Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie et société québécoise

 | 
Céline Saint-Pierre
, 
Jean-Philippe Warren

Première partie. Un Québec en mutation

Une expérience déterminante : l’engagement dans la Jeunesse étudiante catholique

Louise Bienvenue

Texte intégral

  • 1 L’auteur aimerait remercier Alexis Dubois-Campagna et Alexandre Blanchette, étudiants à la maîtrise (...)
  • 2 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, col (...)

1Quitter ses études à 18 ans pour s’engager comme permanent dans un mouvement de jeunesse : voilà bien le conseil que l’on ne donnerait pas spontanément à un jeune homme talentueux qui semble destiné à une brillante carrière universitaire et à une vie publique de grande envergure1. Telle fut pourtant la trajectoire de Guy Rocher qui, au sortir de son cours classique au collège de l’Assomption, entra à la Centrale de la Jeunesse étudiante catholique (JEC) pour y œuvrer pendant quatre longues années. Ce passage, loin d’être une errance et encore moins une erreur de jeunesse, s’est avéré aux dires même de l’ancien jéciste devenu sociologue, une expérience déterminante : « Ma rencontre avec l’Action catholique et surtout mon passage à la Centrale de la JEC – de 1943 à 1947 – ont marqué pour moi une nouvelle naissance intellectuelle et spirituelle2. » Lorsque, 15 années plus tard, Rocher défendra la nécessaire souplesse et polyvalence de l’école québécoise dans le cadre de la commission Parent, il saura intimement que les trajectoires les plus linéaires ne portent pas nécessairement les meilleurs fruits.

Le destin historiographique de l’Action catholique

2Avant d’examiner plus en détail ce que fut l’expérience jéciste dans les années 1940 pour Guy Rocher et pour toute une génération d’hommes et de femmes, dont plusieurs marqueront la vie publique québécoise – pensons aux Simonne Monet-Chartrand, Claude Ryan, Jeanne (Benoît) Sauvé, Gérard Pelletier et Pierre Juneau-, il convient de dire un mot de l’étonnant destin historiographique qu’a connu l’Action catholique.

3Dans les décennies qui suivirent immédiatement la Révolution tranquille, les interprètes du passé québécois ne manifestèrent guère d’intérêt pour ces mouvements religieux sur lesquels pesait alors comme une sorte de suspicion. Dans un contexte d’affirmation nationale et de sécularisation accélérée, l’Action catholique spécialisée se voyait reléguée aux mêmes oubliettes que les Ligues du Sacré-Cœur, Dames de Sainte-Anne et autres regroupements bigots, témoins d’un passé asservissant. Si leur style pouvait paraître plus rafraîchissant, il ne fallait pas s’y tromper, leur ambition était forcément la même : colmater l’argile qui s’effritait des pieds du colosse clérical. Les mouvements d’Action catholique, et principalement la JEC qui en fut le fleuron, avaient aussi le défaut d’irriter les sensibilités nationalistes. On les percevait comme les viviers fédéralistes d’où allaient éclore les idées de Cité libre et le projet des Trois colombes. Rien pour inspirer les historiens de la nouvelle modernité québécoise, plus affairés à exhumer du passé les moments d’affirmation nationale et les poussées anticléricales.

  • 3 Dans un bilan historiographique en 1993, Lucia Ferretti constatait la place fort mince que les étud (...)
  • 4 É.-Martin Meunier, « Une nouvelle sensibilité pour les Enfants du Concile », dans Stéphane Kelly (d (...)
  • 5 Mentionnons quelques-unes des études qu’on peut inclure dans cette « vague » : Lucie Piché, Femmes (...)
  • 6 Guy Cormier, « Les 50 ans d’un mouvement mal aimé », La Presse, 19 octobre 1985, p. A-6. ; Simonne (...)

4À partir de la fin des années 1980 cependant, une nouvelle génération d’historiens et de sociologues a réclamé à son tour son droit d’inventaire. Cherchant à s’approprier un passé religieux trop souvent condamné en bloc, ces chercheurs voulurent transgresser l’opprobre qui régnait encore sur l’objet religieux pour l’examiner sous une nouvelle lumière3. É.-Martin Meunier a baptisé « Enfants du concile » cette génération dont il a fait une sociologie « à chaud » pour comprendre ce qu’il percevait comme une « nouvelle sensibilité » analytique dans les sciences sociales. À l’égard du religieux, le point de vue de ces chercheurs s’expliquerait en partie par la position transitoire qu’ils occupent : « [I]l s’agit peut-être du dernier noyau de “jeunes” ayant vécu dans un monde encore marqué par le sceau de la culture catholique4 », explique-t-il. Un pied dans la culture religieuse, un pied en dehors, ces chercheurs possèdent encore les clefs d’une compréhension interne de cet univers de sens, mais n’en ont pas subi l’encadrement désuet qui prévalait encore dans les années 1950. Il en ressort une posture analytique, certes toujours laïque et critique, mais néanmoins émancipée de certains réflexes anticléricaux. Une telle position induit une compréhension quelque peu différente des rapides transformations qui ont marqué le Québec d’après-guerre, une compréhension qui admet l’existence de filières religieuses d’accès à la modernité. C’est ainsi que les archives des mouvements d’Action catholique furent prises d’assaut dès la fin des années 1980, mais surtout dans les années 1990, offrant les matériaux d’une relecture de l’histoire récente du Québec5. Les nombreux témoignages d’anciens jécistes, abondant dans le sens de Guy Rocher et reconnaissant l’importance de leur passage par l’Action catholique, ont certes de quoi conforter les tenants de ces nouvelles thèses6.

L’Action catholique spécialisée au Québec

  • 7 Jean Hamelin et Nicole Gagnon, Histoire du catholicisme québécois, sous la direction de Nive Voisin (...)

5C’est dans les années 1930 que les mouvements d’Action catholique dite « spécialisée » apparurent au Canada français. Leur naissance s’inscrit dans la foulée des efforts consentis par l’Église catholique depuis la fin du XIXe siècle pour s’adapter à l’ère industrielle et urbaine. Devant l’effondrement de l’ancien idéal de chrétienté fondée sur un État catholique, on s’évertua à valoriser celui d’une chrétienté « refaite à la base, à partir d’une sacralisation du monde par des associations confessionnelles7 ». Rome misa donc sur les laïcs – « bras séculier du clergé » – pour assurer la difficile survie de l’institution ecclésiale au sein d’un monde sécularisé.

6S’il faut remonter à Léon XIII et à son encyclique Rerum Novarum de 1891 pour bien cerner les racines du catholicisme social dans lequel s’inscrit l’Action catholique spécialisée, il ne faut cependant pas négliger l’innovation que représentait l’apparition de ces mouvements dans le contexte particulier de l’entre-deux-guerres. L’initiative de cette formule unique d’apostolat et d’encadrement de la jeunesse revient à l’aumônier belge Joseph Cardijn, qui consacra sa vie aux milieux ouvriers et syndicaux. Préoccupé par une nouvelle génération de travailleurs prolétarisés, portés à délaisser l’Église dans leur transition à la vie urbaine, Cardijn se demanda comment garder cette jeunesse à la foi, sans la rebuter par des sermons accablants et des formules rigides du magistère. Le chanoine imagina une technique d’apostolat visant à prendre en compte les préoccupations réelles des jeunes ouvriers concernant leurs conditions d’apprentissage, de travail, de logement et de loisirs. Il s’agissait d’associer la pratique religieuse à l’action sur le milieu en accordant une latitude inédite aux jeunes eux-mêmes dans les orientations données au mouvement. C’est dans cet esprit que naquit la Jeunesse ouvrière catholique belge (JOC) en 1925. La même année était publié Le Manuel de la JOC, qui s’avéra un outil essentiel dans la diffusion internationale des méthodes.

7La technique misait sur « l’apostolat du semblable par le semblable » et visait à regrouper les fidèles selon leur milieu d’appartenance – ce qui explique l’usage de l’adjectif « spécialisé ». Elle s’appuyait sur une consigne qui fit fortune : « Voir - Juger - Agir ». La méthode allait rencontrer chez les jeunes des milieux populaires d’abord, puis chez les jeunes des autres milieux socio-économiques, un vif succès, rejoignant des dizaines de milliers d’entre eux. De Belgique, le mouvement fut rapidement importé en France puis implanté dans d’autres pays européens ainsi qu’en Amérique.

8Au Canada français, certains membres du clergé, envoyés en émissaires, furent gagnés d’enthousiasme pour ces méthodes européennes d’apostolat. Grâce à leurs initiatives pour les importer en sol canadien, on assista dès 1932 à la fondation nationale de la Jeunesse ouvrière catholique. Celle-ci fut rapidement suivie, en 1935, de la Jeunesse étudiante catholique (JEC), puis, l’année suivante, de la Jeunesse indépendante catholique (JIC), destinée aux classes moyennes. Enfin, en 1937, la Jeunesse agricole catholique (JAC) vit le jour. Chez les adultes, un mouvement appelé Ligue ouvrière catholique (LOC) fut également fondé en 1938. Sitôt implantés, ces mouvements se révélèrent vite fort mobilisateurs, surtout auprès de la jeunesse, leur cible privilégiée. Leurs effectifs dépassèrent en effet rapidement tout ce qui existait alors comme cercles et associations de jeunesse franco-catholiques.

La JEC au temps de Guy Rocher

  • 8 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit, p. 13.
  • 9 Ibid.

9Les premiers contacts de Guy Rocher avec la JEC se firent en 1938, alors que le jeune homme complétait son année de Versification au cours classique. Plongé dans la tourmente adolescente, le collégien ne s’enthousiasma pas de manière immédiate pour le mouvement : « Je n’avais pas “accroché” très fort8 », se souvient-il. Le point tournant de son engagement fut la visite à son collège de Benoît Baril et de Gérard Pelletier, deux dirigeants nationaux de la JEC qui firent sur lui forte impression. « À partir de ce moment, la JEC a vraiment commencé à avoir un sens nouveau pour moi, et à travers elle l’Église, la société et un peu toute ma vie9. »

10Au cours des années 1940, alors que Guy Rocher y est fortement engagé, la JEC canadienne connaît son véritable âge d’or. Elle se développe sous l’aumônerie bienveillante des pères de Sainte-Croix (les pères Émile Legault, Maurice Lafond et Germain Lalande, marqueront le mouvement) et possède l’avantage sur les autres mouvements spécialisés de recruter à même un réseau scolaire bien constitué. À cette époque, la plupart des collèges classiques, séminaires, juniorats, scolasticats, académies supérieures et écoles normales possèdent leurs sections de JEC. Certaines écoles primaires supérieures et collèges commerciaux prennent également part au mouvement. Contrairement à la JEC française cependant, le mouvement canadien aura bien du mal à faire des percées significatives dans le milieu universitaire. Cette époque bénie est aussi marquée par l’expansion des services offerts à la population étudiante par le mouvement jéciste. Parmi ceux-ci, on note la revue Mes Fiches, qui devait jeter les bases des éditions Fides, et le service artistique, lancé au printemps 1939, qui sera ensuite confié aux Compagnons de Saint-Laurent. La JEC coordonne également tout un réseau de coopératives étudiantes et de caisses d’épargne. Elle contribue au développement du journalisme étudiant, à travers sa Corporation des Escholiers Griffonneurs, dont Gérard Pelletier sera l’âme dirigeante, et coordonne aussi des camps de vacances, dits Villages étudiants nationaux, qui profitent à des milliers de jeunes. Vers la fin de la décennie, la JEC préside aussi à la naissance des fameux ciné-clubs, qui marqueront toute une génération de cinéastes et de cinéphiles.

  • 10 Service des archives de l’Université de Montréal (SAUM), Action catholique canadienne (ACC), « Rapp (...)

11En 1945, lors de son dixième anniversaire, le mouvement présente des chiffres impressionnants : 17 fédérations de garçons, 20 fédérations de filles, soit 1200 sections en tout, rejoignant 20 000 membres. Son journal Vie étudiante a un tirage de 45 000 exemplaires. Sa publication destinée aux plus jeunes, François, tire à 20 000 exemplaires10. Contrairement aux autres mouvements d’Action catholique, qui connaissent alors un essoufflement, la JEC a le vent dans les voiles.

  • 11 Shirley E. Woods, Une femme au sommet, op. cit., p. 48.
  • 12 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit, p. 204.
  • 13 JEC, 1935-2005.70 ans d’engagement étudiant, JEC, 2005, p. 3.
  • 14 Dans son mémoire de maîtrise, Bernard Fournier a décrit de façon minutieuse les processus de social (...)

12Une organisation aussi importante exige beaucoup de ses dirigeants, en particulier ceux qui sont à la tête de son bureau national, appelé familièrement « la Centrale ». Située au 430 de la rue Sherbrooke Est, à Montréal, cette ruche réunissait une vingtaine de jeunes militants venus de plusieurs régions du Québec et même des autres provinces canadiennes pour assumer la lourde responsabilité que représentait la coordination d’un tel mouvement. Une atmosphère animée régnait à l’intérieur de cette grande maison abritant bureaux, dortoirs et presse d’imprimerie11. C’était un carrefour de passage pour toute la jeunesse engagée de l’époque, on y discutait autant des grands enjeux de l’actualité internationale que du tout dernier film à l’affiche. « Si j’avais eu 20 ans en 1965-1970, dira plus tard Guy Rocher, je serais certainement allé vivre dans une commune, car à 20 ans, la JEC où je m’étais engagé constituait justement une sorte de petite commune12. » À la Centrale, fait inusité pour l’époque, garçons et filles se côtoient dans une mixité plutôt rare au sein de ces mouvements fonctionnant selon une stricte logique de séparation des sexes. Certains couples s’y forment, comme celui de Pierre Juneau et de Fernande Martin et celui d’Alexandrine Leduc et de Gérard Pelletier. Ces jeunes gens dans la vingtaine exerçaient tour à tour les fonctions de président – Guy Rocher le fut officiellement de 1946 à 194813 –, secrétaire, propagandiste et trésorier. Parmi leurs responsabilités se trouvait celle de sillonner le territoire pour implanter des sections jécistes ou pour dynamiser celles qui existaient déjà. Rédigeant des articles, des brochures, prononçant des conférences, organisant des congrès nationaux et internationaux, ces militants se familiarisaient avec diverses techniques d’organisation et d’influence, forgeant ainsi les habiletés qui profitent aux belles carrières14.

13En examinant les thèmes défendus par Guy Rocher et ses camarades jécistes au cours des années 1940, on saisit mieux les contours du projet spirituel et social porté par cette génération. On se trouve ainsi mieux à même de mesurer la postérité impressionnante de certaines valeurs qu’ils défendaient tout en constatant l’obsolescence de certaines autres. L’étude des questions sociales, l’engagement dans la cité, l’authenticité de la foi, le pacifisme et l’internationalisme constituent, à n’en pas douter, des axes fondamentaux du projet jéciste formulé dans cette décennie.

