Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

14. La collectivisation du sol

Texte intégral

La Terre entière est le patrimoine de chacun.
Abbé Mably, Doutes proposés aux philosophes économistes, 1768

1Parmi les deux ou trois choses vagues que le mouvement ouvrier de la fin du siècle savait de Colins, il y avait une formule que tous avaient retenue — et qui, pour des esprits pratiques, était la seule proposition concrète et sérieuse bien repérable du bizarre socialisme rationnel : la « collectivisation du sol » ou « propriété collective foncière ». Colins est le seul des « utopistes » français romantiques à mettre au centre de son projet la question de la propriété collective (mais le projet de collectivisation du sol se rencontre bien avant lui chez les réformateurs anglais comme Robert Owen, Thomas Spence, William Ogilvie, Thomas Paine, et même chez Carlyle).

  • 1 Très exactement en 1800 avec la mise en pratique du projet d’Owen en Angleterre.
  • 2 J’ai étudié ces formules aux pages 157 et suivantes de L’Utopie collectiviste (Paris, PUF, 1994).

2Dans le marché des théories sur la réforme de la propriété et l’organisation du travail qui s’ouvre au début du siècle1, pullulent en effet une série de formules qui cherchent à substituer à l’injuste appropriation privée et à l’injuste condition salariée de justes solutions. Ainsi des formules de production et de rétribution : « abolition du salariat » (ou « du paupérisme »), « organisation du travail », « droit au travail », « droit au produit intégral du travail », suppression de l’argent et remplacement par des « bons du travail » (les Labour Notes d’Owen), « à chacun selon ses mérites », « à chacun selon ses œuvres », « à chacun selon ses besoins », « égalité des parts sociales » — sans mentionner la simple « prise au tas » des anarchistes, laquelle revient à la formule ultime : « de chacun à chacun selon sa volonté2 ».

3Formules équivoques, débouchant toutes sur d’insolubles difficultés pratiques, qui étaient bien susceptibles d’entretenir des débats passionnés dans les « cercles d’étude sociale » pendant deux ou trois générations. Ces solutions aporétiques qui ont occupé tant d’esprits humanitaires et militants se complétaient au siècle passé d’autres formules d’appropriation par le Peuple ou « l’État-ouvrier » des « moyens de production » (« et d’échange »), de « socialisation », de « propriété sociale », de « nationalisation », d’« organisation des travailleurs libres et associés », de « répartition équitable des produits », — une fois abolis « le salariat », « l’exploitation », « la misère », « le paupérisme », « la concurrence », « la propriété privée », « les privilèges de la fortune »… Tous ces mots d’ordre se présentent comme des solutions définitives et des panacées qui, de proche en proche, entraînaient la disparition de tous les autres vices sociaux. Ils étaient décisifs et s’offraient comme « très simples » d’application. Tous allaient rapidement en bénéficier et, le travail une fois « émancipé », les humains ne respireraient plus qu’un air de justice et de liberté tandis que la richesse collective ferait un bond et produirait une abondance inconnue. La formule de Colins était donc, elle aussi, la solution au « problème social ».

  • 3 Colins, Socialisme, 3.

Le problème social consiste donc principalement à augmenter la richesse collective au plus haut point possible ; et à faire que cette richesse appartienne également à tous et non à quelques-uns3.

  • 4 Qu’est-ce que la science sociale ?, I, 347.
  • 5 A. de Potter, Résumé, 19.
  • 6 Borde, Phil. de l’avenir, 1880,136.

4La collectivisation du sol, dans le colinsisme, a pour fin de permettre la (véritablement) libre concurrence et de garantir que « la consommation, c’est-à-dire le bien-être de tous, soit au maximum possible des circonstances4 ». Quand l’ordre sera basé sur la vérité incontestablement démontrée, les humains se rallieront à la seule solution scientifique, démontre Colins, celle de la propriété collective foncière : tous seront propriétaires du « sol ». Les marxistes, les « socialistes scientifiques » classeront avec dédain les colinsiens parmi les « collectivistes partiels » car eux, en conformité avec le matérialisme historique, déclaraient vouloir socialiser plus largement les « moyens de production et d’échange »… Bel exemple de dispute byzantine car il eût suffi de demander : qu’est-ce que le sol pour un colinsien ? « J’entends par sol, la surface du globe, les constructions élevées à sa surface et le sous-sol5…» Le « sol », c’est la propriété foncière, plus les ressources naturelles, plus tous les biens immeubles y compris canaux, chemins de fer, édifices et machines : « Les chemins de fer appartiendront à l’Etat en leur qualité de propriété immobilière6. » En d’autres termes, le « sol » colinsien ressemble beaucoup aux « moyens de production » des écoles marxistes ! On voit ici un exemple de ces débats de phraséologie où les passions militantes voient tout un monde et où elles engagent des polémiques interminables. La distinction du sol et des produits est aussi vieille que la science économique. Colins part de l’axiome des économistes de son temps, héritiers des physiocrates (J.-B. Say, etc.) qui distinguaient deux sources des « richesses », le travail, source « active », et le sol, source « passive » : le sol rendu à la collectivité assurait alors, selon Colins, l’émancipation du travail. Par ailleurs, Colins n’a pas inventé la socialisation du « sol », dont j’ai dit qu’elle se trouve chez Owen, Carlyle et les réformateurs anglais du tout début du siècle.

  • 7 Colins, Qu’est-ce que la science soc. ?, I, 347.

5Je ne veux pas m’appesantir sur des doctrines qui se signalent surtout par leur obscurité et leurs impossibilités pratiques. Il s’agit pourtant de faire comprendre au lecteur qui a suivi jusqu’ici le « socialisme rationnel » de quoi il en retourne. Comme d’habitude, avec tout le côté biscornu de ses conjectures, Colins ne manque pas de perspicacité : ce n’est pas par pusillanimité de petit-bourgeois qu’il n’« abolit » pas d’un trait de plume toute appropriation privée. Voulant trouver remède au « paupérisme », Colins a le bon sens de voir et expose précisément que l’égalisation absolue, la suppression de toute propriété privée sont des conceptions métaphysiques qui, mises en pratique, conduiraient à un État despotique et à la suppression de toute liberté. Les sectes doctrinaires modernes se sont joué la parabole de la paille et de la poutre. Les antinomies de la liberté et de/’égalité furent au centre de polémiques infinies. Pour les colinsiens, l’individu a droit en toute propriété aux produits de son travail, la richesse collective ne peut s’accroître que par l’activité des individus. Il est juste que celle-ci soit stimulée par la garantie que chacun jouira des produits de son industrie, si inégal que soit ce produit. Le « sol » est, au contraire, essentiellement distinct du capital appropriable. La collectivisation du sol, selon Colins, est la justice, mais elle ne vise pas l’égalisation des conditions, tout au contraire : elle doit permettre le développement de la libre concurrence et faire que « la consommation, c’est-à-dire le bien-être de tous, soit au maximum possible des circonstances et, par conséquent, la production »… le colinsisme est un consumérisme7 ! Cette distinction entre le « produit » et le « sol » (comme toutes les conceptions socialistes au sens large) repose sur une intuition éthique.

  • 8 A. de Potter, Collectivisme, 15.

La richesse foncière, ou le sol, ou enfin la planète sur laquelle nous vivons est la source passive de toute richesse […] Il est irrationnel, en justice absolue, qu’une richesse non produite, ou qui a préexisté à l’homme, telle que le sol, soit appropriée par lui […] Chaque génération n’est qu’usufruitière du sol approprié collectivement8.

6Si on remonte aux présupposés du « collectivisme agraire », ce qu’on trouve c’est, — contre la sentence fatidique de Malthus à propos de ces humains qui viennent en surnombre réclamer au Banquet de la vie, — le « droit de vivre », lequel semble impliquer par conséquence directe l’indivision du sol, seul indispensable au travail, seule richesse incréée, commune à tous par droit de naissance, et madère primitive…

  • 9 Phil. de l’avenir, 2 : 1875,140.

7Comme beaucoup de socialistes romantiques, Colins voit plus ou moins bien la « manufacture », cette chose nouvelle, mais il pense encore dans les catégories de la richesse foncière, de la production agricole. Le sol, préexistant à l’humanité et à ses activités, ne peut donc être approprié individuellement. La planète est la propriété congénitale de tous les êtres humains présents et à venir. Par sa formule de collectivisme du sol, Colins évite un communisme étatique dont il redoute le despotisme et il évite aussi, tant qu’à faire, d’inscrire dans son projet une révolution violente et spoliatrice. La collectivisation se fera graduellement et elle ira de pair avec la formule complémentaire et tout aussi rationnelle de la « suppression de l’héritage » : aucun vivant, pas plus ploutocrate que prolétaire, ne sera ainsi spolié. Tout s’opérera légalement, pacifiquement, dans le temps d’une génération. Le bon sens d’une humanité devenue rationnelle fera le reste : « Le sol et les richesses acquises par les générations passées entrent tout naturellement à la propriété collective sans qu’il y ait besoin d’huissiers ni de gendarmes puisque la raison le commande ; et que tous, sauf les fous, obéissent volontairement à la raison9. »

8L’État logocratique, fidéicommissaire du sol collectivisé, va pouvoir affermer, louer le sol et l’immobilier. Cet État disposera donc de moyens considérables, raisonne Colins. Avec les fermages que cet État percevra, il lui sera possible d’abolir l’impôt, de dégrever en tout cas le travail de tout impôt, tout en remplissant tous ses devoirs, en éduquant gratuitement l’enfance et la jeunesse, en abolissant la misère, en assurant tous les citoyens contre l’indigence et la maladie, en honorant et protégeant la vieillesse… Colins fait partie de ces inventeurs de l’État-providence dont les conceptions ont subi cent avatars, mais n’ont, somme toute, pas été dépassées.

9Le sol étant à tous, le travail sera libre et sera assez fort pour négocier au meilleur taux le contrat de travail, nul ne sera plus obligé de se louer à bas prix, les salaires croîtront au « maximum possible des circonstances ».

  • 10 Colins, Socialisme, 9.

Du moment que le sol est entré à la propriété collective, l’impôt, quelle que soit sa forme, et quand même vous voudriez le placer sur le travail, retombe nécessairement sur la richesse. De là, l’anéantissement nécessaire du prolétariat, de l’exploitation de l’homme par l’homme […], le salaire est toujours, et nécessairement, au plus haut possible, et l’intérêt du capital au plus bas possible10.

  • 11 La Question sociale, II, 4 : nov. 1894, 38.
  • 12 Colins, Socialisme, 6.
  • 13 Bufquin des Essarts, Socialisme, 12.
  • 14 A. de Potter, Phil. de l’avenir, déc. 1887, couv.

10Je ne suis pas sûr ici de voir exactement l’enchaînement nécessaire des raisonnements. Ce que l’on comprend, c’est le but de toutes ces mesures : l’abolition de l’« exploitation », l’abolition du « paupérisme », du « prolétariat ». En un mot, Colins entend substituer la domination du Travail à celle du Capital, « mais il n’a pas la téméraire prétention de vouloir supprimer le Capital même11 ». « Quant au paupérisme, au prolétariat, leur anéantissement tient essentiellement à l’entrée du sol à la propriété collective12. » Encore une fois, si les doctrines de toute cette époque different par des nuances, c’est la manière commune de penser le mal social et son abolition, la manière de narrer l’histoire, l’identité des formules clés qui suggèrent qu’avant 1848 s’est définitivement mis en place une gnoséologie des Grands Récits, une manière moderne de déchiffrer le scandale du monde dont la dynamique optimiste mettra plus d’un siècle à s’épuiser dans ses contradictions. Deux visées ultimes semblent réguler la société bonne qui devait mettre fin au scandale : suppression des classes, du pouvoir que créent les inégalités de fortune, et obligation du travail, « fusion de l’humanité en une seule classe, celle des travailleurs13 ». « Dans la société future, on ne pourra vivre sans travailler ou sans avoir travaillé14. »

11Le « socialisme agraire », l’appropriation collective du sol et la suppression de la rente foncière, sont encore de ces idées qui traînent partout et que Colins n’a pas inventées. François Vidal, un peu avant 1848, offre à ses disciples la même solution que Colins. Cependant, en tant que doctrine constituée, le socialisme agraire a trouvé aux Etats-Unis un théoricien qui demeure bien connu dans l’histoire des idées politiques de ce pays, l’auteur de Progress and Poverty, Henry George. Comme il est difficile de croire à la génération et à la réapparition spontanées des idées, et que celles de George sont presque identiques dans le contenu (et même la forme) à celles de Colins, j’ai lieu de poser qu’il y a eu influence directe — bien que celle-ci ne me soit pas attestée. L’activiste américain des années 1880 part en tout cas des mêmes principes que Colins et raisonne dans les mêmes termes :

  • 15 Progrès et pauvreté (Paris, 1887), XI-XII.

II y a une différence fondamentale et indestructible entre la propriété des choses qui sont le produit du travail et la propriété de la terre […] et reconnaître la propriété exclusive du sol, c’est nier le droit de propriété sur les produits du travail. […] Il n’y a rien de mieux que de rendre la terre propriété commune pour relever d’une manière durable la propriété et réprimer la tendance des salaires de descendre jusqu’au point où ils n’empêchent même pas l’ouvrier de mourir de faim. [Ce serait] une méthode simple et facile, l’abolition de tous les impôts sauf ceux sur la terre […] assurerait la justice dans la distribution, profiterait à toutes les classes et rendrait possible le mouvement en avant vers une civilisation plus haute15.

12Henry George proposait un apologue qui a frappé les esprits : si Robinson avait accueilli Vendredi comme un frère et lui avait donné la Déclaration des droits de l’homme… tout en se proclamant propriétaire de l’Île, « la propriété de l’île par Robinson, écrit-il, aurait été équivalente à la propriété de Vendredi par ledit Robinson. » L’essayiste américain formule un programme colinsien, celui de la Single Tax : substituer un impôt unique, un fermage, à toutes les autres taxes, assurer ainsi l’essor de la production que la société pourra utiliser pour l’intérêt public. Cette doctrine socialisante a eu une durable influence aux États-Unis, pays de grandes propriétés foncières. Dans l’Europe francophone, les thèses de Colins ont contaminé diverses doctrines et propagandes et on peut les voir s’insinuer même dans la presse des marxistes « guesdistes » :

  • 16 Emile Odin, Cri du Travailleur (Lille), 23.2.1890, 1.

Socialistes, le but que nous poursuivons est celui-ci : socialisation du sol et des instruments de production ; tout le monde au travail, sauf les enfants et les vieillards16

13Mais la doctrine de Colins a aussi durablement intéressé des réformateurs « bourgeois » avancés. Le 10 juin 1889, dans le cadre de l’Exposition universelle de Paris, un Congrès international agraire réunissant des philanthropes anglo-saxons et des réformistes français a conclu à l’abolition de l’appropriation individuelle du sol, au grand plaisir des colinsiens présents. À la fin du siècle, une « Land Nationalisation Society », basée à Londres, répand sa propagande dans le monde anglophone. Il ne serait pas abusif de voir encore Colins comme l’ancêtre des anarchistes paysans de Tierra y Libertad et comme lointain ancêtre des écologistes.

La suppression de l’héritage

  • 17 Science sociale, V, 320-21.

