Version classiqueVersion mobile

Développement durable et participation publique

 | 
Corinne Gendron
, 
Jean-Guy Vaillancourt

Deuxième partie. Gouvernance et rationalité du développement durable

Chapitre 8. Une analyse sociologique d’une tempête de verglas

Raymond Murphy

Texte intégral

L’auteur tient à remercier le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada pour son appui financier.

1La société existe non pas dans un vide mais dans le contexte des processus de la nature. L’interaction entre les pratiques sociales et les dynamiques de la nature est au cœur de la sociologie environnementale (Murphy, 1994 ; 1997). Dans les sociétés modernes, les pratiques sociales sont organisées par l’horloge et les dynamiques de la nature par la technologie, ce qui donne des sociétés hautement ordonnées et efficaces. Mais il y a aussi des perturbations de la nature. Ces perturbations donnent l’occasion d’étudier l’effet de la nature sur les pratiques sociales et sur la technologie. Le but de ce chapitre est d’examiner le rapport entre le temps social et les temporalités naturelles lors d’une perturbation de la nature. Le lien est si intime entre la succession des événements et l’état de l’atmosphère que la langue française utilise le même mot pour les deux. La tempête de verglas de janvier 1998 dans le nord-est de l’Amérique du Nord a eu comme conséquence de provoquer une panne dans une très grande partie du système électrique ainsi que dans plusieurs autres infrastructures essentielles, ce qui a produit un désastre technologique (Murphy 1999, 2002b). Le chapitre commencera à partir des travaux de l’une des rares sociologues qui ait analysé le rapport entre le temps social et les temporalités naturelles, la sociologue britannico-allemande Barbara Adam (1990, 1995, 1998).

L’interpénétration fondamentale entre la nature et la culture

2Adam met l’accent sur « l’interpénétration fondamentale de la nature et de la culture » (Adam, 1995, p. 148 ; notre traduction). Au lieu d’analyser seulement le contexte social en ignorant le contexte naturel dans lequel les relations sociales prennent forme, son sujet d’étude est toujours totalement contextualisé, c’est-à-dire centré sur les pratiques sociales et les dynamiques physiques et naturelles. Sa théorie du temps propose donc l’investigation des relations entre 1) le temps socioculturel organisé autour de l’horloge, des sonneries et du calendrier ; et 2) les temporalités de la nature dont les rythmes de la planète et celles du corps.

3Adam avance l’argument que la lumière et l’énergie provenant du Soleil sont parmi les forces les plus importantes qui régissent la vie sur la Terre, particulièrement la vie humaine, et l’attachent aux cycles de notre planète. Les cycles du corps, surtout le besoin physiologique de sommeil, sont en synchronie avec la longue période d’évolution des cycles diurnes et nocturnes ainsi que la rotation de la Terre sur son axe. Ceci est un des exemples qui démontrent que les rythmes de notre corps « résonnent harmonieusement avec les multiples pulsions de la Terre » (Adam, 1995, p. 46 ; notre traduction). L’industrialisation a construit de nouveaux temps sociaux, « des rythmes qui sont en fait superposés à ceux qui se trouvent dans nos corps et dans la planète. L’horloge et la lumière artificielle en sont deux exemples » (Adam, 1995, p. 46 ; notre traduction). L’utilisation de l’horloge a réorganisé la vie sociale en transformant les rythmes variables du travail et de la vie quotidienne en rythmes invariables. L’électricité a permis de prolonger artificiellement la lumière, éliminant ainsi la distinction entre le jour et la nuit dans plusieurs centres de production, de services et même dans la vie quotidienne.

4Adam (1990) reprend l’utilisation anglo-saxonne des concepts français de « temps », de « durée » et de « longue durée » des auteurs tels que le philosophe Bergson (1910) et le sociologue Giddens (1979, 1981, 1984). Après une critique de l’usage qu’en fait Giddens, Adam avance les distinctions suivantes. « Le temps » se réfère aux constructions sociales standardisées, abstraites, mathématiques et sans contexte telles que l’horloge et le calendrier sous toutes leurs formes. « La durée » se réfère au vécu, à la matérialité de l’expérience et à l’émergence continue du présent dans la vie quotidienne. La durée est une dimension constitutive de la vie tandis que le temps demeure un paramètre dans lequel la vie a lieu. On vit une durée dans un temps quantifié par l’horloge. « La longue durée » se réfère à une échelle différente, par exemple celle de la sédimentation et la récurrence entre générations. Les trois concepts sont analytiquement distincts, mais ils se réfèrent à des phénomènes qui se trouvent confondus dans les faits. Le temps social construit selon l’horloge structure le vécu de la vie quotidienne dans la société moderne. C’est dans la durée de la vie quotidienne qu’émerge la récurrence ou le changement à longue échelle. Le temps de l’horloge, la durée du vécu quotidien et les phénomènes de longue durée affectent la vie simultanément. Il ne faut pas voir le temps de l’horloge comme la seule dimension temporelle.

