Version classiqueVersion mobile

Développement durable et participation publique

 | 
Corinne Gendron
, 
Jean-Guy Vaillancourt

Deuxième partie. Gouvernance et rationalité du développement durable

Chapitre 6. Représentations, normes et dispositifs techniques dans la mise en œuvre de la durabilité

Florence Rudolf

Texte intégral

1Comme je me suis intéressée aux mouvements écologiques et à la mise en œuvre de politiques environnementales et de façon plus approfondie à l'écologisation de la société en Allemagne et en France, à partir de l’émergence d’une nouvelle profession, celle des conseillers en environnement dans ces deux pays, j’associe volontiers de telles préoccupations pratiques aux théories de la constitution de la société. L’apparition d’un nouveau motif socialement pertinent renvoie, en effet, à un débat crucial en sociologie qui est celui des établissements humains, de leur consistance et de leur réversibilité. L’actualité de la durabilité, expression que je préfère à celle de développement durable dans la mesure où elle s’affranchit de la notion de développement et de l’idéologie du progrès dont elle est indissociable, renforce cette hypothèse.

2Les formes sociales, pour reprendre le vocabulaire de Georg Simmel, passent par différents états qui leur garantissent une consistance et une certaine indépendance à l’égard des situations auxquelles elles doivent le jour. Cette relative autonomie ne doit pas pour autant conduire à sous-estimer leur ancrage dans le quotidien, soit leur dépendance à l'égard des contextes qui les réactualisent, par lesquels elles se reproduisent à l’identique ou au contraire se transforment même subrepticement jusqu’à dévier ostensiblement de ce qu’elles étaient par le passé (Simmel, 1981). Cette conception de la société permet de concilier ce que Peter Berger et Thomas Luckmann ont qualifié de dialectique sociale (Berger et Luckmann 1996). Plutôt que d’opposer la société comme réalité objective à la société comme réalité subjective, comme cela a été et demeure parfois le cas en sociologie, la lecture qu’ils préconisent concilie ces deux aspects de la société, de façon à reconnaître l’importance des états de conscience dans la formation des configurations sociales, sans occulter l’inertie de ces dernières. Selon cette approche, l’intelligibilité des situations humaines passe par l’intégration de deux logiques à l'œuvre, celle du sens que les hommes accordent aux contextes dans lesquels ils sont impliqués, et celle de la dynamique propre à ces derniers, en vertu notamment de leurs origines et de leur histoire, et de tout un ensemble de dispositifs qui leur confèrent une certaine consistance et leur permet de résister au changement. Cette lecture permet de relativiser l’opposition entre les représentations (Jodelet, 1989) et les dispositifs normatifs et techniques dans l’analyse des configurations sociales, et de préciser l’impact de ces derniers dans la constitution de la société et dans la réversibilité des établissements humains.

3Sans vouloir approfondir ce qui ressemble à une théorie de la différenciation sociale fondée sur des états de conscience, la typologie de Peter Berger et Thomas Luckmann renvoie à trois attitudes à l’égard du monde, celle de l’homme de la rue, du sociologue et du philosophe. Nous sommes, chacun à nos heures, dans un rapport intime ou fusionnel, dans une relation distante, voire sceptique, ou à la recherche du sens ultime de l’existence. La vie en société s’apparente de ce fait à différentes expériences, celle de la participation à la réalité quotidienne ou massive, à des univers d’initiés et aux enclaves de légitimation qui fondent une culture commune. Plus simplement, c’est à un modèle de la différenciation sociale qui oppose une réalité massive à des réalités marginales que nous avons affaire. Cette lecture nous paraît d’autant plus intéressante qu’elle permet de comprendre qu'une même réalité puisse se décliner en différentes expériences tout en restant identifiable à une totalité, sans qu’elle s’avère pour autant non problématique. On peut à cet égard lire leur typologie comme un continuum généralisable à toutes les formes sociales, de façon à poser que n’importe quelle pratique est susceptible d’être coiffée de savoirs moins directement accessibles que ceux qui structurent la réalité immédiate, mais néanmoins existants, grâce auxquels elle gagne en épaisseur. Cette observation nous amène à défendre le principe selon lequel une réalité est d’autant plus consistante qu’elle est différenciée. On peut dire cela d'une autre manière, à savoir que la différenciation équivaut au succès d’un thème qui fonctionne comme un « attracteur de sens » à une époque donnée, et stimule l’investissement pluriel de la société, ainsi qu’en témoigne l’essor de multiples sphères de vie qui lui confère une présence particulière. Le déploiement de la réalité qui en résulte ne correspond pas pour autant à une harmonisation de la vie sociale, mais plutôt à l’intensification des conflits en raison notamment des investissements multiples et disparates qui se donnent libre cours. L'autre avantage de la modélisation de la société de Peter Berger et de Thomas Luckmann est de ne pas se limiter à une lecture fonctionnaliste de la différenciation sociale, mais de jouer sur deux tableaux, celui de la structuration de la réalité selon des codes et des systèmes de communication, et celui de l’immersion ou du retrait des hommes dans la formation des configurations sociales.

  • 1 Bien que nous devions la distinction entre humains et non-humains à Bruno Latour, je voudrais égale (...)

4L’approche qui raisonne en termes d’engagement et de retrait des hommes dans la constitution de la société se prête particulièrement bien à une définition des normes et des systèmes techniques. Les normes, en effet, apparaissent comme la cristallisation d’ententes autour de valeurs et de savoirs partagés ; les dispositifs techniques expriment une maîtrise ponctuelle des contextes, soit des compétences acquises tant par les « humains » que par les « non-humains1 » à un moment donné de l'histoire et du développement d’une société. Cette définition met en évidence une différence fondamentale entre ces deux instances de régulation de la vie sociale, celle de l’adhésion, ainsi qu’un aspect commun, à savoir que ni les normes ni les techniques n’échappent au fait qu’elles sélectionnent des options au détriment d’autres possibles, et qu’en ce sens elles orientent l’avenir. Elles assurent, en d’autres termes, une clôture en vertu de laquelle le devenir est prévisible jusqu’à un certain point. Si cette stabilisation garantit une certaine sécurité ontologique en vertu de laquelle les hommes peuvent vaquer à des occupations diverses, et s'investir dans le présent, elle peut se transformer en entrave, dès lors que les orientations dont elle est porteuse ne sont plus en adéquation avec le présent. On remarquera au passage que cette confiance entre en concurrence avec un certain état de vigilance (Chateauraynaud et Torny, 1999) indispensable à la lecture des signes avant-coureurs dont le présent est porteur, et au développement d’un sens ou d’une intelligence des situations. Cet aspect s'avérera d’un très grand intérêt pour la transposition de la durabilité dans notre culture, qui, contrairement à ce qu'une lecture rapide pourrait le laisser penser, correspond, ainsi qu’en témoignent les principes de réversibilité et de flexibilité qu’elle prodigue, à un éloge de la souplesse et de la « dématérialisation » des établissements humains.

5Le jeu de la clôture et de l’ouverture des établissements humains et leur remise en question éventuelle, à laquelle on peut supposer que la durabilité soit rattachée, soulève la question de la « résolution », forcément ponctuelle et partielle, des engagements multiples, disparates et contrastés qui se livrent au présent. Tout accord opère inévitablement une sélection qui ne peut être vécue comme un enrichissement si ce n'est du point de vue d’une sociabilité en acte. Par conséquent, du point de vue des contenus, toute entente correspond à un rétrécissement, soit à un appauvrissement par rapport aux possibles ; sur le plan de la socialisation, en revanche, de tels accords peuvent apparaître comme des avancées relatives. L’argument démocratique, fondé sur le recours à la raison contre celui de la force ou de la mystification, me semble indissociable de cette conscience des limites de toute synthèse sociale, sans parvenir toutefois à poursuivre le raisonnement dont elle est issue à son terme, à savoir qu’aucune stabilisation ne peut prétendre à la perfection. Ni le recours à la raison, ni même d’ailleurs l’entente réalisée sur d’autres bases, ne saurait par conséquent servir de garant contre les impostures. Aussi, faut-il savoir en tirer les enseignements épistémologiques, éthiques et pratiques en conséquence, et reconnaître qu’aucune option qui engage le présent et l’avenir ne peut se satisfaire d’un accord, que celui-ci soit rationnel ou fondé sur un sentiment d’appartenance entre les hommes qu’ils soudent. Ce constat tient en partie à l’inachèvement des savoirs, de leurs transpositions multiformes aux contextes de vie susceptibles de les accueillir, et de celui des désirs. Aussi déconcertante qu’elle puisse paraître, cette proposition ne sonne pas pour autant le glas de certaines formes de sociabilité que l’on peut rattacher à l’idéal démocratique, à savoir que les hommes participent de multiples façons à leur destin, que ce soit en recourant à la force, à la raison ou aux sentiments. Elle rompt, en revanche, avec une conception naïve selon laquelle de tels engagements pourraient se prémunir contre l’erreur. Le recours permanent à différentes grandeurs — que sont l’intimidation, le raisonnement et la séduction — pour conférer à la réalité une certaine consistance et évidence en dépit des aléas de la vie semble confirmer le caractère contingent de toute situation humaine. C'est sur la base de cet arrière-plan théorique que nous nous proposons d’observer comment les normes et les techniques concourent à l’institutionnalisation de nouvelles formes de vie. Notre discussion s'appuiera sur deux exemples, celui des conseillers en environnement en Allemagne et en France, et celui de la réception de la durabilité dans ces deux pays. Le premier relève d’une recherche déjà aboutie, le second s’inscrit dans une recherche en cours.

Le cas des conseillers en environnement en Allemagne et en France

6Comme nous l'annoncions en introduction, l’environnement, au même titre que n’importe quel motif dont les membres d’une société s’emparent et mettent à l’épreuve, mobilisent les intérêts, les habiletés, les valeurs et les sentiments en présence dans une société. Les confrontations qui en résultent individuellement, entre des personnes qui se pensaient proches, et entre des personnes éloignées, conduisent à des restructurations et des rééquilibrages, qui peuvent selon les cas et de façon variable accompagner un regain de réflexivité et susciter une réflexion sur la vie en société. Pour l’observation de la vie sociale, de telles situations s’avèrent sans conteste particulièrement stimulantes. Avant de rendre compte, à partir des expériences allemande et française du conseil en environnement, comment de tels remaniements de la vie sociale sont réalisés et vécus avec plus ou moins de bonheur, il nous faut faire quelques remarques concernant le statut de l’environnement dans nos sociétés. Plus que d’autres domaines qui font l'objet d'un investissement social, l’environnement peut prétendre à une objectivité indissociable de la place de la nature dans notre culture et du pouvoir des sciences et des techniques dans la société moderne. S’il renvoie à un domaine dont les contours sont difficiles à circonscrire — dans la mesure où il n'exclut plus, comme c’était le cas de la nature, les œuvres des hommes —, il est encore crédité de la consistance et de la fiabilité dont la nature bénéficiait dans notre culture.

7Pour avoir suivi des formations en matière d’environnement en Allemagne et en France, j’ai pu constater que ce ne sont pas les savoirs en matière d’environnement qui font le plus l’objet de discussion, mais ceux relatifs à la société et aux hommes. La nature et l’environnement demeurent jusqu’à un certain point non problématiques ; les systèmes d’interdépendance que créent les hommes, en revanche, font figure de casse-tête. Il s’ensuit que l’élaboration de stratégies en vue d’intégrer l’environnement ou la durabilité dans les configurations sociales va constituer la pierre de touche des programmes de formation et de l’activité des écoconseillers allemands et français. S’ils s’accordent sur les objectifs qu’ils poursuivent, préserver l’environnement et veiller à l’évidence d’une telle préoccupation, ils se distinguent sur les situations qu’ils privilégient, et les moyens qu’ils préconisent pour y parvenir. Ce constat est d’autant plus surprenant que les états de nature qu’il convient de préserver plutôt que d’autres font rarement l’objet de discussion, alors qu’il ne s’agit pas d’une question triviale, bien au contraire. En revanche, ce qui revient constamment c’est comment contourner l’inconsistance des hommes et de leurs gouvernements, afin d’assurer une pérennité à la nature et à la qualité de l’environnement.

  • 2 Je rappelle que la définition d’une norme et d’un système expert que j’ai proposée en introduction (...)

