Version classiqueVersion mobile

Développement durable et participation publique

 | 
Corinne Gendron
, 
Jean-Guy Vaillancourt

Quatrième partie. Participation et territoire

Chapitre 19. L'institution imaginaire de l'environnement en Guyane française

Xavier Lemaire

Texte intégral

  • 1 Nous caractérisons les enjeux culturels autour de la protection de l’environnement en nous référan (...)

1Nos enquêtes portent sur des projets d’aménagement du territoire et de protection des milieux naturels menés par l’État en Guyane française. Au-delà de simples enjeux économiques et géopolitiques, la politique de protection de l’environnement dans ce département français d'Amérique sert à affirmer l'emprise de l’État par la traduction de la sensibilité écologique internationale en normes réglementaires. Mais les projets d’aménagement de l’État deviennent, par un processus d’inversion créatrice, matière à la structuration conflictuelle des identités des groupes ethnoculturels locaux, aboutissant à leur redéfinition en des termes nouveaux1.

  • 2 L’institution de cet environnement reste une création incessante, propre à une société donnée, org (...)

2Dans ce chapitre, nous montrerons comment les différents groupes d’acteurs perçoivent le milieu équatorial à travers la position de significations imaginaires reflétant leurs préoccupations de communautés minoritaires face à la logique d’une puissance occidentale2. Nous nous attacherons à la présentation des dynamiques sociales qui se forment autour d’un projet d’envergure constituant un dispositif clé de la politique de protection des milieux naturels de la France en Guyane : le projet de parc de la forêt tropicale guyanaise.

Un milieu naturel et une morphologie sociale spécifique

  • 3 Ces identités se définissent par rapport et au sein de la société que tente d’instituer l’État, ta (...)

3Quelques éléments descriptifs, notamment sur Yhinterland guyanais, sont indispensables pour comprendre les enjeux liés à l’affirmation d’une « guyanité » qui s’oppose à l’assimilation pure et simple à la France par l’entremise de l’État3.

  • 4 Cependant, contrairement à une présentation courante, une majeure partie de la forêt amazonienne a (...)

4La Guyane française, ancienne colonie devenue département d’outremer en 1946, couvre une superficie de 90 520 km2, constituée à 90 % d’un massif de forêt tropicale dense et humide d'un seul tenant entre le Brésil et le Surinam, d’une importante diversité biologique et peu anthropisée4. Sa population compte officiellement 157 000 habitants, essentiellement concentrés sur la bande littorale, notamment dans les centres urbains de Cayenne, Kourou et Saint-Laurent du Maroni. D’après une argumentation avancée par les environnementalistes, la Guyane française constituerait un lieu unique au monde pour la préservation à grande échelle d’une forêt tropicale humide.

5Néanmoins, la Guyane n'est pas totalement vide d’habitants. Officiellement présentée comme une « mosaïque ethnique », la population de la Guyane se trouve constituée de multiples groupes ethnoculturels, arrivés par vagues migratoires successives de tous les continents ; certains de ces groupes se sont implantés au fil des besoins des plans de développement de l’État français ; plus récemment, leur formation résulte d’une migration spontanée des pays voisins (du Brésil, du Surinam et de la Guyana), ainsi que des Caraïbes (provenant notamment d’Haïti et des Antilles anglaises), qui s’est notablement amplifiée depuis les années 1970.

  • 5 Les Créoles désignent en Guyane, comme dans les autres départements d’outre-mer français, les desc (...)

6La société plurale guyanaise comprend, parmi les groupes insérés dans l’appareil politico-administratif local, des Créoles guyanais et antillais5, ainsi que des métropolitains, dont le nombre a fortement crû avec la montée en puissance du centre spatial de Kourou. Les membres des diverses communautés immigrées asiatiques et sud-américaines implantés de manière durable ou non, se trouvent assignés en tant que minorités ethniques par les groupes ethnoculturels dominants. Cette migration récente représente plus de la moitié de la population de la Guyane française et met en cause la majorité numérique des Créoles.

  • 6 Les Businenge, désignés aussi sous le terme de Noirs marrons, sont les descendants non assimilés d (...)
  • 7 Les communautés amérindiennes actuelles se divisent en Kalina, Palikur, Arawak sur le littoral et (...)
  • 8 Sur la recherche d’une définition de cette guyanité, voir Mam-Lam-Fouck, Doriac et Chalifoux (1989 (...)

7Différentes communautés businenge6 et amérindiennes7, ayant chacune une trajectoire spécifique, sont aussi mobilisées dans la stratégie identitaire créole, afin de définir une « guyanité » qui permettrait aux Créoles de capitaliser par une alliance symbolique avec ces communautés sylvicoles la légitimité qu’accordent à celles-ci leur passé de premiers occupants et leurs faits de résistance face aux colons. Les Créoles veulent maintenir par ce biais leur position privilégiée face à l’État français, au détriment des communautés issues des récentes dynamiques migratoires8. En effet, ce dernier tend désormais à reconnaître certains représentants des groupes minoritaires comme des interlocuteurs possibles. Cette situation pousse les Créoles à réagir aux projets d’aménagement du territoire promus par l’État français, en revendiquant leur spécificité dans une logique de surenchère permanente avec les autres groupes ethnoculturels.

La coupure symbolique des Guyanais avec leur environnement9

  • 9 Bien que bénéficiant d’un haut niveau de vie lié aux transferts financiers de la France et de l’Un (...)

8Les élus créoles, hantés par la « balkanisation ethnique » de la Guyane, sont à la recherche d’une « unité dans la diversité » qui pourrait, selon eux, se réaliser par la conquête de l'hinterland, projetant ainsi sur un environnement qu'ils connaissent souvent mal l’utopie de la réalisation d’une communauté guyanaise idéelle.

  • 10 Sur L’extinction des nations amérindiennes, voir Hurault (1989 [1972]). Sur l’orpaillage, voir Pet (...)

9Cet hinterland est longtemps resté un immense massif forestier inexploité ; peuplé de communautés amérindiennes en voie d'extinction à partir du XVIIe siècle, il se vide d’habitants ; puis, des rushes aurifères interviennent dans la deuxième moitié du XIXe siècle, touchant successivement tous les bassins fluviaux de la Guyane10. Sur le plan administratif, cette région n’a été prise en compte qu’à partir de 1930, lors de la création d’un territoire sous administration directe du préfet : le territoire de l’Inini. Intervenant après des troubles politiques, cette création, qui officiellement devait faciliter la mise en valeur de la Guyane de l'intérieur, a soustrait l’ensemble de la Guyane, à l’exception de la bande littorale, au contrôle des élus politiques locaux, sans y empêcher la disparition progressive de toute activité économique au fur et à mesure de l’exode des orpailleurs.

  • 11 Comme au Brésil, la mise en valeur des richesses du massif forestier guyanais, considérées comme i (...)

10Depuis, dans l’imaginaire guyanais, Yhinterland est devenu un lieu à part, un milieu riche de ressources naturelles, un lieu de formation de l’identité créole à travers l’orpaillage, mais un site inaccessible et coupé du reste du territoire. Car les Créoles, vivant désormais majoritairement en zones urbaines, apposent sur les caractéristiques de l’environnement équatorial des significations passant par le prisme de leur histoire, extrapolant à partir de l’exubérance de la végétation tropicale des potentialités agricoles exagérées ou, du passé aurifère, l'incommensurabilité des potentialités minières du sous-sol11.

  • 12 Voir l’ouvrage de référence de Descola (1994). Sur les Amérindiens en Guyane, voir notamment Ouhou (...)

11Les communautés businenge et amérindiennes, durablement implantées le long des fleuves frontaliers, possèdent des savoirs étendus sur la forêt tropicale, leur permettant d’en tirer leur subsistance. La cosmologie de ces communautés accorde à chaque élément naturel une place particulière dans le cadre d’un échange quotidien avec une nature socialisée et domestique12. Ces communautés ont bénéficié d’une relative indifférence de la part de l’administration, jusqu’à la disparition du territoire de l’Inini en 1969 et l’instauration d’une politique de francisation qui se donnait pour objectif de transformer les Businenge et les Amérindiens de l'intérieur en citoyens français.

12La rente publique et la scolarisation croissante des enfants ont une incidence sur l’autonomie de ces communautés qui deviennent peu à peu étrangères à leur milieu naturel, bien qu’elles continuent de vivre en pleine forêt.

  • 13 Un arrêté préfectoral datant de 1970, complété en 1977 et en 1978, impose une autorisation préfect (...)

13Par ailleurs, pour des raisons sanitaires, les autorités administratives ont réintroduit une nouvelle coupure symbolique entre « Guyanais », en interdisant le libre accès aux communautés amérindiennes du sud de la Guyane13. Cette reconnaissance par l’État d’une spécificité amérindienne au sein de l’espace français reste néanmoins précaire et sujette à contestation de la part de certains Créoles, pour qui, suivant une vision encore répandue, la proximité des Amérindiens avec la nature en fait des sauvages à civiliser.

Un contexte de tensions ethniques dans l'hinterland

  • 14 Sur les Businenge, voir aussi Delpech (1993, p. 175-194) ou Toulemonde-Niaussat (1993).
  • 15 Les communes créées dans l’intérieur guyanais sont des entités purement artificielles, n’ayant auc (...)
  • 16 Les communautés amérindiennes se sont regroupées politiquement au sein d’une Association des Améri (...)

14La politique d’assimilation tend à marginaliser les Amérindiens et à déstabiliser les communautés businenge, contribuant à leur implantation dans les bourgs administratifs14. Elle aboutit paradoxalement à une « balkanisation » de la Guyane, suivant un processus qui voit se multiplier des communes « ethniques », chaque groupe revendiquant la création d’une collectivité locale afin d’accéder aux subsides de l’État15. En forte augmentation démographique, ces groupes réclament une considération accrue par l’intermédiaire d’associations culturelles ou politiques16.

  • 17 La guerre civile qui a débuté en 1986 au Surinam a pour origine la frustration de membres de la co (...)

15La guerre civile au Surinam voisin n’a pas peu contribué à l’accélération des mutations sociales et à la montée des crispations identitaires. À partir de 1986, l’arrivée massive de réfugiés sur la rive française du Maroni a débouché sur un renforcement des contrôles de la part des autorités françaises et à des discriminations entre groupements businenge, ainsi qu’avec les Amérindiens17. Cette migration a engendré la constitution d’un front pionnier agricole dans la région ouest de la Guyane. Un récent rush a, par ailleurs, conduit à la multiplication d’exploitations aurifères travaillant en parfaite illégalité à l’intérieur de la Guyane : employant des clandestins brésiliens, celles-ci ont un impact nocif tant sur l'environnement que sur la stabilité sociale de cette région, amenant les Businenge, propriétaires des exploitations, à investir le territoire des Amérindiens.

L'apparition du thème de l'environnement sur la scène publique

16Dans ce contexte politique pour le moins conflictuel, l’enjeu environnemental, longtemps resté secondaire en Guyane française, est brusquement passé au premier rang de l’agenda politique des relations franco-guyanaises. En instituant une équivalence entre ordre républicain et protection de la nature contre le désordre de l’exploitation anarchique des ressources naturelles, la politique de protection des milieux naturels semble trouver une nouvelle légitimité dans ce département. Cependant, des considérations géopolitiques et diplomatiques internationales ont surtout prévalu dans le récent changement d’attitude des pouvoirs publics.

  • 18 En 1984, la Guyane ne comptait aucun parc, pas la moindre réserve d’envergure et aucune réglementa (...)

17Jusqu’au début des années 1990, la Guyane française, malgré la richesse de son patrimoine naturel, se distinguait par la quasi-inexistence de politique de protection de l’environnement : « Il est certain que l’absence de mesures de conservation dans ce département français contraste singulièrement avec celles d’un pays voisin comme le Surinam » (Lefeuvre, 1984, p. 30)18.

  • 19 Responsable d’une association locale, 1997.

18La conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement à Rio de Janeiro en juin 1992, pour laquelle le président de la République française a annoncé la création d’un vaste parc national dans le sud de la Guyane, a accéléré la concrétisation des projets restés jusqu’alors sans suite. Depuis, même les environnementalistes déplorent : « Les dossiers vont vite, trop vite19 ». La précipitation actuelle est aussi dénoncée par les élus politiques :

  • 20 Responsable créole d’une collectivité territoriale, 1997.

On a voulu brûler les étapes avec ce projet parc [du sud] ; il fallait le sortir, c’était une priorité nationale, comme le réseau des réserves naturelles. Et les élus ont freiné fortement, parce qu’ils ont envie que cela soit un projet pour les populations et non un projet imposé. [...] La seule réserve des Nouragues sur l’Approuague, qui a fait doubler [la superficie des] réserves françaises, c’est 100 000 hectares ; la réserve de Kaw, cela va aussi être 100 000 hectares ; [au total] 200 000 hectares, plus grand que la Martinique et la Guadeloupe réunies. Jamais, il n’y a eu des emprises réservées aussi importantes dans la France ou dans les autres DOM20.

19La pression de l’État français pour le zonage du territoire guyanais a amené chaque communauté à prendre position. Les critiques se sont focalisées sur le projet de parc national dans le sud de la Guyane, dénommé « parc de la forêt tropicale guyanaise ».

La mobilisation des acteurs locaux contre le projet de parc du sud

20La forte opposition à ce projet tient à la convergence de différentes catégories d’acteurs, en premier lieu des élus créoles, mais aussi, de manière plus inattendue, de scientifiques ou de responsables amérindiens et businenge.

Les environnementalistes contre la pseudo-rationalité de la localisation du parc

21Le projet d’un parc en Guyane, dont les premières ébauches remontent aux années 1970, a toujours été envisagé par les autorités dans le sud de la Guyane, dans une région considérée comme vide d’habitants, afin d’éviter un conflit avec des intérêts économiques forestiers ou agricoles situés dans le nord de la Guyane, le long du littoral.

  • 21 La localisation des parcs nationaux en France s’effectue dans des zones situées en dehors de toute (...)

22L’institution imaginaire d’un environnement « vierge » fournit de surcroît au ministère de l’Environnement un argumentaire pour une exploitation touristique d’un parc situé très loin dans l’intérieur de la Guyane21. Des environnementalistes argumentent pourtant en faveur de la création de ce parc dans le Centre, plus menacé par les intérêts miniers et plus riche en biodiversité, et vers le littoral.

  • 22 Une espèce endémique est une espèce dont l’aire se trouve réduite à un territoire restreint. La di (...)

23La mobilisation de ces acteurs va se faire contre la restriction du parc à la zone sud, parfois dans l’optique, jugée maximaliste par les promoteurs du parc, d’une conservation intégrale de la Guyane (Halle, 1993-1996, p. 9-10). En effet, selon les opposants à Factuel projet, le choix du sud pourrait transformer la visée originelle du parc, à cause de la nécessité de prévoir des pénétrantes routières pour faciliter l'accès aux portes d’entrée du parc, localisées loin dans l’intérieur. Néanmoins, l’inventaire de la biodiversité n’est pas suffisamment avancé en Guyane pour étayer, en dehors de zones à haute endémicité, les recommandations des uns et des autres sur des bases scientifiques solides22.

  • 23 « Une idéologie est plus qu'une Weltanschauung, une conception du monde. [...] elle est consciemme (...)

24Cette implantation dans le sud, qui résulte donc avant tout d’un arbitrage interne au système politico-administratif français, va par l’intermédiaire d’une rationalisation économique mobiliser les acteurs locaux contre le parc, en renforçant une construction identitaire et une idéologie propre23 ; ceux-ci, ignorant les enjeux environnementaux, voient dans cette démarche de l’État la marque du « néocolonialisme » et du mépris de la France.

Les communautés sylvicoles et l'enjeu foncier

  • 24 Souvent dans les propos officiels, la richesse culturelle des Amérindiens se trouve d’ailleurs mis (...)

25Le territoire du parc recouvre des zones de droits d’usage des communautés sylvicoles pour la chasse et la pêche. Le consentement supposé acquis de ces communautés au projet de parc reposait sur une représentation, largement diffusée dans les médias, faisant de ces groupes des protecteurs de la forêt, garants à travers leur culture traditionnelle du maintien de la biodiversité24. Dans un même mouvement de pensée, U s’agissait aussi, à travers ce projet, de prémunir ces communautés contre leurs supposés excès, liés à l’évolution de leurs propres pratiques. Le parc devait les figer dans leur « tradition », en leur laissant la possibilité de retrouver un équilibre avec leur milieu naturel, équilibre qu’elles auraient rompu par l’emploi de techniques de chasse moderne. Les communautés sylvicoles se trouvaient ainsi enrôlées dans un projet qui les assignait à une fonction spécialisée, sans la moindre concertation locale.

26Suscitant de vives protestations de leur part, le projet a depuis évolué sans que toutes les ambiguïtés soient levées, notamment en matière d’accès au foncier, les représentations du milieu naturel des environnementalistes ne pouvant rejoindre celles des communautés sylvicoles. Au bout du compte, le parc oblige ces dernières à redéfinir leur identité suivant les termes de la culture dominante. Le passage par des outils et des concepts « occidentaux » devient en effet nécessaire à ces communautés pour revendiquer une place au sein de ce parc : délimitation cartographique des aires de parcours, mobilisation au sein d’associations, loi 1901, définition de formations et de projets professionnels sont autant d’outils qui, sous le couvert d’une protection de la nature, traduisent un processus d’assimilation, certes moins brutal que celui conduit dans d’autres pays, mais tout aussi inexorable. L’institution paradoxale d’un Amérindien à la fois civilisé et gardien de l’authenticité de la nature légitime la poursuite de cette entreprise assimilationniste, en lui réservant un rôle de médiateur indispensable entre l’Occident et la forêt « vierge ».

Les Créoles face à la recréation d'un territoire de l'Inini

27Nous avons vu que des scientifiques et les communautés sylvicoles s’étaient retournés contre ce projet. Les services de l’État ont pris en compte certaines critiques, en intégrant mieux ces acteurs dans les structures de création du parc.

  • 25 Cet inventaire a été entamé en 1975 et finalisé en 1995 par le BRGM ; voir Bureau de recherche géo (...)

28Les principaux opposants, en raison de leur appartenance au système politico-administratif local, restent donc les Créoles, qui, du fait de leur position instable au sein de l’ensemble guyanais, transforment l’enjeu environnemental en une question vitale pour l’émergence de la guyanité. Les élus créoles avancent des arguments économiques, mais surtout des références historiques résultant du processus de (non-) colonisation de la Guyane française. La mobilisation de significations sociales propres à leur culture aboutit à une situation de blocage. Tout d’abord, le parc contrarie des enjeux économiques réels : l’annonce de ce projet coïncide avec la publication des résultats d’un inventaire sur les ressources minières. Cet inventaire montre que la géologie guyanaise présente une configuration favorable à une exploitation aurifère, voire diamantifère25. Des entreprises canadiennes, dont certaines sont déjà en activité en Guyana, ont entamé des prospections dans une région prévue pour être incluse dans le parc, amenant certains responsables administratifs à envisager de réduire sa superficie.

29Mais la violence des réactions de rejet, au-delà des intérêts économiques miniers, ne peut se comprendre sans se référer à l’histoire de la France en Guyane, qui est celle d’une succession de projets avortés de mise en valeur (Mam-Lam-Fouck, 1996). L’incapacité de la puissance coloniale à s’implanter dans l'hinterland et à mettre en place une structure économique productive pèse lourdement sur les représentations locales. En effet, pendant quatre siècles, la France s’est contentée d’exploiter le littoral, essentiellement autour de l’île de Cayenne, sans jamais réussir à mener à bien un projet de colonisation d’envergure. La persistance de cette situation d’échec et du retard guyanais par rapport aux autres départements d’outremer et aux Guyanes voisines est ressentie localement comme le résultat d’une politique délibérée de la part de la France.

30L’exploitation aurifère apparaît alors comme un moyen de reconquête de l’indépendance et de la dignité guyanaise. Cette découverte réactive le mythe de l’El Dorado, toujours prégnant en Guyane, alors que l’or demeure un fondement de l’identité guyanaise ; en effet, la période de l’orpaillage constitue un des rares moments de l'histoire de la Guyane où les Créoles peuvent revendiquer un rôle d’acteur. Le parc national, en recouvrant les zones où, après plusieurs décennies de recherches infructueuses, avaient enfin été trouvées de grandes quantités d’or, ne pouvait que susciter le rejet, car il est perçu localement comme la création d’un nouveau territoire de l’Inini, hors du contrôle politique local.

31L’évocation de la faillite de la zone administrative de l’Inini revient sans cesse dans le discours des élus pour justifier leur opposition à ce projet. Avec le parc, la coupure symbolique de l’Inini, introduite de 1930 à 1969 par l’État français entre la Guyane de l’intérieur et sa bande littorale, ressurgirait ainsi sous une nouvelle forme, privant les Guyanais de leur droit le plus élémentaire à un développement économique durable. Cette position imaginaire résulte d’un processus de création sociohistorique irréductible à une argumentation rationnelle.

La redéfinition de l'identité guyanaise par la conquête de l'intérieur

  • 26 Par un processus de déplacement symbolique, le retrait des orpailleurs dans les années 1930 avait (...)

32Dans l’idéologie créole, la dépendance totale de la Guyane vis-à-vis de la France pour ses importations et ses finances depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ne saurait être rompue que par une conquête de l’intérieur guyanais qui permettrait de sortir du face-à-face avec la France et de retrouver, grâce à un aménagement du territoire structurant l’ensemble du département, des bases économiques plus saines, tout en promouvant leur identité. Le parc est alors réinterprété, à travers les significations imaginaires sociales instituées au cours de la période coloniale, comme un espace où les Guyanais se trouveraient dépossédés de l’accès à leurs ressources naturelles26.

33Celles-ci, malgré les incertitudes qui demeurent sur la réalité des potentialités économiques des gisements primaires aurifères guyanais, se trouvent au centre du raisonnement. Elles ont constamment été surévaluées par les Guyanais qui, depuis l’abolition de l’esclavage en 1848 et la fin des premiers rushes aurifères, placent dans l’hinterland, tous leurs espoirs. Dans le cadre de cette représentation fantasmagorique, rien n’explique la situation actuelle de dépendance de la Guyane, si ce n’est l’attentisme des pouvoirs publics empêchant d’investir à nouveau dans l'hinterland afin de lui arracher ses richesses.

34Par ailleurs, le désenclavement de l’intérieur par la constitution, jugée indispensable, d’un réseau routier n'a pas seulement pour objet d’autoriser le lancement de nouvelles exploitations économiques, mais aussi de favoriser l’acculturation des communautés sylvicoles. Le parc naturel entraverait alors la libre circulation entre les différentes composantes de la population guyanaise, seule à même de favoriser l’émergence d’un « Homme Guyanais » et l’unité d’un peuple.

  • 27 Les parcs nationaux américains ont été instaurés pour :» [...] que tous les Américains puissent al (...)

35Il bloquerait l’accès au territoire qui se trouve à l’origine de la formation de l'identité radicale des Créoles27. La recherche d'une guyanité passant par la fusion entre communautés amérindiennes, businenge et créoles suppose de faciliter les communications vers l’intérieur, afin de surmonter la coupure symbolique entre le littoral et le reste de la Guyane.

36La conquête de l’intérieur passe alors par une transformation du parc envisagé comme un instrument de protection de l’environnement à un outil d’aménagement du territoire afin de relancer l’économie guyanaise et de stabiliser une identité éclatée dans l’optique, toujours sous-jacente localement dans les esprits, de préparer l’accès de ce département d’outremer à une future indépendance.

***

  • 28 Le projet de parc a été imposé par l’État français dans une période où les Créoles se sentent mena (...)

37La résistible avancée du processus d’implantation du parc découle de son absence de consistance sociologique et d'une mauvaise compréhension de l’histoire guyanaise, tenant pour acquis l’adhésion des acteurs locaux à une intervention qui, dès l’origine, suscita de nombreuses réticences. Finalement, ce projet ne pouvait que se heurter à l’orientation de la société guyanaise, à cause de sa localisation dans un hinterland qui demeure le lieu de projection de l’avenir de la guyanité28.

38Sans doute plus qu’ailleurs, l’imposition d’un parc naturel reste en Guyane un objet de clivages idéologiques où chaque acteur tente de redéfinir un projet imposé par l’État en fonction de ses intérêts propres. Or, cette confrontation passe par une institution imaginaire de l’environnement qui permet aux acteurs de marquer leur différence culturelle les uns par rapport aux autres.

39Chaque communauté cherche ainsi à défendre sa propre stratégie identitaire, qu’il s’agisse de la guyanité par la conquête de l'hinterland pour les Créoles ou de la délimitation par le foncier d’un espace d’autonomie pour les Amérindiens et les Businenge. Loin d’être donnée à l’avance, la valorisation de l’environnement se constitue localement a posteriori pour donner un sens à une décision publique qui provient d’un contexte de référence étranger à la Guyane.

  • 29 Suivant un processus classique, mis en évidence en sociologie des organisations, l’administration (...)

40La règle administrative abstraite que constitue le zonage d’un territoire devient alors l’objet d’une négociation donnant la possibilité à chaque acteur de tracer une frontière sur un espace géographique, mais aussi d’affirmer son existence vis-à-vis des autres groupes ou encore par rapport aux membres de son propre groupe. Une politique publique de protection des milieux naturels à caractère « technocratique » révèle ainsi les positions d’acteurs qui, jusqu’à présent, coexistaient sur un territoire sans jamais se reconnaître, obligeant les uns et les autres à redéfinir les termes de leur identité dans un processus d’interaction, dont le cadre reste cependant fixé par l’État français29.

41La pluriethnicité en Guyane, loin de se résumer à la simple juxtaposition de groupes ethnoculturels, demeure le résultat d’une dynamique entre les projets de la France en Guyane et l’élaboration de valeurs propres aux habitants de ce département, cette dernière ne pouvant se faire que contre, mais aussi avec l’État français. À la forêt de plus en plus vue comme un substrat indifférencié par les Créoles ; les Amérindiens et les Businenge opposent une forêt matrice de symboles ; tandis que les métropolitains y voient désormais un lieu récréatif, ainsi qu’un patrimoine à sanctuariser. Chacune de ces visées recouvre une trajectoire différente.

42La protection des milieux naturels devient alors secondaire dans le processus de négociation entre les groupes d’acteurs, pour lesquels les représentations différenciées de l'environnement servent avant tout de ressources face à une intervention administrative perçue comme extérieure et parfaitement arbitraire.

Bibliographie

Bibliographie

Alphandery, Pierre, Pierre Bitoun et Yves Dupont (1993), L'équivoque écologique, Paris, La Découverte, 277 p.

Anouilh, D. (1994), La France, la Guyane et la guérilla (1986-1992), Toulouse, Université de Toulouse II.

Barouch, Gilles (1989), La décision en miettes. Systèmes de pensée et d’action à l’œuvre dans la gestion des milieux naturels, Paris, L’Harmattan, 237 p.

Bilby, Kenneth M. (1990), The Remaking of the Aluku : Culture, Politics and Maroon Ethnicity in French South America, Baltimore (Maryland), Johns Hopkins University.

Bureau de recherche géologique et minière (BRGM), ministère de l’Industrie (1995), L’or en Guyane. Géologie, gîtes, potentialités : quel avenir pour l’an 2000 ?, s. 1. [Orléans], s. éd.

Castoriadis, Cornelius (1975), L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 502 p.

Chauvet, M. et L. Olivier (1993), La biodiversité enjeu planétaire, Paris, Sang de la Terre.

Collectif, Actes du colloque éco-développement amazonien. Traditions et environnement, 19-20-21 avril 1991, Cayenne, Conseil Général de la Guyane, s. d., 181 p.

Collomb, G. et F. Tiouka (2000), Na'na Kali’na. Une histoire des Kali’na en Guyane, Petit-Bourg, Ibis Rouge.

Conan, M. (1991), « La nature sauvage, lieu de l’identité américaine », in Roger, A. et F. Guery (dir.), Maîtres et protecteurs de la nature, Paris, Champ Vallon.

Conseil régional (1995), Schéma d’aménagement régional. Livre 1. Rapport de présentation, janvier 1991, 251 p. et Livre 2. Le parti d’aménagement de l’espace guyanais, juillet 1995, 60 p.

Conseil régional (1993), CESR, CCEE, Actes du colloque. L’or en Guyane : « exploitationtion et incidences », 19 et 20 novembre 1993, 120 p. + annexes.

Delpech, B. (1993), « Les Aluku de Guyane à un tournant : de l’économie de subsistance à la société de consommation », Les cahiers d'outre-mer, Bordeaux, vol. 46, no 182.

Descola, P. (1994), La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie des Achuar, Paris, Éd. de la MSH.

Dupuy, François et Jean-Claude Thoeinig (1983), Sociologie de l’administration française, Paris, Armand Colin, 206 p.

Elfort, M. (1989), « Une situation atypique : l'administration des communes de l’intérieur de la Guyane », in J.-C. Fortier (dir.), Questions sur l’administration des DOM. Décentraliser outre-mer ?, Paris, Economica/Presses Universitaires d’AixMarseille, p. 237-247.

États généraux du développement économique réel et durable de la Guyane, rapport final, Cayenne, janvier 1998, 75 p. + annexes.

Fleury, Marie et Odile Poncy (dir.) (1998), « Conserver, gérer la biodiversité. Quelle stratégie pour la Guyane ? », JATBA, Revue d’Ethnobiologie, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, vol. 40, nos 1-2, 678 p.

Friedberg, E. (1997), Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l’action organisée, Paris, Seuil.

Gremion, Pierre (1976), Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Seuil, 477 p.

Grenand, F. et P. Grenand (1996), « "Il ne faut pas trop en faire”. Connaissance du vivant et gestion de l’environnement chez les Wayãpi (Amérindiens de Guyane) », Cahiers des Sciences Humaines, Paris, ORSTOM, vol. 32, no 1.

Halle, F. (1993-1996), « Mauvais projet de parc en Guyane », in La Recherche, Paris, no 286, avril 1996, p. 9-10, ou WWF, Stratégie de conservation du WWF en Amazonie, Versailles, février 1993.

Hurault, J.-M. (1989 [1972]), Français et Indiens en Guyane, Cayenne, Guyane Presse Diffusion, p. 167.

Jolivet, M.-J. (1982), La question créole. Essai de sociologie sur la Guyane française, Paris, ORSTOM.

Kalaora, B. (1998), Au-delà de la nature, l’environnement. L’observation sociale de l’environnement, Paris, L’Harmattan.

Lascoumes, Pierre et Jean-Pierre Le Bourhis (1997), L’environnement ou l’administration des possibles. La création des directions régionales de l’environnement, Paris, L’Harmattan, 253 p.

Lefeuvre, J. C. (1984), in INRA, ORSTOM, GERDAT, Prairies guyanaises et élevage bovin, Paris, Les colloques de l’INRA, no 24.

Lemaire, Xavier (2000), La France en Guyane ou le pouvoir ultra-périphérique. Sociologie de l’action administrative et institution imaginaire de la différence culturelle dans un département français d’Amérique, thèse de doctorat, EHESS, Paris, 951 p.

Lepretre, Ludovic (1996), Mission du Patrimoine ethnologique, ministère de la Culture, Le projet de parc national en Guyane : nature patrimoniale des environnementalistes versus appropriation territoriale des Amérindiens Wayana, 96 p.

Mam-Lam-Fouck, Serge (1996), Histoire générale de la Guyane française. Les grands problèmes guyanais : permanence et évolution, Kourou, Ibis Rouge Éditions, Presses Universitaires Créoles-GEREC.

Mam-Lam-Fouck, Serge (dir.) (1997), L’identité guyanaise en question. Les dynamiques interculturelles en Guyane française, Kourou, Ibis Rouge Éditions, Presses Universitaires Créoles-GEREC, 232 p.

Mam-Lam-Fouck, Serge, N. Doriac et J.-J. Chalifoux (1989), La créolité, la guyanité, Cayenne, Les exposés-débats du CRESTIG, no 2.

Ouhoud-Renoux, F. (1998), De l’outil à la prédation. Technologie culturelle et ethnoécologie chez les Wayãpi du Haut-Oyapock (Guyane françaisej, thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre.

Petot, J. (1986), L’or de Guyane, Paris, Éd. Caribéennes.

Pouchepadass, Jacques (dir.) (1993), Colonisations et environnement, Paris, Société française d’histoire d’outre-mer (diffusion L’Harmattan), 344 p.

SEPANGUY (1994), Forêt guyanaise. Gestion de l’écosystème forestier et aménagement de l’espace régional, Nature guyanaise, Cayenne, Trimarg, 240 p.

Strobel, Michèle-Baj (1998), Les gens de l’or. Mémoire des orpailleurs créoles du Maroni, Kourou, Ibis Rouge Éditions, 400 p.

Toulemonde-Niaussat, M. (1993), Anthropologie des dynamiques interculturelles et de développement dans la région frontalière du Bas Maroni (Guyane française), thèse de doctorat, Tours, Université François Rabelais.

Touraine, A. (1993), Production de la société, Paris, Seuil, p. 225.

Wallerstein, I. (1995), Impenser la science sociale, Paris, PUF.

Wieviorka, Michel (dir.) (1997), Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte, 318 p.

Notes

1 Nous caractérisons les enjeux culturels autour de la protection de l’environnement en nous référant aux éléments d’une thèse menée à l’EHESS, Paris. Notre recherche s’est effectuée à partir d’entretiens semi-directifs, d’observations discrètes et d’archives administratives.

2 L’institution de cet environnement reste une création incessante, propre à une société donnée, organisant le monde suivant : « [...] un système de significations imaginaires qui valorisent et dévalorisent, structurent et hiérarchisent un ensemble croisé d’objets et de manques correspondants, et sur lequel peut se lire [...] cette chose aussi incertaine qu’incontestable qu’est l’orientation d’une société » (Castoriadis, 1975, p. 211).

3 Ces identités se définissent par rapport et au sein de la société que tente d’instituer l’État, tant il est vrai que : « [...] l’État est un agent de changement social [...] qui tend à constituer un type de société aussi homogène, aussi cohérent que possible et qui se présente comme porteur d’un "modèle’’de société » (Touraine, 1993, p. 225).

4 Cependant, contrairement à une présentation courante, une majeure partie de la forêt amazonienne ayant été l’objet de cultures itinérantes et de récoltes maîtrisées n’est pas « vierge » de toute intervention humaine. Mais, à la différence des dynamiques actuelles de défrichement, les capacités de régénération de la forêt et de sa faune ont toujours été respectées par les Amérindiens. Sur la notion de récolte perdurable, voir Grenand et Grenand (1996, p. 51-63).

5 Les Créoles désignent en Guyane, comme dans les autres départements d’outre-mer français, les descendants d’esclaves qui se sont assimilés et vivent aujourd’hui en grande majorité sur la bande littorale ; après l’abolition de l’esclavage, intervenue dans les anciennes colonies françaises en 1848, l’élite créole a progressivement investi des positions sociales, surtout dans l’appareil politico-administratif local. Sur les Créoles, voir jolivet (1982).

6 Les Businenge, désignés aussi sous le terme de Noirs marrons, sont les descendants non assimilés d’esclaves ayant marronné par vagues successives des plantations du Surinam voisin, et qui se sont établis en pleine forêt, pour certains, tels les Ndjuka et les Aluku, sur le fleuve Maroni à la frontière du Surinam. Sur la situation des Aluku en Guyane française, voir la thèse de doctorat de Kenneth M. Bilby (1990).

7 Les communautés amérindiennes actuelles se divisent en Kalina, Palikur, Arawak sur le littoral et Wayâpi, Wayana et Émerillon dans l’intérieur de la Guyane. Voir « La question amérindienne en Guyane française », Ethnies, Survival International, Paris, nos 1-2, mai 1988.

8 Sur la recherche d’une définition de cette guyanité, voir Mam-Lam-Fouck, Doriac et Chalifoux (1989). Cette alliance entre Amérindiens, Businenge et Créoles reste du domaine de la manipulation idéologique de la part des Créoles, les communautés sylvicoles cherchant au contraire à s’opposer à un processus de créolisation qui signifierait leur occidentalisation.

9 Bien que bénéficiant d’un haut niveau de vie lié aux transferts financiers de la France et de l’Union européenne, la Guyane s’inscrit dans la problématique d’un pays en développement ; la survie quotidienne constitue une préoccupation majeure pour beaucoup de migrants. Les représentations de l’environnement diffèrent suivant les groupes ethnoculturels ; les politiques publiques de la France en Guyane ont du mal à prendre en compte cette diversité et les efforts de sensibilisation restent limités. Nous ne traiterons ici, en résumant les positions des uns et des autres, que des groupes créoles, amérindiens, businenge et métropolitains entrant dans le jeu politique local. Les points de vue individuels au sein de ces groupes divergent, mais certaines récurrences existent dans les propos tenus par leurs représentants.

10 Sur L’extinction des nations amérindiennes, voir Hurault (1989 [1972]). Sur l’orpaillage, voir Petot (1986).

11 Comme au Brésil, la mise en valeur des richesses du massif forestier guyanais, considérées comme infinies, entraîne dans les années 1930 la surexploitation du bois de rose et de la gomme de balata et, au cours des années 1970, le projet de mise en concession de vastes zones d’exploitation papetière. Voir Bois et Forêts des Tropiques, CTFT-Nogent-sur-Marne, spécial Guyane, nos 219-220, 1989.

12 Voir l’ouvrage de référence de Descola (1994). Sur les Amérindiens en Guyane, voir notamment Ouhoud-Renoux (1998). En Guyane, d’autres groupes ethnoculturels continuent de tirer leur subsistance du milieu naturel, mais avec une logique prédatrice.

13 Un arrêté préfectoral datant de 1970, complété en 1977 et en 1978, impose une autorisation préfectorale pour se rendre au sud de la Guyane. Cette barrière administrative, vivement dénoncée par les élus créoles, n’empêche pas la circulation des personnes dans les deux sens. L’accès à l’intérieur de la Guyane, difficile et coûteux, limite de toute façon les possibilités de déplacement aux autorités administratives et à un écotourisme inaccessible pour la majorité des Guyanais.

14 Sur les Businenge, voir aussi Delpech (1993, p. 175-194) ou Toulemonde-Niaussat (1993).

15 Les communes créées dans l’intérieur guyanais sont des entités purement artificielles, n’ayant aucune assise fiscale et dont les ressources budgétaires proviennent de subventions. Voir Elfort (1989, p. 237-247).

16 Les communautés amérindiennes se sont regroupées politiquement au sein d’une Association des Amérindiens de Guyane française (AAGF) en 1981 et d’une Fédération des organisations amérindiennes de Guyane (FOAG) en 1992 ; cette dernière intervient au nom de l’ensemble des groupes amérindiens, notamment sur les questions foncières. Voir Collomb et Tiouka (2000, p. 113).

17 La guerre civile qui a débuté en 1986 au Surinam a pour origine la frustration de membres de la communauté businenge marginalisée. Voir Anouilh (1994).

18 En 1984, la Guyane ne comptait aucun parc, pas la moindre réserve d’envergure et aucune réglementation spécifique, malgré des problèmes environnementaux déjà latents.

19 Responsable d’une association locale, 1997.

20 Responsable créole d’une collectivité territoriale, 1997.

21 La localisation des parcs nationaux en France s’effectue dans des zones situées en dehors de toute activité économique. Nos entrevues avec de hauts fonctionnaires du ministère de l’Environnement corroborent cette orientation : loin de seulement protéger l’environnement, les parcs doivent aussi le mettre en valeur, là où il n’y a pas d’autres activités économiques possibles. Voir Kalaora (1998, p. 174).

22 Une espèce endémique est une espèce dont l’aire se trouve réduite à un territoire restreint. La diversité biologique, amplement médiatisée sous le terme de biodiversité, reste difficile à estimer. Voir Chauvet et Olivier (1993, p. 13). En Guyane, seules certaines zones ont fait l’objet d’un inventaire poussé (J.-J. De Granville, communication personnelle).

23 « Une idéologie est plus qu'une Weltanschauung, une conception du monde. [...] elle est consciemment et collectivement formulée dans la perspective d’objectifs politiques », Wallerstein (1995, p. 24-25).

24 Souvent dans les propos officiels, la richesse culturelle des Amérindiens se trouve d’ailleurs mise au même plan que celle du patrimoine naturel. Cette chosification aboutit à accorder aux Amérindiens au mieux un rôle de guide pour l’écotourisme, voire un statut d’objet de visite dans le cadre d’un ethnotourisme mal défini, ainsi qu’un rôle de piroguier pour les Businenge, l’ensemble du dispositif institutionnel restant contrôlé par l’extérieur. Loin de seulement subir cette représentation de protecteurs de la nature, les Amérindiens savent aussi en jouer pour élargir leur espace de négociation.

25 Cet inventaire a été entamé en 1975 et finalisé en 1995 par le BRGM ; voir Bureau de recherche géologique et minière (1995).

26 Par un processus de déplacement symbolique, le retrait des orpailleurs dans les années 1930 avait d'ailleurs déjà été localement mis sur le compte de la création du territoire de l’Inini, rationalisant la régression économique de la Guyane par une intervention délibérée de l’État, à une époque où le fait créole commençait à s’affirmer. Assimilant le parc à la création d’un nouvel « Inini », à caractère scientifique cette fois, les élus créoles, en défendant leur avenir économique, protègent aujourd’hui encore leur identité.

27 Les parcs nationaux américains ont été instaurés pour :» [...] que tous les Américains puissent aller puiser des forces vitales dans la forêt, dans la nature sauvage. La continuité de l’identité américaine était à ce prix » (Conan, 1991, p. 271). Dans ce cas, il s’agissait de protéger les derniers espaces sauvages, à une époque où la conquête s’achevait. En Guyane, la colonisation commence à peine et la nature apparaît illimitée : c’est l’accès aux ressources naturelles et à leur exploitation qui apparaît prioritaire.

28 Le projet de parc a été imposé par l’État français dans une période où les Créoles se sentent menacés ; leur opposition apparaît dictée plus par des considérations politiques que par une opposition de principe sur le fond (en privé, les élus reconnaissent la nécessité de protéger l’environnement). Les rôles des acteurs sont donc permutables et il est possible que les Créoles fassent un jour leur propre politique de protection des milieux naturels.

29 Suivant un processus classique, mis en évidence en sociologie des organisations, l’administration de l’environnement structure le contexte d’action, moins par une action directe coercitive, qu’en mettant en avant des règles qui sont prétexte à négociation ; « [...1 l’ordre local qui prévaut est [...] irréductible aux grandes structurations englobantes [...1. C’est un construit politique relativement autonome qui opère à son niveau la régulation des conflits entre les intéressés » (Friedberg, 1997, p. 26).

Auteur

Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales. Chargé d’enseignement en sociologie et en économie, ses recherches portent sur l’institution imaginaire des politiques d’aménagement du territoire et de protection des milieux naturels.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search