Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colins et le socialisme rationnel

 | 
Marc Angenot

2. De Bruxelles à Cuba, de Cuba à Montrouge

Texte intégral

  • 1 On trouve une biographie de Colins dans La Philosophie de l’avenir, vol. 1880-82, 170 et suiv. Une (...)

1Colins était le fils de Jean-Guillaume, baron de Colins de Ham, dit le chevalier de Ham, lieutenant-colonel et chambellan de l’Empereur d’Autriche (Bruxelles, 1729-Munster, 1799)1.

2Jean-Guillaume César-Alexandre Hippolyte de Colins naquit à Bruxelles en 1783. À l’âge de sept ans, il fut placé par le chevalier son père auprès d’un ancien jésuite, vicaire à Dison (près de Verviers) qui l’éleva. Engagé volontaire en l’an XII, Colins devint chef d’escadron de cavalerie, puis colonel des hussards ; il fut aide de camp du général Exelmans en 1815. Entre 1810 et 1813, Colins, pris d’une soif de savoir qui allait devenir inextinguible, s’inscrit aux cours d’hippiatrie à l’École vétérinaire d’Alfort, il y obtient aussi un brevet d’agriculteur [d’agronome] et il suit encore les cours de l’École de médecine de Paris.

  • 2 « Mémoire », 105.
  • 3 Voir Rens, 1971, 125 et suiv.

3En 1812, sans doute mandaté par Royer-Collard, ministre de l’Intérieur, Colins inspecte l’asile de Charenton et produit un Mémoire indigné : « l’Établissement est mauvais sous le rapport de la guérison, de l’humanité, des mœurs et des lois2 ». Malpropreté, air infect, infirmiers ignares, absence de soins médicaux, comptabilité douteuse, cas de séquestrations ourdies par les familles, violences et punitions dégradantes, tout y passe. Mais ce qui indigne par-dessus tout Colins, c’est que le gouvernement de l’asile semble passé aux mains des fous : le directeur de l’établissement, un nabot difforme, amateur de poésie, s’est laissé embobiner par un pensionnaire de marque, vieil aristocrate hydropique et infâme auteur d’un livre trop fameux. Vous avez reconnu l’auteur de Justine. Donatien Alphonse François marquis de Sade a pris de l’ascendant dans la maison : il fait jouer ses pièces, organise des spectacles, monte des opéras où viennent les Parisiens curieux et il organise un bal des aliénés chaque jeudi3. Je m’attarde à cette rencontre inattendue de Colins, fort peu surréaliste de tempérament, et du divin marquis parce que l’épisode de Charenton aura une influence sur sa vision du monde. Colins se posera un jour cette simple question : et si Charenton c’était dehors ? Cette illumination peut vous mener loin, mais n’anticipons pas.

4Colins commande une charge célèbre à Waterloo. En 1816, il se retrouve en Belgique, mais pas pour longtemps. En 1818, il est à Philadelphie où il est élu membre de l’Académie des sciences naturelles. Il y retrouve Joseph Bonaparte et échafaude avec lui des plans pour faire évader Napoléon de Sainte-Hélène en ballon. A la fin de 1818, Colins est à Cuba, il a acquis une plantation de café du côté de Matânzas. Il fait rapidement fortune. Devenu un riche latifundiaire, il épouse en 1820 une dame de la bonne société créole, Marie-Louise de Saint-Georges qui lui donne deux enfants, une fille et un garçon, Carlos Colins y San Jorge qui sera un des compagnons de Marti. En 1825, il est reçu docteur en médecine à La Havane, il est élu à l’Académie des sciences de Cuba et nommé « fiscal » (procureur) du tribunal médical de la colonie. Il rencontre à La Havane le penseur spiritualiste et homme politique espagnol Ramón de la Sagra, alors directeur du Jardin botanique, qui deviendra son premier disciple.

  • 4 Voir Rens, 1968, 80.

5Mais nous dit-on, en 1830, un bateau dans le port de La Havane, battant pavillon tricolore, lui révèle que sa destinée n’est pas dans les îles : abandonnant sur-le-champ femme, enfants et toute sa fortune, Colins repart pour la France. Ivo Rens dans son Introduction au socialisme rationnel de Colins, se perd en conjectures sur les motifs profonds de cet abandon de famille et de cette réorientation radicale de la vie. Colins se retrouve en tout cas à Paris en 1831, puis il se rend clandestinement à Vienne et prend contact avec le duc de Reichstadt pour préparer son avènement comme Napoléon II4. Il est plus ou moins poliment invité à quitter l’Autriche. Il prend la nationalité française en 1831, obtient sa retraite de demi-solde de l’Empire, retrouve une fille naturelle, Marie Caroline, née en 1817, qui l’entourera de son affection et partagera sa vie gênée et bientôt misérable. Colins s’installe à Paris et se met à fréquenter les cours des facultés, du Museum et du Collège de France.

6Colins incarne un nouveau personnage : le vieil étudiant de cinquante ans. Tous les philosophes, les savants, les économistes d’alors le voient assidu à leurs cours. Vers 1835, — il n’a pas laissé le récit de son illumination — Colins aboutit, à ce régime, à la découverte de la Vérité absolue. Il commence avec son premier livre, Du pacte social, à cinquante-deux ans, une œuvre immense qu’il laissera oh combien ! inachevée à sa mort survenue à soixante-seize ans.

  • 5 De Potter, Résumé, 3. Voir de Potter, Réalité, 11.

7Colins expose ses théories à de rares disciples, — rares mais pas obscurs pourtant. Le plus en vue de ces disciples est Louis de Potter (1786-1859), homme d’Etat et essayiste belge, membre du gouvernement provisoire de 1830, exilé volontaire à Paris pour avoir voulu établir une république belge et n’avoir pu accepter l’établissement de la monarchie de Saxe-Cobourg. Issu d’une famille bourgeoise opulente, formé dans sa jeunesse à la philosophie kantienne, historien du christianisme réputé, de Potter est, dans ces années 1830, un homme presque célèbre à la fois comme historien du christianisme et comme essayiste politique. La conversion au « socialisme rationnel » de Louis de Potter ne s’opère pas sans peine, mais, après des années de vaine résistance, en 1846, Louis de Potter s’avoue convaincu. « Pendant plus de dix ans, écrira-t-il, j’ai lutté contre la doctrine nouvelle dont je me fais aujourd’hui le propagateur. […] Je n’ai cédé finalement que lorsque la contrainte morale est devenue irrésistible5. » Pour expier son long scepticisme, il recopiera à la main les dix-neuf volumes de la Science sociale.

8Louis de Potter va se faire le Engels de ce Marx biscornu qu’est Colins. Colins rompra toutefois avec son disciple en 1848 : emprisonné alors et ayant réclamé un secours d’argent qui n’était pas venu, Colins accusera son opulent disciple de pingrerie. Cependant, si les relations personnelles s’interrompirent sur cette dispute, de Potter ne changea aucunement son adhésion à la Science sociale et sut même faire de son fils, le médecin Agathon de Potter, le principal continuateur et propagateur, jusqu’au début du présent siècle, du socialisme rationnel (la famille disposait d’une grande fortune, je l’ai dit, et les contingences de la vie ne comptaient pas pour elle).

  • 6 Qu’est-ce que…, III, 30. Voir Souveraineté, I, 168.
  • 7 « Lettre » datée de 1850, cit. R. soc. rationnel, mars 1912.
  • 8 Cité par Bowman, Le Christ des barricades, 212.
  • 9 La Fausse Industrie, I, 352.

9Colins est en effet emprisonné après les journées de juin 1848. Dans quelques articles, il a donné son appui aux insurgés. Il est mis deux mois au secret et relâché sans jugement vers mars 1849 seulement : « j’ai soixante-sept ans, écrit-il, je sors d’un cabanon où j’ai longtemps souffert pour la justice…6 » Vers 1850, Colins vit dans la pauvreté à Ivry, puis dans le quartier des Champs-Élysées, puis enfin à Montrouge, écrivant toujours des milliers de pages. « Je suis prolétaire, proclame-t-il ; sans ma demi-solde, je mourrais de faim7. » Colins incarne ainsi une figure romantique typique : le génie méconnu, l’homme qui devance son siècle, vox clamans in deserto. D’autres réformateurs romantiques l’ont écrit aussi en parlant d’eux-mêmes. Esquiros, dans son commentaire sur le « Christus insanit » écrit, et c’est à lui qu’il pense : « Tout prophète en avance sur son temps est traité de fou8. » Charles Fourier vitupérait ses contemporains occupés à « établir le crétinisme intellectuel sous le nom de PROGRÈS » et incapables de comprendre la science véridique qu’il avait révélée9.