La durée de la pluie verglaçante

5Au début de janvier 1998, une tempête de verglas d’une durée inusitée de cinq jours et d’une rare intensité a sévi dans l’est de l’Amérique du Nord (Environment Canada, 1998, 1999 ; FEMA, 2000a, 2000b ; Insurance Bureau of Canada, 1998 ; Jones et Mulherin, 1998 ; LaRue, 1998 ; Lecomte et al., 1998 ; Milton et Bourque, 1999 ; Phillips, 1998 ; Scanlon, 1998 ; Statistics Canada, 1998 ; USDA Forest Service, 1998).

À la station de Saint-Hubert, la tempête de verglas a été deux fois plus longue que toutes les chutes de pluie verglaçante observées en cinq jours consécutifs au cours des quarante-cinq années précédentes. La quantité de verglas accumulé à la station, soit 79 mm, n’avait jamais été observée à cette station au cours de ces mêmes quarante-cinq années. (Commission, 1999, p. 21)

6La Commission scientifique et technique chargée d’analyser les événements relatifs à la tempête de verglas survenue du 5 au 9 janvier 1998 au Québec conclut que la durée et l’intensité du verglas étaient imprévisibles et elle estime « que l’intervalle de récurrence pourrait être de l’ordre d’une centaine d’années » (Commission, 1999, p. 114).

Longue durée écologique et temps social

7La pluie verglaçante a endommagé énormément d’arbres parce que leurs branches supportaient en charge de glace jusqu’à cinquante fois leur poids (Commission, 1999, p. 52). Au Québec seulement, « les dommages ont affecté une superficie de 1,8 million d’hectares de forêt, se répartissant à peu près également entre traces et dommages légers (34 % de la surface totale), dommages modérés (30 %) et dommages graves ou très graves (36 %) » (Commission, 1999, p. 53). Les forêts ont aussi été endommagées en Ontario, au Nouveau-Brunswick et aux États-Unis (Birmingham, 1998 ; Jones et Mulherin, 1998 ; Statistics Canada, 1998 ; USDA Forest Service, 1998).

  • 1 « The Ice Storm caused a re-assortment of the relative importance of species present in the forest. (...)
  • 2 « While events like the ice storm may be devastating to people, the forest itself will survive and (...)

8Pourtant, dans la longue perspective du temps écologique, une perturbation comme la tempête de verglas est bénéfique pour la forêt et pour l’écosystème (Birmingham, 1998 ; Essman, 1998 ; Greene et McCavour, 1998 ; Scanlon, 1998 ; Wuerthner, 1999). La destruction des couronnes des arbres de la forêt laisse entrer la lumière du soleil, ce qui fait pousser de jeunes arbres et d’autres espèces, augmentant ainsi la diversité de la forêt (Birmingham, 1998 ; Adam cité in Essman, 1998)1. Les forêts s’adaptent aux tempêtes du siècle et même rajeunissent (Commission, 1999, p. 54). Ce que l’on appelle communément un désastre naturel n’est pas un désastre pour la nature. Les écologistes ont conclu que les perturbations comme la tempête de verglas sont essentielles au bien-être de la forêt (USDA Forest Service, 1998)2.

  • 3 « The storm caused great damage to pocketbooks of people with financial interests in the trees » (E (...)
  • 4 « Many of the trees affected were species that timber companies had been managing for saw timber an (...)

9Dans la courte période de la nécessité de gagner sa vie et le désir de fane du profit, par contre, une telle perturbation de la nature pourrait bien s’avérer désastreuse pour les propriétaires des forêts (Essman, 1998)3. Les propriétaires de vergers, d’érablières et de bois sur pied ont vu des années de travail et d’investissement anéanties en quelques jours4 (Darby, 1998 ; Jones et Mulherin, 1998 ; LaRue, 1998 ; Lecomte et al., 1998 ; Scanlon, 1998 ; Statistics Canada, 1998 ; USDA Forest Service, 1998). Au Québec, 6,8 millions d’entailles d’érablières ont été affectées et 700 000 entailles perdues ; 40 % à 60 % des pommiers situés dans les zones sinistrées ont été endommagés (Commission, 1999, p. 63, 65). Les propriétaires ne peuvent pas attendre vingt ans pour que les arbres se régénèrent. La différence entre les longs rythmes de la nature et les courts cycles du marché a eu comme conséquence qu’une perturbation de la nature bénéfique pour la forêt a été désastreuse pour les cultivateurs. Mieux la forêt était planifiée et espacée, plus la couronne des arbres était grande, et plus ces arbres ont été détruits par le poids de la glace (Birmingham, 1998). Par contre, « dans les vieilles forêts peu sujettes aux interventions humaines, les arbres les plus âgés ont mieux résisté au verglas » (Commission, 1999, p. 54). Les constructions humaines ont transformé une perturbation naturelle et bénéfique pour l’écosystème en désastre technologique et social et elles ont aggravé les dégâts dans les forêts. « Les écosystèmes évoluent indépendamment de l’influence humaine depuis des millions d’années. [...] Cependant, depuis trois siècles, ils ont été fragilisés et morcelés par l’action humaine. Cette fragilisation rejaillit sur leur capacité à absorber des sinistres tels que le verglas » (Commission, 1999, p. 61).