8Les écoconseillers allemands que j’ai côtoyés et étudiés s’appuient sur le quotidien et les sphères de vie pour faire progresser le souci de l’écologie dans la société, alors que leurs homologues français concentrent leurs efforts sur l’équipement en systèmes experts des communes et autres collectivités territoriales à travers le soutien des élus. Cette distinction n'a rien d’anodin : elle relève de deux conceptions distinctes de la société et de la dynamique sociale. La première illustre une « sociologie spontanée » de type compréhensif, qui mise sur l’adhésion des hommes à des motifs et des significations communes dans la transformation de la société ; la seconde d’une « sociologie spontanée » de type technocratique qui conçoit la société sur un mode naturaliste et objectif, pour lequel la société fait figure d’environnement et d’extériorité que l’on peut aménager. Au-delà de cette opposition, l’observation de leurs pratiques montre qu’ils ne peuvent faire l’impasse du recours à l'adhésion à des valeurs et aux dispositifs techniques dans la structuration des configurations qu’ils préconisent. En effet, les dénominations de « conseil aux citoyens » et de « conseil aux décideurs », qu’ils réservent à leur activité, signalent qu’ils agissent à des niveaux différents, celui de la réalité quotidienne, pour les premiers, et celui d’univers d’initiés, pour les seconds, sans pour autant occulter le caractère de moralisation de leur entreprise. Car qu’ils s’adressent aux « communs des mortels » ou à des élus, ils se doivent de convaincre, afin de banaliser le souci de l’environnement, de le faire passer comme allant de soi. A contrario, ce souci ne peut trouver un ancrage durable sans être transposé dans des routines et des dispositifs techniques qui lui assurent une certaine reproductibilité. Il s’agit par conséquent d’un travail qui engage à la fois des visions du monde et des compétences « humaines », sociales et « non humaines », et en tous les cas techniques. Tout aussi cardinales que soient leurs démarches, elles se rejoignent sur le fait qu’elles tentent d’engager durablement le présent en jouant sur les dispositifs normatifs et techniques, soit sur les deux tableaux à la fois. Les écoconseillers convergent sur la conception qu’ils ont de la formation et du maintien des formes sociales, à savoir qu’il existe deux grands types de leviers pour transformer la société et stabiliser ces transformations : les valeurs et les croyances, comme principales canalisations des motivations humaines, d’une part, et les routines et les techniques, comme supports fiables de ces dernières, d’autre part2.

  • 3 L’expérience des écoconseillers en Allemagne et en France nous incite à introduire une distinction (...)

9On signalera au passage que l’opposition entre une démarche d’inspiration compréhensive et une démarche d’inspiration naturaliste ne permet pas d’extrapoler sur le mode de gouvernement qu’elles préconisent. On peut œuvrer à l’intégration de normes de façon autoritaire ou, au contraire, inciter à la participation de la société civile de leur élaboration à leur diffusion. De façon analogue, on peut équiper une collectivité sans concertation préalable ou accompagner des modes de vie en gestation à travers des dispositifs techniques en adéquation avec les aspirations de la société civile. Cette marge de manœuvre respective nous conduit à distinguer une démarche paternaliste, autoritaire, voire coercitive, d'une approche démocratique, ouverte à la dynamique et à la demande sociales. Dans ce dernier cas, l’État et les autorités publiques n’imposent pas des formes précises, mais sollicitent une émulation générale qu’ils entretiennent et appuient. C’est de la société en général, et non de certaines élites en particulier, que des orientations et des perspectives d’avenir sont attendues. L’idée d’un État animateur est un indice parmi d'autres de l’impact dans l’imaginaire politique d’un concept comme celui de l’auto-organisation comme modèle du gouvernement des sociétés à notre époque (Dumouchel et Dupuy, 1989). L’environnement s’apparente alors à un « vide déterminé », susceptible d’activer la société, de fédérer des désirs et des projets, passés inaperçus ou demeurés isolés ; il fait figure d’« attracteur de sens », de révélateur des motifs du présent, soit des imaginaires sociaux ou des utopies réalistes3 du moment, indispensables à une prise de conscience de ce qui est en train d’advenir, et des potentialités d’une époque. Le succès croissant de ce qu’on appelle actuellement la « gouvernance » (Bagnasco et Le Galès, 1997) comme alternative à la notion de gouvernement qui renvoie à des frontières tangibles entre les décideurs politiques, les experts et conseillers du prince et les administrés, procède de la reconnaissance de l’immersion dans le vécu et de celle dans des pratiques spécifiques comme source de connaissances et de savoirs (Stengers, 1996). Sans aller jusqu’à prétendre que les frontières entre les experts et les profanes soient abolies, la gouvernance comme principe multipolaire de l’action s’oppose aux réponses institutionnalisées qui mettent en œuvre des protocoles indifférents aux contextes auxquels ils sont appliqués. Il s'agit en quelque sorte d’entretenir la souplesse et la réactivité des situations sociales, et de contrecarrer la tendance à l'inertie des établissements humains. Pour autant qu’il s’agisse d’un motif équivoque, la durabilité me semble poursuivre en partie cette entreprise, en ce qu’elle fait autant appel à l’ouverture et au décloisonnement de notre réalité qu’à un effort de stabilisation des situations dans lesquelles nous sommes engagés.

10Sans pouvoir extrapoler de la tonalité volontariste ou, au contraire, respectueuse de ce qui est en germe dans une société, il semblerait cependant que les politiques qui s’appuient sur la constitution de valeurs communes soient plus ouvertes à la participation des populations que celles qui misent sur les équipements techniques pour l'écologisation de la société. La technique, contrairement aux valeurs, se passe volontiers de l’adhésion des hommes : elle permet d’équiper rapidement les sociétés, au risque d’une politique trop volontariste (Bourg, 1997). Cette particularité expose les tenants de la technique à une démarche plus autoritaire que les idéologues qui doivent toujours entreprendre un travail de persuasion et veiller à entretenir un climat de mobilisation (Mann, 1996). Il en va ainsi des écoconseillers allemands qui, en comptant sur l’ensemble de la société pour réaliser leur projet, sont moins tributaires des univers des ingénieurs et des techniciens que leurs homologues français. Bien que les premiers ne soient pas à l’abri de dérives populistes, ils montrent une certaine ouverture pour les expressions diverses que la société recèle. À l’écoute des initiatives de toutes sortes, qu’ils formalisent, perfectionnent et accompagnent de discours justificatifs, ils amplifient les sensibilités du « corps social », pour s’en faire les relais institutionnels. Leurs homologues français sont plus sensibles aux arguments et aux inventions des ingénieurs et des techniciens, et se meuvent dans des cercles d’initiés qui les éloignent des préoccupations des profanes. Bien que les uns et les autres n’échappent pas à une entreprise de rationalisation de la vie, et contribuent par là même à la clôture des situations, les écoconseillers allemands sont davantage protégés contre les réponses technocratiques qui caractérisent notre culture que leurs homologues français.

11Ce constat nous conduit à nous interroger sur les motifs qui guident le choix des écoconseillers allemands et français. Cette question se pose d'autant plus que, comme le remarquait non sans ironie un interlocuteur allemand, bien que, disposant d’une sociologie des mouvements sociaux et de l’acteur, nous semblons appliquer en France une sociologie spontanée de type technocratique, voire systémique. En Allemagne, à l’inverse, le succès de la sociologie des systèmes de Niklas Luhmann n’aurait pas eu raison d’une sociologie spontanée de l’acteur et des mouvements sociaux. Cette remarque qui ne peut être élargie à l’ensemble de la société allemande ou française mérite bien sûr d’être relativisée. On ne peut exclure, en effet, qu’un tel constat soit lié au contexte, soit aux dispositions à l’égard de l’environnement dans ces deux pays. Dans le contexte favorable aux thèses qu’ils promulguaient, les Allemands auraient été tout naturellement enclins à jouer sur ce tableau, alors qu’en l’absence d'une telle sensibilité, les Français n’avaient guère d’autres recours que de procéder à l’équipement technique et administratif de la société pour tenter d’imposer l’environnement dans les faits.

  • 4 Voir à cet égard la différence qu’établit J. Habermas entre le monde vécu et le système.

12L’aptitude des uns à relayer des pratiques sociales et des dispositions psychosociales durables par des savoirs d’initiés et des dispositifs techniques repose sur la conviction que la réalité sociale procède de la participation des hommes, mais aussi sur une prédisposition de la société dans son ensemble. En d’autres mots, c'est aussi parce que la société civile était disposée à porter les questions d’environnement que les écoconseillers allemands ont pu se fier à une sociabilité diffuse pour transposer durablement les motifs écologiques, alors qu’en l’absence d’une telle sensibilité, l’action des écoconseillers français ne pouvait guère compter que sur les équipements techniques pour tenter d’engager le présent et l’avenir dans cette voie. Il ne s’agit pas de fustiger l’intelligence technique dans les établissements humains. Si elle s’avère indispensable au soutien d’initiatives, dont elle assure la continuité en l'absence de ceux qui les ont portées, elle ne saurait se substituer aux intérêts pratiques, au sens noble du terme, que les hommes y trouvent. Lorsque le recours à la technique est érigé en substitut commode à la concertation4, il est parfois payé en retour du mépris de la société, dont il est la manifestation, à travers le détournement, voire le sabotage des équipements, pour lesquels des marchés ont été conclus dans l’anonymat. La transposition malheureuse d’expériences, pourtant couronnées de succès ailleurs, attire l’attention sur l'importance de la participation de la société civile dans de telles réalisations. Faute de nourrir des attentes (des motifs, des croyances, des intentions, des désirs, etc.) similaires, des succès peuvent se révéler des échecs ailleurs. Cette réflexion rejoint le thème du « désenchassement » entre les systèmes experts et les situations locales développé par Anthony Giddens (1994), lequel procède du désinvestissement progressif des formes sociales qui, bien qu’autonomes, sont néanmoins soumises à une réception locale.

13Ces considérations confortent l’hypothèse de l’importance des engagements humains dans l’élaboration et la réception des formes de vie. Elles confirment les objections de la sociologie compréhensive à l’encontre du programme de connaissance de la sociologie positiviste qui semble oublier que les objectivations auxquelles les hommes sont soumis sont en partie l’expression des engagements de ces derniers ou de leurs prédécesseurs.

  • 5 Il est d’ailleurs intéressant de noter que la définition que donnait Durkheim du fait social demeur (...)
  • 6 Pour un compte rendu et une réflexion sur la transposition pratique de la durabilité, voir l’articl (...)

14L’étude du conseil en environnement en Allemagne et en France et l’interprétation que nous en avons proposée va dans le sens d’un plaidoyer en faveur d’une théorie de la société qui tienne compte des significations que les individus et les groupes accordent aux situations dans lesquelles ils sont impliqués à des degrés variables. En revanche, et comme nous avons tenté d’en rendre compte dans cette présentation, cette approche de la réalité sociale ne méconnaît pas le poids des structures ou des formes, qui une fois qu'elles sont établies et entrées dans les mœurs, opposent une inertie d’autant plus redoutable qu’elles structurent les cadres de la perception et de la pensée. Elles ne sont pas seulement des dispositifs qui fonctionnent, mais elles fonctionnent d’autant mieux qu’elles définissent les situations, c’est-à-dire les façons de voir et de sentir des hommes à leur égard5. À ce titre, les normes sont des techniques qui, à l’instar de celles qui servent à maîtriser des contextes physico-matériels, codent les situations sociales. Ces réflexions dépassent le cadre du conseil en environnement en Allemagne et en France ; elles nous conduisent à formuler un certain nombre de remarques concernant la durabilité et son application, non pas tant du point de vue pratique6, mais de celui des théories de la société.

La réception de la durabilité en Allemagne et en France

  • 7 Je renvoie pour plus de précisions à la synthèse entreprise par Edwin Zaccaï lors du séminaire L’Eu (...)

15Sans entrer dans une discussion détaillée sur le caractère polysémique de la durabilité, on peut souligner qu’en dépit des équivoques qu’elle recèle, elle met l’accent sur la synthèse nécessaire entre la nature et la culture que l’on avait coutume de penser séparément (Descola, 2000). On peut, pour illustrer ce propos, énumérer les principaux motifs autour desquels se construisent des divergences et des frontières, que ce soit à propos du caractère central ou non de la crise écologique ; les programmes politiques, technologiques et économiques à mettre en œuvre ; les aspects culturels, éthiques et participatifs impliqués dans ces derniers7 ; sans oublier l’opposition entre les tenants d’une mutation culturelle et les protagonistes d’une approche technocratique. Les premiers insistent sur la nécessité d’une rupture avec la modernité, la croissance et l'idéologie du progrès, les seconds argumentent en faveur d’une intégration des critères de durabilité à travers l’élaboration d’outils économiques, législatifs et technologiques. Ce clivage ressemble à celui que nous avions pu constater lors de notre recherche sur les écoconseillers allemands et français. La durabilité élargit, par conséquent, la question de l’environnement au devenir de la planète, en tenant compte de l’ensemble des composantes qui structurent la vie sociale, et prolonge la réflexion et le débat entamés par les mouvements écologiques. Elle précise des aspects qui, sans être absents de la conscience écologique et des politiques de l’environnement, étaient implicites et pouvaient passer inaperçus. Ces dernières n'avaient pas, en effet, à se soucier des retombées économiques et sociales de leurs programmes, même si, pour des raisons d’acceptabilité, elles ne pouvaient totalement les ignorer. La durabilité, en revanche, est directement confrontée à cette nécessité, aussi se voit-elle tour à tour, en fonction des institutions et des acteurs qui s’en emparent, tirée de l’un ou l’autre côté sans parvenir, et pour cause, à transcender les incompatibilités entre ces différentes logiques. Cette extension qui conduit éventuellement à des considérations en porte-à-faux avec l’écologie justifie la méfiance des protagonistes de l’environnement, en Allemagne en particulier, qui y voient un recul par rapport à l’avancée de leurs thèses depuis les années 1980 (Keller, 1998). Ce sentiment est également nourri par l’accueil favorable que lui réservent certaines institutions, et entretient les critiques selon lesquelles elle fait figure de cheval de Troie de la croissance (Latouche et Rist, 1998).

16Ces récriminations ne doivent pas pour autant occulter son principal atout, celui d’embrasser de vastes horizons et de rallier, éventuellement sur une courte durée, des intérêts divergents. La durabilité reprend à son compte une des caractéristiques de l'environnement, qui, je pense, a contribué en partie à son succès, celle de pouvoir se décliner de multiples manières. Si cette ouverture n’est pas exempte de risques — comme en témoignent les désignations de concept mou, creux et vide dont elle se voit affublée —, elle permet de multiples investissements, soit, si l’on reprend la thèse de Peter Berger et Thomas Luckmann, la constitution de sphères indépendantes, indifférentes les unes des autres, ou, au contraire, des sphères en conflit entre elles. Une observation supplémentaire que l’on peut faire à son encontre, et non des moindres à l'égard d’une formule qui prétend propager une idée commune de l’avenir, c’est son incapacité à générer une vision partagée du monde. Il suffit d’évoquer les interprétations multiples autour de la nature et de l'environnement, sans compter celles relatives à la société, et les conflits qui en résultent, pour ne pas s’en étonner. Mais comme la durabilité prétend palier à l’absence de représentations collectives de l’humanité et de la planète, on peut être surpris par le flou qui l’entoure et dont elle bénéficie jusqu’à un certain point.

17La sociologie dispose actuellement de nombreuses théories qui, de diverses manières, insistent sur la contribution de l’effet de halo d’une idée au succès de sa réalisation. Cela peut être à la façon de Peter Berger et Thomas Luckmann, que j’ai déjà signalée, ou à celle de Serge Moscovici autour de la distinction entre la société vécue et la société conçue, ou encore à la manière de Niklas Luhmann de rendre compte de la dynamique autopoiétique, soit de la capacité de la société à se reproduire, à partir de la potentialité d’une communication à en appeler de nouvelles, c’est-à-dire à perpétuer le sens. Si on transpose ces motifs à la situation dont je faisais mention à propos des formations en environnement en Allemagne et en France, à savoir que le thème de l’environnement ne semblait pas poser autant de problèmes de contenu que celui de la société, on est en présence de réalités qui se distinguent par leur potentiel de signification. Dans le cas de la nature et de l’environnement, tout se passait jusqu'à récemment comme si une proposition en appelait une autre de façon non problématique, alors que dans le cadre de la connaissance sur les sociétés, les cultures et les hommes, un énoncé semblait toujours en susciter de multiples qui entraient en concurrence. Cette différence est atténuée du fait notamment de l’ouverture de l’idée de nature, et de celle qui s’est opérée dans le domaine des sciences et de la connaissance, de sorte que l'opposition stricte qu’on pouvait établir entre des sciences à noyaux durs, c’est-à-dire structurées autour d’un seul et unique paradigme, et des sciences à noyaux mous formant une sorte de nébuleuse organisée autour de centres de polarisation et de concentration variables, se voit de plus en plus remise en question. Je pense, au passage, aux travaux d’Isabelle Stengers (1993) sur le statut des sciences occidentales et sur la distinction qu’elle établit entre des témoins fiables et récalcitrants et des témoins peu fiables et influençables. Outre le fait que ces désignations tendent à définir les seconds de façon négative, c’est-à-dire par opposition aux premiers, ce vocabulaire met en évidence une dimension de la réalité humaine, voire de l’ensemble des vivants, qui est de ne pas être indifférents à leur environnement, c’est-à-dire aux contextes dans lesquels ils évoluent, se développent et s’épanouissent. C’est en raison de cette spécificité que les situations qui supposent la vie, et elles sont nombreuses, ne peuvent être traitées comme des situations prédictibles. Certes, on peut par des recoupements et des analogies construire des hypothèses et des probabilités, sans pouvoir éliminer l’incertitude, et écarter, par conséquent, le risque de commettre des erreurs et de se tromper.

18En tentant d'intégrer l’ensemble des dimensions en coprésence, soit en cherchant une intelligibilité des situations qui supposent la vie, la durabilité peut, selon ses protagonistes, apparaître comme une radicalisation de la modernité conquérante ou poursuivre les formes de contestation de cette dernière et contribuer à une rupture ou à une inflexion culturelles incontestables à notre époque. C’est bien là toute l’ambiguïté de cette idée régulatrice des établissements humains, à savoir qu’elle peut participer à une prise de conscience de la complexité, à la promotion d’une culture du risque et de nouveaux principes d’action et de décision, comme celui de la précaution, notamment, ou au contraire poursuivre aveuglément le projet de la modernité conquérante. Bien que confrontée à ces deux interprétations, la durabilité semble ouverte à une remise en question de l’idéologie des modernes selon laquelle la science et la technique leur permettraient de se constituer en maîtres et possesseurs du monde et de son devenir. En s’exposant à la logique systémique et à la gageure de la transversalité, elle signale les limites de l'action rationnelle et de la volonté d’emprise des modernes.

19Notre discussion s’achèvera, par conséquent, sur l’importance du nonsavoir à notre époque. Il s’agit d’un aspect que le Conseil en environnement ne nous avait pas permis d’observer aussi clairement que la durabilité, et qu'elle signale en raison notamment de l’élargissement des thèmes qu'elle embrasse et des situations de coprésence qu’elle est susceptible de provoquer. Comme nous le mentionnions ci-dessus, l’idéal de la durabilité est d’embrasser la totalité de l’existence. Dans un cadre bercé d'illusions qui entretiennent les certitudes, cette ambition ne peut que conduire à un échec criant. En revanche, elle peut faire figure de « progrès » culturel si elle permet de renouer avec une dimension inhérente à la vie, celle de l’inachèvement des savoirs et de l’indétermination du présent en raison de laquelle il ne peut y avoir de connaissance du futur. Une telle prise de conscience a des répercussions incontestables sur l’action et la décision, et par conséquent sur l’ensemble des sciences humaines et sociales et leurs terrains d’application, dont la démocratie et la question de la « gouvernabilité » de la planète. La durabilité met à l’avant-scène l’unité problématique des situations dans lesquelles nous sommes impliqués. Cette difficulté tient à l’expression des points de vue, soit à l’inventaire qui ne peut jamais être exhaustif de l’ensemble des savoirs et des réticences sur une question et par rapport à une situation ; elle se poursuit par la pondération entre les points de vue exprimés. Ces thèmes incitent à d’innombrables réflexions d’ordre psychosocial — de la formation de collectifs ou d’identités partagées à l’expression d’une parole, d’une vision commune du monde — ; sociopolitique — des formes de mobilisation et d’accès au pouvoir, c’est-à-dire d’intégration dans la nébuleuse des sphères qui participent à la transformation et à la dynamique des situations — ; sans oublier l’ordre épistémologique qui interroge les frontières et le sens des catégories qui ont prévalu jusqu’ici. Il en va ainsi de la distinction entre nature et culture, ou encore de l’usage du terme de société, qui peut prêter à confusion à propos du statut de certaines entités volontiers qualifiées d'objets naturels et techniques. La critique que mène Bruno Latour depuis quelques années déjà, et la théorie des réseaux comme alternative à une théorie de la société qui en découle, se sont construites contre l’ambiguïté de la sociologie à l’égard de ces entités qui, bien qu’impliquées et mobilisées en permanence à travers les actions réciproques entre les hommes, demeurent non pensées, voire niées.

  • 8 « Si l’on s’avise que le XXIe siècle sera, de l’avis répandu, celui de la confrontation entre l’ord (...)

20L’ampleur des questions et des réflexions qui peuvent s’organiser autour de la durabilité, que celle-ci en soit le point de départ ou serve à illustrer des préoccupations qui en étaient initialement éloignées, ne pouvant être embrassée, nous nous réservons le choix de renvoyer à des auteurs, que rien sinon une démarche commune de « refondation », ne permet de rapprocher. Je pense à Bruno Latour et Isabelle Stengers, qui ne cessent de dialoguer en vue d’une nouvelle refondation des savoirs, et d’une nouvelle constitution des modernes, et, sur un mode différent, à François Jullien et Michel Maffesoli, qui œuvrent à une inflexion culturelle, voire à ce qu’on pourrait qualifier d’« orientalisation » du monde8, dont l’un des principaux aspects est de cultiver une écoute du monde comme alternative à l’approche rationnelle, qui demeure centrale chez François Jullien (1996), Bruno Latour (1999), Michel Maffesoli (2000) et Isabelle Stengers (1999).

21Bien qu’en de nombreux points opposés, en particulier sur le rapport aux valeurs évoqué ci-dessus, la comparaison entre ces auteurs mérite d’être tentée en ce qu’ils interrogent l’air du temps, et signalent chacun à leur façon un intérêt pour un nouveau rapport au présent, et par conséquent pour une reconsidération de l’action. Bien que très éloignés de par les registres linguistiques et les imaginaires dans lesquels ils se meuvent, ces auteurs se retrouvent néanmoins autour de la reconnaissance du présent qui s'exprime à travers l’éloge de l’« empire du milieu » ou de l’« intéressement » pour les premiers, et de l’« intention » et de la « présence » au monde pour les seconds. Constatant chacun à leur manière une impasse, qui s’exprime pour les premiers par un déficit de la démocratie et une vulnérabilité sociale, politique, économique et technologique, dont les sources sont à chercher dans la façon dont nous concevons les savoirs et les employons, elle est analysée par les seconds comme un défaut de perception lié à une carence de la conscience et de la vigilance, qui trouveraient en partie leurs origines dans l’attitude volontariste et instrumentale que les occidentaux ont cultivé à l'égard du monde et du devenir. Ces éclairages s’avèrent d’autant plus précieux pour la mise en œuvre de la durabilité qu’ils permettent d’aller à l’encontre de la tentation d'un surcroît de maîtrise et de contrôle qui demeure active. Car, comme nous l’indiquions précédemment, la durabilité est tiraillée entre une radicalisation de la prévision et de l’anticipation, et une rupture par rapport à cette culture qui, pour le camp adverse, passe pour avoir contribué au caractère non viable de l’établissement des modernes, soit à la non-durabilité de notre développement. Aussi éloignés que soient les auteurs discutés, ils se rejoignent sur cette analyse des impasses auxquelles la fascination pour une science imbue d’elle même conduit, et leur plaidoyer en faveur d’un sens accru du présent. Cette thèse paraît non seulement séduisante, c’est-à-dire intellectuellement et esthétiquement stimulante, mais aussi en phase avec une atmosphère générale qui signale une préoccupation pour l’immersion dans le monde, pour un contact, voire une fusion avec le monde. Cette impression qui se dégage de notre temps exprime un intérêt pour ce qui est en train de se jouer, et que Charles Taylor a qualifié de recherche de l’authenticité (Taylor, 1994).

22S’il est plus aisé de repérer une telle sensibilité dans des cercles qui se tiennent à distance de la vie économique et politique, soit dans les milieux de l’art, il n'est pas exclu, comme le fait remarquer Michel Maffesoli depuis de nombreuses années déjà, que la désaffection constatée du politique aille de pair avec un désintérêt pour un certain mode d’intervention dans le monde, qui est perçu comme daté et inadéquat. Cette remarque s'appuie également sur l’engouement que peuvent susciter des expériences publiques, donc politiques, dites alternatives, c’est-à-dire en marge des pratiques convenues de ces milieux. S’il est plus aisé de cultiver cette nouvelle forme de sensibilité dans le cadre d’une recherche individuelle qui vise le développement des sensations et de la personnalité, il riest pas exclu de voir ce type d’inspiration à l’œuvre dans certaines démarches collectives « spontanées ». Ces dernières, que Ton peut qualifier de la sorte au sens où elles ne procèdent pas par routine et simple application de recettes et de procédés éprouvés de multiples fois, mais plutôt par un bricolage qui va piocher dans des situations passées et trouve de nouveaux motifs au jour le jour en fonction des rencontres et des événements, sont des contre-exemples aux formes de « gouvernabilité » qui ont dominé jusqu’ici. Je pense notamment à une mobilisation autour d’un projet d’urbanisation de la ville de Freiburg en Allemagne, qui a donné lieu à un puissant mouvement d’opposition et de contestation d’une partie de la population qui s'est emparée du dossier et a proposé un contre-projet que les autorités locales n’ont pu enterrer totalement (Rudolf, 2001). La force de cette mobilisation tenait à la détermination des personnes pour qui il s’agissait d’un réel enjeu, et à leur démarche qui, comparée à celle des administrations communales, était plus libre. Au lieu d’être tributaire de protocoles standardisés et approximatifs par rapport à la spécificité d’un terrain, ce type d’approche se caractérise par une pratique par immersion dans un quotidien ; il procède de façon non morcelée, c’est-à-dire non sectorialisée, et sans disqualification a priori entre un argument rationnel ou non, un motif qui vaut ou ne vaut pas.

23Cet exemple illustre jusqu’à un certain point les limites de ce que Bruno Latour nomme des pratiques de purification, et auxquelles Anthony Giddens réserve le terme de systèmes experts. Quels que soient les termes adoptés, il s'agit de souligner les méfaits de la « naturalisation » ou de la réification qui conduisent à la formation de « doubles » qui se prétendent transposables en tout lieu et en tout temps au mépris de leur inadéquation par rapport à la réalité des situations qu’ils sont supposés représenter. La démarche « indigène » se caractérise au contraire par un bricolage, voire par un certain désordre lié à un manque de systématisation, au point où on peut se demander comment une telle approche peut procéder à une autoévaluation, et dans quelle mesure elle est susceptible de faire preuve de réflexivité. Incontestablement tributaire des moments et des personnes qui l’appliquent, c'est-à-dire variable et inégal en fonction des situations, ce type d’approche n’est certainement pas incompatible avec la réflexivité dans la mesure où il cultive une écoute et le développement d’un flair et d’un sens particulier pour les signes dont le présent est porteur avant même qu’ils soient exprimés de façon manifeste. À ce titre, il s’agit bien d’un art qui, pour reprendre la typologie de Serge Moscovici, renoue avec l'état de nature organique, c'est-à-dire avec une connaissance non systématisée du monde et néanmoins élaborée et effective. Sans céder à la mystification de l’écoute et de l’accompagnement des situations et diaboliser la mise en ordre et le travail de systématisation qui accompagnent la rationalisation, le principe de réversibilité des établissement humains préconisée par la durabilité me semble indissociable de la réhabilitation de ce type de compétence.

24Le désordre et la part d’incertitude que l’absence de méthode garantit jusqu’à un certain point contribuent au fait qu’aucun des multiples possibles ne soit exploité systématiquement au détriment des autres, et réduisent le développement d’une direction unidimensionnelle, c’est-à-dire le risque de « foncer dans le mur », par excès de simplification, c’est-à-dire par excès de réduction de la complexité. Dans la mesure où elle n’exclut aucun élément a priori, ni n'en retient a fortiori, une telle démarche me semble donner réellement une chance à la notion de réversibilité. Cette ouverture, que l’on observe quelques fois dans les situations in statu nascenti, tend, il est vrai, à s’estomper avec le temps avec l’institutionnalisation des pratiques. Il s’agit ici d’un processus classique de fermeture propre à toute situation humaine et sociale, qui correspond à une routinisation des activités humaines, qui s’accompagne d’une diminution de la vigilance et d’une certaine inertie. Une telle description résonne comme un éloge du mouvement de l’individu aux formes sociales, d’autant plus difficile à respecter qu’il engage davantage de personnes dans une temporalité plus longue. La question de la stabilisation des identités ou des identifications auxquelles se rattache une personnalité, et a fortiori une collectivité, et de leur souplesse, soit de leur ouverture éventuelle, demeure un des grands domaines de réflexion de la sociologie. La reconstruction de la durabilité comme sens du présent, comme coprésence et aptitude à épouser la vie, confirme l’importance de ce questionnement et réactualise les différent travaux qui y ont contribué, tout comme elle incite à les prolonger. Sur le plan pratique, ces travaux permettent de souligner l’enjeu réel de ce nouvel idéal, à savoir que la durabilité tient sans doute davantage de l’art de la transformation et de faire chemin faisant, que de celui de la modélisation et de son imposition.

Bibliographie

Bibliographie

Bagnasco, A. et P. Le Galès (dir.) (1997), Villes en Europe, Paris, La Découverte.

Berger, E et T. Luckmann (1996), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck.

Berque, Augustin (2000), Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

Bourg, D. (1997), Nature et technique. Essai sur l’idée de progrès, Paris, Hatier.

Chateauraynaud, E et D. Torny (1999), Les sombres précurseurs. Pour une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Descola, P. (2000), « L’anthropologie et la question de la nature », in M. Abélès, L. Charles, H.-P. Jeudy et B. Kalaora (dir.), L’environnement en perspective. Contextes et représentations de l'environnement, Paris, L’Harmattan, p. 61-83.

Dumouchet, E et J.-E Dupuy (dir.) (1989), L’auto-organisation : de la physique au politique, Colloque de Cerisy, Paris, Seuil.

Giddens, A. (1987), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Giddens, A. (1994), La constitution de la société, Paris, PUF.

Habermas, J. (1973), La science et la technique comme idéologie. La fin de la métaphysique, traduit de l’allemand par Jean-René Ladmiral, Paris, Gallimard.

Habermas, J. (1986), « Dialectique de la rationalisation », Les Cahiers de Philosophie, Lille, no 3, p. 59-100.

Habermas, J. (1987), Théorie de l'agir communicationnel, Paris, Fayard.

Jeudy, H.-P. (1997), Sciences sociales et démocratie, Belfort, Circé.

Jodelet, D. (dir.) (1989), Les représentations sociales, Paris, PUF.

Jullien, F. (1996), Traité de l’efficacité, Paris, Grasset et Fasquelle.

Keller, Rainer (1998), L'Europe du risque. Séminaire de l’aspiration au progrès au développement durable, Séminaire organisé par le Laboratoire de sociologie de la culture européenne de Strasbourg dans le cadre du programme risques collectifs et situations de crise du CNRS, Genève, 6-7 novembre 1998.

Latouche, Serge et Gilbert Rist (1998), L'Europe du risque. Séminaire de l’aspiration au progrès au développement durable, Séminaire organisé par le Laboratoire de sociologie de la culture européenne de Strasbourg dans le cadre du programme risques collectifs et situations de crise du CNRS, Genève, 6-7 novembre 1998.

Latour, B. (1999), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Luhmann, N. (1992), Beobachtungen der Moderne, Braunschweig, Westdeutscher Verlag.

Maffesoli, M. (2000), L’instant étemel. Le retour du tragique dans les sociétés postmodemes, Paris, Denoël.

Mann, R (1996), « Théories de la mobilisation, risques et crises », Actes de la septième séance des séminaires organisés par I. Bourdeaux et C. Gilbert dans le cadre du programme risques collectifs et situations de crise, Paris, 12 décembre 1996.

Moscovici, S. (1977), Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion.

Rudolf, F. (1994), « Niklas Luhmann, une théorie de la vie adaptée à la société », Paris, Sociétés, no 43, p. 29-42.

Rudolf, F. (1995), « Le risque comme métaphore de la modernité avancée », Paris, Sociétés, no 48, p. 163-176.

Rudolf, F. (1996), « De la nature à l’environnement en sociologie », Actes du XXVe congrès de l’Association des sociétés de philosophie de langue française publiés sous la direction de Daniel Schulthess, Cahiers de la Revue de Théologie et de Philosophie, no 18, Lausanne, p. 244-248.

Rudolf, F. (1998), L’environnement, une construction sociale. Discours et pratiques sur l’environnement en Allemagne et en France, Strasbourg, PUS.

Rudolf, F. (1999), « Comment les sciences sociales construisent-elles le savoir ? », Strasbourg, Revue des sciences sociales de la France de l’Est, p. 153-158.

Rudolf, F. (2001), « La durabilité : deux manières de célébrer la ville », Strasbourg, Revue des sciences sociales de la France de l’Est.

Simmel, G. (1981a), « Le domaine de la sociologie », Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, p. 83-105.

Simmel, G. (1981b), « Comment les formes sociales se maintiennent », Sociologie et épistémologie, Paris, PUF, p. 171-206.

Simmel, G. (1988), La tragédie de la culture, Marseille, Rivages.

Stengers, I. (1993), L’invention des sciences modernes, Paris, La Découverte.

Stengers, I. (1996), Cosmopolitiques, Paris, La Découverte.

Stengers, I. (1999), « Le développement durable : une nouvelle approche ? », Alliage, « Nouvelles relations aux savoirs et aux pouvoirs », Nice, no 40, automne 1999, p. 31-39.

Taylor, C. (1994), Le malaise de la modernité, Paris, Cerf.

Watier, P. (1991), « G. Simmel et le secret », postface de G. Simmel, Secret et sociétés secrètes, Belfort, Circé.

Watier, E (1996), La sociologie et les représentations de l’activité sociale, Paris, Méridiens Klincksieck.

Weber, M. (1959), Le savant et le politique, Paris, Plon.

Weber, M. (1964), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Weber, M. (1965), Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Notes

1 Bien que nous devions la distinction entre humains et non-humains à Bruno Latour, je voudrais également mentionner l’ouvrage de Serge Moscovici (1977), Essai sur l’histoire humaine de la nature, où la nature est définie comme les habiletés acquises à la fois par la matière et par l’humanité.

2 Je rappelle que la définition d’une norme et d’un système expert que j’ai proposée en introduction repose sur cette dualité du social. La référence aux hommes est un euphémisme pour désigner les valeurs, les croyances et de façon générale tous les sentiments qui motivent l’intelligence, cette dernière étant entendue par la référence aux techniques. À cet égard, il me semble que les normes concilient à la fois la dimension affective et la dimension cognitive, alors que les techniques ou les systèmes experts n’expriment que cette dernière, même si, et cela va de soi, leur existence est indissociable des motivations qui ont pu les engendrer, et dont elles continuent à se nourrir.

3 L’expérience des écoconseillers en Allemagne et en France nous incite à introduire une distinction entre des entreprises de moralisation de la société et des mouvements sociaux ou entreprises de stimulation de l’imaginaire social. Les premières, qu’elles diffusent des normes ou des systèmes experts, comptent sur la société comme monde objectif pour contraindre la vie dans des formes et des orientations. Les secondes comptent sur l’imaginaire social pour orienter les formes. En bref, dans un cas ce sont les formes qui dictent le cours des événements, dans l’autre ce sont les contenus, les émotions, les désirs, la vie, en bref, qui leur donnent une raison d’être. Cette distinction est inepte d’une certaine manière puisque tout nous porte à penser que les deux aspects sont agissants. En revanche, on ne peut occulter que certaines manières de faire, de gérer, de gouverner, s’opposent plus ou moins à cette dynamique. Le plus difficile dans la description comme dans l’action semble bien relever de l’art de concilier les deux.

4 Voir à cet égard la différence qu’établit J. Habermas entre le monde vécu et le système.

5 Il est d’ailleurs intéressant de noter que la définition que donnait Durkheim du fait social demeure tout à fait pertinente, même dans le cadre d’une sociologie qui considère la dialectique dans la société comme une réalité objective et subjective. Le seul reproche que l’on puisse faire à la démarche durkheimienne est d’avoir sous-estimé cette dynamique.

6 Pour un compte rendu et une réflexion sur la transposition pratique de la durabilité, voir l’article de Florence Rudolf (2001).

7 Je renvoie pour plus de précisions à la synthèse entreprise par Edwin Zaccaï lors du séminaire L’Europe du risque qui s’est tenu à Genève en 1998.

8 « Si l’on s’avise que le XXIe siècle sera, de l’avis répandu, celui de la confrontation entre l’ordre chinois et l’ordre américain, il vaut la peine d’examiner un peu les caractères de celui qui le premier s’est mis en place, quelque deux millénaires avant le second » (Augustin Berque, 2000).

Auteur

Florence Rudolf a obtenu un doctorat en sociologie après avoir été formée au Conseil en environnement à Strasbourg. Sa thèse porte sur la comparaison entre la professionnalisation et l’institutionnalisation de l’environnement en France et en Allemagne. Puis, elle a orienté ses recherches vers la place qu’occupe la sémantique du risque à notre époque et plus généralement l’impact de l’incertitude sur les théories de l’action et de la décision dans nos sociétés. Elle occupe un poste de maître de conférences en sociologie à l’Université de Marne-la-Vallée, en Île-de-France, depuis 1995. Elle enseigne la sociologie de l'environnement et du risque et est engagée dans la construction d’un diplôme sur le développement durable et dans l’École doctorale Ville et Environnement du Pôle Marne-la-Vallée.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search