Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Deuxième partie. Réflexions autour de l’œuvre

Le sociologue théoricien, professeur et pédagogue

Céline Saint-Pierre

Texte intégral

  • 1 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, 3e édition, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 1 (...)

1Le portrait que je me propose de tracer de Guy Rocher trouve son pivot dans son ouvrage Introduction à la sociologie générale1 que tous s’entendent pour qualifier d’œuvre majeure. Je situe sa contribution à deux niveaux principalement. En premier lieu, l’ouvrage se présente comme une démarche de formalisation et d’organisation de la discipline sous l’angle des grandes théories qui la structurent et des champs qui la composent. Il paraît au moment même où la sociologie est en pleine expansion en Europe et dans les Amériques, soit à la fin des années 1960. De plus, aucun ouvrage équivalent en langue française n’était à ce jour disponible, ce qui aura pour effet de favoriser une grande diffusion de cette discipline au sein des pays de la francophonie. En deuxième lieu, son intention pédagogique, sans être explicitée, transparaît dans la facture de présentation et dans le mode d’exposition de son contenu. C’est ce qui pourrait expliquer pourquoi cet ouvrage qui se présente davantage comme un livre de référence qu’un manuel ait été l’objet de nombreuses traductions à travers divers continents et qu’il ait été utilisé, tel un manuel, par tant de professeurs dans la formation de dizaines de milliers d’étudiants universitaires à travers le monde et ce, depuis sa première parution en 1969 jusqu’à aujourd’hui.

  • 2 Claude Corbo (dir.), Monuments intellectuels québécois du XXe siècle, Québec, Éditions du Septentr (...)

2D’ailleurs, vient de paraître cette année un livre important sous le titre Monuments intellectuels québécois du XXe siècle2 dont l’objectif est de présenter les grands livres d’érudition, de science et de sagesse. Les ouvrages qui y sont traités par différents auteurs sont ceux qui ont marqué le Québec du XXe siècle dans les grands domaines de connaissance. Trois ouvrages de sociologie y figurent dont l’Introduction à la sociologie générale, à côté de celui de Fernand Dumont, Le lieu de l’homme, et de celui de Léon Gérin, Le type économique et social des Canadiens. J’ai eu le privilège de présenter l’ouvrage de Rocher dans ce livre et je me propose de le parcourir à nouveau pour en dégager d’autres facettes. Cette nouvelle lecture me mènera au-delà d’une analyse stricte du contenu de cet ouvrage et elle sera alimentée par la recherche de réponses à des questions que je me suis posées d’abord comme jeune professeure, soit au moment où il préparait cet ouvrage. En effet, je me suis longtemps demandé ce qui avait pu conduire Guy Rocher à consacrer les premières années de sa carrière universitaire, non seulement à l’enseignement d’un cours d’introduction à la sociologie générale aux étudiants qui amorcent leurs études de premier cycle en sciences sociales, mais à faire plus encore, soit élaborer et rédiger un ouvrage théorique de sociologie générale, ce qui représentait un travail considérable. Nous sommes alors, rappelons-le, dans une période où le Québec est en pleine effervescence et où plusieurs spécialistes en sciences sociales sont interpellés comme experts dans diverses commissions et projets de développement, et il le sera lui-même comme membre de la commission Parent. Par ailleurs, sa carrière de chercheur est déjà amorcée et il mène d’importantes recherches sur l’éducation. Il accepte aussi des responsabilités de directeur du Département de sociologie dès son arrivée à l’Université de Montréal au début des années 1960. Où a-t-il donc trouvé sa motivation pour s’engager dans un projet si exigeant qui allait l’éloigner quelque peu de ses autres chantiers de recherche et de l’espace sociopolitique québécois pendant quelque temps ?