14« Pas de revenu sans travail » : cette formule éthique de tous les socialistes condamnait l’héritage. Que le sort de la naissance vous rende riche ou dépourvu de tout bien choque la justice et la raison. Déjà sous la Restauration, Saint-Simon et Le Globe saint-simonien supprimaient l’héritage collatéral et prétendaient imposer massivement les successions directes. Colins, qui voit en outre que la suppression — ou la quasi-suppression — de l’héritage va faire l’économie d’une révolution violente, expose un plan analogue qui enthousiasme ses disciples : « Anéantissement de toute hérédité collatérale et entrée à la propriété collective, de toute succession ab intestat sans héritier direct. […] Établissement d’un impôt de 25 % sur toutes les successions en ligne directe par testament. Enfin, Déclaration que le sol, une fois entré à la propriété collective, est inaliénable. […] Anéantissement de tous les impôts actuellement existants ; Élévation du revenu social au maximum possible des circonstances ; Élévation du salaire au maximum possible des circonstances ; et par le seul effet de l’organisation de la propriété17. »

15Seules les générations passées pourraient se plaindre d’être ainsi « spoliées ». Les vivants accepteront cette juste mesure d’autant que Colins consent à maintenir l’héritage en ligne directe — en le frappant d’un impôt considérable. L’héritage supprimé ou passant dans la caisse de la Logocratie, nul ne pourra vivre sans travail et aux dépens d’autrui. Après une génération, comme il n’existera plus de propriété immobilière ni foncière, il ne reste à léguer à ses enfants que le produit direct de son industrie. Cette panacée de Colins vient de Saint-Simon qui n’est d’ailleurs pas le premier moderne à avoir préconisé la suppression de l’héritage : Destutt de Tracy, qu’on ne compte guère dans les réformateurs sociaux, réclamait la prohibition de la liberté de tester et la limitation rigoureuse de l’héritage.

  • 18 Héberlin-Darcy, Esquisse d’une société collectiviste (Paris, 1908), 59.

16La mainmorte généralisée de Colins ne paraîtra pourtant aux « socialistes scientifiques » du tournant du siècle qu’une mesure insuffisante : tout héritage est immoral et antiscientifique pour les « marxistes » orthodoxes, « l’héritage personnel serait une injuste faveur pour ceux qui profiteraient sans efforts de richesses dont la société a comblé leurs parents18 ».

17Par ses deux solutions convergentes, Colins se flatte d’avoir sans coup férir, sans violence ni spoliation, éliminé en peu d’années le « paupérisme matériel », le « paupérisme moral » ayant simultanément disparu par la conversion des humains à la religion rationnelle.

  • 19 G. de Potron, R. soc. rationnel, 1912, 607.

La paupérisme matériel disparaîtra quand le sol sera rendu collectif, et le paupérisme moral quand l’homme saura qu’il est l’union d’une sensibilité immatérielle éternelle avec un organisme19.

  • 20 L’Aurore sociale (Paris), 22 déc. 1889, 1.

18Mais toute « rationnelle » et juste qu’elle se veuille, la pensée de Colins aboutit à une aporie : l’aliénation du sol est la cause première de l’injustice sociale ; avec les mesures qu’il propose, l’injustice « disparaît». Soit ! Mais Colins maintient la liberté du travail (dont il permet l’association), la concurrence commerciale, l’inégalité des mérites et des énergies, dès lors la diversité des salaires ! L’égalité absolue ne serait donc pas la « justice » ? Elle l’est au contraire pour Cabet et les communistes de 1830. « Arrière l’héritage, tous le même droit à la richesse sociale », clament les socialistes20. Jusqu’ici, ils font chorus et approuvent Colins. Mais Colins semble avoir eu des réticences face à l’égalitarisme d’État : tous les travailleurs rémunérés égalitairement par l’État collectiviste qui contrôlerait la planche à billets des « bons du travail », et qui planifierait la production selon un grandiose plan économique ? Cette formule si évidemment juste et prometteuse pour d’autres, ne lui plaît pas, il ne la retient pas. L’égalité sociale imposée d’en haut, il n’y songe même pas. Sans doute, la Logocratie donnera à tous les mêmes chances au départ, elle éduquera et instruira gratuitement, son bon fonctionnement exclura la misère involontaire. Mais la « justice » de Colins ne conçoit pas l’égalité rigoureuse — et ceci explique que dans le monde ouvrier avec son ressentiment revendicateur, le colinsisme n’ait décidément pas pris.

