Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’année politique au Québec

 | 
Robert Boily

III. Les données statistiques. Le profil du Québec

Profil du Québec

Robert Boily et Pierre Serré

Texte intégral

1Dans ce type de publication, les paramètres de conception doivent demeurer sensiblement les mêmes afin d’assurer une cohérence nécessaire d’une édition à une autre. Les auteurs doivent forcément répéter certaines considérations d’ordre méthodologique à l’attention du lecteur qui prend pour la première fois connaissance de ces données ou qui n’a pas nécessairement sous la main l’édition précédente qu’il a déjà consultée. Nous sommes conscients que pour les autres lecteurs ces répétitions peuvent avoir un caractère fastidieux. Pour atténuer quelque peu cet inconvénient, nous avons rassemblé ces commentaires dans deux sections de cette introduction au présent chapitre.

2Dans une première section, nous traiterons des aspects davantage méthodologiques, réservant pour une deuxième section la tâche de présenter les changements apportés cette année au contenu du présent chapitre par rapport à celui des éditions précédentes. Le lecteur familier avec notre manière de procéder pourra ainsi, s’il le désire, aller directement à la deuxième section.

Remarques d'ordre méthodologique

3Dès la première édition de L’Année politique au Québec, parue en 1989 et consacrée à l’année politique 1987-1988, notre objectif était de rassembler des données qui pouvaient être traitées de manière statistique ou graphique et permettaient de dégager les traits essentiels qui caractérisent le Québec d’aujourd’hui. Le lecteur peut, au gré de ses intérêts, utiliser ces données de diverses manières, bien qu’elles soient présentées à l’intérieur d’un plan prédéfini. En effet, si, dans le cadre du plan établi, chaque tableau, chaque graphique constitue en quelque sorte le grossissement d’un trait particulier de l’une ou l’autre composante structurelle du système politique québécois, la mise en relation, par le lecteur, de plusieurs de ces traits en fonction de ses interrogations, lui permet de se faire une idée personnelle sur l’aspect de la société québécoise qui le préoccupe particulièrement. Ainsi la mise en relation du taux de natalité, du taux de vieillissement, du bilan migratoire et de la situation des transferts linguistiques permet de mieux comprendre les défis que le Québec doit relever, qui tiennent aux particularités du développement de sa population. Par ailleurs, la mise en relation de l’ensemble des données du chapitre permet de brosser un portrait global du Québec. Considérées de cette manière, les données de ce chapitre fournissent donc au lecteur des matériaux objectifs propres à alimenter sa propre réflexion.

4Ces diverses données ont une autre fonction. Elles servent à compléter, à illustrer, à permettre de contrôler les analyses proposées dans ce livre. L’élément analytique de ces données repose dans leur composition, leur traitement, leur juxtaposition et leurs relations avec les analyses proposées. Pour cette raison, elles ne sont pas accompagnées de commentaires particuliers. Notre objectif premier est de laisser au lecteur le maximum d’autonomie dans son appréhension du Québec dans lequel il vit ou qu’il choisit d’observer de l’extérieur.

5Contrairement à ce qui fut le cas dans les éditions antérieures, l’ensemble des données sera ici présenté dans trois sections :

  1. les données socio-démographiques ;
  2. les structures sociales ;
  3. la vie politique.

6Source d’informations, ce chapitre se veut constituer un outil de recherche mis à la disposition des divers types de lecteurs. À cette fin, nous avons opté pour une table des matières détaillée à l’intérieur du plan qui structure ce chapitre. Nous avons ainsi pris soin, pour chaque année, d’indiquer au bas des tableaux la page à laquelle le lecteur peut trouver le tableau correspondant dans l’édition précédente. Cela permet de retracer les sources qui ont permis de construire ces séries chronologiques, car à chacune des éditions nouvelles nous n’avons indiqué que les sources de la mise à jour.

7Il importe de rappeler ici que les quatre premières éditions de L’Année politique au Québec, qui couvrent les périodes de 1987 à 1991, ont été publiées par Québec-Amérique avec la collaboration du journal Le Devoir. L’année 1992 a été publiée par le Département de science politique de l’Université de Montréal. Fides a édité le volume concernant l’année 1993-1994 avec la collaboration du journal Le Devoir, ainsi que les années 1995-1996 et 1996-1997 sans cette collaboration.

8Il faut également rappeler qu’à l’occasion d’une association plus étroite entre l’équipe de L’Année politique au Québec et des journalistes du journal Le Devoir, Fides-Le Devoir ont publié Québec 1996 qui, de fait, couvre les activités de 1994-1995. C’est donc à travers ces diverses publications que le lecteur doit cheminer s’il veut reconstituer les séries statistiques proposées depuis le début.

9La poursuite de ces divers objectifs se heurte cependant à quelques difficultés. Le lecteur doit donc demeurer prudent dans l’interprétation de certaines données et doit accepter les limites d’une information que nous voulons la plus complète et la plus à jour possible. Il y a en effet des limites inhérentes à ce genre de recherche. Le caractère quinquennal ou décennal des recensements entraîne, à mesure que l’on s’en éloigne, un retard dans la traduction de la réalité, un certain flou autour de l’instantané que nous cherchons à saisir. Certaines données ne sont en effet disponibles que tous les dix ans. De plus, certaines d’entre elles ne sont accessibles que quelques années après le recensement.

10La possibilité de choix multiples depuis le recensement de 1981, et encore davantage depuis le recensement de 1986, en matière d’origine ethnique ou de langue maternelle pose de réels problèmes à l’élaboration de séries chronologiques et à l’évaluation des tendances. Les résultats varient de manière sensible selon que l’on tient compte ou non de ces choix multiples. De plus, la manière d’en tenir compte n’est pas uniforme. Elle varie d’un auteur à l’autre. Or tout ce qui touche aux mouvements de population concernant l’origine ethnique et la langue maternelle touche des questions fort controversées de la vie politique québécoise.

11D’autres problèmes, liés à la tenue du recensement, invitent à la prudence. Ainsi demeure-t-il très difficile d’évaluer la population autochtone puisque plusieurs observateurs estiment que la majorité de ses membres refusent de participer au recensement. Les choix multiples ont accru cette difficulté dans la mesure où, lors du dernier recensement, un très grand nombre de personnes se sont soudainement reconnu des ancêtres amérindiens. Le peu de fiabilité de plusieurs des données concernant cette composante historique de la population québécoise explique le silence que nous observons bien à regret en cette matière. Le lecteur trouvera cependant dans le chapitre rédigé par Pierre-Gerlier Forest des informations intéressantes.

