Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

15. L’État logocratique

Texte intégral

  • 1 Cit. Colins, Souveraineté, 1, 37.
  • 2 R. soc. rationnel, 1903, 516.

1L’infaillibilité du pape, la souveraineté du Peuple : deux formules irrationnelles qui ont fait leur temps. Il faudra en venir tôt ou tard à l’infaillibilité seule de la science et à la souveraineté de la raison. Joseph de Maistre le théocrate avait écrit : « il ne peut y avoir de société humaine sans gouvernement, ni de gouvernement sans souveraineté, ni de souveraineté sans infaillibilité1. » Colins peut se dire d’accord avec les principes, mais non avec les prémisses de l’auteur de Du Pape. La souveraineté de la raison, infaillible par essence, sera fondatrice d’un ordre total scientifiquement déterminé mais librement consenti. Émancipé des religions et des préjugés, l’esprit humain refera le monde selon la raison, un monde « incontestable », donc immuable. L’histoire s’arrêtera dans un bonheur qui s’identifiera à la justice, au sentiment partagé par tous que régnent la justice et l’ordre. La diversité des opinions s’évanouit, la science unifie les esprits et les volontés, « la raison impersonnelle, déduction de l’immatérialité des âmes, est la seule autorité désormais incontestable pour l’humanité2 ».

  • 3 De Potter, Phil. de l’avenir, août 1888, 51. On verra un exposé détaillé de « La Société future d’ (...)
  • 4 Un doute ici ou une incertitude qui fut celle, aussi, du socialisme organisé, impossible de fixer (...)
  • 5 R. de la Sagra, Science, 11.

2« Pour rétablir l’ordre, il faut introniser la logocratie ou souveraineté de la raison qui est seule en mesure de braver les foudres de l’examen3. » L’ordre est donc rétabli, après une brève et rééducative période de dictature par un Autocrate rationnel4, mais cet ordre n’est plus basé sur la force ni sur le sophisme. Il n’y a plus d’autorités là où règne l’autorité seule de la Raison impersonnelle. Ce prochain règne social de la raison scientifique fait partie axiomatique du sens premier du mot « socialisme ». Les ci-devant exploités doivent être les grands bénéficiaires d’une société juste, mais ils n’y exercent pas le pouvoir. Nul ne l’exerce car les administrateurs logocratiques sont esclaves des lois scientifiques qu’ils découvrent et appliquent. L’idée de société sans classes découle de celle de société régie par la raison. « Le socialisme, définit-on alors, est la tendance de l’humanité vers l’organisation rationnelle5. » C’est pourquoi, chez Colins, « logocratie » est synonyme de « socialisme ». Le socialisme c’est le gouvernement du Logos, une société scientifiquement organisée selon la raison éternelle, rendue incontestable vis-à-vis de tous, une société où personne n’est au pouvoir sinon le « droit éternel », supérieur à toute personnalité. On voit que l’idée de « l’abolition de l’Etat », chère à Saint-Simon et à Lénine, découle aussi de ce premier déterminant. La Logocratie n’est pas un État au sens « bourgeois » parce qu’il n’y a plus en elle de privilégiés à défendre et parce que la souveraineté se confond avec la raison de tous et de chacun !

  • 6 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ? (éd. 1905), I, 248.
  • 7 Colins, Soc. nouvelle, I, 12.

3Cette société, répètent les colinsiens éblouis, sera organisée de manière « incontestablement rationnelle » et seuls des fous pourraient en troubler l’ordre. Il n’y aura pas de chefs : « Sous le socialisme rationnel, le chef du pouvoir exécutif ne gère pas, il obéit : il est le cocher et non le maître6. » Il n’y aura pas non plus d’assemblées délibérantes : à quoi bon en effet, l’État ou non-État logocratique et scientifique n’édicte pas des lois, il les « découvre ». « Toute la société future est là. Faire des lois est la caractéristique de l’ignorance. Les lois se découvrent. Quand elles sont connues on les applique. Tout, alors, est administration7. » Cette idée d’une future « politique scientifique » et d’un État gouverné par les savants, qui remonte à la New Atlantis de Bacon, c’est aussi toute l’utopie d’Auguste Comte : il ne s’agira plus de se réclamer du droit divin ni de la loi du nombre, erreurs théocratique et métaphysique : il s’agira de connaître scientifiquement — sociologiquement — et d’appliquer les « lois » une fois découvertes.

