Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Troisième partie. Regards et témoignages

Acteur et penseur des réformes

Alain Touraine

Texte intégral

1Les changements sociaux sont caractérisés par un décalage entre les conduites innovatrices et leurs représentations. Les interprétations a posteriori sont aussi éloignées des unes que des autres. Cette constatation, à la fois élémentaire et déroutante, peut être considérée comme le point de départ de toute l’œuvre de Guy Rocher, qui, à son tour, a marqué fortement les changements accélérés qui ont constitué la Révolution tranquille qui a fait d’une province « attardée » une des sociétés les plus modernes et, en même temps, les plus « réfléchies » du monde, une de celles qui exercent sur elles-mêmes le plus de réflexion et de réformes.

2Ce lien de la sociologie de Rocher et de la transformation du Québec est si fort que sa pensée apparaît comme une représentation de l’évolution du Québec et que, tout autant, l’histoire du Québec semble être une application de sa pensée, expression qui a un sens très concret puisque Rocher a été membre des commissions les plus importantes et, en particulier, de la commission Parent chargée d’élaborer la politique de l’éducation. Et il est vrai que le changement, tel qu’il le comprend, doit être aussi proche que possible de son analyse, il doit être conscient de lui-même et autocontrôlé pour éviter les contradictions entre les actes et leurs interprétations. La difficulté de cette conception est qu’elle exclut ou rend plus difficiles les affrontements qui révèlent le sens des conflits qui ne peuvent pas être complètement résolus.

3La force impressionnante de la pensée et de l’action de Guy Rocher est que celui-ci a soutenu des processus de changement qui ont adouci le plus complètement possible les ruptures, amenuisé les contradictions et donc, réduit la part de l’impensé. Si on isole la crise de 1970, on trouve peu de cas dans le monde contemporain, de changements aussi profonds, aussi rapides et aussi tranquilles que ceux du Québec.

4Comme il s’agit ici de la pensée de Rocher plus que de l’évolution du Québec, même si elles sont inséparables, il faut détecter les conceptions de la vie sociale et surtout du changement social qui expliqueraient cette correspondance. Il s’en est expliqué dans divers articles, mais il s’agit d’un ensemble assez complexe pour devoir être reconstitué avec soin. La base de sa pensée est à trouver dans les grandes pensées qui l’ont formée : celles de Weber et Parsons, complétées de manière un peu inattendue par celle de Durkheim. Le premier apporte la dimension historique fondamentale de l’analyse. Comme Weber, Rocher veut comprendre l’émergence d’une société moderne et il pense que les représentations jouent un rôle au moins aussi important que les facteurs matériels dans cette réussite. De Parsons, il prend l’idée de système social et, comme lui, il définit les acteurs en termes inséparables de ceux qui permettent l’analyse du système social, soit dans les termes développés le plus directement dans The Social System. De Durkheim, il retient le souci central pour la réforme et, en premier lieu, pour celle de l’éducation à laquelle Durkheim a consacré une grande partie de ses cours. Constamment, il rappelle son souci d’éviter les philosophies de l’histoire, et même les approches théoriques exclusives. Sa pensée recourt aux notions qui lui semblent les plus utiles pour comprendre chaque situation particulière, mais son principe le plus central est bien d’éviter, comme le lui a enseigné Parsons, toute définition séparée du système et des acteurs. Il n’est préparé à expliquer ni les situations révolutionnaires ni les formes de contrôle social qui bloquent les changements, non pas par principe, mais parce que la situation qu’il étudie n’est ni d’un type ni de l’autre.

5Quoi d’étonnant donc à ce que ses principaux champs d’études aient été d’abord l’éducation et ensuite le droit. Mais dans le premier domaine, où se jouaient les problèmes décisifs pour la vie du Québec, il défend des positions très fermes tel le caractère obligatoire de l’emploi de la langue française à l’école et dans la vie économique, car son souci n’est pas la francophonie, mais bien la défense de l’existence même du Québec comme population francophone. Il recourt même à un argument plus subtil, en se réjouissant que le Québec soit un pays où le nombre des habitants bilingues ou trilingues est le plus élevé.

6Tout sociologue ou analyste qui se trouve dans une situation comme celle du Québec, doit à la fois avoir l’indépendance de l’historien et l’engagement du citoyen. Combinaison très difficile à réaliser qui, dans beaucoup de pays, n’a pas été réussie, et qui, au Québec même, s’est heurtée à de fortes résistances au sein même des universités. Guy Rocher n’a pas été un tribun nationaliste et encore moins un contempteur de la société canadienne dans sa majorité anglophone ou de la civilisation américaine, ce qui était normal pour celui qui avait obtenu son Ph.D. à Harvard. Mais il a toujours été reconnu comme l’un des fondateurs du Québec, comme un producteur de connaissances et de programmes d’éducation avancés et étudiés par beaucoup de pays même plus anciennement modernisés.

7Peut-être un auteur québécois aurait-il moins mis l’accent que moi sur le rôle de Guy Rocher dans l’histoire et dans la pensée de son pays et aurait-il directement parlé de son œuvre professionnelle et surtout de son traité de sociologie qui a eu un tel succès international. Je maintiens pourtant que c’est à partir de son rôle civique, auquel il a consacré une grande partie de sa vie, qu’on peut le mieux comprendre le sens général de ses activités et, en particulier, son œuvre de sociologue. D’abord, parce que les cinq volumes du rapport de la commission Parent auxquels il a pris une part très importante, auxquels s’ajoutent les deux volumes de École et société au Québec qu’il a dirigés avec Pierre Bélanger ainsi que d’autres excellentes publications dont celles qui portent sur la Charte de la langue française, représentent dans leur ensemble une contribution majeure à la sociologie de l’éducation parce qu’ils montrent les liens étroits qui unissent les débats sur l’éducation et l’histoire politique générale. En second lieu, parce que c’est maintenant qu’il faut évoquer sa réflexion sur le droit qui a toujours été conçue au sens le plus large, c’est-à-dire non comme l’analyse du droit positif et des institutions, mais comme l’exploration des enjeux normatifs d’une société. On y retrouve ici la formulation qui va le plus directement au centre de sa vie intellectuelle : il n’est vraiment ni un savant ni un sage ; il est le législateur ou encore le nation-builder, ce qui fait de lui ce qu’on aurait appelé en France un des pères de la patrie, et qu’il vaut mieux appeler au Québec un des pères de la nation, soit un de ceux qui ont uni le plus étroitement une conception normative de l’organisation sociale et une action responsable au service de la mise en œuvre réussie de l’application de cette éthique civique à la construction du Québec moderne.

8Mais il faut finalement aborder cette Introduction à la sociologie générale dans laquelle des générations d’étudiants et d’enseignants dans de nombreux pays se sont initiés à la sociologie et en ont été marqués pour toute leur vie. Le pouvoir de ces introductions, au moins quand elles sont plus que des manuels, comme c’est le cas pour Rocher et aussi pour Giddens, Smelser ou Cavalli et Bagnasco, est immense. Elles font donc partie de la sociologie et elles pourraient se consacrer un chapitre à elles-mêmes. Une introduction réussie est celle qui présente une orientation intellectuelle clairement définie, mais qui montre toutes ses interrelations, et aussi ses débats avec d’autres modes de pensée. Si le grand livre de Robert K. Merton a eu une influence supérieure à celle de tout autre dans la transmission d’une pensée qui était autant la sienne que celle de T. Parsons, le livre de Rocher, découpé en trois volumes, a été à la fois une remarquable introduction à l’œuvre de Parsons et aux résultats de ce fonctionnalisme structurel américain. Celui-ci a dominé la pensée sociologique internationale pendant presque deux décennies et jusqu’à ce que le réveil des mouvements sociaux, culturels et politiques pendant les années 1960 et 1970, ne le précipite dans une chute dont il ne sort maintenant que pour monter au paradis des auteurs classiques dont le rôle est aussi différent de la production des auteurs vivants et engagés que la figure des morts ne l’est de celle des vivants.

9Rocher lui-même a défini son orientation intellectuelle par deux mots qui ne sont pas d’un usage très commun. Il se dit perspectiviste et actionnaliste dans un écrit récent présenté au congrès de l’AISLF tenu en 2004 à l’Université Laval. Le second mot pourrait m’embarrasser puisque je l’ai employé moi-même dans un sens très différent. Mais l’absence de succès de ce mot tient justement à sa polysémie ou, plus exactement, à la confusion qu’il crée entre ceux qui considèrent acteurs et systèmes comme les deux faces de la même monnaie, « en réciprocité de perspective » comme le disait Georges Gurvitch, et ceux qui, comme moi, veulent dépasser toutes les sociologies des systèmes et définir l’acteur par un rapport à lui-même. Ce rapport peut être celui de la recherche de l’utilité et du plaisir ou encore de l’attachement à une identité ou même à une communauté et, finalement, ce que je nomme le sujet, c’est-à-dire la création de soi comme être de droits, être politique, social ou culturel et, par conséquent, comme autolégitimité. Ce sujet a donc une logique d’action opposée à celles des systèmes qui cherchent à la fois l’intégration et l’adaptation à un environnement changeant. Cette proposition devrait soulever moins de protestations qu’autrefois dans un monde où les systèmes se décomposent, tombent dans le chaos, ou deviennent de simples champs de bataille pour ceux qui dirigent les marchés, les médias ou les armées.

10Quant au perspectivisme, il donne le droit à l’auteur de recourir successivement à divers points de vue. Cette position peut être trop commode et conduire à un éclectisme chargé de confusions ou de la prétention vague à intégrer toutes les pensées dans un imaginaire de la sociologie générale. Mais ce n’est pas du tout ce qu’offre Guy Rocher. Il se place en fait du point de vue des acteurs ou même des décideurs sociaux, c’est-à-dire qu’il propose une sociologie appliquée, au meilleur sens de ce mot. Il le dit lui-même de la manière la plus explicite et en évoquant les phases successives de sa vie professionnelle. Après avoir fait son long apprentissage de réformateur dans les domaines de l’éducation et de la langue, il s’est consacré à une activité d’auteur et d’enseignant, avant de revenir à sa préoccupation centrale pour les réformes, mais cette fois dans le domaine de la santé, ce qui a stimulé à nouveau son intérêt pour les problèmes du droit que le réformateur rencontre à chaque pas. Ce qui explique qu’il ait eu une deuxième carrière de droit, après être devenu rapidement le plus connu et respecté des sociologues québécois.

11Ce qui frappe dans cette histoire professionnelle, c’est, en plus des résultats atteints, l’apparente facilité avec laquelle ils le sont. Très vite, il devient une référence ; il est partout, comme le montre la liste de ses articles publiés dans toutes sortes de revues. Ce qui s’explique non seulement par sa grande culture sociologique, mais aussi par la présence constante auprès de lui des plus grands auteurs que sont Weber, Parsons et Durkheim auxquels il faut ajouter Marx, Freud et même Nietzsche.

12Guy Rocher a beaucoup contribué à construire en Amérique du Nord une sociologie générale nourrie de livres des plus grands auteurs européens. Il n’a probablement pas aussi bien réussi le mouvement inverse, car la sociologie européenne, influencée et même envahie par des idéologies militantes, s’est réfugiée d’abord dans le structuralisme, puis dans une réflexion plus philosophique que sociologique, domaine où l’a bientôt rejointe et, parfois dépassée, surtout dans la philosophie politique, la pensée nord-américaine. Guy Rocher appartient à la famille actuelle de Tocqueville tout en donnant à l’œuvre de celui-ci un éclairage plus réformateur que celui que lui donnent des Européens trop occupés à chercher un contradicteur à Marx. Guy Rocher, auteur francophone, mais de formation américaine, est devenu une figure emblématique de la sociologie québécoise. Il devrait être reconnu en Europe, et en France en particulier, comme le meilleur guide de ceux qui veulent comprendre la pensée sociale nord-américaine dans son aspect le plus créateur, c’est-à-dire comme théorie des réformes sociales. Mais est-il permis en Europe de ne pas être révolutionnaire ?

Auteur

Professeur à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter