Version classiqueVersion mobile

Développement durable et participation publique

 | 
Corinne Gendron
, 
Jean-Guy Vaillancourt

Quatrième partie. Participation et territoire

Chapitre 15. La gestion environnementale du bassin versant de la baie de Caraquet

Orner Chouinard, Pierre-Marcel Desjardins, Éric Forgues et Jean-Paul Vanderlinden

Texte intégral

Il y a une multitude de réponses politiques vertes à d’innombrables problèmes partout autour du globe [...] Les solutions politiques vertes peuvent être trouvées en patie dans les expériences des diverses cultures politiques. (Doyle et McEachern, 1998 ; notre traduction)

1La mondialisation a laissé dans son sillage de vastes territoires exclus et les populations qui en font partie sont souvent laissées à elles-mêmes. Au Canada, ces territoires sont en grande partie des territoires ruraux. Us sont laissés souvent au bon vouloir des grandes entreprises qui les utilisent pour l’exploitation ou l’extraction intensive des ressources naturelles. Ceci est typique au Nouveau-Brunswick, avec Irving et Noranda, dans la région de l'Abitibi, avec Noranda ou encore au Saguenay-Lac-Saint-Jean, avec Alcan (Gagnon, 1994). Cependant, ces territoires peuvent aussi être investis par des groupes sociaux qui, en partenariat avec divers agents économiques et politiques locaux, décident de mettre en valeur le territoire au nom de la valorisation du patrimoine et d’activités qui tentent de respecter l’équilibre entre la reproduction des ressources naturelles et l’occupation du territoire. Ces actions environnementales s'inscrivent aussi dans le projet de renforcer le lien social, voire la cohésion dans les communautés.

2Le présent chapitre s’inspire de la mobilisation communautaire en vue de la gestion intégrée d’un bassin versant. Il se divise en cinq sections. Il y a d’abord l'étude du rôle de l’action collective et communautaire dans le renforcement du lien social. Ensuite, on verra l’importance de l'enracinement de l’action locale et communautaire dans la stratégie du développement durable. Nous exposerons par la suite notre objet d’étude, sa délimitation territoriale ainsi que les caractéristiques de la population de ce territoire, et enfin, nous décrirons l’échantillon retenu. Puis, nous soulignerons le potentiel socioéconomique qu’engendre un développement économique communautaire durable en composant avec les besoins de ses différents utilisateurs. Pour terminer, nous aborderons l’enseignement d’une planification en vue d’un développement durable et viable du bassin versant de la baie de Caraquet et de son impact sur le développement socioéconomique.

Rôle de l'action collective et communautaire dans le renforcement du lien social

  • 1 On pourrait en dire autant de la mise sur pied des coopératives des années 1930 et 1940. Ces organ (...)

3L’attention que génère la recherche d’une plus grande cohésion dans nos sociétés est principalement vue comme « une réaction aux stratégies d’adaptation développées par les pays pour faire face aux enjeux de la concurrence internationale et de la restructuration économique » (Jenson, 2000). Selon Coriat (1997), l’impact de la mondialisation peut mieux se comprendre si on la sépare en deux phases : l’internationalisation et la globalisation. En effet, les politiques de développement régional au Canada au cours des années 1960 et 1970 avaient pour but de contrer la déstructuration des régions rurales et agricoles du pays qui s’était accélérée avec le phénomène de l’internationalisation caractéristique des trois premiers quarts du XXe siècle1 (Comeau, 2000). Ce phénomène caractérisé, entre autres, par la mécanisation et l'automatisation, devait entraîner une migration massive des populations hors des régions rurales du pays. Ceci a nécessité des politiques sociales et économiques qui avaient pour but de favoriser la rétention des populations vivant dans les régions marginalisées du pays, en vue d’éviter l’effondrement de l’organisation sociale dans ces régions périphériques. C’était le cas, entre autres, des provinces du Canada atlantique au cours des années 1930 avec l’émergence du mouvement coopératif.

4Par ailleurs, la globalisation, qui est l’autre volet de la mondialisation, s’est constituée vers la fin du XXe siècle. En voulant maintenir leur position dans l’économie mondiale, les pays cherchent à se donner « une politique économique variant plus ou moins au gré des événements, à l’instar des firmes elles-mêmes » (Comeau, 2000). Ces politiques des années 1980 et 1990 ont provoqué des tensions structurelles dans les domaines social et politique. Désormais, l’importance des questions reliées à l’équité intergénérationnelle, à la justice sociale et à la santé des populations montre que la question du développement économique prend désormais en considération les divers aspects de la politique sociale (Jenson, 2000) et, pour reprendre l’expression de K. Polanyi (1983), que « l’économie est réenchassée dans la société » (Klein, 1998).

5Également, un rapport récent des Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques (1998) démontre que le tissu social canadien est en voie de se dégrader et que le renforcement de la cohésion sociale constituera un élément crucial d’une stratégie visant à renverser la vapeur. Les indices de fractures dans la cohésion se manifesteraient comme des craintes face à l’avenir, des divisions, voire même un sentiment d’hostilité. Aux États-Unis, cette diminution de la cohésion se manifesterait par un abandon progressif de nombreuses formes de participation à la vie collective, voire comme une diminution marquée de capital social (Putnam, 1993, 1996, 1999). D’où cette préoccupation de réinventer « le vivre ensemble » (Jenson, 1998) en tentant de recréer et de renforcer les liens sociaux.

  • 2 Selon Jane Jenson (1998), on peut considérer la cohésion sociale comme « l’accomplissement d’une s (...)

6Des efforts visant à renforcer la cohésion sociale2 par l'intermédiaire d’une participation à la vie communautaire et de valeurs partagées représentent l’une des stratégies qui permettra de s’adapter aux transformations actuelles. Car, selon Sheleff (1997), « la vie communautaire au niveau local est le paradigme de la cohésion sociale ». Parmi d’autres stratégies figurent l’accumulation de capital social dans les familles et la constitution de réseaux privés, ou le renforcement des institutions publiques ainsi que celles de l’économie sociale et du secteur à but non lucratif.

7La notion de lien social s’impose aujourd’hui pour penser ou repenser l’institution du « vivre ensemble » (Jenson, 1998) et les mutations des relations qui sont à la base de la vie en communauté. Ainsi, elle apparaît pertinente à la compréhension des enjeux actuels que représentent les nouvelles formes de sociabilité dans leurs rapports aux initiatives politiques. Plus qu’auparavant, les solidarités communautaires sont appelées à prendre le relais.

