Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

3. Galilée et moi

Volltext

  • 1 Nous avons un autre portrait moral de Colins, plus flatteur que celui qu’on rencontre ordinairemen (...)
  • 2 Repris in extenso dans la Question sociale, 1912.

1De Colins, on ne connaît qu’un seul portrait, publié en hors-texte du numéro de mars 1904 de la Revue du socialisme rationnel Il représente un homme âgé, couvert d’un bonnet grec, enveloppe dans une houppelande, à la longue barbe grise, au nez aquilin et au regard sévère. Aucun de ses disciples n’a vanté son charme ou son aménité : Colins était d’un tempérament grincheux, emporté, autoritaire, messianique. Tous les traits du « mattoïde » cher à Lombroso1. Ses livres reflètent ce tempérament : ce sont des livres-monstres, des accumulations de notes et de développements désordonnés, entrecoupés de dialogues imaginaires (deux aveugles parlant des couleurs, ou deux académiciens discourant sur la science, etc.2). On pourrait les lire dans n’importe quel ordre car la composition n’apparaît pas bien — ou bien des centaines de pages forment le commentaire acide et polémique d’un seul texte, une profusion de citations d’un contemporain, aigrement commentées.

  • 3 Préf. à Colins, Question, I, 3. C’est aussi ce trait que le lecteur ordinaire relève le plus souve (...)

2L’étendue des ouvrages de Colins commence à s’expliquer : il a déversé dans ses propres livres tous les livres de ses contemporains, de Bonald à Proudhon, de Jean-Baptiste Say à Sismondi, des Idéologues à Victor Cousin… Il a relevé chez tous ces penseurs des inconséquences, des absurdités, il a systématiquement démontré que les pensées de tous les esprits de son époque étaient contradictoires, aporétiques, absurdes, non pas de son point de vue à lui Colins, mais intrinsèquement, littéralement et en elles-mêmes. Son œuvre forme ainsi une glose déconstructrice en marge de tous les écrits de son temps. De cette critique tous azimuts découle l’exposé d’une doctrine d’une Gründlichkeit pesante. Le préfacier de La Question sociale en avertit loyalement le lecteur : « Son œuvre est touffue et la méthode qu’il a adoptée : prendre un auteur, en faire des extraits entrecoupés de réflexions critiques, n’est pas la meilleure du point de vue pédagogique3. » Colins est indigeste. On peut se demander ce que valent les pensées digestes. Auguste Comte par exemple est moins indigeste que lui mais, d’une page à l’autre, il est l’auteur le plus ennuyeux du dix-neuvième siècle : sa phrase grise, pondérée et solennelle, soucieuse de dignité, provoque rapidement l’endormissement. Ce n’est pas le cas de Colins : son commentaire de textes est allègre, il est parfois vigoureux. On comprend page après page ce qu’il dit (en dépit d’une ponctuation suigeneris à laquelle il faut se faire). Le véritable problème qui tarabuste le lecteur, c’est : que présuppose-t-il et à quoi veut-il en venir ? Très vite on se rend compte que le texte est clair mais que quelque chose vous échappe. Ce quelque chose ne tient pas à la phraséologie (le glossaire colinsien ne comporte qu’une douzaine d’expressions récurrentes), ni au style mais, si vous voulez, à une épistémologie, à une manière singulière de penser le monde.

  • 4 Rens, 1979, 17.
  • 5 Justice, I, 602.
  • 6 Souveraineté, I, 24.

3« Jamais homme ne fut plus sûr que Colins d’avoir non seulement trouvé mais encore démontré la vérité, l’absolu4 », mais jamais homme aussi ne fut plus certain que lui de ne pouvoir être compris de son vivant. Se voyant comme l’individu génial auquel était révélé le secret de l’humanité et celui de l’histoire, Colins s’est forgé une doctrine où il était non seulement probable mais indispensable que sa pensée ne puisse être comprise. Je m’arrête à ce point essentiel : la doctrine de Colins démontre, entre autres choses, qu’une pensée « scientifique » est, dans la conjoncture d’anarchie morale et intellectuelle du siècle, nécessairement reçue comme extravagante. L’ingratitude des contemporains faisait ainsi partie de la démonstration et Colins note avec une satisfaction réelle : « Pas un journal n’a dit un mot des neuf derniers volumes que j’ai publiés5. » Ce n’est pas que Colins se crût difficile ou obscur, au contraire : « Tout ce que je viens d’énoncer, écrit-il après un long développement démonstratif, est clair comme eau de roche… Et, cependant, cela ne servira à rien : avant que l’anarchie soit parvenue à rendre la vérité nécessaire6. » Dans la pensée de Colins, la rationalité scientifique est une chose future. À l’égal du bonheur selon Saint-Just, elle est une idée neuve en Europe, une idée émergente, a priori suspecte, inintelligible, quelque chose à quoi les humains ne se résoudront que lorsque l’alternative leur apparaîtra dans sa radicalité : l’acceptation de la vérité scientifique ou la mort sociale.