Connaître sa société pour mieux s’y engager

14On a beaucoup parlé d’une certaine jeunesse qui, à la fin des années 1940, afficha avec véhémence son Refus global. Mais pour bien comprendre cette décennie traversée par l’horreur de la guerre, il faut aussi prêter attention à une autre jeunesse, celle-là beaucoup plus nombreuse et organisée, qui militait au sein de l’Action catholique spécialisée et continuait de se poser en héritière de la doctrine sociale de l’Église. Héritière, certes, mais animée par un désir de transformation en profondeur de l’institution ecclésiale. C’est sous le signe de l’exigence et de l’engagement que ces militants d’Action catholique renouvelaient leur adhésion au catholicisme. Comme l’écrivait le jeune Rocher en 1948 :

  • 15 Guy Rocher, « Retour sur une question. Vie et résurrection », Vie étudiante, vol. 14, no 3, mars 19 (...)

Nous avons à sortir, non du péché et du sophisme comme saint Augustin, mais d’une vie religieuse formaliste, encadrée, pour retrouver la vie chrétienne pleine, totale, sans « coulage », où puisse prendre place chaque heure de la journée. [...] Je comprends aujourd’hui Kierkegaard : « Que signifie tant de milliers de gens qui se disent chrétiens sans plus de difficultés »15.

  • 16 É.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la « grande noirceur », op. cit.
  • 17 Jean-Philippe Warren, Un supplément d’âme. Les intentions primordiales de Fernand Dumont, Sainte-Fo (...)

15Les militants jécistes entendaient ainsi mener une croisade énergique contre une religion devenue sclérosée, convenue et bourgeoise. Dans leur quête d’une spiritualité plus authentique, ils étaient inspirés par des maîtres issus de la mouvance personnaliste européenne : Emmanuel Mounier, Jacques Maritain, Henri Petiot (Daniel-Rops), etc.16 Mais ils tenaient beaucoup à ce que cette quête spirituelle ne se traduise pas dans une mythique éthérée. Au contraire, l’authenticité de la vie chrétienne passait, dans l’idéologie des mouvements, par une incarnation véritable de la foi et par l’action sur la société. Comme l’a souligné Jean-Philippe Warren : « Le grand enseignement de la JEC fut néanmoins que la vie spirituelle demeure toujours tributaire des conditions matérielles de sa pratique, qu’elle s’incarne dans un lieu et un temps donnés, qu’elle ne peut s’évader complètement des conditions particulières relatives au milieu humain17. »

  • 18 Guy Rocher, « Cher Carabin, chère Carabine de septembre prochain », Vie étudiante, vol. 14, no 6-7- (...)

16La prise en compte du « milieu » à la JEC passait d’abord par une attention portée à la « Cité étudiante ». Faibles taux de scolarisation, difficile reconnaissance du statut d’étudiant, sort des étudiants européens en guerre, voilà des thèmes qui animaient les discussions jécistes. Guy Rocher signa quelques portraits de la vie étudiante, se souciant entre autres de la difficile transition entre le milieu protégé du collège et celui de l’université, souvent perçue, de manière surfaite, insistait-il, comme une « fournaise d’immoralités » et un « cirque de viveurs18 ».

  • 19 Cette question touchera la JEC mais encore davantage la JOC, comme on peut le comprendre. Joseph Pe (...)

17Mais les préoccupations sociales de la JEC débordaient aussi les marges étroites de la « Cité étudiante » pour embrasser de plus larges enjeux. Le conflit mondial contribua, par exemple, à mettre en évidence la question ouvrière, l’intensification de l’effort de guerre ayant fait en sorte de multiplier les conflits industriels. Au moment où les combats cessèrent, ce fut la crainte d’un excédent de main-d’œuvre occasionné par le retour des conscrits qui inquiéta cette génération qui avait connu la crise19. Dans ce climat mêlé de crainte et d’espoir, les jeunes militants d’Action catholique cherchaient à instaurer un ordre social chrétien davantage en phase avec la réalité moderne et industrielle. Sensibilisé par « la question sociale », Rocher l’évoque dans certains de ses écrits de l’époque. Dans un article paru en 1947, il reprend les propos du cardinal Salière de Toulouse et insiste sur l’urgence d’une prise en charge des enjeux ouvriers par les chrétiens. Il prévient aussi les lecteurs des changements à venir :

  • 20 Guy Rocher, « Présence chrétienne. Influence des ouvriers dans l’élite », Vie étudiante, vol. 13, n(...)

Mais il n’y a pas à s’y tromper, on sent, de jour en jour, notre milieu ouvrier prendre forme et chercher ses chefs. À preuve, le nombre grandissant d’unions ouvrières et d’ouvriers syndiqués, les récentes grèves de Montréal et de Valleyfield, où étaient engagées, plus que la question d’un salaire, des valeurs humaines. Nous sommes dans un pays jeune où l’industrialisation est encore chose nouvelle. Mais nous connaissons déjà les symptômes de la formation d’une classe ouvrière, ce qui dans quelques années nous conduira peut-être à une situation identique à celle de l’Europe. Il est à prévoir que notre génération aura, dans vingt-cinq ans, à travailler sur un pied d’égalité avec des chefs ouvriers ou paysans. Nous ne pouvons plus nous retrancher dans l’ancienne notion d’élite. L’élite ce ne seront plus les hommes sortis des collèges ou de l’Université mais les hommes qui porteront les problèmes des différents milieux sociaux20.

  • 21 Certains clercs optent alors pour l’intensification de Faction sociale et syndicale. Cette manière (...)
  • 22 Ralph Hodgson, « L’étudiant et l’institution. Sont-ils solidaires ? », Vie étudiante, vol. 16, no 2 (...)

18L’Action catholique spécialisée participe ainsi, dans ces quelques années qui vont de la fin de la guerre jusqu’aux événements d’Asbestos, à l’affirmation d’un courant « progressiste » au sein de l’Église qui vient faire contrepoids aux forces conservatrices toujours dominantes21. La JEC, qui prend part à cette mouvance, manifestera par exemple son indignation lorsque le recteur de Laval, Mgr Vandry, menacera d’expulsion l’ancien président jéciste Guy Rocher et un autre de ses camarades de la Faculté des sciences sociales, parce que ceux-ci allèrent porter des secours aux mineurs lors la grève de l’amiante22.

  • 23 Les études déjà citées de J.-P. Warren développent cette idée. Voir aussi L’engagement sociologique (...)
  • 24 Bernard Fournier, Mouvement de jeunes et socialisation politique, op. cit., p. 33.

19Le principe d’engagement social du laïc promu par le mouvement jéciste appelle quelques précisions. L’on concevait alors à la JEC que l’engagement ne pouvait plus être envisagé, dans le monde moderne, comme une chose spontanée et improvisée23. Il ne fallait pas donner prise à ceux qui contestaient l’Église et sa charité désuète de dames patronnesses. La JEC entendait appuyer son action sur le milieu sur une démarche d’étude rigoureuse et systématique. À cet égard, son principe, déjà évoqué, du Voir-Juger-Agir, inspiré de la sociologie de Le Play, représentait une innovation importante dans les mœurs ecclésiales. Invitation directe à l’étude des réalités sociales, la démarche reposait sur un postulat – le primat méthodologique du réel – qui était peu banal au sein d’une institution hiérarchique, fondée au surplus sur le principe de la Révélation. Certes le réel appréhendé était ensuite éclairé par les textes de l’Évangile, les encycliques pontificales et les sages lumières de l’aumônier, mais on aurait tort de sous-estimer la rupture que représentait cette injonction à l’appréhension du social par chacun des baptisés. C’est pour répondre à cette directive qu’était menée, chaque année, la grande enquête sociale de la JEC. Dans les années 1940, celle-ci porta sur des thèmes aussi variés que le sens familial, le sens catholique, le bien commun physique, le sens professionnel, etc.24 La coordination et la réalisation du programme d’enquête occupaient une grande partie des énergies des dirigeants de la Centrale.

  • 25 JOC (Pierre Forest et Laurette Larivière), Le problème des jeunes qui ne fréquentent plus l’école. (...)
  • 26 Pierre Juneau, « Le retour à l’école », JEC, vol. 8, no 11, novembre 1942, p. 2.
  • 27 Louise Bienvenue, Quand la jeunesse entre en scène, op. cit., p. 168-169.

20L’enquête sociale avait donc l’ambition de reposer sur des assises scientifiques et venait parfois servir de base à des revendications adressées aux pouvoirs publics. L’une des enquêtes les plus célèbres menées au sein de l’Action catholique fut celle de la JOC, en 1941, qui portait sur l’abandon précoce des études par les jeunes ouvriers25. Forte d’avoir cumulé un bagage inédit de données statistiques sur les jeunes ouvriers, la JOC utilisa abondamment ces informations sur différentes tribunes, puisant là une source de respectabilité en tant que représentante crédible de la jeunesse. Préoccupée par cette question, la JEC commenta aussi publiquement l’enquête jociste26. Nous avons analysé ailleurs comment une telle exigence de rationalité pouvait être perçue comme la contribution singulière des mouvements à l’assainissement de la vie publique. Méthode et objectivité apparaissent, en effet, comme les fondements d’une nouvelle éthique sociale et politique dont les mouvements spécialisés se faisaient les promoteurs, tout en continuant d’agir à l’extérieur des partis, sous une bannière apolitique. À l’encontre de principes régulateurs douteux, comme la rhétorique et le patronage, on voulait imposer au débat public des valeurs plus élevées27.

  • 28 Rimouskoise, « Lettres à la Rédaction », Vie étudiante, vol. 16, no 2, février 1950, p. 2.

21Ainsi se développe à la JEC un goût pour l’étude sociale. Stimulés par cet esprit de recherche, certains rédacteurs du journal jéciste prennent goût à une écriture plus abstraite et à une tournure plus conceptuelle. Fernand Dumont s’y exerce dans des chroniques qui portent sur la vie littéraire. Il en vient à rebuter quelques lecteurs, habitués à un ton plus léger. Ainsi cette étudiante de Rimouski qui y va de son conseil : « Au lieu de donner un voyage à Rome comme prix de votre concours, vous devriez faire tirer des dictionnaires pour nous permettre de comprendre les articles de Fernand Dumont28. »

  • 29 Jean-Philippe Warren, « La découverte de la “question sociale”. Sociologie et mouvements d’action j (...)
  • 30 Cité dans J.-P. Warren, ibid., p. 566.

22Rompus aux méthodes d’enquête, mais parfois frustrés par les difficiles conditions de recherche qu’offrait un tel organisme bénévole, plusieurs jécistes voudront poursuivre la formation initiale reçue à la JEC par des études universitaires en sciences sociales. Les Yves Martin, Fernand Dumont, Gérald Fortin et Guy Rocher sont, bien sûr, du nombre. Parmi les étudiants des sciences sociales des années 1950, nombreux sont ceux qui ont milité ou gravité autour des mouvements spécialisés29. « C’est à la J.E.C. que j’ai commencé à prendre contact avec les sciences sociales30 », reconnaîtra Rocher :

  • 31 Guy Rocher, « Le sociologue et le pouvoir, ou comment se mêler des affaires des autres », Continuit (...)

C’est parce que j’ai senti une profonde coïncidence entre l’enseignement social de l’Action catholique et celui des sciences sociales de l’Université Laval que je me suis dirigé vers cette faculté [des sciences sociales] en 1947. Mon objectif alors était clair : je voulais acquérir un complément de formation scientifique et philosophique, pour mieux m’armer en vue d’une action sociale qui me semblait être l’axe normal de ma vie31.

S’ouvrir au vaste monde et redéfinir les bases de l’attachement à la nation

  • 32 L’Action catholique et le fascisme, Montréal, Le Devoir, coll. « Le Document », no 4, juillet 1931.
  • 33 Sur le débat qui oppose Lionel Groulx et Georges-Henri Lévesque quant à cette question, voir : Yvan(...)
  • 34 Noël Bélanger, Mgr Courchesne et les mouvements d’Action catholique, Thèse de doctorat, Université (...)

23La plupart des études qui ont évoqué l’expérience de l’Action catholique spécialisée ont souligné la rupture que représentaient ces mouvements à l’égard du militantisme nationaliste de l’époque – celui défendu, par exemple, par l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (ACJC) et par la ligue d’Action nationale et sa revue. Dans un contexte marqué par la montée des fascismes européens, Pie XI avait appelé à la dépolitisation de l’Action catholique. Échaudée par l’impérialisme mussolinien, l’Église romaine se montrait, en effet, de plus en plus vigilante à l’endroit de tout nationalisme exacerbé. En 1931, le pontife réagit d’ailleurs très mal à l’absorption des mouvements de jeunesse d’Action catholique italienne par les jeunesses nationales du Duce32. Il incita les mouvements confessionnels à s’en tenir à leur mission strictement spirituelle. Au Québec, cette dissociation des forces juvéniles du combat national irrita au plus haut point les milieux les plus chaudement nationalistes. La réaction du chanoine Groulx à cette orientation sera particulièrement virulente33. Dans le diocèse de Rimouski, l’expérience de l’Action catholique spécialisée, amorcée en 1935, sera même brutalement stoppée, en 1942, par Mgr Courchesne34. Cet évêque, réputé pour ses positions conservatrices et nationalistes, avait conclu, après une brève mais éprouvante expérience, que la philosophie de l’Action catholique spécialisée était incompatible avec sa vision de l’Église. Parmi les nombreux griefs qu’il formulait à l’égard des mouvements spécialisés, Courchesne s’irritait surtout de la distinction nette qu’ils établissaient entre le religieux et le national.

24Dans les années d’après-guerre, à l’heure de l’« autonomie provinciale », les divergences de vues entre jeunes nationalistes et les mouvements d’Action catholique spécialisée continuent d’être importantes. À la fin de la décennie, un article signé Jacques Dubuc, dans le journal Jeunesse canadienne de la JIC, reflète le sentiment généralisé qui régnait alors au sein des mouvements vis-à-vis de la question nationale :

  • 35 Jacques Dubuc, « Patriote et... plus encore », Jeunesse canadienne, vol. 14, no 2, février 1949, p. (...)

Nos aînés ont tellement insisté sur le patriotisme que cette corde sensible s’est désaccordée. Les jeunes rient des formules « la langue gardienne de la foi », des processions de la Saint-Jean-Baptiste, etc. Et pourtant ils sentent bien au fond d’eux-mêmes la nécessité et la valeur de tout cela. Ils sentent qu’il y a plus large, plus aéré que toutes ces paroles à courtes frontières, et pourtant ils voient bien qu’il leur faut se protéger contre les empiétements de l’étranger. Résultat : ils sont indécis, ils ont par exemple de grandes ferveurs internationalistes suivies de retours subits au patriotisme. On dirait qu’ils essaient de se hausser sur un plan encore inconnu sans parvenir à s’y maintenir, tant le passé, l’éducation et les circonstances présentes leur sont contraires35.

