Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Troisième partie. Regards et témoignages

De la sociologie à la fraternité

Marcel Bolle de Bal

Texte intégral

1Voici que, encore une fois, tes collègues et tes amis (qualités non nécessairement incompatibles !) sont invités à te fêter, à te rendre hommage. Et ils en sont certes heureux. Nul ne contestera que, en l’occurrence, cet hommage soit entièrement mérité. Car, mon très cher Guy, tu es à la fois un grand sociologue, un grand « Monsieur », et, pour moi, un grand ami et un grand « Frère ».

Toi, Guy, grand sociologue et grand « Monsieur »

2Que tu sois un grand sociologue, nationalement et internationalement reconnu, beaucoup d’autres que moi, aux voix autorisées, l’ont abondamment et excellemment exprimé, souligné, répété. Ce que, personnellement, je souhaiterais ajouter ou préciser, c’est que tu es réellement un grand « Monsieur », espèce devenue rare par les temps qui courent. Car sociologue engagé, investi dans la construction d’une humanité plus juste, plus généreuse, plus harmonieuse. Ou encore, sociologue-citoyen investi dans une lucide participation au progrès de sa cité, chercheur scientifique et acteur social, à l’éthique exigeante, ferme, élevée.

3La sociologie nous a fait nous rencontrer une première fois en 1958 (voilà qui ne nous rajeunit guère !) à Bruxelles, dans cette belle salle toute d’acajou revêtue de l’Institut de sociologie fondé au début du siècle par le mécène belge Ernest Solvay. Il s’agissait de porter sur les fonts baptismaux la toute jeune Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) imaginée par ces deux éminents sociologues qu’étaient le Français Georges Gurvitch et le Belge Henri Janne, soucieux de promouvoir l’usage du français en sociologie, pour contrecarrer la pression envahissante de l’anglais et de l’anglo-étatsunien. De cette assemblée constitutive survivent aujourd’hui, sauf erreur ou omission de ma part, seulement trois personnes : toi (élu en cette occasion membre du Bureau et trésorier de l’association), mon épouse Françoise Leclercq et moi-même, tous deux jeunes chercheurs, elle en sociologie des loisirs, moi en sociologie du travail (ce qui, dans mes fantasmes d’alors, m’incitait à rêver que nous allions comprendre et dominer le monde !). Formons le vœu que dans 2 ans, à Istanbul, dans la cadre du prochain congrès de l’AISLF, nous soyons tous les trois encore là pour fêter dignement, sociologiquement et joyeusement les 50 ans de cette belle et nécessaire institution de défense de notre langue.

4Deuxième rencontre, si ma mémoire est bonne : lac Beauport en 1964, pour un congrès de l’AISLF (le dernier de Gurvitch) sur les classes sociales. Moment important pour moi : c’est la première fois que j’ose prendre la parole devant mes « chers collègues » sociologues. Cela ne se passe pas trop mal, et – selon ce que m’a enseigné par la parole et par l’exemple mon maître Henri Janne – je respecte scrupuleusement le temps (7 1/2 !) « généreusement » accordé au jeune chercheur que je suis. De toi, à cette époque, je n’ai pas – excuse-moi – conservé un souvenir particulier. Toi, en revanche, tu m’as dit m’avoir repéré : cela me touche. Mais ce qui m’a surtout marqué ce furent d’une part de passionnantes et émouvantes discussions nocturnes avec notre collègue polonais Sczepanski (contestataire d’un régime totalitaire en pleine guerre froide) et de non moins passionnants et émouvants échanges avec de jeunes collègues québécois en pleine gestation d’un mouvement de libération nationale et culturelle (mouvement dont la vigueur, la virulence et la dynamique étaient jusque-là mal perçues de notre côté de l’Atlantique...).

51984 : nous voici tous deux, avec d’autres, à la Nouvelle-Orléans pour le colloque organisé par Édouard Tityakian sur le thème « Orwell et Tocqueville », dans l’utopique espoir de promouvoir l’usage du français aux États-Unis. Un souvenir me revient : en plein milieu de ton exposé, trois collègues étatsuniens passent timidement la tête à la porte du local où tu « jases » (tu vois que je fais des progrès en « québécois » !) ; avec l’esprit de tolérance et d’ouverture qui te caractérise, tu abandonnes – tout Québécois que tu es – notre cher français pour quelques instants et t’exprimes en anglais afin de tenter d’intégrer ces visiteurs inespérés dans notre groupe : peine perdue... ils disparaissent illico sans daigner écouter ta magistrale contribution ! Quelques jours plus tard, nous nous envolons avec Édouard et Henri Janne pour le Kentucky, où nous attend un autre colloque (de 1’ASA cette fois, je crois) : sans doute est-ce au cours de cette escapade que j’ai pu te convaincre de venir à Bruxelles l’année suivante...

6Car se profile alors à l’horizon la grande aventure du congrès de Bruxelles en 1985. Plus que jamais l’AISLF nous reliait. Président de notre association depuis 1982, j’avais la mission d’organiser notre prochaine réunion internationale. Initialement prévue en 1984, celle-ci me paraissait une occasion rêvée pour « secouer le cocotier ». Personnellement, je souhaitais en effet profiter de cette coïncidence chronologique pour développer nos échanges autour de « 1984 », le célèbre roman d’anticipation d’Orwell. Ce faisant, je caressais le subversif projet de briser la routine académique de nos réunions scientifico-sociologiques, en abordant les problèmes de notre société à partir d’un roman, certes de langue anglaise, mais traduit en français : j’étais convaincu – je le suis toujours – qu’il y a souvent plus de stimulantes vérités sociologiques dans certains romans que dans bien des volumineux rapports de recherche gonflés de statistiques. Pour diverses raisons, la mise en orbite de ce congrès a été retardée d’un an. Qu’à cela ne tienne. Non sans mal, j’ai réussi à vaincre les réticences de mes chers collègues du bureau et à obtenir leur accord sur le thème général suivant : « 1984... et alors ? L’individu et la machine sociale ». Sous-jacente à cette métaphore de la machine sociale se profilait une invitation à décortiquer les manifestations d’un double Big Brother, la technologie capitaliste et la bureaucratie communiste. Trois sessions plénières étaient appelées à analyser ces phénomènes : articulées autour des trois slogans paradoxaux chers à Big Brother (« Grand Frère », pour les puristes francophones, québécois notamment, mais pas exclusivement) : « la guerre, c’est la paix », « l’ignorance, c’est la force », « la liberté, c’est l’esclavage », elles étaient censées dévoiler la logique systémique respective des « machines à pouvoir », des « machines à savoir » et des « machines à vouloir ». Avec brio, tu as assumé l’organisation et l’animation de l’une de ces trois sessions (celle sur les « machines à savoir » si je me souviens bien... sans garantie). C’est là que je t’ai redécouvert et apprécié dans tes œuvres. C’est aussi à cette occasion que Françoise et moi avons fait la connaissance de Claire-Emmanuelle (elle était assise à ma droite lors du banquet, je m’en souviens encore...) et qu’est née notre amitié quadrilatère. Mais de tout cela je reparlerai dans un instant.

71988 demeure pour moi une autre date significative pour l’approfondissement de notre confiance sociologique et psychosociologique. C’était à Genève, toujours dans le cadre d’un congrès de l’AISLF. J’ai ardemment tenté de te convaincre de poser ta candidature à la vice-présidence de l’Association, afin que quatre ans plus tard tu puisses en devenir le deuxième président québécois, après Fernand Dumont en 1975. J’estimais que ta carrure intellectuelle et ta longue participation à notre développement ne pouvaient que contribuer efficacement au rayonnement international de l’AISLF. J’ai cru percevoir que tu n’étais pas insensible à mes arguments. Pourtant, dans ce légitime débat, j’ai été perdant. Pour des raisons que je ne tiens pas à faire revivre ici, tu n’as pas estimé pouvoir assumer ce sympathique projet. Tes amis politiques québécois, pour des motifs liés à la réalité nord-américaine, t’en ont dissuadé. En grand « Monsieur » aux engagements exigeants, tu as décidé de décliner cette offre qui visait pourtant à renforcer la présence de la sociologie québécoise francophone sur le plan international. Dommage. Éternels regrets pour une occasion tristement, douloureusement manquée...

8Plus léger : en 2000, au Québec et à Québec cette fois, l’AISLF t’invite à présenter l’exposé introductif de son congrès quadri-annuel organisé par Daniel Mercure. Catastrophe : au moment de monter en scène, tu t’aperçois que tu as oublié ton veston dans les Laurentides. Qu’à cela ne tienne : les amis peuvent servir à quelque chose. Je n’hésite pas à me dépouiller de ma propre veste, et tu acceptes de l’enfiler. Bien que mon embonpoint dépasse largement le tien, ce modeste habit te va presque à ravir. Et voilà que j’ai, ce matin-là, éprouvé une double jouissance : celle de me délecter à l’écoute de tes paroles inspirées, celle d’admirer ma veste capable d’émettre tant de sages réflexions...

