Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

16. L’humanité future et la fin des nations

Texte intégral

  • 1 Colins, Justice, I, 39.
  • 2 Colins, Soc. nouvelle, I, 324.

1Qu’est-ce qu’une nation ? La réponse colinsienne est prévisible et sans équivoque : c’est « une agrégation d’individus sous un droit particulier, ayant exclusivement pour sanction : sa propre force brutale1 ». Les nations ne sont que « des opinions géographiquement exprimées2 ». La multiplicité même des droits nationaux démontre que ceux-ci ne sont basés que sur la force. L’existence de nations séparées est un scandale pour la raison et le malheur fondamental de l’humanité en guerre perpétuelle. Sous le règne de la religion rationnelle, il n’y aura bientôt qu’un seul État planétaire avec un seul droit et un seul code puisque la raison est une, et l’humanité, rationnelle.

  • 3 Colins, cit. R. soc. rationnel, févr. 1911, 404.

Une fois le droit réel démontré, il est évident qu’il est le même pour l’humanité tout entière. Et partout où il y a unité de droit, il y a unité de nationalité... Et tant qu’il y a des peuples, c’est qu’il n’y a encore pour eux, ni droits ni devoirs réels autres que la force et la faiblesse3.

  • 4 R. soc. rationnel, 1912, 607.
  • 5 R. soc. rationnel, janv. 1912, 309.

2Le colinsisme est — fidèle à ses prémisses et logique avec elles — un internationalisme, un cosmopolitisme intransigeant. Les nations actuelles sont, par leur existence même et leur multiplicité, l’anarchie et l’injustice. Le sentiment national est une maladie de l’âme fermée à la rationalité, « pour que la liberté sociale existe, il est nécessaire, indispensable d’anéantir les nationalités4 ». « L’instauration du collectivisme n’est possible qu’avec la disparition même des nations, l’abolition des frontières, la proclamation de la République universelle5. »

  • 6 R. soc. rationnel, mai 1903, 600.

3Il n’y aura donc pas de collectivisme dans un seul pays. L’abolition des États-nations est parfois déclarée aussi urgente que celle de la propriété privée du sol car elle relève de la même logique. Les colinsiens annoncent comme conséquence de l’évolution historique « la fusion des nationalités dans l’humanité6 ». Cette fusion sera immédiate du moment où l’humanité reconnaîtra la souveraineté de la raison.

  • 7 L. de Potter, Dictionnaire, 292.

4Pacifistes et internationalistes, les disciples de Colins n’ignorent pas que leur conviction est prise pour une chimère par l’opinion publique anarchique qu’ils ont appris à mépriser : « l’idée que l’humanité puisse cesser d’être divisée en sociétés distinctes, en nations, fait sourire de pitié les hommes à courte vue7. »

  • 8 Colins, Sc. sociale, III, 344.

5La disparition des nations fera l’unité du logos. La diversité des langues fera place à une langue rationnelle unique. Plus de Babel, plus de conflits entre les hommes. C’est une de ces conjectures que reprendront à la fin du siècle les partisans des langues auxiliaires internationales, du volapük, de l’ido, de l’esperanto — parmi lesquels tous les colinsiens. « Aussi longtemps : que, la division des langues existe entre les nations ; ou, n’est pas reconnue devoir être anéantie : le patriotisme existe ; les haines nationales existent8. »

  • 9 Voir Girard, Pluralité, 24.
  • 10 Colins, Souveraineté, I, 94.
  • 11 A. de Potter, Propriété, 65.

6Dans la Fédération du Globe, plus d’armées, partant plus de guerres9. Un gouvernement purement scientifique régira une planète pacifiée. Colins fusionne avec les grandes espérances pacifistes. On peut d’ailleurs allonger la liste de ces maux qui seront biffés d’un trait de plume dans la Logocratie planétaire. Plus de crime, plus de prisons, plus de bourreaux — mais encore et toujours des asiles d’aliénés : « Quand l’humanité se trouve émancipée, il n’y a plus de criminels ; il n’y a que des malades10. » Sans doute la loi de l’expiation pèse-t-elle encore dans cet avenir, quoique moins lourdement, mais le mal n’est plus imputable à une organisation sociale vicieuse et seul un fou pourra encore s’y révolter ou créer du désordre11.

7Pour la disparition prochaine du mal, celle de tous les maux dus aux hommes, Colins raisonne somme toute comme Fourier : l’homme futur conservera la puissance de faire le mal, mais dans une société bonne, il n’en aura ni l’intérêt ni la volonté si du moins il n’est pas pathologique et bon à rééduquer.

  • 12 De Potter, R. soc. rationnel, 1903, 514.

8Le mal disparu, l’histoire cesse de se dérouler, l’ordre devient immuable comme la vérité. Arrêt sur image de tous les dénouements des Grands Récits : « l’ordre social est devenu imperturbable et il dure jusqu’à la mort de l’humanité sur le globe12 ». L’humanité heureuse n’a plus d’histoire.

Notes

1 Colins, Justice, I, 39.

2 Colins, Soc. nouvelle, I, 324.

3 Colins, cit. R. soc. rationnel, févr. 1911, 404.

4 R. soc. rationnel, 1912, 607.

5 R. soc. rationnel, janv. 1912, 309.

6 R. soc. rationnel, mai 1903, 600.

7 L. de Potter, Dictionnaire, 292.

8 Colins, Sc. sociale, III, 344.

9 Voir Girard, Pluralité, 24.

10 Colins, Souveraineté, I, 94.

11 A. de Potter, Propriété, 65.

12 De Potter, R. soc. rationnel, 1903, 514.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540