3Ces questions constituent en quelque sorte ma porte d’entrée pour mieux comprendre la trajectoire académique de ce grand sociologue, dont l’une des facettes, celle du professeur, est la mieux connue. La recherche de réponses à ces questions m’aura entraînée dans une réflexion qui devrait montrer à quel point, deux autres facettes, celles du pédagogue et du théoricien, viennent compléter la première. Ces trois facettes, souvent définies par certains comme des entités séparées, voire antinomiques, sont, chez Guy Rocher, fortement reliées entre elles. Mon hypothèse est que cette relation triangulaire décrit bien le cheminement universitaire de Guy Rocher et la conception qui est sienne de son rôle en tant que professeur. Elle me semble éclairante pour expliquer certains de ses choix, tant dans l’enseignement que dans la recherche. Je tenterai de dégager le jeu des interrelations entre ces trois facettes qui, une fois repérées et réunies, m’auront permis de dessiner d’une autre manière, le profil de ce grand sociologue.

Un pionnier de l’enseignement de la sociologie générale

4J’ai eu l’immense privilège d’avoir été un témoin direct de la préparation de l’ouvrage de Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale. En 1960, nouvellement inscrite au baccalauréat en sociologie de l’Université de Montréal, je faisais donc partie de la première cohorte d’étudiants à y suivre son cours « Introduction à la sociologie ». Cinq ans plus tard, engagée comme professeure à ce même département, Guy Rocher me confia, durant deux ans, la responsabilité des séminaires et des travaux pratiques accompagnant son cours. Ce cours, faut-il le rappeler, était alors suivi par plusieurs centaines d’étudiants inscrits en sociologie et dans d’autres programmes de la faculté des sciences sociales. Nous étions dans une période d’explosion des facultés de sciences sociales au Québec. Dans les années 1960, la majorité des manuels de référence utilisés dans les cours de sociologie et de psychologie sociale étaient en langue anglaise et c’est à travers eux que les étudiants ont pris contact avec la discipline et appris, pour un bon nombre d’entre eux, la langue de Shakespeare. Cependant, il est important de rappeler ici à quel point la méconnaissance de cette langue était une véritable barrière à la compréhension et rendait plus difficile l’apprentissage, de sorte que les cours constituaient le lieu principal et le moment charnière d’accès aux connaissances de ce champ disciplinaire.

5C’est l’occasion ici de reconnaître le grand pédagogue en Guy Rocher. Le contenu de chaque séance était toujours très bien préparé. La présentation de la matière était faite avec tant de passion et organisée de telle manière qu’il pouvait soutenir l’attention de classes très nombreuses pendant les deux heures prévues pour le cours. Nombreux étaient ceux qui auraient aimé que ces séances se poursuivent bien au-delà. Je lui dois mon initiation à l’enseignement universitaire. Pour simplifier un peu, je dirais que j’ai appris avec lui la différence entre donner une conférence et donner un cours. En effet, si le contenu était très dense, la manière dont il le transmettait était remarquablement bien structurée et stimulante et elle donnait le goût non seulement de devenir sociologue, mais aussi d’enseigner la sociologie.

6Dans sa réponse à une enquête sur la sociologie au Québec menée par Jean-Charles Falardeau, professeur de sociologie à l’Université Laval, qui en publia les résultats en 1975 dans la revue Recherches sociographiques, puis par la suite sous forme de livre, Guy Rocher y exprimait à quel point, pour lui, le cours à donner demeurait « un défi constant qui fut une source de grande joie et de constant renouvellement intellectuel ». Ce défi consistait

  • 3 Guy Rocher, « Entrevue », dans La sociologie au Québec, PUL, 1975, p. 246 et publiée initialement (...)

à rassembler les éléments variés et disparates que constituait l’univers de la sociologie, à trouver les liens [...] à formuler une synthèse accessible à des esprits qui n’avaient pas encore été mis en contact avec les sciences de l’homme. La salle de cours, la rencontre avec les étudiants, l’interrogation et la critique que ceux-ci m’apportaient, l’exploration des théories et des recherches sociologiques, anthropologiques et psychologiques, les longues heures de bibliothèque et l’effort toujours à refaire pour unifier un monde de connaissances qui semblait défier le principe de l’unité, tout cela me stimulait considérablement et m’a comblé de beaucoup de joie3.

