Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’année politique au Québec

 | 
Robert Boily

II. La vie politique

Le comportement électoral des Québécois d'origine immigrante dans la région de Montréal, 1986-1998

Pierre Serré und Nathalie Lavoie

Anmerkungen des Autors

L’article a été conçu par les deux auteurs mais écrit par Pierre Serré. Les données et l’interprétation du sondage du PQ proviennent de Nathalie Lavoie. Les auteurs veulent remercier MM. Richard Nadeau, Robert Boily et Michel Lepage pour leur aide et leurs précieux conseils.

Volltext

1Le soir du 30 octobre 1995, à la fin d’une dure campagne référendaire, le premier ministre du Québec et chef du Parti québécois, Jacques Parizeau, laissait tomber une petite phrase qui fut jugée par plusieurs remplie d’amertume et de colère à l’endroit des non-francophones : « Au fond, on a perdu le référendum à cause de l’argent et des votes ethniques. »

2De fait, comme l’affirmèrent par la suite de nombreux observateurs, la mince majorité de 50 000 voix (ou 50,6 % des voix exprimées) récoltée par le camp du NON repose clairement sur le renversement du vote de la majorité francophone (60 % pour le OUI) par celui presque unanime des non-francophones (plus de 95 % pour le NON). C’est donc faute d’avoir voté de manière suffisamment monolithique que les francophones ont dans les faits perdu ce référendum sur la souveraineté. Ainsi, un vote légèrement plus souverainiste dans des régions ayant nettement contre-performé (l’Outaouais et surtout la région de Québec) aurait pu renverser le résultat final.

3De tels comportements électoraux et de telles réflexions nourrissent naturellement les tensions entre les groupes linguistiques en présence. Une interprétation fort répandue veut, par exemple, que les non-francophones — et par là les immigrants en général — aient exprimé, par leur vote massif et soutenu depuis 1970 (avec l’arrivée en scène du PQ), non seulement un rejet sans équivoque du projet souverainiste des francophones mais aussi une adhésion de plein gré à la structure coloniale que présente le Québec. Plus encore, aux yeux de certains, le vote bloc des non-francophones apparaît carrément illégitime.

  • 1 Par allophone, nous désignons les personnes qui se disent de langue maternelle ou de langue parlée (...)

4Ainsi donc, sondage après sondage, élection après élection, on constate qu’aucun progrès du PQ ou de son option auprès des non-francophones, en particulier auprès des allophones1, n’a pu être décelé depuis 1970. Cette situation semble pourtant tout à fait invraisemblable au vu de l’ensemble des efforts consacrés par l’État québécois pour faciliter — voire forcer — l’intégration des allophones et des immigrants à la majorité francophone. Il est en effet pour le moins étrange de penser que la progression considérable du français dans ces derniers groupes, depuis l’adoption en 1977 de la Charte de la langue française — la loi 101 —, n’ait en aucune manière amoindri la distance les séparant des « francophones de souche », a fortiori lorsque l’on tient compte du pluralisme grandissant dans la communauté francophone.

5Il apparaît donc plausible que le comportement électoral des allophones et des immigrants soit intimement lié à leur degré d’intégration linguistique à la majorité francophone et que les récents progrès sur ce point se soient accompagnés de profondes modifications en ce qui a trait à leur comportement électoral. Notre démonstration se fera en deux temps : une première partie sera consacrée à la progression du français chez les allophones et les immigrants et à la montée du pluralisme ethnique chez les francophones, une seconde partie à la montée du pluralisme électoral parmi les allogènes.

  • 2 Pour qui les transferts linguistiques ont été l’affaire des générations précédentes.

6En ce qui a trait à la première partie, nous ferons état de l’ampleur de cette progression du français parmi les allophones et les immigrants depuis 1986, pour ensuite centrer notre attention sur les transformations ethniques connues par le groupe francophone lui-même. Bien que les transferts linguistiques (de la langue maternelle vers une autre langue parlée à la maison) soient habituellement le principal indicateur de la progression du français chez les allophones, il faut néanmoins insister sur le fait qu’ils ne recouvrent que la partie unigénérationnelle des transformations ethnolinguistiques ayant marqué la société québécoise. La communauté francophone est composée, en effet, de francophones de souche (ce qui renvoie aux personnes d’origine ethnique française unique, les « francogènes ») mais aussi d’immigrants francophones et surtout d’allogènes francophones, descendants d’immigrants (dont les personnes issues d’unions mixtes2). Nous examinerons donc le rapport existant entre ces deux derniers groupes, que nous appellerons les « néo-francophones », et le groupe francophone de souche. Ayant ainsi exposé la composition ethnolinguistique du groupe francophone et recentré l’attention sur l’ensemble des allogènes plutôt que sur les seuls allophones, nous tenterons de montrer la place fondamentale occupée par la langue dans le comportement électoral et tenterons d’illustrer notre propos à l’aide d’une analyse écologique des résultats électoraux et de sondages portant sur les intentions de vote des allophones et des allogènes.

Progression du français parmi les allophones et les immigrants depuis 1986

7Plusieurs facteurs expliquent la progression du français parmi les allophones et les immigrants depuis 1986. Nous en retenons deux en particulier : les effets de la Charte de la langue française, en 1977, et les effets des modifications survenues dans le processus de sélection des immigrants. Ces phénomènes ont engendré de profondes modifications dans la composition ethnique du groupe francophone comme nous le verrons à la fin de cette partie.

La Charte de la langue française

  • 3 Rapport Gendron, cité par William D. Coleman, The Independence Movement in Quebec, 1945-1980, Toro (...)
  • 4 Comité interministériel sur la situation de la langue française, Le Français langue commune. Enjeu (...)

8On doit tout d’abord souligner que la situation en vigueur depuis 1986 dérive en bonne partie — mais non uniquement — du régime linguistique instauré par la loi 101, en 1977. En matière de fréquentation scolaire, notamment, les changements ont été fondamentaux : tandis qu’en 1971-1972, 10,8 % des enfants d’origine ethnique autre que française ou britannique fréquentaient les écoles françaises3, seulement 13 % des 69500 enfants nés à l’étranger ont été admis à l’école anglaise de 1985-1986 à 1992-19934.

  • 5 Robert Boily et Pierre Serré, « Le profil du Québec », in Robert Boily (dir.), L’Année politique a (...)
  • 6 Mireille Baillargeon, ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, gouvernement (...)
  • 7 Les premiers enfants ayant au moins dû compléter une année d’étude secondaire en français devaient (...)

9La situation diffère toutefois aux niveaux collégial (en 1996-1997) et universitaire (en 1994), où 61 % des allophones déclaraient poursuivre leurs études en anglais5. Il s’agit là, sans doute, d’un des legs du régime de libre choix d’avant la loi 101 puisque nombre de ces allophones ont fréquenté des institutions scolaires primaires et secondaires anglaises. Les gains sont à cet égard appréciables puisque seulement 18 % des jeunes allophones étudiaient dans des institutions collégiales françaises en 1980 contre 46 % en 1994. Toutefois, en ce qui concerne les universités, ces pourcentages n’ont que faiblement augmenté, passant de 40 % en 1984 à 47 % en 19946. Sur le plan électoral, on peut considérer que les premières cohortes ayant fréquenté au moins partiellement les écoles primaires et secondaires françaises sont arrivées à l’âge adulte aux alentours de 19867. Leur poids s’est depuis considérablement accru.

  • 8 On doit ici se rappeler que près de 94 % des immigrants recensés au Québec en 1991 étaient des ind (...)

10La loi 101 comportait bien d’autres dispositions visant à fournir un cadre d’intégration linguistique non pas aux seuls enfants mais à l’ensemble des immigrants adultes8. La très forte majorité de ces derniers n’a effectivement pas été astreinte à la fréquentation des écoles primaires et secondaires françaises. Pour la plupart des immigrants, le véritable choix d’une langue reste associé à son utilité sur le marché du travail, là où se joue pleinement la concurrence entre le français et l’anglais.

  • 9 Daniel Monnier, « Francisation apparente ou francisation réelle ? », in Gérard Lapointe et Michel (...)

11Or l’usage du français au Québec est loin d’être aussi répandu et nécessaire que ne l’est l’anglais en Ontario. Les progrès spectaculaires réalisés par le français en matière d’éducation n’ont pas d’équivalent dans le monde du travail. Les progrès furent, en réalité, modestes, et vraisemblablement attribuables, en partie tout au moins, à l’augmentation de la présence des francophones dans l’ensemble de la main-d’œuvre9 et non à de quelconques bouleversements des habitudes de communication entre collègues.

  • 10 La mondialisation des échanges implique une production nationale de plus en plus tournée vers l’ét (...)
  • 11 On lit aussi : « les Québécois francophones sont encore absents, de nos jours [des hauts postes] d (...)

12On doit tout de même noter que l’augmentation de la présence et de l’utilité du français, de 1960 à 1990, s’est faite en parallèle avec le développement du marché domestique québécois — notamment l’expansion des activités étatiques —, et l’essor des entreprises à propriété québécoise. Le Québec n’est pas unique en son genre puisque les mêmes phénomènes se sont produits dans les autres provinces canadiennes. Or bien des choses ont changé depuis 1990, avec la signature du Traité de libre-échange nord-américain et le vent de mondialisation10. L’augmentation du poids des entreprises de propriété étrangère dans l’économie québécoise pourrait éventuellement entraîner un déclin de la place du français dans l’ensemble du marché du travail, si l’on se fie à ce que l’on connaît de la dynamique des langues11 :

  • malgré un accroissement certain, le pourcentage d’usage généralisé du français, chez les travailleurs de langue française, ne permet pas encore de dire que le français est devenu, pour eux, la « langue normale et habituelle de travail » ;
  • seulement le quart (24 %) des travailleurs de langue maternelle « autre » travaillent généralement en français, le reste travaillant surtout en français (39 %) ou surtout en anglais (37 %) ;
  • seule une infime proportion des travailleurs de langue anglaise (8 %) travaillent généralement en français ; la majorité d’entre eux continuent de travailler surtout en anglais (55 %), et on sait qu’il ne s’agit pas ici uniquement de communications entre anglophones, puisque les francophones communiquent à environ 50 % en anglais avec leurs supérieurs, leurs collègues ou leurs subordonnés anglophones (Bilan de la langue française, 1996, p. 73).
  • 12 Daniel Monnier, Les choix linguistiques des travailleurs immigrants et allophones. Rapport d’une e (...)

13Dans ce contexte, il n’est donc pas étonnant d’apprendre que, lorsque l’anglais prédomine dans le milieu de travail, les allophones effectuent 78 % de leurs transferts linguistiques en direction de l’anglais (quoique 54 % conservent leur langue maternelle), tandis que, dans le cas où le français domine dans le milieu de travail, 60 % des transferts se font en direction du français (les allophones sont alors légèrement moins nombreux à conserver leur langue maternelle, soit 48 %)12.

14En somme, après avoir connu deux siècles de domination économique anglophone, le marché du travail montréalais traverse depuis quelques décennies une période où le français a réussi à imposer sa prédominance dans certains secteurs (fonction publique, grandes entreprises de l’État, petites, moyennes et quelques « grandes » entreprises). Et comme l’intérêt pour une langue croît avec l’usage, la nouvelle donne issue de la mondialisation aura probablement pour effet de ralentir le rythme des transferts en direction du français.

Les politiques d'immigration du Québec

  • 13 Baillargeon, op. cit., p. 38.
  • 14 Pierre Serré, « Mesure de l’impact électoral d’une minorité : le cas des non-francophones au Québe (...)

15Les politiques de sélection des immigrants comportaient d’autres dispositions visant à consolider la place du français parmi les nouveaux venus. Parmi celles-ci, la sélection de candidats francophones et de candidats connaissant le français sont à relever. Dans le premier cas, les données de 1991 indiquent que la part représentée par les immigrants de langue maternelle française arrivés entre 1976 et 1991 sur le total des immigrants encore présents au Québec en 1991 (17,1 %) est de loin supérieure à celle représentée par les immigrants anglophones (9,8 %). Une situation quasi égalitaire marquait le rapport entre immigrants francophones et anglophones arrivés avant 1976 (18,3 % chez les francophones contre 16,5 % chez les anglophones13). Compte tenu de la plus forte propension à quitter le Québec que l’on retrouve chez les immigrants provenant de pays anglophones14 — ce qui fausse le portrait de la situation réelle d’avant 1976 —, on peut conclure qu’il y a eu renversement complet de situation (ce qu’indique d’ailleurs la répartition des immigrants par langue parlée à la maison).

  • 15 Jean-François Manègre, Conseil des communautés culturelles et de l’immigration, Statistiques. Démo (...)
  • 16 Mireille Baillargeon, op. cit., p. 38.

16En ce qui a trait à la connaissance du français, l’évolution n’est pas aussi linéaire. Elle semble liée à la taille des effectifs admis à titre d’immigrants, qui est, elle-même, un produit direct de la volonté politique du législateur. En effet, plus le nombre d’admissions augmente, plus la connaissance du français diminue. À une période de faible immigration, de 1977 à 1985 (18 000 admissions annuelles), marquée par une prédominance du français, succéda une période (1986 à 1992, 35 000 admissions annuelles) de légère prédominance de la connaissance de l’anglais, similaire à celle qui existait dans la période 1970-1976 (25 500 admissions annuelles15). Globalement, toutefois, il semble qu'une bonne majorité des immigrants possédait, en 1991, une connaissance du français (70,7 %) et de l’anglais (67,7 %). Ce trait plus accusé chez les immigrants arrivés après 1976 que chez ceux arrivés auparavant16.

Le grand brassage ethnolinguistique

  • 17 Voir Robert Boily et Pierre Serré (1995), « Le profil du Québec », in Denis Monière et Roch Côté ( (...)
  • 18 Voir Charles Castonguay, « L’assimilation linguistique des allophones dans la région de Montréal » (...)
  • 19 Chez les individus arrivés après 1976 et non soumis à cette obligation, le taux de transferts se c (...)

17Ces processus ont amené des transformations majeures dans le profil linguistique et ethnique de la communauté francophone. Au chapitre des transferts linguistiques, c’est-à-dire du passage d’une langue maternelle donnée à une langue parlée à la maison, la part des transferts allant vers le français, pour l’ensemble du Québec, a nettement augmenté depuis 1971, passant de 29 % à près de 40 % en 199617, avec un pourcentage similaire pour la région métropolitaine de Montréal18, là où se concentre la très grande majorité des immigrants. De fait, en 1991, parmi les individus ayant été soumis à l’obligation de fréquenter le réseau scolaire français au primaire et au secondaire et ayant effectué un transfert linguistique, 75 % l’ont fait en direction du français19.

  • 20 Castonguay affirmait que, si l’on veut utiliser ce concept, il faut alors « considérer que les don (...)
  • 21 Cette différence de 526 000 entre effectifs de langue parlée et d’origine ethnique françaises est (...)
  • 22 Les changements introduits dans la définition de l’origine ethnique, en 1996, empêchent toute comp (...)

18Les transferts linguistiques ne recouvrent toutefois pas toute la réalité du grand métissage ethnolinguistique engendré par les contacts entre francophones et anglophones ainsi que par l’arrivée des premières grandes vagues d’immigrants d’après la Seconde Guerre mondiale. D’une part, ils reposent sur les informations fournies par les individus recensés par Statistique Canada au sujet de leur propre histoire personnelle (et celle de leur famille) et ne présentent donc pas d’effet cumulatif des transferts des générations précédentes20. D’autre part, ils n’incluent pas dans le portrait général les immigrants de langue maternelle française qui se sont installés sur le territoire québécois à la suite d’une immigration ou encore les enfants d’allophones qui ont d’abord appris le français comme langue maternelle. Par conséquent, si l’on comptait, en 1991, un faible écart entre francophones de langue maternelle et francophones de langue parlée (6090 personnes), l’écart s’élevait pourtant à plus de 526 000 entre langue parlée et origine ethnique françaises (Serré, 1997 : 422)21. Dans le cas des allophones, alors qu’on comptait, en 1991 au Québec, un peu moins de 188 150 transferts linguistiques vers le français ou l’anglais, la différence entre les allophones de langue parlée et les effectifs allogènes22 s’élevait à 956 000 individus (Serré, 1997 : 441, 448).

  • 23 Ces données, provenant de Charles Castonguay, ne portent que sur les réponses uniques simples. Si (...)

19Les transferts linguistiques ne recouvrent donc qu’une partie seulement du processus de métissage ethnolinguistique. De fait, dans la région montréalaise, environ 15 % des individus de langue parlée française avaient déclaré être, en 1991, d’origine ethnique autre que française unique, contre plus de 8,5 % dans le Québec hors Montréal et un peu plus de 11 % pour l’ensemble du Québec. Par comparaison, les allophones qui étaient passés au français ne représentaient que 1,2 % de l’ensemble des personnes de langue française au Québec (Serré, 1997 : 441, 450). Quant à 1996, le nombre de transferts chez les allophones s’élevait à 207 040, dont 39,7 % vers le français, ce qui représentait 1,4 % des personnes de langue parlée française à la maison23.

  • 24 Ce n’est en effet que par le biais du solde migratoire interprovincial que la part représentée par (...)

20Malgré tous les déboires et les échecs enregistrés par le Québec en matière d’intégration des immigrants24, un véritable pluralisme ethnique s’est développé chez les francophones depuis 30 ans. On ne peut dorénavant plus affirmer que seule la communauté anglo-québécoise est marquée par un pluralisme ethnique puisque c’est également le cas de la majorité francophone. Mais on doit cependant souligner que ce pluralisme demeure largement tributaire de la volonté politique — même vacillante — de la majorité francophone.

Les transformations du comportement électoral

  • 25 De 12 % envers le PQ, ce vote serait passé à moins de 4 % en 1994 et 1995. Les allophones — langue (...)

21Depuis la seconde moitié des années 1980, tous les sondages et toutes les études portant sur le comportement électoral des allophones ont montré l’appui massif et soutenu fourni par les allophones à l’endroit du PLQ et de son option constitutionnelle. Une analyse par régression écologique couvrant l’ensemble des quartiers de la région métropolitaine de Montréal de 1970 à 1995 a même indiqué que le vote obtenu par le PQ auprès des allophones diminue progressivement25. Bref, les seuls changements enregistrés depuis 1970 sont allés dans le sens d’une accentuation des comportements électoraux connus avant 1986.

  • 26 Notons toutefois que les différences entre les effectifs de langue parlée à la maison et ceux de l (...)

22Par ailleurs, dans cette même étude, nous avons aussi montré que la langue parlée à la maison joue un rôle prédominant dans l’explication des résultats électoraux26. Cette variable s’est effectivement montrée plus efficace pour prédire le vote que la langue maternelle ou l’origine ethnique des individus. Cela signifie que l’appartenance active d’un individu à un groupe linguistique l’amène à souscrire à un univers d’idées, de valeurs, d’attitudes et de comportements politiques et électoraux bien plus que ne peut le faire l’héritage ethnique proprement dit.

  • 27 Dirigé par Michel Lepage. L’échantillon comprenait 23,5 % de répondants nés au Canada. Quant aux a (...)
  • 28 Il s’agit naturellement d’une auto-identification de la part des répondants du sondage.
  • 29 Il faudrait lire anglotropes et francotropes. Ces termes proviennent de Castonguay, loc. cit., qui (...)

23Ce lien entre les intentions de vote et la langue a fait l’objet d’analyses plus spécifiques. Un sondage interne réalisé par le Parti québécois27 au cours de l’hiver 1990 auprès de 1113 allophones de la région montréalaise nous a effectivement permis d’établir des liens solides entre, d’une part, le degré d’intégration linguistique et, d’autre part, les intentions de vote à l’endroit du PQ et de la souveraineté-association. L’hypothèse de départ se formulait ainsi : plus un allophone est linguistiquement intégré au groupe francophone, plus son intention de vote tend à ressembler à celle des francophones. Afin de tenir compte de l’effet de l’appartenance de l’individu à une communauté donnée, un degré d’intégration linguistique collectif a aussi été testé. Les communautés ont été définies28 par la langue maternelle. L’intégration linguistique des individus et des communautés a été mesurée par quatre indicateurs : la langue dans laquelle le répondant est le plus à l’aise, la langue du journal qu’il lit habituellement, la langue des relations amicales et la langue parlée au travail. Lorsque le répondant répondait qu’il utilisait le français dans tous ces contextes, il était considéré comme étant linguistiquement très intégré à la communauté francophone. Deux à trois réponses du même type, et le classement le plaçait dans la catégorie des moyennement intégrés. Zéro à une réponse positive et le répondant était considéré comme peu intégré linguistiquement. La moyenne des individus était reportée sur l’ensemble de leur communauté d’appartenance. Comme le montre le tableau 1, des différences très nettes opposent les communautés29.

24La répartition des intentions de vote favorables au PQ et à la souveraineté en fonction du degré d’intégration linguistique individuel et collectif est fort révélatrice (tableau 2). Ainsi, l’appui accordé au PQ fait plus que doubler (de 10 % à 27 %) lorsque l’on compare les groupes très intégrés à ceux peu et moyennement intégrés, tandis que l’appui accordé à la souveraineté-association est presque multiplié par cinq (de 7 % à 33 %). Mentionnons toutefois que les groupes très intégrés linguistiquement ne comptent que pour une petite partie du total des allophones, si bien que le pourcentage global d’appuis obtenus par le PQ est de 7 % contre 7,5 % pour la souveraineté-association.

Tableau 1. Degré d'intégration linguistique des allophones de la région de Montréal en fonction de quatre indicateurs d'intégration linguistique, printemps 1990

Allophones

Aisance

Journal

Amis

Travail

Très intégrés :France, Haïti, Espagne, pays arabes, Amérique latine, Asie du Sud-Est

80 %

79 %

49 %

58 %

Moyennement intégrés :Portugal, Afrique, Italie, Arménie,Iran, Turquie, Europe de l'Est, Allemagne, Pologne

38 %

41 %

22 %

30 %

Peu intégrés :Angleterre, Chine, Grèce, États-Unis, Inde, Antilles anglophones

9 %

12 %

7 %

11 %

25L’association entre les intentions de vote et le degré d’intégration linguistique a été soumise à l’action de diverses variables contrôles (l’âge, le sexe, la scolarité, la pratique religieuse, l’occupation, le revenu, la syndicalisation et le secteur d’emploi) par régression LOGIT (tableau 4).

  • 30 Voir André Blais et Richard Nadeau, « L’appui au Parti québécois : évolution de la clientèle de 19 (...)

26Si d’autres variables influent sur les intentions de vote des allophones, le degré d’intégration linguistique demeure néanmoins le principal facteur les amenant à appuyer le PQ. Ce dernier hausse en effet de 32 % la probabilité de voter pour le PQ (modèle comprenant tous les groupes allophones, deuxième colonne). Au second rang vient la pratique religieuse : le fait de ne pas pratiquer augmente de 18 % la probabilité de voter péquiste. Avoir moins de 5 5 ans et travailler dans le secteur public augmentent également la probabilité d’appuyer le PQ, respectivement de 10 % et de 11 %. En somme, lorsqu’un allophone est très intégré linguistiquement au groupe francophone, qu’il ne pratique aucune religion, qu’il est âgé de moins de 5 5 ans et qu’il travaille dans le secteur public, sa probabilité de voter pour le PQ augmente considérablement. Il est intéressant de noter que les déterminants du vote péquiste au sein des groupes très intégrés linguistiquement s’apparentent de près à ceux de l’électeur péquiste francophone30.

27Cela dit, nous avons distingué les groupes moyennement intégrés linguistiquement au groupe francophone des groupes très intégrés (troisième et quatrième colonnes). Chez les groupes très intégrés linguistiquement, les déterminants du vote péquiste sont, par ordre d’importance, le degré d’intégration linguistique individuel (augmentant de 30 % la probabilité de voter péquiste), la pratique religieuse (aucune pratique = + 24 %), le secteur d’emploi (secteur public = + 24 %), l’âge (moins de 5 5 ans = + 16 %) et le niveau de scolarité (collégial ou supérieur = +9 %). Chez les groupes peu ou moyennement intégrés linguistiquement, le degré d’intégration linguistique individuel arrive en premier (augmentant de 32 % la probabilité de voter PQ), suivi de la pratique religieuse (aucune pratique = +12 %), du sexe (homme = +6 %) et de l’âge (moins de 55 ans = + 7 %). Le degré d’intégration linguistique individuel semble donc jouer davantage parmi les groupes peu ou moyennement intégrés que parmi les groupes très intégrés.

Tableau 2. Appuis au PQ en fonction du degré d'intégration linguistique individuel et collectif, région métropolitaine de Montréal, hiver 1990

Catégories d'intégration linguistique

 % d’individus appartenant à ces catégories

 % d'appuis au PQ

En fonction du degré d'intégration linguistique individuel

— Peu intégrés

52

4

— Moyennement intégrés

23

23

— Très intégrés

4

38

En fonction du degré d'intégration linguistique collectif

— Peu et moyennement intégrés

63

10

— Très intégrés

37

27

Tableau 3. Appuis à la souveraineté-association en fonction du degré d'intégration linguistique individuel et collectif, région métropolitaine de Montréal, hiver 1990

Catégories d’intégration linguistique

 % d'individus appartenant à ces catégories

 % d'appuis au PQ

En fonction du degré d'intégration linguistique individuel

— Peu intégrés

47

7

— Moyennement intégrés

53

16

— Très intégrés

0

En fonction du degré d'intégration linguistique collectif

Peu et moyennement intégrés

82

7

Très intégrés

18

33

Tableau 4. Les déterminants du vote péquiste chez les allophones de la région montréalaise, modèle global et modèles partiels selon le degré d'intégration linguistique des groupes allophones, 1990

