Version classiqueVersion mobile

L’énigme haïtienne

 | 
Sauveur Pierre Étienne

Première partie. Saint-Domingue/Haïti dans la dynamique globale de l’Occident

Chapitre 1. Configuration sociale et économique, État et rapports transnationaux de pouvoir à Saint-Domingue

Texte intégral

  • 1 La piraterie maritime à cette époque était l’apanage des corsaires. En effet, la France, l’Anglete (...)

1L’arrivée de l’expédition espagnole aux Antilles, le 12 octobre 1492, marqua le début de l’aventure coloniale européenne en Amérique. Seul l’établissement des Portugais au Brésil, au XVIe siècle (1500), empêcha de considérer les terres du Nouveau Monde comme le monopole exclusif de l’Espagne durant tout ce siècle. Les récits de voyage des conquistadors faisant état de richesses fabuleuses découvertes dans le nouveau continent et l’exploitation des mines d’or contribuaient au rayonnement de l’Espagne. La fortune colossale amassée dans les colonies au nom des souverains espagnols soulevait les convoitises des monarques d’Angleterre, de France et, par la suite, de Hollande. La flotte espagnole résista pendant longtemps aux actes de banditisme des États européens rivaux qui, par l’intermédiaire de la piraterie maritime, faisaient tout pour s’emparer des cargaisons d’or transportées par les galions1. La destruction de l’Invincible Armada en 1588, par Francis Drake, marqua la suprématie de la puissance britannique et amorça du même coup le déclin de l’Espagne. Les politiques coloniales anglaise, française et hollandaise contribuèrent à l’essor du commerce, à l’intensification des guerres et des conquêtes, à la systématisation du pillage, à l’organisation du trafic des esclaves et à l’exploitation capitaliste des colonies du Nouveau Monde. C’est dans cette mouvance que se situe le développement prodigieux de la colonie française de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle.

Saint-Domingue : une création de l’expansionnisme européen et des rivalités entre les puissances occidentales

2Il est très difficile de comprendre l’évolution politique, économique et sociale de Saint-Domingue sans situer sa colonisation dans le cadre des tensions, pressions et agressions caractérisant les rapports transnationaux de pouvoir constitués par le système d’États concurrentiel et le système capitaliste en expansion. En d’autres termes, la colonie française de Saint-Domingue est l’une des illustrations des transformations technoscientifiques, politiques, économiques et sociales à l’origine du système européen en gestation et qui permirent à l’Europe de se lancer à la conquête et au partage du monde.

  • 2 « The “military revolution” or “military modernization” refers to the process whereby small, decen (...)
  • 3 Dans Contrainte et capital dans la formation de l’Europe (990-1990), Tilly place carrément l’organ (...)
  • 4 De l’avis de Perry Anderson, le développement des canons en bronze moulé fit pour la première fois (...)
  • 5 La souveraineté interne et externe implique le double monopole de la contrainte et de la fiscalité (...)
  • 6 « Il est intéressant de constater qu’en effet, de 1450 à 1500, années qui virent à l’ouest les pre (...)
  • 7 BEAUD, Michel, Histoire du capitalisme de 1500 à 2000, 5e éd., Paris, Seuil, 2000 (1981), p. 28-29

3La révolution militaire2 et la guerre3 sont, parmi d’autres facteurs, à la base du processus de centralisation4 et d’institutionnalisation ayant conduit à l’émergence de l’État absolutiste en Europe, dont la souveraineté interne et externe5 constitue l’une des principales caractéristiques. Avec les avancées de la technoscience6, « des monarques avides de grandeurs et de richesses, des États luttant pour la suprématie, des marchands et des banquiers encouragés à s’enrichir7 », l’Europe se lança à la conquête et au partage du monde. Si l’Espagne et le Portugal furent les deux premiers pays occidentaux à entreprendre des voyages d’explorations et de conquêtes, ce fut celle-là qui parvint à bâtir un immense empire colonial et à en tirer des richesses colossales grâce à l’exploitation des métaux précieux, notamment à Hispaniola, au Pérou et au Mexique, par le travail forcé des autochtones et, surtout, des Noirs importés d’Afrique.

L’origine du processus de balkanisation de la Caraïbe

4Le long processus de balkanisation de la Caraïbe s’inscrit dans le cadre des rivalités qui opposaient les monarchies absolutistes émergentes en Europe occidentale vers la fin du Moyen Âge. L’or, le sucre et les esclaves, trois éléments ayant fait de la Caraïbe une source considérable de richesses et de pouvoir pour l’Espagne, attisèrent les convoitises des États rivaux de ce pays et transformèrent du même coup les Antilles en prolongement du champ de bataille que constituait alors l’Europe. Mais l’objectif principal des guerres et des alliances pour faire la guerre dans la Caraïbe, c’était le partage du monde, le pillage des richesses, la constitution d’empires coloniaux, base du développement du commerce et de l’agro-industrie comme principe d’accumulation dans cette phase de l’essor du capitalisme marchand sur le vieux continent.

  • 8 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro, op. cit., p. 72-73.
  • 9 Ibid.

5Les deux premiers protagonistes dans cette course furent l’Espagne et le Portugal, deux pays catholiques. Le pape de l’époque devint tout naturellement l’arbitre de leurs conflits. Deux bulles papales, ayant établi la ligne imaginaire du partage du monde entre les deux pays, n’arrivèrent cependant pas à les satisfaire8. Par des négociations directes, les deux puissances coloniales conclurent, le 7 juin 1494, le traité de Tordesillas qui plaçait la ligne de démarcation à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert, faisant ainsi du Brésil une colonie portugaise9. Mais ni l’autorité morale du pape ni le traité de Tordesillas n’affaiblirent les visées expansionnistes des jeunes États et des nouveaux États européens.

  • 10 Ibid., p. 73-74.
  • 11 Les Pays-Bas, appelés improprement, traditionnellement, Hollande, sont devenus indépendants en 158 (...)

6Le 5 mars 1496, Henry VII d’Angleterre autorisa John Cabot à entreprendre un voyage de découverte. Cette initiative marquait le début de l’aventure coloniale britannique dans le Nouveau Monde et, notamment, dans la Caraïbe. Le roi de France, François Ier, exprima alors de façon très claire les ambitions de son pays : « Le soleil brille pour moi comme pour tous les autres. Qu’on me montre la clause du testament d’Adam qui m’exclut du partage du monde ! Dieu n’a pas créé ces terres pour les seuls Espagnols10.» Ainsi, l’Angleterre, la France et, par la suite, la Hollande11 allaient recourir à la piraterie, à la flibuste, dans un premier temps, et à la guerre ouverte, un peu plus tard, en vue de recueillir leur part de l’héritage paternel que constituait le monde non européen : l’Amérique et surtout la Caraïbe.

La Caraïbe comme champ de bataille européen

  • 12 Certains historiens estiment qu’en 1623 quelque 800 navires hollandais opéraient dans la Caraïbe. (...)

7Malgré les actes de piraterie et les activités de contrebande12, dont l’intensité avait considérablement augmenté à la suite de la destruction de l’Invincible Armada par la flotte anglaise en 1588, la balkanisation de la Caraïbe commença effectivement le 28 janvier 1624. Avec l’arrivée du capitaine anglais Thomas Warner à Saint-Christophe (aujourd’hui Saint-Kitts), la région échappait progressivement au contrôle exclusif de l’Espagne : les Anglais, les Français, les Hollandais, les Danois, les Suédois et, longtemps après, les Américains, allaient coloniser de nombreuses îles de la Caraïbe.

  • 13 BOSCH, Juan, ibid., p. 199-203.

8Après avoir conquis la Barbade, Saint-Christophe, Nevis et Sainte-Croix, les Anglais s’y adonnèrent à la culture de la canne à sucre, du tabac et du maïs. Ainsi, l’économie de plantations allait constituer l’axe principal de la politique coloniale britannique dans la région. À partir de cette base, et forte de sa puissance navale, l’Angleterre allait étendre sa domination sur une grande partie de la Caraïbe. Mais les Anglais étaient suivis de près par les Français et les Hollandais. Les premiers s’installèrent progressivement, entre 1625 et 1635, dans la partie occidentale d’Hispaniola, à l’île de la Tortue, qui lui est adjacente, en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Christophe et à Saint-Martin. Pendant ce temps, les Hollandais s’emparèrent de Curaçao, d’Aruba et de Bonaire, ainsi que de Saint-Eustache13.

  • 14 Les Anglais y avaient été chassés par les Français. Voir DORSAINVIL, Justin Chrysostome, Manuel d’(...)

9En fonction de l’évolution de la situation en Europe, c’est-à-dire des alliances, des guerres et des accords de paix entre les États absolutistes, adversaires d’hier pouvaient devenir alliés d’aujourd’hui, et vice-versa. Anglais et Français pouvaient cohabiter à l’île de la Tortue et à Saint-Christophe, Français et Hollandais à Saint-Martin, même s’il pouvait arriver qu’un allié en chassât un autre, comme cela s’était passé entre Français et Anglais à l’île de la Tortue en 164114. Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, les guerres constantes entre les États européens affectent la Caraïbe et provoquent son morcellement. Les accords de paix entre les belligérants eurent eux aussi des répercussions dans la région. C’est ainsi que l’Espagne, par le traité de Ryswick, en 1697, reconnut l’autorité de la France sur la partie occidentale d’Hispaniola, que les Français appelaient Saint-Domingue et qui allait connaître une étonnante prospérité à la veille de la Révolution de 1789.

Capitalisme et esclavage à Saint-Domingue

  • 15 À ce sujet, Adam Smith écrit : « Elle [Saint-Domingue] est maintenant la plus importante des colon (...)
  • 16 La partie occidentale représente le tiers de l’île, soit 27 750 km².

10Grâce à la fertilité du sol, aux investissements massifs de capitaux, aux moyens de production résultant des avancées de la technoscience et à l’intensification de la traite des Noirs, Saint-Domingue allait connaître un développement prodigieux15. L’explication du « miracle économique » de la colonie française résultant uniquement des muscles des esclaves est à la fois partielle et partiale. C’est le binôme capitalisme-esclavage ou, en d’autres termes, l’exploitation capitaliste de la main-d’œuvre noire à la base du volume de production impressionnant qui fait de ce territoire exigu16 la colonie la plus prospère du monde.

11En effet, la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle marquèrent le passage du Moyen Âge aux Temps modernes, du féodalisme au capitalisme. Après plus d’un siècle de domination coloniale et esclavagiste en Amérique, qui lui avait permis de s’enrichir considérablement, l’Espagne allait être supplantée par des pays tels que la Hollande, l’Angleterre et la France. Cela s’expliquait par les moyens militaires de ces États, leur puissance navale et la capacité énorme de leur flotte marchande. Toutefois, cette explication reste partielle. Pour la compléter, il convient de souligner le fait que la féodalité militaire, qui restait encore le caractère dominant de la société espagnole, et la faiblesse de la bourgeoisie ne favorisaient pas l’émergence et le développement du capitalisme dans ce pays.

  • 17 BOSCH, Juan, op. cit., p. 27.
  • 18 Ibid., p. 22.

12Dans des États comme la Hollande, l’Angleterre et la France, on assistait au phénomène contraire : l’accumulation de capitaux, le développement de l’organisation sociale, le renforcement de la centralisation étatique, la consolidation des institutions militaires et l’élargissement des marchés de consommateurs de produits tropicaux17. En outre, l’alliance entre l’État et la bourgeoisie allait renforcer ces deux secteurs, promouvoir le capitalisme marchand, dont la traite des Noirs et l’exploitation coloniale étaient deux des principaux piliers. Il manquait donc à l’Espagne une bourgeoisie capable d’organiser la production et la distribution de biens de consommation, qui possédait des capitaux à investir et qui savait comment les investir rationnellement, c’est-à-dire selon la logique capitaliste18.

  • 19 BEAUD, Michel, op. cit., p. 65.
  • 20 Ibid., p. 55.

13Dès sa formation, le capitalisme est national et mondial, concurrentiel et monopoliste, libéral et lié à l’État19. En France, le couple absolutismemercantilisme apparaissait plus nettement encore, en ce sens qu’il correspondait à l’alliance entre une bourgeoisie encore faible et un monarque dont l’absolutisme allait s’accomplir pleinement avec Louis XIV. Cette alliance s’expliquait par la puissance de la noblesse et la volonté du pouvoir étatique de réprimer les révoltes contre la misère20. Ainsi, le mercantilisme français bénéficia de la protection de l’absolutisme monarchique qui apporta son soutien total au développement de la production manufacturière et du commerce mondial. C’est dans ce contexte que se situait et qu’il faut comprendre la colonisation française de Saint-Domingue.

Le développement prodigieux de Saint-Domingue

  • 21 De 1665 jusqu’à la fin du xviie siècle, des représentants successifs du roi de France, tels que Be (...)

14Avec la signature du traité de Ryswick en 1697, entre l’Espagne et la France, Saint-Domingue allait connaître un développement extraordinaire. À la faveur de cette situation de paix relative, les tentatives des représentants du roi de France pour transformer les aventuriers français en agriculteurs paisibles21 allaient pouvoir se concrétiser et la rationalisation de l’exploitation de la colonie allait atteindre son apogée.

  • 22 Pour le sociologue Jean Casimir, une compagnie commerciale est une organisation à laquelle l’État (...)
  • 23 BRUTUS, Edner, Révolution dans Saint-Domingue, t. I, Bruxelles, Éditions du Panthéon, s. d., p. 12 (...)
  • 24 CASIMIR, Jean, op. cit., p. 21.

15L’exploitation capitaliste de la colonie française de Saint-Domingue remontait à 1664, date à laquelle l’État français confia à une firme commerciale la gestion de cette colonie. De 1664 à 1724, Saint-Domingue fut remise, successivement, à la Compagnie des Indes occidentales, à la Compagnie de Saint-Domingue et à la Nouvelle Compagnie des Indes22. Le développement agro-industriel de la colonie dépendait de ces compagnies. C’est à travers elles que s’effectuait le financement des plantations. En principe, la compagnie s’organisait des capitaux de diverses sources23. En tant que société commerciale à monopole, ses fonds comprenaient les apports du roi, de la reine mère, de la reine et du dauphin de France, du prince de Condé et du prince de Conti, du Parlement, de la Cour des aides, de la Cour des comptes des villes de Lyon, Rouen, Bordeaux, Tours, Nantes, Saint-Malo, Grenoble et Dijon24.

  • 25 Ibid., p. 30.

16Au début du XVIIIe siècle, la consolidation de la bourgeoisie française, en tant que nouvelle classe dominante, se précisait de plus en plus et son influence se faisait sentir sérieusement à Saint-Domingue. Elle se manifestait, à côté de celle de l’État, à travers le ministère de la Marine, par le financement des initiatives des armateurs négriers, des planteurs et des négociants, qui accéléraient le rythme du développement de la colonie. Après la paix d’Utrecht de 1713, la population de la colonie allait s’accroître de façon vertigineuse : des gens de toutes les catégories sociales, y compris des plus hautes sphères de la noblesse, allaient débarquer dans la colonie dans le but d’y faire fortune25. L’année 1724 marqua la fin des monopoles des compagnies commerciales et ouvrit la voie aux investissements massifs de capitaux à Saint-Domingue. Les plantations allaient se multiplier ; la colonie s’engageait dans la voie de l’industrialisation qui annonçait sa prospérité inouïe.

La colonie la plus prospère du monde

  • 26 L’expression commerce triangulaire évoquait le commerce tricontinental entre l’Europe, l’Afrique e (...)
  • 27 Étant donné que les Noirs, réduits en esclavage et qui étaient plus de 500 000, étaient considérés (...)
  • 28 Ibid., p. 16-17.

17L’économie de plantations exige des capitaux et une main-d’œuvre abondante. La bourgeoisie française et le commerce triangulaire26 en fournissaient tant à la colonie que Saint-Domingue devint à la veille de 1789 la colonie la plus riche du monde. D’après le recensement de 1788, cette année-là la colonie comptait 431 sucreries, 3 551 indigoteries, six tanneries, 192 fabriques de tafia, 54 cacaotières, 370 fours à chaux, 29 poteries, 36 briqueteries, sans oublier les indispensables moulins, dont 520 à eau et 1 639 à bêtes. Un ensemble formant un capital qui oscillait entre deux et trois milliards de francs27. Le niveau de développement agro-industriel de la colonie sautait aux yeux quand on observait les activités des navires marchands dans ses ports : 678 bateaux français, dont 98 négriers, d’une capacité de 230 000 tonneaux, 763 bâtiments américains et autres, faisant 56 000 tontonneaux ; 45 autres navires français effectuant le commerce étranger, jaugeant 3 500 tonneaux, et 259 bâtiments espagnols d’une capacité de 15 500 tonneaux, soit une circulation ininterrompue de 1 745 bâtiments de toutes catégories28.

  • 29 Ibid., p. 17.
  • 30 Cité dans PLUCHON, Pierre, ibid., p. 16.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.
  • 33 Parlant de Saint-Domingue, Pierre Pluchon affirme qu’à la fin du Siècle des lumières, la « perle d (...)

18Saint-Domingue étant le plus grand producteur de sucre mondial, avec ses 80 000 tonnes l’an et ses 40 000 tonnes de café, ses exportations étaient de loin supérieures à la vente des vins, eaux-de-vie et marchandises manufacturées de la métropole et constituaient le mobile de l’agriculture et de l’industrie française, depuis la fin du règne de Louis XIV jusqu’au moment de la Révolution française29. On comprend facilement pourquoi le marquis Gouy d’Arcy et quelques grands planteurs locaux, ayant voulu obtenir une représentation aux États généraux de 1789, écrivaient, dans une lettre en date du 31 mai 1788 adressée au roi Louis XVI : « L’île trône aux côtés de la France comme un second royaume30.» Si la colonie devint un « eldorado agrocommercial31 » convoité par l’Angleterre et l’Espagne, si aucune possession du Nouveau Monde, pas même le Mexique, le Pérou ou le Brésil, qui regorgeaient pourtant de métaux précieux, ne pouvait se comparer avec la colonie française de Saint-Domingue, si certains auteurs n’hésitent pas à affirmer que « d’une certaine manière, l’Inde est au Royaume-Uni ce que Saint-Domingue est à la France32 », il ne fait aucun doute que la fertilité du sol, les capitaux massifs, la technologie, le savoir-faire et la rationalité du capitalisme mercantile se trouvaient à la base de cette productivité, de ce développement prodigieux. Mais comment expliquer le faible coût de production qui permit aux produits tropicaux de Saint-Domingue d’envahir les marchés européens et américains ? Quel fut, à cet égard, l’apport des quelque 500 000 esclaves noirs, en ce qui a trait au savoir-faire et à la force musculaire, au miracle économique de cet « eldorado construit sur un volcan33 »?

L’esclavage des Noirs au service du développement capitaliste

  • 34 WILLIAMS, Eric, Capitalisme et esclavage, tr. fr., Paris, Présence africaine, 1975 (1970), p. 16.
  • 35 LANDES, David S., Richesse et pauvreté des nations, tr. fr., Paris, Albin Michel, 2000 (1998), p. (...)
  • 36 BOSCH, Juan, op. cit., p. 128.
  • 37 Les Portugais s’adonnaient aux pratiques de l’esclavage aux îles du Cap-Vert longtemps avant l’arr (...)

19L’esclavage, en tant qu’institution économique très importante, était connu depuis la plus haute Antiquité. Il avait été le fondement de l’économie grecque et se trouvait à la base de l’édification de l’Empire romain34. Déjà au VIIe siècle, les Arabes pratiquaient la traite des Noirs africains et l’industrie sucrière arabe reposait sur une main-d’œuvre venue pour l’essentiel de l’Afrique orientale35. Les Maures avaient introduit l’esclavage des Noirs en Espagne longtemps avant la découverte du Nouveau Monde. La présence d’esclaves noirs à Hispaniola remonte à 1502, avec l’arrivée de Nicolas Ovando dans la colonie36. Si les Portugais37 et les Espagnols avaient appris des Arabes l’utilisation de la main-d’œuvre noire, l’exploitation capitaliste de l’esclavage des Noirs fut l’œuvre du moine dominicain Barthélemy de Las Casas.

  • 38 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro, op. cit., p. 39.
  • 39 Ibid.
  • 40 Voir BASTIDE, Roger, Les Amériques noires, 2e éd., Paris, Payot, 1974, p. 11-12.

20En effet, dans le but d’empêcher la décimation totale des Indiens d’Hispaniola, il proposa, en 1511, au roi Charles Quint de rapporter l’édit ayant prohibé l’introduction des Noirs à Hispaniola. Pour parvenir à convaincre le souverain espagnol, il utilisa un argument massue : « Comme le travail d’un seul Noir vaut celui de quatre Indiens, on devrait encourager le transport des Noirs de Guinée à Hispaniola38.» Ce fut le point de départ de la rationalisation de l’esclavage et de l’exploitation capitaliste de la traite des Noirs39. Il convient de souligner que, si la traite des Noirs commencée vers 1450 avait été surtout un monopole portugais, elle devint à la fin du XVIIe siècle une compétition internationale ouverte à tous. Mais les plus grands trafiquants d’esclaves noirs dans le Nouveau Monde restent et demeurent les Anglais, responsables à eux seuls de près de la moitié des déportations. Après eux, vinrent les Portugais, suivis des Français et des Hollandais40.

Débats statistiques, spéculations et polémiques

  • 41 MILLER, Joseph C., Way of Death : Merchant Capitalism and the Angolan Slave Trade (1730-1830), Mad (...)
  • 42 LANDES, David S., op. cit., p. 162.
  • 43 MANIGAT, Leslie F., Éventail d’histoire vivante d’Haïti, t. I, Port-au-Prince, Coll. du CHUDAC, Mé (...)

21Les auteurs ne s’entendent pas sur le nombre de personnes impliquées dans ce qu’on considère comme l’un des plus grands mouvements de transfert de populations d’un continent à un autre. David S. Landes fait remarquer, peut-être avec raison, que les estimations n’ont cessé d’augmenter au cours des années afin d’aggraver le crime, mais qu’il est raisonnable de parler de quelque 10 000 000 d’individus sur une période de trois siècles. Et l’auteur de souligner qu’il ne s’agit là que des survivants d’un commerce meurtrier. Se référant à un éminent spécialiste de la question41, Landes affirme que la piste entre le lieu de la capture et celui de la vente était jonchée des ossements et des fers de ceux qui succombaient en chemin, ce qui représentait jusqu’à la moitié du nombre des captifs42. Un autre auteur estime que dans ce grand débat, qui divise les spécialistes de l’étude de la traite d’esclaves sur la quantité totale de ce monstrueux transfert de population, les évaluations vont de 15 000 000 à 50 000 000 d’Africains transportés de force au Nouveau Monde43. Si l’on considère les 20 000 000 selon les analyses de Landes et les 50 000 000 rapportés par Manigat, c’est-à-dire les deux extrêmes, et étant donné que de l’Afrique à l’Amérique la traversée était plus longue et beaucoup plus meurtrière, il ne serait pas exagéré de situer le nombre d’Africains touchés par la traite à environ 30 000 000 à 35 000 000 d’individus.

  • 44 Voir SMITH, Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, t. I, op. cit (...)
  • 45 POSTLETHWAYT, Malachy, The African Trade, the Great Pillar and Support of the British Plantation T (...)
  • 46 WEBER, Max, Histoire économique : esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la socié (...)

22Au-delà des batailles de chiffres, en ce qui a trait à la contribution de l’esclavage à la phase mercantile du capitalisme, ceux qui se sont penchés sur la question, auteurs, documents et revues, sont unanimes à reconnaître qu’il fut le fondement même de l’économie de plantations. De l’avis d’Adam Smith, les profits d’une plantation de sucre d’une quelconque colonie britannique des Antilles étaient généralement plus élevés que ceux réalisés par toute autre espèce de culture connue en Europe ou en Amérique44. Pour Postlethwayt, les esclaves constituaient le soutien fondamental des colonies, et le travail de ces hommes de valeur faisait bénéficier la Grande-Bretagne de l’ensemble des produits des plantations. La conclusion est peut-être caricaturale, mais très imagée : « L’Empire britannique était une magnifique superstructure de commerce américain et de puissance navale sur une fondation africaine45.» Dans ce débat, Weber soutint que la fin de la forme capitaliste de l’exploitation coloniale coïncida avec l’abolition de l’esclavage46.

  • 47 WILLIAMS, Eric, Capitalisme et esclavage, op. cit., p. 74.
  • 48 Voir INIKORI, Joseph E., Africans and the Industrial Revolution in England : A Study in Internatio (...)
  • 49 « Entre les xvie et xviie siècles, autant l’esclavage fut essentiel pour l’accumulation des riches (...)

23Les désaccords se manifestent surtout sur le plan de l’apport de l’esclavage à l’avènement du capitalisme industriel. En référence au commerce triangulaire, Eric Williams estime que « c’est aux bénéfices de ce commerce que s’alimenta un des principaux courants de cette accumulation du capital qui finança plus tard en Angleterre la Révolution industrielle47 ». De son côté, Joseph E. Inikori affirme que le système atlantique fondé sur l’esclavage a fourni à l’Angleterre des possibilités de division du travail et de transformation des structures économiques et sociales48. Et Max Weber, pour sa part, reconnaît que l’esclavage fut essentiel pour l’accumulation en Europe, mais qu’il contribua très peu au déploiement de l’organisation capitaliste et de la forme d’exploitation industrielle lucrative49. Soutenant la position de Weber, Landes formule le problème en des termes provocateurs : sans le système atlantique

  • 50 LANDES, David S., op. cit., p. 167-168.

la Révolution industrielle aurait-elle eu lieu… ? La réponse, selon moi, est clairement oui. Les changements cruciaux dans les domaines de l’énergie (charbon et machine à vapeur) et de la métallurgie (fonte au coke) ne durent pour l’essentiel rien au système atlantique, pas plus d’ailleurs que la tentative initiale de mécanisation de la filature de la laine50.

  • 51 Soulignant l’importance de la « destruction créatrice » qui s’enracine dans les dynamiques d’innov (...)

24À notre avis, la seule façon de réconcilier ces deux points de vue, c’est de considérer le capitalisme, l’esclavage et le commerce mondial comme un ensemble d’éléments s’inscrivant dans la dynamique globale de l’Occident. En outre, on admettra que l’esclavage en Amérique était un phénomène qui affectait toutes les races et toutes les couleurs. Les Rouges, les Blancs, les Jaunes et les Noirs en furent victimes. C’est la rationalité capitaliste, en termes de rendement, de productivité, qui explique que les Noirs l’avaient été sur une plus grande échelle. En fait, il correspondait à une phase ou à un stade du développement du capitalisme. Et si l’esclavage était essentiel au développement du capitalisme marchand aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, c’est le capitalisme industriel qui a été à la base de son abolition au XIXe siècle. En ce sens, le pouvoir de « destruction créatrice » du capitalisme est indéniable51.

L’esclavage et la prospérité de Saint-Domingue

  • 52 JOACHIM, Benoît B., op. cit., p. 9.

25L’esclavage à Hispaniola concernait d’abord les Indiens, c’est-à-dire les autochtones. En l’espace d’un quart de siècle, les Taïnos, Ciboneys et autres Arrawaks, qui formaient la population de l’île, estimée à 1 000 000 d’habitants52, furent presque entièrement décimés par la rigueur de l’esclavage, la dureté du travail des mines et les actes d’atrocité auxquels les soumettaient les conquistadors, sans compter les nouvelles maladies avec lesquelles ils étaient en contact. Comme nous l’avons déjà mentionné, dès 1502, les Espagnols avaient commencé à transporter à Hispaniola des Noirs que les colons, par la suite, accusèrent de pousser les Indiens à la révolte. Leur « importation » fut donc suspendue, puis reprise en 1517, avec l’autorisation de Charles Quint. Mais les mines d’or s’épuisant, les Espagnols allaient, progressivement, partir pour Cuba, le Mexique, le Pérou, l’Argentine et le Chili.

26Profitant de l’état d’abandon d’Hispaniola, les Français allaient s’établir à l’île de la Tortue et sur la côte nord-ouest pour finir par s’emparer de la partie occidentale qu’ils baptisèrent Saint-Domingue. Ils se divisaient en deux groupes : les flibustiers et les boucaniers. Les premiers s’adonnaient à la piraterie et les seconds à la chasse. Les deux groupes formaient des associations appelées matelotages qui leur permettaient d’échanger les produits de la chasse et des butins tels qu’esclaves (Amérindiens, Noirs ou Blancs), armes et munitions, etc. Les efforts d’organisation de la colonie, entamés dès 1665, allaient commencer à se concrétiser en 1697, avec la signature du traité de Ryswick entre l’Espagne et la France. Ainsi, le XVIIIe siècle allait être celui de la prospérité de Saint-Domingue. La fertilité du sol, les investissements de capitaux, la technologie et la rationalité capitaliste expliquent dans une large mesure le rythme et l’ampleur du développement agrocommercial de Saint-Domingue. Mais la traite des Noirs et la maind’œuvre des esclaves noirs forment une composante indispensable pour comprendre et expliquer l’évolution de la colonie et le développement de l’économie de plantations.

L’importation des Noirs à Saint-Domingue

  • 53 Si, dans un premier temps, la métropole, pour faire face à la croissance démographique, au chômage (...)
  • 54 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro, op. cit., p. 108.
  • 55 FOUCHARD, Jean, Les marrons de la liberté, Paris, Éditions de l’École, 1972, p. 109.

27Si pendant une longue période, comme ce fut le cas pour les colonies anglaises, le système de main-d’œuvre blanche, de domestiques engagés, de forçats et de déportés fut en vigueur à Saint-Domingue, avec la prise en charge effective de la colonie par la métropole et, surtout, l’extension de la culture de la canne à sucre, le système esclavagiste ne concernait plus que les Noirs53. À mesure que l’industrie sucrière devenait une entreprise de grand capital, elle dépendait de plus en plus étroitement de la maind’œuvre noire54. En 1716, on importait 4 000 esclaves noirs. Au fur et à mesure que les plantations se multipliaient, le nombre d’esclaves importés annuellement augmentait. Entre 1750 et 1786, 30 000 esclaves arrivaient à Saint-Domingue chaque année. Le plafond était atteint en 1787, lorsque le chiffre d’arrivées atteignit 40 00055.

  • 56 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 15.

28La traite des Noirs faisait partie du système atlantique, c’est-à-dire qu’elle était un élément d’un complexe beaucoup plus vaste : le commerce triangulaire, le commerce tricontinental, le commerce mondial. Saint-Domingue était inscrite dans cette dynamique globale qui impliquait des mouvements de fonds impressionnants dans lesquels les investisseurs cherchaient, selon la logique capitaliste, à minimiser les pertes et à maximiser les profits. Les investissements dans l’achat d’esclaves dans la colonie française étaient si lucratifs qu’ils représentaient, en 1788, 59 000 000 de francs, tandis que les exportations françaises dans l’Antille ne s’élevaient qu’à 54 000 000 de francs56.

  • 57 Ibid., p. 16.

29Si les planteurs investissaient autant de capitaux dans la main-d’œuvre noire, c’est qu’elle rapportait des bénéfices et ces bénéfices étaient observables à la fois dans la productivité et dans le volume de production. Elle était indispensable au fonctionnement de l’économie de plantations, comme l’abolition de l’esclavage devait le prouver par la suite. Ainsi, la traite était le centre du commerce triangulaire. Et comme toutes les colonies britanniques réunies ne valaient pas Saint-Domingue, elle était donc le centre du système colonial et du mercantilisme, et la main-d’œuvre noire était le moteur de l’industrie sucrière à Saint-Domingue. Avec ses plus de 500 000 esclaves, la colonie était le premier producteur mondial de sucre. Si l’action des techniques progressistes du capitalisme en avait fait un pays en avance sur la France, encore paralysée par l’archaïsme57, cela signifie que la division du travail existait et le processus de différenciation structurelle était très avancé. Ce sont les contradictions de classes et de races qui imprimaient à Saint-Domingue l’image d’un eldorado construit sur un volcan. Quand, sous l’influence des idées de la Révolution de 1789, les élites de cette société, dont les fondements étaient minés par des contradictions de classes et de races, commencèrent à revendiquer leurs droits sociaux et politiques et que l’esclavage dut être aboli, ce fut aussi la fin de la prospérité, du miracle économique et du capitalisme à Saint-Domingue.

Classes sociales et fractions de classes dans la colonie la plus prospère de l’époque

  • 58 Ces concepts sont utilisés par Max Weber dans sa Sociologie des religions, texte traduit partielle (...)

30Les problèmes de classes à Saint-Domingue étaient greffés sur des problèmes de races. Cela aggravait les contradictions de classes et limitait les possibilités d’alliance entre les fractions d’une même classe. En outre, les classes sociales et les fractions de classes constituaient les « porteurs sociaux » ou « couches porteuses58 » des idées de la Révolution française qui contribuaient à exacerber les tensions sociopolitiques et la lutte des classes dans la colonie. Les élites politiques allaient profiter de ce contexte explosif. Elles y puiseront les justifications idéologiques nécessaires à la lutte pour la conquête du pouvoir. Celle-ci constituait l’aspect fondamental du processus impliquant l’effondrement de l’État métropolitain et la sociogenèse de l’État haïtien. Comme on a pu le constater précédemment, la colonie française de Saint-Domingue, à la veille de 1789, était une société complexe qui peut être analysée en fonction de la division du travail et de la spécialisation des tâches, si l’on accepte de faire l’effort intellectuel nécessaire en vue d’éviter l’amalgame classes-races.

L’amalgame classes-races

  • 59 DORSAINVIL, J. C., op. cit., p. 42.

31L’amalgame classes-races est un phénomène typiquement haïtien qui remonte à la période coloniale et qui est véhiculé dans la société à travers les manuels d’histoire et les discours de certains tenants de l’École ethnologique haïtienne, adeptes de la « négritude » ou du « noirisme ». Cette conception des classes sociales frise l’absurde, car elle définit l’appartenance à une classe non pas en fonction de la communauté d’intérêts déterminant des positions politico-idéologiques communes, du statut social de l’individu, de la fonction qu’il occupe ou de son niveau de vie, mais surtout au regard de sa couleur ou de sa race. Certains historiens n’ont pas hésité à parler, à l’époque coloniale, de la classe des Blancs, de celle des affranchis (gens de couleur) et de celle des esclaves59. Selon d’autres, le système social de Saint-Domingue avait une structure hautement hiérarchisée :

  • 60 MANIGAT, Leslie F., op. cit., p. 63

Entre les Blancs, juchés au sommet de la pyramide ethnosociale, et les nègres casés tout au bas de cette pyramide comme esclaves, s’était assez vite développée la catégorie sociale intermédiaire des affranchis, constituée par presque tous les mulâtres ou sang-mêlé, et un petit nombre de noirs libres60.

32L’amalgame classes-races laisse l’impression que chacune de ces catégories sociales avait les mêmes intérêts. Mais on sait qu’il existait à Saint-Domingue des Blancs propriétaires et des Blancs non propriétaires, couramment appelés petits-Blancs ou Blancs manants. Ces derniers étaient des artisans dont les intérêts étaient différents de ceux des grands propriétaires blancs. Ceux-ci les méprisaient et les considéraient comme des fauteurs de troubles voulant créer un chambardement dans la colonie afin de se substituer à eux. Il en était de même de la catégorie des affranchis dont les principaux leaders, notamment Vincent Ogé, avaient tout fait pour créer une alliance entre propriétaires blancs et affranchis, dans le but évident de faire échec aux « menées subversives » des non-propriétaires blancs et mulâtres, et, surtout, de maintenir les esclaves – principaux artisans de l’étonnante prospérité qu’avait connue Saint-Domingue à la veille de 1789 – dans une situation de soumission totale. Cette mise au point étant faite, il nous revient maintenant de présenter une nouvelle lecture de la configuration sociale de Saint-Domingue qui tienne compte de ces nuances.

Configuration sociale de Saint-Domingue à la veille de 1789

  • 61 Cette façon de procéder vise essentiellement à nous permettre de ne pas trop nous distancer des ca (...)

33À la veille de 1789, on pouvait relever à Saint-Domingue trois grandes classes sociales : la classe supérieure, la classe moyenne et la classe des esclaves. Chacune d’elles était composée de plusieurs fractions de classes, que nous appellerons, dans le cadre de ce travail, couches sociales61. Pour démêler cet écheveau, il importe de les analyser une à une.

La classe supérieure

  • 62 Certains historiens, comme Leslie F. Manigat, considèrent les planteurs blancs comme « les véritab (...)
  • 63 CASIMIR, Jean, op. cit., p. 31.
  • 64 LEPKOWSKI, Tadeusz, Haití, t. I, La Havane, Casa de las Américas, 1968, p. 53.
  • 65 CASIMIR, Jean, op. cit.

34Celle-ci regroupe les négociants et les procureurs-commerçants, les armateurs, les planteurs blancs, l’élite de la bureaucratie militaro-administrative, les gens de profession libérale et les propriétaires affranchis. Il s’agit bien là des fractions ou couches d’une même classe déchirée par des contradictions insurmontables. La fraction des négociants représentait, n’en déplaise à certains historiens62, les vrais privilégiés de l’économie de plantations. Ceci s’explique par le fait que l’établissement des premières plantations d’envergure était dû à des investissements de capitaux commerciaux. Et les colons résidents étaient surtout des nobles de province appauvris, qui ne pouvaient disposer de tels moyens financiers. Donc, il fallait l’association d’un planteur et d’un négociant pour s’adonner à la culture de la canne. En général, cette association se faisait au détriment du planteur. C’est ce qui explique les difficultés auxquelles faisaient face les planteurs, souvent endettés, et se trouvant au bord de la faillite63. En outre, les grands planteurs absentéistes avaient tendance à choisir leurs commissionnaires parmi les commerçants des ports. Les procureurs-commerçants prêtaient donc leurs services à diverses plantations64. Ils s’occupaient fondamentalement du budget de la plantation, de l’achat de matériaux et d’esclaves, de la vente ou du troc des produits des plantations65.

35Les armateurs, hautement impliqués dans le commerce triangulaire, constituaient une autre fraction de la classe supérieure qui bénéficiait de la prospérité de Saint-Domingue. À l’instar des négociants, ils étaient liés aux hautes sphères des finances européennes. Ils tiraient profit de tout : traite des Noirs, transport d’articles manufacturés et de produits tropicaux, contrebande, etc. Les planteurs blancs représentaient la troisième couche de la classe supérieure. Ils étaient divisés en deux groupes : les planteurs absentéistes et les planteurs résidents. Les premiers provenaient surtout des hautes sphères de la noblesse. Comme ils jouissaient d’un degré de fortune très élevé, ils pouvaient s’offrir le luxe de vivre dans la métropole et de confier la gestion de leurs habitations à des procureurs-négociants. L’autre groupe était constitué de planteurs considérés pratiquement comme les fermiers des négociants et des armateurs qui leur prêtaient de l’argent à des taux usuraires.

  • 66 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 10.

36L’élite de la bureaucratie militaro-administrative et les gens de professions libérales, en principe, n’étaient pas propriétaires. Ces deux fractions de la classe supérieure étaient surtout des groupes de prestige, pour utiliser un langage wébérien. En d’autres termes, ils jouissaient respectivement du prestige attaché à leur statut de fonctionnaire de l’État et à la noblesse de leur profession. Mais à côté d’eux, on trouvait les planteurs affranchis établis dans les régions montagneuses et qui s’adonnaient surtout à la culture du café. Cette couche de la classe supérieure était propriétaire du tiers des terres et du quart des esclaves à Saint-Domingue. Certains des planteurs affranchis étaient très cultivés et avaient fait leurs études en France. Mais en dépit de leur degré de fortune et d’instruction très élevé, ils n’étaient pas considérés comme les égaux des membres des autres fractions de la classe supérieure. Si ceux-ci, du fait d’êtres des Blancs, étaient tous sujets de droit à part entière, ceux-là jouissaient de « prérogatives limitées par les lois, les règlements et les mœurs qui sanctionnaient l’impureté de leur sang66 ». Cela nous donne une idée des contradictions qui déchiraient les différentes couches de la classe supérieure à la veille de 1789.

La classe moyenne

  • 67 Les engagés étaient des Blancs si pauvres qu’ils se voyaient dans l’obligation, pour payer leur vo (...)
  • 68 Ces Noirs libres – on en comptait plusieurs milliers dans la colonie – étaient surtout d’anciens e (...)

37Cette classe était composée de deux fractions de classe : les petits-Blancs et les affranchis non propriétaires (mulâtres et noirs). Les petits-Blancs étaient en général d’anciens « engagés67 » ou des Blancs arrivés tard dans la colonie et qui, de ce fait, n’avaient pu acquérir des terres. Cette couche de la classe moyenne était constituée d’artisans, de petits fonctionnaires, d’employés des grandes plantations et d’ouvriers. Dans l’autre fraction de cette classe, figuraient les affranchis non propriétaires, c’est-à-dire des Mulâtres et des Noirs libres68. Ils partageaient pratiquement la même situation sociale et économique que les petits-Blancs. Mais le fait d’être des non-Blancs les exposait à toutes sortes d’insultes de la part de leurs frères de classe. En fait, les préjugés de races et de classes constituaient une véritable spirale dans la société de Saint-Domingue : les Blancs de la classe supérieure méprisaient les propriétaires affranchis et les petits-Blancs ; les petits-Blancs n’avaient aucun respect pour les planteurs affranchis et les affranchis de la classe moyenne. Donc, les contradictions de classes étaient greffées sur des problèmes de races. Mais cette classe moyenne, comme toutes les classes moyennes, pouvait déverser sur la classe des esclaves ses aigreurs et les sentiments de rage qu’elle éprouvait contre le mauvais sort qui lui était fait.

La classe des esclaves

38Les esclaves étaient des non-possédants. Ils n’avaient pas la propriété de leur propre personne. D’ailleurs, ils n’étaient même pas considérés comme des êtres humains. Ils étaient les choses de leurs maîtres, des biens meubles, très précieux surtout lorsqu’ils acceptaient leur condition d’esclave et restaient complètement soumis. Ils étaient l’objet de châtiments de toutes sortes. Leur maître avait sur eux, légalement, droit de vie et de mort.

  • 69 MANIGAT, Leslie F., op. cit., p. 69.
  • 70 On appelait esclaves créoles ceux qui étaient nés dans la colonie, et nègres bossales ceux qui ven (...)

39Les esclaves ne formaient pas une classe homogène non plus. Il y avait parmi eux des esclaves domestiques et des « nègres » à talent qui étaient des privilégiés comparativement à la masse des autres esclaves. « Ils se donnaient des airs importants et affichaient un certain complexe de supériorité vis-à-vis de leurs frères de servitude astreints aux travaux des champs69.» Une autre ligne de clivage traversait cette classe : celle qui séparait les « nègres créoles » des « nègres bossales »70. Les conditions de vie des esclaves étaient si pénibles qu’ils arrivaient difficilement à vivre pendant longtemps dans l’enfer de Saint-Domingue. Les plus courageux fuyaient le système en se réfugiant dans des mornes d’accès difficile. Ainsi, de nouveaux arrivants venaient constamment combler le manque de main-d’œuvre provoqué par le « marronnage » et le taux de mortalité élevé qu’on enregistrait au sein de cette classe.

  • 71 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 9-10.

40Selon certains historiens, on pouvait dénombrer à Saint-Domingue, à la veille de 1789, plus de 500 000 Noirs, 30 000 Blancs et de 30 000 à 60 000 gens de couleur71. Pour maintenir un si grand nombre d’esclaves dans ces conditions inhumaines, gérer les contradictions intraclassistes et interclassistes, faire fonctionner ce système d’exploitation capitaliste à plein rendement, avec un niveau de productivité et un volume de production prodigieux, il fallait, en plus des investissements massifs de capitaux, d’une technologie de pointe, d’un savoir-faire impeccable et de la rationalité capitaliste, un degré d’organisation étatique qu’on trouvait à l’époque uniquement en Europe occidentale. De même que Saint-Domingue était une création de l’expansionnisme européen et des rivalités entre les puissances occidentales dans la course à la conquête et au partage du monde, l’État colonial français de Saint-Domingue était un prolongement de l’absolutisme monarchique dont la politique coloniale consistait à organiser la colonie par et pour la métropole.

L’État et l’application du Pacte colonial à Saint-Domingue/Haïti

41On sait que les aventuriers français furent à l’origine de la conquête de Saint-Domingue, que les activités de piraterie auxquelles ils s’adonnaient et leur établissement dans la partie occidentale de l’île constituent les fondements même de la colonisation française. Mais l’organisation politicoadministrative de la colonie, la mise en place des structures sur lesquelles l’agro-industrie allait se développer, l’établissement d’un cadre approprié aux investissements massifs de capitaux et à l’exploitation capitaliste de la colonie furent l’œuvre de l’État absolutiste métropolitain. C’était aussi grâce à la définition et l’application de la politique coloniale par l’État que la prospérité légendaire de Saint-Domingue parvenait à assurer le rayonnement économique de la France. Toutefois, cette politique coloniale constituait une arme à double tranchant : source du conflit permanent entre planteurs autonomistes et représentants du pouvoir métropolitain, elle fut ainsi le point de départ du processus qui conduisit au démantèlement de l’appareil étatique français à Saint-Domingue et à la sociogenèse de l’État haïtien.

  • 72 Voir DORSAINVIL, J. C., op. cit., p. 36-37.

42À la fin du XVIIe siècle, notamment avec le traité de Ryswick de 1697 qui fixa les frontières entre la partie orientale et la partie occidentale de l’île, c’est-à-dire entre Santo Domingo, colonie espagnole, et Saint-Domingue, possession française, l’État absolutiste métropolitain entreprit d’organiser sa colonie. Il nomma ses propres agents qu’il parachuta à Saint-Domingue : le gouverneur général, l’intendant des finances et les officiers royaux. La colonie était divisée en trois provinces : le Nord, l’Ouest et le Sud, et les provinces subdivisées en quartiers et en paroisses. Le gouverneur général provenait toujours de la haute noblesse de France. Nommé par le roi pour trois ans, il était chargé de l’organisation militaire de la colonie. À ce titre, il dirigeait une structure hautement hiérarchisée qui devait garantir la sûreté intérieure et extérieure de Saint-Domingue. Du gouverneur général dépendaient les trois gouverneurs particuliers qui le représentaient dans chacune des trois provinces. Sous le contrôle direct des gouverneurs particuliers se trouvaient les lieutenants du roi à la direction des villes, suivis des lieutenants de quartiers et des majors de paroisses. En tant que représentant du roi, le gouverneur général détenait l’autorité suprême dans la colonie. Les chefs militaires, qui étaient ses subordonnés, exerçaient un pouvoir quasi absolu dans les limites de leur juridiction. L’armée fut composée, pendant longtemps, de 5 000 soldats européens répartis dans les différentes garnisons, avec une forte concentration au Cap-Français et à Port-au-Prince. Au besoin, on la renforçait par les milices des quartiers72. Il est évident que l’ombre du militarisme de l’absolutisme monarchique français planait sur Saint-Domingue.

  • 73 Voir ELIAS, Norbert, op. cit., p. 25.
  • 74 Voir DORSAINVIL, J. C., op. cit., p 38-40.

43La centralisation militaire renvoie au monopole de la violence plus ou moins légitime qui est l’une des caractéristiques de l’État absolutiste. La centralisation administrative, son corollaire, se réfère au monopole de la fiscalité. Ces deux monopoles sont étroitement liés : l’un ne va pas sans l’autre73. Donc, à l’image de la métropole, la centralisation administrative était à l’honneur dans la colonie. Ainsi, l’intendant des finances, nommé pour trois ans lui aussi, était chargé de la mise en place et du fonctionnement de l’administration civile. Les finances, la justice, les hôpitaux et l’entretien matériel de l’armée relevaient de sa compétence. Dans le domaine des finances, travaillaient sous sa direction des administrateurs provinciaux, des ordonnateurs du roi, des receveurs d’octroi, des syndics de paroisses. L’appareil judiciaire était composé de deux conseils supérieurs qui avaient respectivement pour siège le Cap-Français et Port-au-Prince. On retrouvait une sénéchaussée dans chaque ville importante. Sur le plan sanitaire, des hôpitaux furent créés dans le Nord (Cap-Français), l’Ouest (Port-au-Prince) et dans le Sud (les Cayes)74.

  • 75 BRUTUS, Edner, op. cit., p. 257.
  • 76 CASIMIR, Jean, op. cit., p. 30.

44Avec cette double structure, véritable bureaucratie militaroadministrative, la colonie était mise en coupe réglée par la métropole. La monarchie absolue française avait pris en main les destinées de Saint-Domingue. Elle s’était arrogé le droit et le pouvoir de concéder des terres à des colons, à ses propres agents, à ses courtisans et à ses alliés. Et son alliance avec la bourgeoisie française allait transformer le visage de Saint-Domingue et lui imprimer l’image de la « Perle des Antilles ». La division en classes et fragments de classes dominantes dans la colonie est une réponse aux initiatives de la bourgeoisie métropolitaine et une adaptation à ses victoires politiques. L’État et le ministère de la Marine, les armateurs négriers, les industriels, les négociants et « tous ceux qui avaient des créances à Saint-Domingue75 » opérèrent dans un circuit qui dépassait la colonie, l’entraînait et déterminait le rythme de progrès des colons76. Ainsi, l’État absolutiste français et la bourgeoisie française étaient les principaux bénéficiaires de la prospérité de la colonie. Mais quels furent les mécanismes qui permirent à l’État et à la bourgeoisie de tirer autant de profits de la mise en valeur de la colonie ?

Le système de l’Exclusif ou Pacte colonial

  • 77 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 9.

45Le système de l’Exclusif ou Pacte colonial définit les relations entre la métropole française et ses colonies. Selon le Pacte colonial, « les colonies sont créées par et pour la métropole, et non l’inverse ». Cette formule résumait l’essence de la politique coloniale française définie par le ministre Colbert ; d’où la notion de « colbertisme », l’équivalent du système de l’Exclusif ou Pacte colonial. En vertu du Pacte colonial, la monarchie éliminait la liberté de commerce. Et le commerce exclusif avec la France plaçait la colonie dans une situation de dépendance totale vis-à-vis de la mère patrie : et pour la vente de ses denrées tropicales, et pour son approvisionnement en articles manufacturés et en main-d’œuvre noire. Ainsi, les produits européens se vendaient à des prix exorbitants sur le marché colonial : farines, vins, ferrements, et esclaves africains. En revanche, les denrées tropicales s’achetaient à très bas prix : sucre, café, indigo, coton. Dans une telle situation, la colonie ne faisait qu’enrichir les grands ports français : Bordeaux, Nantes, Marseille, Le Havre, en leur vendant ses précieuses denrées tropicales et en achetant les produits de leur arrière-pays77.

  • 78 JOACHIM, Benoît B., op. cit., p. 12.
  • 79 Ibid., p. 11.

46Les rapports de domination et d’exploitation entre Saint-Domingue et la France plaçaient les planteurs blancs au bord de la faillite. Certains d’entre eux étaient totalement ruinés. Pour essayer de remonter le courant, ils empruntaient aux armateurs et aux négociants qui jouaient aussi le rôle de banquiers. Ils s’étaient endettés à un point tel que, dans les années 1780, certains d’entre eux devaient la presque totalité de leurs récoltes aux bailleurs de fonds. On comprend pourquoi certains historiens voient en eux les fermiers de leurs bailleurs de fonds78. Mais les planteurs blancs n’avaient jamais accepté le sort qui leur était fait. En maintes occasions, ils avaient revendiqué la liberté de commerce qui leur aurait permis d’alléger le fardeau de l’Exclusif et de pouvoir réaliser des bénéfices substantiels. Bien avant l’indépendance des 13 colonies américaines, ils avaient recouru, en 1722, 1765 et 1769, à la sédition pour manifester leur volonté de s’autogouverner79.

L’aggravation de la situation dans la colonie par les rapports transnationaux de pouvoir

47La conquête de Saint-Domingue et l’évolution de cette colonie française s’inscrivaient dans la dynamique de l’émergence du système interétatique et du système capitaliste en expansion. L’alliance entre les jeunes États et leurs bourgeoisies nationales créait des capitalismes nationaux agressifs. La lutte pour la suprématie entre les monarques, la course à la conquête et au partage du monde avaient transformé l’Europe et les régions convoitées par les puissances européennes en champs de bataille. Les guerres francoespagnoles, anglo-espagnoles, anglo-françaises, anglo-hollandaises, hispano-hollandaises et franco-hollandaises, avaient leurs répercussions en Amérique en général, et dans la Caraïbe en particulier. Ces guerres expliquent le partage d’Hispaniola entre l’Espagne et la France, l’appui de la France et de l’Espagne aux Américains lors de la guerre d’indépendance de ce pays contre l’Angleterre, ainsi que les agressions et tentatives de conquête des Espagnols et des Anglais dont Saint-Domingue fut l’objet tout au long du XVIIIe siècle.

  • 80 Au sujet des relations entre l’État moderne et le capitalisme, l’historien allemand Otto Hintze éc (...)

48Mais la guerre ne fut pas le sport préféré des monarques européens. On ne doit jamais oublier que « les affaires de l’État et du capitalisme sont inextricablement liées, qu’elles ne sont que les deux faces ou aspects d’un même développement historique80 ». Les guerres entre les capitalismes nationaux étaient tout aussi intenses et tout aussi dévastatrices que les guerres entre les États. Elles visaient la ruine économique des colonies des États et des capitalismes rivaux. Le commerce de contrebande, appelé aussi interlope, pratiqué à Saint-Domingue par les Hollandais, les Anglais et les Espagnols, s’il apportait une bouffée d’oxygène aux planteurs, affectait sérieusement les intérêts de la monarchie et de la bourgeoisie françaises. En d’autres termes, le trafic illicite était profitable aux autres États-nations européens et américains.

  • 81 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 33-34.

49Pour contrer cet acte d’agression, la bureaucratie militaro-administrative de Saint-Domingue réagissait avec sévérité contre les colons qui osaient violer le principe sacro-saint du Pacte colonial. Les deux piliers de la politique coloniale française à Saint-Domingue, le gouverneur général et l’intendant des finances, ne se faisaient jamais prier pour prendre des mesures drastiques dans leurs domaines respectifs. Le premier, en véritable despote militaire, entouré d’officiers arrogants, asservissait les petits-Blancs et les libres au service de la milice et exerçait une surveillance « odieuse » sur toute la colonie. Quant au second, surtout depuis l’arrivée de Barbé de Marbois en 1785, il se comportait en tyran fiscal, qui fouillait les registres, vérifiait les recensements, redressait les comptes, infligeait des amendes81. Cette attitude des hauts fonctionnaires de la bureaucratie militaro-administrative ne faisait qu’envenimer les rapports déjà tendus entre la colonie et la métropole, tout en renforçant les velléités autonomistes de certaines fractions de la classe possédante. On se trouvait déjà à la veille de 1789 : la France et l’Europe avançaient à grands pas vers l’événement du Siècle des lumières qui allait bouleverser le panorama sociopolitique et marquer la conscience universelle : la première révolution démocratique bourgeoise.

50Trois siècles après l’arrivée des conquistadors, l’expansionnisme européen avait changé la face de l’Amérique : explorations, conquêtes, pillages, actes de piraterie, exterminations d’autochtones, guerres, balkanisation de la Caraïbe, esclavage des Noirs et Révolution américaine. Les « civilisés » avaient tout apporté aux « barbares » : la chrétienté, la science et la technique, l’État absolutiste, l’exploitation capitaliste des ressources naturelles et humaines. De ce processus global naquit Saint-Domingue : cette « île légendaire », la « perle des Antilles », colonie la plus prospère de l’époque. Des conflits intraclassistes et interclassistes greffés sur des problèmes de races, des antagonismes entre possédants et non-possédants, entre libres et non-libres, entre autonomistes et partisans du système de l’Exclusif, laissaient prévoir des jours sombres pour la colonie.

  • 82 ANDERSON, Perry, op. cit., p. 11-12.

Mais [l] a lutte séculaire entre les classes se résout en dernière analyse au niveau politique et non au niveau économique ou culturel d’une société. En d’autres termes, c’est la construction et la destruction des États qui décident des changements fondamentaux dans les rapports de production, tant que les classes sociales subsistent82.

51L’Europe qui se trouvait à l’origine de la dynamique globale dans laquelle s’inscrivait Saint-Domingue, et la France qui y avait organisé le « miracle économique » que sa colonie symbolisait, allaient offrir le « moment politique » aux « jacobins blancs, mulâtres et noirs » de Saint-Domingue. Les « conditions adéquates » étaient donc réunies.

Notes

1 La piraterie maritime à cette époque était l’apanage des corsaires. En effet, la France, l’Angleterre, la Hollande, etc., aux xvie et XVIIe siècles, dans le cadre des rivalités intercolonialistes, se comportant en véritables États-bandits sur le plan externe, délivraient des lettres de course aux flibustiers, armaient des bandits notoires, des repris de justice, des tueurs professionnels, pour arriver à obtenir leur part du butin que constituaient les richesses du Nouveau Monde.

2 « The “military revolution” or “military modernization” refers to the process whereby small, decentralized, self-equipped feudal hosts were replaced by increasingly large, centrally financed and supplied armies that equipped themselves with ever more sophisticated and expensive weaponry. The expense of the military revolution led to financial and constitutional strain, as parsimonious and parochial estates refused to approve requisites taxes. » Voir DOWNING, Brian M., The Military Revolution and Political Change, Princeton, Princeton University Press, 1992, p. 10.

3 Dans Contrainte et capital dans la formation de l’Europe (990-1990), Tilly place carrément l’organisation de la contrainte et la préparation de la guerre au centre de son analyse où il montre que la structure de l’État apparaît essentiellement comme un produit secondaire des efforts des gouvernants pour acquérir les moyens de la guerre et il insiste sur le fait que les relations entre les États, spécialement dans la guerre et la préparation de la guerre, ont affecté fortement le processus entier de la formation de l’État. Voir TILLY, Charles, Contrainte et capital dans la formation de l’Europe (990-1990), tr. fr., Paris, Aubier, 1992 (1990), p. 38.

4 De l’avis de Perry Anderson, le développement des canons en bronze moulé fit pour la première fois de la poudre l’arme décisive des guerres, rendant anachroniques les forteresses des barons. Voir ANDERSON, Perry, L’État absolutiste : ses origines et ses voies, t. I, tr. fr., Paris, Maspero, 1978 (1976), p. 22.

5 La souveraineté interne et externe implique le double monopole de la contrainte et de la fiscalité, pour reprendre l’expression de Norbert Elias. Voir ELIAS, Norbert, La dynamique de l’Occident, op. cit., p. 25.

6 « Il est intéressant de constater qu’en effet, de 1450 à 1500, années qui virent à l’ouest les premiers prodromes des monarchies absolues unifiées, la longue crise de l’économie féodale fut surmontée grâce à une réorganisation des facteurs de production où pour la première fois des découvertes technologiques spécifiquement urbaines jouèrent un rôle primordial. » Voir ANDERSON, Perry, L’État absolutiste : ses origines et ses voies, op. cit., p. 22.

7 BEAUD, Michel, Histoire du capitalisme de 1500 à 2000, 5e éd., Paris, Seuil, 2000 (1981), p. 28-29.

8 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro, op. cit., p. 72-73.

9 Ibid.

10 Ibid., p. 73-74.

11 Les Pays-Bas, appelés improprement, traditionnellement, Hollande, sont devenus indépendants en 1580. Le nom traditionnel de Hollande sera conservé dans le cadre de ce travail pour désigner ce pays.

12 Certains historiens estiment qu’en 1623 quelque 800 navires hollandais opéraient dans la Caraïbe. Voir BOSCH, Juan, De Cristóbal Colón a Fidel Castro. El Caribe, frontera imperial, 11e éd., Saint-Domingue, Editorial Corripio, 2000 (1970), p. 198.

13 BOSCH, Juan, ibid., p. 199-203.

14 Les Anglais y avaient été chassés par les Français. Voir DORSAINVIL, Justin Chrysostome, Manuel d’histoire d’Haïti, Port-au-Prince, Henri Deschamps, Édition post 1957 (1924), p. 32.

15 À ce sujet, Adam Smith écrit : « Elle [Saint-Domingue] est maintenant la plus importante des colonies à sucre des Indes occidentales, et l’on assure que son produit excède celui de toutes les colonies à sucre de l’Angleterre, prises ensemble. » Voir SMITH, Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, t. II, tr. fr., Paris, Flammarion, 1991 (1776), p. 180.

16 La partie occidentale représente le tiers de l’île, soit 27 750 km².

17 BOSCH, Juan, op. cit., p. 27.

18 Ibid., p. 22.

19 BEAUD, Michel, op. cit., p. 65.

20 Ibid., p. 55.

21 De 1665 jusqu’à la fin du xviie siècle, des représentants successifs du roi de France, tels que Bertrand d’Ogeron, de Pouansey, Du Casse, etc., avaient essayé, sans succès, d’organiser la colonie et de fixer les habitants au sol en vue de promouvoir l’agriculture. Voir DORSAINVIL, J. C., op. cit., p. 35-36.

22 Pour le sociologue Jean Casimir, une compagnie commerciale est une organisation à laquelle l’État afferme une colonie. Elle devient responsable de l’économie et du peuplement du territoire. Voir CASIMIR, Jean, La culture opprimée, tr. fr., Portau-Prince, Imprimerie Lakay, 2001 (1981), p. 19.

23 BRUTUS, Edner, Révolution dans Saint-Domingue, t. I, Bruxelles, Éditions du Panthéon, s. d., p. 121.

24 CASIMIR, Jean, op. cit., p. 21.

25 Ibid., p. 30.

26 L’expression commerce triangulaire évoquait le commerce tricontinental entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. En fait, l’Europe était le point de départ et le point d’arrivée. Les bateaux laissaient les ports du vieux continent avec leurs cargaisons d’articles manufacturés en direction de l’Afrique, plus précisément vers la côte de la Guinée. Là, les capitaines des navires européens échangeaient une partie de leurs produits contre des Noirs, qu’ils chassaient également ou qu’ils acquéraient des roitelets ou des chefs de tribus. Ensuite, ils laissaient le continent africain avec leurs nouvelles cargaisons composées de Noirs et de l’autre partie des objets manufacturés, pour se diriger vers l’Amérique, notamment vers la Caraïbe. Et dans les ports des divers pays du Nouveau Monde, ils échangeaient le contenu de leurs bateaux contre des peaux et des produits tropicaux avant de repartir pour l’Europe.

27 Étant donné que les Noirs, réduits en esclavage et qui étaient plus de 500 000, étaient considérés comme des biens meubles, c’est-à-dire des objets de valeur comme les autres, on pourrait estimer à quatre et six milliards de francs le capital investi à Saint-Domingue. Voir PLUCHON, Pierre, Toussaint Louverture : un révolutionnaire d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1989, p. 16.

28 Ibid., p. 16-17.

29 Ibid., p. 17.

30 Cité dans PLUCHON, Pierre, ibid., p. 16.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Parlant de Saint-Domingue, Pierre Pluchon affirme qu’à la fin du Siècle des lumières, la « perle des Antilles […] brille des mille feux d’un eldorado de légende ». Pour sa part, l’historien Benoît B. Joachim, en référence à la situation de cette colonie à la même époque, écrit : « eldorado ou volcan ? » En fait, c’était les deux à la fois, c’est-àdire un eldorado construit sur un volcan. Voir PLUCHON, Pierre, ibid., p. 9 ; JOA-CHIM, Benoît B., Les racines du sous-développement en Haïti, Port-au-Prince, Henri Deschamps, 1979, p. 15.

34 WILLIAMS, Eric, Capitalisme et esclavage, tr. fr., Paris, Présence africaine, 1975 (1970), p. 16.

35 LANDES, David S., Richesse et pauvreté des nations, tr. fr., Paris, Albin Michel, 2000 (1998), p. 104.

36 BOSCH, Juan, op. cit., p. 128.

37 Les Portugais s’adonnaient aux pratiques de l’esclavage aux îles du Cap-Vert longtemps avant l’arrivée de Colomb dans le Nouveau Monde. Voir LANDES, David S., op. cit., p. 105.

38 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro, op. cit., p. 39.

39 Ibid.

40 Voir BASTIDE, Roger, Les Amériques noires, 2e éd., Paris, Payot, 1974, p. 11-12.

41 MILLER, Joseph C., Way of Death : Merchant Capitalism and the Angolan Slave Trade (1730-1830), Madison, University of Wisconsin Press, 1988.

42 LANDES, David S., op. cit., p. 162.

43 MANIGAT, Leslie F., Éventail d’histoire vivante d’Haïti, t. I, Port-au-Prince, Coll. du CHUDAC, Média-Texte, 2001, p. 67.

44 Voir SMITH, Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, t. I, op. cit., p. 234-236.

45 POSTLETHWAYT, Malachy, The African Trade, the Great Pillar and Support of the British Plantation Trade in North America, Londres, 1745, p. 4, 6, cité dans WILLIAMS, Eric, Capitalisme et esclavage, op. cit., p. 74-75.

46 WEBER, Max, Histoire économique : esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, tr. fr., Paris, Gallimard, 1991, p. 319.

47 WILLIAMS, Eric, Capitalisme et esclavage, op. cit., p. 74.

48 Voir INIKORI, Joseph E., Africans and the Industrial Revolution in England : A Study in International Trade and Economic Development, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

49 « Entre les xvie et xviie siècles, autant l’esclavage fut essentiel pour l’accumulation des richesses en Europe, autant il fut peu significatif pour l’organisation économique européenne. Il renfloua un grand nombre de rentiers, mais ne contribua que dans une très faible proportion au déploiement de l’organisation capitaliste et de la forme de l’exploitation industrielle lucrative. » Voir WEBER, Max, op. cit., p. 321.

50 LANDES, David S., op. cit., p. 167-168.

51 Soulignant l’importance de la « destruction créatrice » qui s’enracine dans les dynamiques d’innovation, Schumpeter écrit : « [L]’impulsion fondamentale qui met et maintient en mouvement la machine capitaliste est imprimée par les nouveaux objets de consommation, les nouvelles méthodes de production et de transport, les nouveaux marchés, les nouveaux types d’organisation industrielle, tous éléments créés par l’initiative capitaliste. Ce processus de Destruction Créatrice constitue la donnée fondamentale du capitalisme. » Voir SCHUMPETER, Joseph, Capitalisme, socialisme et démocratie, tr. fr., Paris, Payot, 1984 (1942), p. 116-117.

52 JOACHIM, Benoît B., op. cit., p. 9.

53 Si, dans un premier temps, la métropole, pour faire face à la croissance démographique, au chômage, lutter contre le banditisme et contribuer au peuplement de la colonie, encourageait et forçait même les gens à émigrer vers Saint-Domingue, par la suite, les possibilités d’émigration étaient devenues de plus en plus difficiles. Il fallait éviter le morcellement des terres, car les « engagés ou 36 mois », à la fin de leurs contrats, exigeaient un lopin de terre qu’ils devaient mettre en valeur pour leur propre compte. Or, la culture de la canne, pour être rentable, devait s’effectuer sur de vastes étendues de terre.

54 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro, op. cit., p. 108.

55 FOUCHARD, Jean, Les marrons de la liberté, Paris, Éditions de l’École, 1972, p. 109.

56 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 15.

57 Ibid., p. 16.

58 Ces concepts sont utilisés par Max Weber dans sa Sociologie des religions, texte traduit partiellement en français. Voir KALBERG, Stephen, La sociologie historique comparative de Max Weber, op. cit., p. 236.

59 DORSAINVIL, J. C., op. cit., p. 42.

60 MANIGAT, Leslie F., op. cit., p. 63

61 Cette façon de procéder vise essentiellement à nous permettre de ne pas trop nous distancer des catégories de la sociologie wébérienne. Voir WEBER, Max, Économie et société, op. cit., p. 391-400.

62 Certains historiens, comme Leslie F. Manigat, considèrent les planteurs blancs comme « les véritables meneurs du jeu dans ce système social plantocratique ». Voir MANIGAT, Leslie F., op. cit., p. 58.

63 CASIMIR, Jean, op. cit., p. 31.

64 LEPKOWSKI, Tadeusz, Haití, t. I, La Havane, Casa de las Américas, 1968, p. 53.

65 CASIMIR, Jean, op. cit.

66 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 10.

67 Les engagés étaient des Blancs si pauvres qu’ils se voyaient dans l’obligation, pour payer leur voyage et venir tenter leur chance à Saint-Domingue, de vendre leur liberté pour trois ans au capitaine du navire qui les transportait. Celui-ci, à son tour, les revendait aux aventuriers français déjà établis dans la colonie. D’où leur nom d’engagés ou 36 mois. Cet esclavage temporaire une fois terminé, ils recouvraient leur liberté. Voir DORSAINVIL, J. C., op. cit., p. 34-35.

68 Ces Noirs libres – on en comptait plusieurs milliers dans la colonie – étaient surtout d’anciens esclaves de métier ou à talent qui avaient pu amasser assez d’argent pour acheter leur liberté ou qui l’avaient obtenue grâce à la générosité de leurs maîtres.

69 MANIGAT, Leslie F., op. cit., p. 69.

70 On appelait esclaves créoles ceux qui étaient nés dans la colonie, et nègres bossales ceux qui venaient directement d’Afrique.

71 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 9-10.

72 Voir DORSAINVIL, J. C., op. cit., p. 36-37.

73 Voir ELIAS, Norbert, op. cit., p. 25.

74 Voir DORSAINVIL, J. C., op. cit., p 38-40.

75 BRUTUS, Edner, op. cit., p. 257.

76 CASIMIR, Jean, op. cit., p. 30.

77 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 9.

78 JOACHIM, Benoît B., op. cit., p. 12.

79 Ibid., p. 11.

80 Au sujet des relations entre l’État moderne et le capitalisme, l’historien allemand Otto Hintze écrit : « Le capitalisme n’a pas davantage conduit à l’État moderne que l’État moderne n’a conduit au capitalisme. On dira plutôt : les affaires de l’État et du capitalisme sont inextricablement liées […] elles ne sont que les deux faces ou aspects d’un même développement historique. » Voir HINTZE, Otto, « Economies and Politics in the Age of Modern Capitalism », dans GILBERT, Felix (dir.), The Historical Essays of Otto Hintze, op. cit., p. 183.

81 PLUCHON, Pierre, op. cit., p. 33-34.

82 ANDERSON, Perry, op. cit., p. 11-12.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search