  • 21 L. de Potter, Dictionnaire rat., 141.
  • 22 A. de Potter, Soc. nouvelle, 1894 : 19, 358.

19Colins qui croit les humains égaux de naissance ne voit pas comment imposer une égalité de condition qui ne pourrait se maintenir que par des moyens despotiques. « Dans la société rationnelle, il doit y avoir égalité de naissance [et d’éducation.] […] [Mais les citoyens étant] socialement égaux, leurs conditions d’existence, leurs fortunes sont inégales21. » « L’égalité sociale existe, relativement aux moyens de production, quand les différences qui se rencontrent entre les hommes sous ce rapport ne sont pas imputables à l’organisation de la société — c’est-à-dire quand elles proviennent exclusivement de l’inégalité des organismes ou des intelligences, ou de l’exercice de la volonté22. » II y aura donc toujours des forts et des faibles, des intelligents et des ignares, des surdoués et des sous-doués ? Les faibles et les incapables auront bien sujet d’accuser la nature et devront se contenter de leur sort ? Appelez-vous cela du « socialisme » ? Qu’est-ce qu’une société juste, objecteront d’autre écoles, où l’un sera balayeur à vie et l’autre chirurgien — à supposer même que tous deux aient bien reçu « leur chance » ? Ne faudra-t-il pas mettre le chirurgien au balai à temps partiel pour assurer visiblement l’égalité des conditions ? Est-ce que tout le monde qui fait de son mieux n’a pas le « même mérite » aux yeux de l’État socialiste, et n’a pas droit dès lors à une « part égale du produit social » ? objecteront des militants sentimentaux dans les débats de la fin du siècle.

  • 23 Poulin, Justice, 101.

20On connaît ces apories de la justice et on sait que, face à ces interrogations, il n’est qu’une façon de s’en sortir : la dénégation totale. Les colinsiens ont été exceptionnellement fidèles au maître et peu portés au révisionnisme ; ici pourtant, un colinsien, Paul Poulin, n’a pu que marquer sa dissidence et rompre avec l’orthodoxie : ou l’égalité absolue, ou bien pas la peine de changer de régime ! Ou alors l’absurdité injuste se perpétuera à jamais, quoique moindre et atténuée ! « Donc on sera puni dans la société rationnelle, de l’infimité de son intelligence, comme on l’est dans notre vieux monde de l’infimité de son extraction : tant pis pour ceux que la nature n’aura pas mieux doués23 ! » La justice des uns est souvent chez les modernes le scandale des autres.

Notes

1 Très exactement en 1800 avec la mise en pratique du projet d’Owen en Angleterre.

2 J’ai étudié ces formules aux pages 157 et suivantes de L’Utopie collectiviste (Paris, PUF, 1994).

3 Colins, Socialisme, 3.

4 Qu’est-ce que la science sociale ?, I, 347.

5 A. de Potter, Résumé, 19.

6 Borde, Phil. de l’avenir, 1880,136.

7 Colins, Qu’est-ce que la science soc. ?, I, 347.

8 A. de Potter, Collectivisme, 15.

9 Phil. de l’avenir, 2 : 1875,140.

10 Colins, Socialisme, 9.

11 La Question sociale, II, 4 : nov. 1894, 38.

12 Colins, Socialisme, 6.

13 Bufquin des Essarts, Socialisme, 12.

14 A. de Potter, Phil. de l’avenir, déc. 1887, couv.

15 Progrès et pauvreté (Paris, 1887), XI-XII.

16 Emile Odin, Cri du Travailleur (Lille), 23.2.1890, 1.

17 Science sociale, V, 320-21.

18 Héberlin-Darcy, Esquisse d’une société collectiviste (Paris, 1908), 59.

19 G. de Potron, R. soc. rationnel, 1912, 607.

20 L’Aurore sociale (Paris), 22 déc. 1889, 1.

21 L. de Potter, Dictionnaire rat., 141.

22 A. de Potter, Soc. nouvelle, 1894 : 19, 358.

23 Poulin, Justice, 101.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540