Version classiqueVersion mobile

Développement durable et participation publique

 | 
Corinne Gendron
, 
Jean-Guy Vaillancourt

Première partie. État des débats

Chapitre 2. De la sociologie environnementale à l'écosociologie

Jean-Guy Vaillancourt

Texte intégral

1La sociologie environnementale est née il y a environ une trentaine d’années, de la rencontre entre l’écologie urbaine, l’écologie humaine et l’écologie sociale, d’une part, et la sociologie rurale, la sociologie des ressources naturelles, et la théorie et la recherche sur les mouvements sociaux, d’autre part. Elle s’est développée rapidement comme un domaine dynamique à l'intérieur de la sociologie, dormant naissance à plusieurs sous-secteurs et à des liens étroits avec diverses autres sciences sociales et naturelles. Elle a rayonné dans plusieurs pays et au niveau international, à une époque où les problèmes de pollution, de surconsommation, de pauvreté dans le tiers-monde, d’épuisement des ressources, de surpopulation, de perte de la bioversité et de dégradation environnementale sont devenus saillants. Comme l’écologie humaine, qui a été mise sur pied par des sociologues de l’école de Chicago durant les années 1920, la sociologie environnementale insistait beaucoup elle aussi à ses débuts sur la relation entre les sociétés humaines et leur substrat biophysique et sur l’impact de l’environnement naturel et bâti sur la société elle-même, mais elle a aussi centré son attention sur le mouvement vert, sur la pollution de l’air, de l’eau et des sols, sur les politiques environnementales, sur la perception du risque, sur les filières énergétiques, etc.

2Je vais examiner ici certains des changements récents qui se sont produits au plan environnemental, plus précisément la façon dont la sociologie de l’environnement a évolué ces dernières années dans ses études empiriques et théoriques des phénomènes, des problèmes, des solutions, des facteurs et des acteurs environnementaux, et la façon dont elle est entrée dorénavant dans une troisième phase, que je propose d'appeler l’écosociologie.

3Mon but ici est de présenter une vue panoramique de la façon dont l’écologie humaine et sociale et la sociologie environnementale ont évolué depuis environ quinze ans pour donner naissance à l'écosociologie, afin de pouvoir faire face aux changements capitaux qui se sont déroulés dans la relation entre l’environnement et la société à tous les niveaux, surtout au niveau global. J’examinerai ces changements environnementaux et socioéconomiques eux-mêmes, et plus spécialement certains des travaux théoriques et empiriques majeurs des sociologues de l’environnement et d’autres spécialistes des sciences sociales de l’environnement, surtout de ceux qui sont actifs dans le Comité de recherche 24 de l’Association internationale de sociologie. Durant les années 1990, ces travaux sont apparus sous la forme de sessions lors de rencontres scientifiques et dans des publications substantielles telles que des numéros spéciaux de revues, des manuels et des encyclopédies. Quant aux articles, chapitres de livres, communications et monographies, ils sont trop nombreux pour que je puisse même m’imaginer pouvoir en rendre compte ici, alors je ne les mentionnerai même pas. En conclusion, je m’efforcerai de présenter brièvement ce que je pense être quelques-uns des principaux défis auxquels l’écosociologie doit faire face en ce début de millénaire.

Les problèmes, les enjeux et les changements environnementaux actuels

4Commençons avec les réalités sociales et environnementales globales, telles qu’elles sont perçues par 200 experts environnementaux de 50 pays, qui ont été questionnés en 1999 par des chercheurs du Programme des Nations Unies pour l’environnement. Dans ce Geo 2000 Report (UNDER 1999), nous obtenons un aperçu général de l’état actuel des problèmes environnementaux globaux. Pour les auteurs de ce sondage SCOPE, la première tendance qui caractérise ce début du troisième millénaire est le déséquilibre sérieux aux niveaux international et régional, tant sur le plan de la productivité que de la distribution existante des biens et services, étant donné qu’un quart de l’humanité vit présentement dans une situation de pauvreté. La seconde tendance, ce sont les changements rapides causés par la révolution en cours dans les communications et dans le processus actuel de la mondialisation. Le sondage indique que les 200 experts questionnés considèrent que la gouvernance environnementale est très fortement en retard par rapport au développement social et économique. Le sondage montre que, parmi les grands enjeux qui émergent en ce début du XXIe siècle, les changements climatiques occupent la première place (avec 51 %), loin en avant de tous les autres problèmes environnementaux.

Figure 1. Les préoccupations des experts environnementaux

Figure 1. Les préoccupations des experts environnementaux

5La pénurie d’eau potable et la pollution de l’eau (deux problèmes reliés en partie à celui des précipitations acides) sont aussi des problèmes importants, puisque 29 et 28 % des experts les mentionnent. La déforestation et la désertification arrivent ex oequo en 3e place avec la pollution de l’eau avec 28 %. Ensuite, nous avons le problème de la piètre gouvernance environnementale avec 27 %, la perte de la biodiversité avec 23 %, les problèmes de la surpopulation avec 22 %, les valeurs sociales en mutation avec 21 %, et la gestion des matières résiduelles et celle de la pollution de l’air avec 20 % chacune, et ainsi de suite. Des projets de recherche lancés par le groupe GOES (Global Omnibus Environnemental Surveys) dans plusieurs pays, y compris mes propres recherches au Canada et au Costa Rica, parmi les dirigeants de groupes verts et les décideurs dans divers domaines, arrivent sensiblement aux mêmes conclusions. C’est vers 1970 que bien des gens ont commencé à prendre conscience de plusieurs de ces problèmes, et depuis lors, il semble bien que la conscience environnementale s’est non seulement maintenue, mais qu’elle s’est beaucoup développée dans la population en général et parmi plusieurs groupes en particulier.

Les trois étapes de la sociologie de l'environnement

6La sociologie de l’environnement, ou l’étude des relations entre les milieux naturels et bâtis et la société humaine, a évolué, me semble-t-il, en trois étapes principales depuis le début des années 1920. La première étape, qui va des années 1920 aux années 1960, a vu l’émergence de l’écologie urbaine et humaine, surtout à l’Université de Chicago, avec les travaux de Park, Mc Kenzie, Burgess et leurs étudiants. Dès les années 1930, en réaction à l’écologie humaine et pour rééquilibrer son soi-disant déterminisme infrasocial, l’écologie sociale de Mukerjee et d’Alihan, puis l’écologie humaine néoorthodoxe d’Hawley et de Quinn sont apparues mais n’ont jamais vraiment réussi à faire école en sociologie. Il y a eu ensuite une deuxième étape, celle de la sociologie environnementale (par opposition à la sociologie de l’environnement, terme qui s'applique aux trois étapes), qui a commencé à se développer au tournant des années 1970, à cause des problèmes environnementaux et de la nouvelle conscience environnementale qui sont alors apparus. Ces problèmes concernaient la pollution de l’air, de l’eau et des sols, l’utilisation massive des pesticides et des fertilisants chimiques, la crise de l’énergie, les centrales nucléaires, l’épuisement des ressources, les précipitations acides et les problèmes des déchets. Les mouvements et les partis verts, ainsi qui les agences gouvernementales consacrées à la protection de l’environnement, ont commencé à surgir et à croître durant cette période. Par ailleurs, des événements comme le premier jour de la Terre en 1970 ou les travaux du Club de Rome ont poussé des sociologues de tous les horizons à s’intéresser à ce nouveau domaine de la sociologie. Le travail de pionnier de Riley Dunlap sur les attitudes et les comportements environnementaux, sur le mouvement vert et sur les paradigmes théoriques en sociologie illustrent bien le genre de contributions empiriques et théoriques qui ont caractérisé cette deuxième phase. L’essai que Dunlap a rédigé avec William Cation Jr en 1978 sur « La sociologie environnementale » dans l’importante revue Annual Review of Sociology, et le bref article d’encyclopédie que Dunlap a écrit en 1994, de même que l’article que Dunlap a écrit en collaboration avec Eugène Rosa (Dunlap et Rosa, 2000), nous donnent de précieuses indications sur le cheminement de la sociologie environnementale depuis le début des années 1970. Dunlap a insisté, surtout au début de sa carrière, sur l'importance de l’impact de l'environnement sur la société, mais ces dernières années, il reconnaît que l’impact peut aussi se faire sentir dans l’autre direction. Il a beaucoup publié sur l’environnementalisme et sur l’opinion publique à l’égard de l’environnement. Il a collaboré par exemple avec la firme de sondage Gallup pour réaliser une vaste enquête comparative dans plusieurs pays sur la conscience environnementale du public. Dunlap et Rosa (2000) montrent que la sociologie environnementale est centrée sur l’analyse des causes et des impacts des problèmes environnementaux, et sur les solutions à ces problèmes. Ils insistent sur le fait que ce domaine est maintenant bien institutionnalisé et qu'il est de plus en plus international. Ils énumèrent les trois fonctions différentes de l’environnement, à savoir que celui-ci sert de dépotoir ou de puits pour nos matières résiduelles, d’entrepôt de ressources ou de base de ravitaillement pour les sociétés humaines, et d’habitat ou d'espace vital pour les populations humaines. Enfin, ils accordent beaucoup d’attention aux modèles théoriques utilisés pour l’étude des écosystèmes et des impacts environnementaux.

7Dans son article sur la lente maturation de l’écologie humaine publié dans la Revue internationale des sciences sociales, Buttel (1986) utilise le terme d'écosociologie, un mot que j'ai utilisé pour la première fois en 1982 (Vaillancourt, 1982), pour caractériser la phase la plus récente de l’écologie humaine et de la sociologie de l'environnement. L’année suivante, Buttel (1987) décrit les nouvelles orientations de la sociologie environnementale et identifie les cinq principaux sous-champs qui ont caractérisé ce domaine : 1) la théorie environnementale, 2) la recherche empirique sur les attitudes, les valeurs et les comportements environnementaux, 3) l’étude du mouvement vert, 4) l’évaluation des risques et des impacts environnementaux, et 5) les politiques environnementales. Ces souschamps demeurent importants encore aujourd’hui dans la troisième phase de la sociologie de l’environnement qui s'est développée à partir des années 1980, et que nous avons appelée l’écosociologie. En 1988, la revue Time a choisi la planète en danger comme planète de l’année, au lieu de son homme de l’année habituel. En 1990, le jour de la Terre fut célébré avec encore plus d’ampleur qu’en 1970. Autour de 1991, le fait que les années 1980 avaient été la décennie la plus chaude depuis longtemps et que l’année 1990 avait été l’année la plus chaude depuis quelques siècles a commencé à convaincre beaucoup de gens que les changements climatiques et les changements environnementaux globaux en général devraient être étudiés par des spécialistes des sciences naturelles et des sciences sociales travaillant en collaboration, et a indiqué qu’une nouvelle phase venait de débuter pour les sociologues de l’environnement.

8À mon avis, cette troisième phase écosociologique de la sociologie de l’environnement a commencé autour de 1987. La présidence de Reagan aux États-Unis, avec son insouciance désastreuse à l’égard des enjeux environnementaux, de même que l’atténuation du danger d’une guerre nucléaire globale (et par conséquent d’un hiver nucléaire qui en découlerait) à la suite de l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev en URSS, et la découverte par l’opinion publique des grands problèmes environnementaux globaux, comme l’amincissement de la couche d’ozone, le réchauffement climatique et la perte de la biodiversité, ont poussé l’opinion publique mondiale à reconnaître les risques extrêmes découlant du gaspillage éhonté des combustibles fossiles, et de la négligence généralisée en matière de protection de l’environnement, de l’explosion démographique, de la pauvreté et du sous-développement dans les pays du Sud de la planète. Le cri d’alarme était lancé dès 1986, avec les déversements toxiques dans le Rhin à Bâle et l’accident nucléaire à Tchernobyl en Ukraine, et avec le rapport Brundtland de 1987 (CNUED, 1988), le protocole de Montréal de 1988 pour protéger la couche d'ozone, et de nombreuses rencontres et conférences de 1988 jusqu’au Sommet de Rio en 1992. La sociologie de l’environnement a commencé à s’organiser au niveau international à ce moment-là, vers la fin des années 1980. Parce qu’elle met l’accent sur les aspects globaux tant sur le plan économique que sur le plan écosystémique, parce qu’elle est une sociologie de l’écosphère, il me semble que le terme écosociologie est bien choisi pour caractériser cette nouvelle phase de la sociologie de l’environnement. Cette sous-discipline de la sociologie est maintenant présente partout dans le monde, et elle se développe rapidement dans plusieurs pays, et pas seulement en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest.

Comité de recherche 24 : de New Delhi (1986) à Brisbane (2002)

9Au congrès mondial de sociologie à New Delhi en 1986, il y a bien eu quelques sessions d’écologie sociale et de sociologie de l’environnement, mais les sociologues de l’environnement n’y ont pas été très actifs comme tels. C’est la création du Programme des dimensions humaines des changements à l’échelle du globe du Conseil international des sciences sociales durant son symposium de 1988 à Tokyo (sur le thème des causes anthropiques des changements globaux) qui a poussé certains membres de l’exécutif de l’Association internationale de sociologie à envisager la création d’un comité de recherche en sociologie de l’environnement. Je me souviens d'avoir reçu plusieurs appels téléphoniques de Daniel Bertaux, viceprésident de FAIS à ce moment-là, qui m’encourageait à mettre sur pied un tel groupe. Ce groupe a finalement été créé officiellement au congrès mondial de sociologie à Madrid en 1990. En 1992, nous avons tenu une première rencontre très réussie de notre groupe de recherche à Woudschoten aux Pays-Bas sur le thème des nouveaux développements en sociologie de l’environnement. Environ 90 communications y ont été présentées sur un très large éventail de sujets, dont plusieurs ont été publiées par la suite dans diverses revues de sociologie. Deux colloques intéressants ont eu lieu à Chantilly en France en 1993, sous le copatronage de notre groupe, l’un sur la Géopolitique de l’environnement et le second sur le thème de Nature et culture. Au congrès mondial de sociologie à Bielefeld en Allemagne en 1994, notre groupe de travail a finalement fusionné avec le Comité de recherche 24 sur l’écologie sociale. Parce que ce comité sur l’écologie sociale avait perdu beaucoup de membres au cours des années précédentes, et que notre groupe de travail sur l’environnement et la société était en pleine expansion, certains y ont vu une prise de contrôle amicale bien plus qu’une fusion d’égal à égal. Le nouveau comité de recherche 24 a pris alors le nom de Comité de recherche sur l’environnement et la société et a organisé un programme vigoureux et dynamique de communications et d’échanges à ce congrès de 1994 à Bielefeld. Une sélection des communications présentées à Bielefeld a été publiée deux années plus tard par Peter Ester et Wolfgang Schluchter (1996) sous le titre Social Dimensions of Contemporary Environmental Issues : International Perspectives.

10En 1996, une mini-conférence sur l’environnement s’est tenue en Inde. Une autre a été organisée au Brésil, par Selene Herculano, à l’Université fédérale de Fluminense, et celle-ci a ensuite copublié un livre avec les communications de cette conférence, sous le titre de Qualidad de vida, riscos ambientais (Qualité de vie, risques environnementaux). En 1997, le CR 24 a organisé une seconde conférence à Woudschoten aux Pays-Bas, sur le thème de la théorie en sociologie de l’environnement, grâce encore en bonne partie au financement et aux habiletés organisationnelles du SISWO de l’Université d’Amsterdam. Cette conférence a conduit à la publication de quatre volumes importants. Le premier, intitulé Environment and Global Modernity, a été publié sous la direction de Gert Spaargaren, Arthur Mol et Frederick Buttel, aux Éditions Sage en juin 2000. Une deuxième anthologie a été publiée par Riley Dunlap et al. en 2001 chez l'éditeur Rowman et Littlefield. Deux autres volumes des meilleurs textes de cette même conférence sont déjà parus aux Pays-Bas, sous le titre de Sociological Theory and the Environment, sous la direction d’August Gijswijt, Frederick Buttel, Peter Dickens, Riley Dunlap, Arthur Mol et Gert Spaargaren. Le premier de ces deux volumes porte sur la théorie générale, avec des chapitres qui illustrent bien la diversité de nos intérêts théoriques : la modernisation écologique, le marxisme vert, le métabolisme de la société, la société du risque, le postmatérialisme, ainsi que la société et l’environnement chez Marx, Weber, Durkheim, et dans la théorie du système mondial de Wallerstein et al. Ce volume comprend aussi des chapitres sur les théories mésosociologiques de l’environnement (c'est-à-dire du middle-range), la sociologie environnementale de Dunlap et de Buttel, et la théorie critique de l’environnement de la troisième génération de l'École de Francfort. Le second volume, intitulé Cultural and Social Constructivism, comprend des chapitres sur l’analyse culturelle, la conceptualisation de la nature, le développement durable, le réalisme versus le constructivisme, la société de gaspillage, la sociologie de la consommation, les limites à la croissance, la mondialisation, les problèmes environnementaux, la modernisation réflexive, les changements environnementaux globaux, et l’apprentissage en politique environnementale. Ces quatre livres qui ont découlé de Woudschoten II indiquent que la théorie environnementale se développe très rapidement et de façon très substantielle, à côté des approches et des recherches empiriques traditionnelles plus concrètes et plus appliquées qui ont caractérisé une bonne partie de la production sociologique en environnement durant les années 1970 et au début des années 1980. La recherche empirique et quantitative demeure importante, toutefois, comme nous avons pu le constater lors de nos 19 sessions de sociologie de l’environnement au congrès mondial de sociologie de Montréal en 1998. Ces sessions ont porté sur les thèmes suivants : les changements environnementaux globaux, la consommation et les styles de vie écologiques, les problèmes environnementaux et les conflits au niveau des connaissances, le mouvement vert, la modernisation écologique, les politiques environnementales, l'analyse comparative des attitudes et des comportements environnementaux des élites et des populations locales et nationales, le développement durable, l’économie sociale environnementale, la sociologie du risque et la construction sociale des problèmes environnementaux. Plusieurs sessions ont également été organisées conjointement avec d’autres comités dont une session sur la socioéconomie de l’environnement avec le CR 02. Un ouvrage intitulé Ecological Modernization Around the World : Perspectives and Critical Debates, qui contient les présentations faites en 1998 aux sessions sur la modernisation écologique au congrès de l'AIS à Montréal et au congrès de l’American Sociological Association à Chicago, a été publié chez Frank Cass Publishers en l’an 2000. Un autre ouvrage par Corinne Gendron et Laura Draetta basé sur les communications au congrès de l’AIS à Montréal en 1998 est en préparation.

11Les sociologues de l’environnement organisent des séminaires et des colloques nationaux dans plusieurs pays. Par exemple, les sociologues italiens intéressés par l’environnement ont tenu deux séminaires ces dernières années, l’un à Trieste en 1996, et l'autre à Rome en 1999, où 37 communications ont été présentées. Les États-Unis, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Autriche, la Suède, les Pays-Bas, le Japon, l’Inde, le Brésil, la France, la Russie, la Lituanie et le Canada sont aussi des pays où la sociologie de l’environnement s’est grandement développée ces dernières années. Le bulletin du CR 24, Environment and Society, a publié 17 numéros depuis sa création en 1990, et chaque nouveau numéro arrive avec une riche récolte d’informations précieuses sur la croissance de cette sous-discipline.

12Un groupe de sociologues et de politologues de divers pays qui sont orientés vers la recherche quantitative et qui comprend Riley Dunlap, Paul Stern et Ron Engelhart des États-Unis, Solange Simoes et Eduardo Viola du Brésil, et d'autres du Japon, des Pays-Bas, du Canada, de l’Allemagne et de la Chine, travaillent ensemble depuis quelques années dans un réseau nommé GOES (Global Omnibus Environmental Surveys) à réaliser des sondages nationaux et régionaux sur les perceptions environnementales. Nous sommes en train de préparer un livre à partir de ces sondages sur les préoccupations environnementales des décideurs et du public. Le groupe s’est réuni à Kobe, au Japon, en avril 1999, pour présenter les chapitres du livre, qui sera publié par MIT Press de Cambridge, en 2003.

13Du 1er au 5 avril de l’an 2000, CR 24 a organisé un symposium sur le thème Sociological Reflections on Sustainability lors du congrès mondial de la sociologie rurale à Rio de Janeiro. La soutenabilité et le développement durable sont des concepts cruciaux pour l’écosociologie, parce qu’ils nous permettent de prendre en compte non seulement les dimensions de rentabilité économique et de protection de l’environnement, mais aussi des aspects sociopolitiques et éthiques, qui comprennent le désarmement et la paix, la démocratie et les droits humains, et l’équité entre les femmes et les hommes, les pauvres et les riches, le Sud et le Nord, les jeunes et les moins jeunes, et divers types de conflits ethniques, nationaux et religieux (Vaillancourt, 1995, p. 24-29).

14Les coorganisateurs du colloque de Rio en août 2000, Timmons Roberts de l’Université de Tulane aux États-Unis et Eduardo Viola de l’Université fédérale de Brazilia, sont à finaliser la publication de certaines des communications présentées à cette rencontre. Le congrès mondial de sociologie a eu lieu du 8 au 13 juillet 2002 à Brisbane en Australie, une vingtaine de sessions ont porté sur la théorie, la méthodologie et les domaines particuliers de l’écosociologie et de la sociologie environnementale. Le CR 24 a été coorganisateur de deux autres conférences, l’une à l’Université Cambridge, en Angleterre, sur Nouvelles natures, nouvelles cultures, nouvelles technologies du 5 au 7 juillet 2001, et l’autre sur Les nouvelles orientations en sociologie de l’environnement, à Kyoto, au Japon, du 5 au 7 octobre 2001.

15Comme on peut le voir, CR 24 et ses membres qui sont originaires de quelques douzaines de pays, ont été très actifs durant les 10 dernières années, tant au niveau mondial que dans plusieurs pays. En 1998 à Montréal, nos sessions ont été nombreuses et bien fréquentées, et c’est dans cet esprit qu’ont été organisées les sessions du congrès de Brisbane et que seront organisées les sessions de ceux qui le suivront. Il semble bien que la sociologie de l'environnement (et particulièrement l’écosociologie) soient des domaines qui progressent beaucoup en sociologie actuellement, si Ton en juge par le nombre impressionnant de sessions, de colloques et de conférences dans ces domaines, et si on en juge également par la multitude de revues et de livres publiés, et par les innombrables articles de revues et chapitres de livres qui y sont consacrés. C’est aussi ce dont témoigne le nouveau Comité de recherche 23 en environnement et développement durable de l'AISLF, qui est à l’origine de cet ouvrage.

Revues, manuels et encyclopédies

16Il serait fastidieux d’énumérer les centaines d’ouvrages, de monographies, d’articles, de chapitres de livres et de communications publiés durant les dix dernières années dans les domaines de la sociologie environnementale et de l’écosociologie, mais jetons quand même un regard sur certaines des contributions majeures parues sous la forme de numéros spéciaux de revues, de manuels et d’encyclopédies.

17Durant les dernières années, il y a eu deux numéros spéciaux de la revue International Sociology sur la sociologie des changements environnementaux globaux, et la revue Organization and Environment a publié un numéro sur l'environnement, à partir des communications présentées à la conférence sur le thème The Environmental State Under Pressure, qui s’est tenue au congrès annuel de l’Association américaine de sociologie et de la Société rurale de sociologie au mois d’août 1999 à Chicago. Mais les sociologues environnementaux et les écosociologues publient plusieurs de leurs articles dans les numéros réguliers des diverses revues de sociologie. Plus d’une douzaine de ces revues (comme Innovation, Social Compass, American Behavioral Scientist, Social Science Quarterly, Acta Sociologica, Kölner Zeitschrift fur Soziologie und Sozialpsychologie) ont même publié des numéros spéciaux sur la sociologie de l’environnement ces dernières années.

18Les sociologues de l’environnement, cependant, publient la plupart de leurs articles dans des revues spécialisées sur les questions d’environnement, comme Society and Natural Ressources, The Environmental Review, The International Journal of Environment Studies, Organization and Environment, Global Environmental Change, Environment and Security, et aussi dans des revues plus militantes comme Capitalism Nature, Socialism, ainsi que dans Écologie politique, Enviro : International Magazine on the Environment, The Ecologist, Possible(s), Alternatives, Environmental Politics, Environment et plusieurs autres, de telle sorte que ces articles ne sont pas toujours très visibles aux yeux de l’ensemble des sociologues.

19Plusieurs manuels de sociologie de l’environnement ont été publiés depuis quelques années, surtout en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Un nombre croissant de ce genre de publications commence maintenant à émaner de pays autres que les États-Unis et la Grande-Bretagne, et même d’ailleurs que l’Europe de l’Ouest. De plus en plus d’ouvrages de ce genre sont maintenant publiés, non seulement en anglais, en allemand, en français et en hollandais, mais aussi en espagnol, en langue indienne, en portugais, en italien, en japonais et dans les langues de l’Europe de l’Est.

20Le manuel le plus substantiel en sociologie de l’environnement est probablement l’ouvrage en trois tomes de Redclift et Woodgate (1995), Sociology of the Environment, qui a précédé de deux ans la parution d’un second manuel important intitulé Handbook of Environmental Sociology, de ces mêmes auteurs (1997). Mehta et Ouellet (1995), avec leur livre Environmental Sociology : Theory and Practice, ont été parmi les premiers à publier un véritable manuel d’introduction sous forme d’anthologie en sociologie de l’environnement. Trois autres Canadiens, Michael Bell (1998), John Hannigan (1995) et Raymond Murphy (1997), ont eux aussi chacun publié un manuel d’introduction à la sociologie de l’environnement. Mais ce que tout le monde dans le domaine attendait avec une grande impatience, c’était la publication chez Greenwood Press de ce qui est sans doute le plus intéressant et le plus utile manuel de sociologie de l’environnement, à savoir le Handbook of Sociology of the Environment de Dunlap et Michelson (2001).

21J’aimerais aussi mentionner trois bonnes encyclopédies sur l’environnement auxquelles des sociologues ont participé, et qui peuvent nous être d’une grande utilité : The Green Encyclopedia, de Franck et Brownston (1992), Conservation and Environmentalism : An Encyclopedia, publiée sous la direction du Canadien Robert Paehlke (1995), et l’excellent État de l’environnement dans le monde, publié en France par Beaud, Beaud et Boughera (1993).

22Enfin, depuis 1981, si je puis me permettre de terminer cette section sur une note personnelle, j’ai dirigé, codirigé ou publié quatre numéros spéciaux de revues et onze livres en sociologie de l’environnement et des mouvements sociaux qui peuvent être considérés comme ma modeste contribution à la sociologie de l’environnement et à l’écosociologie. La plupart de mes publications ont porté sur le mouvement vert, sur le développement durable, sur les déchets et sur les sciences sociales de l'environnement. Le présent ouvrage est le résultat du colloque de trois jours que Corinne Gendron et moi-même avons organisé en sociologie de l’environnement au congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française à Québec en juillet 2000.

***

23La sociologie de l’environnement s’est développée en trois phases successives qui se chevauchent partiellement : l'écologie humaine et la sociologie environnementale qui a explosé entre la fin des années 1960 et la fin des années 1980, et plus récemment l’écosociologie (certains préfèrent appeler cette phase la nouvelle écologie humaine, la nouvelle sociologie environnementale, les sciences sociales environnementales ou même la sociologie écologique). Le terme « écosociologie » me semble toutefois plus simple et plus précis.

24L’étiquette est moins importante que le contenu. Ce qui importe avant tout, c’est que la sociologie de l’environnement est maintenant plus préoccupée par les enjeux soulevés par le développement humain et les questions socioéconomiques comme la durabilité environnementale et le développement durable, les perceptions des problèmes du changement environnemental global et des risques environnementaux, la modernisation écologique, et l’écologie industrielle. Le débat entre le constructivisme et le matérialisme continuera probablement pour bien des années encore, et attirera sans doute encore l’attention pendant longtemps sur les enjeux et les problèmes environnementaux locaux, régionaux, nationaux, continentaux et globaux. Les sociologues s’intéressent maintenant de plus en plus à la théorie et à la méthodologie, mais encore davantage à des problèmes aussi terre-à-terre que les déchets, l’énergie, l’agriculture, l’alimentation, la forêt, les ressources naturelles, les pluies acides, la biodiversité et le climat, et en même temps, ils s'intéressent aussi de façon particulière à la mondialisation des questions environnementales et à la perception des changements climatiques et des risques de catastrophes, ainsi qu’aux facteurs et aux impacts des problèmes et des changements environnementaux.

25La recherche empirique sur les attitudes et les comportements environnementaux se développe rapidement, à la fois au niveau de la population en général et au niveau des élites et des décideurs. La fascination pour les groupes et les leaders verts, et pour les tensions entre les diverses tendances du mouvement vert (écologisme, environnementalisme et conservatisme), est encore avec nous et demeurera une préoccupation majeure des sociologues de l’environnement. Les questions de risques, de catastrophes, d’impacts et de politiques sont encore centrales et le demeureront, comme c’est le cas aussi pour la communication et l’éducation environnementales ainsi que pour l’expertise et la connaissance environnementales. L’approche comparative internationale devient chaque année plus importante, et l’intérêt pour les enjeux et pour l’interdisciplinarité continuera aussi à croître comme approche favorite. Les sociologues de l’environnement travaillent de plus en plus avec des politicologues, des géographes, des historiens et des économistes, et même avec des chercheurs en sciences naturelles. Les sociologues peuvent contribuer beaucoup à bâtir une science sociale de l’environnement local, régional, national, continental, et global, mais ils peuvent aussi apprendre beaucoup des autres disciplines qui s’intéressent à l’environnement. Ils peuvent de plus jouer un rôle important au niveau de la clarification et de la mise en œuvre des politiques en matière d’environnement.

26Durkheim avait bien raison lorsqu’il a écrit qu’il y a deux grands objets possibles de la pensée humaine, à savoir les humains et la nature. Les sociologues environnementaux et les écosociologues ont choisi de centrer leur attention sur ces deux grands thèmes, et surtout sur les liens entre les deux, parce que la société, y compris l’économie et la culture, n'existe pas indépendamment et hors de la nature. Karl Polanyi (1983) disait pertinemment que l’économie est encastrée dans la culture. Nous pourrions sans doute, sans trahir sa pensée, étendre sa perspective et affirmer que l’économie et la nature sont étroitement liées, et qu’elles sont également encastrées de façon étroite dans la société et la culture. Le concept de développement durable, quand il est bien compris et mis en œuvre, est un outil contemporain de grande valeur pour mettre en pratique les enseignements classiques des grands penseurs des sciences sociales, comme Durkheim et Polanyi.

Bibliographie

Bibliographie

Beaud, Michel, Calliope Beaud et Mohamed Larbi Boughera (dir.) (1993), L’état de l’environnement dans le monde, Paris, La Découverte.

Beck, Ulrick (1992), Risk Society, London, Sage.

Beck, Ulrick (1995), Ecological Politics in the Age of Risk, Cambridge, Polity Press.

Bell, Michael (1998), An Invitation to Environmental Sociology, Thousand Oaks (CA), Pine Forge Press.

Benton, Ted (dir.) (1996), The Greening of Marxism, New York, Guilford.

Buttel, Frederick (1986), « Sociologie et environnement : la lente maturation de l'écologie humaine », Revue internationale des sciences sociales, no 109, p. 359-379.

Buttel, Frederick (1987), « New Directions in Environmental Sociology », Annual Review of Sociology, no 13, p. 465-488.

Catton, William R. Jr et Riley E. Dunlap (1978), « Environmental Sociology, A New Paradigm », The American Sociologist, no 13, p. 47-49.

CNUED (1988), Notre avenir à tous, Montréal, Éd. du Fleuve.

Dumas, Brigitte, Camille Raymond et Jean-Guy Vaillancourt (1999), Les sciences sociales de l’environnement, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Dunlap, Riley E. et al. (dir.) (2001), Sociolozical Theory and the Environment : Classical Foundations Contemporary Insights, Lanham (MD), Rowman and Littlefield.

Dunlap, Riley E. (1994), « Environmental Sociology », in Ruth A. Eblen et William R. Eblen (dir.), The Encyclopedia of the Environment, Boston, Houghton Mifflin, p. 655-657.

Dunlap, Riley E. et Willian R. Catton Jr (1979), « Environmental Sociology », Annual Review of Sociology, no 5, p. 243-273.

Dunlap, Riley E. et William Michelson (dir.) (2001), Handbook of Environmental Sociology, Westport, Connecticut, Greenwood Press.

Dunlap, Riley E. et Eugene Rosa, (2000), « Environmental Sociology », in E. F. Borgotta et R. J. V. Montgomery, The Encyclopedia of Sociology, New York, MacMillan.

Eder, Klaus (1996), The Social Construction of Nature : A Sociology of Ecological Enlightenment, Thousand Oaks (CA), Sage.

Ester, Peter et Wolfgang Schluchter (dir.) (1996), Social Dimension of Contemporary Environmental Issues : International Perspectives, Tilburg, Tilburg University Press.

Franek, I. et D. Brownstone (dir.), (1992), The Green Encyclopedia : An A-Z Sourcebook of Environmental Concerns and Solutions, San Francisco, Jossey-Boss.

Freese, G. (dir.) (1996), Advances in Human Ecology, vol. 5, London, JAI Press.

Gijswijt, August et al. (dir.) (1998), Sociological Theory and the Environment, 2 vol. , Amsterdam, SISWO.

Gendron, Corinne et Jean-Guy Vaillancourt (1998), L’énergie au Québec. Quels sont nos choix ?, Montréal, Écosociété.

Goldblatt, David (1995), Social Theory and the Environment, Cambridge, Polity Press.

Hannigan, John (1995), Environmental Sociology : A Social Constructionist Perspective, New York, Routledge.

Hamel, E, L. Maheu et J.-G. Vaillancourt (dir.) (1999), « Action collective et enjeux institutionnels », no spécial de Recherches sociographiques, vol. 40, no 9, 212 p.

Hamel, E, L. Maheu et J.-G. Vaillancourt (dir.) (2000), « Mouvements sociaux, enjeux institutionnels et démocratisation », no spécial de Politique et sociétés, vol. 19, no 1, 208 p.

Leroy, Pieter et Nico Nelissen (1999), Social and Political Sciences of the Environment, Utrecht, International Books.

Martell, L. (1994), Ecology and Society, An Introduction, Oxford, Polity Press.

Mehta, Michael D. et Éric Ouellet (dir.) (1995), Environmental Sociology : Theory and Practice, North York, Captus Press.

Murphy, Raymond (1997), Sociology and Nature : Social Action in Context, Boulder (CO), Westview Press.

Paehlke, Robert (dir.) (1995), Conservation and Environmentalism. An Encyclopedia, New York, Garland Publishers.

Polanyi, Karl (1983), La grande transformation, Paris, Gallimard.

Prades, J„ J.-G. Vaillancourt et R. Tessier (1991), Environnement et développement, questions éthiques et problèmes sociopolitiques, Montréal, Fides, 376 p.

Prades, J., R. Tessier et J.-G. Vaillancourt (1992), Gestion de l’environnement, éthique et société, Montréal, Fides, 312 p.

Prades, J., R. Tessier et J.-G. Vaillancourt (1994), Instituer le développement durable, Éthique de l'écodécision et sociologie de l’environnement, Montréal, Fides, 310 p.

Prades, J., R. Tessier et J.-G. Vaillancourt (1994), « Aspects sociaux des précipitations acides au Québec », coll. « Environnement », Montréal, Université de Montréal, vol. 16, 279 p.

Redclift, Michael et Ted Benton (dir.) (1994), Social Theory and the Global Environment, London, Routledge.

Redclift, Michael et Graham Woodgate (dir.) (1995), The Sociology of the Environment, 3 vol. , Aldershot, Edward Elgar.

Redclift, Michael et Graham Woodgate (dir.) (1997), The International Handbook of Environmental Sociology, Cheltenham, Edward Elgar.

Sachs, W. (dir.) (1994), Global Ecology, A New Arena of Political Conflict, London, Zed Books.

Schnaiberg, A. et K. A. Gould (1994), Environment and Society, New York, St. Martin’s Press.

Spaargaren, Gert (1997), The Ecological Modernization of Production and Consumption, Wanenengen, WAU.

Spaargaren, Gert, Arthur Mol et Frederick Buttel (dir.) (2000), Environment and Global Modernity, London, Sage.

Tessier, Robert et Jean-Guy Vaillancourt (1996), La recherche sociale en environnement, nouveau paradigmes, Montréal, Presses de l'Université de Montréal.

UNDEP (1999), Geo 2000 Report, United Nations Environmental Programme.

Vaillancourt, Jean-Guy (dir.) (1981), « Écologie sociale ou mouvement écologique », no spécial de Sociologie et sociétés, vol. 13, no 1, avril 1981, 184 p.

Vaillancourt, Jean-Guy (1982), Mouvement écologiste, énergie et environment : essais d’écosociologie, Montréal, Éditions Saint-Martin.

Vaillancourt, Jean-Guy (1995), « Réaliser le développement durable/Implementing Sustainable Development », no spécial d’Écodécision, no 15, hiver 1995, 100 p.

Vaillancourt, Jean-Guy et Madeleine Cousineau (dir.) (1997), Religion et environnement, no spécial de Social Compass, vol. 44, no 3.

Vaillancourt, Jean-Guy et al. (2000), La gestion écologique des déchets, Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Yearley, Steven (1992), The Green Case : A Sociology of Environmental Issues, Arguments and Politics, London, Routledge.

Yearley, Steven (1996), Sociology, Environmentalism, Globalization, London, Sage.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Les préoccupations des experts environnementaux
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/15028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

Jean-Guy Vaillancourt (Ph.D., U.C. Berkeley, 1975) est professeur de sociologie à l’Université de Montréal, où il a été directeur, puis administrateur du Département de sociologie. Il a été professeur invité dans quatre autres universités québécoises, ainsi qu’à l’Université d’Architecture de Hanoi au Vietnam et à l’Université de Minas Gerais à Belo Horizonte au Brésil. Il a beaucoup publié en sociologie de l’environnement et en écosociologie, ainsi qu’en sociologie des religions. De 1990 à 2001, il a publié une quinzaine d’ouvrages et de numéros spéciaux de revues académiques, en plus de plusieurs douzaines d’articles, de chapitres de livres et de recensions. Ses travaux portent surtout sur le mouvement vert, le développement durable, la droite catholique et les mouvements sociaux.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search