Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

7. La justice éternelle et la sanction ultravitale

Texte intégral

N’attendez un code équitable
Que de la divine raison.
Fourier, « Ode inachevée »

  • 1 « …Nous jurons de n’avoir d’autre culte que celui de la RAISON. » Le Moniteur, 2-3 frimaire, II ( (...)

1Fénelon s’est exclamé un jour : « Ô raison ! raison ! n’es-tu pas le Dieu que je cherche ! » Pour les colinsiens, l’éternelle Raison, impersonnelle par essence, est ce non-Dieu des athées et des esprits « modernes » qui sert à remettre sur pied, dans les ruines des religions anthropomorphiques, l’Ordre du monde, la Providence (sans agent providentiel) et la Justification de la créature (incréée). La Raison avait été la seule déesse des conventionnels, le culte ultime de l’An II, celui de ces jacobins qui juraient n’en avoir plus d’autre, « à jamais1 ». Elle était le moteur du Progrès humain chez Condorcet — en attendant Hegel. « Unique, toujours identique à elle-même, éternelle », la Raison de Colins se rapproche de la Vernunftsglaube de Kant et, plus banalement, de toutes ces « religions de la Science » et « morales rationalistes » qui encombrent le siècle dix-neuf. Même les fouriéristes en convenaient :

La raison de l’homme est Infaillible

  • 2 Et le Dieu de Fourier est un Dieu éminemment anthropomorphe, doté notamment des douze passions fon (...)

2— telle est la maxime initiale de La Solidarité du fouriériste Hippolyte Renaud. (Mais les fouriéristes qui travaillent à une combinatoire passionnelle sont loin des colinsiens qui trouvent le bien dans une raison austère, le mal dans l’ignorance et dans les passions débridées2.) Colins s’est donné un substitut « moderne » de Dieu, un législateur suprême, impersonnel, sans barbe, ni foudre, ni attributs anthropomorphiques. Il se donnait du même coup une Histoire intelligible, régie par un principe actif, tendant vers un but, — tout ce qui, de Condorcet à Marx, était requis pour former un Grand Récit. Il y a chez Colins une historicité, un dévoilement historique de la raison, comme chez Hegel, mais avant le règne de celle-ci, synonyme du règne de la Justice et de la Liberté, le monde devait passer par l’anarchie de « l’examen », détruisant les anciennes croyances sans laisser entrevoir pendant longtemps l’aurore de la vérité incontestable. L’histoire est une rationalisation progressive : cette thèse s’entend diversement sur un siècle, de Condorcet à Max Weber. Avec la fin de l’histoire, s’instaurera un régime politique fondé en raison et en justice, un régime total(itair)ement rationnel, où la dissidence sera folie, régi par une religion rationnelle hors de laquelle il n’y aura point de salut.

3Au milieu de son anarchie et de ses maux sociaux scandaleux, la pensée dix-neuvième-siècle a fini, je l’ai suggéré, par tout recycler, l’Ordre ancien, les Âges de foi, les progrès de la Science, le règne de la Liberté… Ce monde a un sens parce qu’il y a ultimement unité de la raison et de la réalité, de l’essence et de l’existence comme le postule Hegel à la même époque. La Raison n’est autre que la somme de mes, et de nos, raisons démontrables, comme la Justice éternelle n’est autre que l’impératif de ma, et de nos, consciences. Enfin, chez Colins, la raison (et le réel) forment un sorite, c’est-à-dire un enchaînement de syllogismes construit de sorte que la conclusion de l’un soit la majeure du suivant, avec pour seul axiome la démonstration de la réalité de l’existence.

  • 3 A. de Potter, R. soc. rationnel, 1903, 495.

L’ensemble de tous les raisonnements incontestables constitue la raison impersonnelle. Quand on considère celle-ci comme prescrivant la règle des actions, elle prend le nom de souveraineté3.

  • 4 Noël, Athéisme, 77.