12D’autres difficultés peuvent naître d’un changement dans la manière de poser une question lors du recensement et avoir un impact sur les résultats. Plusieurs auteurs estiment que des changements dans le questionnaire du recensement de 1991 expliqueraient pour une part la progression importante des transferts linguistiques vers le français entre 1986 et 1991, soit une augmentation de 10 %. Encore une fois, il s’agit là de questions d’une brûlante actualité.

13À la suite des révisions et des corrections effectuées périodiquement dans les séries statistiques des publications officielles, la comparaison des données publiées d’une année à l’autre peut révéler des différences dans la mesure où nous tenons compte de ces corrections à l’occasion de chaque édition. Ces différences conduisent cependant rarement à une lecture fondamentalement différente de la question retenue. Il en va autrement lorsque, malgré tout le soin apporté, une erreur se glisse. Compte tenu du nombre élevé de données ici traitées, des diverses étapes nécessaires dans leur traitement, il est presque inévitable que des erreurs échappent à notre vigilance lors des vérifications. Nous faisons donc appel à la compréhension du lecteur.

14Certaines variations dans les données d’une édition à une autre présentent au contraire un intérêt tout particulier. Ce sont celles qui touchent les données provisoires d’une année et les données révisées de l’année suivante. Ces variations permettent de constater les différences entre les attentes, les visées ou les objectifs politiques et ce qui s’est réellement produit. Cela est particulièrement manifeste en matière de bilan migratoire, de budget, mais aussi en matière de natalité et d’accroissement naturel de la population. Ainsi, la comparaison d’un tableau des migrations internationales et interprovinciales d’une édition avec celui de l’édition précédente peut révéler un bilan migratoire un peu plus positif ou plus négatif que prévu. De même, alors que l’on attendait pour 1993 un taux de natalité de 14,6, soit une augmentation par rapport à 1991, le taux réel a été de 13,6, confirmant le maintien de la tendance tragiquement à la baisse de la natalité au Québec, un taux qui demeure inférieur à ceux de l’Ontario et de l’ensemble du Canada. Les données de la présente édition confirment malheureusement le maintien de cette tendance.

Les changements apportés

15Le lecteur familier avec le contenu de Profil du Québec constatera des changements importants par rapport aux éditions antérieures. Ces changements s’expliquent par notre désir de présenter des séries chronologiques couvrant la période des dix ans de publication de L’Année politique au Québec. Or toutes les données ne se prêtent pas à un tel traitement ou, pour ce faire, exigeraient beaucoup trop d’espace. Cela concerne particulièrement les données du chapitre sur la vie économique et les effectifs syndicaux. Nous avons dû également laisser de côté des tableaux pour lesquels aucune donnée nouvelle n’était disponible, notamment lorsque ces tableaux provenaient de recherches ponctuelles. Il s’agit tout particulièrement de données sur les habitudes culturelles des non-francophones et de quelques tableaux de la section « Niveaux d’instruction ». La proximité de l’élection nous empêchait de fournir les renseignements sur la composition du Conseil des ministres et sur le personnel politique de l’Assemblée nationale. Le peu de changements survenus au niveau fédéral nous permettait de nous consacrer essentiellement aux partis politiques québécois. Pour les mêmes raisons d’espace, nous avons opté pour une formule unique de présentation, celle des tableaux.

16Tous ces choix ne présentent pas les mêmes inconvénients — dont certains se trouveront réglés dans des chapitres de la présente édition. Il en va ainsi, par exemple, des données concernant les effectifs syndicaux ou le financement des partis politiques. Des données électorales précieuses se retrouvent dans plusieurs autres chapitres. Le lecteur trouvera dans l’édition de l’année dernière une information toujours valable concernant les partis politiques fédéraux de même que des tableaux que nous n’avons pas pu retenir.

17Par ailleurs, les tableaux retenus concernent des préoccupations au coeur de la vie politique du Québec et dont il est question dans les divers chapitres de ce livre, notamment celles qui ont trait à la démographie, à l’immigration et à l’intégration des immigrants, à l’éducation et aux problèmes économiques liés à la pauvreté et au chômage.

18Enfin, malgré la proximité des élections du 30 novembre, nous avons pu, dans un long tableau il est vrai, réunir un ensemble de données concernant le personnel politique et les résultats des élections par parti et par circonscription.

I. LES DONNÉES SOCIO-ÉCONOMIQUES

1. Aspects globaux

Population globale, Canada, Québec, Ontario, 1971 à 1997

238

Accroissement de la population, Canada, Québec, Ontario, 1971-1996

238

Taux de natalité, de mortalité et d'accroissement naturel, Québec, Ontario, Canada, 1981-1997

239

Effectifs de l'immigration, Canada, Québec, Ontario, 1976-1998

240

Migrations internationales et interprovinciales : ensemble du Québec, 1981-1996

241

2. Aspects sectoriels

Répartition de la population par groupe d'âge, Québec, 1971-1996

242

Population rurale/urbaine, Québec, Ontario, Canada, 1986-1991

243

Population des régions métropolitaines de recensement et du reste du Québec, 1971-1996

244

Composition ethnique de la population du Québec, 1971-1991

245

Pourcentage de la population selon la langue maternelle et selon la langue parlée à la maison, ensemble du Québec et Montréal métropolitain, 1971-1996

246

Transferts linguistiques, Québec, 1971-1996

247

II. LES STRUCTURES SOCIALES

1. Structures occupationnelles, revenus et chômage

Répartition de la main-d’œuvre âgée de 15 ans et plus, par type d'occupation, Québec, 1971-1996

248

Revenu personnel moyen par sexe au sein de la population active, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996

249

Taux de chômage comparés, Québec, Ontario, Canada, 1971-1997

249

Taux de chômage au Québec par région économique, 1986-1997

250

Taux d'emploi comparés, Québec, Ontario, Alberta, Colombie-Britannique et Canada, 1971-1997

251

2. Niveaux d'instruction

Fréquentation scolaire au Québec selon le niveau d'instruction, 1971-1996

252

Accès aux programmes d'études conduisant à un grade universitaire selon le sexe, 1984-1985 à 1996-1997

253

Obtention d'un grade universitaire, selon le sexe, 1987-1996

254

Proportion d'une génération qui sort du secondaire sans diplôme, selon le sexe, réseaux public et privé, Québec, 1975-1976 à 1996-1997

255

Répartition de l'effectif collégial selon la langue maternelle, la langue d'enseignement et le caractère public ou privé des institutions de l'île de Montréal, automnes 1993 et 1997

