Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

17 . Histoire d’une secte

Texte intégral

Toujours dans des livres et quels livres… de vieux philosophes rancis… Colins ! comment peux-tu avaler cela ?
Neel Doff, Keetje

1Le 2 décembre 1851, le coup d’État du Prince-président marque la mort des utopies romantiques, depuis longtemps agonisantes, et le début des affaires sérieuses. Après la Commune, les grandes espérances des « vieilles barbes » de 1848 font sourire les nouveaux leaders socialistes qui bientôt désigneront leur doctrine comme « scientifique » — oubliant que Colins comme Enfantin, comme Considerant n’avaient pas fait autre chose. C’est ce que prétendent les historiens et c’est exact mais en gros. Cela ne l’est pas du tout si on regarde de plus près les milieux militants et l’histoire des idéologies sous la Troisième République.

2Il y a d’abord entre 1871 et 1914 cette chose complexe, composée en France jusqu’en 1905 de plusieurs partis en concurrence et en conflit, le Mouvement « ouvrier socialiste révolutionnaire », — ce socialisme qui croit être si loin des utopies quarante-huitardes et si proche d’une révolution ultime qui fera passer le monde du mode de production capitaliste au mode de production « collectiviste ». Il y a les écoles et les groupes anarchistes et libertaires qui attendent le bonheur prochain de l’abolition de l’État et de toute autorité et polémiquent inlassablement contre les « autoritaires » et leur « socialisme de caserne ». Il y a ici et là, eux aussi travaillés de polémiques internes, d’autres activismes sociaux, des féministes, des espérantistes (et autres propagateurs de langues auxiliaires universelles), des végétariens et des végétaliens (un r ou un/font entre eux un monde de différences), des néo-malthusiens, des pacifistes, des antimilitaristes, des coopérateurs et des mutuellistes… Nul n’a fait la recension d’innombrables activismes « bourgeois »« bourgeois » groupés autour d’un remède à un mal social déterminé : anticléricaux certes, mais aussi abolitionnistes de la prostitution, adversaires de la peine de mort, anti-esclavagistes, membres de ligues anti-alcooliques, propagateurs de la « participation aux bénéfices », des « habitations ouvrières », des « cités-jardins », du « repos hebdomadaire », du « pain gratuit » et autres mouvements humanitaires, réformateurs et philanthropiques.

3On rencontre enfin dans l’Europe francophone quelques sectes renfermées sur la possession exclusive de la vérité historique : l’École sociétaire où se maintient l’enseignement de Charles Fourier, le Familistère de Jean-Baptiste Godin, lequel vient du fouriérisme, l’Apostolat positiviste fidèle à la Religion de l’Humanité du vieux Comte — et les Socialistes-rationnels. Sans parler d’autres sectes encore plus minces, complétées de doctrines sociales radicales : la Religion fusionienne de Louis de Tourreil, la Religion universelle de Charles Fauvéty… On sait aussi de quelles étranges façons les croyances spirites et théosophiques ont fusionné chez plusieurs avec des certitudes socialistes, féministes ou humanitaires. Cette énumération désordonnée veut suggérer simplement que tout un travail est à faire : bien des choses se sont transformées au cours du XIXe siècle, mais les grandes inventions idéologiques de la Restauration et de la monarchie de Juillet ont perduré sous des avatars divers, et parfois sans autre changement que de phraséologie. Il faut voir, de 1800 à 1914, des continuités et une sorte d’épanouissement, là où certaines recherches suggèrent une coupure après un passage à vide sous l’Empire.

4Le militantisme colinsien, actif en France et en Belgique entre la Commune et la Grande Guerre, n’est donc qu’une de ces sectes qui ont proposé à leurs adeptes un salut laïque. À divers égards, de tous ces groupuscules séculiers, le colinsisme fut le plus actif, le plus dynamique dans l’Europe francophone. Avec les deux revues que publiaient les colinsiens à Paris et à Bruxelles et une bibliothèque de la « science sociale » où s’accumulent une cinquantaine de titres, les logocrates dépassent par l’ampleur de leurs activités les phalanstériens, les positivistes de stricte obédience et autres sectes qui fournissaient occasionnellement de la copie goguenarde aux journalistes de la Belle Époque.

  • 1 La Question sociale, janv.-févr. 1844, 1.

