Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Première partie. Un Québec en mutation

Le paysage politique québécois : 1960-1980

Vincent Lemieux

Texte intégral

1Pour présenter le paysage politique québécois, de 1960 à 1980, j’ai choisi de ne pas suivre tout à fait la chronologie des événements, dans le but d’introduire, à l’occasion, quelques résultats de recherches sur la politique au Québec durant cette période. Je m’intéresserai surtout aux partis, à leurs formules de gouverne et à leurs appuis électoraux, mais on trouvera aussi dans le texte quelques observations sur les administrations et les associations volontaires.

Le déclin de l’Union nationale

2Un des phénomènes politiques les plus significatifs de la période fut sans doute le déclin de l’Union nationale, qui avait dirigé le gouvernement du Québec de 1944 à 1960, pendant quatre mandats consécutifs. Aux élections de juin 1960, ce parti est chassé du gouvernement. Ses appuis électoraux passent de 52 % (en 1956) à 47 % des votants. Ils ne sont plus que de 42 % en 1962, de 41 % en 1966, de 20 % en 1970, et de 5 % en 1973. Après un sursaut aux élections de 1976, où 16 % des votants l’appuient, l’Union nationale ne survivra pas aux élections de 1981, alors que son pourcentage de votants tombe à 4 %.

  • 1 Vincent Lemieux, Parenté et politique. L’organisation sociale dans l’île d’Orléans, Québec, Les Pr (...)

3Des observations faites dans l'île d’Orléans au début des années 1960, avec l’aide de Michel Chaloult et d’Yves Leclerc, montraient que l’appui électoral à l’Union nationale dans les six paroisses de l’île était d’autant plus grand qu’était grande la densité des liens de parenté1. Une faible compétition économique, une certaine fermeture au monde extérieur et la prédominance de la régulation locale sur la régulation sociétale étaient d’autres facteurs qui favorisaient l’Union nationale, alors que les facteurs inverses favorisaient des appuis au Parti libéral. Nos analyses arrivaient à la conclusion que les transformations dans l’île d’Orléans ainsi que dans la société québécoise sapaient les bases sociologiques de l’Union nationale.

4Dans cette optique, la victoire de ce parti aux élections de juin 1966 apparaît trompeuse. L’Union nationale obtient alors 41 % du vote exprimé, ce qui lui donne 56 sièges, alors que le Parti libéral avec 47 % du vote n’en gagne que 51. Malgré sa drôle de victoire l’Union nationale perd donc 1 % des votes exprimés par rapport à 1962, une baisse qui est plus importante en termes d’électeurs inscrits puisque le taux de participation n’est que de 74 %, contre 80 % en 1962. C’est la première fois, en 1966, que les jeunes de 18 à 20 ans ont le droit de vote. Cette catégorie d’électeurs est peu favorable à l’Union nationale, ce qui sera confirmé dans les sondages faits au moment des élections de 1970.

5En vue des élections de 1966, le chef du parti, Daniel Johnson, s’était efforcé de recruter des candidats aux fortes assises locales, dont plusieurs maires ou anciens maires, ce qui manifestait la tendance de l’Union nationale à préférer la régulation locale à la régulation sociétale. C’est aussi selon cette tendance qu’elle avait critiqué la réforme de l’éducation, dont elle tenait le sous-ministre Arthur Tremblay responsable.

6Une fois au gouvernement, l’Union nationale choisit de prendre ses distances avec la gouverne autoritaire à la Duplessis et de maintenir les réformes entreprises par le gouvernement Lesage. On vit même un soir, à la télévision, le ministre de l’Éducation s’adresser à la population, flanqué du sous-ministre Arthur Tremblay, toujours en place.

  • 2 Vincent Lemieux et F. Renaud, « Activités et stratégies des partis dans la région de Québec », dan (...)

7Le gouvernement de l’Union nationale maintenait aussi la lutte contre le patronage que le gouvernement Lesage avait entreprise au moyen de l’enquête Salvas sur des allégations de corruption concernant le gouvernement Duplessis de la fin des années 1950. Daniel Johnson avait ordonné à ses députés et organisateurs d’éviter de donner prise à des accusations de patronage. Ceux-ci composaient tant bien que mal avec ces consignes. On nous a raconté2 l’histoire pathétique mais significative d’un organisateur à qui sept de ses partisans avaient demandé d’intervenir auprès du ministère de la Justice afin de leur éviter de payer des amendes pour ne pas avoir corrigé les défauts de leur automobile. L’organisateur se fait dire au Ministère qu’il n’y a rien à faire. Pour ne pas perdre la face, il paie les amendes de sa poche et dit à ses partisans qu’il est intervenu avec succès auprès des autorités du ministère, mais que celles-ci l’ont bien averti qu’il n’y aurait pas de passe-droit la prochaine fois.

8On a souvent prétendu que le déclin de l’Union nationale s’expliquait par les morts rapprochées de trois chefs très populaires, Duplessis (mort en 1959), Sauvé (mort en 1960) et Johnson (mort en 1968). Il y a certainement une part de vérité dans cette explication, mais en plus des facteurs sociologiques dont nous avons fait état, il y a aussi, de façon plus conjoncturelle, l’incompréhension de plusieurs partisans de l’Union nationale, de 1966 à 1970, face aux transformations dans les modes de gouverne de leur parti.

De la régulation discrétionnaire à la régulation technocratique

9Être libéral, avait dit Georges-Émile Lapalme, c’est être socialement juste. Le gouvernement libéral de Jean Lesage a pratiqué, de 1960 à 1966, un nouveau mode de régulation dans le but d’égaliser les différences entre les intérêts privés, ceux des anglophones en particulier, et les intérêts défendus par les nouveaux entrepreneurs en affaires publiques. De nouvelles administrations et de nouveaux organismes autonomes sont créés à cette fin, dont la Régie des rentes et la Caisse de dépôt et placement.

10Un jeune organisateur du Parti libéral dans l'île d’Orléans, rencontré au début des années 1960, me disait que le Parti libéral avait promis de faire des lois pour tout le monde et qu’il avait tenu sa promesse. Aujourd’hui, ajoutait-il, les gens n’ont plus à s’humilier pour obtenir quelque chose. Il faisait allusion à la gouverne plus discrétionnaire, par voie de clientélisme, pratiquée du temps de l’Union nationale ainsi qu’à la régulation plus locale que sociétale dont nous avons parlé plus haut.

11À cet égard, la nationalisation des compagnies privées d’électricité, qui servit au gouvernement Lesage de thème principal lors de la campagne électorale de 1962, illustre bien la formule libérale de régulation. Par la nationalisation, le gouvernement substitue une régulation publique à une régulation privée, et contribue à égaliser les différences économiques entre les francophones et les anglophones. Il le fait à la manière de l’État organisateur en donnant plus d’ampleur à l’organisme autonome qu’est Hydro-Québec, et en affirmant ainsi l’emprise de ce qu’on appelle désormais « l’État du Québec » sur un levier important du développement économique.

12La formule libérale de régulation, égalisatrice plutôt que différenciatrice et sociétale plutôt que locale, ne se passait pas de bureaucratisation. Dans le paysage politique québécois des années 1960, le développement d’une fonction publique compétente apparaissait aux réformateurs comme la garantie d’une régulation plus sociétale que locale et plus impartiale que discrétionnaire, contre des politiciens qui étaient toujours soupçonnés de clientélisme en faveur de leurs partisans.

13Parmi les souvenirs que je garde de mon passage (en 1964-1965) au Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ) et de nos discussions sans fin sur l’avenir de la région, il y a cette perception qu’il ne fallait rien attendre ou presque des politiciens fédéraux ou provinciaux qui s’intéressaient au développement de la région. À Québec, il y avait bien René Lévesque et Paul Gérin-Lajoie, ministres dans le gouvernement Lesage, mais à côté d’eux beaucoup de députés et d’organisateurs libéraux avaient des motivations qui les portaient toujours vers le clientélisme et les mesures discrétionnaires.

14Les jeunes planificateurs et animateurs du BAEQ, dirigés par un Guy Coulombe qui n’avait pas 30 ans, cherchaient à établir une coalition avec les technocrates à Québec et la population « animée », sur le territoire, contre les députés et leurs entourages partisans. Nous souhaitions que, grâce à l’animation, se développe une nouvelle culture politique dans les partis, mais nous sommes rentrés à Québec sans que cette nouvelle culture politique ait pris forme sur le territoire.

15En revanche, des structures extrêmement complexes de planification ont été élaborées qui, pour paraphraser ce que disait Oscar Wilde du socialisme, ne pouvaient pas marcher car cela aurait occupé bien trop de soirées.

Associations volontaires et système politique canadien

  • 3 John Meisel et Vincent Lemieux, Ethnic Relations in Canadian Voluntary Associations, Ottawa, Infor (...)

16Dans le cadre des travaux de la Commission royale sur le bilinguisme et le biculturalisme, John Meisel et moi avons étudié les relations entre les anglophones et les francophones dans différents types d’associations volontaires3. Cette étude faite au milieu des années 1960 a porté sur les associations scoutes, les associations de hockey, les associations étudiantes, les jeunes chambres de commerce, les chambres de commerce, les associations de médecins, les associations de municipalités, les associations de coopératives et les associations d’agriculteurs.

17Les relations entre anglophones et francophones dans ces secteurs d’activité étaient organisées de différentes façons, qui allaient de l’existence d’une seule association avec des sections provinciales (c’était le cas de l’Association médicale canadienne) à l’existence de deux associations totalement distinctes (c’était le cas des jeunes chambres de commerce et des étudiants). Entre ces deux extrêmes, il y avait divers arrangements où existait, à côté d’une association pancanadienne, une association québécoise qui lui était plus ou moins concurrente (c’était le type existant dans la plupart des secteurs retenus).

18Ces arrangements organisationnels déterminaient en bonne partie le caractère coopératif ou conflictuel des relations entre les deux groupes linguistiques, mais les objectifs poursuivis n’étaient pas moins déterminants. Là où les objectifs étaient surtout récréatifs ou de sociabilité, comme chez les scouts et les joueurs de hockey, les relations étaient plutôt coopératives, bien que marquées à l’occasion de tensions linguistiques. Il en était un peu de même quand les objectifs étaient surtout utilitaires, comme chez les coopérateurs et chez les maires. Cependant, là où les objectifs étaient davantage éducatifs ou de formation, les tensions étaient plus grandes. Les jeunes chambres de commerce et les associations étudiantes illustraient cette situation, d’autant plus qu’il s’y mêlait des objectifs politiques déclencheurs de conflits souvent irréductibles.

19Les conflits linguistiques vécus dans les associations volontaires ainsi que les arrangements organisationnels auxquels ils donnaient lieu avaient leurs équivalents sur la scène proprement politique, dans l’affrontement entre les partisans du fédéralisme et ceux d’une plus grande autonomie du Québec.

  • 4 Daniel Johnson, Égalité ou indépendance, Montréal, Éditions de l’Homme, 1965.

20Au moment des travaux de la Commission sur le bilinguisme et le biculturalisme, Daniel Johnson4, premier ministre du Québec, publiait Égalité ou indépendance. Il y proposait un Canada biculturel et binational ainsi que l’égalité des deux langues et des deux cultures à la grandeur du Canada. Sinon, ajoutait-il, il faudra bien faire l’indépendance du Québec.

21Le RIN (Rassemblement pour l’indépendance nationale), créé dès 1960, optait pour l’indépendance, ce qui correspondait assez bien à l’arrangement existant chez les étudiants et chez les membres des jeunes chambres de commerce. Les dirigeants de ces associations étaient plus avancés que leurs aînés du monde de l’agriculture, de la coopération, des municipalités et des chambres de commerce, sur la voie de la séparation organisationnelle entre les francophones du Québec et les anglophones d’ailleurs.

22Ces aînés s’en tenaient au troisième mode d’organisation observé dans les associations volontaires, soit celui d’une association pancanadienne doublée d’une association québécoise, les membres du Québec appartenant aux deux associations. Ce troisième mode d’organisation pouvait aussi prendre la forme de deux associations différentes jouissant d’une grande autonomie mais qui coopéraient entre elles au niveau de leurs dirigeants respectifs.

23Tout cela pour dire que les relations entre les francophones et les anglophones dans les associations volontaires reflétaient et alimentaient à la fois les différents types d’arrangements constitutionnels qui étaient débattus à ce moment dans le système politique canadien.

Trois formules de gouverne

24Le système des partis allait être transformé à la fin des années 1960 par la création, en 1968, du Parti québécois et par la décision des créditistes de former un parti sur la scène provinciale, après leurs succès sur la scène fédérale.

25Que les partis des années 1960 et ceux des années 1970 aient pris des positions fédéralistes, autonomistes ou souverainistes, qu’ils aient proposé des mesures égalisatrices ou différenciatrices, qu’ils aient favorisé une régulation sociétale ou locale, on peut considérer qu’ils l’ont fait en s’inspirant de trois formules de gouverne :

  1. celle de l’État gendarme, ou mieux de l’État prescripteur qui impose des ordres et veille à ce qu’ils soient observés ;
  2. celle de l’État allocateur qui distribue ou redistribue des ressources par des mesures économiques ou sociales ;
  3. celle de l’État organisateur qui met en place des organisations dans le secteur public ou parapublic.

26Un gouvernement peut opter pour une de ces formules ou pour une combinaison de deux d’entre elles. Ces choix dépendent de l’évaluation qui est faite de l’action des gouvernements précédents, de phénomènes de conjoncture ainsi que de calculs politiques des équipes dirigeantes et de leurs chefs.

27Rappelons qu’aux élections générales de 1966, le Parti libéral de Jean Lesage est défait par l’Union nationale de Daniel Johnson. De 1960 à 1966, le gouvernement libéral s’était surtout illustré comme État organisateur par les mesures dont il a été question plus haut (création d’administrations et d’organismes autonomes, réforme de l’éducation, etc.).

28L’Union nationale n’avait jamais adopté la formule de l’État organisateur. Elle s’était attaquée au gouvernement Lesage en s’élevant contre ce mode d’intervention du gouvernement dans la société. Portée par surprise au gouvernement, elle ne réussit pas à prendre ses distances par rapport à la formule de gouverne de l’État organisateur, ni à revenir de façon convaincante aux formules de l’État allocateur et de l’État prescripteur qu elle avait incarnées du temps de Duplessis. Elle était battue par le Parti libéral de Robert Bourassa aux élections générales de 1970.

29Le Parti libéral estimait avoir été battu aux élections de 1966 par les excès de l’État organisateur, dans le secteur de l’éducation tout particulièrement. Avec Robert Bourassa, le Parti libéral adopta surtout la formule de gouverne de l’État allocateur. La promesse des 100 000 nouveaux emplois illustrait cette option qui convenait davantage aux libéraux des années 1970 que celle de l’État organisateur, désormais incarnée par un Parti québécois orienté vers l’indépendance du Québec et donc vers la poursuite de la construction de l’État du Québec. L’État allocateur avait aussi de quoi rassurer tout particulièrement les milieux d’affaires, bien plus menacés par l’État organisateur que par l’État allocateur.

  • 5 Vincent Lemieux, M. Gilbert et A. Blais, « Une élection de réalignement », L’élection générale du (...)

30Une bonne part du réalignement de 1970 a reposé sur le fait que les deux nouveaux partis, le Parti québécois et le Ralliement créditiste, ont repris à leur compte les formules d’État qu’avaient incarnées les partis au cours des années 1960 et avant. C’était le Parti québécois et non plus le Parti libéral qui proposait l’État organisateur. Le Parti québécois s’attirait ainsi le vote de près de la moitié des jeunes de moins de 25 ans, réussissant encore mieux chez les plus scolarisés5. Ces nouvelles élites étaient prêtes, comme celles des années 1960, à occuper les postes de commande créés par l’État organisateur. En cela, elles étaient bien différentes des milieux de petites affaires qui avaient été soutenus par les gouvernements de l’Union nationale des années 1940 et 1950.

31Le Ralliement créditiste, pour sa part, reprenait d’une Union nationale hésitante entre le passé et le présent la formule de l’État allocateur. La formule créditiste était surtout monétaire, mais elle s’élevait aussi contre l’État organisateur, ses lourdeurs, son éloignement des petites gens. Elle attirait surtout les votes de ceux qui n’ont rien à espérer des administrations et des grandes entreprises, soit qu’ils ne peuvent aspirer aux postes de commande de ces appareils, soit qu’ils ne se trouvent pas en position de les influencer.

32Les élections générales de 1973 allaient prolonger le réalignement commencé en 1970. Le déclin de l’Union nationale s’étant encore accentué (elle n’obtient plus que 5 % des votes exprimés) et le Parti créditiste demeurant marginal, la lutte électorale a surtout opposé les libéraux et les péquistes.

33En présentant un budget fictif le Parti québécois a bien tenté de se donner l’image d’un État allocateur, mais mal lui en prit. Lors de la crise d’octobre, en 1970, puis par l’emprisonnement des chefs syndicaux au moment des grèves de 1972, le gouvernement libéral s’était présenté comme État prescripteur. L’inflation était encore supportable et de nombreux emplois avaient été créés, ce qui valorisait aussi son rôle d’État allocateur. Le Parti libéral obtenait 55 % des votes et 102 circonscriptions, contre 30 % des votes et 6 circonscriptions seulement au Parti québécois, les deux autres sièges allant aux créditistes qui recueillaient un peu moins de 10 % des votes.

34Face aux mutations de la société québécoise, le gouvernement de Robert Bourassa avait opté pour la paix sociale et la sécurité économique. Il avait ainsi choisi de gouverner en fonction de la majorité silencieuse, dont il croyait qu’elle appréciait surtout l’État allocateur sur le plan économique et l’État prescripteur sur le plan des conflits sociaux. Cette option, qui avait réussi au gouvernement Bourassa de 1970 à 1973, a échoué de 1973 à 1976. L’État prescripteur est apparu déficient dans sa gestion des grèves dans les écoles et dans les hôpitaux ainsi que par l’adoption de la loi 22 sur la langue, qui mécontenta un peu tout le monde. L’État allocateur perd lui aussi de son attrait dans une situation économique difficile, et surtout avec les bruits très répandus de corruption entourant la construction accélérée du stade olympique, à Montréal, en vue des Jeux de 1976.

Le gouvernement du Parti québécois et le référendum

35Pour justifier sa décision de déclencher des élections à la fin de 1976, trois ans seulement après celles de 1973, Robert Bourassa insistait sur la nécessité d’obtenir un mandat en vue des négociations qui allaient, disait-il, commencer très prochainement sur l’avenir du Québec au sein du Canada. Par cette fuite en avant il misait sur l’État organisateur de nouvelles relations entre le Canada et le Québec, comme s’il voulait faire oublier les échecs de l’État prescripteur et de l’État allocateur au cours des trois années précédentes.

36Le Parti québécois, pour sa part, promettait de former un bon gouvernement et demandait aux électeurs de l’élire pour cela, en ajoutant qu’un référendum sur la souveraineté du Québec serait tenu plus tard. L’Union nationale se retrouvait en état de rémission, appuyée qu'elle était par de nombreux anglophones, très mécontents de la loi 22 sur la langue française, mais qui ne voulaient pas pour autant voter pour le Parti québécois.

37Le 15 novembre 1976, le Parti québécois recevait 41 % des votes exprimés, ce qui lui donnait 70 sièges sur 110, alors que le Parti libéral recevait 34 % des votes et l’Union nationale 18 %. Le réalignement partisan était à peu près terminé. Il le sera tout à fait en 1981 avec l’effacement complet de l’Union nationale.

38Au cours de son premier mandat, le gouvernement du Parti québécois fait adopter plusieurs mesures réformistes qui sont propres à l’État prescripteur et à l’État organisateur. Il y a surtout, de la part de l’État prescripteur, l’adoption de la Charte de la langue française qui va beaucoup plus loin que la loi 22 pour assurer la prédominance du français. Il y a aussi la réforme du financement des partis qui limite celui-ci aux seules personnes physiques. Pour ce qui est de l’État organisateur, notons en particulier la création de la Régie de l’assurance automobile qui couvre les frais entraînés par les dommages physiques aux personnes.

39Des mesures relevant de l’État organisateur se retrouvent aussi dans les réformes concernant l’organisation centrale du gouvernement. Des superministères sont créés dans les domaines du développement économique, du développement social, du développement culturel ainsi que dans celui de l’aménagement et de la réforme électorale et parlementaire.

  • 6 Guy Rocher, « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvo (...)

40Les superministères coordonnent l’action des ministères sectoriels inclus dans ces grands domaines. Ministres et superministres sont entourés de cabinets politiques plus importants que sous le gouvernement Bourassa. La volonté de ne pas se laisser dominer par une haute fonction publique, proche du gouvernement précédent, n’est pas étrangère à cette réorganisation de l’État. Un article remarquable de Guy Rocher6 sur l’administration publique a traité, entre autres, des relations entre les fonctionnaires et les cabinets politiques dans ce nouveau contexte.

41Pour ce qui est des relations entre le Québec et le Canada, le projet de souveraineté-association du Parti québécois en est un de réorganisation globale, à l’enseigne de l’État organisateur. Ce projet qui a fait l’objet du référendum de 1980 venait en conflit avec les positions du gouvernement fédéral, dirigé à nouveau par Pierre Elliott Trudeau, après le bref intermède de 1979 où le Parti conservateur de Joe Clark avait formé un gouvernement minoritaire.

42Au cours de la campagne référendaire, Pierre Elliott Trudeau promettait une redéfinition de la place du Québec dans la fédération canadienne. Les Québécois avaient donc à choisir entre la souveraineté-association et un fédéralisme dont on disait qu’il serait renouvelé. Seulement deux électeurs sur cinq parmi ceux qui allèrent voter le jour du référendum optèrent pour la souveraineté-association, ce qui correspondait à la proportion des votes obtenus par le Parti québécois aux élections de 1976.

Les lois et leur administration

  • 7 Sur les lois durant cette période, voir Vincent Lemieux, Les relations de pouvoir dans les lois. C (...)

43Dans les années 1960 et 1970 les lois adoptées par les différents gouvernements du Québec sont devenues de plus en plus complexes, même si leur nombre est demeuré à peu près le même d’une année à l’autre. Ce nombre varie de 60 à 75, et il n’y a pas de tendance à la hausse de 1960 à 19817.

44Il n’en est pas de même de la complexité des lois. Sous le gouvernement de l’Union nationale, de 1944 à 1960, environ 80 % des lois ne contenaient pas plus de 10 articles. Avec le gouvernement libéral, de 1960 à 1966, cette proportion n’est que de 65 %. Elle n’est plus que de 60 % environ du temps de l’Union nationale, de 1966 à 1970, et de 50 % sous le gouvernement du Parti libéral, de 1970 à 1976. Avec le gouvernement du Parti québécois, de 1976 à 1981, il n’y a plus que 40 % des lois qui contiennent moins de 10 articles.

45Pour aider les citoyens à obtenir de l’information sur les lois et les autres mesures de plus en plus complexes qui les concernent, le gouvernement crée Communication-Québec au début des années 1970. Cet organisme, qui est déconcentré sur le territoire, a pour fonction de diffuser de l’information administrative aux citoyens et d’en fournir à ceux qui en font la demande.

  • 8 Vincent Lemieux, La communication inachevée… Recherche sur la relation État-citoyen, Québec, L’Édi (...)

46Une recherche faite au milieu des années 19708 sur Communication-Québec arrive à quatre conclusions générales. Premièrement, les fonctionnaires et les autres agents de l’État identifient assez bien leurs clientèles, mais ils les connaissent mal. Deuxièmement, il n’y a qu’une faible proportion des clientèles qui arrive à rejoindre les dispensateurs d’information administrative. Il s’agit généralement de ceux qui sont privilégiés par l’information de départ dont ils disposent ou par les contacts qu’ils ont avec les fonctionnaires. Troisièmement, plusieurs citoyens ordinaires qui font des tentatives pour obtenir de l’information administrative abandonnent en cours de processus. Quatrièmement, la perception des fonctionnaires est plutôt négative. On déplore leur manque de polyvalence, leur retard à donner l’information demandée, le caractère souvent incomplet ou dépassé de l’information fournie.

47L’analyse des lois vient confirmer certaines de nos observations sur les différents gouvernements qui se sont succédé au cours des années 1960 et 1970. C’est sous le gouvernement Lesage, de 1960 à 1966, qu’il y a une première explosion de la complexité des lois, par rapport à la période précédente. C’est aussi un gouvernement très actif dans la mission économique de l’État et dans la création d’organismes gouvernementaux.

48Le gouvernement de l’Union nationale, de 1966 à 1970, se distingue peu du gouvernement précédent. Il est même plus actif dans la création d’organismes gouvernementaux, ce qui confirme le rôle d’État organisateur qu’il a exercé en continuité avec le gouvernement précédent.

49Avec le gouvernement Bourassa, de 1970 à 1976, on revient à une activité législative très importante dans la mission économique, alors que par rapport au gouvernement précédent de l'Union nationale, il y a diminution de la création d’organismes gouvernementaux.

50Enfin le gouvernement Lévesque, de 1976 à 1981, se distingue des trois autres gouvernements par l’importance qu’il accorde à la mission gouvernementale, et par le fait que ses lois touchent à un peu tous les acteurs sociaux, dans un étatisme qui est tout aussi allocateur et prescripteur qu’organisateur.

51La période qui va du début des années 1960 au début des années 1980 a ceci de particulier qu’elle comporte quatre changements de gouvernement, alors qu’il n’y en avait eu qu’un seulement au cours des années 1940 et 1950. Il y en a eu trois depuis le début des années 1980. De plus, trois partis différents, l’Union nationale, le Parti libéral et le Parti québécois ont dirigé le gouvernement du Québec de 1960 à 1981, ce qui n’était jamais arrivé auparavant sur une période de 20 ans.

52Il n’était jamais arrivé, non plus, comme ce fut le cas aux élections de 1970, que quatre partis obtiennent chacun au moins 10 % des votes exprimés. Le référendum de 1980 fut également une consultation populaire sans précédent. Toutes ces nouveautés, ajoutées à l’intervention de plus en plus grande du gouvernement dans la société, ont eu pour conséquence une grande instabilité dans les formules de gouverne proposées par les partis.

53Celle de l’État organisateur a été tour à tour magnifiée et mise en veilleuse. Celle de l’État prescripteur a entraîné des conséquences électorales opposées, selon que les ordres donnés par le gouvernement ont été jugés appropriés, insuffisants ou excessifs. Celle de l’État allocateur a eu des effets positifs, mais aussi des effets négatifs quand ses bienfaits ont été réduits par une conjoncture économique défavorable ou annulés par des accusations de corruption.

54L’instabilité entraînée par des formules changeantes de gouverne s’est traduite dans les choix des électeurs par d’assez brusques changements, à la hausse ou à la baisse, de l’appui donné au parti du gouvernement sortant. On peut en conclure que le paysage politique québécois, de 1960 à 1980, s’il fut intéressant à observer par les spectateurs détachés de la politique active, fut par contre difficile à stabiliser par les architectes, ingénieurs et ouvriers politiques qui ont travaillé à le changer.

Notes

1 Vincent Lemieux, Parenté et politique. L’organisation sociale dans l’île d’Orléans, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 1971.

2 Vincent Lemieux et F. Renaud, « Activités et stratégies des partis dans la région de Québec », dans V. Lemieux (dir.), Personnel et partis politiques au Québec, Montréal, Boréal Express, 1982, p. 175-204.

3 John Meisel et Vincent Lemieux, Ethnic Relations in Canadian Voluntary Associations, Ottawa, Information Canada, 1972.

4 Daniel Johnson, Égalité ou indépendance, Montréal, Éditions de l’Homme, 1965.

5 Vincent Lemieux, M. Gilbert et A. Blais, « Une élection de réalignement », L’élection générale du 29 avril 1970 au Québec, Montréal, Éditions du Jour, 1970.

6 Guy Rocher, « Le sociologue et la sociologie dans l’administration publique et l’exercice du pouvoir », Sociologie et sociétés, vol. 12, no 2,1980, p. 45-63.

7 Sur les lois durant cette période, voir Vincent Lemieux, Les relations de pouvoir dans les lois. Comparaison entre les gouvernements du Québec de 1944 à 1985, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1991.

8 Vincent Lemieux, La communication inachevée… Recherche sur la relation État-citoyen, Québec, L’Éditeur officiel du Québec, 1974.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540