  • 36 Ibid.

25Là résidait, en effet, toute la difficulté : préciser les termes de l’attachement à la patrie dans un discours qui ne soit ni celui de la Société Saint-Jean-Baptiste, ni celui des collèges classiques où se perpétue le récit épique de la survivance. Exprimer fortement cet enracinement mais sans être associé à tout « ce qu’il y a de plus étroitement anti-étranger dans notre province », sans se « solidariser en fait avec toute la racaille nationaliste36 ». Dans l’impossibilité où ils étaient, pour l’heure, de renouveler de façon suffisamment cohérente les fondements du nationalisme, la prudence à l’égard de toute association publique avec les groupes nationalistes demeurait importante à leurs yeux.

  • 37 Camille Laurin, « Un monde étudiant. Embrasser tout l’univers », Vie étudiante, vol. 14, no 4, avri (...)

26La contre-partie de cette réserve à l’égard des enjeux nationaux est certes l’intérêt porté à l’international au sein des mouvements d’Action catholique. Car s’il est un trait dominant de la pensée des mouvements spécialisés dans l’après-guerre, c’est bien l’obsession de s’ouvrir au vaste monde en faisant tomber les barrières génératrices de conflit. C’est une véritable fièvre internationaliste qui s’empare des mouvements de jeunesse d’après-guerre, suscitée par une volonté de reconstruire l’ordre mondial sur des assises pacifiques. Le jeune Camille Laurin s’exprime ainsi dans Vie étudiante : « Les rencontres avec les étudiants d’autres pays permettront à l’étudiant canadien de mieux définir cette crise universelle, d’en saisir les traits essentiels, d’y trouver des solutions réalistes [...]37. »

  • 38 Réal Michaud, « L’étudiant et l’actualité », Vie étudiante, vol. 13, no 10, octobre 1947, p. 6-7.
  • 39 Jean Rochon, « Irons-nous nous battre ? », Jeunesse canadienne, vol. 14, no 1, janvier 1949, p. 22.
  • 40 M. Kuu, « Un jeune d’Indochine parle à l’Occident », Jeunesse canadienne, vol. 13, no 9-10, septemb (...)
  • 41 Cécile Lafontaine et Ralph Hodgson, « De Montréal... à Montréal via l’Afrique », Vie étudiante, vol (...)
  • 42 Donald McIntosh, « Salomon et moi », Vie étudiante, vol. 14, no 4, avril 1948, p. 9.
  • 43 Gérard Fortier, « Ce journal est-il étudiant ? », Vie étudiante, vol. 13, no 5, mai 1947, p. 5.
  • 44 P. Lalande, « Lettres à la Rédaction. Destination... », Vie étudiante, vol. 16, no 1, janvier 1950, (...)

27Les pages du journal jéciste sont fortement colorées par cet esprit d’ouverture. Qu’il s’agisse de l’indépendance de l’Inde38, d’une éventuelle guerre avec la Russie39, du sort réservé aux jeunes en Indochine40, les portraits exotiques deviennent monnaie courante. À Vie étudiante, pas un voyage de Gérard Pelletier ou de Jacques Hébert, et ils sont pourtant nombreux, qui ne soit largement commenté41. On pousse même la curiosité jusqu’à s’intéresser aux autres religions, comme l’Islam42. Certains lecteurs ironisent sur les excès de cette nouvelle vogue : « Pourquoi venir bourrer notre journal de cette verve prétentieuse où se résolvent tous les problèmes de la jeunesse de Prague ou de Budapest ? C’est vouloir écœurer la gent étudiante qui, sans chauvinisme, ne demande pas mieux que de brasser ses propres problèmes avant ceux des voisins43. » Mais d’autres se réjouissent du changement : « Ce n’est pas un tort que le journal des étudiants traite enfin d’autres sujets que ceux touchant la vie scolaire. Surtout continuez44. »

  • 45 Réginald Boisvert, « Que vont-ils chercher en Europe ? », Vie étudiante, vol. 12, no 11, novembre 1 (...)
  • 46 Gérard Pelletier, « Londres-Prague-Paris et retour au Nouveau Monde », Vie étudiante, vol. 12, no 3 (...)

28« Que vont-ils chercher en Europe ? » demande alors un certain R. B. [Réginald Boisvert, futur citélibriste], qui observe le départ de nombreux jeunes militants pour des séjours outre-mer45. Plusieurs jécistes prennent, en effet, le chemin de l’Europe dans l’après-guerre, transformant parfois des séjours d’études en véritables missions de représentation pour l’Action catholique. En 1945, Pierre Juneau part le bal, se rendant d’abord à Londres pour une conférence mondiale de la Jeunesse, puis à Prague, pour un congrès international d’étudiants et, enfin, à Paris où il assiste à une conférence de l’Action catholique46.

  • 47 « Guy Rocher nous représente à trois congrès internationaux », Vie étudiante, vol. 12, no 7-8-9, se (...)
  • 48 Antoine Lepage, « Trente pays étudiants », Vie étudiante, vol. 14, no 6-7-8, juin 1948, p. 1.
  • 49 « Président du congrès de Paris », Vie étudiante, vol. 13, no 9, septembre 1947, p. 1.
  • 50 Archives nationales du Québec-Montréal (ANQM), P65, S6, SS7, SSS1, D14. Cette rencontre est relatée (...)

29En juillet 1946, c’est au tour de Guy Rocher de partir en mission européenne à l’occasion de trois congrès étudiants. Le premier se tient à Cambridge et rassemble des représentants de l’International Student Service (ISS). Guy Rocher y est délégué par la branche canadienne du Fonds mondial de secours aux étudiants (World Student Relief). À Prague, Rocher assiste, cette fois, à un congrès international étudiant dont le but est de constituer une union mondiale des étudiants. Le jeune Rocher se rend ensuite à Fribourg, en Suisse, pour assister au premier congrès d’après-guerre de Pax Romana, cette grande association d’étudiants universitaires catholiques47. C’est à l’occasion de ce congrès de Fribourg que les délégués des JEC nationales de huit pays fonderont la JEC internationale48 au sein de laquelle Guy Rocher et Pierre Juneau exerceront un rôle très important49. Puis, comme tant d’autres catholiques en visite dans les vieux pays, le voyage de Rocher ne peut se conclure sans un passage obligé par Rome. Il y est même reçu, avec le R. P. Maurice Lafond, aumônier de la JEC canadienne, par le Saint-Père lui-même, qui bénira la JEC canadienne50.

  • 51 Gérard Pelletier, « Un boulet dans chaque main ? », JEC, vol. 11, no 2, février 1945, p. 4.
  • 52 Ibid.