5Les « socialistes rationnels » — ou « collectivistes rationnels », ou « logocrates », ou simplement « colinsiens » — ne furent cependant jamais qu’une poignée dont les principales figures étaient de grands bourgeois pourvus de rentes. Ils ont compensé le petit nombre de leurs convertis par une conviction et une foi dans la philosophie de Colins qui furent extraordinairement résistantes. Jamais découragés par le peu de nouveaux adeptes que leur enseignement recrutait, ils ne se sont pas lassés de dire « et redire sans cesse à l’humanité ignorante et jusqu’ici trop peu désireuse de savoir, la grande découverte de Colins1 ».

6Les fouriéristes avaient trahi leur maître en censurant sa pensée trop libre — et cette trahison avait commencé dès les publications posthumes faites par Victor Considérant. Les positivistes, eux, se divisèrent à la mort du maître en trois groupes, celui d’Emile Littré, le plus agnostique des trois, le moins enthousiasmé par le virage religieux, celui de Pierre Laffitte que Comte avait placé à la tête de ses exécuteurs testamentaires, et celui du Dr Audiffrent, de Jorge Lagarrigue et des zélateurs authentiques de la « Religion de l’humanité », seuls fidèles, jusqu’à l’absurde inclusivement, au Catéchisme comtien.

  • 2 Rens, 2979, 52.
  • 3 C’est pourquoi je les ai cités fréquemment et concurremment avec leur Maître dans les chapitres qu (...)

7Au contraire de ces schismes et de ces censures chez les autres, les colinsiens ont été immuablement orthodoxes. Ils l’ont été jusqu’à l’« inertie doctrinale2 », défendant bec et ongles tous les détails des découvertes scientifiques du maître (l’insensibilité des animaux, la coupure dans la série continue des êtres…) sans se permettre d’y retrancher ni rajouter rien3. On a bien vu que la « science » de Colins est telle qu’il faut être ou dehors ou dedans : les colinsiens ont pensé comme Colins, écrit comme Colins et leurs livres et articles n’éclairent pas ceux qui n’ont pas pénétré les arcanes de la Science sociale : eux sont dedans et vous êtes dehors, le colinsisme ne se prête guère à une pédagogie progressive.

8Dans les années d’activité publique colinsienne — grosso modo entre 1875 et 1914 — quelques nouvelles recrues sont venues combler les rangs clairsemés du Socialisme rationnel, mais les uns après les autres, les premiers propagandistes sont morts. Il ne restait pas grand monde lorsqu’août 1914 est venu tuer les deux principaux journaux du mouvement et disperser les derniers logocrates. Il n’empêche, jusqu’au bout ces sectateurs militants ont vécu parmi leurs contemporains « ignorants », éclairés par la Vérité colinsienne, dans un monde à eux, réenchanté par une certitude totale. Je pense à ces lignes nécrologiques sur Frédéric Borde, mort le 6 mai 1911 :

  • 4 G. Potron, R soc. rationnel, mai 1911, 558.

Cependant si Borde n’a pas achevé son œuvre, il nous quitte en emportant avec lui la conviction profonde, inébranlable que le grain qu’il a semé germera tôt ou tard, car il n’y a pas d’exemple que la vérité reste toujours cachée4.

  • 5 Dans Le Mal et le remède (1859), R. de la Sagra se sépare de Colins et de Louis de Potter dont je (...)

9Qui furent donc les disciples d’Hippolyte Colins ? Le premier en date est le philosophe et homme politique espagnol Ramon de la Sagra, rencontré par Colins à La Havane. Personnage nullement marginal : membre de l’Académie des sciences morales de France, plusieurs fois député aux Cortès espagnoles, essayiste abondant dans les deux langues. En 1857, toutefois, de la Sagra répudia le colinsisme et fit retour à la foi catholique ancestrale, à la consternation de Colins5.

  • 6 Rens, 1968, 153.

10Un second disciple, converti à la première lecture et fidèle jusqu’à la mort, fut l’industriel suisse Adolphe Hugentobler. Ce Neuchâtelois « fit vers 1855 la connaissance de Colins dont la doctrine s’imposa à son esprit avec l’évidence d’un théorème de géométrie6 ». Hugentobler vint rendre visite au solitaire à Ivry. Il publia à ses frais les premiers volumes de La Science sociale que Colins d’ailleurs lui dédia en ces termes laconiques :

À lui ;
par lui ;
pour tous.

11Ruiné par de mauvaises affaires au Brésil où il avait investi sa fortune, il dut interrompre son mécénat, mais il publia plusieurs essais de philosophie colinsiste. Il mourut à Lausanne en 1890.

  • 7 L. de Potter, Réalité, 11 : « J’ai puisé ce dont il [ce livre] se compose, dans les manuscrits, le (...)

12Il n’y aurait pas eu d’école colinsienne sans la forte personnalité de Louis de Potter (1786-1859). De Potter appartenait à une famille noble et opulente de Bruxelles. Historien libéral, il était connu pour ses érudites Considérations sur l’histoire des conciles (1816) et son De l’esprit de l’Église (1821). Principal opposant à Guillaume Ier, roi des Pays-Bas, leader intellectuel de la Révolution belge de 1830, membre du gouvernement provisoire, de Potter qui exigeait que les Belges créent une république n’accepte simplement pas le royaume constitutionnel de Léopold Ier. Il s’exile plusieurs années à Paris, y rencontre Colins et est ébranlé par sa doctrine. Sa brochure de 1840, De l’éducation publique, est déjà colinsienne. Après avoir résisté pied à pied, Louis de Potter, vaincu par la dialectique du vieux maître, se déclare en 1846 complètement converti. Il publie en 1848 De la réalité déterminée par le raisonnement (titre oh combien colinsien !)7. Beaucoup plus pédagogiques que ceux du Maître, d’un tour élégant, sans jargon, les écrits de Louis de Potter ont beaucoup fait pour donner à la Science sociale un degré de crédibilité que le style indigeste de Colins ne facilitait pas. Louis de Potter se brouillera en 1849 avec Colins alors emprisonné, comme je l’ai exposé au chapitre II, mais cette brouille ne portait pas sur la doctrine et l’historien belge mourra, selon son testament, « dans la religion rationnelle » dont il transmit la flamme à son fils.

13Ce fils, Agathon de Potter, 1827-1906, était médecin et musicien. Il était aussi grand propriétaire foncier — ce sont de ces contradictions dont Engels, riche industriel, est un autre éminent exemple ! Agathon abandonna l’exercice de la médecine pour se consacrer entièrement à l’œuvre de Colins, lequel l’avait désigné en mourant comme son « héritier intellectuel ». Il publia les innombrables inédits dont Hugentobler avait commencé l’édition et se fit, dans de nombreux ouvrages de son cru, le gardien de l’orthodoxie logocratique.

14La foi colinsienne parvint du vivant de Colins à se constituer un groupe de coreligionnaires à Mons, capitale du Hainaut belge où, dans le milieu du notariat, Jules Brouez, Jules Bourlard, Mangin et le chimiste Jules Putsage virent la lumière de la logocratie et organisèrent dans cette ville un Cercle de la science sociale rationnelle qui perdura jusqu’en 1914.

  • 8 Compte rendu de Jules Brouez, Études de sciences sociales, in Humanité nouvelle (Paris), avril 189 (...)

15Jules Brouez († 1899), qui édita avec Agathon de Potter les volumes VI et suivants de la Science sociale, est une figure importante de la vie intellectuelle belge du siècle passé. Pour J. Brouez aussi, la conversion fut soudaine, totale et définitive. « C’était en 1846. Le premier disciple de Colins, Louis de Potter, venait de publier le premier ouvrage de science sociale réelle, La Justice et sa sanction religieuse. Ce livre tombé entre les mains d’un jeune clerc de notaire, M. Jules Brouez, fut comme la révélation de la Vérité. Il le lut, le relut, le médita ; dès lors, ses convictions philosophiques et économiques furent définitivement arrêtées : le socialisme rationnel comptait un nouvel adepte8. »

  • 9 A. de Potter, M. Putsage, 332 : « le système de M. Putsage est le renversement le plus complet du (...)

16Jules Putsage (1823-1898) est notamment l’auteur d’Études de science réelle publiées à Paris chez Alcan. Il eut cependant des doutes sur les notions de « sensibilité réelle » et d’« immatérialité » : comment les âmes peuvent-elles être à la fois immatérielles et modifiables ? Ceci le tourmentait. L’aveu de ces difficultés fut intolérable aux autres gardiens du colinsisme qui répliquèrent à l’hérétique avec fort peu d’aménité9.

17On parlait parfois des disciples de Colins comme des « collectivistes belges ». Les derniers noms cités semblent accréditer cette identification. Le colinsisme fait partie intégrante de l’histoire intellectuelle de ce pays. Cependant le paysage idéologique belge au siècle passé est beaucoup plus varié, il ne se réduit pas au colinsisme, loin s’en faut : les sectes radicales y pullulent ; la Belgique, terre de grandes passions idéologiques, a engendré un grand nombre de fouriéristes, de saint-simoniens et de proudhoniens — et plus tard, de socialistes marxistes, d’anarchistes kropotkiniens et de disciples d’Élisée Reclus…

18Au reste, le plus prolifique des colinsiens après 1870 fut un Français, Frédéric Borde (1841-1911). Sous-officier au cours de la guerre franco-prussienne, Borde fut frappé à la bataille de Champigny (30 novembre 1870) et resta invalide, se servant de béquilles. Devenu journaliste à Pau et converti, je ne sais trop comment, au colinsisme, il créa à Paris en 1875 avec l’appui d’Agathon de Potter La Philosophie de l’avenir, revue du socialisme rationnel dont il soutint la publication régulière jusqu’à sa mort en 1911. Il publia aussi de nombreux essais et brochures. Borde avait du talent, un talent de bon journaliste, d’observateur de l’actualité, de critique social : toutes qualités qui ne semblent pas devoir se combiner avec la systématique certitude colinsienne. Dans La Philosophie de l’avenir, journal distribué à Paris chez Delaporte, Frédéric Borde et Agathon de Potter fournissaient une bonne part de la copie. Et il y avait toujours en réserve les milliers de pages inédites de Colins pour remplir les numéros…

19On doit constater, dans les années 1880, une certaine dérive antisémite de Frédéric Borde qui trouve chez Édouard Drumont une vision crépusculaire de l’anarchie moderne et un pathos prophétique qui lui paraît proche du colinsisme. Mais Agathon de Potter veillait au grain et rabroua Borde sur ce seul point. La « religion socialiste scientifique », c’est une justice à lui rendre, était axiomatiquement hostile à toute discrimination raciale ou religieuse.

  • 10 R. soc. rationnel, juil. 1914, 663.

20Les collaborateurs de La Philosophie de l’avenir pendant quarante ans ne dérogent ni ne dévient. Mais ils savent parfois déchiffrer l’actualité et ont reçu de Colins le talent pervers de déconstruire toutes les pensées et les doctrines nouvelles : des philosophes bourgeois aux agitateurs anarchistes en passant par les théoriciens du socialisme, Frédéric Borde et ses amis qui se sont bien assimilé la technique de Colins, s’emparent de toute idée qui paraît et la réduisent en morceaux. La revue, rebaptisée simplement au début du siècle Revue du socialisme rationnel, cesse de paraître (comme les autres publications du mouvement) en juillet 1914. La dernière page du dernier numéro s’achève sur ce mot ultime du colinsisme quittant à jamais la scène idéologique : « Et tout le reste est de la littérature10. » On repère à la fin du siècle un autre groupe de colinsiens à Paris autour d’un architecte, Jules Delaporte (1842- ?) qui tenait une « Librairie du socialisme rationnel » au 108, rue Mouffetard. Un indicateur de police s’était faufilé à leurs suspectes réunions. Le malheureux indicateur crut y entendre parler de « sanction ultramontaine » ce qui lui fit conclure, interloqué, que cette quinzaine de bourgeois adversaires de la propriété étaient des « papistes »…

  • 11 V de Borde, Phil. de l’avenir, août 1899.
  • 12 Son Dieu selon la science (1871) est colinsien. Mais peu après Poulin, décidément mauvais coucheur (...)
  • 13 Victor Girard est l’auteur de deux livres où l’influence de Colins est évidente mais où son nom n’ (...)
  • 14 Adolphe Seghers lance une revue socialiste-rationnelle, L’Ordre social.

21Raymond Broca, artiste de café-concert, avait lancé en 1899 une revue, La Régénération sociale, dissidence colinsiste combinée d’antisémitisme : elle fut dénoncée à ce titre par les orthodoxes11. Mais si on voulait gratter le fond de l’érudition, il y aurait d’autres obscurs publicistes et lanceurs de revues vouées à Colins à signaler : Paul Poulin12, Victor Girard13, Adolphe Seghers14… : c’est un fait que la doctrine de Colins au tournant du siècle demeure susceptible de s’emparer de certains esprits qui en reçoivent une brusque lumière. Qui voudrait travailler sur la sociologie des conversions idéologiques trouverait dans le socialisme rationnel de jolis cas à analyser.

22Revenons à Bruxelles où le fils de Jules Brouez, Fernand Brouez, fonde en 1884 avec son père La Société nouvelle, revue colinsienne, mais ouverte à toute la gauche littéraire et universitaire. Cette revue d’extrême gauche a joué un rôle important dans la vie culturelle de cette époque. Brouez est pour son compte fermement colinsien, mais il accueille des sociologues comme Guillaume De Greef, Émile de Laveleye, Hector Denis, des écrivains comme Georges Rodenbach, Émile Verhaeren, des théoriciens socialistes ou anarchistes autour d’un commun dénominateur qui demeure le sentiment du mal social généralisé et l’espoir d’un avenir de justice.