256

III. LA VIE POLITIQUE

Les partis politiques provinciaux

Partis politiques québécois autorisés (au 30 novembre 1998)

257

Répartition des sièges à l'Assemblée nationale au 12 septembre 1994 et au 30 novembre 1998

258

Tableau synoptique des résultats des élections du 30 novembre 1998 pour l'ensemble des circonscriptions

259

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998)

260

Le conseil des ministres, Gouvernement du Québec, décembre 1998

268

I. LES DONNÉES SOCIO-ÉCONOMIQUES

1. Aspects globaux

Population globale, Canada, Québec, Ontario, 1971 à 1997

Année

Canada

Québec

Ontario

1971

21 568 310

6 207 764

7 703 106

1981

24 333 718

6 438 403

8 625 107

1991

27 296 860

6 895 963

10 084 890

1996

28 846 761

7 138 795

10 753 573

1997

30 377 760

7 439 979

11 468 162

Sources : R. Boily et P. Serré, « Profil du Québec », in R. Boily (dir.), L'Année politique au Québec 1996-1997, Montréal, Fides, 1998, p. 173. Pour 1996, Statistique Canada, cat. 91-002-XPB. Pour 1997, Statistique Canada, CANSIM, matrice 6372.

Accroissement de la population (en %), Canada, Québec, Ontario, 1971-1996

Année

Canada

Québec

Ontario

1971

12,8

6,8

12,0

1981

5,9

3,3

4,4

1986

4,0

1,5

5,5

1991

7,9

5,6

10,8

1996

8,5

3,5

6,6

Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 174. Pour 1991, Statistique Canada, cat. 91-002-XPB. Pour 1996, Statistique Canada, cat. 93-357-XPB.

Taux de natalité, de mortalité et d'accroissement naturel, Québec, Ontario, Canada, 1981-1997 (par 1000 de population)

Taux de natalité, de mortalité et d'accroissement naturel, Québec, Ontario, Canada, 1981-1997 (par 1000 de population)

1. Données mises à jour.
2. Données provisoires.
Sources : R. Boily et P. Serré, « Profil du Québec », in D. Monière et R. Côté (dir.), Québec 1996, Montréal, Fides/Le Devoir, 1995, p. 397. Statistique Canada, Statistiques démographiques trimestrielles, avril-juin 1997, cat. 91-213-XPB.

Effectifs de l'immigration, Canada, Québec, Ontario, 1976-1998

Effectifs de l'immigration, Canada, Québec, Ontario, 1976-1998

1. Au 24 novembre 1998.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 175. Pour 1996-1997, Statistique Canada, CANSIM, matrice 5775. Pour 1998, données obtenues auprès de la division de la gestion des informations électroniques.

Migrations internationales et interprovinciales : ensemble du Québec, 1981-1996

Migrations internationales et interprovinciales : ensemble du Québec, 1981-1996

1. Variation du nombre de résidents non permanents.
2. Solde des immigrants, des émigrants, des Canadiens de retour et des résidents non permanents.
3. Total des soldes international et interprovincial.
4. Données révisées.
5. Données provisoires.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 176. B.S.Q., La situation démographique au Québec, édition 1997.

2. Aspects sectoriels

Répartition de la population par groupe d'âge (en pourcentage), Québec, 1971-1996

Répartition de la population par groupe d'âge (en pourcentage), Québec, 1971-1996

1. Estimations postcensitaires mises à jour.
2. Estimations postcensitaires provisoires.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 177 ; Statistique Canada, Statistiques démographiques annuelles, 1996, cat. 91-213 (au 1er juillet).

Population rurale/urbaine, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996

Population rurale/urbaine, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996

1. À partir de 1991, les titulaires d'un permis de séjour pour étudiants, d'un permis de travail, d'un permis ministériel et les revendicateurs du statut de réfugié ont été dénombrés.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 178. Statistique Canada, Un aperçu quinquennal. Chiffres de population et de logements. Recensement 1996, cat. 93-357-XPB.

Population des régions métropolitaines de recensement et du reste du Québec, 1971-1996

Population des régions métropolitaines de recensement et du reste du Québec, 1971-1996

1. Les régions métropolitaines de recensement sont les agglomérations urbaines qui comptent plus de 100 000 habitants. Jusqu'en 1971, elles étaient définies comme principal marché du travail d'une zone bâtie en continu, c'est-à-dire d’une zone dont un nombre important de résidents peuvent se rendre quotidiennement à un lieu de travail situé dans la principale zone bâtie. Les RMR comprenaient alors grosso modo l'ensemble des municipalités situées en totalité ou en partie dans cette zone bâtie en continu ainsi que les municipalités dans un rayon de 20 milles des limites de la zone bâtie en continu. Depuis 1976, les RMR comprennent les marchés du travail d'un noyau urbanisé de 100 000 habitants ou plus, de même que les municipalités dont au moins 40 % de la population active occupée demeurant dans la municipalité travaille dans le noyau urbanisé ainsi que les municipalités dont au moins 25 % de la population active occupée travaillant dans la municipalité demeure dans le noyau urbanisé. En 1986, le critère de 40 % fut relevé à 50 %. Ces différentes définitions n’ont eu à peu près aucune incidence sur la délimitation des RMR.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 179. Statistique Canada, Recensements de 1976, 1981, 1986 et 1996.

Composition ethnique1 de la population du Québec, 1971-1991

Année

Origine ethnique française

Origine ethnique britannique2

Origines ethniques autres3

1971

4 759 360

640 040

628 359

1981

5 105 670

487 385

776 015

1986

5 015 560

319 955

1 197 350

1991

5 077 830

286 080

1 446 390

1. Jusqu'en 1981, l'origine ethnique renvoyait au pays d'origine du premier ancêtre paternel (ou du répondant lui-même, le cas échéant) arrivé sur le continent. En 1981, le répondant pouvait indiquer plus d'une origine et référer aux ancêtres du côté maternel. En 1991, une ambiguïté dans le questionnaire a incité les répondants à déclarer davantage leur propre origine que celle de leur(s) ancêtre(s). En 1996, le choix de réponse incluait les origines ethniques « canadienne, canadienne-française, canadienne-anglaise, québécoise, acadienne et autres », si bien qu'aucune comparaison n'est possible entre ce recensement et les recensements antérieurs.
2. Le groupe britannique inclut les Anglais, Irlandais, Écossais et autres des îles britanniques, aux origines uniques ou multioles.
3. Le groupe des origines ethniques autres inclut les origines multiples à partir de 1986.
Source : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 180.

Pourcentage de la population selon la langue maternelle et selon la langue parlée à la maison, ensemble du Québec et Montréal métropolitain, 1971-1996

Pourcentage de la population selon la langue maternelle et selon la langue parlée à la maison, ensemble du Québec et Montréal métropolitain, 1971-1996

1. Depuis le recensement de 1986, il y a possibilité de réponses multiples aux questions portant sur la langue maternelle et la langue parlée à la maison. Au recensement de 1991, le libellé et l'ordonnancement des questions portant sur les langues ont été modifiés dans le questionnaire. Les données de 1991 ne sont donc pas directement comparables à celles des recensements antérieurs. Dans le présent tableau, la méthode d'ajustement des réponses multiples est celle proposée par Statistique Canada en 1981. « Compte tenu de ces changements il apparaît prudent de considérer que des variations inférieures à 1 % entre les années ne reflètent pas nécessairement des variations réelles. »
2. Région métropolitaine de Montréal telle que définie par Statistique Canada.
3. Pour les raisons indiquées ci-avant, les totaux n'ont pas été réajustés depuis 1981. Cela explique les différences entre les totaux de la langue maternelle et de la langue parlée à la maison.
Sources : R. BOILY et P. SERRÉ, op. cit., p. 181 ; Statistique Canada, recensement de 1996.

Transferts linguistiques1, Québec, 1971-19962

Année

Nombre de transferts

Vers l'anglais (en %)

Vers le français (en %)

1971

119 020

70,9

29,1

1981

148 180

68,6

31,4

1986

117 290

72,3

27,7

1991

188 150

63,0

37,0

1996

207 040

61,0

39,0

1. D'une langue maternelle donnée à une autre langue parlée à la maison. Les transferts de ce tableau excluent les réponses multiples. Il s'agit donc du solde net des transferts linguistiques de réponses uniques seulement.
2. Pour Charles Castonguay, les recensements de 1991 et 1996 se singularisent par leur portrait beaucoup plus favorable au français. Il s'agirait d'une nouvelle série chronologique commencée en 1991 qui rendrait difficiles les comparaisons avec la série s'étalant de 1971 à 1986.
Sources : R. Boily et P. Serré, « Profil du Québec », in D. Monière et R. Côté (dir.), Québec 1996, Montréal, Fides/Le Devoir, 1995, p. 402. Pour 1996, données aimablement transmises par Charles Castonguay.

II. LES STRUCTURES SOCIALES

1. Structures occupationnelles, revenus et chômage

Répartition de la main-d’œuvre âgée de 15 ans et plus, par type d'occupation1, Québec 1971-1996

Répartition de la main-d’œuvre âgée de 15 ans et plus, par type d'occupation1, Québec 1971-1996

1. Les définitions utilisées de 1971 à 1986 sont celles utilisées dans Le Québec en chiffres de Gérald Bernier et Robert Boily (avec la collaboration de Daniel Salée), publié à Montréal par l'ACFAS en 1986, p. 201-202. Nous avons tenté de regrouper les professions de 1991 et 1996 selon les mêmes catégories.
2. Pour 1991 et 1996, nous avons utilisé les classements des professions de 1996. C'est ce qui explique que les données de 1991 diffèrent légèrement des données présentées dans l'édition antérieure.
Pour 1991 et 1996, les données reposent sur les définitions suivantes :
— Les professions libérales regroupent le personnel de : « Gestion », « Affaires, finance et administration », « Sciences naturelles et appliquées et professions apparentées », « Sciences de la santé », « Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion », « Arts, culture, sports et loisirs ».
— Commerce : « Personnel de supervision des ventes et des services », « Personnel de la vente en gros technique et non technique, de l'assurance et de l'immobilier, des achats en gros et au détail et des achats de grains », « Vendeurs et commis-vendeurs », « Caissiers ».
— Bureau : « Chefs cuisiniers », « Personnel des services des aliments et boissons », « Personnel des services de protection », « Personnel de l'hébergement et des voyages et préposés dans les sports et loisirs », « Personnel de soutien familial et des garderies », « Personnel de la vente et des services n.c.a. », « Entrepreneurs et contremaîtres du personnel des métiers et des transports ».
— Ouvriers : « Personnel des métiers de la construction », « Mécaniciens de machines fixes, opérateurs de réseaux électriques et électriciens et monteurs de télécommunications », « Machinistes, personnel du formage, profilage et montage de métal », « Mécaniciens », « Autres métiers n.c.a. », « Conducteurs d'équipement lourd et grutiers et foreurs », « Conducteurs de matériel de transport et personnel assimilé, sauf les manoeuvres », « Aides de soutien des métiers, manoeuvres en construction et du transport et personnel assimilé », « Transformation, fabrication et services d'utilité publique ».
— Primaire : « Agriculture, forêts, mines, pétrole et gaz, pêche », « Personnel élémentaire de la production primaire ».
— Sans objet : « Chômeurs de 15 ans et plus n'ayant jamais travaillé pour un salaire ou un profit ou ayant travaillé seulement avant le 1er janvier de l'année précédente ».
— Autres et non-déclarés : aucune réponse dans cette catégorie en 1991-1996.
— Toutes les professions : on appelle cette catégorie « Population active expérimentée ».
Sources : R, Boily et P. Serré, op. cit., p. 195. Statistique Canada, www.statcan.ca, tiré du tableau no 93F0027XCB96007 au catalogue de la série Le Pays.

Revenu personnel moyen par sexe au sein de la population active1, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996

Revenu personnel moyen par sexe au sein de la population active1, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996

1. Il s'agit ici de la répartition en pourcentage et par sexe des particuliers selon leur tranche de revenu après impôt.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 197. Statistique Canada, Revenu après impôt, répartition selon la taille de revenu au Canada 1994, cat. 13-210, annuel.

Taux de chômage comparés, Québec, Ontario, Canada, 1971-1997

Années

Québec

Ontario

Canada

1971

7,3

5,4

6,2

1976

8,7

6,2

7,1

1981

10,3

6,6

7,5

1986

11,0

7,0

9,6

1991

12,5

9,6

10,3

1996

11,8

9,1

9,7

1997

11,4

8,5

9,2

Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 198. Statistique Canada, cat. 71-201, édition 1997.

