Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Troisième partie. Regards et témoignages

Trois salutations

Edward A. Tiryakian

Texte intégral

1C’est un bien grand plaisir, une vraie joie, de me retrouver au Québec à l’occasion de l’hommage qui est rendu à Guy Rocher, sociologue extraordinaire du Québec, mais aussi du Canada entier. Je me sens depuis longtemps tout à fait en famille au Québec, à tel point que je le considère et que je vais saluer Guy Rocher comme un « cousin germain ». Du reste, cette filiation n’est pas vraiment fictive étant donné certains liens que j’évoque en lui faisant les salutations suivantes :

2Salut au nom de Talcott Parsons !

3Salut au nom de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) !

4Salut enfin au nom de l’illustre Max Weber !

5Qu’est-ce qui justifie ces salutations ?

Au nom de Parsons

  • 1 Talcott Parsons, The Social System, New York, The Free Press, 1951; Talcott Parsons et Edward Shil (...)

6Guy Rocher et moi, nous sommes tous deux des sociologues qui eurent le grand théoricien Talcott Parsons comme directeur de thèse. Rocher s’est rendu à Harvard au moment du plein essor non seulement de Parsons qui allait publier rapidement de grands tomes sur la théorie du système social et l’action sociale1, mais aussi de l’épanouissement d’un nouveau département interdisciplinaire, le Department of Social Relations qui mettait ensemble sans les confondre la sociologie, la psychologie sociale, l’anthropologie sociale, et la psychologie clinique. Pendant une vingtaine d’années la sociologie et les autres disciplines furent marquées – et remarquées – par Parsons et son école.

  • 2 Everett C. Hughes, French Canada in Transition, Chicago, University of Chicago Press, 1963/1943. H (...)

7Rocher s’est donc rendu à Harvard au début des années 1950, faisant un nouveau pont entre la sociologie au Québec et la sociologie aux États-Unis. Vingt ans auparavant, un autre sociologue québécois, Jean-Charles Falardeau, que j’ai eu le plaisir de bien connaître lors de mon congé sabbatique passé à Laval en 1978, a eu l’astuce de se rendre à Chicago pour y compléter ses études et il a réussi à intéresser la grande vedette du Département de sociologie de l’Université de Chicago, Everett C. Hughes, à venir faire des enquêtes de terrain au « Canada français ». Hughes et son étudiant Horace Miner sont donc venus et ils ont obtenu de beaux résultats de recherche qui ont donné une impulsion importante pour la sociologie scientifique au Québec2. Comme la sociologie scientifique se nourrit des études empiriques ainsi que de la théorie rigoureuse, il est bien que Rocher soit allé aux États-Unis, prenant le relais de Falardeau, pour ainsi dire, pour rapporter au Québec le meilleur des développements récents de la sociologie américaine.

  • 3 Guy Rocher, Talcott Parsons and American Sociology, New York, Barnes and Noble, 1975.

8Et à partir de son étude attentive de la sociologie de Parsons, Rocher a mis à la portée des sociologues francophones – et anglophones – un traité remarquable par sa compréhension et la clarté de sa présentation d’un système bien riche, mais souvent pas facile à digérer3. Je ne sais si Parsons l’a lu en français ou en anglais, peu importe, mais je sais qu’en 1978, quand mes étudiants, lors d’un séminaire d’été, lui avaient demandé où trouver une bonne introduction à son œuvre, il a répondu : « Savez-vous, je crois que c’est l’ouvrage du sociologue du Canada, monsieur Guy Rocher, qui est la meilleure introduction à ma pensée. » Et de plus, les sections sur Parsons dans le gros ouvrage de Rocher – en anglais – A General Introduction to Sociology : A Theoretical Perspective, paru en 1972, lui accordent une place importante et méritée, par exemple, dans l’exposé du néo-évolutionnisme de Parsons et des processus complémentaires de différenciation et d’intégration.

9Nous ne pouvons élaborer ceci ici, mais l’analyse de Parsons centrée sur le concept « d’action sociale » et sur le volontarisme de l’acteur ayant des choix à faire pour décider de sa propre situation, se reflète dans toute l’œuvre de Rocher, et je dirai aussi, dans l’action collective du Québec dans sa mutation d’une société traditionnelle à une société modernisante.

Au nom de l’AISLF

10Il y a des liens très profonds et de longue durée entre Guy Rocher et l’Association internationale des sociologues de langue française. Ce groupement scientifique fondé, il y a presque un demi-siècle, fut l’idée de quelques sociologues qui voyaient arriver en Europe dans les années 1950 un « défi américain » en sociologie, et ce, bien avant que Jean-Jacques Serven-Schreiber ait averti les hommes d’affaires du défi américain en 1967. Georges Gurvitch à la Sorbonne et Pierre Janne à l’Université libre de Belgique ont senti le besoin de sauvegarder l’héritage sociologique de l’analyse qualitative et théorique, face aux pressions venues des États-Unis voulant privilégier des analyses quantitatives et statistiques, telles que la collecte des données par sondages et au moyen d’échantillons. Ils ont fait appel à des collègues et une rencontre historique a eu lieu au Québec en 1957 pour préparer une charte de ce qui allait devenir l’AISLF avant la fin de cette décennie.

11Je ne fus pas présent à cette fondation de l’association qui aujourd’hui compte plus de 1200 membres dans une cinquantaine de pays. Mais Guy Rocher y était dès le début et il mérite donc d’être reconnu comme un « père fondateur ». De plus, il fut élu trésorier et membre du premier Bureau. Le Québec a toujours eu une grande place dans l’AISLF, ayant, dans les années 1970, élu Fernand Dumont à sa présidence. Ce fut donc naturel que, dans les années 1980, lors de discussions informelles du Bureau pour savoir qui, au Canada, serait une personne de qualité pour éventuellement se présenter à la présidence, nous ayons pensé immédiatement à Guy Rocher. Il a gentiment refusé cette charge – il avait suffisamment fait son « service militaire » dans le service public du Québec et pendant assez longtemps –, et il avait hâte de reprendre à plein temps la vie universitaire. Le Québec a dû attendre jusqu’à l’an 2000, quand Daniel Mercure de l’Université Laval fut élu président pour un excellent mandat de quatre ans.

  • 4 « La mondialisation : un phénomène pluriel », Congrès de l’AISLF, Une société-monde ?
  • 5 « Le “polythéisme” des modes d’explication du social », Colloque de l’AISLF, L’analyse du social : (...)

12Si Rocher n’a pas continué au Bureau, il y a toujours assuré une présence importante et pour mieux le dire, une présence qui a constitué une ressource importante pour l’AISLF. Il a été un grand conférencier invité à plusieurs occasions lors de nos colloques et congrès, tel celui de Bruxelles en 1985, ceux de l’Université Laval en l’an 20004, et plus récemment, en 20045. Tout comme ses travaux publiés, ses exposés apportent toujours du nouveau avec de la clarté aux thèmes de nos rencontres. C’est un vrai régal pour tous !

Au nom de Max Weber

  • 6 Au Centre de recherche en droit public, Rocher a dirigé deux projets de recherche sur Weber (Group (...)

13Guy Rocher est digne de porter le manteau de Max Weber, une des plus grandes figures de la sociologie et qui a eu la plus grande influence, peut-on dire, sur Parsons. Il a déjà écrit pas mal sur Weber et il dirige des recherches sur Weber6, ce qui en soi est insuffisant, car Weber exerce une grande attraction dans tous les coins du monde, disons tel un noyau de la sociologie moderne.

  • 7 On pourrait penser à un trio Weber-Parsons-Rocher !
  • 8 Ceci se trouve traduit en anglais dans le chapitre 8, « Economy and Law », Economy and Society, Gu (...)
  • 9 Parmi plusieurs publications, voir par exemple les articles de Rocher « Éthique et technologie : c (...)

14Je dirai qu’il y a une véritable « affinité élective » entre Weber et Rocher7. Ceci se manifeste en partie par le grand intérêt que Rocher porte à la sociologie du droit, comme l’avait fait Weber en y consacrant une partie importante de son œuvre magistrale, Économie et société8. Rocher est un des rares sociologues contemporains qui prolonge ce que Weber a commencé en montrant l’importance grandissante du droit et du droit public dans la société moderne, que ce soit les droits de minorités, les droits de la personne (human rights), les droits du sujet dans la recherche et les droits de la personne et de son corps. Comme Weber, Rocher a vu très tôt que l’étude du droit ne peut être le monopole du juriste. Comme Weber aussi, Rocher a eu une expérience vécue du droit public, des organismes publics, et de l’administration gouvernementale ainsi qu’universitaire. Et encore comme Weber, Rocher donne de l’ampleur au normatif par ses recherches et ses publications dans les nouveaux champs de l’éthique dans ses rapports avec la technologie et concernant l’incertitude en médecine à propos de la vie et de la mort9.

15Il y a un dernier gros pont entre Rocher et Weber, celui d’architecte de la construction nationale. Weber a toujours insisté pour que l’enseignement sociologique ainsi que les recherches sociologiques soient faits avec objectivité – le sociologue peut entamer un sujet de recherche à partir de ses valeurs, mais la recherche même et son enseignement doivent respecter les données empiriques. Hors de l’université, le sociologue peut s’engager dans la politique. Et Weber, à la fin de la Première Guerre mondiale, fut membre de la commission chargée de préparer une constitution pour une Allemagne postimpériale, pour une nouvelle république qui aurait représenté une mutation de la société traditionnelle. On dit que s’il avait vécu plus longtemps, Weber aurait pu devenir président de la République (au lieu de Friedrich Ebert ou de son successeur Paul von Hindenburg). Guy Rocher a travaillé au moment de la mutation du Québec pour la reconstruction du pays, pour la Révolution tranquille, une révolution autant culturelle que politique, et du reste, le culturel et le politique font partie d’un tout. Guy Rocher a sans doute trop encore le goût de la recherche et de l’enseignement pour accepter d’être premier ministre... du Québec ou du Canada, mais ses travaux universitaires et publics sont certainement dans l’intérêt public des deux.

En fin de salutation : au nom de Durkheim

16Ceux qui me connaissent peuvent se demander si je ne manque pas de saluer Rocher au nom de mon vieux totem, Émile Durkheim. J’ai évité de l’introduire dans mes trois salutations parce que je ne vois pas beaucoup de filiation directe entre Guy Rocher et lui, du moins, dans les écrits de Rocher. Mais je ne peux terminer sans faire allusion au grand maître de la sociologie française. On raconte – et ceci pourrait être une histoire apocryphe – qu’en 1880, à l’École normale, le célèbre Jacques Dufour, aujourd’hui malheureusement oublié, est venu comme visiteur. Parmi les élèves qui y étaient, tels que Bergson et Jaurès, Durkheim attira son attention dans une classe de philosophie. Et Dufour, après la classe, lui dit dans une célèbre formule du XIXe siècle : « Jeune homme, vous irez loin ! » Alors, cher Guy Rocher, permettez-moi en cette occasion de rétrospective et de prospective de vous dire : « Jeune homme, vous irez encore plus loin ! »

Notes

1 Talcott Parsons, The Social System, New York, The Free Press, 1951; Talcott Parsons et Edward Shils (dir.), Toward a General Theory of Action, Cambridge, Harvard University Press, 1951; Talcott Parsons, R. F. Bales et Edward Shils, Working Papers on the Theory of Action, New York, The Free Press, 1953.

2 Everett C. Hughes, French Canada in Transition, Chicago, University of Chicago Press, 1963/1943. Horace Miner, St. Denis, A French-Canadian Parish, Chicago, University of Chicago Press, 1963/1939.

3 Guy Rocher, Talcott Parsons and American Sociology, New York, Barnes and Noble, 1975.

4 « La mondialisation : un phénomène pluriel », Congrès de l’AISLF, Une société-monde ?

5 « Le “polythéisme” des modes d’explication du social », Colloque de l’AISLF, L’analyse du social : les modes d’explication.

6 Au Centre de recherche en droit public, Rocher a dirigé deux projets de recherche sur Weber (Groupe d’études sur Max Weber et sa postérité : entre faits, normes et valeurs ; Légitimité du droit : Weber, Stammler, Flabermas) ; un volume collectif, Max Weber, Rudolf Stammler et le nationalisme historique (Les Presses de l’Université de Laval/les Éditions du Cerf, 2001) ; et a publié plusieurs articles (par exemple, « La réception de l’œuvre de Max Weber dans la sociologie et la sociologie du droit aux États-Unis », Droit et Société, no 9,1988, p. 255-280).

7 On pourrait penser à un trio Weber-Parsons-Rocher !

8 Ceci se trouve traduit en anglais dans le chapitre 8, « Economy and Law », Economy and Society, Guenther Roth et Claus Wittich (dir.), Berkeley, University of California Press, 1978, tome 2, p. 641-900.

9 Parmi plusieurs publications, voir par exemple les articles de Rocher « Éthique et technologie : contexte et défis d’une rencontre », Ottawa, Centre techno-éthique de l’Université Saint-Paul, série « Conférences », no 1,1993 ; « L’émergence des normes dans l’univers technologique : cadre conceptuel et théorique », dans René Côté et Guy Rocher (dir.), Entre droit et technique : enjeux normatifs et sociaux, Montréal, Éditions Thémis, 1994 ; et « Le défi éthique dans un contexte social et culturel en mutation », Philosopher, no 16,1994, p. 11-26.

Auteur

Professeur au Département de sociologie, Duke University, États-Unis, et ancien président de l’Association internationale des sociologues de langue française

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540