  • 15 No 1 : 1884, p. 2.

Nous voulons faire une œuvre absolument honnête, une œuvre humanitaire au-dessus de toute idée de parti où se rencontreront tous ceux qui savent que la société souffre et qui veulent un avenir meilleur15.

23Groupant l’élite de l’intelligence, intelligemment éclectique, très européenne, La Société nouvelle n’en réussit pas moins à faire connaître à un public élargi et à légitimer dans une certaine mesure la science de Colins. Fernand Brouez tombé gravement malade, la revue disparaît en 1897. Elle est remplacée par L’Humanité nouvelle, dirigée par le Français Augustin Hamon qui vient, lui, du socialisme organisé. Totalement libre, ouverte à la controverse, s’assurant la collaboration de grands noms européens, la revue de Hamon accueille indistinctement socialistes, féministes, anarchistes, pacifistes, tolstoïens, spirites même dans une sorte d’extrême gauche sans rivage.

  • 16 La « Ligue pour la nationalisation du sol » comporte en juillet 1903, 206 membres : publicistes, i (...)

24Dans les années 1890, le collectivisme de Colins s’était rencontré avec une doctrine étrangère, le « socialisme agraire » de l’Américain Henry George. Des réformateurs anglais qui exposent leurs vues dans Land and Labour et dans Land Nationalisation Tracts, Alfred Russell Wallace et William Saunders, sont alors tout à fait proches des idées colinsiennes qu’ils connaissent. Henri Bonnet, appuyé par Augustin Hamon, crée en 1903 une Ligue pour la nationalisation du sol qui, recrutant assez large pendant deux ans des socialistes modérés, des bourgeois radicaux français et belges, donnait l’impression que le colinsisme (tronqué, il est vrai, de sa métaphysique) était en passe de devenir un vrai mouvement politique16. C’eût peut-être été dommage. L’affaire en tout cas fera long feu.

  • 17 Janvier 1894.
  • 18 I, 1 : 1. 1. 1905.

25D’autres revues colinsiennes inspirées par l’enthousiasme de néophytes apparurent au tournant du siècle. Il y eut Octave Berger qui lança en 1894 La Question sociale, revue qui avait « pour but de vulgariser, si peu que ce soit, la science réelle découverte et développée par celui dont nous sommes fiers de suivre l’enseignement : COLINS17 ». Il y eut à Mons La Terre, dirigée en 1905 par Jules Noël et Léon Legavre, revue qui proclame fièrement : « Nous sommes des socialistes de l’école colinsienne, ou rationnelle ou logocratique18. » Un dernier groupe se crée à Bruxelles en 1905 autour de Victor Lafosse, lequel enseigne le colinsisme sous le nom de « Sociologie intégrale » à l’Université nouvelle (née d’une crise en 1894 et d’une scission de gauche radicale, dans l’Université libre de Bruxelles) et préside la « Société logoarchiste ».

  • 19 On trouvera un récit de la décomposition du mouvement : « Le retour à l’obscurité », ch. VI de Ren (...)

26Il va arriver à ce dernier groupement quelque chose de fort singulier : ses membres vont passer à l’acte. En 1909, Paul Deliens et quelques coreligionnaires s’embarquent pour le Costa-Rica en vue d’y fonder une communauté agricole colinsienne. Victor Lafosse les rejoint en 1914. Établi à Càrtago, bourgade à l’est de San José, Paul Deliens, continuera, seul, une propagande socialiste-rationnelle auprès des Costariciens, et ce, jusque dans les années 196019.

27Si Colins eut des disciples et si ceux-ci engendrèrent à leur tour des néophytes, Colins n’eut pas d’influence ou n’en eut guère. Il n’eut aucune action sur le peuple, sur la classe ouvrière, que ce soit en Belgique ou en France. Quelques socialistes ont consenti à déchiffrer Colins — ce qui exigeait un certain effort zélé de la part des autodidactes qu’ils étaient — en ont pris un peu et beaucoup laissé. Ils ont pris la critique sociale, adopté le remède « collectiviste » et en ont laissé la métaphysique. Ce fut le cas de César De Paepe, fondateur du Parti ouvrier belge, de Louis Bertrand, ou d’un Bufquin des Essarts :

  • 20 Bufquin des Essarts, Socialisme, 1.

Je me suis limité à la partie purement économique de la théorie, imitant en cela César de Paepe et en laissant de côté la partie spiritualiste laquelle, d’ailleurs, n’est pas nécessaire pour étayer la doctrine collectiviste20.

28Ces adhésions partielles et restrictives désolaient les vrais coreligionnaires de Colins. La collectivisation du sol était une formule d’appropriation qui semblait moins radicale que celle des marxistes orthodoxes et qui pouvait sembler à certains « modérés » moins étatiste, moins liberticide.

  • 21 Jules Guesde, Le Collectivisme (Paris, 1891), 63.

29Au bout de tout ceci, Colins a légué non pas même une thèse ou une idée, mais un simple mot au mouvement socialiste, je l’ai signalé au début. C’est le mot de « collectivisme » — attribué parfois à Bakounine, mais l’antériorité de Colins est attestée. Le mot se répand après la Commune et il se fixe pour désigner ce mode de production qui, selon les « lois de l’histoire », doit succéder au capitalisme. Ce sera un mot clé du marxisme orthodoxe quoiqu’on précise toujours que le collectivisme « ne se distingue pas du communisme tel qu’il est sorti de la critique de Karl Marx21 ». (Les anarchistes, depuis 1875, désignaient la société future sans dieu ni maître, ni État, ni pouvoir quelconque, comme le « communisme » ; il fallait donc bien y substituer un autre mot.) Ni lue ni comprise, la Science sociale de Colins est demeurée lettre morte pour tous, mais pour une poignée d’hommes (qui n’avaient d’ailleurs rien de marginal par l’éducation ou par l’origine sociale) elle a figuré la vérité la plus vivifiante et la plus salvatrice. Sans doute, il nous est apparu à diverses reprises que le « vieux philosophe ranci » dont parlait la romancière Neel Doff, la jeune maîtresse de Fernand Brouez, n’est aucunement atypique dans le marché des Grands Récits romantiques, entre Saint-Simon et Constantin Pecqueur. Il y a cependant quelque chose qui semble en faire la singularité, c’est l’invention d’une manière de penser bizarre qui forme une sorte d’utopie épistémologique. C’est cette épistémologie que je vais maintenant chercher à caractériser.

Notes

1 La Question sociale, janv.-févr. 1844, 1.

2 Rens, 2979, 52.

3 C’est pourquoi je les ai cités fréquemment et concurremment avec leur Maître dans les chapitres qui précèdent.

4 G. Potron, R soc. rationnel, mai 1911, 558.

5 Dans Le Mal et le remède (1859), R. de la Sagra se sépare de Colins et de Louis de Potter dont je vais parler en alléguant les « conséquences absurdes de certains de [leurs] principes. »

6 Rens, 1968, 153.

7 L. de Potter, Réalité, 11 : « J’ai puisé ce dont il [ce livre] se compose, dans les manuscrits, les conversations et la correspondance d’un ami qui refuse de se faire connaître parce que, dit-il, son nom sans autorité sur les esprits, n’ajouterait rien à la force de la vérité. »

8 Compte rendu de Jules Brouez, Études de sciences sociales, in Humanité nouvelle (Paris), avril 1898.

9 A. de Potter, M. Putsage, 332 : « le système de M. Putsage est le renversement le plus complet du socialisme rationnel. »

10 R. soc. rationnel, juil. 1914, 663.

11 V de Borde, Phil. de l’avenir, août 1899.

12 Son Dieu selon la science (1871) est colinsien. Mais peu après Poulin, décidément mauvais coucheur, décidera de passer à la moulinette de l’« examen » l’œuvre même du maître avec La Justice dans le socialisme et dans la propriété (1880).

13 Victor Girard est l’auteur de deux livres où l’influence de Colins est évidente mais où son nom n’est pas cité.

14 Adolphe Seghers lance une revue socialiste-rationnelle, L’Ordre social.

15 No 1 : 1884, p. 2.

16 La « Ligue pour la nationalisation du sol » comporte en juillet 1903, 206 membres : publicistes, instituteurs, employés, ouvriers… Elle en a mille en 1905.

17 Janvier 1894.

18 I, 1 : 1. 1. 1905.

19 On trouvera un récit de la décomposition du mouvement : « Le retour à l’obscurité », ch. VI de Rens, 1979.

20 Bufquin des Essarts, Socialisme, 1.

21 Jules Guesde, Le Collectivisme (Paris, 1891), 63.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540