La durée de la panne d’électricité

10L’accumulation de glace sur les lignes à haute tension a entraîné l’effondrement structurel des grands secteurs du système électrique (Commission, 1999, p. 289). « La tempête de verglas a provoqué l’interruption de l’alimentation électrique de près de la moitié de la population du Québec » (Commission, 1999, p. xiv). Cette tempête inattendue nous a ramenés à la dure réalité du climat hivernal, obscur et froid, et aux rythmes souvent oubliés de la nature. À 16 h 30, la noirceur envahissait les maisons privées d’électricité. La lumière ne revenait qu’à 7 h 30 le matin suivant. Les maisons bien isolées et les bâtiments qui habituellement retiennent la chaleur provenant de l’électricité n’avaient plus de chaleur à retenir quand leurs sources d’énergie se sont éteintes à la suite de pluie verglaçante. Le climat extérieur a pénétré à l’intérieur de ces bâtiments. Les rythmes du travail, de l’alimentation et des loisirs, qui sont des cycles socialement construits, ont été ébranlés par cette perturbation de la nature. D’ailleurs, ces rythmes de la nature dont dépendent l’obscurité et le froid sont revenus en force. L’organisation sociale s’est vue ébranlée par les soubresauts de la nature qui se sont manifestés sous la forme de la pluie verglaçante. La tempête de verglas, à cause de sa durée et de son intensité, a entraîné une catastrophe technologique qui a d’une part privé la société moderne de son infrastructure essentielle, et d’autre part bouleversé l’ensemble des activités sociales (Darby, 1998 ; Jones et Mulherin, 1998 ; LaRue, 1998 ; Lecomte et al., 1998 ; Scanlon, 1998).

L’arrêt massif et prolongé des livraisons d’électricité a provoqué à son tour, par un véritable effet en chaîne, un dysfonctionnement majeur de certaines des infrastructures les plus importantes de la société, telles que les télécommunications, les réseaux de transport ou les systèmes bancaire et financier. (Commission, 1999, p. 16)

11Pour un certain nombre d’abonnés des compagnies d’électricité, la baisse de température et l’absence de lumière pouvaient ressembler à un épisode romanesque, dans la mesure où la panne était de courte durée. Mais pour plus d’un million de personnes, la privation d’électricité dans le contexte climatique hivernal a eu un effet beaucoup plus catastrophique. En fait, la période de temps passée sans électricité a été un des facteurs qui a le plus déterminé la façon dont on a vécu cette perturbation de la nature. Plus longue était la panne, plus les espaces intérieurs de nos microenvironnements — soit la maison et le bureau, qui ont généralement des climats contrôlés (20 °C, éclairés) —, ressemblaient à l’environnement extérieur (-6 °C, sans lumière). À mesure que la température baissait et que perdurait la période de froid, l’aspect romanesque de la chose a cédé la place au côté inquiétant de la situation. La durée de la panne a provoqué des problèmes nouveaux par rapport au froid et à l’obscurité, et ensuite de nouvelles appréhensions.

Un sentiment de vulnérabilité a succédé à la confiance que chacun avait conservée pendant les premières heures. La population frappée par le sinistre ne se sentait plus aussi capable qu’avant de faire face, sans trop de difficultés, à un événement de cette envergure. En même temps que cette vulnérabilité, s’est répandu un sentiment d’impuissance ou de perte de contrôle devant la durée des précipitations et l’ampleur croissante des dommages. (Commission, 1999, p. 51)

12Les personnes dans les étapes vulnérables du cycle de corps ont été particulièrement affectées par le stress de la panne d’électricité, par exemple les femmes enceintes et leurs bébés (King et al., 2000), et les vieillards (Commission, 1999).

13Contrairement au temps construit à partir de l’horloge, qui peut s’étendre à l’infini, le temps concret, celui que l’on vit, est fini en partie à cause des demandes que la nature impose au corps humain. Par exemple, les monteurs de ligne des compagnies d’électricité, qui ont été de véritables héros durant la tempête de verglas, travaillaient à réparer les lignes et à rétablir l’électricité dans la pluie verglaçante les premiers jours, puis dans des températures très froides. Dans ces conditions ardues et dangereuses, les monteurs ne pouvaient pas travailler plus que 16 heures par jour car leur corps avait besoin de repos et de sommeil. Ils voulaient travailler davantage, étant donné l’urgence de la situation, mais leurs bonnes intentions n’ont pas réussi à allonger la durée du travail quand elles se sont heurtées aux rythmes du corps humain. Au lieu de retourner dans le confort douillet de leur foyer, pour prendre une douche d’eau chaude et un bon repas, eux aussi trouvaient une maison froide et sombre à leur retour, rendant difficile la récupération de l’énergie dont le corps a besoin pour travailler. Ils n’ont pas été les seuls. « Les centres hospitaliers ont été par ailleurs affectés par la fatigue rapidement croissante des membres de leur personnel, dont un grand nombre, eux-mêmes sinistrés, ont dû travailler de façon intense et continue pendant toute la période du sinistre » (Commission, 1999, p. 77). Même dans la société moderne, les constructions sociales se font dans les limites imposées par les constructions de la nature, telles que la tempête de verglas et le corps humain avec son besoin de sommeil. Les rythmes climatiques de soleil-précipitation (verglas) et des cycles réveil-sommeil du corps constituent des temporalités sur lesquelles les constructions sociales du temps se trouvent superposées. « La durée du sinistre et l’intensité de l’effort à fournir ont entraîné un épuisement des intervenants en général et des bénévoles en particulier. Dans les centres de services, l’épuisement des ressources bénévoles s’est fait sentir dès la deuxième semaine du sinistre » (Commission, 1999, p. 239).

