Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’année politique au Québec

 | 
Robert Boily

II. La vie politique

Opinion publique : impasse constitutionnelle et réorientation du rôle des gouvernements

Guy Lachapelle

Texte intégral

1L’événement politique le plus important de l’année a sans aucun doute été l’Avis consultatif demandé à la Cour suprême du Canada au sujet de la souveraineté du Québec. Le 20 août 1998, et de manière assez rapide, le plus haut tribunal canadien relançait par son jugement le débat politique entourant la façon dont le Québec pouvait accéder à son indépendance. Sur le plan constitutionnel, le débat entourant la « Déclaration de Calgary » et l’« union sociale » constitua aussi un moment important dans les discussions touchant le rôle et le pouvoir du Québec et des provinces au sein de l’État canadien. L’arrivée de Jean Charest à la tête du Parti libéral du Quebec vint s’ajouter à tout ce brassage d’idées concernant l’avenir des relations Québec-Canada.

2Au-delà de la question constitutionnelle, deux autres domaines ont retenu l’attention de l’opinion publique, celui des politiques gouvernementales et celui de la situation économique. En matière de politiques gouvernementales, la réforme de la santé est demeurée au centre de l’agenda public. Les Québécois se sont montrés fort preoccupes en ce domaine, autant par la réorganisation du système hospitalier que par la qualité des soins. Quant a la situation économique, bien que les milieux d’affaires et les citoyens soient demeurés fort optimistes, l’emploi demeura au centre des préoccupations. Au moment d’écrire ces lignes, et au beau milieu de la campagne électorale, le chômage passait au Québec sous la barre psychologique des 10 % pour se situer à 9,7 %. Dans ce chapitre, nous nous arrêterons à la perception de tous ces enjeux par la population québécoise.

L’avis de la Cour suprême

3Le renvoi du gouvernement fédéral à la Cour suprême du Canada avait pour objectif de nier au gouvernement du Québec l’autorité de déclarer unilatéralement son indépendance après un vote référendaire favorable à la souveraineté du Québec. Dans l’entente tripartite signée le 13 juin 1995 entre le Parti québécois, le Bloc québécois et l’Action démocratique du Québec, une période de négociations d’un an était prévue au terme de laquelle l’Assemblée nationale du Québec serait conviée à déclarer l’indépendance du Québec.

4Dans sa stratégie post-référendaire, le gouvernement canadien affirmait que le gouvernement du Québec ne pouvait déclarer unilatéralement l’indépendance, que ce soit en vertu du droit canadien ou du droit international. La tâche de la Cour suprême du Canada s’avérait difficile puisqu’elle devait se prononcer sur une question hautement politique qui risquait d’avoir des conséquences importantes, tant sur sa légitimité comme plus haut tribunal du pays, que sur les stratégies fédéralistes et souverainistes. Le gouvernement du Québec avait d’ailleurs refusé de se présenter devant la Cour suprême, affirmant que ce débat n’était pas de nature juridique mais politique.

  • 1 Le Devoir, 13 février 1998, a1 et a12.

5La Cour suprême du Canada commença l’audition de cette cause le 17 février 1998. Elle nomma d’ailleurs un amicus curiæ afin de présenter devant la Cour les arguments souverainistes. Dès le début des audiences, plusieurs observateurs se demandaient s’il ne serait pas préférable que la Cour refuse de se prononcer sur cette requête du gouvernement fédéral. Dans un sondage SONDAGEM, réalisé entre le 6 et 11 février 1998, 60 % des Québécois étaient d’avis que la Cour suprême devrait refuser d’entendre cette requête ; 82 % des répondants estimaient d’ailleurs qu’il appartenait aux Québécois de décider de leur avenir lors d’un référendum1.

  • 2 Le Journal de Montréal, 21 février 1998, p. 8.

6Dans un autre sondage, réalisé par la firme Léger et Léger entre le 12 et 17 février 1998 (N = 1000), 70 % des Québécois affirmaient également qu’il n’appartenait pas à la Cour suprême mais au peuple Québécois de se prononcer sur le droit du Québec à déclarer unilatéralement sa souveraineté. Donnée fort intéressante de ce sondage, 53 % des fédéralistes étaient également d’avis que la décision finale appartenait à la population du Québec. Plus encore, 38 % des Québécois désapprouvaient la stratégie fédérale (48 % des fédéralistes) amorcée par le ministre fédéral Stéphane Dion2.

  • 3 La Presse, 5 mars 1998, b2.

