étudiants de Damiens, déclenchée le 4 novembre 1929 ; la révolte des paysans du Sud ; et le massacre de Marchaterre, perpétré le 6 décembre de la même année6. C’est dans ce contexte que, en 1930, le mouvement nationaliste propulsa au pouvoir Sténio Vincent, qui négocia la fin de l’occupation en 1934. La période post-occupation permettra de constater la fragilité des structures de l’État construit par les Américains. L’éclatement de la Deuxième Guerre mondiale, la crise de 1946 et le coup d’État militaire consécutif, le coup d’État militaire de 1950 et la crise de 1956-1957 consacrèrent l’échec de l’occupation américaine et mirent en relief la crise sociétale affectant le pays tout au long de la deuxième moitié du XXe siècle. L’absence d’une bourgeoisie nationale et d’une classe ouvrière significative, de ces porteurs sociaux7, explique l’échec de la tentative de modernisation sociale et économique de type capitaliste faite par l’occupant et la résurgence de l’instabilité politique après son départ.

5Le triomphe de l’idéologie noiriste, l’accession de ses adeptes au pouvoir en 1946 et sa culmination dans le duvaliérisme en 1957 ont été les réponses qu’un secteur des élites politiques a données à cette crise sociétale. La fin du XXe siècle et le début du xxie siècle ont montré que ces réponses étaient inappropriées, parce qu’elles ont conduit en 1994 et en 2004 à l’effondrement de l’État haïtien. Ainsi, le sixième chapitre du livre porte sur la crise de 1946, la résurgence de l’État néopatrimonial haïtien et le dysfonctionnement total des institutions de l’État post-occupation. Le septième chapitre présente l’analyse de la crise de 1956-1957, de la résurgence de l’État néopatrimonial haïtien à l’instauration de l’État néosultaniste duvaliérien. Enfin, le huitième et dernier chapitre est consacré à la crise de 1991-1994, soit à l’effondrement de l’État haïtien.

Notes

1 Voir PIERRE-CHARLES, Gérard, L’économie haïtienne et sa voie de développement, op. cit., p. 148.

2 Voir AGUILAR, Luis E., « Cuba, c. 1860-1934 », dans BETHELL, Leslie (dir.), Historia de América Latina, t. IX », op. cit., p. 233.

3 Voir PIERRE-CHARLES, Gérard, Génesis de la revolución cubana, 5e éd., Mexico, Siglo XXI, 1984 (1976), p. 27.

4 Voir WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro : l’histoire des Caraïbes 1492-1969, op. cit., p. 461.

5 Nations Unies, Rapport de la Mission d’assistance des Nations Unies auprès de la République d’Haïti, Lake Success, N. U., 1949, p. 250-251.

6 Voir DORSAINVIL, Justin Chrysostome, Manuel d’histoire d’Haïti, op. cit., p. 296.

7 Au sujet du rôle majeur de ces couches porteuses ou ces porteurs sociaux dans la réussite de toute entreprise de grande envergure, Joseph Schumpeter écrit : « C’est ainsi par exemple que l’intérêt économique qui se trouvait objectivement attaché à la conquête de l’Inde ne put prendre corps, c’est-à-dire déterminer l’action effective de la conquête, qu’en liaison avec l’apparition sur la scène historique d’aventuriers portés au pillage et au brigandage. » Voir SCHUMPETER, Joseph, Impérialisme et classes sociales, tr. fr., Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1984 (1919), p. 121.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search