Taux de chômage au Québec par région économique, 1986-19971

Taux de chômage au Québec par région économique, 1986-19971

1. Les codes attribués aux régions économiques pour 1995 ne sont pas identiques à ceux de 1994. Toutefois, sauf pour Québec, Québec-Sud et Montréal-Centre et Laval, les territoires sont sensiblement les mêmes.
2. En 1995, la région de Québec, Québec-Sud est scindée en Québec, Québec-Nord, Communauté urbaine de Québec et Chaudière-Appalaches (Québec-Sud).
3. En 1995, la région de Montréal-Centre et Laval est divisée en Montréal-Communauté urbaine de Montréal et Laval.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 199. Statistique Canada, La population active, novembre 1997, cat. 71-001, mensuel.

Taux d'emploi1 comparés Québec, Ontario, Alberta, Colombie-Britannique et Canada, 1971-1997

Taux d'emploi1 comparés Québec, Ontario, Alberta, Colombie-Britannique et Canada, 1971-1997

1. Le taux d'emploi représente le nombre de personnes occupées exprimé en pourcentage de la population âgée de 15 ans et plus.
2. Séries désaisonnalisées finales, mois de décembre.
Sources : Statistique Canada, Statistiques chronologiques sur la population active, édition 1997 pour 1978 à 1997, édition 1996 pour 1977, édition 1994 pour 1976, édition 1993 pour 1971 à 1975.

2. Niveaux d'instruction

Fréquentation scolaire au Québec selon le niveau d'instruction, 1971-1996

Année

Élémentaire et secondaire1

Collégial1

Université2

1971-1972

89,5

5,0

5,5

1981-1982

78,2

9,3

12,5

1985-1986

74,4

10,7

14,9

1991-1992

73,7

10,3

16,1

1995-1996

73,0

11,7

15,4

1. Comprend aussi les effectifs préscolaires (maternelles).
2. Comprend les effectifs à temps plein et à temps partiel.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 20. Statistique Canada, L'Éducation au Canada, revue statistique, édition 1997.

Accès1 aux programmes d'études conduisant à un grade universitaire selon le sexe (en %)2, 1984-1985 à 1996-1997

Accès1 aux programmes d'études conduisant à un grade universitaire selon le sexe (en %)2, 1984-1985 à 1996-1997

1. Proportion d'une génération qui s'inscrit une première fois à des études en vue d'obtenir un diplôme universitaire.
2. Exclut l'accès aux études conduisant à un certificat et aux études libres.
3. Données provisoires.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 202. Ministère de l’Éducation, Direction générale des services à la gestion, Indicateurs de l'éducation, édition 1998, p. 67.

Obtention d'un grade universitaire1 selon le sexe (en %), 1987-1996

Obtention d'un grade universitaire1 selon le sexe (en %), 1987-1996

1. Ne tient pas compte des diplômes universitaires obtenus à l’étranger.
2. Taux d'obtention : la mesure de la proportion d'une génération qui persévère jusqu'à l'obtention du grade concerné.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. c/t., p. 203. Ministère de l'Éducation, Direction générale des services à la gestion, Indicateurs de l'éducation, éditions 1996 et 1998, p. 115.

Proportion d'une génération qui sort du secondaire sans diplôme, selon le sexe (dans les réseaux public et privé), Québec, 1975-1976 à 1996-1997

Proportion d'une génération qui sort du secondaire sans diplôme, selon le sexe (dans les réseaux public et privé), Québec, 1975-1976 à 1996-1997

1. Suite, notamment, au relèvement de la note de passage de 50 à 60 pour cent et de l'ajout d'une année de formation générale comme préalable à l’inscription à des filières d'enseignement professionnel, on notait pour 1990-1991 une augmentation du nombre d'élèves qui n'obtenaient pas de diplôme. La baisse a recommencé par la suite.
2. Données provisoires.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 204. Ministère de l'Éducation, Direction générale des ressources informationnelles, Indicateurs de l'éducation, édition 1998, p. 59.

Répartition de l'effectif collégial selon la langue maternelle, la langue d'enseignement et le caractère public ou privé des institutions de l'île de Montréal, automnes 1993 et 19971

Répartition de l'effectif collégial selon la langue maternelle, la langue d'enseignement et le caractère public ou privé des institutions de l'île de Montréal, automnes 1993 et 19971

1. Il s'agit du service d'enseignement régulier à temps complet. Ces données excluent les étudiants à temps partiel de même que ceux du service aux adultes. Le secteur public comprend les écoles gouvernementales tandis que le secteur privé comprend les écoles privées sous permis.
Source : R. Boily et P. Serré, « Profil du Québec », in D. Monière (dir.), L'Année politique au Québec 1993-1994, Montréal, Fides/Le Devoir, 1994, p. 223. Gouvernement du Québec, ministère de l'Éducation, Direction générale de l'enseignement collégial, Recherche et Développement, Système d'information et de gestion des données sur l'effectif collégial (SIGDEC), automne 1997.

III. LA VIE POLITIQUE

Les partis politiques provinciaux

Partis politiques québécois autorisés, 30 novembre 1998 (par ancienneté de la date d'autorisation)

Partis politiques autorisés
Date d'autorisation

Chefs

Représentante) officiel(le)
Adresses des communications

Parti libéral du Québec/Quebec Liberal Party 1978/02/22

Charest, Jean

Paquin, Alain
4363, rue Saint-Denis
Montréal (Québec)
H2J 2L1
(514) 288-4364

Parti québécois 1978/02/22

Bouchard, Lucien

Séguin, Pierre
1200, avenue Papineau,
bureau 105, Montréal (Québec)
H2K 4R5
(514) 526-0020

Parti communiste du Québec 1978/04/10

Vacant

Parizeau, André
1600, avenue De Lorimier, bureau 71
Montréal (Québec)
H2K 3W5
(514) 337-0099

Parti de la démocratie socialiste 1985/06/14

Rose, Paul

Ricard, Claude
1999, rue Dandurand
Montréal (Québec)
H2G 1Y8
(514) 278-9014

Parti marxiste-léniniste du Québec 1989/05/05

Brunelle, Claude

Legeais, Christian
1867, rue Amherst
Montréal (Québec)
H2L 3L7
(514) 522-1373

Equality Party/Parti Égalité1990/05/07

Henderson,Keith

Ross, Alex
P.O. Box #21, Succ. N.-D.-G.
Montréal (Québec)
H4A 3P4
(514) 488-7586

Parti innovateur du Québec 1994/01/04

Robitaille, Raymond

Gervais, Guy
10160, rue de Lille, bureau 1
Montréal (Québec)
H2B 2R1
(450) 466-9407

Partis politiques québécois autorisés, 30 novembre 1998 (par ancienneté de la date d'autorisation) (suite)

Partis politiques autorisés Date d'autorisation

Chefs

Représentant(e) officiel(le) Adresses des communications

Action démocratique du Québec 1994/01/18

Dumont, Mario

Pelletier, Michel
1050, rue de La Montagne, 3e étage
Montréal (Québec)
H3G 1Y7
(514) 932-5505

Parti de la Loi naturelle du Québec 1994/04/22

Faguy, Allen

Charland, Marlène
2400, rue Sainte-Cunégonde, bureau 100
Montréal (Québec)
H3J 2W3
(514) 933-5321

Bloc-pot 1998/03/18

Saint-Maurice, Marc

Dufour, Lise
338, boulevard Larochelle
Repentigny (Québec)
J6A 5W1

Source : www. dgegq.qc.ca/résultats préliminaires.

Répartition des sièges à l'Assemblée nationale au 12 septembre 1994 et au 30 novembre 19981

Répartition des sièges à l'Assemblée nationale au 12 septembre 1994 et au 30 novembre 19981

1. Yves Blais, député sortant de Masson, est décédé durant la campagne électorale. Le scrutin fut reporté au 14 décembre 1998. Le tableau tient compte de ce résultat.
Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 214. http://www.dgeq.qc.ca.

Tableau synoptique des résultats des élections du 30 novembre 1998 pour l'ensemble des circonscriptions1

Nb

 %

Parti libéral du Québec/Québec Liberal Party

1 771 858

43,55

Parti québécois

1 744 240

42,87

Action démocratique du Québec/Équipe Mario Dumont

480 636

11,81

Parti de la démocratie socialiste

24 097

0,59

Parti Égalité/Equality Party

12 543

0,31

Autres partis

35 098

0,87

Total des bulletins valides

4 068 472

98,87

Total des bulletins rejetés

46 691

1,13

Total du vote exercé

4 115 163

78,32

Total des électeurs inscrits

5 254 482

1. Ce tableau inclut le résultat du scrutin du 14 décembre 1998 dans la circonscription de Masson
Source : http://www.dgeq.qc.ca.

Personnel politique à l’Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998)

Personnel politique à l’Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

1. Le député sortant, Yves Blais, est décédé en cours de campagne, ce qui a reporté le scrutin au 14 décembre 1998.

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)

Source : http://www.dgeq.qc.ca/​résultats préliminaires.

Le conseil des ministres*, Gouvernement du Québec, décembre 1998

Nom

Circonscription

Ministère

BOUCHARD, Lucien

Jonquière

Premier ministre.
Président du Comité des priorités.
Président du Comité ministériel des Affaires régionales et territoriales.

ARSENEAU, Maxime

îles-de-la-Madeleine

Ministre délégué au Tourisme auprès du ministre d'État de l'Économie et des Finances.
Ministre responsable de la région de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

BARIL, Gilles

Berthier

Ministre délégué à la Santé, aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse.

BARIL, Jacques

Arthabaska

Ministre délégué aux Transports.
Ministre responsable de la région
du Centre-du-Québec.

BEAUDOIN, Louise

Chambly

Ministre des Relations internationales.
Ministre responsable de la Francophonie.
Ministre responsable de la Charte de la langue française.

BÉGIN, Paul

Louis-Hébert

Ministre de l'Environnement.
Ministre responsable de la région de Québec.

BOISCLAIR, André

Gouin

Ministre de la Solidarité sociale.

BRASSARD, Jacques

Lac-Saint-Jean

Ministre des Ressources naturelles.
Ministre responsable de la Réforme parlementaire.
Leader parlementaire du gouvernement.
Ministre responsable de la région du Saguenay/Lac-Saint-Jean.
Ministre responsable de la région de la Côte-Nord.

CARON, Jocelyne

Terrebonne

Whip du gouvernement.

CHEVRETTE, Guy

Joliette

Ministre des Transports.
Ministre délégué aux Affaires autochtones.
Ministre responsable de la Faune et des Parcs.
Ministre responsable de la Réforme électorale.
Président du Comité de législation.
Ministre responsable de la région de Lanaudière.
Ministre responsable de la région du Nord-du-Québec.

* Par ordre alphabétique des ministres autres que le premier ministre.

Le conseil des ministres. Gouvernement du Québec, décembre 1998 (suite)

Nom

Circonscription

Ministère

CLICHE, David

Vimont

Ministre délégué à l'Autoroute de l'information et aux Services gouvernementaux.
Ministre responsable de la région de Laval.

DIONNE-MARSOLAIS, Rita

Rosemont

Ministre du Revenu.

FACAL, Joseph

Fabre

Ministre délégué aux Affaires intergouvemementales canadiennes.
Ministre responsable de la région de l'Outaouais.

GOUPIL, Linda

Lévis

Ministre de la Justice.
Ministre responsable de la Condition féminine.
Membre du Conseil du trésor.
Ministre responsable de la région Chaudière-Appalaches.

HAREL, Louise

Hochelaga-Maisonneuve

Ministre d'État aux Affaires municipales et à la Métropole.
Ministre aux Affaires municipales et de la Métropole.
Ministre responsable des Aînés.
Présidente du Comité ministériel des Affaires régionales et territoriales.
Ministre responsable de la région de Montréal.
Ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent.
Membre du Comité des priorités.

JOLIVET, Jean-Pierre

Laviolette

Ministre des Régions.

JULIEN, Guy

Trois-Rivières

Ministre délégué à l'Industrie et au Commerce.
Ministre responsable de la région de la Mauricie.

LANDRY, Bernard

Verchères

Vice-premier ministre.
Ministre d'État à l'Économie et aux Finances.
Ministre de l'Industrie et du Commerce.
Ministre des Finances.
Président du Comité ministériel de l'Emploi et du Développement économique.
Ministre responsable de la région de l'Estrie.
Membre du Comité des priorités.

LEGAULT, François

Rousseau

Ministre d'État à l'Éducation et à la Jeunesse.
Ministre de l’Éducation.
Vice-président du Conseil du trésor.
Président du Comité ministériel de l'Éducation et de la Culture.
Membre du Comité des priorités.

Le conseil des ministres. Gouvernement du Québec, décembre 1998 (suite)

Nom

Circonscription

Ministère

LÉGER, Nicole

Pointe-aux-Trembles

Ministre déléguée à la Famille et à l'Enfance.

LEMIEUX, Diane

Bourget

Ministre d'État au Travail et à l'Emploi.
Ministre du Travail.
Ministre responsable de l'Emploi.
Membre du Comité des priorités.

LÉONARD, Jacques

Labelle

Ministre d'État à l'Administration et à la Fonction publique.
Ministre délégué à l'Administration et à la Fonction publique.
Président du Conseil du trésor.
Ministre responsable de la région des Laurentides.
Membre du Comité des priorités.

MALTAIS, Agnès

Taschereau

Ministre de la Culture et des Communications.
Membre du Conseil du trésor.

MAROIS, Pauline

Taillon

Ministre d'État à la Santé et aux Services sociaux.
Ministre de la Santé et des Services sociaux.
Ministre de la Famille et de l'Enfance.
Présidente du Comité ministériel du Développement social.
Ministre responsable de la région de la Montérégie.
Membre du Comité des priorités.

MÉNARD, Serge

Laval-des-Rapides

Ministre de la Sécurité publique.

PERREAULT, Robert

Mercier

Ministre des Relations avec les citoyens et de l'Immigration.

ROCHON, Jean

Charlesbourg

Ministre responsable de la Recherche, de la Science et de la Technologie.

TRUDEL, Rémy

Rouyn-NorandaTémiscamingue

Ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.
Ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue

Source : http://www.premier.gouv.qc.ca/​nouveau/​indexf.htm

Table des illustrations

Titre Taux de natalité, de mortalité et d'accroissement naturel, Québec, Ontario, Canada, 1981-1997 (par 1000 de population)
Légende 1. Données mises à jour.2. Données provisoires.Sources : R. Boily et P. Serré, « Profil du Québec », in D. Monière et R. Côté (dir.), Québec 1996, Montréal, Fides/Le Devoir, 1995, p. 397. Statistique Canada, Statistiques démographiques trimestrielles, avril-juin 1997, cat. 91-213-XPB.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Effectifs de l'immigration, Canada, Québec, Ontario, 1976-1998
Légende 1. Au 24 novembre 1998.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 175. Pour 1996-1997, Statistique Canada, CANSIM, matrice 5775. Pour 1998, données obtenues auprès de la division de la gestion des informations électroniques.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Migrations internationales et interprovinciales : ensemble du Québec, 1981-1996
Légende 1. Variation du nombre de résidents non permanents.2. Solde des immigrants, des émigrants, des Canadiens de retour et des résidents non permanents.3. Total des soldes international et interprovincial.4. Données révisées.5. Données provisoires.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 176. B.S.Q., La situation démographique au Québec, édition 1997.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Répartition de la population par groupe d'âge (en pourcentage), Québec, 1971-1996
Légende 1. Estimations postcensitaires mises à jour.2. Estimations postcensitaires provisoires.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 177 ; Statistique Canada, Statistiques démographiques annuelles, 1996, cat. 91-213 (au 1er juillet).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Population rurale/urbaine, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996
Légende 1. À partir de 1991, les titulaires d'un permis de séjour pour étudiants, d'un permis de travail, d'un permis ministériel et les revendicateurs du statut de réfugié ont été dénombrés.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 178. Statistique Canada, Un aperçu quinquennal. Chiffres de population et de logements. Recensement 1996, cat. 93-357-XPB.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Population des régions métropolitaines de recensement et du reste du Québec, 1971-1996
Légende 1. Les régions métropolitaines de recensement sont les agglomérations urbaines qui comptent plus de 100 000 habitants. Jusqu'en 1971, elles étaient définies comme principal marché du travail d'une zone bâtie en continu, c'est-à-dire d’une zone dont un nombre important de résidents peuvent se rendre quotidiennement à un lieu de travail situé dans la principale zone bâtie. Les RMR comprenaient alors grosso modo l'ensemble des municipalités situées en totalité ou en partie dans cette zone bâtie en continu ainsi que les municipalités dans un rayon de 20 milles des limites de la zone bâtie en continu. Depuis 1976, les RMR comprennent les marchés du travail d'un noyau urbanisé de 100 000 habitants ou plus, de même que les municipalités dont au moins 40 % de la population active occupée demeurant dans la municipalité travaille dans le noyau urbanisé ainsi que les municipalités dont au moins 25 % de la population active occupée travaillant dans la municipalité demeure dans le noyau urbanisé. En 1986, le critère de 40 % fut relevé à 50 %. Ces différentes définitions n’ont eu à peu près aucune incidence sur la délimitation des RMR.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 179. Statistique Canada, Recensements de 1976, 1981, 1986 et 1996.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Pourcentage de la population selon la langue maternelle et selon la langue parlée à la maison, ensemble du Québec et Montréal métropolitain, 1971-1996
Légende 1. Depuis le recensement de 1986, il y a possibilité de réponses multiples aux questions portant sur la langue maternelle et la langue parlée à la maison. Au recensement de 1991, le libellé et l'ordonnancement des questions portant sur les langues ont été modifiés dans le questionnaire. Les données de 1991 ne sont donc pas directement comparables à celles des recensements antérieurs. Dans le présent tableau, la méthode d'ajustement des réponses multiples est celle proposée par Statistique Canada en 1981. « Compte tenu de ces changements il apparaît prudent de considérer que des variations inférieures à 1 % entre les années ne reflètent pas nécessairement des variations réelles. »2. Région métropolitaine de Montréal telle que définie par Statistique Canada.3. Pour les raisons indiquées ci-avant, les totaux n'ont pas été réajustés depuis 1981. Cela explique les différences entre les totaux de la langue maternelle et de la langue parlée à la maison.Sources : R. BOILY et P. SERRÉ, op. cit., p. 181 ; Statistique Canada, recensement de 1996.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Répartition de la main-d’œuvre âgée de 15 ans et plus, par type d'occupation1, Québec 1971-1996
Légende 1. Les définitions utilisées de 1971 à 1986 sont celles utilisées dans Le Québec en chiffres de Gérald Bernier et Robert Boily (avec la collaboration de Daniel Salée), publié à Montréal par l'ACFAS en 1986, p. 201-202. Nous avons tenté de regrouper les professions de 1991 et 1996 selon les mêmes catégories.2. Pour 1991 et 1996, nous avons utilisé les classements des professions de 1996. C'est ce qui explique que les données de 1991 diffèrent légèrement des données présentées dans l'édition antérieure.Pour 1991 et 1996, les données reposent sur les définitions suivantes :— Les professions libérales regroupent le personnel de : « Gestion », « Affaires, finance et administration », « Sciences naturelles et appliquées et professions apparentées », « Sciences de la santé », « Sciences sociales, enseignement, administration publique et religion », « Arts, culture, sports et loisirs ».— Commerce : « Personnel de supervision des ventes et des services », « Personnel de la vente en gros technique et non technique, de l'assurance et de l'immobilier, des achats en gros et au détail et des achats de grains », « Vendeurs et commis-vendeurs », « Caissiers ».