Version classiqueVersion mobile

L’énigme haïtienne

 | 
Sauveur Pierre Étienne

Première partie. Saint-Domingue/Haïti dans la dynamique globale de l’Occident

Saint-Domingue/Haïti dans la dynamique globale de l’Occident

Texte intégral

1La grille d’analyse que nous avons choisie, tout en reconnaissant à l’État une autonomie relative et sa propre logique de fonctionnement, n’adhère pas à la thèse du primat de cette macrostructure, puisque nous soutenons que seule la mise en relation des variables élites politiques, État et rapports transnationaux de pouvoir, sur une longue perspective historique (1697-2004), permet d’expliquer l’échec de la construction de l’État moderne en Haïti.

  • 1 Voir ELIAS, Norbert, La dynamique de l’Occident, tr. fr., Paris, Pocket, coll. « Agora », 2003 (19 (...)

2Dans cette optique, nous emprunterons le concept de sociogenèse à Norbert Elias qui, à travers le jeu des structures et de leur agencement, laisse se profiler sous nos yeux la configuration des divers pans constitutifs de la civilisation occidentale. Ce processus séquentiel met en évidence la double dynamique de la monopolisation de la contrainte et de la fiscalité, expliquant le passage du féodalisme, caractérisé par la concurrence libre des unités territoriales, à l’absolutisme monarchique. La centralisation ou concentration des moyens militaires et fiscaux ou, en d’autres termes, le monopole des moyens militaires et de la fiscalité, caractéristique de l’État moderne, conduit à l’intériorisation des contraintes externes par les individus, et celles-ci se transforment au bout du compte en autocontraintes. L’auteur se base sur ces considérations pour offrir une explication globale de l’avènement des différentes sociétés modernes, dont les variantes s’expliquent par la superficie et la diversité des pays1. Dans le cadre du présent ouvrage, le concept sociogenèse sera utilisé dans le même sens et se référera toujours à la dynamique sociopolitique ayant conduit à l’effondrement de l’ordre colonial esclavagiste et à la naissance de l’État postcolonial haïtien (1789-1804).

3Cette démarche renvoie à la caractérisation de l’évolution politique et de l’évolution économique de l’Occident ayant conduit à l’émergence du système européen aux XVe et XVIe siècles. Ce système, dont les deux éléments constitutifs sont le système d’États concurrentiel en gestation et le système capitaliste en expansion, implique la rivalité entre les États et la concurrence entre les capitalismes nationaux, dans le cadre de l’expansionnisme européen, pour la conquête du monde et le partage des marchés. La naissance et l’évolution politique, économique et sociale de Saint-Domingue/Haïti, l’activation et l’aggravation des contradictions sociopolitiques inhérentes à la société coloniale esclavagiste de Saint-Domingue par la Révolution française et la rivalité entre la France, l’Espagne et l’Angleterre pour le contrôle de la partie occidentale de l’île, s’inscrivaient dans cette dynamique ayant grandement influencé le contexte social et économique interne affectant à son tour la sociogenèse de l’État haïtien. Donc, la construction de l’État haïtien se situe dans la dynamique globale de l’Occident et c’est dans cette perspective que nous devons analyser l’action des élites politiques, c’est-àdire les décisions qu’elles prennent ou qu’elles ne prennent pas, en fonction des contraintes qu’impliquent les contextes dans lesquels elles évoluent, mais aussi des opportunités que ceux-ci offrent aux leaders et aux acteurs sociopolitiques.

  • 2 WHITE, Lynn, Jr., « Technology and Invention in the Middle Ages », Speculum, no 15, 1940, p. 141-1 (...)

4Contrairement aux idées très défavorables diffusées sur le Moyen Âge, qui le présentaient comme une période d’arriération et d’archaïsme, de stagnation et d’immobilisme, certains auteurs se sont évertués, de façon systématique, à donner une autre version des faits historiques. En effet, avec l’invention ou le perfectionnement de certaines techniques comme l’imprimerie, la poudre à canon, la boussole, la mécanisation ou l’utilisation de l’énergie inanimée (la technologie des moulins à eau et à vent), l’Europe de cette époque est considérée, de plus en plus, comme l’une des sociétés les plus ingénieuses de l’histoire de l’humanité2. Les progrès de la technoscience et le processus de différenciation et de rationalisation des sphères religieuse, politique, scientifique, économique et culturelle avaient créé une nouvelle dynamique en Occident, ayant favorisé l’émergence de l’État-nation, du capitalisme, et du même coup la fin du féodalisme.

  • 3 Parlant des grandes découvertes de cette période, Adam Smith écrit : « [u] n des principaux effets (...)

5Cette dynamique globale de l’Occident, amorcée aux XVe et XVIe siècles, impliquait la mise en place du système interétatique et du système capitaliste en expansion. L’alliance entre les États-nations et leurs bourgeoisies respectives, la rivalité entre les États pour la suprématie militaire et la répartition du pouvoir et la concurrence entre les capitalismes nationaux pour le contrôle et la distribution de richesses, avec la bénédiction de la « Très Sainte » Église catholique romaine et le zèle que seule la foi chrétienne pouvait procurer, allaient transformer la face du monde. Ainsi, les grandes explorations, les conquêtes, les guerres, le pillage, la mise en valeur des colonies par des investissements massifs de capitaux et de technologie, le trafic des esclaves, le développement du commerce et de l’industrie assuraient l’expansionnisme européen et le partage du monde par une poignée de puissances occidentales3.

  • 4 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro. L’histoire des Caraïbes (1492-1969), tr. fr., (...)
  • 5 Ibid., p. 83.

6La « découverte » du Nouveau Monde, les ressources minières dont regorgeait le sous-sol et la fertilité du sol faisaient de ce continent le champ de bataille de prédilection des puissances colonialistes. Mais le cœur des conflits était les Antilles, « le lieu où toutes les guerres devaient commencer et se terminer4 ». C’est dans ce contexte que l’Espagne céda à la France, par le traité de Ryswick, en 1697, la partie occidentale de sa colonie d’Hispaniola, « la plus belle et la plus fertile partie des Antilles et peut-être du monde5 », qui porta d’abord le nom de Saint-Domingue avant de devenir Haïti le 1er janvier 1804.

7Le chapitre 1 de la première partie du livre porte sur la configuration sociale et économique, l’État et les rapports transnationaux de pouvoir à Saint-Domingue/Haïti ; les élites politiques, la sociogenèse de l’État haïtien ainsi que la dynamique externe/interne sont l’objet du chapitre 2.

Notes

1 Voir ELIAS, Norbert, La dynamique de l’Occident, tr. fr., Paris, Pocket, coll. « Agora », 2003 (1969), p. 5.

2 WHITE, Lynn, Jr., « Technology and Invention in the Middle Ages », Speculum, no 15, 1940, p. 141-159.

3 Parlant des grandes découvertes de cette période, Adam Smith écrit : « [u] n des principaux effets de ces découvertes a été d’élever le système mercantile à un degré de splendeur et de gloire auquel il ne serait jamais arrivé sans elles. » Voir SMITH, Adam, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, t. II, tr. fr., Paris, Flammarion, 1991 (1776), p. 241.

4 WILLIAMS, Eric, De Christophe Colomb à Fidel Castro. L’histoire des Caraïbes (1492-1969), tr. fr., Paris, Présence africaine, 1975 (1970), p. 91.

5 Ibid., p. 83.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search