Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Deuxième partie. Réflexions autour de l’œuvre

Le premier sociologue montréalais

Andrée Fortin

Texte intégral

  • 1 Guy Rocher et François Rocher, « La culture québécoise en devenir : les défis du pluralisme », dan (...)

La culture doit aussi être considérée comme une trame puisque nul n’y échappe, elle structure les façons de penser et d’interagir, elle se pose comme la condition d’unification d’une société. Notre réflexion porte donc sur la « trame culturelle » propre au Québec. Non pas que la culture constitue l’aspect le plus important de la réalité, mais plutôt parce qu’elle nous semble avoir été au cœur de l’évolution du Québec des trente dernières années1.

1Guy Rocher est surtout associé à ses travaux sur le droit ou l’éducation, ou encore à son célèbre manuel Introduction à la sociologie générale. Pourtant il a consacré de nombreux textes à la culture du Québec en général, ou encore à la langue ou au pluralisme. En fait, chez lui ces préoccupations sont étroitement liées : parler de la culture, pour Rocher, c’est le plus souvent parler du Québec et parler du Québec, c’est parler d’une société en changement, marquée par le pluralisme.

2Mon objectif ici est de montrer l’unité fondamentale de l’ensemble des travaux de Guy Rocher, dont ceux sur la culture qui demeurent méconnus, et d’autres plus connus sur l’éducation, la langue et le droit, ainsi que l’originalité de son approche au regard de ses contemporains. Cela m’amènera à le citer abondamment. Par ailleurs, si sa pensée évolue et se raffine au fil des ans, elle ne se transforme pas radicalement, et j’en traiterai comme d’un tout.

  • 2 Guy Rocher, « Industrialisation et culture urbaine », Contributions à l’étude des sciences de l’ho (...)
  • 3 Guy Rocher et François Rocher, « La culture québécoise en devenir : les défis du pluralisme », op. (...)

3De quelle culture est-il question dans les travaux de Guy Rocher ? Il traite de culture du Québec, de culture au Québec, et bien sûr, dans son Introduction à la sociologie générale, de théorie de la culture. Dans tous les cas, cela renvoie à ce qu’on appelle souvent la culture « au sens anthropologique ». En 1952, il définit la culture par les « modes de vie, de pensée et de conduite2 » ; en 1991, il écrit qu’elle « structure les façons de penser et d’interagir, elle se pose comme la condition d’unification d’une société3 ». En ce sens, la culture est non pas une façon de saisir la société globale, mais ce qui la constitue, plus fondamentalement ce que d’autres ont appelé l’infrastructure économique ou la morphologie sociale.

4Si dans son cours d’introduction à la société étasunienne, au milieu des années 1970, il faisait lire des romans à ses étudiants (dont j’étais), c’était essentiellement pour mieux saisir la culture de nos voisins du Sud, pour connaître et comprendre leurs « modes de vie, de pensée, de conduite ». Ce qui intéresse Guy Rocher quand il pense la culture, c’est la culture « au sens anthropologique », et les changements de celle-ci. Et surtout, même quand il parle des États-Unis, c’est le Québec qui est le point d’ancrage de sa réflexion, et plus précisément Montréal.

La culture en mutation

  • 4 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Éditions HMH, 1973, p. 177-178.

Dans cette première acception, la révolution culturelle signifie qu’une proportion toujours plus grande de la population humaine a accès à une partie plus importante de l’univers symbolique. […] Le système d’enseignement est, ou peut être, un agent, parmi d’autres, de cette révolution culturelle, en même temps qu’il en subit les contrecoups. Dans un second sens, la notion de révolution culturelle fait référence à un changement radical de contenu dans la pensée et la mentalité. […] On ne peut révolutionner une société sans une profonde conversion morale, intellectuelle et j’oserais dire spirituelle de l’homme4.

  • 5 Guy Rocher, « Industrialisation et culture urbaine », op. cit., p. 167.
  • 6 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit.
  • 7 Guy Rocher, « La marginalité sociale. Un nouveau réservoir de contestation », dans Claude Ryan (di (...)

5Il n’est pas anodin que le tout premier article de Guy Rocher, publié dans Contributions à l’étude des sciences de l’homme en 1952, porte sur la « culture urbaine » et le pluralisme qui la caractérise. Cet article est sous-titré « Note préliminaire à l’étude de la région métropolitaine de Montréal » ; il y propose de prendre Montréal comme « point de référence » et de comparaison pour l’étude « d’autres aires culturelles » du Québec5. Ce souci comparatif sera présent dans l’ensemble des écrits sur la culture de Rocher ; cela dit, si Montréal en demeure le point nodal, les comparaisons ne s’effectueront pas qu’avec le reste du Québec, mais aussi avec le Canada anglais6 et les États-Unis7.