  • 8 Bufquin des Essarts, Socialisme, 8.

4Il n’y aura plus non plus de désordre social ni de dissidence possibles : tous, sauf quelques malades mentaux, seront sujets volontaires de la raison souveraine, tous obéiront librement à la raison incontestable. « La souveraineté de la raison incontestable n’a pas encore régné dans le domaine social. C’est la seule à laquelle l’homme obéira de son plein gré parce qu’elle aura une forme impersonnelle8

  • 9 « Le règne rationnel ou logocratique donne en même temps la liberté et l’ordre. » (A. de Potter, R (...)

5 La passion profonde des utopistes de la sorte de Colins est une passion pour l’ordre : Ordem e Progresso — comme le proclame encore le drapeau, positiviste, du Brésil. Le scandale présent est anarchie, le futur verra renaître l’ordre. Mais ce sera un ordre sans foi aveugle, sans l’appui de la force brutale, sans le soutien de sophismes. Il y aura une base ferme à l’ordre social, mais qu’il ne faudra pas soutenir elle-même par des inquisitions, des polices ni des censures. Une soumission de tous à une règle qui ne portera nulle atteinte à la liberté9. Si on pouvait reprocher quelque chose à Colins, ce serait d’avoir énoncé en termes naïvement clairs une équation insoluble qui est celle de tous les programmes sociaux modernes.

6Toute la spéculation sur une société juste et ordonnée s’engouffre dans le grand trou noir de la modernité : l’idée, pleine d’antinomies, de l’Etat. Dans le système de Colins les grands mythes réformateurs de l’État sont tous au rendez-vous : État des savants ou des techniciens, État aboli ou persistant en un non-État, État monopoliste total, Administration de choses sans autorité sur les personnes, État-providence prenant tout le monde en charge du berceau au sépulcre.

7Si la souveraineté réside dans la « Raison impersonnelle », il y a cependant dans la société logocratique des individus qui sont plus égaux que les autres. Ce sont les savants de cet État scientifique, les intellectuels de ce socialisme des intellectuels, les aristocrates de l’intelligence et de la compétence (j’interpole mes propres termes) succédant aux aristocraties de la naissance et de l’argent. Les « logocrates » de Colins ne sont qu’un avatar des « industriels » et des « savants » de Saint-Simon ; ils sont proches du « pouvoir spirituel » qu’inventera Comte, dévolu aux « supérieurs intellectuels ». « Dieu » avait fait savoir à Saint-Simon, quand il se fit le fondateur du Nouveau Christianisme, que le pape et ses cardinaux avaient cessé d’être inspirés par Lui et qu’il confiait désormais le gouvernement du monde à vingt et un savants qui seraient élus par l’Humanité et présidés par un mathématicien. En pratique (si l’on peut dire), l’État logocratique formera un système pyramidal, une chaîne de commandements avec des paliers de délégation et de représentation :

  • 10 Sc. sociale, V, 460.

C’est l’harmonie : entre les élections, par en bas, sans responsabilité ; et, les nominations, par en haut, avec responsabilité ; qui constitue : la bonne administration10.

  • 11 Voir son Socialisme des intellectuels, trad. fr., Paris : Seuil, 1979.

8Comme idéal social, le régime souhaité pour l’humanité par Colins, c’est le règne des Lumières, c’est la philosophie au pouvoir. C’est d’ailleurs un « idéal » qui, en dépit de l’égalitarisme de principe du mouvement ouvrier, s’insinuera dans ce que l’anarcho-syndicaliste polonais Ian Makhaïski va dénoncer au début de ce siècle comme « le socialisme des intellectuels11 ».

  • 12 Bufquin des Essarts, Socialisme, 9.

9L’État logocratique, régi par des savants, désintéressés il va sans dire, soumis à la raison scientifique, basé sur un droit et une morale scientifiquement démontrés, est une des proto-figures de l’État total où tous les intérêts se sont fondus dans l’intérêt commun, où toute division a disparu. « Sous la souveraineté de la raison, la vérité étant une, toute division disparaît, toutes les causes de conflit sont anéanties, l’ordre règne universellement dans une société unique12. »

  • 13 De Potter, Economie, I, 246-7.

10 Cet État total(itaire) est évidemment hyper-monopoliste : il monopolise à la fois le temporel et le spirituel, — c’est-à-dire, concrètement, qu’il a la haute main sur l’économie collectiviste et que sa principale activité est d’organiser et de contrôler de près l’éducation publique : « L’État monopolisera le sol et une grande partie des capitaux laissés par les générations passées. […] L’État monopolisera encore l’éducation et l’instruction complètes.[…] C’est au profit de tous que ce double monopole sera exercé par l’État, car sans cela, il y aurait des esclaves sous le rapport de l’intelligence ou de la propriété13. »

11 La légitimité de cet État rêvé est évidente sous tous les points de vue concevables : il fonctionne « au profit de tous », il personnifie l’entente de tous, et il a mandat de faire régner la justice en se conformant à la raison scientifique. Dans d’autres programmes utopiques, la marge de désaccord laissée aux individus est mince. Avec Colins, en toute rationalité, cette marge est nulle. Toute dissidence sera synonyme de folie.

12La grande antinomie des conjectures sur l’État (qui ne s’est jamais mieux exprimée que lorsque Lénine, au Kremlin, rédige, en 1919, entre deux oukazes, le très libertaire L’État et la Révolution), c’est que l’État total que l’on souhaitait pour le bien des peuples était aussi un État voué à disparaître, un État qui cessait rapidement d’être cet État-gendarme qu’il était dans les sociétés de classes, pour se ramener à une simple et légère « Administration des choses » — selon la formule qui fut celle de Saint-Simon avant de devenir celle de Marx.

13Il y aura de moins en moins besoin d’un gouvernement des personnes qui, libres et rationnelles, se gouverneront elles-mêmes. Il n’y aura plus d’État au sens « bourgeois » parce qu’il n’y a plus de lutte entre les classes, qu’il n’y a plus de privilégiés à protéger et de malheureux à maintenir en tutelle. L’État « de tous » qui est l’État « scientifique » cesse donc, assure-t-on, d’être un État ; il devient autre chose que les humains n’ont jamais connu. Ce qu’écrit le colinsien de Potter dans son Economie politique correspond mot pour mot à ce qu’écriront les Jaurès, les Vandervelde et autres leaders de l’Internationale socialiste, « inspirés » censément par le matérialisme de Karl Marx :

  • 14 Ibid., II, 250.

Quand l’État ne représente qu’une partie de la communauté tout ce qu’il fait est nécessairement en faveur de cette fraction, au détriment de la partie restante. Lorsque l’État [futur] représente au contraire la totalité des individus associés tout ce qu’il fait est alors toujours nécessairement en faveur de la communauté entière14.

  • 15 J. Putsage, Foi, 57.

La collectivité sera essentiellement une administration de paix. […] Le gouvernement de la collectivité ne sera pas autre chose que l’administration générale relative aux grands services d’intérêt collectif15.

  • 16 Colins, Socialisme, 11.
  • 17 De Potter, R soc. rationnel, 1903, 513.

14Enfin, l’État scientifique total est totalement bienveillant et il corrige autant que faire se peut les injustices accidentelles ou naturelles. La société, dit Colins, « est alors une assurance mutuelle généralisée16 ». Inépuisablement généreuse grâce au système collectiviste, « la société prend soin de ceux qui sont incapables, pour n’importe quel motif, de subvenir par le travail à leurs besoins17 ». C’est, en effet, l’État-providence avant la lettre (l’expression date du dernier tiers du siècle), mais dans toute son extension car il prend soin de l’homme et le dirige de la naissance à son lit de mort. Il distribue le travail, il donne le logement et surtout il éduque.

  • 18 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ? (éd. 1905), II, 302-6.
  • 19 A. de Potter, Instruction, 16.
  • 20 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ?, I, 380.

15Je n’entrerai pas dans le détail de tous les bienfaits dont la Logocratie accable les citoyens. S’il est un trait qui distingue pourtant l’utopie colinsienne des autres, c’est que, conformément à sa critique du « paupérisme moral », c’est au premier chef une utopie éducative. La Logocratie, possédant la vérité et ayant intérêt à la répandre, aura le monopole de l’éducation, il va sans dire, et on ne tolérera pas d’analphabètes ni d’ignorants dans la société future. L’éducation publique universalisée par l’État, cela avait été le grand remède du vieux Campanella dans sa Civitas Solis, plus tard d’Helvétius, d’Owen, des quarante-huitards, des républicains laïques, enfin des socialistes de tous bords. La souveraineté de la raison ne pourra répandre ses bienfaits et subsister que si le maximum de lumières est répandu. L’enseignement public sera à la base de l’ordre social et de la bonne entente civique comme il devait l’être aussi pour Auguste Comte. La société logocratique, à l’instar de la République platonicienne, se chargera complètement de l’entretien et de l’instruction des enfants. Elle prodiguera l’instruction à tous avec un soin égal : plus de Newtons perdus, plus de génies gaspillés18. Basée sur la science, cette éducation sera nécessairement unitaire, et immuable19. Pas question de liberté de l’enseignement, formule anarchique qui ne serait que la liberté d’enseigner l’erreur et la superstition : « la liberté de l’enseignement implique que la société est encore incapable de distinguer l’erreur de la vérité20

  • 21 R. soc. rationnel, févr. 1903, 353.
  • 22 La réglementation de l’éducation collective est exposée notamment dans Colins, Justice, vol. III.

16Il n’est pas question non plus de laisser la mère ni le père prendre soin d’éduquer leur progéniture, la Logocratie se substitue résolument à leurs éventuelles défaillances : « l’éducation et l’instruction seront données par la société et uniquement par elle — aux enfants des deux sexes à partir de deux ans21.» Les enfants font d’abord partie de la « famille sociale », ils sont soustraits aux irrationalités du foyer domestique et pris en charge par l’État depuis la petite enfance jusqu’à 21 ans22. Ce sont ici des rêveries jacobines nourries par les utopistes classiques, dont Colins est en ceci le représentant tardif : Lepelletier de SaintFargeau avait proposé à la Convention en juillet 1793 un projet précis qui prévoyait que tous les enfants seraient élevés aux dépens de la République et par ses soins, et que l’éducation nationale serait ainsi égale pour tous.

17On enseignera dans les lycées logocratiques la mathématique, les sciences physiques, une histoire objective — mais aucunement la littérature ni la philosophie, ces « fumiers de l’ignorance ». On n’enseignera plus des croyances, ni on n’appréciera des fictions, mais on inculquera à la jeunesse des certitudes et, la vérité scientifique étant une, le programme sera nécessairement unifié et systématique.

  • 23 Colins, Science sociale, I, 342.

18Quoique Colins, de nature austère et peu séduit par les batifolages fouriéristes, sépare les sexes pour éviter de distraire la jeunesse de l’éducation scientifique, les filles reçoivent une instruction identique à celle des garçons. Tous les réformateurs sociaux rencontraient la passion amoureuse et les contradictions du mariage et — à l’exception de Charles Fourier — ils s’en tiraient particulièrement mal car le sexe fait désordre et gène les concepteurs d’ordres nouveaux. Colins, en tant que « rationaliste » peu amusé par l’arithmétique sensuelle et orgiaque d’un Fourier, s’en tire ni mieux ni plus mal que les autres. Par ailleurs, égalitaire par raison, il ne parvient pas toujours à se convaincre de l’égal traitement dû aux femmes dont l’irrationalité foncière exige la surveillance : « la femme, fraction faible de l’unité domestique, doit être non point libre, dans [un] sens indéterminé, mais mineure et jamais esclave23. »

  • 24 L. de Potter, Dict. rationnel, 135.

19Il est juste de préciser au passage que les colinsiens, plus conséquents que leur maître, furent, eux, d’un égalitarisme sexuel intransigeant. La femme est « l’égale de l’homme » — point, à la ligne, énonce le Dictionnaire rationnel de Louis de Potter24.

  • 25 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ? (éd. 1905), I. 39.
  • 26 Hugentobler, Extinction, 225.

20Quant au désir sexuel et au mariage, il s’agissait de les rationaliser et de faire qu’en cet obscur secteur aussi, comme l’écrit Colins, « la concupiscence reste l’esclave de la raison25 ». On est loin des orgies phalanstériennes et même loin de la « loyale communauté des femmes» suggérée par l’égrillard Manifeste communiste. Les socialistes romantiques rencontraient deux scandales qu’ils voyaient complémentaires, le mariage indissoluble et la prostitution. Ils ont cherché des alternatives à cette « mauvaise organisation » du sexe, au milieu des ricanements indignés de leurs contemporains pour qui on ne devait pas parler de ces choses. Colins se perd dans des formules de mariage : « présumé indissoluble » et « temporaire ». Comme dans son projet conjugal, les hommes ne se marient qu’à 34 ans ( !) et que « la physiologie » s’oppose chez eux à la chasteté absolue, il faudra bien que certaines femmes, au tempérament ad hoc, se dévouent « au bonheur domestique de tous ». Au bout du casse-tête, on en arrive à une prostitution rationnelle, rationnellement consentie et civiquement honorable dont Adolphe Hugentobler expose le principe : « Il n’y aura […] de lorettes que celles qui, par le fait seul de se déclarer telles, professeront avoir un organisme que la possession d’un seul homme ne peut satisfaire et préféreront ainsi la prostitution au bonheur domestique26. »

Notes

1 Cit. Colins, Souveraineté, 1, 37.

2 R. soc. rationnel, 1903, 516.

3 De Potter, Phil. de l’avenir, août 1888, 51. On verra un exposé détaillé de « La Société future d’après le socialisme de Colins » par A. de Potter in R. soc, rationnel, sept. 1906, 50-58.

4 Un doute ici ou une incertitude qui fut celle, aussi, du socialisme organisé, impossible de fixer le jour où le Vieux monde disparaîtra : « Je n’ai indiqué ni le temps ni le lieu : où cette autocratie s’établira primitivement. » Colins, Justice, III, 268.

5 R. de la Sagra, Science, 11.

6 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ? (éd. 1905), I, 248.

7 Colins, Soc. nouvelle, I, 12.

8 Bufquin des Essarts, Socialisme, 8.

9 « Le règne rationnel ou logocratique donne en même temps la liberté et l’ordre. » (A. de Potter, R. soc. rationnel, 1903, 506).

10 Sc. sociale, V, 460.

11 Voir son Socialisme des intellectuels, trad. fr., Paris : Seuil, 1979.

12 Bufquin des Essarts, Socialisme, 9.

13 De Potter, Economie, I, 246-7.

14 Ibid., II, 250.

15 J. Putsage, Foi, 57.

16 Colins, Socialisme, 11.

17 De Potter, R soc. rationnel, 1903, 513.

18 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ? (éd. 1905), II, 302-6.

19 A. de Potter, Instruction, 16.

20 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ?, I, 380.

21 R. soc. rationnel, févr. 1903, 353.

22 La réglementation de l’éducation collective est exposée notamment dans Colins, Justice, vol. III.

23 Colins, Science sociale, I, 342.

24 L. de Potter, Dict. rationnel, 135.

25 Colins, Qu’est-ce que la sc. soc. ? (éd. 1905), I. 39.

26 Hugentobler, Extinction, 225.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540