8Des recherches récentes en environnement nous convient à intervenir davantage au niveau des communautés locales (McConnell et Suzuki, 1997) si l’on veut avoir un impact sur les citoyens. C’est dans des collectivités locales que le développement de solidarités et de réseaux de relations est possible et tangible (Bertrand, Valois et Jutras, 1997, p. 146-167). C’est également au niveau d’un lieu considéré comme significatif par la population, en l’occurrence la communauté d’appartenance, que l’apprentissage à la responsabilisation et la prise en main du milieu est possible (Maser, 1997, p. 96). Le point de vue de ces auteurs converge vers le retour au local souligné par les tendances manifestées dans les interventions en développement régional au Canada (Savoie, 2000 ; Favreau et Lévesque, 1996 ; Higgins et Savoie, 1994 ; Côté, 1993). Le local apparaît comme un espace où des acteurs peuvent, à travers l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet de développement, contribuer non seulement à la lutte contre l’exclusion mais aussi à la production d’appartenance et de reconnaissance (Plan, 1997). Le local peut et doit participer aussi, dès lors que l’expérience des acteurs locaux est mieux reconnue et valorisée, à la production des références collectives, à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un projet global.

9Selon Sandra Mark et Art Montague (1997, p. xii), « les municipalités et des gens de tout milieu social, y compris les personnes défavorisées et les sans-emploi, commencent à établir des partenariats pour sauver, revitaliser et garantir la viabilité de nos collectivités ». Les mêmes auteurs affirment qu’au fur et à mesure que les groupes apprennent à collaborer, ils découvrent les liens symbiotiques qui existent entre la santé économique et la santé environnementale des collectivités. Ils nous apprennent également que « pour accroître la durabilité économique d'une collectivité, il faut accroître sa durabilité environnementale » (Ibid). En outre, les actions environnementales sont susceptibles de devenir un véritable enjeu et un moteur de mobilisation, porteur de changement social. Elles sont surtout susceptibles de développer le sentiment d’appartenance au milieu (Moquay, 1998), le sentiment de relations de voisinage, d’interaction, d’intégration à la vie associative, etc.

10L’implication des citoyens dans des projets exemplaires menés dans le milieu tend à renforcer l’importance pour ceux-ci de la prise en charge des problèmes de leur communauté (Singh et Titi, 1995, p. 6-28). Cela suppose que cet espace territorial puisse être un des pivots de la constitution des réseaux, et donc de rassemblement d'acteurs et de citoyens et non de consommateurs passifs (Chouinard et al., 2001).

L'action locale et communautaire concertée et son importance dans la perspective du développement durable

11L’obstacle principal d’une stratégie de développement socioéconomique viable découle d’une perception négative de certains décideurs et intervenants qui croient que la préoccupation environnementale constitue un frein au développement socioéconomique (Gendron, 2000). Or, il importe de changer cette perception et de voir la nécessité d’envisager le développement économique en rapport avec l’environnement, comme le soulignent aussi bien Lester R. Brown du Worldwatch Institute (Brown et Flavin, 1999 ; Brown, 2000), que René Passet (1996, 2000), Chris Maser (1999a et b) ou Joël De Rosnay (1994, 1995). Nous pensons toutefois que ces tensions, voire ces conflits, témoignent d’une vitalité apte à dynamiser le développement économique et social. Certes, ces tensions peuvent également freiner la formation d’une vision commune du développement socioéconomique de la région, mais elles reflètent une préoccupation des membres de la communauté pouvant favoriser leur mobilisation. Ainsi, l’établissement d’une vision communautaire du développement socioéconomique ne suppose pas l'absence ou l’élimination des tensions ou des différends. Au contraire, il s’agit d’offrir un espace public où ils peuvent s'exprimer et contribuer ainsi à donner forme à cette vision communautaire. D’où l’importance de tenir compte des valeurs et des croyances des membres de la communauté qui contribueront à élaborer une vision d’un développement économique qui intègre une préoccupation environnementale.

12Ainsi, pour paraphraser Sainsaulieu (1990) à propos de l’entreprise, l’environnement serait une affaire de société. D’où l’importance que l'on accorde à la gouvernance environnementale locale dans les régions (Fortin et Gagnon, 1999) en vue de la construction, à l’échelle locale (Nozick, 1999 ; Suzuki et McConnell, 1997), de communautés durables et viables. Cet ancrage territorial renforce l’importance de la prise en compte de la culture dans le renforcement du lien social en vue d’une concertation et d’un partenariat dédiés à une gestion environnementale communautaire juste et équitable (Hoff, 1998). Comme le souligne Nozick (1999, p. 20 ; notre traduction), « nous avons une multiplicité de problèmes locaux et les solutions les plus efficaces viendront des actions locales elles-mêmes ».

13La réflexion sur l’importance de l’intervention et de la mobilisation locales en vue d’une gestion intégrée des ressources naturelles qui respecte la complexité de son système écologique que nous proposons ici part du postulat suivant concernant la gestion des ressources sur un territoire donné ; si la gestion des ressources ne s’inscrit pas dans une perspective viable et durable, à long terme, le potentiel d’exploitation de ces ressources diminue grandement au point de compromettre la survie socioéconomique de la communauté qui habite ce territoire. C’est ce que nous démontre le secteur du poisson de fond de l’Atlantique qui éprouve de sérieuses difficultés liées précisément à une gestion à court terme de la ressource sans tenir compte de ses capacités de reproduction ou encore de ses « limites » écologiques. Pour une économie qui dépend en grande partie des ressources naturelles, une gestion visant à réunir écologie et économie devient un enjeu central pour la communauté car elle concerne directement son avenir (Maser, 1999a et b ; Passet 1996 ; De Rosnay, 1994). D’où l’importance pour une communauté de se prendre en charge afin de mieux orienter son développement socioéconomique, et ce dans une perspective démocratique et inclusive (Hoff, 1998 ; Maser, 1997).

  • 3 La définition la plus communément acceptée du développement durable est celle du rapport Bruntland (...)
  • 4 Cela rejoint la perspective de Gagnon et Fortin qui mentionne que le développement viable « transc (...)

14Le développement durable exige d’envisager le développement socioéconomique dans une perspective qui dépasse les intérêts individuels et qui rejoint les intérêts généraux de la communauté. Comme le mentionne Joseph-Yvon Thériault (1999a et b) : « le développement durable est une approche intégrée au développement qui tente d’inscrire des projets particuliers de développement dans le développement holiste d’une communauté ». La question est de savoir comment amener les individus à inscrire leurs projets et leurs intérêts particuliers dans une vision globale du développement de leur communauté sur un territoire donné. En d’autres mots, comment les intérêts particuliers peuvent-ils se définir en prenant en compte les intérêts généraux de la communauté et des générations futures3 ? C'est le défi que nous avons tenté de relever ici, par notre implication dans le projet de gestion intégrée d’un bassin versant, en l’occurrence celui du Comité de développement durable de la baie de Caraquet, forts de la conviction que seule la gestion intégrée des ressources du bassin versant de la baie de Caraquet peut conduire à un développement qui soit durable et viable4.

15L’émergence d’un développement durable et viable nécessite donc une mobilisation de la communauté et l'expression en son sein des divers intérêts. La promotion d’une forme durable et viable de développement suppose la prise en charge par la communauté d’une responsabilité à l’égard de tous ses membres, des générations futures et de l’environnement sur un territoire (Hoff, 1998 ; Williams et Haughton, 1994).

16D’entrée de jeu, nous pouvons envisager deux conditions devant être réunies pour favoriser l’émergence d’un développement qui soit durable dans la communauté. D’abord, il faut que les « agents de développement » de la communauté élaborent et adoptent une vision globale du développement socioéconomique de leur communauté dans un territoire déterminé. Ils doivent considérer l’impact qu’ont les pratiques de chaque secteur socioéconomique sur l’environnement et sur les ressources, de même que l’impact qu’elles ont sur les autres secteurs socioéconomiques, par-delà les frontières politiques ou administratives.

17Il faut donc une volonté politique d’infléchir le développement vers une forme durable et viable pour la communauté. Cette volonté politique doit exprimer l’intérêt général de la communauté et trouver le moyen de le réconcilier avec les intérêts individuels et particuliers de ses membres.

18Par notre implication dans l’action, nous avons pu démontrer que les communautés peuvent avoir une emprise sur leur environnement qui sera d’autant plus forte que les différents groupes présents dans la communauté se concerteront et se mobiliseront pour définir des plans d’intervention complémentaires qui verront à améliorer la situation dans le sens d’une meilleure exploitation du potentiel socioéconomique de la région. Tout cela doit cependant se faire de concert avec l’appui financier et politique des différentes instances gouvernementales (Jean, 1997).

Contexte

Objet d'étude et échantillon de la population

  • 5 Il comprend tout le territoire dont l’écosystème est lié à la baie de Caraquet. Ce territoire comp (...)

19Le développement socioéconomique durable de la baie de Caraquet constitue donc notre objet d’étude. Situés à l’intérieur de la péninsule acadienne dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, le territoire et la population qui font l’objet de notre recherche couvrent la baie de Caraquet et son bassin versant (voir carte 1 en annexe)5.

20Les secteurs d’activités étudiés comprennent la pêche et l’aquaculture, le secteur agricole (incluant les petits fruits), l’industrie de la tourbe, le tourisme, la culture et les loisirs (incluant la pêche récréative), et l’industrie forestière.

21L’échantillon de la population consultée a été constitué à partir des indications fournies par les membres du comité de développement durable. Ces indications ont permis de constituer un échantillon de 130 informateurs clés y compris des aînés, c’est-à-dire des personnes de grande expérience dont l’opinion est respectée dans la communauté. Il s’agit d’un échantillon constitué par quotas (Beaud, 1997, p. 200) représentatifs des différents secteurs étudiés.

État de la population et état actuel de l'économie du bassin versant de la baie de Caraquet

22La baie de Caraquet est située en bordure de la baie des Chaleurs à environ 20 km de la Gaspésie dans la partie sud du golfe du Saint-Laurent. La baie de Caraquet mesure environ 3,5 km de largeur et 8 km de longueur, sa profondeur dépasse rarement deux mètres. Son bassin versant englobe 420 km2.

23Le territoire du bassin versant de la baie de Caraquet, qui constitue un écosystème, compte 15 800 personnes qui ont une longue tradition de valorisation du patrimoine naturel et culturel étant donné la richesse des ressources naturelles et de l’histoire. Tel que nous l’avons illustré dans le tableau 1, les revenus sont inférieurs à ceux de la province, le taux de chômage est relativement élevé et ce territoire dépend davantage des revenus autres que l’emploi (paiements de transfert) que le reste de la province.

Tableau 1. Les taux d'activité, d'emploi, de scolarité et de chômage dans le territoire du bassin versant de la baie de Caraquet en 1996

  • 6 Il s’agit de la population active de 15 ans et plus qui n’a pas terminé une 9e année.

Territoire, province et pays

Taux d'activité

Taux d'emploi

Moins de 9 ans de scolarité6

Taux de chômage

Bassin versant de la baie de Caraquet

54,1 %

41,1 %

29,8 %

24,1 %

Province du N.-B.

62,2 %

52,6 %

16,5 %

15,5 %

Canada

65,5 %

58,9 %

12,1 %

10,1 %

Sources : Statistique Canada, 1996

24Cependant, la population acadienne de ce bassin versant a une longue histoire de résistance et de mobilisation qui témoigne de sa vitalité culturelle et qu’on ne trouve pas dans les statistiques officielles parce que difficilement mesurables. Que ce soit par son opposition à l’installation d'une centrale nucléaire dans les années 1970 ou par sa mobilisation massive en vue du contrôle de l’industrie du hareng au début des années 1980 (Chouinard, 1992), par sa mobilisation qui s’est traduite par l’engagement des partenaires en vue de la décontamination des territoires d’huîtres de 1993 à 1996 (Chouinard et Vanderlinden, 1997) ou par la lutte pour le maintien des écoles primaires dans les communautés, la détermination de la population de ce territoire en vue d’exercer un contrôle sur la qualité de vie est exemplaire à bien des égards.

25En effet, en 1991, lors de la contamination de l’huître de la baie de Caraquet, quatre cinquièmes du territoire a été fermé à la récolte. Cependant, en 1993, une mobilisation a pris forme, par l’intermédiaire du Comité de développement durable autour des cinq municipalités qui contournent la baie de Caraquet, avec la participation de groupes sociaux et économiques comprenant les secteurs de la culture, de la pêche et de transformation, des loisirs et du tourisme. Résultat : en 1996, plus de trois quarts du territoire est réouvert à la capture, à l’exception des secteurs à l'embouchure des rivières qui sont fermés, dû entre autres aux activités agricoles et forestières ainsi qu’aux chalets en bordure du bassin versant. En 1997, on assiste à l’extension du comité de gestion environnementale aux secteurs forestiers et agricoles, et on fait de la sensibilisation dans les écoles et auprès des aînés. En juillet 2000, on se dote d’un plan d’action et de communication environnementales qui montre l’impact socioéconomique du développement durable, et ce en vue de motiver les agents de développement et de justifier un accompagnement gouvernemental. Le Comité de développement durable se dote aussi d’un plan de communication environnementale pour sensibiliser davantage l’ensemble du territoire sur l’impact socioéconomique d'un développement durable sur tout le territoire. Ce plan, qui a débuté à l’automne 2000, a eu une durée de 18 mois.

Potentiel socioéconomique d'un développement durable des secteurs d'activité économique

26Les principaux résultats dont nous faisons état ici sont tirés de deux rapports de recherche publiés par Pêches et Océans Canada et la Chaire d’études en développement durable (Chouinard, Desjardins, Forgues, 2000 ; Chouinard et Vanderlinden, 1997). La pêche commerciale, en tant qu’activité de capture et de transformation, a longtemps constitué un secteur d’activité clé dans le nord-est du Nouveau-Brunswick : la péninsule acadienne y concentre à elle seule plus de 90 % des débarquements. De surcroît, depuis le milieu du XVIIIe siècle, la baie de Caraquet a développé la réputation d’une région de production d’huîtres de qualité. Le secteur des pêches commerciales, après avoir connu une baisse importante du poisson de fond (morue) et des pélagiques (hareng et maquereau) dans les années 1980, continue de chuter. Chose inquiétante, cette diminution s’est davantage accentuée dans le territoire de Caraquet que dans celui de la péninsule acadienne (voir tableau 2).

Tableau 2. Diminution de la capture des ressources maritimes du territoire de Caraquet et de la péninsule acadienne de 1989 à 1999

Tableau 2. Diminution de la capture des ressources maritimes du territoire de Caraquet et de la péninsule acadienne de 1989 à 1999

*données préliminaires
Sources : ministère des Pêches et des Océans, Centre des pêches du Golfe, Moncton, N.-B,

27Le territoire de la baie de Caraquet a connu aussi une forte réduction de la main-d’œuvre dans le secteur de la pêche. Au début des années 1990, trois travailleurs sur dix y trouvaient un emploi. Malgré tout, on y retrouve encore un travailleur sur cinq qui y gagne sa vie au moyen d’un emploi saisonnier (voir tableau 3) dans la capture ou la transformation.

Tableau 3. Importance des emplois du secteur de la pêche dans le bassin versant de la baie de Caraquet

Emplois

 % de la population active

Revenus (millions $)

 % des revenus d’emploi

Pêche et transformation

1745

21,2 %

27,6

19,4 %

-Pêche

450

13,8

-Transformation

1295

13,8

Limites des pêches commerciales et potentiel des pêches récréatives et de l'écotourisme

  • 7 De l'anglais « carrying capacity » dont l’identification est elle-même incertaine ou illusoire.

28Les pêches commerciales, il faut le répéter, se sont développées au-delà de la « capacité de charge7 » de la ressource. Il faut s’assurer que les transformations éventuelles vont se faire davantage dans le respect des habitats du poisson et aussi dans le respect des limites de reproduction de la ressource déjà grandement hypothéquée. Dans les entrevues, on attribue à une vingtaine de causes le déclin des stocks de poissons, de mollusques et d’invertébrés. Ces causes vont de la destruction des habitats à la surpêche, en passant par la pollution par les engrais et les pesticides.

  • 8 Pêches et aquaculture N.-B. (1999), La baie de Caraquet comme modèle de gestion intégrée, document (...)

29Cependant, au niveau des pêches récréatives, la mobilisation autour de la revalorisation de l’habitat et de la culture de l’huître dans la baie de Caraquet par le Comité de développement durable de même que la valorisation de l’habitat du saumon et de la truite par le nettoyage et la restauration des rivières et ruisseau a débuté. Les premiers résultats sont prometteurs que ce soit en terme de gains ou encore de création d’emplois. La mobilisation des ressources humaines par le Comité de développement durable qui a lancé le projet de revalorisation du patrimoine et de l’environnement mérite d'être souligné : « Le Comité de développement durable a réussi à mobiliser les citoyens utilisateurs de la baie de Caraquet et des représentants locaux des fonctionnaires fédéraux, provinciaux et municipaux pour nettoyer la baie8 ». Grâce à cette mobilisation, un financement est obtenu du Fonds de fiducie de la province pour aider à financer les opérations. En 1996 (Chouinard et Vanderelinden, 1997), les efforts du Comité ont réussi à réduire la pollution engendrée par les coliformes fécaux dans la baie et a eu comme résultat de diminuer de 80 % la zone agréée sous condition par Pêches et Océans Canada et Environnement Canada, de sorte que tous les sites aquacoles et 77 % du banc public d’huîtres sont maintenant en zone ouverte. Cela montre que la concertation entre des comités de citoyens, des représentants de l’industrie et les instances gouvernementales, sous la gouverne d’un leadership local fort, porte fruit.

30Au niveau du réaménagement du banc d’huîtres par l’ensemencement, l’aménagement des fonds et l’adoption de la technique de « la culture en suspension horizontale ou verticale », et le soutien à l’aquaculture, on envisage des gains supplémentaires de 1,5 million, entraînant ainsi soit des salaires d’appoint ou encore des salaires quasi annuels pour les ostréiculteurs. Quant au saumon et à la truite, on prévoit une augmentation du stock indigène d’une valeur minimale de 100 000 $ et des retombées de la pêche récréative. Ceci entraînerait une reprise contrôlée de la pêche récréative, mais, surtout, ouvrirait un large potentiel pour les activités écotouristiques dans l’arrière-pays du bassin versant. À titre d’histoire exemplaire, citons l’expérience d’une initiative mobilisatrice. Le Club des loisirs de la rivière Caraquet a entrepris d’aménager les ruisseaux qui se jettent dans la rivière de Caraquet et de sensibiliser la population du bassin versant à la qualité de l’environnement et à la qualité de vie, notamment grâce à des tournées dans les écoles. Cette initiative a permis de recueillir des subventions auprès des gouvernements et de créer des emplois. Concrètement, l'initiative des membres du Club de loisir permet d’améliorer l'habitat de la rivière Caraquet et, par le fait même, d’augmenter son potentiel socioéconomique. Un plan d’intervention s’échelonnant sur 7 à 10 ans vise à nettoyer la rivière et à contrer l’envasement de la rivière en intervenant sur les 12 ruisseaux qui s’y déversent. Jusqu’à présent, deux ruisseaux ont été réaménagés. La technique utilisée pour contrer l’envasement a été développée dans d’autres régions. Elle permet d’accroître le courant de la rivière pour qu’elle se creuse davantage et retrouve ainsi sa largeur normale. En se creusant naturellement, le fond de la rivière redevient rocailleux. Leur intervention bénéficie actuellement d’une aide financière gouvernementale (1 600 000 $ pour la rivière Caraquet). Cette aide permet la création de certains emplois en plus de sensibiliser la population par l'intervention et l’action. Quant à l’éperlan, en respectant l’habitat et la migration, « le nigoguage », une activité de pêche blanche hivernale à la ligne, pourrait être quadruplé sur la baie de Caraquet.

Un avenir pour la culture des petits fruits

31De grands territoires sont laissés vacants par l’abandon des fermes familiales de subsistance qui sont passées d’environ 4500 en 1951 à 170 en 1996. À l’époque, « avoir une ferme était une nécessité, c’était comme avoir un char » disait un informateur. Ceci laisse, il va sans dire, un avenir prometteur à la culture « biologique » des petits fruits. À la condition que les producteurs s’orientent définitivement vers la culture biologique, qui est une alternative réelle à la culture conventionnelle qui utilise des engrais et des produits chimiques, sans compter le danger des effets cumulatifs par la pollution diffuse de ces produits sur la qualité de l’eau de la nappe phréatique et des cours d’eau.

Des pratiques de gestion responsables pour l'industrie de la tourbe

32L’industrie de la tourbe (nom commun du sphaigne, sphagnum), ressource non renouvelable, est un secteur qui a pris un essor considérable depuis la Seconde Guerre mondiale. Il y en a trois sur le territoire de Caraquet et on en compte 15 dans le comté de Gloucester (à 84 % acadien et qui fait partie du territoire du nord-est du Nouveau-Brunswick). Celles-ci représentent 62 % de l'activité d’extraction de la tourbe au Nouveau-Brunswick et apportent 81 millions de dollars à l'économie régionale. Par le passé, on a attribué des taux élevés de mortalité d’huîtres à la mauvaise gestion des activités de tourbières le long du littoral. Des pratiques de gestion responsables, telles des bassins de rétention, sont implantées afin d’éviter la contamination de l’eau. Il faut noter que l'exploitation des tourbières représente un risque pour l'écosystème du bassin versant. En effet, l'érosion entraîne les résidus toxiques (Surette, 1999) vers le littoral en plus de réduire la biodiversité par la destruction de plantes telles que l’orchidée, par exemple.

L'activité forestière : son avenir passe par une éducation en profondeur

33Au Nouveau-Brunswick comme dans les autres provinces canadiennes, la gestion de la forêt est confiée au secteur privé. La province du Nouveau-Brunswick « fait face à un appauvrissement de la diversité du couvert forestier, à une déstabilisation des niches écologiques et des écosystèmes forestiers en raison des pratiques d’exploitation très soutenues et non sélectives, dont certaines persistent » (Glon, 1999). Également, la pratique de la sylviculture est en voie d’intensification et ne permettrait pas un renouvellement suffisamment diversifié de la ressource pour retrouver un certain équilibre écologique ou encore pour répondre à l’importante demande industrielle.

34L’industrie forestière constitue donc un secteur économique qui dépend directement de la régénération de la ressource. L'importance de pratiquer des coupes dans une perspective durable, de même que de favoriser le reboisement des territoires exploités, devient alors cruciale. Or, les entrevues réalisées auprès des informateurs de ce secteur socioéconomique indiquent un état fragile de la ressource, c’est-à-dire de la forêt, dans la région de Caraquet, en raison de pratiques de coupe à blanc tant par le passé que présentement. Un informateur mentionne que l’on a trop attendu pour développer des pratiques de reboisement. Cela expliquerait le mauvais état de la forêt.

35Certains informateurs disent pratiquer une coupe durable, puisqu’ils suivent des plans d’aménagement. En outre, il y a toujours des pousses qui restent après la coupe. Or, est-ce suffisant pour parler de coupe durable ? Il est intéressant de noter que ce genre de perception a des conséquences sur les pratiques de coupe et remet en question les notions de développement durable et viable dans ce secteur.

36Un informateur mentionne également que la coupe sélective est impossible dans la région compte tenu de la structure de propriété des terres. Or, cela contredit un autre informateur qui dit pratiquer la coupe sélective sur son lot. Ces différences de perception peuvent expliquer les pratiques de coupe dans la région. Selon la façon qu’on définit la coupe sélective, on aura des pratiques de coupe différentes. D’où l’importance de s’entendre sur ce qu’est une coupe sélective.

37Les pratiques intensives de coupe de bois favorisent l’érosion qui envasent l’habitat de la truite et du saumon dans les ruisseaux et les rivières. L’érosion est en grande partie responsable de l’accroissement des sédiments dans la baie de Caraquet, ce qui nuit considérablement à la croissance de l’huître. Notons une initiative de sensibilisation des citoyens du territoire du bassin versant de la baie de Caraquet qui se sont mobilisés sous le groupe SOS Nature à l’hiver 2000. L’intervention et le travail de SOS Nature constituent un exemple de dénonciation de certaines pratiques de coupe dans la région qui mérite d’être souligné. Ce groupe s’oppose aux pratiques de coupe à blanc de vastes secteurs forestiers qui visent à fournir des terrains pour la culture de petits fruits dans la région de Saint-Léolin. Sans être contre le développement de l’industrie des petits fruits, ce groupe s’interroge sur la façon qu’on envisage ce développement. Il propose des alternatives de coupes qui n’excéderaient pas vingt acres (huit hectares) et qui seraient réparties de façon à minimiser leurs impacts sur l’environnement et la faune. De plus, ce groupe croit que les nombreux secteurs forestiers de la région, déjà coupés à blanc, devraient être considérés pour la culture du bleuet avant de raser d’autres étendues.

38L’éducation ou plus concrètement « l’alphabétisation environnementale » (Villeneuve, 1998) dans le secteur forestier doit se centrer sur la promotion de coupes qui permettent : la régénération de la ressource, la protection de l’environnement et l’amélioration de la qualité de vie entre autres, par des activités communautaires de restauration forestière. L’éducation des groupes sur le rôle de la forêt pour capter le gaz carbonique CO2, par exemple, est vitale (Perron et Chouinard, 2000). Également, l’éducation sur l’impact de la coupe sur les autres activités du bassin versant est vitale si l'on veut accroître le niveau de conscience des citoyens.

Le tourisme, la culture et les loisirs à la recherche d'un équilibre

39La majorité des attractions touristiques de la région sont liées à la pêche et à la nature. Les informateurs confirment que le paysage et la qualité de l’environnement (baie de Caraquet) favorisent le prolongement des séjours. La restauration, la qualité des plages, le site du Village historique, le Musée acadien, le sanctuaire Sainte-Anne et l’emplacement des terrains de camping attirent les touristes. Les informateurs interrogés insistent pour que l’on sensibilise la communauté à miser davantage sur l’exploration de la reproduction et de la croissance de la mye et de la palourde à des fins écotouristiques. Le lien entre le capital naturel et culturel est un des atouts de l’ensemble du bassin versant. Caraquet vénère le patrimoine et les traditions ancestrales, ce qui suscite la curiosité du visiteur.

Leçons de l'expérience de planification en vue d'un développement durable

La réunification de l'écologie et de l'économie

40L’approche par bassin versant pour l’ensemble des ressources biophysiques nous amène à tenir compte de la complexité du phénomène de reproduction des ressources et des flux transfrontaliers, c’est-à-dire des interactions à la limite des écosystèmes naturels. Bref, un bassin versant n’opère pas en vase clos. De plus, les changements écologiques évoluent sur des cycles longs tandis que l'économie opère sur des cycles courts. Ceci implique que nous nous mobilisions pour investir notre savoir-faire, notre temps et notre argent dans l’environnement afin de réconcilier écologie et économie. Il s’agit d’une transformation de notre « modèle de prélèvement » des ressources. Toutes les ressources naturelles ne sont pas exploitées en fonction de leur durabilité (temporalité) et de leur viabilité (valeurs et qualité de vie). La mobilisation du groupe SOS-Nature à Saint-Léolin, en vue de préserver des portions de forêt à travers les sections de culture de petits fruits et afin d’assurer la biodiversité et d’éviter une érosion des terres agricoles dans la baie de Caraquet, est un exemple en ce sens.

Une approche décentralisée collaborative ou coopérative de gestion des ressources

41La gestion par bassin versant, ou écosystémique, nous convie à gérer les ressources localement, et ce, à l’échelle communautaire. D’abord, ceci défie les frontières administratives mises en place pour les activités humaines. C’est d’ailleurs la question que nous avons soulevée lors de l’analyse des données du recensement qui ne correspondaient pas aux données biophysiques du bassin versant. Ensuite, ceci implique un processus multipartite de coopération et de collaboration de tous les groupes tant sociaux et économiques qu’environnementaux, afin de révéler la diversité des groupes et des personnes vivant dans cet écosystème, ce qu’on appelle la sociodiversité. De plus, ce processus se veut inclusif parce qu’il comprend non seulement les groupes que la société considère « productifs », mais aussi les groupes « non productifs » comme par exemple les jeunes des cycles primaire et secondaire ainsi que les retraités. Cette forme de gestion que Fortin et Gagnon (1999) appellent la « gestion environnementale locale » nécessite un système de gestion horizontale davantage démocratique et non hiérarchique et verticale. Le Comité de développement durable de la baie de Caraquet va effectivement dans cette direction.

L'importance de l'éducation à l'environnement et de la vulgarisation scientifique

42Ceci implique que tous les citoyens apprennent non seulement par la sensibilisation mais aussi par l’action. Ainsi, on développe des activités de sensibilisation en mettant à profit tant les expertises scientifiques et pédagogiques que les savoirs traditionnels locaux, afin de comprendre les éléments constitutifs d’un écosystème. Après avoir déterminé les actions, on classe en ordre de priorité et on passe à des actions de restauration ou de réparation des écosystèmes en danger : réparation de ruisseaux du village, ensemencement, etc. Cependant, les outils d’éducation et de vulgarisation doivent être en mesure d’utiliser toutes les formes de médias : des réunions de cuisine jusqu'au bulletin d’information, à la radio communautaire, aux affiches, en passant par le réseau électronique. Le Club de loisir de la rivière de Caraquet pour améliorer l'habitat de la rivière Caraquet est un exemple en ce sens.

43Le projet de gestion intégrée du bassin versant de la baie de Caraquet présente un apport indéniable à la qualité de vie et au développement de la communauté. Au niveau mondial, plus de la moitié de la population vit dans une ville qui devient un des champs d’application privilégié du développement durable. La réalité acadienne est tout autre : 63,3 % de la population acadienne vit dans des villes de moins de 10 000 habitants. Ceci se traduit souvent par des liens ancrés dans la communauté, en plus d’un attachement à des évènements, à des objets, à des symboles. Ceci nous incite à trouver, dans ces communautés, des solutions viables afin que les citoyens puissent y maintenir une meilleure qualité de vie, ce qui a l’avantage de créer un lien de confiance entre scientifiques et citoyens. Les membres de la communauté ne sont pas insensibles au savoir scientifique. Par exemple, pendant le déroulement de l'étude, certains groupes ont demandé au Comité de développement durable l'obtention de connaissances plus précises et rigoureuses sur l’état du bassin versant de la baie de Caraquet. Si le savoir local permet d'alimenter indéniablement le savoir scientifique, on constate que le savoir scientifique alimente en retour le savoir local. Cela se manifestera au moment où les membres de la communauté s’approprieront les informations colligées selon leurs intérêts et leur point de vue.

Carte 1. Carte du territoire du bassin versant de la baie de Caraquet telle que découpée par le Comité de développement durable de la baie de Caraquet (hiver 2000)

Carte 1. Carte du territoire du bassin versant de la baie de Caraquet telle que découpée par le Comité de développement durable de la baie de Caraquet (hiver 2000)

Bibliographie

Bibliographie

Beaud, J.-P. (1997), « L’échantillonnage » in Benoît Gauthier (dir.), Recherche sociale, de la problématique à la collecte de données, Sainte-Foy (Qc), Presses de l’Université du Québec.

Bertrand, Y., P. Valois et F. Jutras (1997), L'écologie à l’école, Paris, PUF.

Brown, L. R. (2000), « Challenges of the New Economy », Norton, Worldwatch Institute, p. 3-21.

Brown, L. R. et C. Flavin (1999), « A New Economy for a New Century », Norton, Worldwatch Institute, Millennial, p. 3-21.

Chouinard, O., E M. Desjardins et É. Forgues (2000), Vers une gestion intégrée du bassin versant de la baie de Caraquet, Rapport manuscrit, Chaire d’études K.-C.-Irving en développement durable et Chaire des caisses populaires acadiennes en études coopératives, Université de Moncton, FESR/FSS, MPO, Moncton.

Chouinard, O. et J. E Vanderlinden (1997), « Mise en place du plan de gestion environnemental de la baie de Caraquet », Aménagement et protection de l’environnement littoral, tome 3, Bordomer 97, IFREMER, p. 18-26.

Chouinard, O. (1992), Les transformations structurelles de l’industrie de la pêche dans la péninsule acadienne (1946-1990), thèse de doctorat, Département de sociologie, Montréal, UQAM, 401 p.

Chouinard, O., D. Pruneau, T. Ayéva, C. Isabelle et R. N’Kambou (2001), « Le rôle des actions environnementales et de l’outil multimédia éducatif et interactif comme facteurs de cohésion sociale dans une communauté côtière », L’Acadie plurielle, Poitiers.

CNUED (1988), Notre avenir à tous, Montréal, Éditions du Fleuve.

Comeau, Y. (2000), « La construction des cohésions sociales dans un contexte de globalisation », Économie et solidarités, vol. 31, no 1, p. 1-8.

Coriat, B. (1997), « Globalization, Variety and Mass Production in the New Competive Age » in J. Rogers Hollingsworth et Robert Boyer, Contemporary Capitalism, Cambridge, Cambridge University Press, p. 240-264.

Côté, S. (1993), « À l’heure de la mondialisation, les politiques régionales de l’État central sont-elles devenues caduques ? », Égalité, no 34, p. 208-211.

De Rosnay, J. (1994), L’écologie et la vulgarisation scientifique, De l’égocitoyen à l’écocitoyen, 2e éd., Montréal, Fides, p. 7-47.

De Rosnay, J. (1995), « Vouloir : culture et valeurs pour un nouveau monde », L’homme symbiotique, Paris, Seuil, p. 279-339.

Doyle, T. et D. McEachern (1998), Environment and Politics, London, Routledge.

Favreau, L. et B. Lévesque (1996), Développement économique communautaire, économie sociale et insertion, Sainte-Foy (Qc), Presses de l’Université du Québec.

Fortin, M.-J. et C. Gagnon (1999), « La gouvernance environnementale locale : où est le timonier ? », Économie et solidarité, no spécial sur la gouvernance locale, vol. 30, no 2, p. 94-111.

Gagnon, C. (1994), La recomposition des territoires, vers un développement local viable, Paris, L’Harmattan.

Gendron, C. (2001), Éthique et développement économique : le discours des dirigeants sur l’environnement, thèse de doctorat, Département de sociologie, Montréal, UQAM, 482 p.

Glon, É. (1999), Forêts, filière bois, territoires et développement local au NouveauBrunswick, Moncton, Université de Moncton/ICRDR, 144 p.

Higgins, B. et D. J. Savoie (1994), « Comparing Australian and Canadian Regional Development Policy, Lessons for Canada », Revue canadienne des sciences régionales, vol. 17, no 1, p. 1-22.

Hoff, M. D. (dir.) (1998), « Introduction » in Sustainable Community development : Studies in economic, environmental and cultural revitalization, Washington (DC), Lewis Publishers, p. 9-17.

Jean, B. (1997), Territoire d'avenir, Sainte-Foy (Qc), Presses de l’Université du Québec.

Jenson, J. (1998), Les contours de la cohésion sociale : l’état de la recherche au Canada, Réseaux canadiens de recherche en politiques publiques (RCRPP), étude no F/03, Ottawa, RCRPP. 

Jenson, J. (1999), « Les mots pour le dire, les mots pour le faire : le nouveau vocabulaire du social », Lien social et politiques-RlAC, no 41, p. 5-12.

Jenson, J. (2000), « La cohésion sociale : lorsqu’un vieux concept revient à la mode », Économie et Solidarités, vol. 31, no 1, p. 9-23.

Klein, J.-L. (1998), « Mondialisation et État-nation : la restructuration territoriale du système-monde » in J.-L. Klein et S. Laurin (dir.), L’éducation géographique (32-70), Sainte-Foy (Qc), Presses de l’Université du Québec.

Littoral et vie (2000), « Les cartes ». <http://www.umoncton.ca/littoral-vie/cartesO.htm>.

Mark, S. et A. Montague (1997), « Établir des liens pour promouvoir les produits écologiques et le développement économique des collectivités », cités par J. Kassirer et D. McKenzie-Mohr (1998), Outils de changement : méthodes éprouvées pour promouvoir la responsabilité civique face à l’environnement : guide de travail, Ottawa, Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie.

Maser, C. (1996), Resolving Environmental Conflict, Delray Beach (FL), St. Lucie Press.

Maser, C. (1997), Sustainable Community Development, Delray Beach (FL), St. Lucie Press.

Maser, C. (1999a), Reuniting Ecolology and Economy in Sustainable Development, Boca Raton (FL), Lewis Publishers.

Maser, C. (1999b), Ecological Diversity in Sustainable Development, The Vital and Forgotten Dimension, Boca Raton (FL), Lewis Publishers.

Moquay, P (1998), « Sentiment d’appartenance et développement régional », Espace et Mutation, Chicoutimi et Rimouski, GRIR/GRIDEQ, p. 57-71.

Morin, R. et M. Rochefort (1998), « Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l’action collective », Lien social et politiques-RIAC, no 39, p. 103-114.

Nozick, M. (1995), Entre nous. Rebâtir nos communautés, Montréal, Éditions Écosociété.

Nozick, M. (1999), Sustainable Development Begins at Home : Community Solution to Local Problems, in Pierce, J. T. et A. Dale, Vancouver, UBC Press, p. 3-23.

Passet, R. (1996), L’économique et le vivant, Paris, Économica.

Passet, R. (2000), « Renverser la démarche », L’illusion néolibérale, Paris, Fayard, p. 181-235.

Pêches et aquaculture N.-B. (1999), La baie de Caraquet comme modèle de gestion intégrée, document produit par la région du nord-est du MPANB, Caraquet (non édité), p. 3-4.

Perron, J. et O. Chouinard (2000), « Les enjeux de la participation du public à la forêt modèle de Fundy » in Danielle Lafontaine et Nicole Thivierge (dir.), Le développement et l’aménagement des régions fragiles à l'ère des mutations globales, nouveaux modèles, nouvelles culture de coopération, collection : « Tendances et débats en développement régional », Rimouski et Chicoutimi, GRIDEQ/GRIR, p. 57-64.

Plan (Commissariat général du plan) (1997), Cohésion sociale et territoires, Rapport de groupe présidé par Jean-Paul Delevoye, Paris, La Découverte/Documentation française.

Polanyi, K. (1983), La grande transformation, Paris, Gallimard.

Putnam, R. D. (1993), « The Prosperous Community : Social Capital and Public Life », The American Prospect, vol. 4, no 13.

Putnam, R. D. (1996), « The Decline of Civil Society : How Come ? So what ? », Optimum, The Journal of Public Sector Management, vol. 27, no 1, p. 28-36.

Putnam, R. D. (1999), « Le déclin du capital social aux États-Unis », Lien social et Politiques-RIAC, no 41, p. 13-22.

Reimer, B. (1996), « Informai Social Networks and Voluntary Associations in NonMetropolitan Canada » in R. Rounds (dir.), Changing Rural Institutions : A Canadian perspective, Brandon, Brandon University for the Canadian Rural Restructuring Foundation, p. 89-104.