  • 8 Guy Rocher, « Industrialisation et culture urbaine », op. cit., p. 165.
  • 9 Ibid., p. 166.

6L’urbanisation est définie par Rocher comme un « changement dans les modes de vie, de pensée, de conduite8 », donc un changement dans la culture qui est plus fondamental que l’industrialisation pour comprendre la société de l’après-guerre. Il ajoute que « la culture urbaine […] s’insinue dans la culture rurale ou paysanne environnante, qu’elle repousse rudement ou transforme lentement9 ». Déjà, en 1952, la mutation du Québec est bel et bien amorcée ; celle-ci se caractérise par l’urbanisation et le « cosmopolitisme » de Montréal.

  • 10 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 18 ; voir aussi Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évo (...)
  • 11 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 18.
  • 12 Jean-Charles Falardeau, « Perspectives », dans Jean-Charles Falardeau (dir.), Essais sur le Québec (...)

7Dans les années 1960, comme d’autres analystes, il décèle un cultural lag, un « écart » entre les « structures sociales de la civilisation industrielle » et une « mentalité pré-industrielle10 » ; il n’en parle pas cependant dans son article de 1952 sur la culture urbaine. Le décalage s’expliquerait, en partie du moins, par le fait que « l’industrialisation a été imposée de l’extérieur11 », ce en quoi il ne se distingue pas de Falardeau12. Cela dit, cet extérieur est anglo-saxon et non « américain » ou étasunien, et en cela il se distingue de Falardeau et de Rioux ; pour Rocher l’anglo-saxon peut être canadien-anglais.

  • 13 Guy Rocher, « Le statut culturel du français au Québec : état de la question », dans Michel Amyot (...)
  • 14 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 24.
  • 15 « In Quebec, protest movements, whether by youths, the left, or within the Catholic church, have a (...)
  • 16 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 24.

8Bien sûr, écrit-il, « c’est cette prédominance de l’anglophone et de la langue anglaise dans la vie économique qui a permis d’identifier le Québec à un pays colonisé13 ». La domination économique se conjuguant à une domination nationale, « la crise d’identité nationale s’est doublée d’une crise de la conscience sociale14 ». C’est ainsi que le mouvement nationaliste a pris des couleurs de gauche et de contre-culture ou plutôt l’inverse, car la montée de la contre-culture et de la gauche dans les années 1960 et 1970 n’est bien sûr pas spécifique au Québec. C’est toute l’Amérique du Nord et l’Europe qui s’enflamment ainsi, comme il le rappelle plusieurs fois15. La spécificité du Québec, c’est la conjonction de la question nationale et linguistique, d’une part, et de la montée de la gauche et de la contre-culture, d’autre part ; la question du Québec, si elle est parfois pensée en regard de la décolonisation des pays du Tiers-Monde, une « idéologie d’emprunt16 », s’en démarque toutefois par sa nord-américanité et son industrialisation.

9S’il y a décalage entre l’économie et la culture, il ne s’agit pas tant chez lui de rattraper (qui ? quoi ?) que de s’ajuster ; le Québec est bel et bien une société moderne et industrielle. D’emblée, à Guy Rocher qui a participé aux travaux de la commission Parent, la manière de remédier à ce cultural lag – ou du moins de l’atténuer – apparaît évidente : c’est par la réforme de l’éducation, notamment au primaire et au secondaire, par opposition à l’animation sociale, solution souvent prônée dans les années 1960, et qui est une éducation populaire. Dans les années 1960 et 1970, dans le sillage de la Révolution tranquille, les jeunes et en particulier les étudiants seront très actifs, ce qui renforce la conviction de Rocher quant à l’importance de l’éducation.

10L’ajustement de la culture et de l’économie qu’il appelle dans des textes des années 1960 se réalisera si rapidement et si radicalement – ou du moins bruyamment – que, dès 1973, il qualifie le processus de « mutation », et qui plus est, de mutation culturelle. C’est ainsi que pour lui la Révolution tranquille est avant tout une révolution culturelle et tient tant à la diffusion des savoirs existants qu’à l’émergence de nouveaux savoirs, un « changement radical », selon lui.

  • 17 Ibid., p. 18.

11La rapidité des changements s’explique par le fait que la mentalité pré-industrielle ne régnait plus « qu’officiellement17 » : les changements au Québec ont commencé bien avant 1960, et en ce sens, le décalage n’est pas si fort qu’il n’y paraît. J’y reviendrai.

12L’intérêt de Rocher pour la culture ne s’arrête pas après la Révolution tranquille. Les changements culturels se poursuivent même si on ne parle plus de « mutation », et il propose une vision de l’histoire du Québec en trois temps : avant 1960,1960-1970, après 1980.

La culture du Québec en trois temps et quatre mouvements

  • 18 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, tome 1, Hurtubise HMH, 1968, p. 90.

