Version classiqueVersion mobile

Les paradoxes de la démocratisation en Afrique

 | 
Mamoudou Gazibo

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage peut être lu de trois manières. D’abord, sur le plan méthodologique, le livre adopte une stratégie comparative binaire. Il s’agit, selon Mattéi Dogan et Dominique Pelassy, de la stratégie qui « permet cette confrontation détaillée qui devint impossible dès que l’analyse englobe trop de cas, [mais aussi de] la meilleure voie d’une recherche qui ne voudrait ignorer ni le général, ni le spécifique ». L’analyse empirique détaillée des cas du Bénin et du Niger effectuée ici obéit donc à la stratégie comparative adoptée. Ensuite, sur le plan théorique, le livre se veut une illustration de l’approche néo-institutionnelle, largement négligée dans les travaux sur l’Afrique, qui rament souvent à contre-courant de la tendance en science politique à la convergence des approches vers l’institutionnalisme. L’institutionnalisme historique adopté plus particulièrement ici constitue une perspective charnière et ses adeptes, en plus d’avoir une acception large des institutions, en privilégient généralement l’influence tout en tenant compte des autres facteurs non institutionnels, mais susceptibles d’une lecture institutionnelle. Par exemple, le contexte économique étudié au chapitre I n’est pas institutionnel, mais le mécanisme de reproduction des phénomènes du passé dans les moments d’innovation, étudié par les néoinstitutionnalistes, s’applique aux contraintes ou opportunités économiques, aux pratiques politiques tout comme aux formes et pratiques strictement institutionnelles. Enfin, ce livre tente d’apporter sa contribution aux travaux sur la démocratisation. L’étude des cas du Bénin et du Niger évite toute ghettoïsation de la recherche en utilisant les concepts et les modèles de la transitologie et de la consolidologie tout en les discutant à la lumière des leçons du terrain et en proposant, en conclusion notamment, des généralisations applicables à d’autres cas.

2Cet ouvrage est issu de ma thèse de doctorat soutenue en décembre 1998 à l’Université Montesquieu-Bordeaux IV. C’est une version raccourcie et actualisée afin de faire apparaître plus clairement l’apport sur ce triple plan. C’est le lieu ici d’exprimer mes remerciements et ma profonde gratitude à mon directeur de thèse, le professeur Jean-François Médard. Tout au long de mes recherches en DEA et au Doctorat, j’ai bénéficié de sa stimulation intellectuelle, de son grand esprit analytique et de son soutien humain. Ma dette envers lui est immense et je tiens particulièrement à lui réaffirmer ma reconnaissance. Mes remerciements vont ensuite aux membres du jury, qui m’ont tous encouragé à publier la thèse : Guy Hermet et Daniel Bourmaud, les évaluateurs externes ; Jean du Bois de Gaudusson et Dominique Darbon, les deux autres membres du jury, qui ont continué à me soutenir bien après la thèse.

3Mes remerciements vont enfin à Yzabelle Martineau pour son soutien et son travail éditorial ; ainsi qu’à mes assistants, Valérie Bilodeau et Landry Signé, pour leur travail méticuleux et enthousiaste.

© Presses de l’Université de Montréal, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search