Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’année politique au Québec

 | 
Robert Boily

II. La vie politique

Le patronat québécois, 1988-1998

Jean-Herman Guay

Texte intégral

1Deux grandes préoccupations ont animé le patronat québécois au cours des dix dernières années : la transformation du rôle de l’État et le dossier constitutionnel. Tout au long de cette période, aussi bien dans les mémoires déposés devant les commissions parlementaires qu’à travers les prises de position adoptées au lendemain des budgets ou à la veille des élections, ces deux grands axes ont servi de référence au milieu québécois des affaires. Mais, curieusement, on a assisté à une variation des niveaux de satisfaction de celui-ci, qui, plus souvent qu’autrement, a vu le patronat pantois, dans une position médiane, déchiré par des souhaits divergents.

2Le paradoxe est celui-ci. Le gouvernement Bouchard — bien que souverainiste — a été plus audacieux que les libéraux de Robert Bourassa dans la réduction de l’État. Au niveau fédéral, la situation est analogue. On félicite l’équipe de Jean Chrétien pour avoir atteint l’équilibre budgétaire, alors qu’en fait, les conservateurs de Brian Mulroney favorisaient des politiques économiques plus proches des positions patronales. En fait, le gouvernement Mulroney avait déçu dans la mesure où l’échec des efforts constitutionnels (que le patronat défendait pourtant) a, au bout du compte, ranimé le mouvement souverainiste. D’une manière ou d’une autre, le patronat n’a jamais été pleinement satisfait ni pleinement déçu par les gouvernements.

Le climat économique

  • 1 La Presse, 9 juillet 1998, b4.
  • 2 La Presse, 10 juillet 1997, b3.

3En juillet 1998, lorsque le CPQ publie son 45e sondage sur l’évaluation du climat socio-économique réalisé auprès du milieu des affaires, on peut aisement constater les ondulations du niveau de satisfaction : 81 % des personnes interrogées jugent alors les conditions économiques bonnes ou très bonnes ; ce qui représente 23 points de plus que l’année précédente1. L’optimisme a donc gagné du terrain puisqu’en janvier 1997, seulement 3 8 % jugeaient ces conditions bonnes ou très bonnes2. Gilles Taillon, du Conseil du patronat du Québec, commentait : « Ils ne sont pas très inquiets. »

4En fait, il faut remonter à la fin des années 1980 pour retrouver un tel enthousiasme. En janvier 1989, 93 % des répondants jugeaient que le climat économique était bon ou très bon. Mais à peine six mois plus tard, ce pourcentage avait baisse a 75 %. En janvier 1990, il chutait à 45 %, et en juillet de la même année il dégringolait à 22 %. Ghislain Dufour avait diagnostiqué le changement rapide des « enthousiasmes » : « Le climat économique est terne et l’humeur des gens d’affaires est morose. »

L'état de l'économie

  • 3 Chambre de commerce du Québec, Restaurer la confiance des Canadiens, janvier 1994.

5Le patronat a bien vite compris qu’une large part des paramètres économiques échappait aux intervenants intérieurs de l’économie. La Chambre de commerce du Québec estime que 40 % des 400000 pertes d’emplois au Canada entre 1990 et 1992 sont attribuables à la mondialisation des marchés3.

  • 4 La Presse, 29 décembre 1992.

6En 1991, presque 70 000 emplois ont été perdus. Cascades et Donohue se sont trouvés en difficulté. Les ateliers Angus ont fermé leurs portes au premier trimestre de 1992. L’homme d’affaires Raymond Malenfant, qui avait tenu tête aux syndicats pendant les années 1980, s’est trouvé sérieusement ébranlé. Des entreprises renommées — comme la quincaillerie Pascal — ferment leurs portes. Le groupe Lavalin, avec ses 4000 employés — qu’on associait à l’émergence de la bourgeoisie québécoise —, est en faillite. En 1992, les coups durs se multiplient : les Coopérants ferment boutique en janvier 1992, la chaîne La Maisonnée fait de même. Tous les secteurs sont touchés : hôtellerie, édition, informatique, services de transports, produits forestiers. En somme, l’expression « Québec inc. », à la mode à la fin des années 1980, perd sa pertinence. La patronat glorieux est découragé et inquiet devant les perturbations engendrées par les processus de mondialisation. Seule récompense : les relations de travail. Depuis 20 ans, jamais on n’a enregistré un aussi faible nombre de grèves ou de lock-out. D’ailleurs, l’économie se porte si mal que les partenaires habituellement à couteaux tirés en viennent à développer de nouvelles attitudes. Certains vont même jusqu’à parler de « révolution culturelle4 ».

  • 5 La Presse, 14 août 1993.

7En fait, il faut attendre quelques années avant que le climat change. Cela s’est produit dès que les exportateurs sont parvenus à bien se positionner sur le marché continental. Il ne fait en effet pas de doute qu’une large part des nouveaux emplois créés sont dus aux accords de libre-échange passés par le gouvernement Mulroney. L’Association des manufacturiers du Québec n’hésitait pas à dire à l’été 1993 : il faut « féliciter nos négociateurs5 ». La mondialisation, source d’inquiétudes, devient dès lors un facteur favorable.

Le dossier constitutionnel

  • 6 Le Devoir, 27 janvier 1997, a1.
  • 7 Le Devoir, 20 octobre 1990.

8Il n’y a pas que l’économie qui explique les sautes d’humeur du milieu des affaires. La gestion des relations fédérales provinciales contribue beaucoup à colorer le paysage. L’Accord du lac Meech, initialement adopté par les premiers ministres en 1987, et applaudi par le milieu des affaires, a suscité une série de polémiques dans le reste du Canada. La fronde est venue d’abord du Nouveau-Brunswick, puis du Parti libéral du Canada. Mais c’est à Winnipeg et à Saint-John’s, dans les derniers jours de juin 1990, à la fin du délai de trois ans prévu par la constitution pour un amendement, que le projet de règlement du contentieux constitutionnel a subi son coup de mort. Au moment de l’échec de l’Accord du lac Meech, des franges de la classe d’affaires québécoise n’ont pas hésité à afficher un discours nettement plus nationaliste, quasi souverainiste. L’appui au régime fédéral qui, au sein du patronat québécois, dépassait largement les 80 %, s’est retrouvé à 70 % au moment de la mort de Meech6. Jacques Drouin, du groupe La Laurentienne, s’est dit fatigué d’Ottawa : « Ça fait trois ans que, dans le cadre de mes fonctions, je rencontre des officiels d’Ottawa. Eh bien, on se raconte des banalités7. »

  • 8 La Presse, 26 septembre 1990.
  • 9 Le Devoir, 19 octobre 1990.

9Il faut dire que certains porte-étendards occupaient le devant de la scène : Claude Béland du Mouvement Desjardins, Claude Castonguay de la compagnie d’assurance La Laurentienne Vie et Richard Le Hir de l’Association des manufacturiers. Ce dernier deviendra député péquiste et ministre en 1994. Ce fut suffisant pour qu’un patronat nationaliste émerge et sorte de l’ombre. Jean Lambert, président de la Chambre de commerce du Québec, affirmait ainsi : « Il faut que le Québec remette en cause son association avec le reste du Canada8. [...] Nous sommes capables de faire vite, d’autant plus que le climat est actuellement propice à des consensus. » La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a épousé des opinions semblables : « Le changement, souhaitable hier, est devenu aujourd’hui une condition de survie de nos institutions d’un océan à l’autre. Des changements majeurs, fondamentaux même, dans la répartition des pouvoirs s’imposent. Seuls les nostalgiques d’une époque révolue refusent encore d’admettre cette évidence. » Même le CPQ exigeait des modifications : « Nous étions embarqués dans un mouvement trudeauiste alors qu’aujourd’hui nous remettons en cause le statu quo9. »

  • 10 Le Devoir, 23 avril 1992.

10Malgré ce flirt, le milieu des affaires est demeuré, dans sa majorité, massivement fédéraliste. Et quand les vagues souverainistes se furent apaisées, les leaders patronaux, nettement fédéralistes, ont repris le devant de la scène, en particulier Ghislain Dufour. L’appui des patrons à l’entente de Charlottetown, en 1992, constituait une belle occasion de refaire l’unité : « On voit donc combien il serait important, pour un camp comme pour l’autre, de l’emporter de façon décisive, de façon à ce que le débat constitutionnel soit évacué pour au moins 20 ans, ce qui nous permettrait d’appliquer nos énergies et notre savoir à faire autre chose que des affrontements débilitants10. » Le CPQ opte ainsi pour un « OUI sans équivoque ». Mais tel ne fut pas le choix des électorats canadiens et québécois. La plaie n’était pas ravivée comme à l’été de 1990, mais les signes de cicatrisation se faisaient encore attendre.

  • 11 Selon le CPQ, La Presse, 26 juin 1997.

11Juste avant le référendum de 1995, les patrons ont beaucoup plaidé pour que la majorité requise soit nettement supérieure à 50 %. Quelques années plus tard, cette position était finalement mise de côté. Avant le référendum, on a pressé le gouvernement fédéral pour qu’il réaménage la fédération canadienne. Mais à l’été 1997, on estimait qu’une nouvelle ronde constitutionnelle était semée d’embûches : « Dès qu’on parle de changements constitutionnels, on s’aligne sur des difficultés considérables11. » Il vaut mieux ne pas en parler... voilà une prudence héritée des années Mulroney et que le premier ministre Chrétien a fait sienne.

  • 12 Le Devoir, 29 avril 1997, a7.

12Au cours des toutes dernières années, l’attitude patronale est devenue relativement complexe. En fait, le patronat plaide pour l’utilisation de la voie administrative comme instrument de décentralisation du pays et de satisfaction des revendications du Québec. L’entente fédérale-provinciale sur la formation de la main-d’œuvre est ainsi un modèle. Denis Beauregard du CPQ n’hésitait pas à dire : « Pour le patronat, il s’agit maintenant de tout mettre en œuvre pour que cette entente se concrétise le plus vite possible pour ceux et celles qui devraient au bout du compte en récolter les bénéfices, qui se traduiront par une meilleure intégration au marché du travail. Et bien sûr, il faut continuer à améliorer une entente qui, tout en n’étant pas aussi parfaite que nous le souhaiterions tous, n’en constitue pas moins un succès sur lequel nous pouvons bâtir12. »

13Une constante traverse la période : le patronat, du moins par la voix de ses porte-parole, estime que « l’incertitude politique », qu’elle provienne de réformes constitutionnelles avortées ou du projet souverainiste, exerce un effet démobilisateur sur l’investissement. Certains y voient le premier facteur ; d’autres une cause très secondaire... mais au-delà de la combinatoire des priorités, il s’agit presque d’un leitmotiv du discours patronal.

À l'endroit des gouvernants

  • 13 Le Devoir, 15 janvier 1992.

14Au début de l’année 1992, Ghislain Dufour lançait : « J’ai l’impression qu’on va frôler le zéro au mois de juin en termes d’évaluation des hommes politiques québécois et canadiens13. »

15Pendant les années Mulroney, la classe patronale s’est réjouie des efforts de redressement des finances publiques, mais l’économie ne produisait cependant pas les effets escomptés. Les finances publiques affichaient un déficit contrôlé, mais néanmoins gigantesque. Quand les libéraux prennent le pouvoir, en 1993, et que l’économie prend du mieux, le patronat québécois est nettement plus optimiste même si les libéraux sont plus interventionnistes que ne l’étaient les conservateurs. À une série de questions formulées par le CPQ, le PLC répliquait : « Contrairement aux conservateurs, nous pensons que l’Etat peut agir pour le bien de tous. L’expansion économique ne doit pas obéir uniquement aux lois du marché. »

  • 14 Le Devoir, 19 février 1997.
  • 15 Le Devoir, 19 février 1997.

16Les gens du milieu des affaires se réjouissent d’abord des efforts déployés par le gouvernement fédéral pour réduire le déficit et atteindre l’équilibre budgétaire. Au lendemain du budget de février 1997, on disait du ministre qu’il a « réussi à redonner confiance aux marchés financiers14 ». La Chambre de commerce du Montréal métropolitain disait : « Dans la lutte au déficit, ils ont mieux fait que prévu, ce qui est excellent15. » En somme, à la fin des années 1990, les politiciens fédéraux ne sont plus honnis comme au début de la décennie.

17À l’égard du gouvernement du Québec, l’évolution est similaire. Au début des années 1990 on se plaint, par exemple, de la gestion du dossier environnemental. Le désenchantement se manifestait encore plus clairement à l’aube de l’année 1994. Dans un document intitulé Agir immédiatement pour garantir un avenir meilleur, le CPQ exprimait une critique globale : « Il faut dissiper un certain flottement qui paralyse le processus décisionnel depuis plusieurs mois et qui ne profite à personne. » Le patronat témoignait de sa déception vis-à-vis du gouvernement libéral : celui-ci devait faire le ménage dans les finances publiques, déréglementer, privatiser ou, à tout le moins, favoriser la sous-traitance. Or le Rapport Gobeil, qui correspondait à la philosophie du patronat, a été rapidement écarté par le premier ministre Bourassa. En janvier 1993, on lisait, dans un mémoire présenté à la Commission du budget et de l’administration : « Les résultats sont loin d’être satisfaisants. Ayant entendu, depuis dix ans, le discours politique annonçant le dégraissage de la fonction publique, il est navrant de constater aujourd’hui qu’il y a eu, en réalité, une croissance des effectifs de 7,4 % sur la période 1988-1992 ! »

  • 16 On estime qu’en un an quelque 11 350 emplois ont été créés suite aux décisions prises au Sommet su (...)

18L’arrivée au pouvoir de Jacques Parizeau n’améliore pas l’état d’esprit. Il faut attendre l’après-référendum et l’arrivée de Lucien Bouchard pour que des signes de changement commencent à poindre à l’horizon. Un des points tournants est sans aucun doute le Sommet sur l’économie et l’emploi de novembre 1996. Ce n’est pas tant son impact économique16 qu’il faut souligner que le changement d’attitudes qu’il a provoqué.

  • 17 La Presse, 1er novembre 1997.
  • 18 La Presse, 1er novembre 1997.

19Dirigé par le premier ministre, renouvelé par des rencontres trimestrielles, cette occasion a, selon Clément Godbout de la FTQ, « rendu le monde patronal moins virulent à l’égard du gouvernement17 ». Pour Henri-Paul Rousseau de la Banque Laurentienne, le sommet « a aidé à prendre le virage des finances publiques [...] On arrête de blâmer l’autre et on s’approprie les enjeux. » Selon Gérald Ponton, p.-d.g. de l’Alliance des manufacturiers et exportateurs du Québec, « les porte-parole apprennent à se connaître et à se respecter sur le plan personnel [...] Larose a maintenant des positions plus nuancées sur la taxation des entreprises18. »

  • 19 La Presse, 4 décembre 1997.
  • 20 Le Devoir, 21 nombre 1997.

20Il faut dire qu’à la fin de la décennie, les indicateurs économiques pointent dans le bon sens : création d’emplois, chute de 21 % des faillites d’entreprises19. Le patronat constate bien que le taux de croissance doit gagner quelques points pour régler les problèmes de chômage, mais il met en garde tout freinage de l’économie qu’induirait la Banque du Canada, pour empêcher des surchauffes inflationnistes dans quelques provinces (comme l’Alberta)20.

  • 21 Le Soleil, 20 décembre 1997.
  • 22 Le Soleil, 20 décembre 1997.

21Lors d’une rencontre, en décembre 1997, le patronat se disait réjoui de la fermeté avec laquelle le gouvernement Bouchard menait la lutte contre le déficit. Alors que les groupes communautaires dénonçaient les choix budgétaires, les patrons ne tarissaient pas d’éloges. « Sa gestion des finances publiques nous plaît beaucoup. Voilà un gouvernement qui s’est attaqué au problème de façon sérieuse et les résultats s’en viennent21. » Le député péquiste François Gendron était quelque peu gêné de ces applaudissements et du paradoxe qu’ils traduisaient par rapport à ses engagements socio-démocrates : « Que le patronat m’applaudisse plus fort que d’habitude ne m’ébranle pas. Ça ne changera rien à ma façon de faire. D’autant qu’il ne votera jamais pour moi. Je n’ai donc pas le droit de m’asseoir là-dessus en pensant que ça assurera le succès des deux choses que nous voulons : faire la souveraineté politique du Québec et assurer notre réélection22. »

  • 23 Le Droit, 1er avril 1998.

22Le ton changeait. Ainsi, lors du budget québécois du printemps 1998, la Fédération canadienne des entreprises indépendantes s’est félicitée, par l’intermédiaire de son vice-président Pierre Cléroux, de la réduction du fardeau fiscal des petites entreprises du Québec23.

Les véhicules patronaux

  • 24 Le Soleil, 1er février 1997.
  • 25 Le Devoir, 27 janvier 1997.
  • 26 Le Devoir, 21 janvier 1997.

