Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Deuxième partie. Réflexions autour de l’œuvre

Un regard sociologique et laïc sur le droit

Jean-Guy Belley

Texte intégral

1En 1989, dans sa contribution à l’ouvrage dirigé par Fernand Dumont et intitulé La société québécoise après 30 ans de changements, Guy Rocher racontait l’anecdote suivante :

  • 1 Guy Rocher, « L’emprise croissante du droit », dans Guy Rocher, Études de sociologie du droit et d (...)

Bien des juristes sont prêts à dire que leur discipline est une des sciences de la société, même la plus ancienne. Certains peuvent même croire qu’elle est la seule vraie science sociale. Je n’oublierai jamais ce vieil avocat un peu sourd à qui je disais que je faisais de la sociologie du droit et qui acquiesça en disant : « Oui, la sociologie, c’est le droit ! » Je n’ai jamais su s’il se moquait de moi1.

  • 2 Sur le « thomisme juridique » auquel adhéraient bien des avocats francophones du Québec pendant le (...)

2Je n’ai pas l’impression que le vieil avocat se moquait du jeune sociologue du droit. Je pense plutôt qu’il exprimait à son interlocuteur une forte conviction empreinte d’un peu de méfiance, une disposition d’esprit semblable à celle qui animait les philosophes des collèges classiques lorsqu’ils affirmaient sans rire que le plan parfait de la société chrétienne se trouvait dans la Somme théologique de saint Thomas d’Aquin2.

3Guy Rocher n’a pas pensé le droit dans cet état d’esprit juridique et religieux. Il a plutôt pensé le droit de façon sociologique et laïque. C’est ce que j’espère montrer de façon aussi convaincante que possible.

Penser le droit, sociologiquement

  • 3 Guy Rocher, « Avant-propos », dans Études de sociologie du droit et de l'éthique, op. cit., p. XII (...)
  • 4 Guy Rocher, « Les phénomènes d’internormativité : faits et obstacles », dans Jean-Guy Belley (dir. (...)
  • 5 Guy Rocher, « Pour une sociologie des ordres juridiques », dans Études de sociologie du droit et d (...)
  • 6 Guy Rocher, « L’effectivité du droit », dans Andrée Lajoie, Roderick A. Macdonald, Richard Janda e (...)

4Dès le début de son incursion sur les terres du droit, Guy Rocher a pris acte de la présence d’une sociologie juridique autochtone, par exemple celle du grand juriste français Jean Carbonnier : « Ce n'est qu’en sociologie du droit, nous dit Rocher, que le sociologue doit prendre en compte une autre sociologie que la sienne3. » Le sociologue n’a pas manqué de prendre en compte la variante juridique de la sociologie du droit. Il lui a même emprunté certains concepts majeurs, notamment ceux d’internormativité4, de pluralisme juridique5 et d’effectivité6. Mais, cet emprunt fut toujours critique et surtout transposé à l’intérieur du cadre théorique d’une sociologie générale dans laquelle la communauté des sociologues n’aura aucun mal à se reconnaître. La pensée du droit chez Guy Rocher est restée rigoureusement fidèle à la sociologie des sociologues, la seule sociologie véritable diront ces derniers, une sociologie en tout cas exogène, non coloniale, voire colonisatrice au goût des juristes étonnés qu’on puisse penser le droit autrement que de façon juridique et pour la plupart peu réceptifs à l’exercice de la libre pensée, qu'elle vienne de leurs rangs ou d’ailleurs.

  • 7 J’entends ici « sensibilité » dans le sens que lui donne l’écrivain hongrois Sándor Márai, dans Di (...)

5Cette pensée exogène et libre des contraintes de la culture juridique, Guy Rocher l’a fait reposer, en toute logique disciplinaire, sur une conception résolument sociologique du droit, sur un regard radicalement externe de l’action du droit et sur une aspiration à la connaissance prioritairement tournée vers les besoins de la sociologie. En pratiquant cette triple fidélité à la sociologie, fidélité d’autant plus justifiée et féconde qu'elle fut toujours expressément déclarée comme l’exercice d’un choix scientifique parmi d’autres légitimes, la pensée du sociologue ne pouvait pas ne pas heurter l’entendement et la sensibilité des juristes7. C’est le point que je voudrais faire ressortir en m’autorisant de la bienveillance et de la générosité de notre ami, car il me sera impossible de rendre justice ce faisant aux multiples nuances de sa sociologie du droit.

  • 8 Guy Rocher, « Droit, pouvoir et domination », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, (...)
  • 9 Guy Rocher, « Pour une sociologie des ordres juridiques », dans Études de sociologie du droit et d (...)

6Penser le droit sociologiquement, c’est bien sûr le considérer comme un fait social. Mais, c’est surtout le concevoir comme une partie d’un ensemble plus grand que lui ; c’est le mettre au niveau des autres faits sociaux pour observer leurs interactions ; c’est, en somme, l’appréhender à l’horizontale, sans lui conférer aucun statut éminent au sein de la mêlée sociale dont il relève. Pour le sociologue, le droit est un ordre normatif parmi d’autres, un mode de régulation sociale parmi d’autres, une modalité d’exercice du pouvoir parmi d’autres, un discours symbolique parmi d’autres8. Le droit étatique est lui-même un ordre juridique parmi d’autres ordres juridiques, et rien n’autorise à considérer ces derniers comme des manifestations d’infra-droit9. Au contraire, la pensée juridique du droit postule la centralité, la verticalité et, disons-le, la supériorité de son objet qu’elle appréhende comme une totalité entretenant un rapport privilégié avec la société qu'elle prétend exprimer mieux que les autres puisqu’il lui incombe de rester au-dessus de la mêlée.

  • 10 Ibid., p. 134-138.

7Penser le droit sociologiquement, c’est aussi l’appréhender comme un fait collectif. Le fait d’un groupe, d’une organisation, d’un peuple qui s’impose à travers son droit des règles contraignantes ou libérantes, qui se donne des agents et des appareils investis de tâches juridiques, qui leur procure la légitimité dont ils se réclament, qui se représente mythiquement comme une entité unie autour d’un consensus moral officiel10. Aux yeux du sociologue, le droit, dans son autonomie comme dans ses dépendances, ne cesse jamais d’être phénomène collectif puisqu’il procède et vit au rythme de la société. Il est immanent au social, empreint d’historicité et contingent à l’état de la société. Aux oreilles des juristes, cette mise en évidence du collectif qui soutient le droit ne sonne pas faux, mais elle ne fait pas assez résonner l’expérience familière de ceux pour qui la pratique du droit est, au quotidien, le fait individuel d’une pensée habitée par la croyance en une valeur transcendante, suprahistorique et nécessaire. Fidèle à Durkheim, le sociologue voit le droit comme une chose de la société. Le juriste y trouve plutôt la tournure d’esprit qui est devenue pour lui une seconde nature et peut-être une première personnalité.

  • 11 Sur les trois « moments du droit » (élaboration, droit positif, mise en œuvre), voir Guy Rocher, « (...)

8Celui qui confère au droit le statut de chose porte sur lui un regard externe et, pour mieux l’observer, se tient à bonne distance. Le regard sociologique de Guy Rocher s’est porté sur le droit comme on observe une boîte noire dont il faut montrer ce qu’elle a reçu de la société, à l’entrée, et ce qu’elle a produit comme effets sociaux, à la sortie, abstraction faite des péripéties et des arguties qui ont pu se produire à l’intérieur, dans les mains et dans les esprits des juristes11.

  • 12 Guy Rocher, « Droits, libertés et pouvoirs : dans quelle démocratie ? », dans Études de sociologie (...)

9Si le sociologue a privilégié l’étude de la production sociale du droit ou de l’émergence des règles juridiques et celle de leur consommation sociale ou de leur effectivité, ce n’est aucunement par ignorance des caractéristiques de la pensée juridique ou par manque d’intérêt pour l’analyse de ses fondements sociologiques. Il a eu, je crois, la tentation d’ouvrir la boîte noire, mais il s’est abstenu de le faire par un choix de priorité. Sa sociologie du droit avait pour première ambition de pallier une lacune de la sociologie générale, l’oubli du droit, symptomatique d’un refoulement ou d’un inconfort que l’importance du droit dans la société moderne et son emprise sur les mentalités contemporaines imposaient de guérir12.

  • 13 Jean Carbonnier, Sociologie juridique, 2e éd., Paris, PUF, 1978.

10Difficile de servir deux maîtres à la fois. Impossible de produire en même temps de la belle sociologie et du beau droit. Le juriste-sociologue Jean Carbonnier l’avait bien compris, comme Guy Rocher, mais la fidélité du premier s’est exercée dans le sens du droit, sa véritable patrie. Dans ses mains, la sociologie devint juridique et en bonne partie méconnaissable pour les sociologues, assignée qui plus est à une fonction auxiliaire pour laquelle ses méthodes de collecte d’informations seraient plus sollicitées que ses théories et ses concepts, sans parler de sa mentalité13.

11Le juriste-sociologue français a conçu et pratiqué une sociologie maison à usage domestique qui contribuerait à la rénovation du droit civil. Il fallait procéder à un délicat travail de juriste, celui de conférer une vie juridique à des faits sociaux nouveaux, celui d’énoncer et de réinterpréter le droit à partir des indications que fournirait la sociologie juridique.

  • 14 Jean Carbonnier, « Gurvitch et les juristes », Droit et Société. Revue internationale de théorie d (...)

12Pour bien camper la complémentarité, mais aussi l’inégale dignité de la discipline qui révèle les faits et de celle qui fait le droit, Jean Carbonnier a laissé tomber un jour cette phrase qui sonna terriblement à mes oreilles : « La sociologie juridique et le droit ont tout à gagner à respecter mutuellement leur autonomie intellectuelle. Il existe une sociologie de la musique : elle peut rendre service, en les orientant, aux impresarios et même aux musiciens ; mais elle ne fait pas de musique14. »

  • 15 Jean-Guy Belley, « Deux journées dans la vie du droit : Georges Gurvitch et Ian R. Macneil », Revu (...)
  • 16 Voir à ce sujet Guy Rocher, « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’e (...)

13J’ai protesté rageusement contre le jugement sans appel de mon directeur de thèse. J’ai plaidé que les plus belles symphonies des sociologues ne trouveraient jamais grâce aux oreilles des juristes qui n’ont appris à vibrer qu’aux marches militaires15. Je n’ai jamais senti une telle indignation chez Guy Rocher. Bien sûr, il y a chez lui la sérénité et la confiance du sociologue à l’identité solide. Mais, je crois qu’il y a plus, qu’il y a même un accord subtil et rusé avec la sentence péremptoire du juriste. Parce qu’avant de venir au droit, le sociologue engagé dans la promotion des politiques publiques de l’éducation, de la langue et de la culture, avait lui-même connu le plaisir de la musique16. L’intellectuel organique avait procuré au législateur la matière de la législation, sa composition idéologique. Il ne répugnait pas à laisser au juriste le soin de lui conférer la forme législative, son exécution juridique. Quel compositeur s’offusquerait qu’un musicien veuille interpréter sa partition avec la promesse d’une exécution aussi fidèle que possible ? Avant de venir en Faculté de droit, le sociologue Guy Rocher avait joué avec le droit comme un militant de l’Action catholique jouait autrefois avec la religion, comme un laïc qui n’est pas indifférent à la conviction religieuse, mais qui ne souhaite pas en faire un état de vie.

Penser le droit, laïquement

  • 17 Sur la distinction entre le droit pur et le droit impur, voir Guy Rocher, « Le droit canadien : un (...)
  • 18 Chez les pentecôtistes et les charismatiques, l’esprit d’enfance et l’acte d’humilité caractérisen (...)

14Guy Rocher est venu au Centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal. Il y est resté plus de 25 ans à côtoyer quotidiennement des juristes purs et impurs17, mais il n’a jamais – pas encore – embrassé la profession de juriste. Il a refusé d’en faire une vocation tardive. Il est resté en marge du clergé et de son sacerdoce. Il s’est campé dans la position du laïc dont l’adhésion reste mesurée et conditionnelle. Il est venu au droit. Il a vécu en droit et, assez miraculeusement, il en sortira indemne. Il s’est adonné à la connaissance sociologique du droit avec l’énergie d’une seconde jeunesse, mais il ne s’est pas abandonné au droit, comme le font les meilleurs juristes, c’est-à-dire avec un esprit d’enfance18. Je ne dis pas qu’il y a là un péché, un crime ou une anomalie. Mais j’ose dire qu’il y a là une récidive. En effet, c’est par deux fois que Guy Rocher a dit non à la vocation juridique. Voici son aveu :

  • 19 Guy Rocher, « L’emprise croissante du droit », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, (...)

Lorsque j’étais étudiant en droit dans les années 1940, l’enseignement du droit civil régnait en maître, et celui du droit public était plutôt minime. Je me souviens qu’un même cours de trente heures était consacré à la fois au droit « scolaire » et au droit paroissial. Le droit scolaire consistait surtout à décrire le mode d’élection des commissaires dans les commissions scolaires. Aujourd’hui, le droit paroissial a disparu et le droit de l’éducation – notons l’évolution de la terminologie – a pris une grande expansion19.

  • 20 Dans sa contribution à ce livre, Andrée Fortin souligne avec raison le caractère très montréalais (...)

15Le droit paroissial n’a pas séduit notre ami qui s’en est allé vers la sociologie. C’est dommage en un sens, au sens juridique je veux dire20. Imaginez un instant ce que la vocation juridique de Guy Rocher aurait changé dans la destinée du droit au Québec.

16En 1968-1969, serait parue une œuvre magistrale : Introduction à la science juridique générale. Tome 1 : L’Action juridique ; Tome 2 : L’Organisation juridique ; Tome 3 : Le Changement juridique. À la lecture de cet ouvrage fondateur, mon ami Pierre Noreau se serait sans doute exclamé : « Nous l’avons notre juridicologie du droit ! »

17Imaginez ce que l’enseignement du professeur de droit Guy Rocher aurait changé dans la lucidité d’un Lucien Bouchard, futur premier ministre du Québec, futur signataire du Manifeste pour un Québec solidaire.

18Imaginez tous les parcours de formation scientifique qu’un Guy Rocher, doyen de faculté de droit, à la place d’un Roger Comtois ou d’un Louis Marceau, aurait influencés, tel un Georges-Henri Lévesque du droit, en dirigeant ses jeunes disciples vers les États-Unis, là où se joue, pour nous de ce côté-ci de l’Atlantique, le sort du droit et de la sociologie du droit, bien davantage qu’en France ou en Angleterre.

  • 21 Guy Rocher, « Le droit canadien : un regard sociologique », dans Études de sociologie du droit et (...)
  • 22 Guy Rocher, « Le défi éthique dans un contexte social et culturel en mutation », dans Études de so (...)

19Bon, c’est assez rêvé. Revenons au deuxième refus, celui de la vocation tardive, pour en comprendre les raisons. Guy Rocher n’a pas embrassé le point de vue interne sur le droit même s’il en a reconnu l’utilité, voire la nécessité, pour orienter les recherches externes de la sociologie21. Son refus a été pour une part calcul politique. Si le but qu’on poursuit est de préserver les normativités et les rationalités que le droit étatique et la pensée juridique excluent de leurs discours, la prudence commande de ne pas s’aventurer trop profondément sur le territoire du droit. La loi d’économie d’énergie incite à se consacrer prioritairement au social non officiellement juridique22.

20Le refus du sociologue est aussi d’ordre philosophique et éthique ainsi qu’il l’exprime lui-même :

  • 23 Guy Rocher, « Tensions et complémentarité entre droits individuels et droits collectifs », dans Ét (...)

En matière d’éthique, je ne suis pas du tout platonicien. Je ne crois pas en l’existence de normes pré-établies, extérieures à nous, pré-formées, résidant dans un certain univers de séjour, d’où il faut les extraire les yeux vers le rayon de lumière qui viendrait jusqu’à nous dans les ténèbres de notre caverne. Je crois plutôt qu’il nous faut chaque jour découvrir et faire le juste, le vrai, le beau, au milieu des accidents et des contingences de l’action, de la vie quotidienne, en nous interrogeant sans cesse sur nos motivations, sur les fins que nous poursuivons et les moyens que nous utilisons23.

21Celui qui croit que les lumières viennent d’en bas, de la praxis et de l’observation, plutôt que d’en haut, des Écritures et de la révélation, est sans doute bien mal parti pour entrer en religion du droit. Bien mal parti, mais pas forcément irrécupérable. À l’évidence, le refus de Guy Rocher voulait garantir la liberté intellectuelle et morale du sociologue, protéger son droit à la critique. Pourtant, notre ami avait sous les yeux l’exemple d’une vocation authentiquement juridique qui trouve dans la fréquentation du droit positif non seulement une occasion d’exercer la liberté intellectuelle, mais aussi bien des arguments pour fonder une solide critique contre tous les détenteurs de pouvoir qui en mènent large avec le respect de la légalité et tous leurs complices juristes qui ne sont pas à la hauteur de leur sacerdoce.

  • 24 Andrée Lajoie, Michelle Gamache (dir.), Droit de l’enseignement supérieur, Montréal, Les Éditions (...)
  • 25 Andrée Lajoie, Jugements de valeur. Le discours judiciaire et le droit, Paris, PUF, 1997.

22Je pense ici à l’exemple d’Andrée Lajoie qui a partagé avec Guy Rocher la direction intellectuelle des travaux que le Centre de recherche en droit publique (CRDP) a réalisés dans l’axe droit et société depuis 25 ans. Tous ceux qui se donneront la peine de lire le monument consacré par Andrée Lajoie et son équipe au droit de l’enseignement supérieur24 de même que ses analyses plus récentes de la jurisprudence de la Cour suprême du Canada25 ne manqueront pas de constater l’implacable rigueur et la pertinence toute particulière des critiques qu’autorise la connaissance intime des Écritures du droit. Cet exemple atteste clairement de la valeur critique d’une analyse interne qui sait repérer avec précision les lieux et les moments où le logos du droit se fait complaisant, amnésique, tordu, incorrect et pour tout dire indigne. Le regard interne de la juriste intellectuellement honnête et avertie lui permet de dénoncer quiconque fait dire au droit positif ce qu’il ne dit pas, tait ce qu’il dit, en cache les partis pris et les contradictions, en raboudine les fictions plutôt que d’en admettre les lacunes.

23Au vu de cet exemple, une autre raison, de l’ordre du tempérament, me semble avoir incité le sociologue à préférer la critique externe du droit par la mise en évidence des faits sociaux plutôt que de se conscrire lui-même dans la critique des faits sociaux par la mobilisation de la raison juridique. Le sociologue aurait-il refusé d’entrer en religion du droit par le pressentiment qu’il ne pourrait s’y tenir que sous le mode ingrat du croyant fidèle au point d’en devenir hérétique ? A-t-il refusé, on le comprendrait, d’épouser la vocation d’un Luther dénonçant les autorités de l’Église catholique pour leur trafic des indulgences ?

24Imaginez un instant le sacrilège d’un juriste qui affirmerait aujourd’hui : « Il ne faut pas juger la valeur de la Cour d’appel du Québec à l’apparence de son juge en chef. » Qui d’autre qu’un luthérien oserait dire une telle insanité en public ? Je me contenterai, pour ma part, de retranscrire cette hérésie fictive. Puisque les écrits restent. Parce qu’il faut bien, parfois, que les écrits pestent. Pour que s’accomplisse ce qui est dit dans le Nouveau Petit Robert, à la page 1518 – quel chiffre symbolique – de l’édition de mars 1995 : « L’occasion fait le larron. »

  • 26 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, 19 (...)

25En commentaire final de son livre d’entretiens autobiographiques avec Georges Khal, Guy Rocher dit de lui-même qu’il a été toute sa vie un « homme d’institution26 ». Avec déférence, comme on dit en droit, je me permets un amendement amical à cette autodescription. Notre collègue est un homme d’institutionnalisation du social. C’est bien pourquoi l’institution juridique, avec l’encre séchée de ses textes et son laborieux rituel d’interprétation, ne l’émeut pas beaucoup. Mais notre ami est aussi, très profondément, un homme de communauté scientifique. Son tempérament n’est pas de provoquer des schismes ni de froisser les collègues qui font leur possible.

26À la réflexion, après avoir relu plusieurs textes de Guy Rocher et quelques travaux d’Andrée Lajoie, le vieil avocat un peu sourd était peut-être un mécréant du droit. Je préfère néanmoins imaginer qu’il était plutôt de la race des juristes authentiques croyant de toutes leurs forces à la victoire du droit sur l’arbitraire, au nom et par la vertu d’une théologie démocratique qui malheureusement s’affadit de plus en plus.

  • 27 Pierre Vadeboncœur, Essais sur la croyance et l’incroyance, Montréal, Bellarmin, 2005, page couver (...)

27Quand Guy Rocher a commencé à penser le droit, la mentalité juridique était encore pleine de croyance. Il fallait lui injecter du doute. Cela fut fait. La mentalité sociologique était plus facilement assaillie par le doute. Il fallait lui procurer de la croyance. Cela fut fait aussi. Je conclurai cet hommage à Guy Rocher, penseur du droit, en citant Pierre Vadeboncœur, ancien avocat devenu brillant essayiste : « L’attitude de la croyance et celle du doute sont pareillement créatrices et intuitives, et elles sont sœurs. La vérité les accueille avec une mesure égale. Il s’agit ici, comme en poésie, ou en art, ou en mystique [j’ajoute ou en droit, ou en sociologie] de récupérer la face cachée du savoir, d’un savoir destiné à ne jamais se révéler27. »

28Merci, cher Guy Rocher, d’avoir pensé le droit avec nous, dans le doute juridique et dans la croyance sociologique.

Notes

1 Guy Rocher, « L’emprise croissante du droit », dans Guy Rocher, Études de sociologie du droit et de l’éthique, Montréal, Les Éditions Thémis, 1996, p. 3.

2 Sur le « thomisme juridique » auquel adhéraient bien des avocats francophones du Québec pendant les premières décennies du XXe siècle, voir Jean-Guy Belley, « Une croisade intégriste chez les avocats du Québec : La Revue du Droit (1922-1939) », Les Cahiers de Droit, no 34,1993, p. 188 et suivantes.

3 Guy Rocher, « Avant-propos », dans Études de sociologie du droit et de l'éthique, op. cit., p. XIII.

4 Guy Rocher, « Les phénomènes d’internormativité : faits et obstacles », dans Jean-Guy Belley (dir.), Le droit soluble. Contributions québécoises à l’étude de l’internormativité, Paris, LGDJ, 1996, p. 25-42.

5 Guy Rocher, « Pour une sociologie des ordres juridiques », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 123-150.

6 Guy Rocher, « L’effectivité du droit », dans Andrée Lajoie, Roderick A. Macdonald, Richard Janda et Guy Rocher (dir.), Théories et émergence du droit : pluralisme, surdétermination et effectivité, Montréal/Bruxelles, Les Éditions Thémis/Bruylant, 1998, p. 133-149.

7 J’entends ici « sensibilité » dans le sens que lui donne l’écrivain hongrois Sándor Márai, dans Divorce à Buda, Paris, Albin Michel, 2002, trad, par G. Kassai et Z. Bianu, p. 39 : « [L]a partie la plus sensible de la personnalité, celle qui assure l’ancrage de l’homme dans le monde et grâce à laquelle celui-ci demeure authentiquement, inaltérablement, ce qu’il est... »

8 Guy Rocher, « Droit, pouvoir et domination », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 235-258.

9 Guy Rocher, « Pour une sociologie des ordres juridiques », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 145.

10 Ibid., p. 134-138.

11 Sur les trois « moments du droit » (élaboration, droit positif, mise en œuvre), voir Guy Rocher, « Le droit canadien : un regard sociologique », dans Études de sociologie du droit et de l'éthique, op. cit., p. 33-41.

12 Guy Rocher, « Droits, libertés et pouvoirs : dans quelle démocratie ? », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 110.

13 Jean Carbonnier, Sociologie juridique, 2e éd., Paris, PUF, 1978.

14 Jean Carbonnier, « Gurvitch et les juristes », Droit et Société. Revue internationale de théorie du droit et de sociologie juridique, 1986, no 4, p. 351. Il convient de souligner que cette phrase, aussi terrible qu’elle puisse paraître prise en elle-même, n’était absolument pas hostile ni à la personne, ni à l’œuvre de Gurvitch pour qui Carbonnier éprouvait une « très franche sympathie » et à qui il avait succédé comme titulaire du cours de sociologie juridique à la Sorbonne.

15 Jean-Guy Belley, « Deux journées dans la vie du droit : Georges Gurvitch et Ian R. Macneil », Revue canadienne Droit et Société, no 3, 1988, p. 47. Ma réplique rageuse s’adressait à l’idée plutôt qu’à la personne de Carbonnier dont l’exquise finesse d’esprit et la grande tolérance intellectuelle sont reconnues de tous. Voir Jean-François Niort, « Jean Carbonnier : une philosophie juridique de la tolérance », dans P. Dumouchel et B. Melkevik (dir.), Tolérance, pluralisme et histoire, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 191-211.

16 Voir à ce sujet Guy Rocher, « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvoir politique », Sociologie et sociétés, no 12,1980, p. 45-64 et « Le sociologue et le pouvoir ou comment se mêler des affaires des autres », dans Georges-Henri Lévesque et al., Continuité et rupture : les sciences sociales au Québec, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1984, p. 369-383.

17 Sur la distinction entre le droit pur et le droit impur, voir Guy Rocher, « Le droit canadien : un regard sociologique », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 20 et suivantes.

18 Chez les pentecôtistes et les charismatiques, l’esprit d’enfance et l’acte d’humilité caractérisent celui qui accède au Royaume de Dieu (ou au Royaume du Droit dirons-nous) par une sorte de porte basse qu’on ne franchit qu’en se courbant. Voir F. Lenoir et Y. Tardan-Masquelier, Le Livre des Sagesses. L’aventure spirituelle de l’humanité, Paris, Bayard, 2002, p. 1397. L’esprit d’enfance c’est encore celui d’une artiste, Louise Carrier, qui pratique son art avec humilité et dans la foi, avec « une grandeur qui n’éclate vraiment que chez ceux qui sont parvenus au plus extrême détachement de soi », comme l’exprime Fernand Dumont, Une foi partagée, Montréal, Bellarmin, p. 176.

19 Guy Rocher, « L’emprise croissante du droit », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 4.

20 Dans sa contribution à ce livre, Andrée Fortin souligne avec raison le caractère très montréalais de l’œuvre sociologique de Guy Rocher quand on la compare, par exemple, à celle de Fernand Dumont ou de Marcel Rioux. On pourrait dire, en se sens, que Guy Rocher est le Beau Dommage de la sociologie québécoise !

21 Guy Rocher, « Le droit canadien : un regard sociologique », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 35-37.

22 Guy Rocher, « Le défi éthique dans un contexte social et culturel en mutation », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit., p. 316.

23 Guy Rocher, « Tensions et complémentarité entre droits individuels et droits collectifs », dans Études de sociologie du droit et de l’éthique, op. cit, p. 107-108.

24 Andrée Lajoie, Michelle Gamache (dir.), Droit de l’enseignement supérieur, Montréal, Les Éditions Thémis, 1990.

25 Andrée Lajoie, Jugements de valeur. Le discours judiciaire et le droit, Paris, PUF, 1997.

26 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, 1989, p. 229.

27 Pierre Vadeboncœur, Essais sur la croyance et l’incroyance, Montréal, Bellarmin, 2005, page couverture et p. 74 et suivantes.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540