4L’éternelle Raison résorbe en soi le libre arbitre : je ne suis totalement (« autarciquement » disent les stoïciens) libre que pour en venir à obéir sans réserve aux lois rationnelles. La Raison contraint ma liberté sans la supprimer : la liberté réelle ne se réalise pleinement que comme une totale soumission. C’est la solution rationaliste à la quadrature du cercle proudhono-anarchiste : « la volonté ne se soumet librement qu’à la Raison ; c’est en cette soumission que consiste la liberté réelle4. »

  • 5 L. de Potter, Dictionnaire, 135.

5La liberté humaine est absolue, mais elle est confrontée à l’impératif absolu de la raison qui englobe la loi morale : ici encore Colins semble réinventer Kant. Si, pour les anarchistes qui ont lu de façon un peu barbare Proudhon, ma liberté c’est le droit de proclamer que deux et deux font cinq quand cela me chante, pour les colinsiens cette liberté-là n’a jamais existé qu’« à Charenton » : « Quand forcé par l’évidence de la démonstration, on dit que deux et deux font quatre, en est-on moins libre ? […] Sous la souveraineté de la force brutale, sous la souveraineté personnelle, les sujets sont esclaves. Sous la souveraineté impersonnelle, sous celle de la raison incontestable, ils seront libres5. »

  • 6 Voir Colins, Souveraineté, I, 25 et Colins à Renan, Phil. de l’avenir, 2 : 1875, 93. « Cette étern (...)
  • 7 R. soc. rationnel, mai 1910, 589.

6Comme règle immanente régissant le cours de l’histoire humaine, la raison prend le nom de Justice éternelle. La Justice éternelle n’est pas un être, c’est ce principe « rationnel » qui annule le scandale du mal. Loin de l’antique Providence, un pas plus loin que le Dieu calculateur de Leibniz, la Justice éternelle n’est qu’une loi consubstantielle à l’ordre moral comme la gravitation est consubstantielle au monde physique. Elle est cette sanction automatique (quoique parfois différée) des actes bons ou mauvais qui efface le scandale dont parlait Joseph de Maistre, le scandale de toute « raison » humaine : celui du bonheur des méchants et du malheur des justes. Mais l’auteur des Soirées de Saint-Pétersbourg avait à la disposition de ses conjectures, le Pape et le Bourreau, l’Expiation et la Réversibilité des sacrifices. Rationaliste athée face au même scandale, Colins propose pourtant une solution analogue, car c’est la seule qui s’impose « rationnellement » : une vie d’expiation et de récompenses dans la série éternelle de l’existence morale en marche vers le socialisme. « Chaque faute emporte sa peine, comme chaque sacrifice attend sa récompense. Aucun agent n’a à intervenir pour appliquer cette justice6. » Voici — rappelons l’inscription tombale — l’« harmonie éternelle entre la liberté des actions et la fatalité des événements », entre les actes libres des individus et leurs inévitables conséquences. Ainsi le mal demeure provisoirement omniprésent, mais le scandale du mal est effacé : « Tout est bien dans l’ordre d’éternité, rien d’INJUSTE ne se produit, parce qu’il y a éternelle justice, harmonie absolue entre les actes des vies passées et leurs conséquences dans celles-ci7. »

7Tout est pour le mieux dans le meilleur — qui est aussi le pire — des mondes possibles : le plus abominable des despotismes n’est pas un mal si un peuple opprimé est un peuple qui expie. Sans doute le sceptique objectera au colinsien : d’où savez-vous tout ceci ? Mais la réponse est « évidente », elle est démonstrative : sous peine de non-existence de tout principe moral, sous peine de ramener la société et l’histoire humaines à la seule règle du Survival of the Fittest, sous peine de la non-existence de la justice, sous peine que l’espérance en une société juste soit une chimère, il faut qu’il n’y ait ni jouissance ni souffrance qui n’aient été méritées.

  • 8 A. de Potter, Propriétés…, 136.
  • 9 Voir Ad. Hugentobler, Phil. de l’avenir, 2 : 1875, 96.

8Du moment que l’homme est libre, il est responsable. Tout mal consciemment commis est une désobéissance à la Raison qui est logiquement punie dans la succession des existences terrestres. Le critère du bien et du mal, c’est ce que ma conscience désigne comme tel. « Toute action est récompensée ou punie dans une vie future selon qu’elle est conforme ou non aux prescriptions de la conscience de chacun8. » La faute morale est un « péché » contre la raison, elle est le refus d’écouter la raison en soi, d’écouter la loi morale en nous — aussi incompréhensible que le « ciel étoilé » — il n’est donc qu’un seul « péché » : « mentir à sa conscience9 ». Colins ne cesse de réinventer Kant (qu’il n’a pas pratiqué, mais qu’il a très bien compris). Avec la « sanction ultravitale », avec l’expiation éternelle, Colins « démontre » la rationalité du dévouement. L’honnête homme n’est finalement pas un imbécile et le criminel heureux et habile n’est pas le seul bon argumentateur d’une Raison désespérante !

  • 10 Cf. L. de Potter, in Etudes sociales, 32.

9Les religions démontraient la rationalité du bien facilement — mais sur des prémisses absurdes. La science matérialiste bavarde sur la rationalité du dévouement, mais elle avoue en sous-main que c’est une blague destinée aux sots et aux peureux, qu’il n’est que deux morales : la morale aristocratique qui trouve sa beauté dans la force et la morale des esclaves qui ratiocine dans le ressentiment. Sans démonstration de la rationalité du dévouement, sans sanction, sans que ma conscience argumentative ne calcule et n’escompte, il n’est de régulation de ma vie qu’absurde… sauf d’obéir à toutes mes impulsions si je puis le faire sans danger. Il est sentimental et illogique à la fois d’imaginer que l’homme fera des sacrifices qui ne seront pas dans son intérêt, quel que soit celui-ci. Une morale désintéressée n’a pas de sens. Une morale sans sanction est une morale pour rire. Il faut prouver aux humains, non plus dogmatiquement mais scientifiquement, que la vertu est le meilleur calcul. La morale de Colins est un utilitarisme métempsychique10. Tant que cet axiome n’aura pas été démontré, l’humanité, oscillant entre despotismes et anarchies, attendra indéfiniment au seuil de la Liberté.

  • 11 Soirées de Saint-Pétersbourg, éd. 1893, I, 107.

10L’objection à la justice divine par le malheur des justes et la prospérité des méchants fait corps avec l’idée chrétienne de Providence. Mais le théocrate Joseph de Maistre, face au « scandale » de la Révolution française, avait cherché à ramener cette idée dans une certaine raison historique en posant qu’« il y a sur la terre un ordre universel et visible pour la punition temporelle des crimes11 ».

  • 12 L. de Potter, Dictionnaire, 131. La théorie de la souffrance comme châtiment nécessaire d’une faut (...)
  • 13 « Chaque monde habité par l’homme est, en quelque manière, un purgatoire. » (A. de Potter, Origine (...)

11Ayant sacrifié le bon sens ordinaire à la Raison, nous pouvons avec Colins effacer le scandale du monde. Nous sommes malheureux mais coupables, et nous ne souffrons plus de l’absurdité du monde et de son injustice, la souffrance n’étant que « la conséquence rationnellement nécessaire des fautes commises contre la raison pendant une vie précédente12 ». Avant que l’Humanité régénérée ne connaisse quelque jour le « paradis socialiste » sur terre, ce monde ici-bas n’est qu’un enfer expiatoire, ou si vous voulez un « purgatoire » perpétuel13. Donc tout est bien.

12Colins admet que la sanction ultravitale, la pluralité des mondes, la métempsycose sont, certes, étranges aux yeux de l’ignorance expiatoire. Ni plus ni moins que l’héliocentrisme de Galilée ne le fut dans les ténèbres du Moyen Âge ! Ces concepts sont étranges, mais hors d’eux, il n’y a que scandale pour la raison.

  • 14 G. Potron, R. soc. rationnel, janv. 1911, 361.

En justice absolue, il ne suffit pas que quelques-uns de [nos] actes soient sanctionnés ; il faut qu’ils le soient tous. Si par conséquent on s’en tient à une sanction dans le monde actuel, cela équivaut à dire qu’il n’y a pas de sanction puisque la plupart de nos actes y échappent ; il faut donc accepter l’idée d’une sanction ultravitale en dehors d’un Dieu personnel. […] Prêcher la fraternité, se vanter de dévouement, dire qu’il peut y avoir société, humanité sans que les hommes sachent ou croient qu’il y a réellement une sanction ultravitale est nécessaire […] à l’existence de la société elle-même14.

  • 15 A. de Potter, Propriété, 95.

13L’homme, maître de raisonner et d’agir bien ou mal, est maître de sa destinée. Son « âme » migre en une succession sans fin ni commencement de peines et de récompenses. Aucune action n’est desintéressée ni ne peut l’être car il y a une rémunération transphysique, le dévouement est un travail non pour un salaire immédiat, mais pour une récompense ultravitale. Soit. Nous sommes bien dans une pensée moderne, celle qui (comme le feront les écoles socialistes de Saint-Simon et Louis Blanc à Jules Guesde en un autre domaine, économique : « À chacun selon ses mérites… » Ou « selon ses besoins ») cherche la formule d’une juste rémunération. La récompense des « âmes » est un salaire. Et c’est un juste salaire, au contraire des fables chrétiennes avec leur punition « éternelle » de fautes vénielles : l’erreur morale est punie ipso facto et proportionnellement. « Ainsi tout travail est payable, vénal, soit dans la vie actuelle, soit dans une vie future. Et il ne peut en être autrement : la gratuité étant absurde15. »

  • 16 Colins, Économie, VI, 507.
  • 17 Poulin, Réalité, 89.

14Dans ce lieu d’expiation et ce futur paradis rationnel qu’est la Terre, Colins le premier affirme avoir trouvé « une sanction religieuse qui puisse résister à l’examen16 », avec une récompense ultra-terrestre démontrée scientifiquement. Absurde aux yeux du transitoire bon sens, ce monde est désormais sans scandale : « de quelques iniquités et persécutions que nous soyions victimes, nous sommes certains de n’avoir jamais que le sort que nous avons mérité17 ».

15Ma conscience rationnelle me donne mandat de lutter contre le mal et de travailler à réduire la souffrance du monde. Ce mandat « socialiste » ne se double pas d’une vaine révolte contre le cours actuel des choses : l’homme de bien ne souffre pas pour le bien qu’il fait, mais en dépit de ce peu de bien. La métempsycose expiatoire, dira-ton, conduirait plus logiquement à la résignation qu’au socialisme ? Pas du tout : ma volonté et la volonté bonne de tous, régies par la raison, en dépit de l’anarchie générale, tendent vers le Règne de la raison qui sera la fin de l’Expiation, mais dont le temps n’est pas encore venu.

  • 18 G. Potron, R soc. rationnel, août 1907, 40.
  • 19 Phil. de l’avenir, 2 : 1875, 91.

16D’expiation en expiation, notre « âme », sinon notre personnalité actuelle, connaîtra ce règne futur où s’aboliront le mal et l’ignorance et que Colins nomme Logocratie. Les colinsiens ont, largement en vain, axé leur propagande sur « la certitude rationnellement démontrée […] que la condition d’existence de chaque individu pendant la vie présente est liée à sa conduite dans une vie antérieure18, que « la destinée de l’homme est de subir dans une succession éternelle de vies les conséquences de ses actes passés19 ».

  • 20 Colins, Sc. sociale, III, 96.
  • 21 A. de Potter, Origine, 96.
  • 22 Sc. sociale, V, 85.

17Mais raisonnons encore. Puisque la Terre n’a pas toujours existé, ni l’humanité sur la Terre, il faut, toujours rationnellement, ajouter un nouveau théorème, affirmer la pluralité des mondes et la réincarnation des « sensibilités éternelles » sur les différentes planètes de l’Univers, les unes, selon votre état d’expiation, plongées dans la théocratie, ou dans la démocratie, les autres déjà socialistes. On se croirait dans les romans d’Ursula LeGuin comme The Left Hand of Darkness. « Les méchants iront dans un monde où règne encore l’ignorance primitive. Les bons : dans un monde où règne la vérité20. » Le lecteur commence à comprendre ce que c’est que la raison des rationalistes. C’est un dispositif qui opère comme ceci : chaque fois qu’on en vient pour soutenir la logique à une thèse aberrante, pour la fonder à son tour, il faut ajouter au système une thèse encore plus extravagante. Il y a donc « nécessité pour la religion scientifique d’admettre la pluralité des mondes habités par l’homme21 ». Ainsi, nous arrivons à savoir en quelle langue (rationnelle) nous communiquerions avec les Sélénites sans avoir à spéculer sur leur contingent aspect physique : il « serait facile de parler avec les habitants de la lune ; si même, ils ressemblaient à des chauves-souris », expose Colins22.

  • 23 Justice, I, 17.
  • 24 Putsage, Études (1888), 158.

18Pour clore la « démonstration » colinsienne sur une ultime difficulté et une ultime argumentation démonstrative, se pose la vieille question de l’anamnèse dans les réincarnations. Les « âmes » se réincarnent dans des humains passés ou futurs, ou dans des êtres extraterrestres, mais « évidemment », elles ne se souviennent pas des vies antérieures. Colins démontre à la fois « la réalité de plusieurs vies ; et l’absurdité, autant que l’inutilité : d’une mémoire liant les différentes vies entre elles23 ». Les vies successives « ne sont point reliées entr’elles [sic] par la mémoire ; inhérente à l’organisme, la mémoire disparaît avec lui24 ». Nous expions, mais, heureusement et inévitablement, nous ignorons pourquoi ces bonheurs et ces souffrances, nous savons seulement qu’ils sont rationnellement déterminés !

  • 25 Boiste, Pierre Ch. Victor. Dictionnaire universel, Paris, 1839.

19Est-il besoin de dire encore que sur ce point la « démonstration » colinsienne, loin d’être marginale dans le siècle dix-neuf, se retrouve partout ? Les doctrines modernisées de l’Expiation vont de pair avec l’invention des Grands Récits historiques et la genèse des espérances militantes modernes. Le romantisme est plein de penseurs de l’expiation, de penseurs laïcs, « scientifiques ». Le romantisme découvre la pensée hindouiste et la religion des druides, mais l’idée ne passe pas tant par une érudition d’histoire religieuse que par une réflexion nouvelle sur le mal social, sur la société comme un « purgatoire » dont on pourra, peut-être, sortir (sauf pour les théocrates sombres comme de Bonald et de Maistre). On lit dans le Dictionnaire universel de Boiste (1839) à l’entrée « Expiation » : « On est tenté de regarder notre globe comme l’enfer ou tout au moins, le purgatoire de quelque planète25… »

  • 26 P. Bénichou, Le Temps des prophètes, (Gallimard, 1977), 87.
  • 27 Ballanche, « Essais de palingénésie sociale », Œuvres, III. On verra aussi le saint-simonien Jean (...)

20Le mystique catholique lyonnais Pierre Simon Ballanche conçoit La Ville des expiations, « faisant de la Déchéance et de la Réhabilitation, sous le nom de doctrine des épreuves, la loi de développement permanente des sociétés26 ». « Dans un certain rapport, le genre humain pourrait être considéré comme le même individu passant par une suite de palingénésies27. » Il fait l’histoire de la rédemption du genre humain par ses propres douleurs. « Nos destinées futures ont ceci de fatal qu’elles sont en quelque sorte la conséquence nécessaire de nos destinées passées », écrit-il. Eh bien ! C’est du Colins !

  • 28 Vie future, 110.
  • 29 P. 121.
  • 30 C. Pecqueur, République, 42.

21Le socialiste Esquiros écrit, parmi de nombreux tracts sociaux, une Vie future, vue sous la forme de réincarnations : « la mort est une simple modification de substance28. » Il démontre que « la doctrine de l’immortalité de l’âme est une doctrine révolutionnaire, une doctrine démocratique29 ». Constantin Pecqueur se préoccupe de l’avenir de La République sociale : il lui convient de démontrer au passage que « la responsabilité,… ne s’effectue point entièrement ni peut-être partiellement en la vie présente ; donc il faut qu’elle se continue ou qu’elle se consomme dans une vie future30 ».

  • 31 vol. II-1846, 76.
  • 32 H. Renaud, Solidarité, 33.
  • 33 Lechevalier, Études sur la science sociale, 37.

22Pierre Leroux fut aussi un doctrinaire socialiste adhérant à la polygénésie, à la réincarnation. Cette thèse complète l’idée de progrès et celle de solidarité des hommes, bases de son grand ouvrage, De l’Humanité (1848). Un disciple de Leroux, G. Champseix, écrit dans sa Revue social : « la mort n’est pas la mort ; c’est un repos et après une nouvelle activité. […] La solidarité des hommes est éternelle : elle est, elle a été, elle sera toujours. D’où il suit que le Ciel est sur la terre et que les hommes renaissent dans l’humanité31. » (Cette démonstration ne m’est pas limpide.) Les fouriéristes aussi sont métempsychiques — parce que le Dieu sociétaire est juste. « Dieu est juste envers tous ; il réserve à chacun, même dans la vie terrestre, une somme équivalente de bonheur », écrit Hippolyte Renaud32. « Ainsi, dans la série d’existences que nous parcourons, nous avons derrière nous un passé et devant nous un avenir. […] Nous faisons un voyage à travers les siècles et à travers les astres, les tourbillons d’astres, etc., etc., alternat éternel de sexe à sexe, de caractère à caractère, de forme à forme, de planète à planète33 », développe Jules Lechevalier dans ses Études sur la science sociale (1834) — car c’est toujours de science et de socialisme qu’il s’agit.

  • 34 Godin, in Le Devoir, 1889, 6.
  • 35 Ph. Muray, Le XIXe siècle à travers les âges (Denoël, 1984), 13.
  • 36 P. 69.

23Ce sont tous les réformateurs, tous les doctrinaires socialistes jusqu’à la fin du siècle qui répètent avec Jean-Baptiste Godin, fondateur du familistère, ces thèses « scientifiques » : « La personne humaine ne meurt pas, la mort n’est qu’une apparence34. » C’est l’Enfermé, Auguste Blanqui qui écrit en prison vers la fin du Second Empire L’Eternité par les Astres, démonstration socialiste et, bien sûr, athée de la migration intergalactique des âmes. Tous les autres théoriciens et chefs socialistes et théoriciennes féministes — adhérant en purs matérialistes qu’ils et elles se voulaient à la théosophie, au spiritisme, à l’« immortalisme » — participent à cette « généalogie occulto-socialiste du XXe siècle », décrite avec perspicacité par Philippe Muray35. Entre socialisme et occultisme on constate « une espèce d’opération de transfert, un déplacement constant et discret des représentations socialistes dans le champ des désirs occultistes36 ».

  • 37 Aug. Hamon, Agonie dune société (Savine, 1888), 206.

24Les théosophes, dont la vogue en France est postérieure à la carrière de Colins, auront de commun avec lui cette thèse que tout acte bon ou mauvais porte en lui ses suites fatales en d’autres vies. Ils sont réincarnationnistes comme ils se prétendent tous socialistes, féministes, écologistes avant la lettre… et, la plupart, antisémites. Le propagandiste d’extrême-gauche Augustin Hamon dans son Agonie d’une société, ouvrage qui est aussi un cas type d’antisémitisme socialiste, accueille avec joie les spirites et théosophes dans le « bon camp » : « Au point de vue purement sociologique, ils sont partisans de la solidarité et préconisent les principes du socialisme37. »

  • 38 Voir L’Humanité intégrale, 1889, 41.

25Les féministes et les pacifistes du dernier tiers du siècle regardent en grand nombre du côté des « sciences psychiques » dont les découvertes complètent leurs convictions militantes. En 1888, la « Société uninationaliste des Femmes de lettres pour l’Education éthique sociale » réclame à la République l’enseignement dans tous les établissements publics français du « spiritualisme scientifique38 ».

26Il faudrait aussi évoquer les nombreux savants établis, Camille Flammarion, le Dr Claude Richet, le criminologue Cesare Lombroso, le philosophe Émile Boutroux parmi bien d’autres, dont la science s’est accommodée d’une adhésion bruyante aux « découvertes » théosophiques et spirites. Ce bref panorama ne cherche qu’à rappeler ce que j’ai indiqué plus haut : combien le colinsisme nage dans le siècle des Grandes Espérances comme un poisson dans l’eau, — combien il n’est aucunement marginal ou n’est marginal que par sa cohérence et par son syncrétisme du passé et de l’avenir qui est la figure cachée de l’épistémè moderniste.

Notes

1 « …Nous jurons de n’avoir d’autre culte que celui de la RAISON. » Le Moniteur, 2-3 frimaire, II ( = 23 novembre 1793).

2 Et le Dieu de Fourier est un Dieu éminemment anthropomorphe, doté notamment des douze passions fondamentales.

3 A. de Potter, R. soc. rationnel, 1903, 495.

4 Noël, Athéisme, 77.

5 L. de Potter, Dictionnaire, 135.

6 Voir Colins, Souveraineté, I, 25 et Colins à Renan, Phil. de l’avenir, 2 : 1875, 93. « Cette éternelle harmonie entre la liberté des actions et la fatalité des événements rendue scientifiquement incontestable, vis-à-vis de la raison, est la démonstration : de la réalité de la religion ; de la réalité de l’ordre moral. » (Colins, Note sur…, 3.)

7 R. soc. rationnel, mai 1910, 589.

8 A. de Potter, Propriétés…, 136.

9 Voir Ad. Hugentobler, Phil. de l’avenir, 2 : 1875, 96.

10 Cf. L. de Potter, in Etudes sociales, 32.

11 Soirées de Saint-Pétersbourg, éd. 1893, I, 107.

12 L. de Potter, Dictionnaire, 131. La théorie de la souffrance comme châtiment nécessaire d’une faute se rencontre chez Leibniz.

13 « Chaque monde habité par l’homme est, en quelque manière, un purgatoire. » (A. de Potter, Origine, 20-22.)

14 G. Potron, R. soc. rationnel, janv. 1911, 361.

15 A. de Potter, Propriété, 95.

16 Colins, Économie, VI, 507.

17 Poulin, Réalité, 89.

18 G. Potron, R soc. rationnel, août 1907, 40.

19 Phil. de l’avenir, 2 : 1875, 91.

20 Colins, Sc. sociale, III, 96.

21 A. de Potter, Origine, 96.

22 Sc. sociale, V, 85.

23 Justice, I, 17.

24 Putsage, Études (1888), 158.

25 Boiste, Pierre Ch. Victor. Dictionnaire universel, Paris, 1839.

26 P. Bénichou, Le Temps des prophètes, (Gallimard, 1977), 87.

27 Ballanche, « Essais de palingénésie sociale », Œuvres, III. On verra aussi le saint-simonien Jean Reynaud dans Terre et Ciel.

28 Vie future, 110.

29 P. 121.

30 C. Pecqueur, République, 42.

31 vol. II-1846, 76.

32 H. Renaud, Solidarité, 33.

33 Lechevalier, Études sur la science sociale, 37.

34 Godin, in Le Devoir, 1889, 6.

35 Ph. Muray, Le XIXe siècle à travers les âges (Denoël, 1984), 13.

36 P. 69.

37 Aug. Hamon, Agonie dune société (Savine, 1888), 206.

38 Voir L’Humanité intégrale, 1889, 41.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540