Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Troisième partie. Regards et témoignages

L’homme, le savant, le citoyen... et les autres

Gérard Bouchard

Texte intégral

1J’ai connu Guy Rocher le sociologue dès le début des années 1960 à travers ses textes et par ses interventions publiques en marge de la célèbre commission Parent sur la réforme de l’enseignement. J’ai rencontré l’homme lui-même beaucoup plus tard, soit en 1991, au sein d’un groupe de réflexion sur la société québécoise (dont faisaient également partie Fernand Dumont, Pierre Dansereau, Pierre Fortin, Céline Saint-Pierre et d’autres – je me trouvais en bonne compagnie). Nous avons amorcé à cette occasion un dialogue qui ne s’est guère interrompu depuis et au sein duquel l’amitié s’est vite installée.

2Guy Rocher, pour moi, c’est d’abord l’homme de jugement et de lumière. Combien de fois me suis-je instruit (sans toujours le lui dire) de son esprit de nuance et de discernement, de sa capacité d’analyse et de pénétration intellectuelle ? J’ai toujours été sensible également à l’élégance et à la force tranquille de sa pensée, qu’il s’agisse de propos à bâtons rompus ou d’interventions plus formelles. Sa sérénité aussi, qui paraît si naturelle – mais peut-être a-t-elle été acquise au prix de durs combats ? – m’a toujours fait le plus grand bien.

3Maintenant (jeune) octogénaire, son prestige, son autorité et, je dirais, son actualité, sa présence auprès de nous n’ont jamais diminué, ce qui est une performance hors du commun dans une société où les intellectuels vieillissent vite (au moment où ils atteignent le troisième âge, un grand nombre sont marginalisés sans ménagement ou bien, malheureusement, choisissent eux-mêmes de se mettre en retrait, sinon carrément de se taire). En ce qui concerne Guy Rocher, sa longévité intellectuelle tient pour une large part, je crois, à l’angle sous lequel il a toujours abordé l’observation des réalités québécoises : jamais en porte-à-faux et encore moins à reculons, sans crispation, sans regret apparent, sans nostalgie du temps qui passe, toujours au contraire dans le sens du devenir, dans la mouvance du changement dont il essayait d’indiquer la direction dans ce qu’elle avait de porteur, d’annonciateur pour ses contemporains.

4Venu de son pays de Lanaudière, il a fait un détour du côté de Québec puis a établi définitivement son camp à Montréal, là où le choc des cultures, doublé de la circulation intense des idées et des personnes, mettait l’Occident à proximité. C’était précisément au moment où, après quelques décennies d’avancées et de ratages, d’élans et d’hésitations, l’histoire allait s’accélérer, le Québec se défaisant enfin d’une bonne partie de ses inhibitions. Guy Rocher se trouva alors sur la ligne de front à la fois comme décodeur et comme acteur, ainsi qu’il allait le faire si souvent au cours du demi-siècle suivant. Tout cela l’a mis en position d’anticiper – et sans les bouder – les bouleversements, les réorientations en profondeur qui se préparaient et les horizons à long terme dans lesquels ils s’inscrivaient.

5Fait remarquable, il fut l’un des premiers à formuler la plupart des idées fondatrices à partir desquelles les scientifiques de ma génération ont pensé le Québec pendant quelques décennies. Il a très tôt saisi la métamorphose de la francophonie québécoise dans son environnement nord-américain et le réaménagement concomitant de notre vieux rapport à la France. Il fut associé de près à la redéfinition et à la promotion de la laïcité. Il fut aux premiers rangs de ceux et celles qui ont pensé la modernisation économique et sociale des années 1960. Il a combattu pour la démocratie, l’égalité sociale, le syndicalisme. Il a contribué à nourrir le néo-nationalisme et à mettre sur ses rails le projet actuel de souveraineté du Québec dont il a toujours été un ardent défenseur. Il fut l’un des principaux artisans de la promotion du français au rang de langue officielle du Québec. Il a toujours professé un grand intérêt pour le domaine des arts, en particulier le nouveau théâtre – ce qui est peut-être une facette un peu méconnue de ses engagements.

6De même, sur le plan scientifique, il s’est appliqué, l’un des premiers encore, à pratiquer l’équilibre des influences, alliant Pareto et Durkheim à Marx, Weber et Parsons (qui fut son professeur à Harvard au temps de son doctorat). Il a aussi allié la théorie et l’empirique, tout en ouvrant des pistes pour l’interdisciplinarité (autre mot-clé) – on connaît ses travaux en sociologie du droit, tandis que son intérêt pour l’histoire ne s’est jamais démenti, comme le montre sa bibliographie. Enfin, il s’est montré ouvert aussi bien aux Amériques qu’à l’Europe et aux autres continents où ses livres circulent en traduction. En somme, depuis un demi-siècle, Guy Rocher a été remarquablement associé à la formation et aux transformations du Québec moderne.

7Son histoire personnelle et professionnelle me paraît emblématique d’une autre manière. Il est important de rappeler que Guy Rocher, l’humaniste, est sorti des rangs les plus progressistes de la Jeunesse étudiante catholique. On pourrait retracer dans cette référence les principales coordonnées de son itinéraire. Plus largement encore, il s’est beaucoup nourri des valeurs chrétiennes dont une fraction avancée du catholicisme occidental des années 1950 était porteuse. Qu’on revoie sous cet éclairage les qualités et les convictions qu’il a toujours manifestées et que j’ai brièvement évoquées ici, et on réalisera à quel point il a été imprégné de l’esprit de renouveau qu’a incarné, notamment, le concile Vatican II (il a toujours professé, par exemple, que les sciences sociales devaient enrichir la culture générale). Mais du même coup, on apercevra tout aussi clairement comment la hiérarchie catholique québécoise a desservi notre société en refrénant l’expression institutionnelle de ces valeurs : combien de destins remarquables, peut-être à l’image de Guy Rocher, s’en sont-ils trouvés empêchés ou courbés, sinon carrément brisés ?

8De cet homme de discrétion et de mesure, d’élégance et de distinction, nous ne connaissons guère le côté cour : les angoisses, les déceptions, les regrets, les impatiences, les colères. Toute sa sincérité et sa transparence n’ont jamais rien livré de son intimité. Ce n’est pas affaire de dissimulation, assurément, mais plutôt le fait d’une pudeur bien née, d’un ego qui se tient en retrait, qui préserve sa part de secret. Je ne m’en cacherai pas, il m’arrive de le regretter un peu, surtout à cause des colères – il doit bien en couver quelques-unes ? C’est la seule chose dont cet homme si généreux nous a privés.

9En terminant, on me permettra de déborder un peu mon sujet pour saluer la compagne de Monsieur Rocher, Claire-Emmanuelle de Poca. Je crois qu’on ne connaît pas bien le sociologue si on ignore l’éclairage de cette présence aussi discrète que chaleureuse, aussi attachante que rigoureuse, née elle aussi à l’enseigne de l’intelligence, de la mesure et de la distinction – à quoi elle ajoute des qualités de séduction que, je le dis bien franchement, Monsieur Rocher ne saurait égaler – à mes yeux, bien sûr...

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540