Guy, grand Ami et grand « Frère »

9Pour moi, Guy, tu es plus qu’un ami : un « Frère ». Cette affirmation n’est pas, dans mon esprit, une banale formule de politesse. Elle est l’application et l’illustration d’une thèse que j’ai maintes fois exposée par ailleurs. Je défends en effet avec ardeur la conviction que, contrairement à bien des opinions préconçues, inscrites dans la panoplie des idées toutes faites, la fraternité est, ontologiquement et existentiellement, bien plus essentielle, bien plus fondamentale que l’amitié. Après 30 ou 40 ans, tu peux cesser d’être l’ami d’un ami ou d’une amie (quelques exemples récents sont là pour étayer cette réalité). Mais, même après un tel laps de temps, tu ne peux cesser d’être le frère (ou la sœur) de ton frère (ou de ta sœur), que celui-ci (ou celle-ci) soit de sang ou de serment.

10Entre nous, point de sang ou de serment. Et pourtant, très profondément et très sincèrement, je te ressens comme mon « Frère ». Mon frère en sociologie, mon frère en politique, mon frère en philosophie, mon frère en amitié. Mon complice à travers vents et marées, terres et mers. Dans la vie, tous les frères ne sont pas des amis, tous les amis ne sont pas des frères (puisque l’amitié est périssable). Toutefois, l’idéal serait, de toute évidence, que fraternité et amitié se conjuguent, se rejoignent, se complètent, se nourrissent l’une l’autre. Ce n’est hélas pas toujours le cas. Avec toi, en revanche, j’ai le sentiment qu’un tel miracle se réalise, s’accomplit, se régénère constamment. Tu es devenu mon Ami et je te ressens, par delà les liens – en l’occurrence non indispensables – du sang et du serment, au vu de nos multiples complicités, attirances et sympathies, comme un très réel « Frère ». Je n’en veux pour preuve que ceci : comme dans un vieux couple, notre confiance profonde se manifeste par le simple énoncé de quelques noms qui n’exigent aucune explication, car ils font resurgir des souvenirs précis intensément vécus. Ainsi, si moi je te dis dans le désordre Québec, Charlevoix, Mont-Rolland, Mont-Tremblant, Lac Nominingue, Prémian, Narbonne, Montpellier, Québec encore, Vermont, Mont-Rolland encore, Perrault, Trois-Rivières, Matane, traversiez Baie-Comeau, Papinachois, Isle-aux-Coudres, Gaspésie, Québec une troisième fois, Montréal, Versailles, île d’Orléans, Rivière-du-Loup, Métis, Miguasha, Carleton, Percé, Rivière-au-Renard, Cap-Chat, Sainte-Flavie, Tadoussac, Sainte-Agathe, Sainte-Adèle, Manie, Trois-Pistoles, Auberge du Mange Grenouille, Bic, Mont-Albert, l’Islet et Glacis, etc., ceci évoque certes des lieux connus de maints Québécois et Français, mais surtout, pour nous, la trace indélébile de moments inscrits durablement dans notre mémoire, car chargés de sentiments particuliers, d’expériences partagées. Comme avec Françoise, mon épouse depuis plus d’un demi-siècle, nulle dissertation ou commentaire touristique n’est nécessaire... surtout en public. Claire-Emmanuelle et Françoise, toi et moi, sommes les seuls à connaître ce que tous ces noms comportent pour nous de beaux, denses et riches souvenirs...

11Parmi tous ces lieux, il en est un que je ne peux pas ne pas célébrer ici : il s’agit, bien entendu, de Mont-Rolland dans les Laurentides, votre (grande et belle) « cabane au Québec », ce havre de paix et de sérénité, tant peaufiné, dorloté, mitonné par vous. En ce lieu magique, et grâce à votre chaleureuse présence, j’ai (nous avons) vécu d’intenses émotions, que ce soit en automne au coin du feu de bois, face aux bouleaux frémissants et aux érables rougissants, ou encore en été dans la fraîche chaleur de la forêt protectrice. Guy, tu l’auras compris : nous vous attendons dans notre « vieille Europe » – comme disent certains primaires étasuniens – pour vous y faire découvrir ou redécouvrir quelques-uns de nos propres jardins secrets...

12Guy, mon Frère, mon Ami, je suis heureux d’avoir réussi à te dire et t’écrire tout ceci. C’est venu du fond de mon cœur, et pas seulement de mon cerveau de sociologue... Je t’embrasse fraternellement.

Auteur

Professeur à l’Institut de sociologie, Université libre de Bruxelles

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540