30Toujours au cours des années d’après-guerre, l’attachement à la question sociale et la position d’ouverture internationale, dont se réclament les mouvements spécialisés, a de plus en plus de mal à cohabiter avec l’attitude officielle du catholicisme québécois à l’égard du communisme. Inspirée de la politique française de la main tendue, la JEC prendra une distance significative par rapport au discours de la hiérarchie et sa rhétorique anti-rouge. Elle s’en prend à l’« anticommunisme primaire » qui, par paresse intellectuelle ou frilosité, tient trop souvent lieu d’analyse chez les catholiques. En 1945, Gérard Pelletier donne le ton dans le journal jéciste en suggérant d’approfondir la source de « notre psychose anti-communiste51 ». Pelletier y relate sa rencontre avec de jeunes communistes : « On m’avait parlé des “formidables” techniques communistes. Je ne les ai pas vues. Je n’ai vu que des jeunes intelligents, qui disposent de moyens simples et les exploitent à fond. » Et il en rajoute, faisant l’éloge des qualités rencontrées chez les communistes : l’ardeur envers la cause, la ferveur, le caractère révolutionnaire. À leur côté, les catholiques paraissent tièdes. « Quand les chrétiens trancheront violemment sur leur milieu par leur façon de se conduire, par leur vie profonde et leur intransigeance chrétienne, nous verrons revenir ces frères éloignés52 », affirme Pelletier. Il insiste : apprenons à connaître le communisme dans sa réalité concrète plutôt que de donner libre cours à des fantasmes.

  • 53 Ibid.
  • 54 Lettre envoyée par Pierre Juneau au CNAC [s.d.], SAUM, ACC, P16 Procès-Verbaux, vol. I-III, 1945-19 (...)
  • 55 « Londres-Prague-Paris et retour au Nouveau Monde », Vie étudiante, vol. 12, no 3, mars 1946, p. 1.

31Cette tolérance affichée à l’égard du communisme sera durement mise à l’épreuve dans le cadre des efforts associatifs de la jeunesse sur le plan international. À la fin de la guerre en 1945, une grande conférence mondiale fut organisée dans la capitale anglaise dans l’intention de cimenter l’union des jeunesses démocratiques du monde53. Les dirigeants de l’Action catholique canadienne avaient été invités à cet événement qui donna naissance à la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD). Pierre Juneau, qui y fut délégué, constata sur place la très grande influence de la propagande communiste lors de ces assises54. Ébranlé, il se réjouissait néanmoins d’avoir pu y faire quelques rencontres heureuses, dont des représentants de l’Action catholique tchèque, française et italienne55.

32La suspicion à l’égard de la FMJD commença donc à gagner du terrain. Au début de l’année 1947, les mouvements reçurent la publicité d’un grand festival, organisé par la FMJD, devant se tenir à Prague au cours de l’été. Dans l’esprit du jéciste Guy Rocher, un festival d’une telle ampleur, placé sous le signe de la paix et de la fraternité entre les nations, et destiné à regrouper la jeunesse du monde, ne devait pas être passé sous silence. Rocher prit donc la défense du Festival mondial de la jeunesse :

  • 56 Guy Rocher, « Festival Mondial de la Jeunesse », Vie étudiante, vol. 13, no 3, mars 1947, p. 6-7.

Et pour témoigner concrètement que ce Festival est organisé dans le but d’unir la jeunesse du monde dans une communauté de pensée, d’esprit et de vie, par la connaissance mutuelle et la fraternité, tous les jeunes qui participeront au Festival seront invités à aller travailler à la reconstruction de la ville de Lidice, envahie et détruite par les Nazis en juin 194256.

  • 57 Ibid.
  • 58 Ibid.

33Sans être dupe de l’orientation des dirigeants de la FMJD, Rocher conserve alors l’espoir que les catholiques puissent se tailler une place à l’intérieur de cette fédération internationale afin d’y exercer une influence significative dans une sorte de cohabitation pacifique : « [L]a direction actuelle de la Fédération mondiale est à tendance communiste, à cause de la faiblesse des chrétiens57 », précise-t-il. Les catholiques doivent saisir l’occasion de prendre la place qui leur revient sur le plan international, estime le jeune militant : « Nous n’avons pas le droit de laisser le monde s’organiser en marge du christianisme58. »

  • 59 Guy Rocher, « Présence chrétienne », Vie étudiante, vol. 13, no 5, mai 1947, p. 9.
  • 60 « Document. Dénonciation du Congrès de Prague », Jeunesse canadienne, vol. 12, no 6, juin 1947, p.  (...)
  • 61 Ibid.

34Que se passe-t-il pour que, deux mois plus tard, Rocher se ravise complètement au sujet du Festival de Prague ? Le jéciste, se disant alors mieux informé, dénonce désormais le fait que le festival soit organisé uniquement dans l’intention de faire la promotion du communisme59. Il faut savoir que, dans l’entrefaite, une déclaration conjointe rédigée par 18 associations canadiennes-françaises de jeunesse fut publiée dans les journaux. Réprouvant l’envoi d’une délégation canadienne à Prague, la déclaration dénonçait la manipulation éhontée des aspirations pacifiques de la jeunesse par les communistes « dans une association inoffensive extérieurement, mais dirigée, en fait, par Moscou60 ». Un enjeu de représentativité de la jeunesse sur le plan international motiva en bonne partie cette décision entérinée aussi par des associations françaises et américaines : « Si elle réussit à attirer toutes les jeunesses du monde à Prague, pour un Festival guet-apens dont elle a l’entière direction, cette organisation communiste en tirera un argument de plus pour être acceptée par l’UNESCO comme membre consultatif, au nom de la jeunesse du monde61. »

35Après cette déclaration publique des associations de jeunesse catholiques, Rocher semble donc forcé de réajuster à la hâte son discours. Le jeune homme avait-il réellement mal mesuré l’ampleur des influences marxistes dans l’organisation de l’événement ? La chose est certes possible, mais il est également probable qu’il n’ait pas considéré cette orientation idéologique comme un obstacle suffisant pour discréditer totalement ce rassemblement. Amer, il en profita pour semoncer à nouveau les jeunes catholiques pour leur inertie :

  • 62 Guy Rocher, « Présence chrétienne », Vie étudiante, vol. 13, no 5, mai 1947, p. 9.

Les communistes nous ont devancés. Ils ont pris l’initiative, et nous, nous tirons de l’arrière. Le Festival s’affiche partout comme voulant promouvoir la jeunesse du monde, le goût de la paix, l’esprit de fraternité et d’union. Et nous, nous n’en serons pas, comme si nous ne voulions ni la paix ni la fraternité. Nous servons ainsi leur propagande contre nous, car ils pourront continuer à nous taxer de « fascisme » ; nos actes le leur ont prouvé62.

36Le Festival de Prague se déroule donc sans la participation officielle des jeunes Canadiens français. Toutefois, la curiosité pousse le jeune Camille Laurin, alors directeur du Quartier latin et représentant de l’Association générale des étudiants de l’Université de Montréal, à s’y rendre à titre « d’observateur ». Il écrira dans Vie étudiante :

  • 63 Ibid.

On peut disputer à la F.M.J.D. son caractère d’organisme international, on peut très justement s’opposer à certaines politiques qu’elle poursuit ; il reste que l’on doit s’incliner devant son dynamisme, l’effort titanesque qu’elle a fourni et le succès remporté. Espérons toutefois que le brassage de cultures qu’elle a rendu possible compensera pour le fossé qu’elle a contribué à élargir entre les deux blocs qui se partagent actuellement l’humanité63.

  • 64 Voir, par exemple, la vigoureuse dénonciation de l’œuvre des Tracts, Jeunesse communiste internatio (...)

37Il faut mesurer combien l’attitude nuancée dont firent preuve Guy Rocher et Camille Laurin dans cette affaire faisait contraste, en ces années d’après-guerre, avec la condamnation sans appel du communisme et de ses manifestations par les voies autorisées de l’Église64. Après l’épisode du Festival de Prague, on constate cependant que la politique « de la main tendue » qui fut celle des mouvements dans l’immédiat après-guerre se voit de plus en plus marginalisée. Sur le plan international, les jeunes militants œuvrant dans des organisations non communistes cherchent plutôt, dans un contexte de guerre froide, à combattre le feu par le feu en s’associant au sein de l’Assemblée mondiale de la jeunesse, une organisation concurrente formée en août 1948 au sein de laquelle Claude Ryan, Pierre Juneau, Jeanne et Maurice Sauvé seront fortement impliqués.

38En somme, l’idée d’une sorte de solidarité naturelle entre jeunes, qui transcenderait les frontières de langue, d’allégeance idéologique, de nationalité et même de religion, se diffuse, au sein des associations de jeunesse d’après-guerre. Portée par ce vent pacifiste qui entend balayer les cendres de l’hécatombe, la généreuse représentation d’une jeunesse internationale, toute mobilisée à l’œuvre commune de reconstruction, possède, incontestablement, un grand pouvoir d’attraction. Mais elle connaît inévitablement ses revers, on l’a vu, et entraîne ainsi une part de désillusion.

39En s’engageant activement dans la JEC au cœur des années 1940, Guy Rocher milita pour la rencontre des cultures et la diffusion d’un idéal pacifiste. Inspiré par les penseurs de la famille personnaliste, il misa sur un catholicisme de l’engagement pour faire échec à la tiédeur d’une spiritualité convenue et désincarnée. Comment ne pas lire les thèmes développés à cette époque comme des prolégomènes pour la suite de l’œuvre ? Sa quête incessante d’un équilibre entre l’étude et l’action ne fait-elle pas parfaitement écho à l’injonction du Voir-Juger-Agir, typique de l’Action catholique ? Son goût pour la vie d’équipe, éprouvé dans l’intensité de la Centrale, n’a-t-il pas été un stimulant tout au cours de sa carrière ? Quant aux idéaux jécistes de tolérance et d’ouverture dans le respect des particularités nationales, comment ne pas y reconnaître des valeurs qui ont profondément animé le professeur, mais aussi le membre de la commission Parent et l’artisan de la Charte de la langue française ?

  • 65 Guy Rocher et Jean-Pierre Lefebvre, « Vie d’équipe », Cahiers d’Action catholique, 5e année, no 56, (...)

40Mais en établissant autant de cohérence et en tissant autant de fils bien solides et bien lisses, l’historienne n’est pas sans ressentir un certain vertige méthodologique. La tentation est forte, en effet, dans une telle démarche rétrospective, de vouloir être trop logique, de réduire le destin complexe d’un individu à celui de sa génération et de sa société, d’interpréter les potentialités des années de jeunesse comme autant de déterminants pour la suite des choses. Ce serait oublier la complexité des trajectoires humaines dans lesquelles il faut compter bien des fils tordus ou rompus. Qu’est-il advenu, par exemple, du militant catholique, celui qui écrivait de longues réflexions sur « La communion des Saints, bases de la vie d’équipe65 » ? Il semble s’être fait beaucoup plus discret avec les années, contrairement à ce qu’on peut constater de l’itinéraire d’un Fernand Dumont ou d’un Claude Ryan, par exemple. En 1989, à Georges Khal qui lui demandait s’il demeurait chrétien, Rocher répondait « Je ne le sais plus »... C’est dire à quel point l’héritage à long terme de l’Action catholique doit être cherché aussi, et peut-être même surtout, ailleurs que dans la religion.

Notes

1 L’auteur aimerait remercier Alexis Dubois-Campagna et Alexandre Blanchette, étudiants à la maîtrise de l’Université de Sherbrooke, pour l’aide qu’ils lui ont apportée.

2 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire. Entretiens avec Georges Khal, Montréal, VLB éditeur, coll. « Études québécoises », 1989, p. 14.

3 Dans un bilan historiographique en 1993, Lucia Ferretti constatait la place fort mince que les études supérieures avaient réservé à la religion et à l’institution ecclésiastique depuis 1980. Voir son « L’Église de Montréal (1900-1950) dans les Mémoires et les Thèses depuis 1980 », SCHEC Études d’histoire religieuse, no 59, 1993, p. 105-123.

4 É.-Martin Meunier, « Une nouvelle sensibilité pour les Enfants du Concile », dans Stéphane Kelly (dir.), Les idées mènent le Québec. Essais sur une sensibilité historique, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 2003, p. 94.

5 Mentionnons quelques-unes des études qu’on peut inclure dans cette « vague » : Lucie Piché, Femmes et changement social au Québec : l’apport de la jeunesse ouvrière catholique féminine, 1931-1966, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 2003 ; E.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la « grande noirceur » : l’horizon « personnaliste » de la Révolution tranquille, Sillery, Septentrion, 2002 ; Jean-Pierre Collin, La Ligue ouvrière catholique canadienne 1938-1965, Montréal, Boréal, 1996 ; Bernard Fournier, « S’engager dans la Jeunessse étudiante catholique dans les années 1940 », dans Jeunesses et politique, sous la dir. de R. Hudon et B. Fournier, tome 2 : Mouvements et engagements depuis les années trente, Sainte-Foy/Paris, Les Presses de l’Université Laval/L’Harmattan, 1994, p. 185-205 ; Anne Pelletier, La contribution des femmes au service de préparation au mariage de Montréal, 1944-1972, mémoire de maîtrise, Département d’histoire, Université de Montréal, 1997 ; Louise Bienvenue, Quand la jeunesse entre en scène, Montréal, Boréal, 2003. Il faut mentionner que les archives de la JEC recèlent encore bien des secrets quant à la participation de Guy Rocher. Une belle recherche reste à faire pour prendre toute la mesure de cet engagement.

6 Guy Cormier, « Les 50 ans d’un mouvement mal aimé », La Presse, 19 octobre 1985, p. A-6. ; Simonne Monet-Chartrand, Ma vie comme rivière. Récit autobiographique, 1919-1942, tome 1, Montréal, Éditions du remue-ménage, 1982 ; Gérard Pelletier, Les années d’impatience, 1950-1960, Montréal, Stanké, 1983 ; Shirley E. Woods, Une femme au sommet. Son Excellence Jeanne Sauvé, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 1986 ; Jean-Paul Lefebvre, Les temps changent. Une génération se raconte, Montréal, Fides, 1988.

7 Jean Hamelin et Nicole Gagnon, Histoire du catholicisme québécois, sous la direction de Nive Voisine, Montréal, Boréal, 1984, volume 3 : Le XXe siècle, tome 1 :1898-1940, p. 397.

8 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit, p. 13.

9 Ibid.

10 Service des archives de l’Université de Montréal (SAUM), Action catholique canadienne (ACC), « Rapport général du Comité National d’Action Catholique 1945-1946 ».

11 Shirley E. Woods, Une femme au sommet, op. cit., p. 48.

12 Guy Rocher, Entre les rêves et l’histoire, op. cit, p. 204.

13 JEC, 1935-2005.70 ans d’engagement étudiant, JEC, 2005, p. 3.

14 Dans son mémoire de maîtrise, Bernard Fournier a décrit de façon minutieuse les processus de socialisation politique à l’œuvre au sein de la direction de la JEC. Voir Mouvements de jeunes et socialisation politique : la dynamique de la JEC à l’époque de Gérard Pelletier, mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval, 1989. Voir aussi son article « S’engager dans la Jeunessse étudiante catholique dans les années 1940 », op. cit.

15 Guy Rocher, « Retour sur une question. Vie et résurrection », Vie étudiante, vol. 14, no 3, mars 1948, p 6.

16 É.-Martin Meunier et Jean-Philippe Warren, Sortir de la « grande noirceur », op. cit.

17 Jean-Philippe Warren, Un supplément d’âme. Les intentions primordiales de Fernand Dumont, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 1998, p. 66-67.

18 Guy Rocher, « Cher Carabin, chère Carabine de septembre prochain », Vie étudiante, vol. 14, no 6-7-8, juin 1948.

19 Cette question touchera la JEC mais encore davantage la JOC, comme on peut le comprendre. Joseph Pelchat, « Le cauchemar du chômage reparaît », Front ouvrier, 30 juin 1945, p. 10.

20 Guy Rocher, « Présence chrétienne. Influence des ouvriers dans l’élite », Vie étudiante, vol. 13, no 4, avril 1947, p. 15.

21 Certains clercs optent alors pour l’intensification de Faction sociale et syndicale. Cette manière renouvelée de concevoir le rôle social de l’Église se cristallise en certaines instances comme la Commission sacerdotale d’Études sociales. Voir à ce sujet Jacques Cousineau, L’Église d’ici et le social 1940-1960, Montréal, Bellarmin, 1982, p. 23.

22 Ralph Hodgson, « L’étudiant et l’institution. Sont-ils solidaires ? », Vie étudiante, vol. 16, no 2, février 1950, p. 2. L’événement est aussi relaté par Gérard Pelletier, Les années d’impatience 1950-1960, Montréal, Stanké, 1983, p. 75.

23 Les études déjà citées de J.-P. Warren développent cette idée. Voir aussi L’engagement sociologique. La tradition sociologique du Québec francophone (1886-1955), Montréal, Boréal, 2003.

24 Bernard Fournier, Mouvement de jeunes et socialisation politique, op. cit., p. 33.

25 JOC (Pierre Forest et Laurette Larivière), Le problème des jeunes qui ne fréquentent plus l’école. Mémoire de la JOC à l’occasion de la « semaine des jeunes », (6-13 décembre 1942), Secrétariats généraux de la JOC.

26 Pierre Juneau, « Le retour à l’école », JEC, vol. 8, no 11, novembre 1942, p. 2.

27 Louise Bienvenue, Quand la jeunesse entre en scène, op. cit., p. 168-169.

28 Rimouskoise, « Lettres à la Rédaction », Vie étudiante, vol. 16, no 2, février 1950, p. 2.

29 Jean-Philippe Warren, « La découverte de la “question sociale”. Sociologie et mouvements d’action jeunesse canadiens-français », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 55, no 4, printemps 2002, p. 567.

30 Cité dans J.-P. Warren, ibid., p. 566.

31 Guy Rocher, « Le sociologue et le pouvoir, ou comment se mêler des affaires des autres », Continuité et rupture, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 1984, p. 371, cité dans J.-P. Warren, Les intentions primordiales, op. cit., p. 67.

32 L’Action catholique et le fascisme, Montréal, Le Devoir, coll. « Le Document », no 4, juillet 1931.

33 Sur le débat qui oppose Lionel Groulx et Georges-Henri Lévesque quant à cette question, voir : Yvan Lamonde, « Le père Georges-Henri Lévesque, un homme de la crise (1933-1950) », Territoires de la culture, Sainte-Foy, Presses de l’Université Laval, 1991. Également, Giselle HUOT, « La correspondance Georges-Henri Lévesque-Lionel Groulx (1934-1937) », Cahiers d’histoire du Québec au XXe siècle, no 2, été 1994, p. 85-118.

34 Noël Bélanger, Mgr Courchesne et les mouvements d’Action catholique, Thèse de doctorat, Université Laval, 1982, p. 540.

35 Jacques Dubuc, « Patriote et... plus encore », Jeunesse canadienne, vol. 14, no 2, février 1949, p. 4.

36 Ibid.

37 Camille Laurin, « Un monde étudiant. Embrasser tout l’univers », Vie étudiante, vol. 14, no 4, avril 1948, p. 9.

38 Réal Michaud, « L’étudiant et l’actualité », Vie étudiante, vol. 13, no 10, octobre 1947, p. 6-7.

39 Jean Rochon, « Irons-nous nous battre ? », Jeunesse canadienne, vol. 14, no 1, janvier 1949, p. 22.

40 M. Kuu, « Un jeune d’Indochine parle à l’Occident », Jeunesse canadienne, vol. 13, no 9-10, septembre-octobre 1948, p. 11.

41 Cécile Lafontaine et Ralph Hodgson, « De Montréal... à Montréal via l’Afrique », Vie étudiante, vol. 16, no 8, p. 6 et Gérard Pelletier, « Gérard nous parle des... étudiants de France », vol. 13, no 9, Vie étudiante, septembre 1947, p. 9.

42 Donald McIntosh, « Salomon et moi », Vie étudiante, vol. 14, no 4, avril 1948, p. 9.

43 Gérard Fortier, « Ce journal est-il étudiant ? », Vie étudiante, vol. 13, no 5, mai 1947, p. 5.

44 P. Lalande, « Lettres à la Rédaction. Destination... », Vie étudiante, vol. 16, no 1, janvier 1950, p. 2.

45 Réginald Boisvert, « Que vont-ils chercher en Europe ? », Vie étudiante, vol. 12, no 11, novembre 1946, p. 6.

46 Gérard Pelletier, « Londres-Prague-Paris et retour au Nouveau Monde », Vie étudiante, vol. 12, no 3, mars 1946, p. 1.

47 « Guy Rocher nous représente à trois congrès internationaux », Vie étudiante, vol. 12, no 7-8-9, septembre 1946, p. 1.

48 Antoine Lepage, « Trente pays étudiants », Vie étudiante, vol. 14, no 6-7-8, juin 1948, p. 1.

49 « Président du congrès de Paris », Vie étudiante, vol. 13, no 9, septembre 1947, p. 1.

50 Archives nationales du Québec-Montréal (ANQM), P65, S6, SS7, SSS1, D14. Cette rencontre est relatée dans une lettre ouverte, datée du 26 septembre 1946, et destinée « à tous les dirigeants, dirigeantes, aumôniers nationaux et diocésains de la J.E.C. canadienne ». La lettre est signée Maurice Lafond c.s.c. et Guy Rocher.

51 Gérard Pelletier, « Un boulet dans chaque main ? », JEC, vol. 11, no 2, février 1945, p. 4.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Lettre envoyée par Pierre Juneau au CNAC [s.d.], SAUM, ACC, P16 Procès-Verbaux, vol. I-III, 1945-1946.

55 « Londres-Prague-Paris et retour au Nouveau Monde », Vie étudiante, vol. 12, no 3, mars 1946, p. 1.

56 Guy Rocher, « Festival Mondial de la Jeunesse », Vie étudiante, vol. 13, no 3, mars 1947, p. 6-7.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Guy Rocher, « Présence chrétienne », Vie étudiante, vol. 13, no 5, mai 1947, p. 9.

60 « Document. Dénonciation du Congrès de Prague », Jeunesse canadienne, vol. 12, no 6, juin 1947, p. 17-18.

61 Ibid.

62 Guy Rocher, « Présence chrétienne », Vie étudiante, vol. 13, no 5, mai 1947, p. 9.

63 Ibid.

64 Voir, par exemple, la vigoureuse dénonciation de l’œuvre des Tracts, Jeunesse communiste internationale, École sociale populaire, no 348, juin 1948.

65 Guy Rocher et Jean-Pierre Lefebvre, « Vie d’équipe », Cahiers d’Action catholique, 5e année, no 56, avril 1945, p. 1-6.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540