Cette collectivité, la culture contribue à la constituer d’une double façon […] : d’une manière objective et subjective18.

13Comment en dehors ou au-delà du moment crucial qu’est la Révolution tranquille Rocher caractérise-t-il la culture du Québec ? Par l’articulation de quatre composantes dont les liens varient selon les époques. Avant tout, il convient de répéter que Rocher parle toujours de culture « au sens anthropologique », dont la littérature et les arts sont une composante ; dans sa définition, la culture et la société sont étroitement associées.

  • 19 Guy Rocher, « Le statut culturel du français au Québec : état de la question », op. cit., p. 17.

14Quatre « arcs-boutants » sous-tendent la culture québécoise : la nord-américanité (géographie) ; le fait minoritaire (démographie) ; le fait religieux (tradition et normes) ; et le fait français. De ceux-ci, c’est la langue qui constitue « la poutre centrale, la pierre d’angle19 ». Comment s’articulent ces quatre composantes ? La première caractéristique de la culture québécoise, c’est la nord-américanité. Notons qu’il s’agit bel et bien de nord-américanité et non d’américanité, thème aujourd’hui à la mode, et qui l’était moins au début des années 1980.

  • 20 Ibid, p. 16.
  • 21 « Tout bien considéré, la notion d’américanisation n’est pas loin de désigner les mêmes réalités q (...)

15Cette nord-américanité signifie non seulement appartenir à une « société neuve » (« jeune », écrivait-il en 1984), mais être exposé aux invasions de nos voisins du Sud, invasions militaires aux XVIIIe et XIXe siècles, et invasion culturelle au XXe siècle, laquelle touche tant la culture populaire que savante, également « imprégnées des modes de pensée et des manières de faire américains20 ». L’invasion culturelle constitue une menace d’autant plus importante pour le fait français que la culture québécoise est minoritaire. À cet égard Rocher est plus proche de Rioux qui fustigeait « l’empire américain » que de Falardeau, qui associe américanisation et urbanisation21.

16Quant à la religion, selon Rocher, ce sont essentiellement les normes qu’elle véhiculait qui en faisaient l’importance, tout comme son articulation avec la langue « gardienne de la foi ». La vitesse à laquelle s’est effectuée la désaffectation religieuse illustre bien l’ancrage tout relatif de la religiosité des Québécois. Mais la laïcisation rapide fait qu’ils perdent en même temps leurs repères normatifs, ce à quoi faisait allusion dès 1960 Pelletier dans son article « Feu l’unanimité ».

17Quelles sont les époques de l’histoire – culturelle – du Québec selon Rocher ? Elles sont trois et s’articulent autour de la Révolution tranquille. Le moment d’inflexion ne peut pas par ailleurs être réduit à cette révolution, car c’est le « fait français » qui est déterminant (conjugué au « fait minoritaire » et à la nord-américanité), et les enjeux linguistique ont leur logique qui ne se superpose pas parfaitement à celle de la Révolution tranquille.

18La place centrale de la langue française dans la définition de la culture québécoise fait que les trois périodes s’organisent autour de la crise linguistique des années 1960. Celle-ci a été précédée d’une période d’incubation, les années 1950, et suivie d’une ère d’interventions législatives.

  • 22 Guy Rocher, « Autour de la langue : crises et débats, espoirs et tremblements », dans Gérard Daigl (...)
  • 23 Dans ses Regard sur le Bas-Canada, Montréal, Typo, 2003, p. 161 (cité par Simon Langlois, « Alexis (...)
  • 24 Gaston Miron, L’homme rapaillé, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1970.

19Penser ainsi la culture québécoise illustre bien que, tout comme en 1952, Rocher l’analyse depuis Montréal, lieu de cette crise – voire de cet affrontement – linguistique. En effet, la crise qui couve est liée « au visage anglais du Québec, et tout particulièrement de Montréal22 » qui provoque la réaction de groupes et associations nationalistes. Si déjà Tocqueville avait noté ce « visage anglais » au XIXe siècle23, celui-ci devient insupportable aux Québécois et en particulier aux Montréalais dans les années 1950 et 1960, comme en témoignent avec éloquence les écrits de Gaston Miron24.

  • 25 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit.

20La crise éclate dans les années 1960 autour de l’enjeu de l’anglicisation des immigrants et dans l’élan des mouvements de décolonisation25, et c’est à partir de 1969 que des lois linguistiques sont adoptées par les divers gouvernements, et ce jusqu’à l’adoption de la Charte de la langue française, qui, comme Rocher le souligne, suscitera bien des débats. À travers cette évolution, la langue s’émancipe de la foi et la société se laïcise. En même temps, même si le Québec français demeure minoritaire en Amérique du Nord, se développent en son sein des minorités culturelles.