— Bureau : « Chefs cuisiniers », « Personnel des services des aliments et boissons », « Personnel des services de protection », « Personnel de l'hébergement et des voyages et préposés dans les sports et loisirs », « Personnel de soutien familial et des garderies », « Personnel de la vente et des services n.c.a. », « Entrepreneurs et contremaîtres du personnel des métiers et des transports ».— Ouvriers : « Personnel des métiers de la construction », « Mécaniciens de machines fixes, opérateurs de réseaux électriques et électriciens et monteurs de télécommunications », « Machinistes, personnel du formage, profilage et montage de métal », « Mécaniciens », « Autres métiers n.c.a. », « Conducteurs d'équipement lourd et grutiers et foreurs », « Conducteurs de matériel de transport et personnel assimilé, sauf les manoeuvres », « Aides de soutien des métiers, manoeuvres en construction et du transport et personnel assimilé », « Transformation, fabrication et services d'utilité publique ».— Primaire : « Agriculture, forêts, mines, pétrole et gaz, pêche », « Personnel élémentaire de la production primaire ».— Sans objet : « Chômeurs de 15 ans et plus n'ayant jamais travaillé pour un salaire ou un profit ou ayant travaillé seulement avant le 1er janvier de l'année précédente ».— Autres et non-déclarés : aucune réponse dans cette catégorie en 1991-1996.— Toutes les professions : on appelle cette catégorie « Population active expérimentée ».Sources : R, Boily et P. Serré, op. cit., p. 195. Statistique Canada, www.statcan.ca, tiré du tableau no 93F0027XCB96007 au catalogue de la série Le Pays.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Revenu personnel moyen par sexe au sein de la population active1, Québec, Ontario, Canada, 1971-1996
Légende 1. Il s'agit ici de la répartition en pourcentage et par sexe des particuliers selon leur tranche de revenu après impôt.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 197. Statistique Canada, Revenu après impôt, répartition selon la taille de revenu au Canada 1994, cat. 13-210, annuel.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Taux de chômage au Québec par région économique, 1986-19971
Légende 1. Les codes attribués aux régions économiques pour 1995 ne sont pas identiques à ceux de 1994. Toutefois, sauf pour Québec, Québec-Sud et Montréal-Centre et Laval, les territoires sont sensiblement les mêmes.2. En 1995, la région de Québec, Québec-Sud est scindée en Québec, Québec-Nord, Communauté urbaine de Québec et Chaudière-Appalaches (Québec-Sud).3. En 1995, la région de Montréal-Centre et Laval est divisée en Montréal-Communauté urbaine de Montréal et Laval.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 199. Statistique Canada, La population active, novembre 1997, cat. 71-001, mensuel.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Taux d'emploi1 comparés Québec, Ontario, Alberta, Colombie-Britannique et Canada, 1971-1997
Légende 1. Le taux d'emploi représente le nombre de personnes occupées exprimé en pourcentage de la population âgée de 15 ans et plus.2. Séries désaisonnalisées finales, mois de décembre.Sources : Statistique Canada, Statistiques chronologiques sur la population active, édition 1997 pour 1978 à 1997, édition 1996 pour 1977, édition 1994 pour 1976, édition 1993 pour 1971 à 1975.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Accès1 aux programmes d'études conduisant à un grade universitaire selon le sexe (en %)2, 1984-1985 à 1996-1997
Légende 1. Proportion d'une génération qui s'inscrit une première fois à des études en vue d'obtenir un diplôme universitaire.2. Exclut l'accès aux études conduisant à un certificat et aux études libres.3. Données provisoires.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 202. Ministère de l’Éducation, Direction générale des services à la gestion, Indicateurs de l'éducation, édition 1998, p. 67.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Obtention d'un grade universitaire1 selon le sexe (en %), 1987-1996
Légende 1. Ne tient pas compte des diplômes universitaires obtenus à l’étranger.2. Taux d'obtention : la mesure de la proportion d'une génération qui persévère jusqu'à l'obtention du grade concerné.Sources : R. Boily et P. Serré, op. c/t., p. 203. Ministère de l'Éducation, Direction générale des services à la gestion, Indicateurs de l'éducation, éditions 1996 et 1998, p. 115.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Proportion d'une génération qui sort du secondaire sans diplôme, selon le sexe (dans les réseaux public et privé), Québec, 1975-1976 à 1996-1997
Légende 1. Suite, notamment, au relèvement de la note de passage de 50 à 60 pour cent et de l'ajout d'une année de formation générale comme préalable à l’inscription à des filières d'enseignement professionnel, on notait pour 1990-1991 une augmentation du nombre d'élèves qui n'obtenaient pas de diplôme. La baisse a recommencé par la suite.2. Données provisoires.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 204. Ministère de l'Éducation, Direction générale des ressources informationnelles, Indicateurs de l'éducation, édition 1998, p. 59.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Répartition de l'effectif collégial selon la langue maternelle, la langue d'enseignement et le caractère public ou privé des institutions de l'île de Montréal, automnes 1993 et 19971
Légende 1. Il s'agit du service d'enseignement régulier à temps complet. Ces données excluent les étudiants à temps partiel de même que ceux du service aux adultes. Le secteur public comprend les écoles gouvernementales tandis que le secteur privé comprend les écoles privées sous permis.Source : R. Boily et P. Serré, « Profil du Québec », in D. Monière (dir.), L'Année politique au Québec 1993-1994, Montréal, Fides/Le Devoir, 1994, p. 223. Gouvernement du Québec, ministère de l'Éducation, Direction générale de l'enseignement collégial, Recherche et Développement, Système d'information et de gestion des données sur l'effectif collégial (SIGDEC), automne 1997.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Répartition des sièges à l'Assemblée nationale au 12 septembre 1994 et au 30 novembre 19981
Légende 1. Yves Blais, député sortant de Masson, est décédé durant la campagne électorale. Le scrutin fut reporté au 14 décembre 1998. Le tableau tient compte de ce résultat.Sources : R. Boily et P. Serré, op. cit., p. 214. http://www.dgeq.qc.ca.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Personnel politique à l’Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
Légende 1. Le député sortant, Yves Blais, est décédé en cours de campagne, ce qui a reporté le scrutin au 14 décembre 1998.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre Personnel politique à l'Assemblée nationale et résultats électoraux par parti et par circonscription (30 novembre 1998) (suite)
Légende Source : http://www.dgeq.qc.ca/​résultats préliminaires.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14662/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteurs

Université de Montréal

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter