Version classiqueVersion mobile

Développement durable et participation publique

 | 
Corinne Gendron
, 
Jean-Guy Vaillancourt

Deuxième partie. Gouvernance et rationalité du développement durable

Chapitre 5. La norme ISO 14001 : vers une uniformisation des pratiques ?

Olivier Boiral

Texte intégral

1Adoptée par plus de 30 000 entreprises à travers le monde, la norme ISO 14001 a connu une croissance rapide depuis son lancement en 1996, en particulier dans les entreprises multinationales. À l’image des normes ISO 9000 dont il reprend les grandes articulations, le nouveau standard dans les systèmes de gestion environnementale semble appelé à s’imposer comme une sorte de passeport pour accéder à certains marchés. Il permet également d’affirmer la responsabilité sociale de l’entreprise et apporte un cadre structuré à la gestion des questions environnementales des entreprises. Le développement d’ISO 14001 accompagne enfin le mouvement de mondialisation des économies, qui exige l’adoption de standards internationaux facilitant les échanges et la communication entre les pays. Bien que de nombreux systèmes de gestion environnementale aient été développés auparavant, ISO 14001 tend ainsi à devenir le modèle de référence et à se substituer aux autres systèmes, dont la reconnaissance est moins établie.

2Pour les entreprises, cette nouvelle norme soulève de nombreux défis, à la fois externes et internes à l’organisation. En premier lieu, l’adoption de la norme semble actuellement davantage motivée par une attitude d’anticipation que par des pressions réelles. Dans quelle mesure la norme va-t-elle devenir une nouvelle exigence sur les marchés internationaux ? Va-t-elle permettre d’améliorer les relations avec les pouvoirs publics ou se substituer à certains contrôles réglementaires ? Certains pays sont-ils plus réceptifs que d’autres ? L’adoption de la norme exige également des remises en causes que toutes les entreprises ne sont pas disposées à accepter. Outre la mise en place d’une documentation qui peut être assez lourde, les propositions de la norme ne sont pas nécessairement en accord avec la philosophie de gestion des organisations. Enfin, les différences culturelles dans les pratiques de gestion peuvent rendre certains pays plus ou moins réceptifs aux propositions d'ISO 14001. Ainsi, l’intégration de ces propositions dans la gestion quotidienne de l’entreprise peut se heurter à des résistances ou à des contradictions difficiles à surmonter.

3Ces défis appellent une réflexion pour comprendre les fondements de ce nouveau standard et ses effets sur la gestion des entreprises. L’objectif de ce chapitre est de contribuer à cette réflexion en examinant en particulier les motivations et les enjeux du développement de la norme ISO 14001 pour les firmes multinationales. Dans un premier temps, nous analyserons le développement international de ce nouveau standard ainsi que les principaux défis qu’il soulève, en particulier pour les multinationales. Dans un second temps, nous exposerons les attentes suscitées par la norme et les paradoxes de son intégration dans l’organisation.

Une nouvelle exigence sur les marchés internationaux ?

4La prise en compte des questions environnementales dans l’activité quotidienne des entreprises est un phénomène récent en regard de l’histoire de la Révolution industrielle. Pendant longtemps, la croissance économique a en effet reposé sur la croyance en un progrès industriel illimité et sur la conception d’une nature aux ressources inépuisables devant être assujettie aux besoins de la production. Le développement de normes internationales en gestion environnementale traduit la volonté d’intégrer ces préoccupations dans la stratégie des entreprises et d’affirmer la légitimité sociale des activités industrielles. Ce processus d’ouverture et d'intégration a d’abord été motivé par le renforcement des normes réglementaires et des pressions sociétales, qui ont fait des questions environnementales un impératif de survie (Smith, 1993 ; Shrivastava, 1991). La norme ISO 14001 apparaît aujourd’hui comme une initiative volontaire du monde des affaires, soucieux d'améliorer le contrôle des impacts environnementaux, de regagner la confiance des pouvoirs publics et des populations.

Une croissance exponentielle

5La reconnaissance d’ISO 14001 sur les marchés internationaux et son usage comme nouvelle exigence contractuelle dépendent avant tout de son développement dans les principaux pays industrialisés, à la fois comme système de gestion dans les entreprises et comme substitut aux normes nationales. À l’image de la plupart des normes de l'Organisation internationale de normalisation, ISO 14001 s’est en effet développée pour éviter le risque que le développement de standards locaux et nationaux, en l’occurrence dans le domaine environnemental, constitue une barrière à la croissance des échanges internationaux. Cet objectif répond à la mission première de l’Organisation internationale de normalisation, qui se propose de promouvoir la standardisation et les activités reliées afin de faciliter les échanges internationaux de biens et de services.

6Cette mission ne peut être pleinement accomplie que si les quelque 111 pays qui composent cette organisation acceptent d’un commun accord ces nouveaux standards comme normes de références et que l’utilisation de ces dernières se généralise dans les entreprises. Bien que le lancement de la norme ISO 14001 soit relativement récent, ces deux conditions sont en bonne voie d’être atteintes. D’une part, la plupart des normes nationales sur la gestion environnementale, comme la norme française X 30-200, lancée en 1993, la norme britannique BS 7750, lancée en 1992, ou encore la norme canadienne Z750, lancée en 1994, sont de moins en moins utilisées par les entreprises. Ces dernières préfèrent la plupart du temps adopter d’emblée le standard ISO 14001, reconnu internationalement. D’autre part, la certification ISO 14001 connaît une croissance exponentielle. Ainsi, le nombre d’entreprises certifiées a pratiquement doublé d’année en année depuis le lancement de la norme il y a quatre ans.

7Outre les quelque 15 000 entreprises certifiées en avril 2000 (Peglau, 2000), de nombreuses organisations sont actuellement engagées dans un processus d’implantation de la norme. Considérant que ce processus s’étale fréquemment sur deux ou trois ans et que les entreprises adoptent souvent dans ce domaine une attitude de « suiveur » guidée par un effet de « mimétisme », il est clair que la croissance des entreprises certifiées ISO 14001 est appelée à se prolonger. Cette croissance va dépendre essentiellement des pressions du marché et des pouvoirs publics en faveur de l’utilisation de la norme.

Répondre à la demande des clients

8La recherche de la certification ISO est souvent motivée par les exigences contractuelles des clients sur les marchés internationaux (Corbett et Kirsh, 1999). Ces exigences sont dans une large mesure dictées par les normes ISO elles-mêmes, lesquelles se développent suivant un effet en cascade. Ainsi, les normes de la série ISO 9000 demandent aux entreprises certifiées de s’assurer que leurs fournisseurs et sous-traitants aient mis en œuvre et documenté un système d'assurance qualité. Afin d’éviter des audits et des vérifications coûteuses auprès des contractants, ces derniers vont être à leur tour invités à obtenir la certification ISO 9000. Ce processus de développement par relations commerciales interposées est, dans une large mesure, à l’origine de la multiplication des normes de la série ISO 9000. Jusqu’au milieu des années 1990, les entreprises américaines ont perdu de nombreuses chances de faire des affaires, en particulier en Europe où les standards ISO sont beaucoup plus développés, parce qu’elles avaient sous-estimé ce processus et ses implications commerciales (Goodman, 1998). Le virage opéré aux États-Unis depuis quelques années s’explique avant tout par la pression exercée sur les marchés internationaux et par la nécessité de rattraper le retard accumulé. Alors qu’en 1992 seulement 500 entreprises américaines étaient certifiées ISO 9000, leur nombre dépassait 18 000 en 1997. Ainsi, les principales entreprises du secteur automobile, comme General Motors, Ford et Chrysler exigent désormais la certification aux normes ISO 9000 pour leurs principaux fournisseurs (Bibby, 1996, p. 14). L’interdépendance, voire l’intégration entre les normes sur la gestion de la qualité et des questions environnementales, renforce d’ailleurs les pressions associées à l’implantation de la norme ISO 14001. Par exemple, au Japon, qui est de loin le pays qui compte le plus grand nombre d’entreprises certifiées ISO 14001 au monde, ce sont les entreprises du secteur électrique et électronique, qui n’est pourtant pas le plus polluant, qui jouent un rôle de locomotive. Près des deux-tiers des entreprises certifiées appartiennent à ce secteur. Cette situation s’explique avant tout par l’importance des normes ISO 9000 dans l’industrie électrique et électronique. Ainsi, la répartition sectorielle des entreprises japonaises certifiées ISO 9001 et 9002 est pratiquement identique à celle des entreprises certifiées ISO 14001 (Peglau, 2000).

9S’il est encore trop tôt, dans la plupart des pays, pour observer de fortes pressions du marché en faveur de l’adoption de la norme ISO 14001, certaines entreprises se sont déjà engagées sur cette voie. En Grande-Bretagne par exemple, plusieurs entreprises du secteur automobile, comme Toyota, Honda et Rover ont fait de la certification ISO 14001 ou de l’adoption d’un système de gestion environnementale équivalent un critère formel de sélection de leurs fournisseurs. La volonté de ces entreprises de démontrer leurs préoccupations environnementales et de réduire leur consommation de ressources serait à l’origine de ce mouvement, qui a eu un effet d’entraînement sur l’ensemble du secteur automobile britannique (Clark, 1999). Dans l’industrie des circuits imprimés, des clients européens et américains ont demandé à leurs fournisseurs asiatiques de prouver qu’ils étaient en mesure de rencontrer les exigences des normes internationales en matière environnementale (Kwai-Sang et Kit-Fai, 1999). Ces exemples montrent que, si la norme ISO 14001 est encore jeune et moins répandue que les standards de qualité, son adoption représente déjà, dans certains secteurs, une source d’avantages concurrentiels à ne pas négliger.

Améliorer la compétitivité sur les marchés internationaux

10La mondialisation des marchés et l’interdépendance croissante des économies sont devenues des lieux communs des réflexions sur les affaires internationales. L’ouverture des frontières, qui multiplie les occasions de faire des affaires dans le commerce, se traduit également par un élargissement de la concurrence qui met sans cesse à l'épreuve la compétitivité de l’entreprise sur les marchés nationaux et internationaux. Dans ce contexte, la réussite des entreprises va être associée à leur capacité à se distinguer des concurrents en offrant un avantage comparatif sur la qualité, les prix, le service ou encore l’adaptation à la demande locale. Jusqu’à une époque récente, les préoccupations environnementales semblaient exclues de ces efforts pour améliorer la compétitivité internationale. La pollution industrielle apparaissait comme une conséquence secondaire indésirable des activités industrielles qui n’entamait pas les performances économiques. De plus en plus, les efforts mis en œuvre pour réduire les impacts environnementaux représentent une composante non négligeable de l’efficacité et de la compétitivité internationale des entreprises.

11D’une part, pour un nombre croissant d’organisations, comme la société américaine Interface, spécialisée dans la fabrication de tapis et de produits textiles, le distributeur de produits cosmétiques The Body Shop ou encore la société allemande d’outils diamantés Winter, les préoccupations environnementales représentent un axe stratégique majeur (Johansen, 1998). Dans ces entreprises, les préoccupations environnementales représentent une dimension importante des relations d’affaires, notamment auprès des fournisseurs. La certification ISO 14001 ou l’adoption d’un système de gestion du même type permet donc de démontrer l'engagement de l’entreprise dans un domaine où les améliorations résultent souvent d’un effort de collaboration interorganisationnelle.

12D’autre part, la mise en œuvre d’un système de gestion environnementale de type ISO 14001 tend à renforcer le contrôle des opérations à l'origine des rejets de contaminants et peut déboucher sur des économies substantielles de matières et d’énergie. Dans certains cas, ces économies dépassent les coûts de mise en œuvre du système et contribuent à améliorer de façon sensible la compétitivité des entreprises. Ainsi, Phillips Electronic North America, qui a décidé d’adopter la norme ISO 14001 dans l’ensemble de ses activités, envisage d’amortir en moins de deux ans les coûts associés au processus de certification grâce à la réduction des déchets et aux économies qui en résultent (Rondinelli et Vastag, 1996).

13Outre la compétitivité sur les marchés des biens et des services, la certification ISO 14001 peut améliorer la compétitivité de l'entreprise sur les marchés financiers internationaux. Plusieurs études se sont ainsi attachées à montrer le lien existant entre l’engagement environnemental des entreprises et l’amélioration de la valeur des actions sur les marchés financiers (Hart, 1997 ; Tremblay et Cormier, 1995) Soucieux de connaître la « dette environnementale latente » des entreprises (risques de sanctions ou de crises liées à la pollution) ou encore de réaliser des « placements éthiques », de plus en plus d’investisseurs exercent des pressions pour obtenir des informations environnementales fiables. Dans ce contexte, l’adoption d’ISO 14001 par des sociétés multinationales cotées en bourse peut, dans une certaine mesure, rassurer les marchés financiers sur le contrôle des aspects environnementaux et sur la responsabilité sociale de ces entreprises.

Anticiper les pressions sociales et réglementaires

14La décision d’adopter la norme ISO 14001 est rarement motivée uniquement par des exigences contractuelles strictes ou par une recherche immédiate d’amélioration de la compétitivité internationale. Pour beaucoup d’entreprises, la certification ISO 14001 correspond plutôt à un investissement stratégique visant à anticiper les pressions socioéconomiques associées à la réglementation environnementale, aux politiques gouvernementales, à l’image auprès de l’opinion publique et, de façon plus générale, à l’évolution des marchés. En effet, un des principaux objectifs d’ISO 14001 est d’établir des procédures pour identifier les pressions sociétales et y répondre. Cette approche « proactive » est nécessaire pour assurer la pérennité de l’activité des entreprises ainsi que leur indépendance.

15Pour les gouvernements, ce processus d’anticipation permet de promouvoir une attitude proactive par rapport aux normes environnementales et de limiter les coûts associés aux contrôles réglementaires en favorisant un engagement écologique volontaire des entreprises. Dans ce dessin, de nombreux pays se sont récemment dotés de politiques pour favoriser l’adoption d’un système de gestion environnementale de type ISO 14001 (The North American Working Group on Environmental Enforcement and Compliance Cooperation, 1998). Aux États-Unis par exemple, le programme StarTrack développé par l’Environmental Protection Agency (EPA) de la Nouvelle-Angleterre permet aux entreprises qui mettent en œuvre un système de gestion environnementale certifié de réduire les inspections de sites, de faciliter l’obtention de permis environnementaux et de limiter les pénalités en cas de dépassement des normes. Au Canada, certaines provinces comme le Québec envisagent depuis plusieurs années de substituer à certains contrôles réglementaires la certification à la norme ISO 14001 ou l’adoption d’un système de gestion environnementale comparable (Rivet, 1995). Bien que ces programmes s’inscrivent dans une approche incitative, plusieurs pays, comme l’Inde et la Chine, envisagent d’utiliser la norme ISO 14001 pour promouvoir ou renforcer leur réglementation environnementale (Wilson, 1998). En Colombie, en Thaïlande et en Chine, des règlements visant à faire de la certification ISO 14001 une condition d’implantation pour les entreprises de prospection et de production de pétrole sont à l’étude (Wilck, 1997).

16Ces programmes d’intégration de la norme ISO 14001 dans les politiques gouvernementales de protection de l’environnement sont encore très récents. Ils constituent cependant, pour les investisseurs étrangers qui envisagent d’adopter la norme, une occasion de démontrer leur responsabilité sociale et s’assurer que leurs activités internationales s’attachent à respecter les normes environnementales en vigueur. Une responsabilité sociale qui ne s’exprime pas seulement auprès des autorités locales mais aussi auprès des groupes de pressions et du public en général.

Paradoxes et contradictions d'un système de gestion « prêt à penser »

17Si les pressions du marché et le besoin de reconnaissance externe de l’entreprise sont souvent à l’origine du processus de certification, les implications internes d’une telle démarche ne doivent pas être négligées. Quels sont les effets de la norme sur les pratiques de gestion et sur la motivation du personnel ? Les propositions de la norme sont-elles adaptées aux différences culturelles et à la philosophie de gestion des entreprises ? Dans quelle mesure la mise en œuvre de ce système de gestion peut-elle réellement améliorer les « performances environnementales » ? Ces implications internes ne sont pas toujours compatibles avec les pressions externes en faveur de la norme. Concilier ces enjeux internes et externes constitue en fait un des principaux défis des entreprises qui ont choisi d’adopter la norme.

Un modèle « mondial » de gestion pour les firmes multinationales ?

  • 1 Le processus de certification porte généralement sur une usine ou un établissement spécifique. Bie (...)

18Les firmes multinationales jouent un rôle moteur dans la croissance et l’internationalisation de la norme. Selon une étude réalisée en février 1999 auprès de l’ensemble des entreprises françaises ayant adopté ISO 14001 (Dun et Bradstreet, 1999), il apparaît que 75 % des établissements certifiés1 exportent et que 59 % d’entre eux sont détenus par des capitaux étrangers. La plupart des organisations françaises certifiées sont en réalité soit des filiales de grandes entreprises multinationales, soit des entreprises françaises exportatrices. Pour ces entreprises, ISO 14001 ne représente pas seulement un argument commercial mais également un outil de gestion interne. La norme peut en effet constituer un outil de standardisation, de contrôle et de reconnaissance des pratiques de gestion environnementale à l’intérieur même de l’entreprise et pas seulement auprès des acteurs externes. Certaines grandes entreprises comme Ford, IBM, Alcan, Bombardier ou encore Renault ont déjà décidé d’adopter ISO 14001 dans l’ensemble de leurs unités de production à travers le monde. Cette démarche de standardisation et de systématisation de la gestion environnementale soulève cependant de nouveaux défis pour ces multinationales.

19En premier lieu, si des économies peuvent résulter de la mise en œuvre de la norme, cette dernière représente des investissements non négligeables. La réalisation de la documentation, la formation du personnel, les opérations d'audits et de certification, ou encore le développement des outils de mesure des performances environnementales mobilisent du temps et des moyens qu’il convient de ne pas sous-estimer. Au total, le processus d’implantation et de certification peut représenter des dépenses de l’ordre de 100 000 $ à 1 000 000 $ pour une usine de taille importante (Lally, 1998 ; De Backer, 1999). La multiplication des sites certifiés à l’échelle d’une entreprise multinationale doit donc être l’objet d’une planification financière minutieuse.

20En second lieu, le nombre d’entreprises certifiées demeure très disparate suivant les régions du monde (voir figure 1). Ainsi, l’Europe et les pays asiatiques regroupent plus de 80 % du nombre de certifications alors que l’Amérique du Nord en représente moins de 7 %. La comparaison entre les pays montre des disparités encore plus marquées.

21Ainsi, en avril 2000, les quatre premiers pays en nombre de certifications, le Japon, l’Allemagne, la Suède et le Royaume-Uni, représentaient à eux seuls près de 50 % des entreprises mondiales certifiées. À la même époque, la Suède comptait plus de 1000 certifications ISO 14001, soit 33 % de plus qu’aux États-Unis. Le Japon regroupait quant à lui plus de 60 % du total des certifications dans les pays asiatiques. Enfin, dans de nombreux pays d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Europe de l’Est, le nombre d’entreprises certifiées est inférieur à dix, voire inexistant. Il est probable que la mondialisation des économies et la politique de standardisation adoptée par de nombreuses firmes multinationales réduisent peu à peu ces écarts. Cependant, les disparités observées montrent que les motivations qui poussent à adopter la norme varient sensiblement d’un pays à l’autre. Quelles que soient leurs causes, ces disparités peuvent compromettre la pertinence d’une politique d'implantation indifférenciée du système ISO 14001. Dans les pays où la norme est peu développée, une telle politique risque en effet d’apparaître comme inadaptée aux besoins locaux ou encore comme trop centralisatrice.

Figure 1. Répartition mondiale des entreprises certifiées ISO 14001 (Peglau, 1999)

Figure 1. Répartition mondiale des entreprises certifiées ISO 14001 (Peglau, 1999)

22Le troisième défi à relever est d’ordre culturel et organisationnel. Reposant sur une logique procédurière et sur le modèle de gestion traditionnel de type « planifier, organiser, diriger, contrôler », la norme ISO 14001 tend à imposer un mode d’organisation monolithique qui reflète les valeurs occidentales d’ordre et de rationalité. Ces valeurs ne sont pas nécessairement adaptées aux besoins des entreprises qui envisagent d’adopter la norme. La remise en cause des prétentions universelles de la gestion traditionnelle est d’ailleurs au centre de la plupart des recherches sur la gestion interculturelle (Lane et Distephano, 1992 ; Hoefstede, 1980). Par exemple, les pays anglo-saxons ont une forte tradition de règles écrites et de relations contractuelles. Dans ces pays, la communication formelle et explicite joue un rôle prédominant dans la conduite des affaires (Hall, 1989). Ces cultures à « faible contexte de communication », selon l’expression de Hall (1989), sont un terrain fertile pour le développement de la logique procédurière de la norme ISO 14001. Les cultures des pays africains ou latino-américains sont au contraire caractérisées par un mode de communication plus implicite et donc de prime abord moins perméable au processus d'implantation des standards ISO. L’acuité des problèmes d’analphabétisme dans certains pays peut également compromettre les efforts de mise en œuvre et de suivi de la documentation sur lesquels repose le système ISO 14001.

23Pour contourner ces difficultés, les firmes multinationales peuvent adopter une politique d’implantation progressive, privilégiant dans un premier temps les installations situées dans les pays qui semblent les plus perméables aux propositions de la norme. Une autre approche consiste à apporter une aide (conseils, audits, financement...) aux filiales qui envisagent de mettre en œuvre ISO 14001, en laissant cette décision à la discrétion des responsables locaux. Cette démarche plus décentralisée tend à favoriser l’adaptation de la norme aux besoins locaux et à réduire les coûts d’une implantation généralisée. Elle risque néanmoins d’apparaître comme une politique de « laisser-faire » en regard des questions environnementales, soumises à la discrétion de responsables d’installations et d’un contexte local quelquefois peu sensible aux enjeux écologiques.