7Son approche ainsi décrite de ce que représente un cours traduit bien, à mon avis, les liens étroits qui existent chez lui entre le théoricien, le professeur et le pédagogue. On trouve ici une première explication, je crois, de l’investissement important qu’il a consenti dans la première tranche de sa carrière académique à la préparation d’un ouvrage consacré à la sociologie générale et à son enseignement à des étudiants en début de formation en sciences sociales.

  • 4 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, 19 (...)

8En inscrivant ce cours comme cours obligatoire dans les programmes de sociologie des universités francophones du Québec, il a aussi fait œuvre de pionnier. En effet, il faut savoir qu’à cette époque, si de tels cours d’initiation à la sociologie générale existaient aux États-Unis, il ne s’en donnait pas sous cette forme en France et dans les autres pays européens. C’est un constat qui jouera dans sa décision d’écrire un ouvrage de sociologie générale. « Je me suis alors rendu compte que dans l’université francophone, non seulement au Québec mais dans le monde, j’étais probablement le seul professeur de sociologie à m’être en quelque sorte spécialisé dans l’enseignement des éléments de la sociologie4. » De plus, aucun ouvrage rassemblant les éléments qui composent la sociologie générale n'est disponible en langue française au début des années 1960, alors que la sociologie est en plein développement dans les universités québécoises.

9Guy Rocher donnera le cours « Introduction à la sociologie » pendant de nombreuses années, et de façon continue entre 1952 et 1967. En 1989, il estimait avoir eu 4000 anciens étudiants dans les cours qu’il avait donnés jusqu’à cette date. Et quel serait ce nombre aujourd’hui ?

Une œuvre théorique, une intention pédagogique

10L’ouvrage Introduction à la sociologie générale aurait pu prendre la forme d’un traité de sociologie compte tenu des objectifs visés par son auteur et de la forme choisie pour en exposer le contenu. L’intention première qui en ressort est d’initier aux fondements de la sociologie comme discipline scientifique à partir d’une exploration des grands courants théoriques qui l’ont caractérisée depuis les travaux des pères fondateurs et en décortiquant de façon très minutieuse les concepts qui font sa spécificité et qui servent d’outils pour en circonscrire l’objet. La démarche d’exposition est à la fois historique et éclectique. Les références à la production sociologique de langue française et de langue anglaise sont privilégiées pour des raisons de proximité culturelle et linguistique.

  • 5 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, op. cit., p. 5.

11Guy Rocher a réussi ce pari difficile de présenter la sociologie dans la dynamique qui lui est propre en empruntant une démarche axée sur l’histoire de sa constitution en discipline. Ce choix le conduit à exposer ce qui a fait l’objet de convergences et de divergences à travers les différentes époques de son développement, pour en arriver à dégager le cadre général et les principaux concepts qui, au cours des XIXe et XXe siècles, ont rallié la grande majorité des sociologues appartenant à différentes écoles de pensée. « J’ai précisément cherché, dans ce volume d’introduction, à ramener la démarche sociologique à sa problématique la plus fondamentale, de manière à concentrer l’attention sur les éléments essentiels de la sociologie, évitant de la sorte la dispersion du regard et de l’imagination dont souffrent trop souvent ceux qui s’initient à cette science5. » À nouveau, apparaît ici ce souci pédagogique de choisir un mode d’exposition qui favorise l’initiation à la compréhension de la discipline et la transmission des connaissances.

12Qu’est-ce qui préside à l’architecture de cet ouvrage ? Dans un premier temps, il identifie les trois grands problèmes qui, selon lui, dominent la recherche théorique et empirique en sociologie générale. Il les reformule en trois grandes questions fondamentales qui structureront le mode d’exposition qui se déploiera en trois tomes dans la première édition. Ils seront réunis dans un seul volume dans la troisième édition.

13Quelles sont ces trois grandes questions ?

  1. Comment expliquer l’existence et le maintien des collectivités humaines ? Et de quelle manière l’individu s’y rattache-il ?
  2. Comment les cadres sociaux de la vie humaine sont-ils organisés ?
  3. Comment se produisent et s’expliquent le changement et l’évolution des sociétés humaines ?

14Le travail majeur accompli par Rocher ici est d’avoir mis de l'avant une proposition qui lui permettra de dégager les fondements sur lesquels la sociologie est arrivée à s’établir comme démarche scientifique. Il a misé, à cet égard, sur les convergences plutôt que sur les divergences, dans les débats entre les écoles sociologiques, les premières lui apparaissant suffisamment probantes pour établir un cadre général permettant de reconnaître la sociologie comme science originale. C’est le cas, par exemple, de la notion d’action sociale ou encore de la recherche d’un cadre d’explication du changement social qui font consensus chez plusieurs sociologues contemporains, tels que Sorokin, Parsons, Homans, Gurvitch, Merton, Firth, Mannheim et Touraine, bien qu’ils appartiennent à différentes écoles de pensée. Reprenant chacune de ces trois grandes questions, il présentera les réponses apportées par les sociologues qui ont contribué de manière significative à structurer ce domaine de connaissance en discipline scientifique. Il montrera comment les concepts qui fonderont la spécificité de la sociologie se sont formés au sein des différents courants théoriques et sous l’influence de certains courants d’idées propres aux époques concernées, empruntant ainsi une perspective propre à l’histoire des sciences. Cette approche fournit certains matériaux utiles à une épistémologie de la discipline, bien que cet objectif ne soit pas premier dans ce projet.

  • 6 Ibid., p. 13-14.
  • 7 Ibid., p. 14.

15Ayant donc établi le cadre global d’exposition de l’objet de la sociologie à partir de ces trois grandes questions, une autre question difficile reste à résoudre, soit celle de choisir la problématique qui en encadrera la description. Bien que trouvant également pertinent d’aborder l’objet par la microsociologie ou par la macrosociologie, ce sont, à nouveau, des considérations d’ordre pédagogique qui le conduiront à opter pour une problématique qu’il décrit comme « une marche ascendante partant des plus petites unités d’observation immédiate qui intéressent le sociologue pour aborder ensuite progressivement les ensembles plus vastes et plus complexes de l’observation sociale6 ». Saisir l’action sociale en tant « qu’action humaine dans les différents milieux sociaux7 », à partir de l’étude de la plus petite unité sociale pour aller vers la plus grande, sera la matrice privilégiée par Guy Rocher pour construire et exposer l’objet de la sociologie. La saisie du social à partir du premier niveau de rapport que vivent tous les humains au quotidien, soit celui de l’interaction entre deux personnes, s’avère un choix pédagogique astucieux pour introduire à sa compréhension, des néophytes, souvent très jeunes et fraîchement diplômés du secondaire ou du collégial.

16Cependant, depuis une quinzaine d’années notamment, il faut noter que les approches plutôt micro ont cédé la place à des problématiques qui privilégient nettement l’analyse macro des phénomènes sociaux. On note, en effet, que les étudiants de sciences sociales sont davantage intéressés par les théories et les analyses qui saisissent les problèmes sociaux à l’échelle des sociétés globales au regard de la mondialisation. Force est de constater la grande popularité des profils de formation dits « internationaux », alors que la psychologie sociale et certains champs de la sociologie ont, par ailleurs, perdu beaucoup de terrain ou ne figurent tout simplement plus dans les programmes de formation.

  • 8 Ibid., p. 388.

17Durant les années 1960, soit au moment où Guy Rocher rédige son ouvrage, la sociologie est une discipline en plein développement théorique et conceptuel. Ainsi, les deux premières parties de l’ouvrage qui portent respectivement sur les fondements de l’action sociale et sur les modes d’organisation sociale exposent des concepts et des problématiques qui sont déjà bien solides et validés. La situation est tout à fait différente en ce qui concerne la problématisation du changement social et de l’historicité. Rocher constate, à cet égard, la faiblesse de la sociologie qui « ne dispose pas encore d’une théorie générale qui engloberait dans un même schème global l’analyse de l’organisation sociale et celle de l’histoire sociale du changement8 ». C’est probablement ce qui l’encouragera à consacrer près du tiers de son ouvrage à l’exposé des différentes dimensions du changement social, soit 246 pages sur les 635 pages qu’il comporte. À ce chapitre, il a apporté une contribution originale fort importante, compte tenu de l’état d’avancement des connaissances en sciences sociales et humaines à cette époque, en présentant de manière organisée une sorte d’état des lieux de la pensée sociologique sur le changement social et l’action historique tout en indiquant ses forces et faiblesses. C’est un moment fort de l’ouvrage en tant qu’apport original au développement même de la discipline.

  • 9 Ibid., p. 629

18Quiconque parcourera l’ensemble de cet ouvrage cherchera en vain une réponse à la question qui en constitue le départ : « Qu’est-ce que la sociologie ? » Rocher a choisi de ne pas proposer de définition formelle car, selon lui, la meilleure façon de définir la sociologie est « de dire ce qu'elle est à partir de ce qu’elle fait ». Difficile, selon lui, de proposer une définition de la sociologie car elle « se construit en étant immergée dans son objet d’étude, lequel demeure indéfiniment non fini9 ».

19Impossible de passer sous silence l’étendue de la diffusion de cet ouvrage depuis sa première parution et encore aujourd’hui. D’abord, il a été publié au moment où la sociologie prend un essor considérable comme programme de formation universitaire tant au Québec qu’en Europe, et ailleurs dans le monde. Par ailleurs, sa facture scientifique doublée d’une intention pédagogique allait ouvrir la voie à une meilleure connaissance et reconnaissance de la sociologie en tant que discipline scientifique et favoriser, par ailleurs, l’expansion de son enseignement dans les universités. L’originalité de sa conception et la pertinence de son contenu se sont avérées tellement probantes que trente-cinq ans après sa parution, il figure encore parmi les grands ouvrages de référence pour l’enseignement de la sociologie au postsecondaire. À preuve, il a été réédité trois fois au Québec sur une période d’une vingtaine d’années et de nombreuses traductions ont suivi sa parution en langue française d’abord au Québec (1968-1969), puis en France (1970), dans la collection « Points », sous l’égide des Éditions HMH. Il a été traduit en anglais (MacMillan of Toronto, 1972), en espagnol (Editorial Herder, Barcelone, 1973), en portugais (Editorial Presença, Lisbonne, 1971), en italien (SugarCo Edizioni Sel, Milan, 1980), en persan (Téhéran, 1987 et 1997) et en grec (John Arsenidis & Co, 1989).

  • 10 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 64.

20Sa diffusion à large échelle est un indicateur probant de l’influence de son auteur tant au Québec, que dans la francophonie et dans le monde, sauf aux États-Unis, et c’est un peu paradoxal puisqu’il y avait fait ses études doctorales. En effet, selon l’évaluation qu’on lui avait transmise de son livre, sa facture ne correspondait pas « à la mentalité américaine10 » et il ne serait donc pas traduit.

21S’ajoute à cette influence intellectuelle proprement dite, une influence d’ordre pédagogique et épistémologique. Sa démarche qui sous-tend le mode d’exposition de l’objet de la sociologie a, en effet, servi de modèle à plusieurs enseignants dans l’élaboration des cours d’initiation à la sociologie dans les programmes postsecondaires. S’il est difficile de mesurer son influence selon la méthode du Citation Index, il n’en demeure pas moins, si l’on se réfère à l’ampleur et à l’étendue de la diffusion de cet ouvrage, que Guy Rocher a joué un rôle majeur dans la mise en forme et la diffusion des outils théoriques de la sociologie. En conséquence, sa contribution à la consolidation du champ comme discipline et à la structuration du métier de sociologue doit être aussi reconnue.

De la place de Talcott Parsons et autres influences

  • 11 Guy Rocher, Talcott Parsons et la sociologie américaine, Paris, Presses universitaires de France, (...)

22Je voudrais faire état d’une autre de ses contributions au développement de la discipline. On lui doit d’avoir fait connaître l’œuvre de l’un des grands sociologues de l’après-guerre, Talcott Parsons. En effet, il est l’un des premiers à lui avoir consacré un ouvrage qui sera publié d’abord en français11. Ce livre fera aussi l’objet de traductions en italien, en anglais, en portugais, en néerlandais et en japonais.

23Talcott Parsons a occupé une place significative dans le cheminement intellectuel de Guy Rocher. Il décidera de lui consacrer un ouvrage tout de suite après avoir complété la rédaction de son Introduction à la sociologie générale. La raison principale qui le motivera à faire ce travail n’est pas, comme il tient à le préciser, que Parsons ait été son professeur à Harvard, d’autant plus qu’il affirmera clairement ne pas avoir été un disciple inconditionnel jugeant son modèle théorique « trop statique ». Cependant, il se devait d’écrire ce livre, parce qu’il considérait Parsons comme l’un des grands théoriciens de la sociologie contemporaine, encore trop méconnu, alors qu’il était le chef de file d’une école sociologique déjà reconnue aux États-Unis, soit la sociologie fonctionnaliste.

  • 12 Voir Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 66.
  • 13 Ibid., p. 65

24À nouveau, il s’engage dans un travail difficile à réaliser compte tenu de la complexité et de la densité de la pensée de Parsons. Je vois dans cette décision l’engagement du sociologue théoricien soucieux de contribuer au développement de la discipline et à sa diffusion en rendant accessible en français une compréhension de l’œuvre de l’un des grands sociologues de cette époque. Son objectif se double à nouveau d’une intention pédagogique par la facture qu’il donnera à son ouvrage. « J’ai essayé, écrit-il, sans trop simplifier la pensée de Parsons, d’en rendre compte dans un langage un peu plus accessible à un étudiant moyen12. » Parsons dira de ce livre « qu’il figurait parmi les ouvrages qui présentaient le mieux son œuvre13 ».

25Ses influences intellectuelles sont cependant nombreuses et souvent en distance de celle de Parsons. Il reconnaît que les plus importantes ont été celles de Durkheim et de l’École sociologique française, de Max Weber et de l’École allemande de sociologie, de Hegel et de Marx pour leur approche dialectique et, enfin, de Jurgen Habermas en tant que philosophe social. Attiré par le positivisme comtien au début de ses études à l’Université Laval, puis par le relativisme culturel au moment de ses études aux États-Unis, mais aussi par la sociologie scientifique, en même temps que formé à l’interdisciplinarité, sa conception de la sociologie et de son enseignement se situeront loin du dogmatisme, où aucune théorie ne triomphe et où l’approche critique est souhaitée.

  • 14 Voir La sociologie au Québec, op. cit., p. 247-248.

26Rocher affirmera craindre la sociologie radicale et il manifestera certaines réserves envers la sociologie critique14, du moins telle qu'elle se déploie au milieu des années 1970, sous forme de dénonciation de la prétention de cette discipline à l’objectivité. Sans être surpris par la critique radicale de la sociologie, écrit-il en réponse à cette même enquête de Falardeau menée en 1975 :

  • 15 Ibid., p. 247

j’ai fait à la sociologie critique un accueil réservé, ayant eu personnellement à me dégager d’une pensée doctrinale et dogmatique pour accueillir le discours scientifique, j’ai craint et je continue à craindre les nouvelles théologies qui se cachent derrière la subjectivité renaissante de la sociologie critique et radicale. Je me méfie des prophètes, ceux d’aujourd’hui comme ceux d’hier, qui nous proposent de circonscrire la sociologie au service d’une cause15.

27Dans cette même entrevue, il souhaitait que l’on en arrive « à dégager de la tradition scientifique les lignes de force nécessaires au progrès d’une discipline sociologique intellectuellement valable ».

  • 16 Texte de Guy Rocher reproduit dans Jean-Philippe Warren et Gilles Gagné (dir.), Sociologie et vale (...)

28Cette prise de position rejoint, il me semble, l’intention scientifique qui a présidé à l’ensemble du travail sociologique de Guy Rocher et dont la formulation la plus explicite se retrouve dans son ouvrage de sociologie générale. Une intention et un travail scientifiques qui ne lui ont pas toujours été reconnus dans les portraits que l’on a faits de lui et de sa carrière. Par ailleurs, l’approche généraliste lui tient à cœur. Dans un texte écrit en 1962, au moment où il est directeur du Département de sociologie à l’Université de Montréal, et qui est publié sous le titre Sciences sociales, contribution à la culture, il s’inquiétera d’une évolution de l’enseignement des sciences sociales qui se fait dans un « esprit de spécialiste et non de généraliste ». Ce qui l’inquiète ici c’est l’affaiblissement de la contribution des sciences sociales à la culture générale. « Je crois pouvoir affirmer [...] à partir d’une conviction personnelle très ferme, que les sciences sociales, et plus largement encore les sciences de l’homme, peuvent et doivent contribuer à la culture de l’humaniste du XXe siècle16. »

29Pour lui, la culture de « l’homme contemporain » doit être imprégnée de la perception du monde qui caractérise les sciences humaines et sociales. Je trouve ici une réponse fort éclairante à ma question de départ : quel sens donner à un investissement aussi considérable dans la préparation de son ouvrage Introduction à la sociologie générale et à son enseignement ? Je crois, en effet, que la contribution de Rocher à l’élaboration, à la transmission et à la diffusion de la sociologie générale d’une part, et, d’autre part, son engagement dans la formation à cette discipline, trouvent dans cet énoncé leur raison d’être la plus profonde. Par ailleurs, ce lien qu’il veut voir reconnaître entre culture et science, et qui a orienté son propre cheminement intellectuel et académique, fonde, à mon sens, la reconnaissance de la place que doit occuper cet ouvrage dans le patrimoine de la culture scientifique et humaniste.

Un professeur avant tout, mais aussi un homme d’institution et un homme d’influence

30Guy Rocher se définit d’abord comme « universitaire, homme de bibliothèque qui recherche la solitude et le silence », et comme « homme d’institution ». C’est une constante qui revient régulièrement dans la façon dont il se décrit lui-même, si je me réfère aux multiples entrevues qu’il a données tout au long de sa carrière. À la question que lui posait Georges Khal dans son livre/entretien en 1989 : « Qu’est-ce que vous considérez comme la grande réalisation de votre vie ? Est-ce que ce sont vos livres, l’enseignement, le rapport Parent, la loi 101 ? », il répondra :

  • 17 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 98-99.

L’enseignement est la plus grande réalisation de ma vie. C’est là que je crois avoir mis le plus de cœur et de moi-même. [...] Le professeur peut être un déclencheur de lecture, d’idées, un animateur intellectuel, un éveilleur, même si, au total, les étudiants ne se souviennent pas d’une grande partie de nos cours [...], et c’est à la fois drôle et frustrant et malgré cela, je continue à croire à ce rôle de déclencheur et à me dire que c’est à ce métier de professeur que j’ai attaché le plus d’importance17.

31Tous ceux et celles qui auront suivi ses cours, au cours de la période qui va de 1952 jusqu’à nos jours, seront en accord avec lui, car ils auront pu bénéficier de l’enseignement de ce que certains appellent « un grand maître ». Je suis certaine aussi qu’ils pourraient situer son cours « Introduction à la sociologie » comme un moment important, voire un moment déclencheur de leur cheminement professionnel et de leur engagement social.

  • 18 Ibid., p. 98.

32Mais il y a aussi autre chose que dit Guy Rocher dans cet entretien de 1989 et qui en étonnera plus d’un. Je veux y revenir puisque lorsque nous préparions le colloque en vue de lui rendre hommage, il m’a fait part de cette même perception de lui-même. Il ne croit pas, me dira-t-il, avoir eu une très grande influence sur les étudiants à qui il a enseigné, ni avoir eu de disciples comme on le dirait d’autres professeurs, ce qui l’aurait conduit assez tôt « à relativiser l’influence du professeur18 », dont la sienne. Je me permets de reprendre ses propos pour lui dire que si le constat général qu’il fait peut s’avérer assez juste, je crois cependant avoir présenté plusieurs preuves qui, loin d’être exhaustives, démontrent que le cas auquel il applique ce constat, soit le sien, n’est certainement pas le bon. Nous devons, en effet, à Guy Rocher, d’avoir fait de la sociologie non seulement une discipline de référence pour comprendre la société québécoise, mais aussi d’avoir contribué à établir sa légitimité dans le panorama scientifique à un moment où elle était en plein essor tout en étant encore à la recherche d’elle-même. Nous lui devons aussi d’avoir formé des milliers d’étudiants qui ont su exercer leur profession avec responsabilité et rigueur dans plusieurs sphères de la société québécoise et aussi à l’étranger.

33J’ose espérer qu’il est maintenant un peu plus convaincu qu’il a été et qu’il continue à être un homme d’influence au sein du monde académique et que cela a commencé dans les multiples classes où il a enseigné la sociologie. Cette influence a traversé les murs universitaires pour rejoindre l’ensemble de la société québécoise qui voit en lui un sage, un intellectuel et un homme d’action et de qui les conseils et les analyses sont toujours appréciés. Il est temps que soit inscrite dans l’histoire de la sociologie au Québec la place centrale qu’y a occupée Guy Rocher. Il faut souhaiter que soient davantage reconnues sa contribution au développement et à la diffusion des connaissances en sociologie générale au sein des universités de la francophonie et de plusieurs autres pays, de même que l’importance de son apport à la formation à la discipline sociologique à travers plusieurs décennies.

Notes

1 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, 3e édition, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 1992.

2 Claude Corbo (dir.), Monuments intellectuels québécois du XXe siècle, Québec, Éditions du Septentrion, 2006.

3 Guy Rocher, « Entrevue », dans La sociologie au Québec, PUL, 1975, p. 246 et publiée initialement dans la revue Recherches sociographiques, vol. 15, no 2-3, mai-décembre 1974.

4 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, 1989, p. 63.

5 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, op. cit., p. 5.

6 Ibid., p. 13-14.

7 Ibid., p. 14.

8 Ibid., p. 388.

9 Ibid., p. 629

10 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 64.

11 Guy Rocher, Talcott Parsons et la sociologie américaine, Paris, Presses universitaires de France, 1972.

12 Voir Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 66.

13 Ibid., p. 65

14 Voir La sociologie au Québec, op. cit., p. 247-248.

15 Ibid., p. 247

16 Texte de Guy Rocher reproduit dans Jean-Philippe Warren et Gilles Gagné (dir.), Sociologie et valeurs, Montréal, PUM, 2003, p. 191.

17 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit., p. 98-99.

18 Ibid., p. 98.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540