Variables1

Tous les groupes allophones2

Groupes peu et moyennement intégrés

Groupes très intégrés

Degré d'intégration linguistique

.32 (9,10)***

.32 (7,10)***

.30 (3,91)***

Âge

.10 (2,20)**

.07 (1,48)*

.16 (1,71)**

Sexe

.03 (0,89)

.06 (1,72)**

-.07 (1,12)

Niveau de scolarité

.00 (0,32)

-.01 (0,17)

.09 (1,37)*

Pratique religieuse

.18 (4,31)***

.12 (2,45)***

.24 (3,12)***

Occupation

.00 (0,13)

-.04 (1,24)

.06 (1,17)

Revenu

.00 (0,11)

.03 (0,87)

-.07 (0,86)

Syndicalisation

-.00 (0,02)

-.02 (0,48)

.00 (0,07)

Secteur d'emploi

.11 (1,78)**

-.03 (0,43)

.24 (2,29)**

Constante

-.09 (1,37)*

-.02 (0,25)

-.40 (1,81)**

N

619

371

248

Pseudo R2

.19

.18

.18

1. Les variables ont été définies comme suit : degré d'intégration linguistique : 0 si le score de l'individu est de 0 ou 1,.5 si le score de l'individu est de 2 ou de 3, et 1 si le score de l'individu est de 4 ; âge = 1 si le répondant est âgé de moins de 55 ans, 0 autrement ; sexe = 1 si le répondant est de sexe masculin, 0 autrement ; scolarité = 1 si le répondant possède une formation collégiale ou universitaire, 0 autrement ; pratique religieuse = 1 si le répondant ne pratique aucune religion, 0 autrement ; occupation = 0 si le répondant est une ménagère ou une retraitée,.5 si le répondant est col bleu, col blanc, professionnel, administrateur ou agriculteur, 1 si le répondant est enseignant, étudiant ou chômeur ; revenu = 1 si le revenu du répondant est inférieur à 30 000 $, 0 autrement ; syndicalisation = 1 si le répondant est syndiqué, 0 autrement ; secteur d'emploi = 1 si le répondant a un emploi dans le secteur public, 0 autrement,
2. Nous présentons les coefficients de régression, obtenus par la méthode de régression LOGIT. Ils ont été ensuite transformés afin de pouvoir être interprétés comme des probabilités conditionnelles. On les interprète en se reportant à leur statistique T de Student (chiffres entre parenthèses, test unilatéral), où *** désignent des coefficients significatifs à 99 %, ** à 95 %, * à 90 % et où l'absence d'astérisque signifie que les coefficients sont non significatifs.

Tableau 5. Appuis à la souveraineté (en %), novembre 1995 à mai 1997

Groupes définis

 % d'appuis à la souveraineté

 % d’appuis à la souveraineté après répartition des indécis

Selon la langue maternelle parléeà la maison

— Francophones (N = 15 110)

52,1 %

60,8 %

— Allophones (N = 799)

8,7 %

12,0 %

— Allophones, groupes très intégrés1 (N = 243)

15,4 %

25,9 %

Selon la langue parlée

— Francophones (N = 16 753)

53,2 %

61,8 %

— Allophones (N = 1 731)

9,5 %

12,8 %

— Allophones, groupes très intégrés2 (N = 243)

17,7 %

25,2 %

Selon le pays d'origine

— Répondants nés au Québec ou au Canada (N = 16 467)

47,2 %

54,7 %

— Répondants nés hors Canada, total (N = 1 763)

13,3 %

18,4 %

— Répondants nés hors Canada, groupes très intégrés3 (N = 646)

22,6 %

33,3 %

1. Langues maternelles arabe, espagnole, créole (haïtien), vietnamien, cambodgien.
2. Langues maternelles arabe, espagnole, créole (haïtien), vietnamien, cambodgien, laotien.
3. Nés en France, Amérique latine, Haïti, Liban/Syrie, Maroc/Tunisie, Vietnam, Suisse, Belgique, Espagne, Cambodge, Laos.

  • 31 Dirigés par Michel Lepage, sondeur pour le Parti québécois.

28Une série de sondages sur la souveraineté31 réalisés entre novembre 1995 et mai 1997 confirme les résultats précédents. Le tableau 5 montre que les appuis accordés à la souveraineté croissent avec le degré d’intégration collective des communautés au groupe francophone. Ainsi, dans le cas des allophones de langue parlée, les intenctions de vote à l’endroit de la souveraineté s’élevaient à 8,7 % contre 9,5 % pour les allophones de langue maternelle. Ce pourcentage atteint 13,3 % pour les personnes nées à l’extérieur du Canada. Encore une fois, si l’on examine les intentions de vote des communautés les plus intégrées linguistiquement, le pourcentage d’appuis obtenus par la souveraineté double dans presque toutes les catégories (il s’établit à 15,4 % chez les allophones de langue parlée, à 17,7 % chez les allophones de langue maternelle et à 22,6 % chez les personnes nées à l’étranger). Toutefois, si l’on répartit proportionnellement les électeurs discrets, les appuis à la souveraineté atteignent le tiers des intentions de vote dans le cas des personnes nées à l’étranger qui font partie d’une des communautés collectivement les plus intégrées à la majorité francophone.

29Ces données montrent l’importance de l’intégration linguistique des individus en ce qui a trait à leurs intentions de vote. Bien sûr, comme le montre l’exemple américain (pensons aux minorités autochtones et noires en particulier), l’intégration linguistique ne garantit nullement une intégration sociale, économique et politique harmonieuse. Mais il demeure néanmoins remarquable que l’émergence d’un pluralisme électoral parmi les groupes allophones soit d’abord le fait d’individus, puis de groupes dits « racialisés », soit les Haïtiens, les Latino-américains, les Indochinois et les Arabes, et non des groupes européens.

  • 32 Les 7 % d’allophones de notre échantillon qui avouaient leur intention de voter pour le PQ, à l’hi (...)
  • 33 L’étude des corrélations entre l’âge et les groupes linguistiques a confirmé que les allophones so (...)

30Cette percée du PQ parmi les allophones les plus intégrés linguistiquement au groupe francophone ne reflète que très partiellement le pluralisme croissant touchant la clientèle du PQ32. Cela s’explique par le fait que les données sur les transferts linguistiques ne tiennent pas compte de la dimension intergénérationnelle de la montée du pluralisme ethnique. De fait, en 1971, les allophones ne représentaient que 45 % des allogènes. Cette part est d’ailleurs passée à 38 % en 1991 (soit 420 000 allophones contre 1 100 000 allogènes). On ne peut donc limiter l’estimation des succès électoraux du PQ au seul vote allophone sous peine d’oublier les 300 000 néo-francophones d’origine ethnique autre que française unique dans la région métropolitaine de Montréal en 1991 : l’« allophonie » est un état transitoire sur le plan intergénérationnel33.

  • 34 Aux 300 000 néo-francophones pourraient donc être rajoutés 48 500 allogènes francophones pour comp (...)

31Nous avons donc tenté d’évaluer, en tenant compte des taux d’inscription, d’abstention et du vote de chaque groupe linguistique dans la région métropolitaine, le vote des allogènes tout au long de la période 1970-1995 (graphique 1). On doit noter qu’une certaine réserve a été de mise dans nos calculs. Primo, parce que les effectifs « néo-francophones » ont été calculés en soustrayant de l’ensemble des locuteurs francophones les personnes d’origine ethnique française. Or nombre de ces derniers ont depuis opté pour l’anglais, compensant largement, jusqu’à tout récemment, les acquis provenant de l’immigration. Secundo, nous avons retranché des effectifs de langue parlée française les individus ayant déclaré être nés en Haïti (environ 45 000 personnes) même si au moins le tiers d’entre eux parlent le français à la maison. Tertio, les effectifs de langue parlée française ne comprennent aucun répondant ayant déclaré plusieurs langues, dont le français34. Nous avons considéré ces derniers comme allophones, contrairement à Statistique Canada qui les considère comme francophones. Quarto, en ce qui a trait au calcul du vote des néo-francophones, il est basé sur des estimations du vote allophone qui sont inférieures d’environ la moitié au vote habituellement accordé par les sondages au PQ ou à la souveraineté.

Graphique 1. Appui au PQ ries allogènes et des allophones dans la région métropolitaine de Montréal, 1970-1995

Graphique 1. Appui au PQ ries allogènes et des allophones dans la région métropolitaine de Montréal, 1970-1995

1. Personne(s) d'origine(s) ethnique(s) autre(s) que française ou britannique unique.
Note : D'importantes variations marquent les définitions de l'origine ethnique d’un recensement à l'autre, notamment l'introduction des répondes multiples en 1986. Il s'agit donc de tendances.

  • 35 Les pourcentages varient en fonction du vote des groupes linguistiques (y compris les taux d’inscr (...)

32Comme le montre notre graphique, il existe, chez les allogènes, une nette progression du vote en faveur du PQ et de son option, ce qui se répercute négativement sur le niveau de support accordé au PLQ et au vote fédéraliste. Se situant à près de 12 % en 1970, ce vote oscille entre 22 % et 27 % depuis 1989335. Représentant 3 % de la clientèle péquiste en 1970, les néo-francophones en constituaient environ 15 % 20 ans plus tard.

  • 36 Quant à 1998, l’impact des néo-francophones doit être fort semblable à celui de 1994.
  • 37 Pierre Serré, « Le PQ est inexorablement destiné à disparaître de l’île de Montréal », in La Press (...)

33Si ce nouveau pluralisme électoral des allogènes semble peu visible, il a malgré tout déjà produit des impacts assez importants sur la répartition des sièges montréalais. Ainsi, si le groupe francophone s’était montré incapable d’intégrer linguistiquement tout nouvel arrivant — si, en d’autres termes, on pouvait analytiquement le restreindre aux seuls francophones de souche —, six des 13 et 11 des 27 circonscriptions remportées par le PQ respectivement en 1989 et 1994 auraient été libérales36. L’impact varie évidemment en fonction du clivage enregistré entre les francophones (à moins d’un vote scindé chez les non-francophones) et du nombre de circonscriptions qui se trouvent autour du seuil linguistique départageant les circonscriptions entre le PQ et le PLQ. Quoi qu’il en soit, cet impact demeure largement ignoré compte tenu de ce que les néo-francophones n’existent pas en tant qu’entité politique, qu’ils n’ont pas d’organisation ou d’association représentative et qu’ils ne se reconnaissent pas autrement que comme francophones. Cet impact est d’autant plus invisible que l’on s’en tient généralement à la progression de la francisation chez les allophones. Or cette dernière est beaucoup plus lente que ne l’est la progression des effectifs allophones, laquelle modifie continuellement l’équilibre des forces entre les groupes démolinguistiques37.

Conclusion : qui prend langue, prend pays

34Nous avons vu, au cours de ce chapitre, combien les origines de la population francophone se sont diversifiées, notamment à partir du moment où les immigrants ont été de plus en plus appelés à côtoyer les francophones. Nous avons également vu combien sont intimes les liens qui unissent la langue et le comportement électoral. À n’en pasdouter, la langue est porteuse non seulement de comportements mais aussi de valeurs, d’attitudes et d’idées, en d’autres termes, d’identité. Elle agit comme l’un des principaux définisseurs des contours de la communauté politique. Compte tenu des énormes pressions démographiques et économiques continentales auxquelles le Québec est soumis, ce rôle si important de la langue dépend entièrement de l’action de l’État québécois et, derrière lui, de l’expression de la volonté populaire.

35Outre la question de l’indépendance, la question de l’intégration linguistique des immigrants a une signification vitale pour la majorité francophone. À cet égard, il est absolument certain que, sans intervention politique de l’État en matière de choix linguistique des immigrants — et grâce au catastrophique et très coûteux solde migratoire interprovincial —, le Québec se serait rapidement anglicisé avec l’arrivée des grandes vagues d’immigrants de l’après-guerre. À l’évidence, la capacité du Québec à mettre en place un cadre d’intégration linguistique dépend directement du poids représenté par les francophones dans l’ensemble de la population québécoise. Or, s’il est vrai que le profil ethnolinguistique de la population québécoise a considérablement changé depuis 30 ans, les politiques de francisation ont néanmoins été nettement insuffisantes pour que l’on puisse croire que la survie linguistique de la majorité soit définitivement assurée.

Anmerkungen

1 Par allophone, nous désignons les personnes qui se disent de langue maternelle ou de langue parlée autre que française ou anglaise. On ne doit pas confondre ce groupe avec les allogènes, personnes d’origine ethnique autre que française ou britannique unique. L’origine ethnique renvoyait, jusqu’en 1981, au pays d’origine du premier ancêtre du côté paternel (ou du recensé lui-même, le cas échéant) ayant mis le pied sur le continent. Notons toutefois que les réponses multiples étaient acceptées à partir de 1981 et qu’à partir de 1986 l’ambiguïté de la question encourageait davantage de répondants à désigner leur propre origine ethnique. Le groupe allogène comprend donc des francophones, des anglophones et des allophones. Quant aux immigrants, ils recouvrent une catégorie plus spécifique que les allogènes puisqu’il s’agit des seules personnes nées à l’extérieur du pays. Tout comme ces derniers, ils comprennent des personnes de toute langue maternelle et parlée.

2 Pour qui les transferts linguistiques ont été l’affaire des générations précédentes.

3 Rapport Gendron, cité par William D. Coleman, The Independence Movement in Quebec, 1945-1980, Toronto, University of Toronto Press, 1984, p. 148.

4 Comité interministériel sur la situation de la langue française, Le Français langue commune. Enjeu de la société québécoise. Bilan de la situation de la langue française au Québec en 1995, Montréal, Direction des communications du ministère de la Culture et des Communications, 1996, p. 155.

5 Robert Boily et Pierre Serré, « Le profil du Québec », in Robert Boily (dir.), L’Année politique au Québec 1996-1997, 1998, Fides, p. 207 ; voir aussi R. Boily et P. Serré, « Le profil du Québec » dans ce livre ; Arnaud Sales (dir.), Le Monde étudiant à la fin du XXe siècle, Montréal, Groupe CODEVIE, département de sociologie de l’Université de Montréal, ministère de l’Éducation du Québec, Presses de l’Université de Montréal, environ 400 p., 1996 (rapporté dans Le Devoir, 9 septembre 1996).

6 Mireille Baillargeon, ministère des Relations avec les citoyens et de l’Immigration, gouvernement du Québec, Immigration et langue, s.l., MRCI, 1997, p. 12-13.

7 Les premiers enfants ayant au moins dû compléter une année d’étude secondaire en français devaient avoir environ 23 ans en 1986. Ils ont possiblement voté une première fois en 1981 mais plus probablement en 1985.

8 On doit ici se rappeler que près de 94 % des immigrants recensés au Québec en 1991 étaient des individus âgés de 15 ans et plus (85 % étaient âgés de 25 ans et plus). Voir Baillargeon, op. cit., p. 56. Cette donnée est d’autant plus importante que les immigrants connaissant l’anglais (35 % à 40 %) n’ont en général pas accès aux services d’apprentissage du français dispensés dans les COFI.

9 Daniel Monnier, « Francisation apparente ou francisation réelle ? », in Gérard Lapointe et Michel Amyot (dir.), L'État de la langue française au Québec. Bilan et prospective, tome 1, Montréal, Conseil de la langue française, 1986, p. 327.

10 La mondialisation des échanges implique une production nationale de plus en plus tournée vers l’étranger et un marché domestique de plus en plus desservi par des entreprises étrangères. La mainmise étrangère sur l’économie canadienne était déjà perceptible avant 1990. Depuis, ce mouvement n’a fait que s’accélérer. Voir Statistique Canada, cat. 11-011, 31-001, 65-202, 65-203, tous annuels.

11 On lit aussi : « les Québécois francophones sont encore absents, de nos jours [des hauts postes] des sociétés qui ont leur siège social au Québec et qui sont contrôlées par des Canadiens anglophones et par des intérêts étrangers, ainsi que des sociétés qui n’ont pas leur siège social au Québec mais qui y réalisent une bonne part de leur volume d’affaires [Dupont, Alcan, Banque de Montréal, Banque Royale, Canadien Pacifique ; London Life, Trizec, Canada Packers, La Baie, Canadian Tire, Molson, Sun Life, Canada Trust, General Motors, IBM, Sears, etc.] » ; « au sein de la haute direction des grandes firmes canadiennes non francophones, [...] les Québécois francophones doivent généralement se contenter d’occuper les postes intermédiaires seulement. Dans les postes névralgiques où les grandes décisions sont prises et qui affectent plusieurs groupes dans la collectivité, les francophones brillent par leur absence » (Bilan de la langue française au Québec en 1995, op. cit., 1996, p. 66).

12 Daniel Monnier, Les choix linguistiques des travailleurs immigrants et allophones. Rapport d’une enquête réalisée en 1991, Québec, Conseil de la langue française, dossier no 37, Publications du Québec, 1993, p. 121-122.

13 Baillargeon, op. cit., p. 38.

14 Pierre Serré, « Mesure de l’impact électoral d’une minorité : le cas des non-francophones au Québec, 1970 à 1994 », thèse de doctorat sous la direction de R. Boily et R. Nadeau, département de science politique, Université de Montréal, avril 1997, p. 429-430.

15 Jean-François Manègre, Conseil des communautés culturelles et de l’immigration, Statistiques. Démographie, immigration et communautés culturelles au Québec depuis 1871. Edition 1993, Montréal, CCCI, tab. 22.

16 Mireille Baillargeon, op. cit., p. 38.

17 Voir Robert Boily et Pierre Serré (1995), « Le profil du Québec », in Denis Monière et Roch Côté (dir.), Québec 1996, Montréal, Fides/Le Devoir, p. 402. Pour 1996, données aimablement transmises par Charles Castonguay.

18 Voir Charles Castonguay, « L’assimilation linguistique des allophones dans la région de Montréal », in La Presse, 24 janvier 1988.

19 Chez les individus arrivés après 1976 et non soumis à cette obligation, le taux de transferts se chiffre plutôt à 63 %, cependant qu’il s’en tenait à un faible 29 % chez les immigrants arrivés avant 1970 (Serré, 1997 : 443). Rappelons que pour simplement reproduire l’équilibre linguistique actuel, 90 % des transferts linguistiques devraient avoir lieu vers le français. Une part moindre signifie indubitablement une diminution à terme de la part représentée par les francophones au Québec. Voir Charles Castonguay, « Chrétien, Durham, même combat. On satanise volontiers la politique linguistique québécoise mais le bilinguisme de Trudeau a aussi son côté diabolique en ce qu’il représente la langue anglaise comme étant aux abois au Québec », in Le Devoir, 22 août 1996.

20 Castonguay affirmait que, si l’on veut utiliser ce concept, il faut alors « considérer que les données plus récentes sur l’“origine” ethnique nous indiquent l’ascendance culturelle pas trop lointaine du répondant, témoignant de son histoire familiale plus immédiate et connue, soit celle surtout de ses parents et grands-parents ». Voir Charles Castonguay, L’assimilation linguistique : mesure et évolution, 1971-1986, Sainte-Foy, Publications du Québec, Conseil de la langue française, 1994, dossier 41, p. 37.

21 Cette différence de 526 000 entre effectifs de langue parlée et d’origine ethnique françaises est brute. Elle suppose en effet que l’ensemble des personnes d’origine ethnique française parlent le français, ce qui n’est pas le cas : environ 66 000 francogènes n’étaient pas des locuteurs francophones en 1991, ce qui porte à 633 000 les effectifs néo-francophones (Serré, 1997 :450-452).

22 Les changements introduits dans la définition de l’origine ethnique, en 1996, empêchent toute comparaison avec les données antérieures. La décision d’accepter les origines ethniques canadienne, canadiennefrançaise ou anglaise, acadienne ou québécoise, etc. a complètement changé le sens de la question. On peut donc dire qu’à toutes fins utiles, Statistique Canada a éliminé cette variable.

23 Ces données, provenant de Charles Castonguay, ne portent que sur les réponses uniques simples. Si l’on inclut les réponses multiples, 226 000 transferts ont alors été enregistrés en 1996 à Montréal, dont 40 % vers le français. Ces effectifs formaient 4,1 % des locuteurs français à la maison. Voir Castonguay, loc. cit.

24 Ce n’est en effet que par le biais du solde migratoire interprovincial que la part représentée par les francophones s’est maintenue de 1966 à 1996. Si ce solde migratoire (-404 320 personnes, à 74 % anglophones et 16 % allophones de langue maternelle) avait été équilibré (c.-à-d. égal à zéro), le Québec aurait compté 4 % de moins de francophones en 1996 tandis que la région métropolitaine de Montréal, où se concentrent les non-francophones, en aurait compté environ 5,5 % de moins (Serré, op. cit., p. 415 ; Statistique Canada, Le Quotidien, 14 avril 1998, p. 14).

25 De 12 % envers le PQ, ce vote serait passé à moins de 4 % en 1994 et 1995. Les allophones — langue parlée à la maison — comprennent les réponses multiples. Les calculs sont établis par régression logistique (Serré, op. cit., p. 185).

26 Notons toutefois que les différences entre les effectifs de langue parlée à la maison et ceux de langue maternelle sont minimes.

27 Dirigé par Michel Lepage. L’échantillon comprenait 23,5 % de répondants nés au Canada. Quant aux autres, 33,8 % étaient arrivés entre 1981 et 1990, 22,2 % de 1971 à 1980 et 41,9 % avant 1971. 49,6 % étaient âgés entre 18 et 34 ans, 34 % avaient entre 35 et 54 ans et 16,4 % avaient plus de 5 5 ans. 38,8 % disaient avoir un niveau de scolarité primaire ou secondaire. 19 % de ces allophones de langue maternelle parlaient français à la maison contre 23 % pour l’anglais. Au travail, 36,2 % disaient parler français au travail contre 29,9 % pour l’anglais. Langue parlée avec les amis : 28,4 % le français et 35,3 % l’anglais. Langue parlée avec les parents : 10,7 % le français contre 10,8 % pour l’anglais. Une majorité de répondants (47,3 %) se disait être plus à l’aise en anglais contre 42,3 % pour le français.
Sur le plan politique, 51,9 % des répondants disaient préférer le statu quo tandis que 23 % se disaient partisans d’un Québec avec plus de pouvoir au sein du Canada. Un groupe de 7,5 % des répondants souhaitaient un Québec souverain tout en étant associé économiquement avec le reste du Canada. Seuls 4,4 % favorisaient l’indépendance (10,3 % d’indécis et 2,9 % de refus de répondre). Quant au vote, 39,3 % favorisaient le PLQ, 11 % le PQ, 7,2 % le Parti Égalité, 8,1 % d’autres formations. 2,1 % affirmaient ne pas aller voter, 24,7 % demeuraient indécis et 7,6 % refusaient de se prononcer sur la question.

28 Il s’agit naturellement d’une auto-identification de la part des répondants du sondage.

29 Il faudrait lire anglotropes et francotropes. Ces termes proviennent de Castonguay, loc. cit., qui s’est inspiré du mot héliotrope, désignant les plantes qui se tournent vers le soleil. Les communautés francotropes regroupent celles qui, en vertu de leur langue ou de leur histoire, sont portées naturellement vers le français.

30 Voir André Blais et Richard Nadeau, « L’appui au Parti québécois : évolution de la clientèle de 1970 à 1981 », in Jean Crête (dir.), Comportement électoral au Québec, Chicoutimi, Gaëtan Morin éditeur, 1984, p. 279-317 ; André Blais et Jean Crête, « La clientèle péquiste en 1985 : caractéristiques et évolution », Politique, no 10, 1986, p. 5-29 ; Édouard Cloutier, Jean H. Guay et Daniel Latouche, Le Virage. L’évolution de l’opinion publique au Québec depuis 1960, Montréal, Québec/Amérique, 1992, 182 p.

31 Dirigés par Michel Lepage, sondeur pour le Parti québécois.

32 Les 7 % d’allophones de notre échantillon qui avouaient leur intention de voter pour le PQ, à l’hiver 1990, représentaient des effectifs encore bien marginaux (environ 40 000 personnes) par rapport à l’ensemble de la clientèle péquiste.

33 L’étude des corrélations entre l’âge et les groupes linguistiques a confirmé que les allophones sont plus âgés que le reste de la population (Serré, op. cit.). De fait, les transferts linguistiques sont effectués soit par les jeunes immigrants, soit par leurs descendants.

34 Aux 300 000 néo-francophones pourraient donc être rajoutés 48 500 allogènes francophones pour compenser les francogènes passés, pour l’essentiel, à l’anglais ; 15 000 locuteurs francophones de plus d’origine haïtienne et 38 000 locuteurs francophones issus des réponses multiples (voir Serré, op. cit., ch. 10).

35 Les pourcentages varient en fonction du vote des groupes linguistiques (y compris les taux d’inscription et de participation de chacun) ainsi qu’en fonction de la part représentée par les néo-francophones dans l’ensemble des francophones. Si le calcul a pu être établi en 1991, les modifications du recensement de 1996 relativement à l’origine ethnique rendent impossible toute nouvelle estimation.

36 Quant à 1998, l’impact des néo-francophones doit être fort semblable à celui de 1994.

37 Pierre Serré, « Le PQ est inexorablement destiné à disparaître de l’île de Montréal », in La Presse, 4 octobre 1994.

Abbildungsverzeichnis

Titel Graphique 1. Appui au PQ ries allogènes et des allophones dans la région métropolitaine de Montréal, 1970-1995
Bildunterschrift 1. Personne(s) d'origine(s) ethnique(s) autre(s) que française ou britannique unique.Note : D'importantes variations marquent les définitions de l'origine ethnique d’un recensement à l'autre, notamment l'introduction des répondes multiples en 1986. Il s'agit donc de tendances.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14658/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 29k

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen