Version classiqueVersion mobile

Contestation et mondialisation

 | 
David Cameron
, 
Janice Gross Stein

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre est le fruit d’une grande entreprise de recherche, connue sous le nom de Projet sur les Tendances, organisée et financée par le Secrétariat de la recherche sur les politiques du gouvernement canadien et par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada. Huit champs d’études et d'analyse par des équipes interdisciplinaires de spécialistes en sciences sociales ont été définis. Un chef d’équipe fut nommé pour chaque champ — pour la mondialisation, Janice Gross Stein et David Cameron ; il fut invité à participer au comité de sélection des membres des différentes équipes par voie de concours. Des demandes de propositions furent envoyées sur le site Web du Conseil. Les membres des équipes furent sélectionnés à partir de la liste des candidats ayant répondu.

2Dès le début, les chefs d’équipes responsables du thème choisi eurent l’intention d’aborder le phénomène complexe de la mondialisation en tant que processus social et culturel. Bien des choses ont été dites et écrites tant sur les aspects économiques du phénomène que sur ses dimensions sociales et culturelles. Les appels de propositions mirent au premier plan un certain nombre de suggestions imaginatives : nous fûmes ravis par la variété et la créativité des projets sélectionnés. Il fut clair, dès le départ, qu’un examen systématique et détaillé des dimensions sociales et culturelles de la mondialisation serait hors de portée de cette entreprise. Cependant, nous pensons que les chapitres de ce livre abordent quelques-unes des dimensions importantes, mais peu étudiées, du phénomène selon ces deux aspects, ainsi que certaines de ses conséquences pour le Canada. En fait, on peut les considérer comme des enquêtes sur un phénomène extrêmement complexe, essentiel à l’existence humaine moderne et au sort du Canada dans les prochaines décennies.

3Nous voudrions profiter de l’occasion pour remercier ceux qui ont rendu ce projet possible. Laura Chapman, directrice du Secrétariat de la recherche sur les politiques, a donné tout son appui au Projet Tendances en général et à notre étude sur la mondialisation en particulier. Nous lui sommes reconnaissants de ses encouragements indéfectibles. Nos collègues de l’Université de Toronto, Joy Fitzgibbon et Joshua Goldstein, furent également des participants de premier plan : leur énergie, leurs capacités d’organisation et leur courtoisie à toute épreuve firent des réunions de travail et des échéances presque une source de plaisir. Ann Medina, Melissa Williams et Franklyn Griffiths ont offert aux auteurs des commentaires et des conseils constructifs à une étape cruciale de l’élaboration du projet ; leur perspicacité a amélioré l’ouvrage de multiples façons. De leur côté, les deux réviseurs anonymes du manuscrit apportèrent des critiques et des suggestions qui ont contribué à donner une forme définitive à l’ensemble des textes. Nos remerciements s’adressent aussi à Emily Andrew, notre rédactrice par excellence des Presses de l’Université de la Colombie-Britannique : elle fut un guide merveilleux pour mener à bien cette entreprise. Enfin, en tant que responsables de ce projet sur la mondialisation, nous désirons exprimer notre gratitude à nos collègues et auteurs. La réalisation d’un ouvrage collectif peut parfois constituer un cauchemar. Or, grâce aux personnes avec lesquelles nous avons eu la chance de travailler, ce fut tout le contraire. Nos remerciements à tous.

© Presses de l’Université de Montréal, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search