  • 26 Guy Rocher, « La culture politique de Québec », L’Action nationale, vol. 57, no 2, février 1997, p (...)
  • 27 Ibid., p. 8.

21Dans un texte plus tardif26, Rocher analyse cette fois la culture politique du Québec. Si les étapes sont à peu près les mêmes, il les caractérise différemment. « La culture politique québécoise jusqu’aux années 50 était marquée par-dessus tout par la valorisation de la fidélité : fidélité au passé, aux traditions, à la langue, à la religion catholique, au droit civil français27. »

  • 28 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 18.

22Rocher qualifie la culture politique d’avant 1960 comme celle de la classe rurale. Doit-on se surprendre que dans une société majoritairement urbaine, et qui plus est à Montréal, une ville « cosmopolite », une crise incube et que la mentalité préindustrielle ne règne plus « qu’officiellement28 » ?

  • 29 Guy Rocher, « La culture politique de Québec », op. cit., p. 9.

23Dans les années 1960 et 1970, « la fidélité au passé est remplacée par l’idée de changement, de la mutation, de la contestation, de la révolution, même29 » ; règne alors la culture politique de la classe ouvrière.

  • 30 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 48.

24Enfin, depuis 1980, c’est la classe moyenne qui impose sa conception du monde : « valorisation de la personne » et de la consommation ; et « de consommation de biens culturels tout autant – sinon plus – que de biens matériels », écrivait-il déjà en 197330.

  • 31 Guy Rocher, « La société québécoise : énigmes à résoudre », Forces, no 34-35,1976, p. 12 (cité dan (...)
  • 32 Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 289-299.
  • 33 Guy Rocher, « Le statut culturel du français au Québec : état de la question », op. cit., p. 19.

25Et quelle est la dynamique de ces changements ? Pourquoi ce qui semblait aller de soi devient-il intenable au milieu du XXe siècle ? Pour Rocher, la Révolution tranquille « avait déjà commencé à se manifester dans les années 1950 et il n’est pas difficile d’en trouver les racines dans les années 1940. En effet, il faut attribuer d’une part à la Seconde Guerre mondiale un rôle important dans la préparation de cette rapide mutation31. » La guerre, en effet, a entraîné une participation importante des femmes à l’effort de guerre et… au marché du travail, alors que les jeunes appelés ont été amenés à voyager32, deux changements importants dans « les modes de vie, de pensée et de conduite ». La guerre a aussi accéléré l’industrialisation. Un autre phénomène qui a pris de l’ampleur après la guerre, et qui dans un premier temps lui est en partie lié, est l’arrivée d’immigrants de provenance très diversifiée, qui aura comme effet de susciter une prise de conscience culturelle et politique33.

  • 34 Guy Rocher, « La société québécoise : énigmes à résoudre », op. cit., p. 13.
  • 35 Ibid.

26« Un second facteur a joué, dont on doit cependant dire qu’il a été à la fois cause et effet34 » du recul de la mentalité préindustrielle. « Il s’agit de la réforme scolaire, justifiée et motivée par une idéologie de démocratisation35. »

  • 36 Ibid, p. 14.

27« Enfin, il faut attribuer un rôle important aux moyens de communication de masse qui se sont très rapidement développés, notamment la radio et la télévision36. » On pourrait certainement ajouter que l’effet des moyens de communication ne fait que s’accélérer.

  • 37 « One of the most visible traits that characterizes the recent evolution of Québécois culture is t (...)
  • 38 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 27-28.

28Aucun de ces aspects (guerre, industrialisation, diversification ethnique, réformes éducatives, médias de masse) n’est spécifique au Québec. Leur effet global, l’est bien sûr, et il est lié à l’articulation des quatre arcs-boutants de la culture québécoise ; ainsi la crise linguistique, se conjuguant à l’éclatement des normes au moment même de la montée de la contre-culture nord-américaine, entraîne une formidable effervescence37. « Peut-être le caractère dominant de la mutation culturelle du Québec réside-t-il précisément dans cette explosion de liberté, ce besoin de briser les contraintes, de transgresser les tabous38… »

  • 39 Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit, p. 292.

29C’est ainsi qu’en 1980, les traits de cette culture florissante lui apparaissent être les suivants : le pluralisme, la sécularisation, le goût des voyages, lié à la figure du coureur des bois, et la diversification et la prolifération des artistes, écrivains, chansonniers, etc.39

30Une telle caractérisation relève tant de la culture « au sens anthropologique » que des arts, mais pas de la culture classique ni de l’industrie culturelle ou de l’entertainment. Le premier de ces traits est le pluralisme.

Le pluralisme

  • 40 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, 19 (...)

La profonde division du Québec, elle n’est pas seulement politique, elle est surtout éthique : je crois que c’est en termes de valeurs, de modes de vie et d’attitudes que le Québec est le plus profondément divisé40.