Réseaux canadiens de recherches en politiques publiques (RCRPP) (1998), « Les contours de la cohésion sociale », fiche documentaire, discours présenté à la conférence, La Recherche sur les politiques : créer les liens, organisée par le Secrétariat de la recherche sur les politiques, Ottawa, 1er octobre 1998.

Sainsaulieu, R. (1990), L’entreprise une affaire de société, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Savoie, D. J. (2000), Le développement économique communautaire au Canada : illusion ou panacée, Moncton, Université de Moncton, Institut canadien de recherches en développement régional (ICRDR).

Sheleff, L. (1997), Social Cohesion and Legal Cohesion : A Critique of Weber, Durkheim and Marx, Amsterdam, Rodopi.

Singh, N. C. et V. Titi (dir.) (1995), « An overview », Empowerment : Towards Sustainable Development, Halifax, Fernwood Publishing, p. 6-28.

Surette, C. (1999), Relation entre la tourbe et la bioaccumulation du mercure dans trois espèces estuariennes, ruisseau Mills, Richibouctou, Nouveau-Brunswick, thèse de maîtrise, Programme de Maîtrise en études de l’environnement, Faculté des études supérieures et de la recherche, Moncton, Université de Moncton.

Suzuki, D. et A. McConnell (1997), « A New Millennium », The Sacred Balance, Vancouver, Greyston Books, p. 207-240.

Thériault, J.-Y. (1999), « Développement durable » in Expertises francophones et acadiennes du Canada, Ottawa, Édition 2000, p. 2-3.

Villeneuve, Claude (1998), Qui a peur de Tan 2000 ? Guide d’éducation relative à l’environnement pour le développement durable, Sainte-Foy, Édition Multimondes.

Williams, C. et G. Haughton (1994), Perspectives Towards Sustainable Environmental Development, Aldershot (England), Avebury Books, Williams et Haughton.

Notes

1 On pourrait en dire autant de la mise sur pied des coopératives des années 1930 et 1940. Ces organisations encouragées par le gouvernement du Canada voulaient contrer la déstructuration des communautés rurales face à la restructuration de la pêche commerciale par l’introduction du chalut et à l’introduction de la technique de la congélation du poisson qui faisait concurrence à la technique du salé et séché.

2 Selon Jane Jenson (1998), on peut considérer la cohésion sociale comme « l’accomplissement d’une société qui réussit à gérer ses conflits au lieu de les envenimer ». De plus, selon le commissariat général du Plan « la cohésion sociale reposerait à la fois sur des facteurs objectifs de communauté d’intérêts et d'interdépendance économique et sur les facteurs subjectifs, tout aussi importants, d’identité collective, de conscience d’appartenir à une communauté et de lier son destin individuel à un destin collectif » (Plan, 1997).

3 La définition la plus communément acceptée du développement durable est celle du rapport Bruntland qui le définit comme étant « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (CNUED, 1998, p. 51).

4 Cela rejoint la perspective de Gagnon et Fortin qui mentionne que le développement viable « transcende la stricte temporalité [qui est associée au développement durable] pour intégrer la qualité de vie, le rôle des acteurs et de leurs valeurs » (Fortin et Gagnon, 1999).

5 Il comprend tout le territoire dont l’écosystème est lié à la baie de Caraquet. Ce territoire comprend trois rivières, dont la rivière Caraquet et les douze ruisseaux qui s’y déversent, et couvre les villes dont les activités ont un impact environnemental sur la baie de Caraquet et son bassin versant. Sur ce territoire, nous retrouvons la ville de Caraquet, les villages de Maisonnette, Saint-Léolin, Bertrand et Bas-Caraquet, de même que trois districts de services locaux, à savoir Village-des-Poiriers, Dugas et Pokesudie. Les limites maritimes du territoire sont délimitées approximativement au territoire des pêcheurs de pétoncle.

6 Il s’agit de la population active de 15 ans et plus qui n’a pas terminé une 9e année.

7 De l'anglais « carrying capacity » dont l’identification est elle-même incertaine ou illusoire.

8 Pêches et aquaculture N.-B. (1999), La baie de Caraquet comme modèle de gestion intégrée, document produit par la région du nord-est du MPANB, Caraquet (non édité), p. 3-4.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Diminution de la capture des ressources maritimes du territoire de Caraquet et de la péninsule acadienne de 1989 à 1999
Légende *données préliminairesSources : ministère des Pêches et des Océans, Centre des pêches du Golfe, Moncton, N.-B,
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Carte 1. Carte du territoire du bassin versant de la baie de Caraquet telle que découpée par le Comité de développement durable de la baie de Caraquet (hiver 2000)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

Auteurs

Professeur titulaire en sociologie à la Faculté des arts et des sciences sociales de l’Université de Moncton. Il est également directeur du programme de maîtrise en études de l’environnement dans cette institution. Entre autres, pour l’année 2000, il fut coauteur avec Pierre-Marcel Desjardins et Éric Forgues de « Gouvernance locale et corporations locales de développement économique (CLDE) en région rurales au Nouveau-Brunswick » publié dans la revue Économie et solidarité. Il a aussi écrit avec Claire Isabelle, Roger N’Kambou, Diane Pruneau et al. : « A Web Site for the Environmental Literacy of Community Citizens » paru dans la revue Convergence.

Professeur titulaire en sociologie à la Faculté des arts et des sciences sociales de l’Université de Moncton. Il est également directeur du programme de maîtrise en études de l’environnement dans cette institution. Entre autres, pour l’année 2000, il fut coauteur avec Pierre-Marcel Desjardins et Éric Forgues de « Gouvernance locale et corporations locales de développement économique (CLDE) en région rurales au Nouveau-Brunswick » publié dans la revue Économie et solidarité. Il a aussi écrit avec Claire Isabelle, Roger N’Kambou, Diane Pruneau et al. : « A Web Site for the Environmental Literacy of Community Citizens » paru dans la revue Convergence.

Professeur titulaire en sociologie à la Faculté des arts et des sciences sociales de l’Université de Moncton. Il est également directeur du programme de maîtrise en études de l’environnement dans cette institution. Entre autres, pour l’année 2000, il fut coauteur avec Pierre-Marcel Desjardins et Éric Forgues de « Gouvernance locale et corporations locales de développement économique (CLDE) en région rurales au Nouveau-Brunswick » publié dans la revue Économie et solidarité. Il a aussi écrit avec Claire Isabelle, Roger N’Kambou, Diane Pruneau et al. : « A Web Site for the Environmental Literacy of Community Citizens » paru dans la revue Convergence.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search