10Colins n’a guère eu d’amis haut placés dans le Paris des années 1840-1850 si ce n’est le journaliste célèbre, fondateur de La Presse, Emile de Girardin, admirateur sincère du vieux philomathe, mais sceptique face à la doctrine. Louis de Potter ne voit plus son vieux maître ; les relations de celui-ci avec Ramón de la Sagra deviennent difficiles et c’est la rupture en 1852 : le vieil Espagnol renie le socialisme rationnel et retourne à la foi catholique de ses ancêtres. Quelques disciples viennent à Colins — ils sont obscurs et désargentés. Mais tout à la fin de sa vie, Colins se trouve enfin un mécène, le riche industriel suisse Adolphe Hugentobler. Sorti de la lecture de Colins bouleversé et persuadé aussitôt et sans réserve par la démonstration du socialisme rationnel, Hugentobler rend visite au solitaire de Montrouge et lui propose de financer la publication de la Science sociale. Quelques volumes paraissent et tout eût été parfait si de mauvaises nouvelles venues du Rio Grande do Sul n’avaient forcé Hugentobler à s’embarquer en 1858 pour le Brésil où il découvrit qu’il était ruiné.

11Colins meurt à Montrouge le II ou le 12 novembre 1859. Ses disciples vont veiller à publier son œuvre et à diffuser cette science sociale qu’il a « découverte ». Il y aura une école colinsienne à Paris et en Belgique, active jusqu’en 1914, des disciples et propagandistes résolus, publiant beaucoup, au premier rang desquels, avec un talent de polémistes indubitable, Louis de Potter et son fils Agathon. Alors qu’il n’y a plus en Europe de saint-simoniens, d’icariens ou de buchéziens dans le dernier tiers du siècle, il se constitue au contraire entre 1870 et 1914 une école logocratique ; elle va produire une vaste bibliothèque de livres, brochures et revues : j’en parlerai au chapitre 19.

  • 10 Voir mon petit livre, Jules Guesde, ou la Fabrication du marxisme orthodoxe, Montréal : ciadest, 1 (...)

12Bien que certaines « idées » de Colins se mêlent au socialisme générique, le socialisme rationnel se développera comme une secte laïque, renfermée sur l’exclusive possession de la vérité. Il y en eut d’autres, actives jusqu’à la Grande Guerre : l’« École sociétaire » d’Hippolyte Destrem et d’Adolphe Alhaiza où se perpétuait la foi dans le système de Fourier, l’« Apostolat positiviste » des disciples orthodoxes du vieux Comte et zélateurs de sa Religion de l’humanité, les admirateurs du « Familistère » de Godin, les sectateurs de la « Religion fusionienne » de Louis de Tourreil, de la « Religion laïque universelle » de Charles Fauvéty, et à bien des égards, les théosophes français et belges, inspirés par Annie Besant. On signalerait d’autres groupements encore de salut historique et d’explication totale, du côté de l’anarchisme, du pacifisme, de l’espérantisme… Il n’est pas certain que le « marxisme orthodoxe » inventé par Jules Guesde et promu dans le mouvement ouvrier par les Compère-Morel et les Charles Rappoport au tournant de ce siècle ne présente pas lui aussi tous les caractères d’une gnose et d’un sotérianisme modernes10.

13L’étude de Colins et des colinsiens me permettra de poser la question des marges du discours social au siècle passé et du rôle des systèmes totaux.

Notes

1 On trouve une biographie de Colins dans La Philosophie de l’avenir, vol. 1880-82, 170 et suiv. Une biographie détaillée forme le chapitre I de l’ouvrage d’Ivo Rens, 1968 ; elle tire parti des notes biographiques figurant dans Noël, Colins, Parent, Le Socialisme de Colins (1922) et dans De Potter, Résumé de l’économie sociale, mais aussi d’un vaste travail de recherche en archives.

2 « Mémoire », 105.

3 Voir Rens, 1971, 125 et suiv.

4 Voir Rens, 1968, 80.

5 De Potter, Résumé, 3. Voir de Potter, Réalité, 11.

6 Qu’est-ce que…, III, 30. Voir Souveraineté, I, 168.

7 « Lettre » datée de 1850, cit. R. soc. rationnel, mars 1912.

8 Cité par Bowman, Le Christ des barricades, 212.

9 La Fausse Industrie, I, 352.

10 Voir mon petit livre, Jules Guesde, ou la Fabrication du marxisme orthodoxe, Montréal : ciadest, 1997.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540