7Une enquête Angus Reid, réalisée du 23 février au 1er mars 1998, démontrait sensiblement la même chose (N = 1000) ; 62 % des Québécois se disaient en désaccord avec la décision d’Ottawa de demander à la Cour suprême un avis consultatif sur la légalité d’une déclaration unilatérale de souveraineté du Québec. Ce sondage mettait en évidence l’échec de la stratégie fédérale puisque loin de faire chuter l’appui à la souveraineté du Québec, celle-ci se situait au même niveau que lors du référendum de 1995 (OUI, 49 % ; NON, 51 %)3.

8Il faut bien noter que l’opinion publique a certainement joué un rôle dans la position adoptée par les juges de la Cour suprême dans leur avis du 20 août 1998. En établissant que les Québécois avaient le droit de décider de leur avenir par voie référendaire et que dans le cas d’un vote positif, les communautés canadienne et internationale devront prendre acte de cette décision, elle reconnaissait la légitimité de la démarche souverainiste. De plus, en affirmant qu’elle ne se prêterait pas à nouveau à ce genre de jeu en insistant pour que le gouvernement fédéral ne lui pose plus ce type de question, elle reconnaissait la nature hautement politique du débat, partageant en ce sens l’opinion publique québécoise. Toutefois, en cherchant à établir un certain nombre de « principes de consultation » et, en particulier, à définir des mécanismes de négociation entre le gouvernement fédéral et le gouvernement du Québec, elle renvoyait la balle dans le camp du pouvoir politique. Mais elle demeurait fort évasive quant aux éléments à inclure dans cette négociation, admettant que plusieurs scénarios étaient possibles. Que 83 % des Québécois aient estimé, dans un sondage Léger et Léger réalisé dans les jours suivants (entre le 26 et le 29 août 1998, N = 900), que l’avis de la Cour suprême n’aurait aucune influence sur leur vote lors d’un prochain référendum constitue l’élément le plus intéressant. Le gouvernement fédéral a peut-être enfin réalisé qu’il existe une différence importante entre légitimité et légalité.

La Déclaration de Calgary et l’union sociale : convergence entre le Québec et les provinces canadiennes

9Le « cadre de discussion sur l’unité canadienne », mieux connu sous le nom générique de « Déclaration de Calgary », proposé par les premiers ministres des provinces canadiennes en septembre 1997, constituait un énoncé de principes dont les implications constitutionnelles pouvaient s’avérer importantes pour l’avenir politique du Québec. Les 2, 3, 4, 9 et 10 juin 1998, la Commission des institutions de l’Assemblée nationale du Québec se réunissait avec le mandat de procéder à des consultations publiques sur cette entente et en particulier concernant la future entente-cadre sur l’union sociale proposée par le gouvernement fédéral.

10L’entente de Calgary énonçait trois principes : l’égalité des citoyens et des provinces, la diversité culturelle du Canada et la responsabilité du gouvernement fédéral dans la mise en place de normes nationales. Le gouvernement de la Colombie-Britannique demanda une version élargie de la « Déclaration » pour y insérer le principe de la subsidiarité. Le gouvernement du Québec était particulièrement inquiet que ce document puisse constituer le préambule ou le fondement d’une clause interprétative à un projet de modification constitutionnelle. Dans un tel cas, les conséquences pourraient être désastreuses pour le Québec.

11La question de l’union sociale canadienne préoccupait tous les gouvernements provinciaux hors Québec. Ainsi, en juillet, ces provinces demandaient au gouvernement fédéral d’inclure dans l’union sociale une limite au pouvoir fédéral de dépenser et un droit de retrait provincial avec pleine compensation financière. En fait, cette position des provinces était en accord avec celle du gouvernement du Québec et avec leur volonté conjointe d’amener le gouvernement fédéral à verser à nouveau aux provinces les transferts en matière de santé, d’aide sociale et d’éducation post-secondaire. À Saskatoon, lors de la conférence des premiers ministres provinciaux en août 1998, ces derniers demandèrent, y compris le premier ministre Lucien Bouchard, que le gouvernement fédéral redonne aux provinces l’équivalent des coupures effectuées dans les transferts en matière de santé. Devant le front commun des provinces, le premier ministre Jean Chrétien décida unilatéralement de faire marche arrière afin de trouver une autre façon d’intervenir dans le secteur de la santé.

12À propos de ce débat, il est intéressant de noter que très peu de sondages ont évalué l’attitude des Québécois quant à la « Déclaration de Calgary » ou quant aux principes de l’union sociale. On peut affirmer toutefois, sans se tromper, que l’impact des coupures budgétaires du gouvernement fédéral sur la prestation de services dans les provinces fut de manière générale fort mal accueillie. Dans ce dossier, il y a certainement eu convergence entre la position du Québec et celle des autres provinces.

La démission de Daniel Johnson et l’arrivée de Jean Charest à la tête du Parti libéral du Québec

  • 4 La Presse, 22 février 1998, a4.