  • 41 Guy Rocher et Fernand Dumont, « Introduction à une sociologie du Canada français », dans Le Canada (...)
  • 42 Ibid., p. 13.

31Un article qu’il rédige en collaboration avec Fernand Dumont41 s’ouvre sur ce pluralisme : « […] le trait essentiel de l’évolution sociologique récente du Canada français est le passage d’une conscience de soi unitaire à une reconnaissance mal avouée de la pluralité42. » Le pluralisme est ainsi un élément central de la culture québécoise. Mais ce n’est pas un phénomène nouveau ou propre aux années 1980 ; cela est bel et bien présent déjà dans l’après-guerre ; dès 1952, Rocher évoque le « caractère cosmopolite » de Montréal. Pour lui, le pluralisme a deux composantes, liées mais distinctes. Le pluralisme normatif, découlant de la laïcisation rapide (car s’effondre la norme religieuse traditionnelle et nulle autre ne la remplace), est caractéristique d’une société moderne. Le pluralisme linguistique, découlant de l’afflux d’immigrants aux provenances diverses, met pour sa part en péril la survie de la culture québécoise et surtout de la langue française au Québec. Il lui faut donc penser ce pluralisme et les modes d’intégration et de coexistence à la fois.

  • 43 Fernand Dumont, Récit d’une émigration, Montréal, Boréal, 1997.
  • 44 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 72.

32Rocher s’était penché dès le début des années 1950 sur la culture urbaine montréalaise, ce qui ne recoupe que partiellement la culture ouvrière chez Dumont, pensée à partir d’une ville canadienne-française mono-industrielle43. Et dès 1973, contrairement à ce que faisaient valoir bruyamment les groupes de gauche, il apparaît clairement à Rocher que ce qui se profile n’est pas l’affrontement de deux classes sociales, mais la montée du pluralisme44 sur fond de déclin démographique.

  • 45 Ibid., p. 78.
  • 46 Ibid., p. 48.

33C’est pourquoi il préconise l’adoption de politiques de développement culturel, lesquelles lui semblent nécessaires pour protéger la langue française, mais aussi plus largement la culture québécoise45. D’autant plus que, je le répète, « la société de demain en sera une de consommation de biens culturels tout autant – sinon plus – que de biens matériels46 ».

34Étant donné l’effondrement des normes « traditionnelles », la spécificité culturelle du Québec réside essentiellement dans la langue française. Préserver la culture du Québec passe donc essentiellement par la préservation du français. Le pluralisme après 1960 a pris une telle ampleur qu’il faut désormais trouver un mode d’intégration. Pour Rocher, c’est l’école pluraliste/polyvalente qui doit jouer ce rôle d’intégration, en/au français… En ce sens, l’école n’est pas importante seulement pour l’accès au savoir et pour effectuer la mutation culturelle qui s’impose dans une société industrielle, comme Rocher le soulignait dans les années 1960 et 1970. Elle joue un rôle culturel crucial d’intégration, en regard des quatre arcs-boutants de la culture québécoise.

35Entendons-nous bien. Le pluralisme, pour Rocher, n’est pas mauvais. En effet, il a toujours affirmé la nord-américanité du Québec. De plus, il a souvent déploré l’ignorance des Québécois de la culture et de la littérature canadiennes-anglaises et étatsuniennes. Ce qui ne l’empêche pas d’entretenir une certaine inquiétude par rapport à l’entertainment à l’américaine et quant à l’équilibre délicat entre l’ouverture nécessaire au reste de l’Amérique du Nord et le maintien de la spécificité québécoise et du français.

  • 47 Guy Rocher, Études de sociologie du droit et de l’éthique, Montréal, Les Éditions Thémis, 1996, p. (...)

36La préoccupation pour le pluralisme ouvre bien sûr sur le droit. « Dans le contexte d’une société laïcisée, marquée par le pluralisme moral, le droit devient le dernier lieu où la morale commune peut espérer faire un certain consensus. Ou, plus exactement, on fait appel au droit comme substitut à la morale pour se prononcer sur des questions de conscience47. »

La tentation de la contre-culture

  • 48 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 179.

[U]ne partie de la jeunesse américaine vit aussi une révolution culturelle. Il s’agit de cette partie de la jeunesse américaine qui se déclare en rupture de ban avec le reste de la société et qui le fait en adoptant différentes formes de négations ou d’oppositions, que ce soit sous la robe du hippy, ou dans les rangs des contestataires radicaux des campus étudiants, ou au nombre de ceux qui s’adonnent à la drogue, ou encore de ceux qui ont adopté un mode de vie marginal, comme c’est le cas de ceux qu’on appelle les « street people » que l’on trouve rassemblés en particulier autour de grands campus universitaires […]. C’est dans l’espoir d’y trouver la source d’un nouveau symbolisme, d’une nouvelle vision du monde qui tranche sur celle qu’ils ont absorbée de leur société et qu’ils rejettent. C’est bien là la marque de ce qu’on peut authentiquement appeler une révolution culturelle48.