24Cependant, quelle que soit la politique adoptée par le siège social, la décision de promouvoir ou non un système de gestion environnementale de type ISO 14001 ne dépend pas seulement de l’environnement international de l’entreprise. Il convient également de considérer l’efficacité intrinsèque de la norme et les enjeux qui peuvent conduire à sa mise en œuvre.

Les attentes face à la norme : des attitudes très contrastées

25L’amélioration des performances environnementales ne constitue pas le principal objet de la norme ISO 14001. Parce que ce système vise avant tout à promouvoir des pratiques de gestion plutôt que l'atteinte de résultats précis, il n’apporte aux organisations certifiées aucune garantie d’amélioration concrète de leur situation environnementale. Comme le précise d’ailleurs la norme :

Il convient de noter que la présente norme n’établit pas d’exigences absolues en matière de performance environnementale, au-delà de l’engagement, dans la politique, de se conformer à la législation et aux réglementations applicables ainsi qu’au principe d’amélioration continue. Ainsi, deux organismes ayant des activités similaires mais des performances environnementales différentes peuvent être tous deux conformes à ces exigences.

26Dans une étude que nous avons réalisée sur ce thème auprès d’environ 80 cadres et employés du groupe Alcan impliqués dans la gestion des questions environnementales, la plupart des répondants se sont montrés très perplexes à propos des bénéfices écologiques de la norme ISO 14001 (Boirai, 1998). Les avantages attendus concernaient principalement le contrôle des pratiques environnementales (rigueur, suivi, contrôle des coûts, etc.) et la réponse à des attentes externes (pressions du marché, image de l’entreprise, etc.). Ces motivations se retrouvent dans une enquête réalisée récemment auprès de 85 installations françaises certifiées ou en voie de certification (voir figure 2).

27Les principaux enjeux externes exprimés par les répondants sont :

  • La réponse aux exigences des pouvoirs publics : la mise en œuvre de la norme peut être un moyen d’améliorer les relations avec les administrations en charge de la protection de l’environnement ou encore de répondre à des sollicitations pour adopter ce système de gestion. Elle permet également d’affirmer la diligence raisonnable des dirigeants et de démontrer leur bonne foi en cas de poursuites pénales ou d’enquêtes liées à des incidents environnementaux (Rovet, 1993).
  • La reconnaissance externe : la certification ISO 14001 peut constituer un outil de relations publiques visant à promouvoir l’image verte de l’entreprise auprès des citoyens et des groupes environnementaux. Pour les entreprises soumises à de fortes pressions écologistes ou souffrant d’une image négative auprès du public, la norme offre ainsi la chance de démontrer la responsabilité sociale des dirigeants.
  • Le développement d’un avantage commercial : dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel et globalisé, l’adoption de la norme peut être perçue comme un avantage compétitif démontrant le sérieux de l’entreprise et son contrôle des opérations de production.
  • L’accès aux marchés : l’utilisation de la norme comme critère de sélection des fournisseurs tend à se développer de plus en plus, bien que cette pratique soit encore peu répandue dans la plupart des secteurs d’activité.

28Les motivations internes les plus souvent exprimées sont :

  • La méthode de gestion : pour certains dirigeants, les propositions du nouveau standard permettent d’apporter plus de rigueur et de cohérence à la gestion des questions environnementales.
  • La motivation du personnel : parce qu’elle porte sur des préoccupations qui transcendent les frontières de l’entreprise et les objectifs strictement économiques, la norme ISO 14001 est susceptible d’améliorer la fierté et la mobilisation des employés. Cette mobilisation est essentielle pour réussir la mise en œuvre d’un système de gestion environnementale (Petts, Herd et O’Heocha, 1998 ; Ruiz-Quintanilla, Bunge et Freman-Gallant, 1996).
  • La réduction des coûts : bien qu’elle puisse représenter, en soi, un investissement non négligeable, l’implantation d’un système de gestion environnementale peut contribuer à réduire certains coûts associés aux problèmes environnementaux : gestion des déchets, réduction de la consommation d’énergie et d’eau, économies de matières, etc.
  • L’innovation technologique : l’engagement environnemental de l’entreprise peut déboucher sur des remises en cause des méthodes de production et sur l’introduction de nouveaux procédés moins polluants et plus efficaces.
  • 2 De Backer (1999). Dans cette enquête, chaque motivation a été évaluée sur une échelle de 1 à 7 en (...)

Figure 2. Les principales motivations internes et externes de l'adoption de la norme ISO 140012

Figure 2. Les principales motivations internes et externes de l'adoption de la norme ISO 140012

29Ces motivations montrent que la norme ISO 14001 peut répondre à des attentes fort différentes et qui ne font pas l'unanimité chez les dirigeants. Ainsi, les pouvoirs publics et les groupes écologistes ne reconnaissent pas tous au même titre l’utilité et la pertinence de la norme. De même, les pressions commerciales en faveur de l’adoption de la norme demeurent encore sporadiques. Au niveau des enjeux internes de la mise en œuvre de la norme, les attentes en terme d'innovation technologique et de réduction des coûts sont somme toute assez faibles. Enfin, les améliorations des méthodes de gestion et de la motivation du personnel sont loin d’être partagées par tous les dirigeants.

Les paradoxes de l'intégration

30Si la norme répond à certaines attentes, elle suscite également des craintes à l’intérieur des entreprises. Les études empiriques que nous avons réalisées dans l’industrie de l’aluminium montrent que ces craintes touchent principalement la lourdeur bureaucratique de la norme et les risques de conflits avec la philosophie de gestion de l’entreprise (Boirai, 1998). La lourdeur bureaucratique concerne en particulier la documentation des procédures et des instructions de travail exigées par ISO 14001. La réalisation et la mise à jour de cette documentation impliquent inévitablement l’établissement de règles écrites auxquelles les individus doivent se soumettre. Dans l’esprit de nombreux gestionnaires, cette formalisation profite davantage aux auditeurs chargés de vérifier la norme qu’aux entreprises. Comme l’explique un dirigeant d’une usine d’électrolyse :

Il faudrait rester moins centré sur la bureaucratisation du système et davantage sur ses performances. Si on implante ISO 14001 seulement dans l’optique de la certification, cela implique des audits et des auditeurs. Et qui dit auditeur, dit preuves et donc papiers. La lourdeur d’ISO 14001, c’est la paperasse (Boirai, 1998).

  • 3 Sur ces tendances concernant la promotion de la participation et de l’autonomisation des employés, (...)
  • 4 Sur les effets pervers de la gestion traditionnelle et de l’application mécaniste de « recettes » (...)

31Les propositions de la norme semblent par ailleurs en contradiction avec plusieurs tendances majeures au sein de la gestion des entreprises3. Bien que les dirigeants disposent d’une assez grande flexibilité dans la mise en œuvre de la norme, aucune recommandation n’incite par exemple à promouvoir la participation ou la consultation du personnel à propos des questions environnementales. Le système de gestion proposé se limite plutôt à énoncer des lieux communs du management traditionnel que l’entreprise se doit d’adopter à la lettre pour éviter les « non conformités » qui pourraient compromettre l’obtention de la certification. Ainsi, de nombreux dirigeants craignent que la conformité à la norme compromette l’esprit d’équipe, de collaboration, de responsabilisation qui a été lentement instauré avec les employés4 : « Cela risque de brimer l’esprit d’initiative. Comment faire le plus simplement possible sans remettre en cause l’orientation générale du management vers plus de décentralisation et de responsabilisation ? Comment concilier cette philosophie de gestion avec ces normes ? (Boirai, 1998).

32Ces effets pervers montrent que, quels que soient les enjeux externes à l’origine de la mise en œuvre de la norme, les propositions de cette dernière peuvent être en conflit avec les pratiques et les besoins internes de l’entreprise. De façon symétrique, la norme peut être perçue comme un outil de gestion utile et efficace sans que sa mise en œuvre soit l’objet de pressions ou d’incitatifs externes précis. Le niveau d’intégration de la norme dans les pratiques quotidiennes de l’entreprise dépend de l’intensité de ces enjeux internes et externes. Comme le montre la figure 3, quatre situations peuvent être envisagées.

  • Intégration rituelle : l’adoption de la norme peut répondre à des pressions ou à des opportunités externes (demande des clients, recherche d’un avantage concurrentiel, amélioration de l’image ou des relations avec les pouvoirs publics), sans que les dirigeants ou les employés soient convaincus de la pertinence interne du système de gestion proposé. Cette attitude peut être motivée par l’atteinte d’un faible niveau de pollution indépendamment de tout système de gestion formalisé. Les exigences de la norme peuvent également être considérées comme incompatibles avec la philosophie de gestion de l’entreprise ou encore avec la culture locale. Quelles que soient les raisons invoquées, ISO 14001 est alors davantage perçue comme un instrument de marketing que comme un outil de gestion efficace au service de la protection de l’environnement. Le manque de conviction et de mobilisation du personnel fait obstacle à l’intégration des propositions de la norme dans la gestion quotidienne de l’entreprise. Dans cette perspective, le processus de certification apparaît comme une sorte de « cérémonie » (selon les termes de Meyer et Rowan5) visant à assurer la légitimité sociale de l’entreprise.
  • Intégration mobilisatrice : lorsque l’adoption de la norme répond à la fois à des besoins internes et externes, son intégration dans les pratiques de gestion est grandement facilitée. Le système ISO 14001 revêt une dimension stratégique. Il permet, d’une part, de répondre à des opportunités ou à des menaces externes et, d’autre part, de satisfaire des besoins de gestion interne. Cette logique vertueuse implique un leadership actif des dirigeants, qui doivent être convaincus de la pertinence d’ISO 14001 et communiquer leur conviction aux employés afin de stimuler leur engagement. Cet engagement sera d’autant plus significatif que l’environnement fait partie intégrante de la mission de l’entreprise. C’est le cas, par exemple, de la société canadienne Stablex qui fut, en Amérique du Nord, la première de son secteur à adopter la norme. Spécialisée dans le traitement des déchets et installée en milieu urbain, le processus de certification était un moyen d’accroître la confiance des clients et d’améliorer l’image auprès de la population. Ce processus a également permis d’intégrer les normes ISO 9001 et 14001 dans un seul système de gestion, réduisant ainsi les procédures et la bureaucratie. Enfin, les remises en cause et les améliorations consécutives à l’implantation de ce système ont débouché sur des économies substantielles.
  • Intégration proactive : l’absence d’incitatifs externes ne doit pas dissuader les organisations d’adopter la nouvelle norme. D’une part, les pressions du marché ou du gouvernement peuvent se développer ultérieurement. La mise en œuvre de la norme peut donc avoir un rôle préventif et ne pas viser, à court terme, l’obtention de la certification. D’autre part, les propositions de la norme peuvent répondre essentiellement à des besoins internes : mise en œuvre d’une politique environnementale, meilleur suivi des procédures environnementales, formation et communication interne. La brasserie Kronenbourg d’Obernai, par exemple, fut le premier site brassicole à être certifié ISO 14001. En l’absence de pressions externes, le principal objectif de cette démarche était de formaliser l’engagement environnemental de l’entreprise et de reconnaître les efforts des employés dans ce domaine. Les avantages d’implanter un système de gestion environnementale sont quelquefois soulignés par les employés. Ainsi, dans une enquête sur les motivations de l’engagement environnemental des organisations réalisée auprès de 425 grandes entreprises, la réponse aux attentes du personnel est apparue en troisième position après les pressions réglementaires et la responsabilité de la haute direction (Davis, 1996)
  • Intégration réactive : lorsque les motivations internes et externes sont faibles, la mise en œuvre de la norme est difficilement envisageable, sinon en réaction à des changements inattendus. Ces changements peuvent se manifester au niveau de la demande des clients, de l’attitude des pouvoirs publics ou encore de la concurrence. De même, les perceptions des dirigeants et des employés sur ce système ne sont pas figées et peuvent évoluer en faveur de la norme.

Figure 3. Intégrer la norme ISO 14001 dans les pratiques de gestion

Figure 3. Intégrer la norme ISO 14001 dans les pratiques de gestion

***

33Le développement de la nouvelle norme internationale ISO 14001 répond à la nécessité de doter les entreprises d’un système de gestion structuré visant à promouvoir leur engagement en matière de protection de l’environnement et à faire reconnaître ce dernier auprès de leurs parties prenantes. De prime abord, la croissance rapide du nombre de certifications s'inscrit donc dans une logique vertueuse qui devrait, à plus ou moins long terme, faire de la norme ISO 14001 une exigence environnementale et commerciale à laquelle il sera de plus en plus difficile d’échapper dans de nombreux secteurs d’activités. Les entreprises qui adoptent ce standard anticipent généralement ce mouvement et contribuent donc collectivement à concrétiser les pressions auxquelles elles ont préalablement cherché à se préparer. Cependant, ces pressions en faveur de l’adoption du système ISO 14001 n’ont pas que des implications vertueuses. D’une part, la mise en œuvre de ce système implique un investissement, des structures institutionnelles (auditeurs, organisme de certification) et des compétences que nombre d’entreprises, notamment dans les pays en voie de développement, peuvent difficilement se permettre. D’autre part, par sa vocation universelle et son caractère formaliste, ce système ne saurait être adapté à toutes les entreprises, dont la culture, les pratiques de gestion et les défis environnementaux sont trop disparates pour se satisfaire d'un modèle unique. Dans bien des cas, l'adoption de la norme risque donc de se traduire par une intégration rituelle visant avant tout à satisfaire des attentes ou des pressions externes qui sont appelées à se développer avec l'augmentation du nombre d’entreprises certifiées. Enfin, les normes ISO 9000 et ISO 14001 tendent à apparaître comme des « certificats commerciaux » plutôt que comme des systèmes de gestion au service de la qualité ou de l’environnement. Ainsi, la mise en œuvre d’ISO 14001 ne débouche pas nécessairement sur l’amélioration des performances environnementales et les exigences de la norme à ce sujet demeurent particulièrement floues. La multiplication des entreprises certifiées ne traduit donc pas nécessairement un mouvement global de responsabilisation écologique mais plutôt l’émergence d'un nouvel outil pour favoriser le développement international et améliorer l’image de l’entreprise. Comme l'indique, dans sa conclusion, une étude réalisée par le Council of the Commission for Environmental Cooperation, un organisme mis en œuvre pour promouvoir la coopération et le respect des normes environnementales entre les pays de l'ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) :

La norme ISO 14001 n’est pas une norme de performance environnementale. La mise sur pied d’un système de gestion de l’environnement conforme à la norme ISO 14001 ne signifie pas ou ne garantit pas nécessairement que l’entreprise observe les exigences prévues par la loi. La mise sur pied d’un tel système n’empêchera nullement les gouvernements de prendre des mesures pour faire appliquer la loi si la situation l’exige (North American Working Group on Environmental Enforcement and Compliance Cooperation, 1998, p. 11).

Bibliographie

Bibliographie

Aktouf, O. (1996), Traditional Management and Beyond : A Matter of Renewal, Montréal, Gaëtan Morin.

Bibby, T. (1996), « ISO 9000, a Catalyst, not a Solution », Manufacturing Engineering, vol. 116, no 4, p. 14.

Boirai, O. (1998), « ISO 14001 : Against the Tide of Modem Management ? », Journal of General Management, vol. 24, no 1, p. 35-52.

Carlzon, J. (1987), Moments of Truth, Cambridge, Ballinger Pub. Co.

Clark, D. (1999), « What Drives Companies to Seek ISO 14000 Certification ? », Pollution Engineering, été 1999, p. 14.

Corbett, C. J. et D. A. Kirsch (1999), « The Linkage Between ISO 9000 and ISO 14000 Standards : An International Study », Working Paper, The Anderson School at UCLA, no 99-1.

D'Iribarne, P. (1989), La logique de l'honneur, Paris, Seuil.

Davis, A. V (1996), Canadian Environmental Management Survey, Toronto, KPMG.

De Backer, P. (1999), L’impact économique et l’efficacité environnementale de la certification ISO 14001/EMAS des entreprises industrielles, Paris, ADEME.

Dun et Bradstreet (1999), « Qui sont les certifiés ISO 14001 ? », Vertitude, vol. 1, no 2, p. 41-43.

Gimpl, M. L. et S. R. Dakin (1984), « Management and Magic », California Management Review, vol. 27, no 1, p. 125-136.

Goodman, D. (1998), « Think Export ? Think ISO 9000 », World Trade 1998, vol. 11, no 8, p. 48-49.

Hall, E. (1989), Beyond Culture. Garden City, New York, Doubleday.

Hart, S L. (1997), « Beyond Greening : Strategies for a Sustainable World », Harvard Business Review, vol. 75, no 1, p. 66-76.

Hoefstede, G. (1980), Culture’s Consequences : International Differences in Workrelated Values, Beverly Hills, Sage Publications.

Johansen, D. (1998), « Interface Inc : Taking the Lead Toward Sustainability », Corporate Environmental Strategy, vol. 5, no 3, p. 53-59.

Kwai-Sang, C. et Kit-Fai (1999), « Factors Influencing ISO 14000 Implementation in Printed Circuit Board Manufacturing Industry in Hong Kong », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 42, no 1, p. 123-134.

Lally, A. E (1998), « ISO 14000 and Environmental Cost Accounting : The Gateway to the Global Market », Law and Policy in International Business, vol. 29, no4, p. 501-538.

Lane, H. W et J. J. Distephano (1992), International Management Behavior, Boston, PWS-KENT Publishing.

Meyer J. W. et B. Rowan (1977), « Institutional Organizations : Formal Structure as Myth and Ceremony », American Journal of Sociology, vol. 83, no 2, p. 340-363.

Mintzberg, H. (1973), The Nature of Managerial Work, New York, Harper and Row.

Mintzberg, H. (1987), « Crafting Strategy », Harvard Business Review, juin-juillet 1987, p. 66-75.

North American Working Group on Environmental Enforcement and Compliance Cooperation (1998), Environmental Management Systems and Compliance, Montréal, CCEC.

North American Working Group on Environmental Enforcement and Compliance Cooperation (1998), Study for the Council of the Commission for Environmental Cooperation, Montréal, CCEC.

Peglau, R. (2000), ISO 14001 Certification, Bonn, Federal Environmental Agency of Germany.

Petts, A. Herd et M. O’Heocha (1998), « Environmental Responsiveness, Individuals and Organizational Learning : SME Experience », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 41, no 6, p. 711-730.

Pitcher, P (1997), The Drama of Leadership, New York, John Wiley.

Rivet, J. (1995), « Réglementation, responsabilité et systèmes de gestion environnementale », Colloque annuel de l’Association québécoise de vérification environnementale, Montréal, 20 octobre 1995.

Rondinelli, D. A. et G. Vastag (1996), « International Environmental Standards and Corporate Policies : An Integrative Framework », California Management Review, vol. 39, no 1, p. 106-122.

Rovet, E. (1993), « Making Sense of Due Diligence », CA Magazine, octobre 1993, p. 55-57.

Ruiz-Quintanilla, S.A., J. Bunge et A. Freeman-Gallant (1996), « Employee Participation in Pollution Reduction : A Sociotechnical Perspective », Journal of Environmental Planning and Management, vol. 5, no 1, p. 137-144.

Semler, R. (1989), « Managing Without Managers », Harvard Business Review, septembre-octobre 1989, p. 76-84.

Shrivastava, P (1991), « Environment : Greening Organizational Science. The Greening of Strategy-Sustaining Performance », 11th Annual International Conference of the Strategic Management Society, 23-26 octobre 1991.

Smith, D. et al. (1993), Business and the Environment : Implications of the New Environmentalism, New York, St. Martin’s Press.

Tremblay, D et D. Cormier (1995), « Le comportement environnemental des entreentreprises : peut-on s’en remettre aux forces du marché ? », Revue Internationale de Gestion, vol. 20, no 1, p. 42-49.

Wilck, J. (1997), « Modest Beginnings for ISO 14001 », Chemical Market Reporter ; vol. 252, no 2, p. 18.

Wilson, R. (1998), « The Developing World Looks to ISO 14000 for Help », Pollution Engineering, vol. 30, no 2, p. 37-38.

Notes

1 Le processus de certification porte généralement sur une usine ou un établissement spécifique. Bien qu’une entreprise puisse décider d’adopter la norme dans l’ensemble de ses unités, ces dernières doivent entreprendre leur propre démarche de certification.

2 De Backer (1999). Dans cette enquête, chaque motivation a été évaluée sur une échelle de 1 à 7 en fonction de son importance dans la décision de mettre en œuvre la norme ISO 14001 à l’intérieur des entreprises étudiées. Les répondants étaient principalement des responsables environnementaux et des dirigeants d’entreprises.

3 Sur ces tendances concernant la promotion de la participation et de l’autonomisation des employés, voir O. Aktouf (1996) ; J. Carlzon (1987) ; R. Semler (1989).

4 Sur les effets pervers de la gestion traditionnelle et de l’application mécaniste de « recettes » de gestion, voir H. Mintzberg (1973 et 1987) ; M. L. Gimpl et S. R. Dakin (1984) ; R Pitcher (1997).

5 Les recherches sur l’institutionnalisation des organisations ont montré que les organisations pouvaient adopter des stmctures formelles et des systèmes de gestion très rationnels pour affirmer leur légitimité sociale et faciliter leurs relations avec les autorités publiques. Voir à ce sujet J. W. Meyer et B. Rowan (1977).

Table des illustrations

Titre Figure 1. Répartition mondiale des entreprises certifiées ISO 14001 (Peglau, 1999)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Figure 2. Les principales motivations internes et externes de l'adoption de la norme ISO 140012
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Figure 3. Intégrer la norme ISO 14001 dans les pratiques de gestion
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k

Auteur

Professeur de management à la Faculté des sciences de l’administration de l’Université Laval, Olivier Boiral a réalisé l’essentiel de ses travaux de recherche sur la gestion environnementale des entreprises et la mise en œuvre des normes ISO 14000. Après une maîtrise sur les perceptions du développement durable dans les entreprises, il a soutenu en 1996, à l’École des HEC de Montréal, une thèse de doctorat sur la dimension humaine et préventive du management environnemental dans l'industrie chimique québécoise. Il a publié une quinzaine d’articles sur la gestion environnementale des entreprises et intervient comme consultant sur ces questions.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search