  • 7 Justice, I, 41.
  • 8 Souveraineté, I, 79.

4Colins sait donc qu’il parle dans le désert, « la génération actuelle étant absolument incapable de nous comprendre, sauf des exceptions aussi absolument impuissantes7 ». N’avoir aucun lecteur était pour Colins la preuve mise sur la somme : s’il en avait eu, c’est qu’il se serait totalement trompé quelque part. Il ne devait être lu qu’après. Avoir un public ? « Cette dernière condition sera seulement possible lorsque l’anarchie l’aura rendue nécessaire. Je donnerai [ma démonstration] avant, mais elle ne sera lue qu’après8. » Le pessimisme de Colins s’explique par le fait qu’il se voit le précurseur non d’une théorie nouvelle seulement, mais d’une épistémologie non encore née. Analogue à un Chomsky, voyageur temporel, exposant, bien en vain, la grammaire générative à Condillac ou à un Derrida cherchant à enseigner, tout aussi vainement, la déconstruction à Victor Cousin, Colins sait qu’il n’y parviendra pas, que pour convaincre, il faudrait faire échapper ses interlocuteurs à la pesanteur de la pensée de leur temps — idée folle, et Colins n’était pas fou.

  • 9 Lettre de Colins de 1854. Nous avons respecté partout la ponctuation bizarre et les variations de (...)

Vous me demandez, Monsieur, pourquoi je ne publie point ce que je considère comme panacée universelle ? Le voici : vouloir être écouté pendant la tempête me paraît aussi insensé : que de vouloir prêcher la logique à Charenton9.

5Revoici Charenton ! Dans un monde d’entre-deux, dans un interrègne obscur où Dieu est mort et où la Raison n’est pas encore née, où prédomine le « paupérisme moral », doublet du paupérisme matériel, une pensée rationnelle ne saurait être comprise par ceci seul qu’elle est rationnelle et que le monde ne l’est pas :

  • 10 Lettre de Colins, cit. in Philosophie de l’avenir, déc. 1898, 243-244.

Personne ou un nombre qui mérite à peine d’être mentionné, n’aura ni la volonté, ni la capacité de suivre la chaîne de mes raisonnements : pour savoir si la conclusion est réellement ou illusoirement incontestable. […] Mais pour comble de concession, supposons cette minorité convaincue et unie ; elle sera bafouée, honnie, vilipendée ; non seulement par les maîtres, mais encore par les esclaves qu’elle aura voulu affranchir10.

  • 11 Colins, Socialisme, 4.
  • 12 Colins, Sc. sociale, V, 312.

6On voit que Colins était peu encourageant pour ses disciples à qui il ne promettait guère de succès. Mais au fond, l’idée que la recherche de la vérité entraîne solitude et mépris est une grande idée moderne, une idée qui fait partie, sous de multiples avatars, de Kant à Nietzsche, d’un positionnement cognitif propre à la modernité philosophique. Pour faire comprendre que toute pensée en avance sur son temps offense, Colins usait d’une analogie : Galilée et moi. Car, dans l’âge théocratique, la proposition que la terre tourne autour du soleil était bien singulière, inintelligible — démontrée sans doute, mais ultérieurement seulement devenue acceptable11. Devenue acceptable, tout est là : la vérité est éternelle, mais l’assentiment à la vérité est une variable historique. « La proposition : que la terre tourne autour du soleil ; et, non le soleil autour de la terre, était aussi une bien singulière proposition. Galilée a prouvé la sienne. Je vais prouver la mienne12. » Colins dira ailleurs que la théocratie a bien fait de condamner Galilée en son temps comme Georges Sorel démontrera dans son premier ouvrage que l’aréopage athénien a bien fait de condamner Socrate — les deux grandes figures du Savant et du Sage. Toute autre conclusion serait anachronique. Galilée du XIXe siècle, jugé par la démocratie et non plus par la théocratie, mais tout autant qu’un Galilée épistémologiquement révolutionnaire, c’est-à-dire im-pertinent, Colins n’attendait pas un meilleur sort :

  • 13 Cit. Phil. de l’avenir, 1 : 1875, 2.

La révolution faite par Galilée dans les sciences physiques, ne peut donner qu’une faible idée de la révolution que nous allons tenter au sein des philosophies actuelles13.

  • 14 Souveraineté, I, 30.

Galilée a vécu dans les fers ; j’ai subi le cabanon ; et tous les jours encore, je puis tomber : sous les balles d’un esclave14.

  • 15 Colins, Qu’est-ce que…, II, 343.

7Galilée et moi ? Est-ce d’un mégalomane ? Mais Charles Fourier pensait et écrivait : Newton et moi, ayant découvert la loi de l’attraction passionnelle comme Newton, celle de l’attraction physique. En avance sur une rationalité future dont il n’entrevoyait d’ailleurs pas l’émergence très prochaine, Colins s’est résigné, comme le Voyageur temporel que j’ai dit, à vivre sans amis ni élèves, « pour ainsi dire seul savant au sein d’un Charenton social15 ». Son destin était d’être entouré de fous qui, comme ceux qu’il avait côtoyés dans leur abjecte misère à l’asile de Charenton, se considéraient parfaitement normaux, tenaient le haut du pavé et, égarés dans le dédale d’opinions contradictoires de « l’incompressibilité de l’examen », étaient adaptés à leur façon à une époque elle-même désaxée.

  • 16 Ibid, II, 343. — Le sentiment de vivre parmi des fous : sujet important de l’histoire des mentalit (...)

Des Charentons, écrit encore Colins, il y en a des milliards. En époque d’ignorance sociale, il y en a au moins un chez chaque individu16.

  • 17 Nécrologie, Tribune des linguistes, déc. 1859.

8À la mort de Colins, quelques contemporains ont glissé ici et là une notice nécrologique qui lui attribuait, de confiance, ce statut de génie incompris qu’il avait logiquement revendiqué comme la seule position que puisse occuper la pensée véridique. « La France a perdu en lui un de ces hommes de génie méconnus que la postérité venge tôt ou tard du dédain ou de l’ingratitude de leurs contemporains », écrira la Tribune des linguistes17.

  • 18 A. de Potter, Propriété, 140.
  • 19 A. de Potter, Instruction, 6.
  • 20 J. Broca, Question, 4.

9Les disciples de Colins, à leur tour, ne se firent aucune illusion. Au contraire de cette chose en constante expansion que nous connaissons sous le nom de « socialisme » — des sectes de 1830 au mouvement ouvrier mondial du début de ce siècle — le « socialisme rationnel » a mesuré sa justesse et sa vérité à son peu de succès. Il a été comblé. « Il faut écrire dans le but de se faire lire par les rares exceptions qui ressentent déjà le besoin de vérité », précise Agathon de Potter18. « Aussi n’est-ce pas pour la génération présente, considérée dans son ensemble, que nous écrivons », ajoute-t-il — et pourtant il appartient à la deuxième génération de colinsiens19. Le colinsisme ne pouvait décidément être compris que de « quelques individus dont la mission paraît être d’arrêter la société dans sa fuite précipitée vers l’anarchie20 ».

  • 21 J. Noël, Soc. nouvelle, juillet 1907, 16-17 et Hugentobler, Socialisme, 6.

10Fourier, avec son triple mépris des philosophes, des économistes et des moralistes savait aussi être lui seul dans le vrai et en avait convaincu de son vivant Just Muiron, Victor Considerant et ses autres mais rares admirateurs. Pour les colinsiens, il en allait de même : seul socialiste « scientifique » dans un monde de théories contradictoires et chimériques, Colins prononce la dévaluation de toute autre pensée que la sienne. Il est « celui qui, seul, depuis tant de siècles de vaines spéculations pseudo-métaphysiques, osa s’affirmer comme le Messie attendu, comme le Révélateur de la vérité. Cet homme dont nous dirons le nom, inconnu des autres hommes, fut Colins », prononce solennellement Jules Noël, et Adolphe Hugentobler présente son maître et obligé comme « l’homme illustre auquel est due la découverte de la vérité religieuse, ainsi que la connaissance des moyens rationnels qui seuls peuvent anéantir le double paupérisme moral et matériel21 ». Les années passèrent, la conviction des colinsiens ne faiblit pas. Octave Berger se hasarda à fixer une date au jour où la Logocratie éclairerait le monde :

  • 22 Phil. de l’avenir, vol. 1896, 227.

Il y aura donc bientôt soixante ans qu’Hippolyte Colins, par un effort colossal de l’un des plus puissants penseurs qui aient paru sur notre terre, apercevait, dans un magnifique éclair de génie, la Vérité philosophique et sociale qui sauvera le monde avant la fin du siècle prochain22.

  • 23 J. Putsage, Études (1888), 36.

11Moins rationnellement résignés que leur maître, certains disciples s’affligeaient du fait que Colins n’eut rencontré de son vivant que le dédain, le sarcasme, la persécution. « Il demanda la discussion, il demanda de ces hommes [à qui il envoya certains de ses livres] quelques heures de leur existence en échange de siècles de paix et de bonheur ! Qu’ont-ils répondu ? Rien !23 » Une telle indignation n’est pas très raisonnable : la vérité a le temps pour elle parce qu’elle est éternelle, et l’erreur, si durable qu’elle paraisse, est transitoire. Il y a, disait Joseph de Maistre, mille façons de se tromper et une seule, nécessairement, d’être dans le vrai. L’erreur, le sophisme ne peuvent fonder un ordre social durable. Au bout du compte, recrus d’anarchie et fatigués d’un vain libre examen, les humains seront un jour acculés à recevoir la démonstration scientifique de Colins. « Socialisme ou barbarie », posera Engels, alternative reprise ensuite par Karl Kautsky. Socialisme rationnel ou mort sociale, répétera tout aussi sobrement et sombrement Colins.

  • 24 J. Putsage, Nécessité, 10.

Heureusement, il est faux de dire que la vérité ne peut jamais être découverte ; elle est connue, dès maintenant, d’un petit nombre d’hommes, il est vrai, mais elle s’imposera à tous, non seulement par son incontestabilité, mais parce qu’elle seule est capable de servir de fondement à la société future24.

Anmerkungen

1 Nous avons un autre portrait moral de Colins, plus flatteur que celui qu’on rencontre ordinairement, celui d’André Erdan (pseudonyme d’Alexandre André Jacob), l’auteur d’un ouvrage précieux, La France mistique (Paris : Coulon-Pineau, 1855), qui a rencontré Colins dans « l’hiver de 1850 ou de 1851 » : « Ses yeux pétillaient d’intelligence et de vivacité. Quoique sexagénaire, il semblait avoir en son corps vivace du fluide nerveux de vingt ans. » vol. II, 671.

2 Repris in extenso dans la Question sociale, 1912.

3 Préf. à Colins, Question, I, 3. C’est aussi ce trait que le lecteur ordinaire relève le plus souvent : « La lecture de ces ouvrages est passablement indigeste. L’auteur affecte de citer des passages de divers auteurs et de les faire suivre de quelques réflexions. » (L. Bertrand, « Le socialisme colinsien », Histoire de la démocratie et du socialisme en Belgique depuis 1830. Bruxelles : Dechenne, 1906, II, 94.)

4 Rens, 1979, 17.

5 Justice, I, 602.

6 Souveraineté, I, 24.

7 Justice, I, 41.

8 Souveraineté, I, 79.

9 Lettre de Colins de 1854. Nous avons respecté partout la ponctuation bizarre et les variations de caractères des textes originaux. Sauf mention expresse, tous les soulignés des citations sont dans le texte.

10 Lettre de Colins, cit. in Philosophie de l’avenir, déc. 1898, 243-244.

11 Colins, Socialisme, 4.

12 Colins, Sc. sociale, V, 312.

13 Cit. Phil. de l’avenir, 1 : 1875, 2.

14 Souveraineté, I, 30.

15 Colins, Qu’est-ce que…, II, 343.

16 Ibid, II, 343. — Le sentiment de vivre parmi des fous : sujet important de l’histoire des mentalités modernes ! Toute l’œuvre des grands psychiatres du siècle passé comporte des pages qui exposent ce sentiment d’être entouré de mattoïdes, bien au-delà des asiles dont ils avaient la garde. Cesare Lombroso à Turin, fondateur de la criminologie et Max Nordau à Berlin, étiologiste de la dégénérescence, Entartung, seraient à relire de ce point de vue. Lisez Nordau, Dégénérescence, II, 523, ce sont ses conclusions : « Notre longue et douloureuse migration à travers l’hôpital dans lequel nous avons reconnu sinon toute l’humanité civilisée du moins la couche supérieure des populations des grandes villes, est terminée… »

17 Nécrologie, Tribune des linguistes, déc. 1859.

18 A. de Potter, Propriété, 140.

19 A. de Potter, Instruction, 6.

20 J. Broca, Question, 4.

21 J. Noël, Soc. nouvelle, juillet 1907, 16-17 et Hugentobler, Socialisme, 6.

22 Phil. de l’avenir, vol. 1896, 227.

23 J. Putsage, Études (1888), 36.

24 J. Putsage, Nécessité, 10.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14711/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 534k

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540