  • 49 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit.

37S’il constate l’effondrement des normes d’autrefois, Rocher ne les regrette pas49. Il scrute les changements culturels et la mutation n’est pas que la montée du nationalisme ou d’une contestation de groupes sociaux dominés.

  • 50 Guy Rocher, « La marginalité sociale. Un nouveau réservoir de contestation », op. cit., p. 41-47.
  • 51 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit.
  • 52 Si on replace la citation précédente dans son contexte, cela apparaît clairement : « Si j’avais eu (...)

38Vers 1970, la mutation culturelle qui l’intéresse, c’est aussi, au Québec comme dans toute l’Amérique du Nord, la montée de la contre-culture. Rocher discute de marginalité50 et de participation51, mais il insiste plus sur la liberté que sur la participation52. À ce propos, on sent le lien avec ses engagements, ceux de jeunesse à la JEC et plus tard au sein de divers organismes, dont les principaux sont la commission Parent et le ministère du Développement culturel. Rocher en effet, n’est jamais resté à l’écart des mutations culturelles qu’il analyse. Cela tient certainement à des dispositions personnelles, mais aussi certainement à ses qualités de pédagogue attentif tant à ses propres étudiants qu’à ceux des États-Unis.

  • 53 « Il faudrait pouvoir reconstituer, en marge des bureaucraties, d’autres tissus sociaux provenant, (...)

39Le thème de la démocratie traverse ses textes, tant ceux sur l’éducation que sur la culture et la langue, mais il en parle rarement de façon explicite53, sauf dans ses écrits sur l’éducation.

Posture de Guy Rocher

  • 54 Guy Rocher, « Itinéraire intellectuel », Recherches sociographiques, vol. 15, no 2-3, 1974, p. 247

[J]e dois dire que j’ai fait à la sociologie critique un accueil réservé : ayant eu personnellement à me dégager de l’emprise d’une pensée doctrinale et dogmatique pour accueillir le discours scientifique, j’ai craint et je continue à craindre les nouvelles théologies qui se cachent derrière la subjectivité renaissante de la sociologie critique et radicale54.

  • 55 Marcel Rioux, La question du Québec, Paris, Seghers, 1969.
  • 56 Fernand Dumont, La Vigile du Québec, Montréal, Hurtubise HMH, 1971.

40Au tournant des années 1970, plusieurs sociologues se penchent sur la mutation amenée et précipitée par la Révolution tranquille. Nulle nostalgie chez Rocher, contrairement à Rioux55 ou Dumont56, issus de la culture « populaire », tricotée serrée, qui demeure pour eux la référence. Rocher, ancien jéciste, est tourné vers l’avenir. Il a toujours eu une vision pluraliste du Québec. Il se situe d’emblée dans la ville et la culture urbaine, et surtout dans la modernité.

41La Révolution tranquille, chez Rocher, n’est pas la mise en place de l’État ou une longue marche des technocrates, pas plus que l’avènement d’une identité collective, mais bien une révolution culturelle. En ce sens, il est bien un sociologue à la fois de la culture et de la modernité ; en effet, ce diagnostic est possible dans la mesure où la culture s’est (partiellement) autonomisée et où elle peut être pensée en elle-même. De plus, les changements culturels obligent des transformations du droit et de l’éducation sur lesquelles la sociologie doit se pencher.

  • 57 Fernand Dumont, Le lieu de l’homme, Montréal, Hurtubise HMH, 1968.
  • 58 Marcel Rioux, Essai de sociologie critique, Montréal, Hurtubise HMH, 1978.
  • 59 Gérald Fortin, La société de demain : ses impératifs, son organisation, Québec, Éditeur officiel d (...)

42En ce sens, il se distingue aussi de Dumont et de sa conception de la culture première et de la culture seconde57. Dumont pense/cherche l’unité de la culture, alors que Rocher pense le pluralisme. Rioux pour sa part cherche une nouvelle sociabilité, un nouveau lien social58 et Fortin59 appelle à l’utopie de la participation. Le constat « Feu l’unanimité » n’appelle pas la même analyse.

  • 60 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 204.
  • 61 Andrée Fortin, « Affirmations collectives et individuelles », dans Marie-Charlotte De Koninck et P (...)

43En fait, si la Révolution tranquille est surtout une révolution culturelle, cela appelle à une « conversion », à des conversions individuelles, à laquelle Rocher lui-même n’a pas échappé. « L’influence la plus profonde qu’a exercée sur moi la contre-culture, ce fut probablement d’apprendre à respecter la liberté des choix personnels de vie60. » En cela, il se situe assez près des débats des années 1960 et 1970, tant partipristes que contre-culturels et qui appellent aux changements personnels pour permettre le changement collectif61.

44Rocher est d’emblée « moderne » et sa vision du Québec, pluraliste. On note un optimisme chez Rocher, en comparaison de la vision tragique de Dumont ou de Rioux pour qui le passage à la modernité entraîne une déchirure personnelle (Dumont) ou collective (Rioux). Dans les travaux de Rocher, même si la mentalité préindustrielle est évoquée, c’est rapidement, et il ne s’y appesantit jamais.

45Notons enfin que les réflexions et analyses sur la culture dans l’œuvre de Guy Rocher ne sont pas basées sur des travaux empiriques à caractère scientifique et issus de travaux financés par des organismes subventionnaires, mais plutôt des travaux « parascolaires » comme, par exemple, la commission Parent ou son passage au ministère du Développement culturel.

46En conclusion, on peut parler d’une grande cohérence chez Rocher, entre ses engagements personnels et son travail de sociologue, d’une part, et, d’autre part, entre les divers volets de son œuvre.

  • 62 Guy Rocher « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 289-299.

47Il est le premier sociologue « montréalais » par ses préoccupations pour le pluralisme. Tout le long de sa carrière, il poursuivra sa visée comparatiste, aussi attentif aux dynamismes régionaux62, pensant toujours le Québec dans une perspective continentale, en regard des États-Unis. En ce sens, ses écrits ont peu vieilli.

Notes

1 Guy Rocher et François Rocher, « La culture québécoise en devenir : les défis du pluralisme », dans Fernand Ouellet et Michel Page (dir.), Pluriethnicité, éducation et société. Construire un espace commun, Québec/Montréal, Institut québécois de recherche sur la culture, 1991, p. 44.

2 Guy Rocher, « Industrialisation et culture urbaine », Contributions à l’étude des sciences de l’homme, no 1,1952, p. 165.

3 Guy Rocher et François Rocher, « La culture québécoise en devenir : les défis du pluralisme », op. cit., p. 44.

4 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Éditions HMH, 1973, p. 177-178.

5 Guy Rocher, « Industrialisation et culture urbaine », op. cit., p. 167.

6 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit.

7 Guy Rocher, « La marginalité sociale. Un nouveau réservoir de contestation », dans Claude Ryan (dir.) Le Québec qui se fait, Montréal, Hurtubise HMH, 1971, p. 41-47 ; voir aussi Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », University of Toronto Quarterly, vol. 50, no 1, automne 1980, p. 15-28 ; traduit en anglais et reproduit dans Michael D. Behiels (dir.), Quebec Since 1945 : Selected Readings, Toronto, Copp Clark Pitman, 1987, p. 289-299 (cité ici dans la version anglaise) ; et Guy Rocher, « La sociologie anglo-saxonne de la culture : aperçus sur une évolution récente », dans Simon Langois et Yves Martin (dir.), L’horizon de la culture. Hommage à Fernand Dumont, PUL, 1995, p. 361-372.

8 Guy Rocher, « Industrialisation et culture urbaine », op. cit., p. 165.

9 Ibid., p. 166.

10 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 18 ; voir aussi Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 289-299.

11 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 18.

12 Jean-Charles Falardeau, « Perspectives », dans Jean-Charles Falardeau (dir.), Essais sur le Québec contemporain, Québec, Presses de l’Université Laval, 1953, p. 239-257.

13 Guy Rocher, « Le statut culturel du français au Québec : état de la question », dans Michel Amyot et Gilles Bibeau (dir.), Le statut culturel du français au Québec, Actes du Congrès Langue et société au Québec, Québec, Éditeur officiel du Québec, Tome II, 1984, p. 22.

14 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 24.

15 « In Quebec, protest movements, whether by youths, the left, or within the Catholic church, have almost no contact, strangely enough, with their American counterparts. They believe it preferable to take their inspiration from the European movements, whether French, German, or British. However, they have much more in common with American than European movements. This is a strange paradox » (Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 296). Voir aussi, par exemple, son texte de 1971, « La marginalité sociale. Un nouveau réservoir de contestation », op. cit.

16 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 24.

17 Ibid., p. 18.

18 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, tome 1, Hurtubise HMH, 1968, p. 90.

19 Guy Rocher, « Le statut culturel du français au Québec : état de la question », op. cit., p. 17.

20 Ibid, p. 16.

21 « Tout bien considéré, la notion d’américanisation n’est pas loin de désigner les mêmes réalités que sous-tend le concept d’urbanisation » (J.-C. Falardeau, « Pers« Perspectives », op. cit., p. 252).

22 Guy Rocher, « Autour de la langue : crises et débats, espoirs et tremblements », dans Gérard Daigle (dir.) avec la coll. de Guy Rocher, Le Québec en jeu. Comprendre les grands défis, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1992, p. 5 (cité dans la version Web Les classiques des sciences sociales).

23 Dans ses Regard sur le Bas-Canada, Montréal, Typo, 2003, p. 161 (cité par Simon Langlois, « Alexis de Tocqueville. Un sociologue au Bas-Canada », Conférence à l’AIEQ, Québec, 8 février 2006).

24 Gaston Miron, L’homme rapaillé, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1970.

25 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit.

26 Guy Rocher, « La culture politique de Québec », L’Action nationale, vol. 57, no 2, février 1997, p. 17-39 (cité dans la version Web Les classiques des sciences sociales).

27 Ibid., p. 8.

28 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 18.

29 Guy Rocher, « La culture politique de Québec », op. cit., p. 9.

30 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 48.

31 Guy Rocher, « La société québécoise : énigmes à résoudre », Forces, no 34-35,1976, p. 12 (cité dans la version Web Les classiques des sciences sociales).

32 Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 289-299.

33 Guy Rocher, « Le statut culturel du français au Québec : état de la question », op. cit., p. 19.

34 Guy Rocher, « La société québécoise : énigmes à résoudre », op. cit., p. 13.

35 Ibid.

36 Ibid, p. 14.

37 « One of the most visible traits that characterizes the recent evolution of Québécois culture is the flourishing of that culture » (Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 291).

38 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 27-28.

39 Guy Rocher, « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit, p. 292.

40 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, 1989, p. 174.

41 Guy Rocher et Fernand Dumont, « Introduction à une sociologie du Canada français », dans Le Canada français, aujourd’hui et demain. Recherches et débats du Centre catholique des intellectuels français, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1961, p. 13-38.

42 Ibid., p. 13.

43 Fernand Dumont, Récit d’une émigration, Montréal, Boréal, 1997.

44 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 72.

45 Ibid., p. 78.

46 Ibid., p. 48.

47 Guy Rocher, Études de sociologie du droit et de l’éthique, Montréal, Les Éditions Thémis, 1996, p. 7.

48 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 179.

49 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit.

50 Guy Rocher, « La marginalité sociale. Un nouveau réservoir de contestation », op. cit., p. 41-47.

51 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit.

52 Si on replace la citation précédente dans son contexte, cela apparaît clairement : « Si j’avais eu 20 ans en 1965-70, je serais certainement allé vivre dans une commune, car à 20 ans, la J.E.C. où je m’étais engagé constituait justement une sorte de petite commune. […] J’avoue que j’y ai pensé assez longuement. J’ai discuté à plusieurs reprises avec ma famille de la possibilité de joindre ou de former une commune avec d’autres couples ayant des enfants. Ce fut une tentation, car rien en nous ne s’y opposait à priori. Mais c’est finalement la tyrannie de la commune qui nous fit reculer. Je trouvais déjà que la famille était suffisamment tyrannique comme cela sans s’embarquer dans la supertyrannie de quatre ou cinq familles vivant ensemble » (Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 204).

53 « Il faudrait pouvoir reconstituer, en marge des bureaucraties, d’autres tissus sociaux provenant, par exemple, des mouvements populaires de participation, des petites entreprises et surtout de la vie de quartier. Il faudra valoriser l’action politique de base, celle du quartier, des institutions municipales et scolaires, toutes beaucoup trop négligées. Toute une partie de la vie sociale pourrait être reconstruite autour de la participation et de l’autogestion » (Ibid., p. 198).

54 Guy Rocher, « Itinéraire intellectuel », Recherches sociographiques, vol. 15, no 2-3, 1974, p. 247.

55 Marcel Rioux, La question du Québec, Paris, Seghers, 1969.

56 Fernand Dumont, La Vigile du Québec, Montréal, Hurtubise HMH, 1971.

57 Fernand Dumont, Le lieu de l’homme, Montréal, Hurtubise HMH, 1968.

58 Marcel Rioux, Essai de sociologie critique, Montréal, Hurtubise HMH, 1978.

59 Gérald Fortin, La société de demain : ses impératifs, son organisation, Québec, Éditeur officiel du Québec/Commission d’enquête sur la santé et le bien-être social, Annexe 25,1970.

60 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 204.

61 Andrée Fortin, « Affirmations collectives et individuelles », dans Marie-Charlotte De Koninck et Pierre Landry (dir.), Déclics, art et société. Le Québec des années 1960 et 1970, Québec/Montréal, Musée de la civilisation/Musée d’art contemporain/Fides, 1999, p. 11-47.

62 Guy Rocher « Un demi-siècle d’évolution culturelle au Québec », op. cit., p. 289-299.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540