13En début d’année, la plupart des sondages montraient que le Parti québécois jouissait d’une très nette avance sur le Parti libéral du Québec. Le leadership de Daniel Johnson ne tenait à ce moment-là qu’à un fil. Un sondage CROP réalisé du 12 au 19 février (N = 927) montrait clairement que l’avance du Parti québécois était telle que si des élections avaient lieu au printemps on assisterait à un balayage péquiste. À la question sur les intentions de vote, le Parti québécois recueillait 52 % des voix (59 % chez les francophones) contre seulement 38 % pour le Parti libéral du Québec (33 % chez les francophones). De plus, la satisfaction à l’endroit de Lucien Bouchard se situait à 37 % et était surtout perceptible chez les francophones où il recueillait une note de 62 %4.

14Ces résultats montraient que le Parti libéral du Québec ne pouvait espérer battre le Parti québécois au moment où tous les partis fourbissaient leurs armes pour une élection printanière. Dans le camp fédéraliste, on reprochait de plus en plus au chef du Parti libéral du Québec d’avoir été complètement absent lors de la crise du verglas et d’éprouver de la difficulté à communiquer son message à l’électorat. Un article dévastateur de l’influent hebdomadaire britannique The Economist soulignait d’ailleurs le manque de leadership du chef libéral et surtout son incapacité à présenter une alternative fédéraliste au gouvernement du Parti québécois. Cet article, téléguidé sans doute par les milieux d’affaires québécois, ne visait qu’à hâter le départ de Daniel Johnson au profit de Jean Charest.

  • 5 La Presse, 4 mars 1998, a1 et a2.
  • 6 Le Journal de Montréal, 26 mars 1998, p. 4.

15Quelques jours plus tard, le 2 mars 1998, le chef du Parti libéral annonçait sa démission. Coïncidence ou pas, un sondage Angus Reid réalisé pour Radio-Canada entre le 23 février et le Ier mars 1998 montrait que si Jean Charest devenait chef du Parti libéral du Québec, le camp fédéraliste pouvait espérer vaincre le Parti québécois5. Alors que plusieurs sondages évaluaient la performance éventuelle du Parti libéral du Québec avec Jean Charest à sa tête, ce dernier se faisait attendre et les pressions furent de plus en plus fortes pour qu’il se joigne à l’équipe libérale. Le 26 mars 1998, il annonçait officiellement qu’il se portait candidat à la direction du PLQ. Le même jour, un sondage Léger et Léger, réalisé dans les jours précédents cette annonce (19 au 24 mars 1998, N = 1000), montrait qu’avec Jean Charest le Parti libéral du Québec avait désormais une avance de 13 points sur le Parti québécois6.

  • 7 Le Devoir, 23-24 mai 1998, a1 et a12.

16La popularité de Jean Charest commença toutefois à s’effriter dès son accession à la direction du Parti libéral du Québec, bien qu’une lutte serrée s’annonçait entre les chefs des deux principaux partis dans l’éventualité d’une élection à l’automne. Une enquête SONDAGEM, réalisée du 15 au 19 mai 1998 (N = 1023), indiquait d’ailleurs que les deux partis étaient pratiquement à égalité (PLQ, 37,3 % ; PQ, 34,5 %), l’écart se situant en deçà des 3 %. De plus, 35,8 % des Québécois estimaient que Lucien Bouchard était plus apte à défendre les intérêts du Québec (30,2 % pour Jean Charest) et 32,3 % qu’il était plus intègre que le chef libéral (27,1 %). Quant à Jean Charest, il récoltait de meilleurs résultats que Lucien Bouchard pour ce qui est du chef qui inspire le plus confiance (37,1 % contre 31,8 %) et pour celui qui pourrait proposer le meilleur programme électoral (33,7 % contre 24,0 % pour le PQ)7.

  • 8 Le Devoir, 9 juin 1998, a1 et a8.
  • 9 Le Devoir, 23 juin 1998, aI et a8.

17Un sondage Angus Reid réalisé du 25 mai au 7 juin 1998 donnait des résultats identiques8. Lucien Bouchard était considéré plus apte que Jean Charest à défendre les intérêts du Québec face au reste du Canada (53 % à 42 %). Une seconde enquête SONDAGEM sur l’état du fédéralisme, réalisée du 29 mai au 2 juin 1998 (N = 1003), indiquait que 51,9 % des Québécois étaient d’avis qu’il était impossible de réformer le fédéralisme canadien de façon à satisfaire à la fois le Québec et le reste du Canada. De plus, 62,6 % estimaient que le Québec avait le droit de se séparer et 51,1 % jugeaient que le Québec avait les compétences techniques, les ressources naturelles et le capital financier pour devenir un pays souverain9.

  • 10 La Presse, 14 août 1998.
  • 11 The Gazette, 5 septembre 1998.

18Dès la mi-août, un sondage CROP (7 au 12 août 1998, N = 1012) démontrait clairement que la lutte demeurait serrée, les deux partis étant au coude à coude. L’écart entre libéraux et péquistes n’était plus que de 2,5 % en faveur du parti de Jean Charest (45,5 % contre 43 %). Cependant, l’appui au Parti québécois chez les francophones demeurait important : 50,8 % contre 35,4 % pour le PLQ, un écart de 15,4 %. Chez les jeunes de 18 à 24 ans, l’écart en faveur du Parti québécois demeurait énorme, soit plus de 32 points, 59,5 % contre 26,7 %10. Un sondage SOM, réalisé entre le 28 août et le 2 septembre (N = 1023), indiquait une avance de 11 % du Parti québécois auprès des francophones11.

  • 12 La Presse, 25 septembre 1998, b1.
  • 13 Le Journal de Montréal, 10 octobre 1998, p. 5.
  • 14 Le Devoir, 24-25 octobre 1998, a1 et a14.

19Finalement, les sondages de la rentrée automnale confirmèrent un après l’autre que le Parti québécois avait réussi, depuis l’élection de Jean Charest à la tête du Parti libéral du Québec, à reprendre tout le terrain perdu et même à devancer le PLQ. Un sondage CROP, réalisé du 17 au 23 septembre 1998 (N = 949), mettait le Parti québécois et le Parti libéral nez à nez (46 % contre 45 %)12. Une enquête Léger et Léger donnait des résultats assez semblables (PLQ, 42,7 % ; PQ 42,5 % avant répartition des discrets) ; après répartition des discrets, la maison Léger et Léger plaçait les libéraux en avance avec 48,7 % contre 44,9 pour le Parti québécois13. Finalement, une enquête SONDAGEM, du 17 au 22 octobre (N = 905), indiquait que l’appui au PLQ était de 48,6 % contre 45,6 % au PQ14.

20Le 26 octobre 1998, le premier ministre Lucien Bouchard annonçait officiellement des élections pour le 30 novembre 1998. Avec deux chefs relativement populaires, deux partis politiques pratiquement nez à nez dans l’opinion publique en début de campagne, la campagne électorale de 1998 s’annonçait l’une des plus palpitantes mais aussi l’une des plus déterminantes quant à l’avenir constitutionnel du Québec.

Le virage ambulatoire

21Au cours de l’année, les changements dans le système de santé ont préoccupé au plus haut point les Québécois. Les affrontements entre le Parti québécois et le Parti libéral du Québec à l’Assemblée nationale portèrent d’ailleurs assez souvent sur la qualité des soins de santé et leur accessibilité. Les coupures fédérales dans les transferts aux provinces en matière de santé ont eu en effet un impact déterminant sur l’accessibilité à certains soins. Tous les premiers ministres provinciaux s’accordaient en août 1998 pour demander à l’unisson au gouvernement fédéral de rétablir les transferts en santé afin d’améliorer les services. Devant le consensus des provinces, le gouvernement Chrétien a choisi de reporter à plus tard toute discussion sur le sujet.

22Dès le début de l’année politique, en septembre 1997, un sondage CROP indiquait que 5 5 % des Québécois se disaient inquiets des conséquences du virage ambulatoire, en particulier en ce qui concerne l’accès aux Centres locaux de services communautaires (CLSC), et les séjours de courte durée dans les centres hospitaliers. L’inquiétude était surtout palpable chez les personnes de 65 ans et plus, 73 % d’entre elles exprimant leur peur des changements proposés par le gouvernement du Québec et le ministre Jean Rochon. Les femmes davantage que les hommes (57 % contre 51 %) et les familles à faible revenu (moins de 20 000 $) demeuraient les groupes les plus préoccupés (59 %) par les transformations dans le système de santé.

  • 15 Le Devoir, 18 mars 1998, a1 et a8.

23En début d’année (1998), une enquête Angus Reid démontrait que 59 % des Québécois avaient d’ailleurs peu ou pas du tout confiance dans le ministre Jean Rochon pour gérer le système de santé. L’insatisfaction était particulièrement forte à ce moment puisque 75 % des répondants estimaient que les compressions budgétaires dans le secteur de santé avaient été « trop loin » alors que seulement trois mois auparavant seulement 12 % de la population avait porté le même verdict. On peut ajouter que 50 % des Québécois demeuraient peu optimistes quant à l’avenir, estimant que la qualité des soins allait se détériorer au cours des cinq prochaines années15.

Hydro-Québec, la crise du verglas et la sécurité énergétique

24Le début de l’année 1998, tout le monde s’en rappellera sans doute, fut celui des génératrices, des bûches dans le foyer et des chandelles. Le Québec, mais surtout la grande région de Montréal, vivait la pire crise de son histoire à la suite de changements climatiques soudains. Au moment où les pylônes d’Hydro-Québec tombaient comme des mouches et que plus de 1,3 million de foyers québécois se retrouvaient sans électricité, un fort sentiment de solidarité a prévalu, qui a duré tout au long de la crise. Les conférences de presse journalières du p.-d.g. d’Hydro-Québec, André Caillé, et du premier ministre du Québec, Lucien Bouchard, ont permis aux citoyens, dans des circonstances exceptionnelles, de juger des qualités de leadership de leurs dirigeants.

  • 16 Le Devoir, 15 janvier 1998, a1 et a8.
  • 17 Le Devoir, 16 janvier 1998, a1 et a12.

25Une enquête SONDAGEM réalisée en pleine crise du verglas, soit du 9 au 13 janvier 1998 (N = 1063), démontrait que 97 % des Québécois se disaient satisfaits des services d’Hydr-oQuébec. Le taux de satisfaction à l’endroit de la société d’État se situait alors à plus de 95 %. Ces chiffres démontrent un phénomène observé précédemment, en particulier lors des inondations du Saguenay, soit qu’en situation de crise l’opinion publique québécoise se cristallise et qu’un sens profond de solidarité peut voir le jour, qui se situe bien au-delà des enjeux partisans16. La même enquête indiquait que 65,9 % des personnes interrogées estimaient que le Québec était trop dépendant de l’énergie électrique. Quelque 69,2 % des répondants estimaient d’ailleurs que le gouvernement du Québec devrait favoriser le développement d’autres sources d’énergie comme le gaz et le pétrole17.

  • 18 Le Devoir, 30 janvier 1998, a5.
  • 19 Le Journal de Montréal, 24 janvier 1998, p. 7.

26Deux semaines plus tard (du 23 au 26 janvier 1998, N = 1087), la firme SONDAGEM revenait à la charge en cherchant à évaluer plus précisément la satisfaction à l’endroit des principaux intervenants dans cette crise. À ce moment-là, 96 % des Québécois se disaient satisfaits de la présence de l’armée, 92 % de la Sûreté du Québec ; 90 % d’Hydro-Québec ; 86 % du gouvernement Bouchard ; 81 % des municipalités ; 76 % du gouvernement fédéral et 75 % de la Sécurité civile18. Ces résultats s’inscrivaient dans la lignée d’un autre sondage réalisé par la maison Léger et Léger qui établissait que les Québécois étaient, à 91 %, largement satisfaits de la gestion de la crise et affirmaient avoir été suffisamment bien informés durant ces événements19.

Les autres enjeux du débat public

La fiscalité municipale

27En juin 1997, le gouvernement du Québec indiquait son intention de transférer une facture de 500 millions aux municipalités du Québec afin de contribuer à l’assainissement des finances publiques. À Montréal, où la facture prévue se chiffrait à 47 millions, 68 % des Montréalais estimaient, à la fin août, que ce transfert était inévitable et 84 % que leur compte de taxes allait augmenter (SOM, 22 au 26 août 1997, N = 500). Une enquête CROP (du 3 au 7 septembre 1997, N = 500) précisait cependant que 73 % des Québécois se disaient en désaccord avec l’initiative du gouvernement du Québec même si 56 % d’entre eux affirmaient être peu ou pas du tout au courant du débat. La même enquête démontrait à son tour que 89 % des personnes interrogées s’attendaient à une augmentation de leur compte de taxes.

  • 20 Le Devoir, 10 octobre 1997, a1.

28Une autre enquête, réalisée au début du mois d’octobre par la maison SONDAGEM, confirme le désaccord des Québécois (à 79,4 %) avec l’intention du gouvernement de transférer aux municipalités une facture de 500 millions (SONDAGEM, du 3 au 8 octobre 1997, N = 1053). Quant à la façon dont les municipalités devraient gérer ce transfert fiscal, 41,4 % étaient d’avis qu’elles devraient renégocier à la baisse les salaires et les conditions de travail de leurs employés ; 1 r % estimaient qu’elles devraient réduire les services offerts et seulement 5,7 % souhaitaient une augmentation des taxes foncières20.

La privatisation de l’eau

29À partir de l’automne 1997, un débat fort passionnant a eu cours au sujet de l’eau et de la privatisation des services municipaux d’aqueducs. Au moment où les gouvernement cherchaient diverses stratégies pour éponger leurs déficits, certaines villes comme Montréal semblaient prêtes à confier au secteur privé la gestion de leur service d’aqueduc et la revitalisation de leurs infrastructures.

  • 21 Le Devoir, 12 décembre 1997, a6.

30Une enquête réalisée entre le 28 novembre et le 3 décembre 1997 (SONDAGEM, N = 1026) montrait que 40,1 % des Québécois s’opposaient à la privatisation, que 42,6 % étaient plutôt favorables à une gestion partagée entre le public et le privé et que seulement 17,3 % appuyaient une telle démarche. Pour la très grande majorité des répondants, 73,5 %, l’eau demeure une richesse collective qui appartient à tous les Québécois. Plus encore, 73 % des répondants estimaient que le gouvernement du Québec devait créer une société d’État pour planifier et gérer l’eau ; 76 % se disaient favorables à l’imposition d’une redevance pour les embouteilleurs21.

  • 22 Le Devoir, 10 décembre 1997, aI et a8.

31Le débat se retrouvant rapidement sur la scène politique, le gouvernement du Québec décida d’annoncer, au début de décembre 1997, un moratoire sur toutes les questions touchant la privatisation et la gestion des eaux. D’un point de vue environnemental, la même enquête indiquait que 97,7 % des Québécois demandaient au gouvernement du Québec de prendre des mesures pour renforcer la protection de l’environnement. Leurs inquiétudes étaient d’ailleurs manifestes puisque 49,1 % d’entre eux étaient convaincus que la pollution des rivières et des lacs avait augmenté alors que 25,9 % affirmaient qu’elle avait diminué et que 25 % avaient l’impression qu’elle était demeurée au même niveau22.

Les caisses de retraite

32À la fin novembre 1997, le directeur de la revue L’Action nationale, Rosaire Morin, lançait un cri d’alarme en affirmant que les Québécois confiaient la gestion de leur épargne à des sociétés dont le centre de décision est situé hors Québec, essentiellement à Toronto. Il chiffrait d’ailleurs à plus de 200 milliards le montant de l’exode des épargnes québécoises investies à l’extérieur du Québec. L’analyse de Rosaire Morin indiquait que les cinq plus grandes banques canadiennes n’avaient placé dans des sociétés du secteur public québécois que 602 millions de cette épargne sur les 44,7 milliards qu’elles gèrent dans des sociétés du secteur public québécois.

  • 23 Le Devoir, 5 décembre 1997, aI et a12.

33Dans une enquête SONDAGEM, réalisée entre le 28 novembre et le 3 décembre 1997 (N = 1026), 79,1 % des personnes interrogées souhaitaient que des mesures soient prises afin que les épargnes des Québécois demeurent au Québec. Ainsi, à la question : « D’après vous, quelle proportion de ces épargnes devraient être investies au Québec », 31 % ont répondu la moitié, 19,7 % les trois quarts et 28,4 % la totalité. De plus, 63,6 % estimaient que les sommes des caisses de retraite des travailleurs devraient servir surtout à la création d’emploi23.

Le travail au noir

  • 24 Le Devoir, 17 octobre 1997, a4.

34Au début de l’automne 1997, le gouvernement du Québec a décidé de mener une offensive contre le travail au noir en ciblant particulièrement les employés à pourboire. Dans une enquête réalisée au début du mois d’octobre par la maison SONDAGEM (du 3 au 8 octobre 1997, N = 1053), 74,8 % des Québécois affirmaient que le gouvernement du Québec avait raison de combattre le travail au noir mais estimaient dans une proportion de 68,6 % qu’il ne devait pas viser en premier lieu les employés à pourboire. Les résultats de l’enquête démontraient de manière étonnante que les plus favorables à la démarche gouvernementale (84 %) se retrouvaient surtout chez les jeunes âgés de 18 à 24 ans, alors que l’appui du groupe des 65 ans et plus se situait à 68,7 %. Autres données intéressantes de ce sondage : les personnes les plus scolarisées appuient davantage (87,4 %) la décision du gouvernement du Québec que les personnes ayant abandonné leurs études à la fin du primaire, l’appui de ces dernières ne se situant qu’à 58 %24.

La mission sociale du Mouvement Desjardins

35Le Mouvement Desjardins, créé le 6 décembre 1900, a toujours été un exemple du modèle économique du Québec. Avec ses quelque cinq millions de membres et des actifs deux fois plus élevés que le budget du gouvernement du Québec, Desjardins demeure un outil de développement économique unique. Or, l’année 1998 s’est avérée plutôt difficile pour le Mouvement Desjardins. Plusieurs citoyens et groupes de consommateurs reprochèrent à Desjardins de s’être éloigné de sa vocation coopérative et de sa mission première, soit d’être avant tout au service de ses membres.

  • 25 Le Devoir, 24 avril 1998, aI.

36Dans une enquête menée par la maison SONDAGEM du 17 au 20 avril 1998 (N = 1030)25, la très grande majorité des Québécois se dirent déçus des orientations socio-économiques de Desjardins, 84,9 % des répondants affirmant que le Mouvement coopératif Desjardins était devenu une institution financière comme les autres. Face à la mondialisation des marchés et surtout face à la fusion éventuelle des grandes institutions financières, les Québécois estimaient à 74,2 % que le Mouvement Desjardins pouvait remplir sa mission sociale sans pour autant compromettre sa compétitivité sur les marchés financiers.

Le rôle de l’État dans le financement du sport professionnel

37Depuis quelques années, la question du financement du sport professionnel demeure un enjeu de société important au Québec. L’État doit-il aider financièrement les équipes professionnelles en difficulté ? Quel type de modèle d’affaires ou de partenariat privé-public faudrait-il mettre de l’avant ? Ces deux questions furent au centre de la polémique qui concernait l’avenir des deux principales équipes professionnelles de Montréal, soit le club de base-ball les Expos et le club de hockey le Canadien de Montréal.

  • 26 Le Devoir, 8 mai 1998, aI et a14.

38Ainsi, au moment où le sous-comité de la Chambre des communes entendait les doléances des propriétaires de franchises sportives, 71,9 % des Québécois se disaient en désaccord avec l’idée que les gouvernements aident financièrement les équipes de sport professionnel ; 73,5 % s’opposaient à l’idée que le gouvernement fédéral puisse accorder un traitement fiscal préférentiel aux équipes de la Ligue nationale de hockey (sondage SONDAGEM, du Ier au 5 mai 1998, N = 1026)26.

Les Journées nationales de la culture

39Depuis deux ans, la rentrée automnale au Québec débute, sur le plan culturel, par les Journées nationales de la culture, une occasion pour les Québécois de reprendre contact avec les activités muséales et le travail de leurs artistes et artisans. Ces journées « portes ouvertes », organisées avec l’appui du ministère québécois de la Culture et des Communications, offrent une occasion unique de mesurer l’apport des gouvernements et des institutions dans la promotion d’activités culturelles. Par ce type d’activités, le gouvernement du Québec voulait démontrer sa volonté de consacrer 1 % de son budget à la culture.

  • 27 Le Devoir, 26 septembre 1997, aI et a12.

40Dans une enquête SONDAGEM menée à la mi-septembre 1997, 66,6 % des Québécois estimaient que le gouvernement du Québec devait non seulement maintenir mais accroître sa participation financière aux diverses activités culturelles. Cet appui augmentait en fonction de la scolarité des répondants, les gens ayant une formation universitaire appuyant à 79,5 % une telle intervention étatique. La donnée la plus surprenante fut de constater que les francophones (73,4 %) et les allophones (75,6 %) étaient nettement plus favorables que les anglophones (57,2 %) aux revendications des milieux culturels pour un plus grand interventionnisme étatique27.

***

41Sur le plan constitutionnel, l’Avis de la Cour suprême a d’une certaine façon balisé le débat politique. On pourrait même affirmer que la Cour a imposé un frein à la stratégie de confrontation du gouvernement fédéral avec le Québec (le plan B). En fait, dans l’hypothèse d’un autre référendum au Québec, l’avis de la Cour suprême aura sans doute un impact plus grand sur la stratégie des forces politiques en présence. Avec la réélection du Parti québécois le 30 novembre 1998, il semble d’ailleurs de plus en plus clair que l’impasse constitutionnelle ne pourra être résolue qu’au moment où il y aura une volonté réelle de changement à Ottawa et une véritable attitude de collaboration d’Ottawa avec les provinces. Plusieurs se demandent d’ailleurs si le premier ministre Jean Chrétien est vraiment l’homme de la situation.

42Quant au débat entourant la « Déclaration de Calgary », il est assez clair que cette entente ne répond pas aux demandes traditionnelles du Québec puisqu’elle s’inscrit nettement dans la construction d’une seule et unique identité canadienne. La question de l’union sociale proposée à l’origine par le gouvernement fédéral mais amendée à Saskatoon (en août 1998, soit avant la dernière élection québécoise) par le consensus des provinces de même que l’incapacité du gouvernement fédéral de Jean Chrétien de répondre aux attentes des citoyens du Québec et des diverses régions du Canada indiquent clairement que le fédéralisme canadien ressemble davantage à un cul-de-sac qu’à l’autoroute du renouveau. Reconnaître que les politiques fiscales, monétaires et sociales peuvent être régionalisées, que les administrations régionales ont un rôle de premier plan à jouer dans le développement économique et que la politique n’est pas le gage d’un meilleur avenir sont autant d’incontournables rejetés par Ottawa. Les Québécois et Québécoises ne sont pas dupes et les promesses faites par les ténors fédéraux lors des référendums de 1980 et de 1995 en faveur d’un partage plus équilibré des pouvoirs se sont toujours rapidement envolées. Le problème, ce n’est pas tant ce que veulent les Québécois que de savoir ce que le gouvernement fédéral est prêt à offrir tant au Québec qu’aux autres provinces.

43Mais au-delà du débat constitutionnel, la société québécoise continue de vivre au rythme du changement des valeurs et des nouveaux enjeux de cette fin de siècle. Bien sûr, la crise du verglas, par exemple, aura fait réfléchir les Québécois sur la capacité d’Hydro-Québec d’assurer une certaine sécurité énergétique mais ils se sont surtout interrogés sur le rôle de l’État québécois dans la vie économique, sociale et culturelle des citoyens. Que l’on parle de services de santé, de privatisation de l’eau, de gestion des caisses de retraite ou de travail au noir, les Québécois estiment de manière générale que l’État a un rôle à jouer. Quant à une aide financière aux équipes professionnelles, ils sont loin d’être convaincus que les gouvernements doivent intervenir dans une industrie qui est incapable de contrôler le salaire de ses employés : les joueurs. Toutefois, la question d’un nouveau pacte fiscal avec les municipalités semble loin d’être réglée surtout au moment où les Montréalais ont décidé de réélire Pierre Bourque comme maire.

44Dans ce chapitre, nous avons voulu insister sur le fait que l’opinion publique se retrouve constamment, depuis plus de dix ans, confrontée à des choix de société difficiles. Sur le plan constitutionnel, l’impasse persiste. Les Québécois et les Québécoises s’interrogent sérieusement sur la valeur du pacte associatif Québec-Canada. La réélection du Parti québécois l’indique fort bien, d’autant plus que le nouveau leader du Parti libéral du Québec, Jean Charest, celui que le Canada anglais avait surnommé « Capitaine Canada », n’a pas pu se faire élire premier ministre au Québec et répondre ainsi aux attentes des milieux financiers torontois préoccupés par la naissance d’une coalition des forces de droite au Canada. L’élection de Lucien Bouchard démontre clairement que la réflexion des Québécoises et Québécois n’est pas terminée quant à leur avenir au sein de la fédération canadienne. Ils ne sont pas prêts à renier tous les acquis de la Révolution tranquille ni les efforts entrepris par les gouvernements québécois, tant libéraux que péquistes, vers une amélioration des finances publiques et le maintien de certains acquis sociaux.

45Gouverner le Québec demeure une tâche toujours difficile, surtout dans une société où tous les débats, qu’ils soient de nature constitutionnelle, sociale ou économique, s’abreuvent à l’aune d’une opinion publique qui se retrouve régulièrement au coeur des discussions. La démocratie québécoise demeure de ce fait l’une des plus ouvertes au monde, les citoyens et citoyennes étant continuellement conviés à réfléchir sur la nature de leur participation sociale et politique.

Notes

1 Le Devoir, 13 février 1998, a1 et a12.

2 Le Journal de Montréal, 21 février 1998, p. 8.

3 La Presse, 5 mars 1998, b2.

4 La Presse, 22 février 1998, a4.

5 La Presse, 4 mars 1998, a1 et a2.

6 Le Journal de Montréal, 26 mars 1998, p. 4.

7 Le Devoir, 23-24 mai 1998, a1 et a12.

8 Le Devoir, 9 juin 1998, a1 et a8.

9 Le Devoir, 23 juin 1998, aI et a8.

10 La Presse, 14 août 1998.

11 The Gazette, 5 septembre 1998.

12 La Presse, 25 septembre 1998, b1.

13 Le Journal de Montréal, 10 octobre 1998, p. 5.

14 Le Devoir, 24-25 octobre 1998, a1 et a14.

15 Le Devoir, 18 mars 1998, a1 et a8.

16 Le Devoir, 15 janvier 1998, a1 et a8.

17 Le Devoir, 16 janvier 1998, a1 et a12.

18 Le Devoir, 30 janvier 1998, a5.

19 Le Journal de Montréal, 24 janvier 1998, p. 7.

20 Le Devoir, 10 octobre 1997, a1.

21 Le Devoir, 12 décembre 1997, a6.

22 Le Devoir, 10 décembre 1997, aI et a8.

23 Le Devoir, 5 décembre 1997, aI et a12.

24 Le Devoir, 17 octobre 1997, a4.

25 Le Devoir, 24 avril 1998, aI.

26 Le Devoir, 8 mai 1998, aI et a14.

27 Le Devoir, 26 septembre 1997, aI et a12.

Auteur

Université Concordia

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter