Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Première partie. Un Québec en mutation

L’engagement d’un sociologue en politique

Nadia Brédimas-Assimopoulos

Texte intégral

  • 1 Donna Scott, Allocution de Mme Donna Scott, présidente du jury et du Conseil des Arts du Canada, l (...)
  • 2 Fernand Dumont, Récit d’une émigration, Montréal, Boréal, 1997, p. 77.

1Aborder l’œuvre d’un sociologue comme Guy Rocher sous l’angle de son rôle dans la mise sur pied de la politique linguistique du Québec pourrait relever d’une grande témérité de ma part. Mais il s’agit en fait d’une marque d’estime et de reconnaissance envers un homme devenu au fil des ans un ami après avoir été un maître exceptionnel. Son œuvre, et je le cite, « s’inscrit dans la tradition du projet humaniste d’une science qui, éclairée par la conscience, peut informer l’action ». Certains ont qualifié l’homme de « visionnaire et de bâtisseur » ayant contribué « à la modernisation éducative, sociale et culturelle du Québec contemporain1 ». Pour Fernand Dumont, Guy Rocher était « le modèle du sociologue », dont il « admirait l’envergure de son savoir, la pénétration de son esprit2 ».

2En ce qui me concerne, c’est sa contribution à l’élaboration de la politique linguistique qui désigne Guy Rocher comme l’un des bâtisseurs du Québec moderne. À mon humble avis, il est, en effet, indéniable que, sans l’impact décisif de la Charte de la langue française, l’œuvre de mutation profonde de la société québécoise amorcée par la Révolution tranquille aurait été inachevée. C’est sur ce dernier aspect que porte ma contribution à cet ouvrage en ma triple qualité d’ancienne élève de Guy Rocher, de sociologue dont l’engagement en politique active prend naissance avec la défense de la « loi 101 » et enfin, de présidente pendant près d’une décennie du Conseil supérieur de la langue française.

3Permettez-moi d’ouvrir ici une parenthèse plus personnelle et anecdotique. Je venais à l’Université de Montréal pour y effectuer des études doctorales en sociologie. Mon objet particulier d’intervention était l’intégration des immigrants grecs à Montréal. En me recevant, le regretté Jacques Dofny, qui était alors directeur du département, me suggère de prendre comme directeur de thèse Guy Rocher qui venait tout juste de rentrer d’une année sabbatique à Berkeley. Sans être un spécialiste en relations ethniques, domaine encore inexploré au Québec, Guy Rocher était à l’époque un des rares sociologues du Québec, sinon le seul, à être titulaire d’un Ph.D. d’une université américaine et de la prestigieuse Harvard de surcroît. Ainsi, sa formation américaine devait compléter la mienne qui était essentiellement européenne. Le raisonnement m’a séduit et j’ai suivi son conseil.

4J’ai conservé un souvenir inoubliable de cette période extraordinaire et une grande admiration pour un professeur qui se démarquait, par son envergure intellectuelle, son souci des êtres humains et par la profondeur de sa pensée. Il m’a ainsi aidée à parfaire mes connaissances d’une science de l’observation de la société, et m’a servi de modèle d’engagement sociopolitique. Il a été ainsi à la base de mon propre cheminement, tant sur les plans personnel que professionnel.

5Le plus fascinant, pour la jeune sociologue que j’étais, c’était de constater que le Québec s’avérait être un modèle social unique au monde où les changements sociaux profonds s’effectuaient sans coup férir (même la « Révolution » y était « tranquille »), un modèle aussi où l’intégration sociolinguistique des immigrants était orientée vers sa minorité anglophone plutôt que vers sa majorité francophone, sans que cela étonne particulièrement la société civile hormis quelques militants au sein du mouvement d’Action nationale qui exprimaient leurs inquiétudes à cet égard dès le milieu des années 1950.

6Les jeunes générations ont peine à imaginer aujourd’hui ce à quoi pouvait ressembler le Québec d’avant la Charte de la langue française. L’omniprésence de l’anglais dans la vie de tous les jours semblait aller de soi pour la majorité de la population. Qui plus est, la maîtrise de l’anglais devenait la clé du succès économique et, par voie de conséquence, l’outil principal de mobilité socioprofessionnelle. La connaissance du français n’apparaissait alors aucunement nécessaire.

7Pour moi, venant d’un autre continent et de deux pays d’appartenance, la Grèce et la France, où le statut de la langue nationale était incontestable, le phénomène québécois constituait une énigme. Par ailleurs, je concevais parfaitement que cette situation revêtait un caractère humiliant pour Guy Rocher et les intellectuels de sa génération issus, comme lui, de francophones que l’on désigne aujourd’hui « de souche », c’est-à-dire installés depuis plusieurs générations sur le continent et dont les ancêtres étaient parmi les premiers colons de la Nouvelle-France.

8Ses premiers contacts avec la problématique linguistique semblent remonter, comme il l’écrivait, au collège de l’Assomption. Ainsi, une photo datant de 1940, retrouvée dans son album de souvenirs personnels, le montre en compagnie de ses confrères de classe, devant un restaurant de la ville de l’Assomption, petite municipalité québécoise entièrement francophone mais où les affiches publicitaires étaient rédigées uniquement en anglais.

9Ce phénomène paradoxal fut l’occasion d’une prise de conscience dont il parle d’ailleurs encore aujourd’hui. Selon Guy Rocher, le phénomène de l’affichage unilingue anglais était symptomatique d’un malaise beaucoup plus profond pour les francophones du Québec. Il leur révélait en effet leur situation de minoritaires à plusieurs égards dans leur propre pays. Le monde des affaires évoluait dans un unilinguisme quasi général. La langue dans les milieux de travail était le plus souvent l’anglais, le vocabulaire technique était bâti sur des anglicismes, les négociations collectives étaient rédigées en anglais, la langue de service à la clientèle dans les commerces et la restauration à Montréal, tout au moins, était l’anglais.

10Si l’omniprésence de l’anglais était un phénomène particulièrement montréalais, il existait aussi hors Montréal. L’unilinguisme prévalait dans quelques enclaves rurales comme les Cantons de l’Est (Eastern Townships) ainsi que dans certains quartiers des petits centres urbains nés de l’industrialisation et de l’exploitation des ressources naturelles (ex. : Shawinigan).

11Des années plus tard, Guy Rocher résume d’une manière saisissante ce phénomène :

  • 3 Guy Rocher, « Autour de la langue : crises et débats, espoirs et tremblements », dans Gérard Daigl (...)

Les Canadiens français acceptaient comme un fait irréversible la prédominance de l’anglais dans les économies canadienne et québécoise, l’unilinguisme des institutions publiques fédérales et le bilinguisme de celles du Québec [...]. Même l’affichage unilingue anglais des commerces et des maisons d’affaires, qui régnait dans les villes et jusque dans les campagnes pourtant exclusivement francophones, était considéré comme un fait acquis3.

12La méconnaissance de l’anglais par les Canadiens français faisait en sorte qu’ils étaient réduits à occuper le bas de l’échelle des salaires et les emplois les moins intéressants.

13Cette situation s’accompagnait, bien entendu, d’une image identitaire négative. Cette image consistait, selon la linguiste Chantal Bouchard,

  • 4 Chantal Bouchard, « Anglicisation et autodépréciation », dans Conseil de la langue française, Le f (...)

à dire et à écrire que les Canadiens français parlent une langue déstructurée à l’extrême, de plus en plus éloignée du français normatif et de la langue écrite. On ajoutera qu’elle est saturée d’anglicismes et de barbarismes, que son vocabulaire est pauvre, sa syntaxe fautive, sa prononciation vulgaire, bref, un grand nombre de gens en arrivent à avoir honte de la langue qui se parle au Québec4.

14Afin d’expliquer la nécessité pour le Québec de légiférer en matière linguistique, il s’avère primordial de considérer que la langue n’est pas un simple outil de communication, elle est aussi un vecteur d’identité. À ce titre, son statut reflète celui de la communauté qui la véhicule. Une revalorisation du groupe francophone et de sa culture était indissociable de la revalorisation du statut de la langue française sur ce continent. Progressivement donc, les élites francophones commencent à contester la domination de l’anglais et à lutter contre la discrimination à leur égard.

15Certains événements, parce qu’ils revêtent un caractère symbolique, déclenchent des batailles linguistiques homériques. Au début des années 1950, Guy Rocher, fraîchement émoulu de Harvard, revient dans un Québec qui sera secoué par deux crises, la célèbre émeute provoquée par la suspension de Maurice Richard, joueur du Canadien et héros national des francophones, et celle qui concernait le Queen Elisabeth, cet hôtel de luxe que le Canadien National (CN) construisait à Montréal.

  • 5 René Durocher, « Les germes du changement », Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, (...)
  • 6 Gouvernement du Québec, Rapport Parent, rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseigneme (...)

16Dès 1959, Georges-Émile Lapalme, député du Parti libéral du Québec (PLQ) et rédacteur du document politique qui servira d’inspiration à la Révolution tranquille menée sous l’égide du gouvernement de Jean Lesage au début des années 1960, proclame qu’il « faut affirmer avec force que tout l’avenir de notre province doit s’édifier en fonction du fait français5 ». L’idée d’une intervention de l’État en matière de langue germe lors de cette période. Elle se concrétise timidement et pas à pas pendant les années 1960 par la création dans un premier temps de l’Office de la langue française (1961) dont le mandat, à l’époque, est essentiellement linguistique et par la création du ministère de l’Éducation du Québec (1964) dans la foulée des recommandations du rapport Parent aux travaux duquel avait participé Guy Rocher. Il serait pertinent d’ailleurs de rappeler ici une des recommandations du rapport Parent qui dépasse le cadre strictement scolaire et reflète la philosophie de ses rédacteurs : « Le Gouvernement du Québec [...] doit adopter des mesures très fermes pour protéger le français non seulement dans les écoles et les universités, mais dans toute la vie publique6. »

  • 7 Guy Rocher, « Autour de la langue : crises et débats, espoirs et tremblements », op. cit., p. 430.

17À la fin des années 1960, le conflit linguistique s’exacerbe. Les États généraux du Canada français (1967) voient l’État du Québec comme un acteur incontournable du développement des Canadiens français. Une opération « McGill français » est déclenchée pour revendiquer une plus grande place aux francophones au sein de cette institution universitaire anglophone. La question de la langue d’enseignement des immigrants devient le cheval de bataille des partis politiques et prend une grande ampleur avec l’adoption, en 1969, du très décrié projet de loi 63 proposé par l’Union nationale. Cette loi se voulait une solution à la crise de Saint-Léonard qui fut à l’origine de violentes manifestations quelques mois auparavant. Elle a été très largement rejetée par les francophones puisqu’elle prônait le droit au libre choix de la langue d’enseignement et permettait aux parents d’inscrire leurs enfants à l’enseignement en anglais, plutôt qu’en français. Pour Guy Rocher, la crise de Saint-Léonard « eut un effet miroir ». Elle reflétait l’image d’une langue française démunie, sans pouvoir d’attraction auprès des nouveaux venus7.

  • 8 Nadia Brédimas-Assimopoulos, Relations entre mobilité socio-professionnelle et intégration des imm (...)
  • 9 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973, p. 103-104.

18Parallèlement, au début des années 1970, les démographes de l’Université de Montréal publiaient des études alarmistes sur le déclin prévisible du poids numérique des francophones de langue maternelle compte tenu de la baisse de leur taux de natalité. Mes propres travaux font le lien entre ce déclin démographique et l’avenir du français au Québec à cause de la tendance des immigrants à scolariser leurs enfants en anglais. Dans ma thèse de doctorat, dirigée donc par Guy Rocher, j’en viens à la conclusion que l’orientation de l’intégration linguistique des immigrants vers la langue française constitue une question de survie pour le groupe francophone8. Devant un tel diagnostic de « minorisation progressive des Canadiens français », Guy Rocher exprime de l’inquiétude : « [L]a situation actuelle est intenable à long terme, car elle tient du génocide pour le peuple canadien-français9 », écrit-il.

  • 10 Pour un survol, voir le texte de Jean-Claude Gémar, « Les grandes commissions d’enquête et les pre (...)

19Les réactions virulentes à l’égard du projet de loi 63 amènent le gouvernement du Québec à mettre sur pied la commission Gendron. Les principales recommandations du rapport de cette commission, déposé en 1972, visaient à faire du français la langue du travail au Québec ce qui, aux yeux des commissaires, amènerait tout naturellement les immigrants vers l’enseignement en français10. Le tumulte linguistique et l’impact de la commission Gendron pousseront le gouvernement libéral de Robert Bourassa à adopter le projet de loi 22, qui fait du français la langue officielle du Québec. Néanmoins, cette loi, en balisant l’admission à l’enseignement en anglais par des tests de connaissance de l’anglais, a provoqué l’ire de tout le monde, francophones, anglophones et immigrants et elle se transforma en Waterloo politique pour les libéraux.

20C’est donc la question de la langue qui favorisera l’élection du Parti québécois en novembre 1976 parce que la « loi 22 » avait détourné vers un tiers parti la clientèle anglophone traditionnellement libérale. Le nouveau gouvernement, dirigé par René Lévesque, est composé dans une proportion jusqu’alors inhabituelle d’intellectuels, d’universitaires et d’hommes de lettres (ex. : Jacques-Yvan Morin, Jacques Parizeau, Camille Laurin, Gérald Godin).

  • 11 Jean-Claude Corbeil, L’aménagement linguistique du Québec, Montréal, Guérin, 1980, p. 38-41.
  • 12 Jean-Claude Corbeil, « Une langue qui se planifie », Le français au Québec. Les nouveaux défis, Co (...)

21Une de ses toutes premières démarches consiste précisément à vouloir légiférer en matière linguistique. C’est l’aboutissement d’un processus interventionniste de l’État qui repose sur une conception d’« aménagement linguistique », expression inventée par Jean-Claude Corbeil au début des années 197011 et qui allie « un effort de réflexion [...] et un effort d’opérationnalisation [...] sous la forme de mesures concrètes, réalistes et légitimes dans notre type de société12 ». Le très célèbre psychiatre Camille Laurin devient ministre du Développement culturel et nomme Guy Rocher comme sous-ministre. L’équipe, enrichie de personnalités comme Jean-Claude Corbeil, Fernand Dumont, Henri Laberge, est chargée de mettre sur pied une politique linguistique globale, entreprise qui ne manque pas de soulever des réticences y compris au sein du gouvernement.

22En effet, René Lévesque m’a fait part plus tard qu’il trouvait quelque peu « humiliant » l’idée qu’un peuple avait besoin de légiférer pour protéger sa langue et en imposer l’usage dans la sphère de la vie publique. Cependant, Camille Laurin a su le convaincre et l’équipe termine ses travaux au printemps 1977 alors que l’on déposa à l’Assemblée nationale le projet de loi 101, désigné ainsi afin de bien mettre en valeur son importance majeure. Le 26 août 1977, l’Assemblée adoptera, après plusieurs mois de débats en commission parlementaire et en public, le projet de loi 101, appelé désormais Charte de la langue française, afin de souligner son importance majeure. La Charte bouleversera à tout jamais la donne linguistique au Québec et modifiera en profondeur les rapports entre les communautés culturelles et la majorité francophone.

  • 13 Guy Rocher, « La politique et la loi linguistiques du Québec en 1977 », Le français au Québec. 400 (...)

23Guy Rocher résumera, à ma demande, dans une œuvre publiée par le Conseil supérieur de la langue française, en 2000, la philosophie de cette loi de portée historique13. Selon une tradition parlementaire purement britannique, le gouvernement a étayé sa démarche et les principes sous-jacents à la rédaction de la Charte dans un Énoncé de politique (que l’on désigne habituellement sous l’appellation de « livre blanc ») intitulé La politique québécoise de la langue française.

24J’aimerais rappeler brièvement ici les grandes lignes de cet Énoncé de politique parce qu’il est largement ignoré alors qu’il est révélateur de la structure de la loi, de ses domaines d’intervention, des moyens opérationnels dont elle s’est dotée et de sa portée. Dans un premier temps, l’Énoncé décrit la situation du français et les inquiétudes soulevées, l’inefficacité des initiatives individuelles et, par conséquent, la nécessité d’avoir recours à l’État afin de préserver le Québec comme une société de langue française y est enfin clairement exprimée.

25Dans un deuxième temps, on y développe les quatre principes fondamentaux sur lesquels on appuiera les dispositions de la Charte :

  • La langue française n’est pas un simple mode d’expression, mais un « milieu de vie ».
  • Faire du français « la langue commune de tous les Québécois » est indissociable du « respect des minorités, de leurs langues et de leurs cultures ».
  • Il est important d’apprendre d’autres langues que le français.
  • Le « statut de la langue française est une question de justice sociale14 ».
  • 15 En 1983, un amendement à ce préambule sera plus explicite en ce qui concerne la minorité anglophon (...)

26Je ne reprendrai pas ici les articulations de la Charte qui sont largement connues, analysées et commentées. Je me limiterai à rappeler que, dans son préambule, on réitère le caractère identitaire de la langue française, ainsi que la volonté « d’assurer la qualité et le rayonnement » du français dans les sphères de la vie publique dans le respect des anglophones15, des minorités ethniques dont on « reconnaît l’apport précieux au développement du Québec » et du droit des Amérindiens et Inuits « de maintenir et développer leur langue et culture d’origine ».

27La Charte déclare le français langue officielle du Québec et définit cinq droits :

  • Le droit de pouvoir communiquer en français avec l’administration publique, les services sociaux et de santé, les entreprises d’utilité publique ;
  • Le droit de s’exprimer en français en assemblée délibérante ;
  • Le droit de travailler en français ;
  • Le droit des consommateurs d’être informés et servis en français ;
  • Le droit de recevoir l’enseignement en français.
  • 16 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 68.

28Les articles de la Charte réglementent l’application de ces droits dans les domaines de la justice, de l’administration publique, du travail, du commerce, des affaires, de l’affichage et de l’enseignement. En outre, ils créent des organismes linguistiques différenciés selon leur mandat d’application de la loi ou de conseil auprès du gouvernement. C’est ainsi que fut élaborée cette grande vision d’avenir pour les francophones du Québec puisant son inspiration « d’une réflexion engagée, qui s’appuie sur les travaux du sociologue, mais auxquels s’ajoutent les vues personnelles du citoyen, ses inquiétudes, ses espoirs16 ».

29Le texte original de la Charte fut évidemment l’objet de controverses parfois houleuses et de contestations au fil des ans. Plusieurs litiges ont abouti en Cour suprême du Canada dont les arrêts désormais célèbres notamment sur l’affichage et l’accès à l’enseignement en anglais ont donné lieu à des amendements à la Charte.

30Néanmoins, près de 30 ans après l’adoption de la Charte, nous sommes en mesure de dresser un bilan somme toute remarquable des succès accomplis. En effet, au terme de mon mandat à la présidence du Conseil supérieur de la langue française et m’appuyant sur plus d’une quarantaine d’études effectuées par l’organisme pendant cette période, je ne pouvais que constater des progrès déterminants :

  • 17 Nadia Brédimas-Assimopoulos, Conseil supérieur de la langue française, Rapport annuel de gestion 2 (...)

Les disparités salariales liées à la langue ont disparu ; l’école française est fréquentée par la grande majorité des jeunes immigrants ; la connaissance et l’usage du français chez les anglophones et chez les allophones se sont considérablement améliorés ; l’usage du français parmi les travailleurs s’est accru [...] ; les immigrants s’intégrent de plus en plus à la vie collective en français ; l’accueil et le service en français dans les commerces et les services sont presque partout assurés ; le français est prédominant dans l’affichage à Montréal. Le français devient dès lors une valeur civique commune de notre société17.

  • 18 Guy Rocher, « La politique et la loi linguistiques du Québec en 1977 », Le français au Québec. 400 (...)
  • 19 Nadia Brédimas-Assimopoulos, « Préface », Le français au Québec. Les nouveaux défis, op. cit., p.  (...)

31Selon Guy Rocher, le véritable impact de la Charte fut cependant d’avoir « transformé plus en profondeur les rapports du pouvoir au sein de la société québécoise que ne l’avait fait la Révolution tranquille18 ». Elle « constitue la pierre angulaire de l’édifice d’un Québec français [...]. Elle rassure les francophones, parce qu’elle protège et garantit l’usage et le statut de leur langue. Elle oriente l’intégration des nouveaux arrivants en émettant des signaux très clairs sur le caractère incontournable du français au Québec19. »

  • 20 Conseil supérieur de la langue française, Avis, Le français, langue normale et habituelle de trava (...)

32S’il est indéniable que les acquis furent considérables, il n’en demeure pas moins qu’ils sont fragiles notamment en situation de travail où l’usage du français est loin d’être généralisé et reste un défi permanent de la société québécoise en particulier à Montréal et dans les milieux immigrants. En effet, plus de la moitié des travailleurs allophones n’ont pas le français comme langue principale de travail et dans des milieux linguistiquement mixtes, l’anglais est très souvent la langue de convergence20.

33Il reste donc bien du chemin à parcourir pour atteindre les objectifs de la Charte de faire du français la langue commune dans toutes les activités de la vie publique. D’autant plus que de nouveaux défis se posent à l’usage du français au Québec tout comme d’ailleurs aux autres pays de la francophonie. La mondialisation, l’implantation intensive des nouvelles technologies de l’information (NTI), le développement d’une société de la connaissance, l’hétérogénéité de plus en plus grande de nos sociétés exercent des pressions considérables sur l’usage du français et constituent des enjeux de taille pour la pérennité du français en Amérique. Outre ces défis relatifs à l’usage et au statut du français, se pose également celui, fondamental, de la maîtrise de la langue et, par conséquent, de son enseignement.

  • 21 Gouvernement du Québec, Le français langue commune. Enjeu de la société québécoise, Rapport du Com (...)
  • 22 Conseil supérieur de la langue française, Le français, langue d’usage public au Québec en 1997, Ra (...)

34Le mécontentement généré par les nombreuses entorses à l’édifice de la Charte à la suite des contestations juridiques et l’émergence de nouveaux défis ainsi que l’inquiétude grandissante manifestée par plusieurs intervenants politiques eu égard au déclin démographique des francophones (langue maternelle) sont autant de facteurs qui conduisent les milieux gouvernementaux vers une évaluation de l’efficacité de la politique linguistique. Un comité interministériel fut créé à cette fin, en 199621, et le Conseil supérieur de la langue française fut chargé d’élaborer un indice du français comme langue d’usage public, en 199722.

  • 23 Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec, Le fr (...)

35Cet effort d’évaluation a suscité une vive polémique. Bilans et défis alimentent le débat linguistique. Les uns l’ont interprété comme un constat de réussite qui rendrait désormais inutile et superflue la Charte ; les autres ont contesté la validité même des travaux de recherche trouvant les résultats trop optimistes. Pour y répondre et désamorcer une énième crise linguistique, le gouvernement a créé une commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec, connue sous le nom de commission Larose, laquelle adopte, en 2001, une approche « civique » qui fait reposer la mise en œuvre de la politique linguistique sur un partenariat actif entre les entreprises, les syndicats et l’État23.

36Inspiré des recommandations de cette commission, le gouvernement du Québec a adopté, en 2002, le projet de loi 104, qui modifie la Charte de la langue française en recommandant, entre autres, la fusion des organismes de la langue, conduisant ainsi à la suppression du Conseil de la langue française. Ce fut lors de cette dernière controverse que Guy Rocher a de nouveau exercé son influence auprès du législateur. Par ses interventions directes auprès de la ministre responsable de l’application de la Charte et par l’entremise d’une lettre ouverte au quotidien Le Devoir, cosignée par 30 intellectuels du Québec, Guy Rocher rappelle l’esprit de la Charte et ses objectifs.

  • 24 Conseil de la langue française, Bulletin du Conseil de la langue française, vol. 15, no 1, Québec, (...)

37Il explique de façon magistrale les raisons qui avaient amené le législateur à se doter d’organismes linguistiques dont le mandat conseil auprès des instances gouvernementales et l’application des dispositions de la loi étaient nettement distincts. Grâce à son initiative, l’organisme créé par la Charte et dont l’apport fut jugé déterminant par Camille Laurin24 a vu son existence reconfirmée, son indépendance réaffirmée et son principal mandat sauvegardé. Il peut ainsi accomplir la mission qui lui était confiée lors de sa conception.

38Ainsi Guy Rocher est demeuré fidèle tout au long de sa carrière aux orientations qui furent les siennes dès le début et qui accordent une large place à l’intervention de l’État ainsi que la ferme conviction de la responsabilité que doivent exercer les intellectuels à l’égard de la chose publique. Des travaux de la commission Parent à l’élaboration de la Charte de la langue française jusqu’aux modifications apportées par le projet de loi 104, Guy Rocher a profondément marqué l’évolution du Québec moderne résolument français tout en étant ouvert sur le monde.

  • 25 Guy Rocher, « Introduction », Le français au Québec. Les nouveaux défis, op. cit., p. 17.

39Guy Rocher apporta une dernière contribution à la réflexion et au débat linguistique lorsqu’il a acquiescé à ma demande de rédiger l’introduction du volume du Conseil, Le français au Québec. Les nouveaux défis. Il y exprime en quelques phrases les enjeux et les perspectives du français au Québec : « Ce nouveau contexte, plutôt que de nous rassurer sur l’avenir de la langue française au Québec, appelle l’élaboration d’une nouvelle politique linguistique adaptée aux défis et aux contraintes qui seront ceux du XXIe siècle25. »

  • 26 Ibid., p. 23.

La politique linguistique québécoise a porté avant tout, et porte encore sur la protection et la promotion de la langue française. Elle suppose par ailleurs, et peut impliquer, la constante préoccupation pour la qualité de la langue écrite et parlée. En effet, c’est sur la fierté de sa langue que repose la motivation la plus fondamentale de l’élaboration et de l’application d’une politique et d’une législation linguistiques26.

  • 27 Ibid., p. 28.

40Et il conclut que pour relever les défis du français au XXIe siècle : « Tout citoyen est concerné et doit être conscient de l’être27. » On ne saurait mieux dire.

Notes

1 Donna Scott, Allocution de Mme Donna Scott, présidente du jury et du Conseil des Arts du Canada, lors de la remise du prix Molson 1997 en sciences humaines à M. Guy Rocher.

2 Fernand Dumont, Récit d’une émigration, Montréal, Boréal, 1997, p. 77.

3 Guy Rocher, « Autour de la langue : crises et débats, espoirs et tremblements », dans Gérard Daigle (dir.), avec la coll. de Guy Rocher, Le Québec enjeu. Comprendre les grands défis, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 1992, p. 423.

4 Chantal Bouchard, « Anglicisation et autodépréciation », dans Conseil de la langue française, Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, Montréal, Fides/Les Publications du Québec, 2000, p. 203.

5 René Durocher, « Les germes du changement », Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, op. cit., p. 228.

6 Gouvernement du Québec, Rapport Parent, rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec, tome 2, 3e partie, Québec, 1965-1966, p. 44.

7 Guy Rocher, « Autour de la langue : crises et débats, espoirs et tremblements », op. cit., p. 430.

8 Nadia Brédimas-Assimopoulos, Relations entre mobilité socio-professionnelle et intégration des immigrants : les Grecs de Montréal, thèse de doctorat, Département de sociologie, Université de Montréal, 1975.

9 Guy Rocher, Le Québec en mutation, Montréal, Hurtubise HMH, 1973, p. 103-104.

10 Pour un survol, voir le texte de Jean-Claude Gémar, « Les grandes commissions d’enquête et les premières lois linguistiques », Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, op. cit., p. 247-253.

11 Jean-Claude Corbeil, L’aménagement linguistique du Québec, Montréal, Guérin, 1980, p. 38-41.

12 Jean-Claude Corbeil, « Une langue qui se planifie », Le français au Québec. Les nouveaux défis, Conseil supérieur de la langue française, Montréal, Fides, 2005, p. 308.

13 Guy Rocher, « La politique et la loi linguistiques du Québec en 1977 », Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, op. cit., p. 273-284.

14 Gouvernement du Québec, Énoncé de politique, La politique québécoise de la langue française (livre blanc), Québec, 1977, p. 30.

15 En 1983, un amendement à ce préambule sera plus explicite en ce qui concerne la minorité anglophone et devient « dans le respect des institutions de la communauté québécoise d’expression anglaise ».

16 Guy Rocher, Le Québec en mutation, op. cit., p. 68.

17 Nadia Brédimas-Assimopoulos, Conseil supérieur de la langue française, Rapport annuel de gestion 2004-2005, Bilan du mandat de la présidente 1996-2005, Québec, Le Conseil, 2005, p. 2.

18 Guy Rocher, « La politique et la loi linguistiques du Québec en 1977 », Le français au Québec. 400 ans d’histoire et de vie, op. cit., p. 284.

19 Nadia Brédimas-Assimopoulos, « Préface », Le français au Québec. Les nouveaux défis, op. cit., p. 10.

20 Conseil supérieur de la langue française, Avis, Le français, langue normale et habituelle de travail, Québec, Le Conseil, 2005.

21 Gouvernement du Québec, Le français langue commune. Enjeu de la société québécoise, Rapport du Comité interministériel sur la situation de la langue française au Québec, Québec, Ministère de la Culture et des Communications, 1996.

22 Conseil supérieur de la langue française, Le français, langue d’usage public au Québec en 1997, Rapport synthèse, Québec, Le Conseil, 1997, et Paul Béland, Rapport de recherche sur l’ILUP, Québec, Le Conseil, 1999.

23 Commission des États généraux sur la situation et l’avenir de la langue française au Québec, Le français, une langue pour tout le monde : une nouvelle approche stratégique et citoyenne, Québec, La Commission, 2001.

24 Conseil de la langue française, Bulletin du Conseil de la langue française, vol. 15, no 1, Québec, Le Conseil, juin 1998.

25 Guy Rocher, « Introduction », Le français au Québec. Les nouveaux défis, op. cit., p. 17.

26 Ibid., p. 23.

27 Ibid., p. 28.

Auteur

Sociologue et présidente du Conseil supérieur de la langue française, 1996-2005

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540