14Les dispositifs et les artefacts tels que l’horloge, les minuteries, les sonneries, les calendriers et l’horaire structurent les pratiques sociales. Ils sont imbriqués dans l’organisation du temps de la société moderne. Ils assurent ce qu’Adam (1995, p. 62) appelle la « chorégraphie » des activités sociales ; ils sont donc employés pour coordonner le travail, mais on les utilise également à la maison. Tout cela est possible seulement si certaines conditions du contexte naturel sont réunies, comme par exemple des conditions atmosphériques qui permettent de tenir pour acquis le bon fonctionnement de l’infrastructure essentielle de la société moderne, soit l’électricité et le transport. Mais lorsque ce n’est pas le cas, les conditions atmosphériques extrêmes minent le pouvoir du temps socialement construit à partir de l’horloge et le fonctionnement de la société moderne est ébranlé. La tempête de verglas n’a pas seulement causé l’écrasement du système électrique mais elle a aussi entraîné l’écrasement des routines et des pratiques sociales « orchestrées par le tic-tac des aiguilles de l’horloge » (Adam, 1995, p. 105 ; notre traduction). Lorsque la nature produit des perturbations, le « temps vécu » et la « matérialité de l’expérience » sont détachés du « temps abstrait » (Adam, 1995) de l’heure qui a été superposé aux autres temps pour les dominer et les contrôler. Ainsi, le temps concret, imprégné des rythmes de la nature, s’impose sur le temps socialement construit de l’horloge.

Une nouvelle catégorie de sans-abri partiels

15La tempête de verglas qui a provoqué une panne d’électricité a rendu les habitations invivables, laissant ainsi un million de personnes sans foyers sécuritaires. À la limite, les maisons étaient des abris contre la pluie verglaçante mais non pas contre le froid paralysant. Dans un contexte hivernal froid et obscur, cette perturbation de la nature a créé une nouvelle catégorie de sans-abri partiels. Les maisons sont devenues des lieux dangereux à cause du manque de chauffage, de lumière, d’eau et de nourriture, mais aussi à cause des toitures recouvertes de lourde glace, des arbres et des fils encore électrifiés tombés près des maisons (Insurance Bureau of Canada, 1998 ; Jones et Mulherin, 1998 ; LaRue, 1998 ; Lecomte et al., 1998 ; Scanlon, 1998). Mais également parce que la recherche désespérée de chaleur en a mené plus d’un à faire des feux à l’intérieur de la maison sans être équipé adéquatement ou en utilisant des appareils dégageant du monoxyde de carbone, ce qui peut empoisonner les gens.

Le Bureau du coroner signale aussi cinq cas d’hypothermie fatale, dix cas de décès à la suite de brûlures et une perte de vie par intoxication à l’oxyde de carbone résultant de l’utilisation d’un poêle au gaz propane. Cinq autres décès, découlant également d’une intoxication à l’oxyde de carbone, ont été causés par l’utilisation d’une génératrice à l’intérieur du domicile. (Commission, 1999, p. 47)

16De plus, la décongélation et la recongélation des aliments provenant des congélateurs inopérants ont créé des risques d’empoisonnement alimentaire. Dans ces conditions et dans un contexte stressant et inquiétant, l’insomnie était courante.

17Le foyer, normalement lieu sécuritaire par excellence, a été transformé par la nature. La maison n’était plus un endroit de loisir et de repos. Au lieu de protéger ses résidents, ce sont eux qui protégeaient leur maison contre les dangers qui la guettait (bris de tuyau d’eau, problèmes de toiture, arbres cassés...). L’habitation était réduite à sa police d’assurance demandant une surveillance quotidienne. Malgré cette protection « au Québec seulement, les dommages aux résidences et aux biens personnels ont donné lieu à plus de 500 000 réclamations » aux assureurs (Commission, 1999, p. 69). Pour ceux qui sont restés, leur maison n’était pas un foyer dans le sens habituel du terme. De nombreuses personnes ont quitté leur maison invivable pour être hébergées chez des parents ou des amis, d’autres dans les hôtels ou les centres d’hébergement d’urgence : « de 25 % à 56 % des sinistrés ayant répondu à ce sondage ont quitté leur domicile, le nombre variant selon les régions et les secteurs. La très grande majorité d’entre eux, soit 96,4 %, ont eu recours à des ressources familiales ou personnelles » (Commission, 1999, p. 232).

18Les effets produits par le phénomène d’être sans-abri sont proportionnels à sa durée. « La durée a constitué un facteur important dans l’impact psychosocial. Les problèmes psychologiques ou relationnels ont été d’autant plus intenses que l’état de sinistré s’est prolongé, tant pour les hébergés que pour les hébergeants » (Commission, 1999, p. 83). Le nombre de personnes devenues des sans-abri partiels était énorme, des millions de personnes, mais par rapport à ce que subissent les pauvres et les personnes souffrant de maladie mentale ou de problèmes de dépendance, le phénomène a été de courte durée et l’effet moins intense.

Une durée imprévisible

19Un quotidien montréalais a saisi les sentiments de la population, et on a pu lire à la une : « Est-ce que ça va finir ? ». En fait, pendant la tempête de verglas, les météorologues ne pouvaient pas prédire la fin des pluies diluviennes (Environment Canada, 1998, 1999 ; Milton et Bourque, 1999 ; Phillips, 1998) et même après, les dirigeants des compagnies d’électricité ne parvenaient pas à prédire la fin de la panne d’électricité (Leconte et al., 1998 ; Scanlon, 1998 ; Sperandio, 1998). Tout comme on réussit à s’apaiser lorsque l’on sait que la maladie dont on est atteint est sur le point de se terminer, savoir quand la pluie verglaçante et la panne allaient se terminer les aurait rendues plus supportables : « les sinistrés souhaitaient avant tout être rapidement informés de la durée de la panne d’électricité » (Commission, 1999, p. 215). Le fait de ne pas savoir la durée de la tempête est en soi une source de traumatisme.

La reconnexion du temps et de l’espace

20Adam (1995) nous rappelle que dans le passé, les communications à travers l’espace étaient très lentes. Un message ou une lettre prenaient beaucoup de temps à se rendre à son destinataire, les journaux à être distribués, les réponses à venir. Plus la distance à parcourir était grande, plus le message prenait de temps à arriver à destination. Le message prenait autant de temps que le messager. Le développement des appareils qui nous permettent de comprimer le temps (télégraphe, téléphone, radio, télévision, télécopieur et maintenant Internet) a brisé le lien entre le temps et l’espace. La communication instantanée est devenue possible sans le recours du messager. La distance n’est plus un obstacle à la communication, et l’information voyage désormais à la vitesse de la lumière. Ces communications instantanées ont donné naissance à un sentiment collectif de partager le présent de tous les hommes et toutes les femmes de la planète. Les horizons économique, social et politique se sont ouverts à mesure que les communications ont accéléré. La mondialisation est arrivée. Un double éclatement s’est produit : d’une part le temps s’est détaché de l’espace, et d’autre part le message s’est détaché du messager.

21Toutefois, tout cela dépend des dynamiques quotidiennes de la nature que Ton tient pour acquises. Mais ces dynamiques ne respectent pas toujours les moyennes et les perturbations atmosphériques peuvent interrompre les pratiques sociales habituelles. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit lors de la tempête de verglas, dont l’intensité et la durée étaient imprévues. Elle a provoqué une panne d’électricité de grande envergure, jetant à terre les fils électriques et téléphoniques, les poteaux et les pylônes, rendant ainsi inopérants les appareils qui compriment le temps. La communication ne va plus à la vitesse de la lumière lorsqu’il n’y a plus de lumière. Les lignes de fibre optique menaient à des cassures, c’est-à-dire nulle part. « En Amérique du Nord, les réseaux de distribution (électrique) à moyenne et à basse tensions sont presque tous de configuration aérienne, pour des raisons d’ordre économique » (Commission, 1999, p. 331) ; ils sont donc soutenus par des poteaux. La plupart des télécommunications dépendent également de lignes aériennes et de poteaux. Une grande partie des réseaux électriques et de télécommunications sont tombés sous le poids de la glace qui s’était accumulée (Jones et Mulherin, 1998 ; Lecomte et al, 1998 ; Scanlon, 1998). La plupart des ordinateurs, donc Internet et le courriel, fonctionnent en temps normal à l’électricité. « Le sinistre a confirmé la grande dépendance des réseaux de télécommunications par rapport à l’approvisionnement en électricité » (Commission, 1999, p. 266). Les piles et les génératrices fonctionnaient encore mais leurs réserves ont vite été épuisées.

22Les communications instantanées sont du coup redevenues tributaires du temps et le message tributaire du messager. Même ce dernier était ralenti à cause des routes qui étaient bloquées à plusieurs endroits. Les horizons économique, social et politique ont rétréci à mesure que les communications ralentissaient (Darby, 1998). Les bouleversements de la nature ont fait que l’infrastructure qui soutenait les appareils qui compriment le temps s’est effondrée, et par conséquent que la connexion entre le temps et l’espace a été rétablie. La nature a refait de la distance un obstacle, à cause de la chute des fils électriques et des câbles de téléphone, les routes bloquées par les arbres tombés et les fils électriques cassant sous le poids de la glace, et parce que les postes d’essence ne fonctionnaient pas dû au manque d’électricité. Le sentiment de partager le présent reposait de nouveau sur la proximité, comme par le passé. La mondialisation a été remplacée par la localisation. La chute de verglas d’une durée relativement longue a produit une localisation d’une durée relativement courte dans la marche vers la mondialisation.

La vulnérabilité de la société moderne face aux perturbations de la nature

23En Amérique du Nord, une société rejette les appareils modernes qui compriment le temps : les Amish, qui ont formé une série de petites communautés rurales au nord de l’État de New York, utilisant les moyens de communication et d’agriculture typiques du XVIIe siècle européen. Ils travaillent dans leurs fermes avec des chevaux, se chauffent au bois, s’éclairent avec des chandelles et mènent une vie ascétique (Faber, 1991 ; Hostetler, 1993). Pas question d’électricité, de télévision, de téléphone, d’automobile, de tracteur et d’autres machines qui compriment le temps.

  • 5 « When searchers returned from Norfolk, they reported that Amish families were almost unaffected by (...)

24La pluie verglaçante est tombée aussi sur les communautés Amish, détruisant des arbres, mais elles n’ont pas subi la catastrophe technologique de l’effondrement des infrastructures essentielles de leur mode de vie (LaRue, 1998, p. 124). Pendant et après la tempête, ils se sont chauffés au bois comme d’habitude, ils ont mangé la nourriture entreposée de manière traditionnelle et cuite sur le four à bois, ils ont pompé l’eau manuellement et ils ont déployé leur force physique pour faire travailler leurs chevaux comme toujours (LaRue, 1998)5. L’absence de Super Bowl, de films hollywoodiens, de défilés de mode et de téléromans au petit écran ne leur a causé aucun malaise puisqu’ils n’y étaient pas habitués. Ailleurs, les cultivateurs modernes ont beaucoup souffert (Commission, 1999 ; LaRue, 1998 ; Scanlon, 1998). En employant les machines qui compriment le temps de travail et qui rendent possible l’agriculture intensive, ils en sont venus à dépendre de l’électricité pour traire leurs nombreuses vaches, pomper l’eau, donner de la nourriture, sortir le fumier, et ainsi de suite. En évitant les machines modernes, par contre, les Amish ont aussi évité les infrastructures dont dépendent ces machines et les vulnérabilités de ces infrastructures aux perturbations de la nature. La dépendance envers l’électricité a rendu la société moderne plus vulnérable à la pluie verglaçante que la société traditionnelle des Amish. Les foyers modernes ont souffert de la privation du chauffage, de la lumière, de l’eau chaude et parfois de la nourriture, tandis que les foyers des Amish fonctionnaient bien malgré les pannes. Ils ont été touchés par la pluie verglaçante, mais pas par la catastrophe technologique qu’a alors connue la société moderne. La durée de la crise du verglas a vu apparaître des privations et des sentiments d’impuissance là où on avait décidé de dépendre d’une électricité alimentée par un réseau insuffisamment résistant.

25Le cas des Amish démontre que le développement technologique, loin de faire disparaître les dynamiques autonomes de la nature, les intègre davantage dans la société. La longueur exceptionnelle des lignes à très haute tension

rend le réseau de transport d’Hydro-Québec vulnérable à des phénomènes tant climatiques qu’électriques, capables d’en interrompre le fonctionnement. Cette vulnérabilité a été confirmée dans les faits : en plus des défaillances d’appareils, les orages magnétiques, la foudre, le vent et le verglas, par exemple, ont entraîné entre 1969 et 1979 huit pannes générales du réseau de transport. Au cours de la décennie suivante, de 1979 à 1989, le Québec a subi trois pannes générales d’une durée de plusieurs heures. (Commission, 1999, p. 292 ; voir aussi Gendron et Vaillancourt, 1998)

26Pour devenir moins vulnérable aux perturbations de la nature, faut-il rejeter la technologie moderne et retourner à la technologie européenne du XVIIe siècle ? Certainement pas. Pendant et après le désastre du verglas, la technologie et l’organisation modernes ont contribué à chercher de l’aide extérieure de façon efficace, afin d’augmenter la résilience de la région affectée (Commission, 1999 ; Darby, 1998 ; FEMA, 2000a ; Lecomte et al., 1998 ; Scanlon, 1998). La technologie moderne pourrait aussi s’avérer plus solide si la société acceptait de dépenser l’argent nécessaire pour construire les infrastructures technologiques résistantes aux perturbations de la nature. D’autres études ont démontré la valeur de la technologie et la capacité de l’organisation moderne à nous protéger contre les pertes de vies lors d’un désastre naturel (Zebrowski, 1997). Au lieu de rejeter ou d’aduler la technologie moderne, la présente étude propose une interprétation nuancée qui reconnaît ses avantages mais concède qu’elle laisse la société plus vulnérable face à certaines forces autonomes de la nature. Notamment, cette étude démontre que la technologie, qui rend la vie si facile et peu dépendante des rythmes climatiques de courte durée, la rend vulnérable face aux perturbations imprévues et intenses qui se produisent sur une échelle de longue durée. La technologie moderne augmente aussi la vulnérabilité d’une autre façon : en provoquant le changement climatique global, elle risque de faire émerger de nouvelles perturbations incontrôlables de la nature.

***

27Cette étude a corroboré l’importance d’une analyse contextuelle complète, centrée sur les pratiques sociales et sur les dynamiques de la nature. Elle a démontré la valeur de l’investigation des relations entre le temps socioculturel et les temporalités de la nature. Les rythmes climatiques et les cycles du corps constituent des temporalités sur lesquelles se superposent les constructions sociales du temps. Lorsque la nature produit une perturbation, le temps abstrait de l’horloge est détaché de la durée du temps vécu et de la matérialité de l’expérience. Le temps concret imprégné des rythmes de la nature remplace le temps socialement construit de l’horloge. La durée de la chute de verglas a fait émerger une expérience nouvelle de l’écoulement du temps. Il y a aussi des périodes de vulnérabilité du corps humain. Les personnes qui se trouvaient dans ces étapes de vie lors de la panne d’électricité ont été particulièrement affectées par le stress. Les nouveaux sans-abri ont subi des effets proportionnels à la durée de la panne. L’imprévisibilité de la durée a ajouté au traumatisme. Une perturbation de la nature, bénéfique pour la forêt, a été désastreuse pour les propriétaires des forêts à cause de la différence entre les rythmes longs de la croissance des arbres et les cycles courts du marché. La même infrastructure qui permet la mondialisation et une vie confortable par rapport aux rythmes climatiques de courte durée produit sa précarité quand les perturbations puissantes arrivent sur une échelle de longue durée. Cette étude de la tempête de verglas, qui a provoqué une catastrophe technologique, a démontré que le développement technologique moderne a intensifié l’interpénétration de la nature autonome et de la culture tout en transformant le caractère de cette interpénétration.

Bibliographie

Bibliographie

Adam, B. (1990), Time and Social Theory, Cambridge, Polity Press.

Adam, B. (1995), Timewatch : The Social Analysis of Time, Cambridge, Polity Press.

Adam, B. (1998), Timescapes of Modernity : The Environment & Invisible Hazards, London, Routledge.

Bergson, H. (1910), Time and Free Will, London, Swan Sonnenschein.

Birmingham, M. J. (1998), « Ecological Effects of the 1998 Ice Storm in New York State », Albany, Draft NYS Dept. Environ. Conserv. Document.

Commission scientifique et technique chargée d’analyser les événements relatifs à la tempête de verglas survenue du 5 au 9 janvier 1998 (1999), Pour affronter l’imprévisible, Québec, Les publications du Québec.

Darby, Paul (1998), Economic Impact of the 1998 Ice Storm, Ottawa, The Conference Board of Canada.

Denis, Hélène (1998), Comprendre et gérer les risques sociotechnologiques majeurs, Montréal, Éditions de l’École Polytechnique de Montréal.

Environment Canada (1998), Ice Storm98 The Meteorological Event, préparé pour Avon Worldwide, Ottawa, Environment Canada.

Environment Canada (1999), Ice Storm98, Ottawa, Environment Canada.

Essman, Janet (1998), « Ice Storm : Nature Adapts », New York State Conservationist, décembre 1998.

Etkin, D. et S. Brun (1998), Coping with Natural Hazards in Canada : Scientific, Government and Insurance Industry Perspectives.

Faber, D. (1991), The Amish, New York, Doubleday.

Federal Emergency Management Agency (FEMA) (2000a), January 1998 New York Ice Storm, Region II « Ice storm overview », <http://www.fema.gov/reg-ii/1998/nyice2.htm>, 20 janvier 2000.

Federal Emergency Management Agency (FEMA) (2000b), January 1998 New York Ice Storm, Region II « Mitigation issues & potential solutions », <http://www.fema.gov/reg-ii/1998/nyice4.htm>, 20 janvier 2000.

Gendron, Corinne et Jean-Guy Vaillancourt (1998), L’énergie au Québec : quels sont nos choix ?, Montréal, Éditions Écosociété.

Giddens, Anthony (1979), Central Problems in Social Theory, London, Macmillan.

Giddens, Anthony (1981), A Contemporary Critique of Historical Materialism, London, Macmillan.

Giddens, Anthony (1984), The Constitution of Society, Cambridge, Polity Press.

Greene, David et Melanie McCavour (1998), « Forests Will Shrug Off Ice Storm », The Ottawa Citizen, 2 mars 1998, p. A13.

Hostetler, J. (1993), Amish Society, 4’édition, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Insurance Bureau of Canada (1998), Eastern Ontario Ice Storm — January 1998 Insurance Coverage.

Jones, Kathleen et Nathan Mulherin (1998), An Evaluation of the Severity of the January 1998 Ice Storm in Northern New England, Hanover, New Hampshire, U.S. Army Cold Regions Research and Engineering Laboratory.

King, S., R.G. Barr, Q. Brunet, J.-F. Saucier, M. Meaney, S. Woo et C. Hanson (2000), « La tempête de verglas : une occasion d’étudier les effets du stress prénatal chez l’enfant et la mère », Santé mentale au Québec, vol. 25, no 1, p. 163-183.

LaRue, R. (1998), 1998 Ice Storm Almanac, Syracuse, Peerless Press.

Lecomte, E., A. Pang et J. Russell (1998), Ice Storm’98, Institute for Catastrophic Loss Reduction and Institute for Business and Home Safety.

Milton, J. et A. Bourque (1999), « A Climatological Account of the January 1998 Ice Storm in Quebec », Scientific Report, Atmospheric Sciences and environmental Issues Division, Environment Canada, Quebec Region.

Murphy, R. (1988), Social Closure : The Theory of Monopolization and Exclusion, Oxford, Oxford University Press/Clarendon.

Murphy, R. (1994), Rationality and Nature, Boulder (CO), Westview.

Murphy, R. (1997), Sociology and Nature : Social Action in Context, Boulder (CO), Westview.

Murphy, R. (1999), « Unperceived Risk : The Great 1998 Ice Storm in Northeastern North America », Advances in Human Ecology, no 8, p. 99-123.

Murphy, R. (2001), « Nature’s Temporalities and the Manufacture of Vulnerability », Time and Society, no 10, p. 329-348.

Murphy, R. (2002a), « Ecological Materialism and the Sociology of Max Weber », in F. Buttel, R Dickens, A. Gijswijt, et R. Dunlap (dir.), Sociological Theory and the Environment, vol. 2, Toronto, Rowman and Littlefield, p. 73-89.

Murphy, R. (2002b), « Extreme Weather and the Energy Metabolism of the City », Environment and History, no 8, p. 43-64.

National Climatic Data Center (1998), « The El Nino Winter of 97-98 », Technical Report 98-02, Asheville, N.C., NCDC.

New Hampshire (1998), Interagency Hazard Mitigation Strategy Report, FEMA DR-1199-NH.

Phillips, D. (1998), Blame it on the Weather, Toronto, Key Porter.

The President’s Long-Term Recovery Task Force (1998), A Call For Collaboration : Final Report on the January 1998 Ice Storm, Washington D.C.

Region, I. (1998), Interagency Hazard Mitigation Team Report, January 1998 Ice Storm, State of Maine, FEMA DR-1198-ME.

Scanlon, J. (1998), Ottawa-Carleton and the 1998 Ice Storm : Sharing the Lessons Learned, Ottawa, Project Ice 1998.

Sperandio, E. P. (1998), Eenfer de glace, Montréal, Trustar.

Statistics Canada (1998), The St. Lawrence River Valley 1998 Ice Storm : Maps and Facts, Ottawa, Statistics Canada.

USDA Forest Service (1998), Ice Storm 1998 : Cooperating for Forest Recovery, Status Report, Washington D.C., U.S.D.A., Northeastern Area State & Private Forestry.

Wuerthner, George (1999), « The Healing Woods », Adirondack Life, novembre-décembre 1999.

Zebrowski Jr, E. (1997), Perils of a Restless Planet, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 « The Ice Storm caused a re-assortment of the relative importance of species present in the forest. Some species are increasing, and others will decline. For the next few years we’ll see a change in dominance as plants and animals respond to their new environment » (Adams cité in Essman, 1998, p. 6).

2 « While events like the ice storm may be devastating to people, the forest itself will survive and ultimately thrive » (USDA Forest Service, 1998, p. 17).

3 « The storm caused great damage to pocketbooks of people with financial interests in the trees » (Essman, 1998, p. 6).

4 « Many of the trees affected were species that timber companies had been managing for saw timber and were nearly ready for cutting. The storm negated fifteen to twenty years of management overnight » (cité in Wuerthner, 1999, p. 60).

5 « When searchers returned from Norfolk, they reported that Amish families were almost unaffected by the storm » (LaRue, 1998, p. 124).

Auteur

Raymond Murphy détient un doctorat en sociologie de l’Université de Toronto. Professeur titulaire au Département de sociologie de l’Université d’Ottawa, il est l’auteur de Sociological Theories of Education (McGraw-Hill Ryerson, 1979), Social Closure (Oxford University Press, 1988), Rationality and Nature (Westview, 1994) et Sociology and Nature (Westview, 1997). Ses travaux actuels portent sur les catastrophes technologiques et la fabrication des désastres naturels dans un monde caractérisé par le changement climatique global.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search