23Le Conseil du Patronat, créé en 1969, n’a pas cessé d’exercer une emprise solide sur le milieu des affaires. Son hégémonie ne s’est pas démentie au cours des dix dernières années. Avec ses 14 employés, une équipe de recherchistes et un budget de plus d’un million de dollars, « le CPQ est devenu un interlocuteur très crédible et d’une notoriété assurée. Il est devenu incontournable24. » Autrefois discrets, les patrons sont devenus des intervenants publics. Le CPQ regroupe à présent quelque 102 associations patronales et 435 membres parmi les entreprises. Bien que défenseurs acharnés des intérêts patronaux — « T’es patronal ou t’es syndical25 » —, Ghislain Dufour a cherché les points de convergence : « Nous, on veut faire plus d’argent, eux autres veulent faire plus de salaire. Il n’y a pas d’idéologie ; on se rejoint sur les objectifs de fond. Dans une société, pour bien fonctionner, il faut un gouvernement fort, un syndicalisme fort, un patronat fort. Il faut du pouvoir dans les trois pattes du triangle. » Et il ajoute : « Moi j’appelle les chefs syndicaux à la maison et vice-versa. C’est unique au Québec, unique au CPQ26. »

  • 27 Le Soleil, 23 octobre 1993.

24En fait, depuis dix ans le CPQ a conservé son rôle de premier interlocuteur. Certes, au début des années 1990, Richard Le Hir est devenu, selon le journaliste du Soleil Jean-Marc Salvet, un « personnage quasi incontournable de la vie publique québécoise27 ». En ayant réussi, en 1991, à détacher presque entièrement son groupe patronal de l’Association des manufacturiers canadiens pour créer l’Association des manufacturiers du Québec, il s’était acquis une position privilégiée. Cependant, son entrée en politique, les problèmes qu’il y rencontra en 1995 et son évincement rapide du Cabinet terniront son image publique. L’Association n’a pas retrouvé la visibilité qu’elle avait au début des années 1990.

  • 28 Dont dix ans à la présidence.

25Quand, après 28 ans à la barre de l’organisation28, Ghislain Dufour effectua la passation des pouvoirs à Gilles Taillon, lequel a évolué à la tête de la Commission scolaire de Sherbrooke, puis à la vice-présidence de la Fédération des commissions scolaires, il indiqua qu’il était heureux de voir les patrons du Manitoba se doter d’une organisation semblable à celle du CPQ. Il dit aussi envisager l’existence d’une fédération regroupant les patrons de la Colombie-Britannique, du Nouveau-Brunswick, du Manitoba et du Québec.

26En 1998, le CPQ opte pour la continuité. Ses revendications sont semblables à ce qu’elles ont traditionnellement été : réduction des impôts, réduction des cotisations à la CSST, déréglementation, accroissement des formes de soustraitance.

  • 29 La Presse, 12 mars 1992.
  • 30 La Presse, 10 octobre 1997.

27La création de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain par la fusion, en 1922, du Board of Trade (créé en 1822) et de la Chambre de commerce de Montréal (créée en 1887), a permis de mettre un terme à des rivalités qui n’avaient souvent donné que des « fruits amers29 ». On cohabitait sans se parler, soutient un artisan de la fusion. « On va maintenant bâtir, semer ensemble. » L’ambition est d’accélérer le « réseautage » des intérêts locaux et d’accroître la capacité d’intervention de l’organisme sur la scène montréalaise. Après plus de cinq ans, il reste encore beaucoup de travail. Et cette organisation n’a pas remis en question l’hégémonie exercée par le CPQ. Celui qui occupe la présidence de l’organisme depuis l’automne 1997, André D. Godbout, croit que le milieu montréalais des affaires manque souvent de leadership : « Il doit démontrer un intérêt réel pour la collectivité, au-delà de son enrichissement matériel30. » Et il enchaînait en provoquant certains remous : « Il est inutile de blâmer les autres : c’est notre propre leadership qui fait défaut. » En fait, selon lui, la présence « erratique » de la Chambre de commerce est largement due à sa direction trop changeante et tributaire de la personnalité de ses présidents.

***

28En somme, bien qu’il n’existe pas de mesures précises permettant d’évaluer la puissance des agents sociaux, le patronat québécois semble n’avoir ni perdu ni gagné de terrain au cours des dix dernières années. Sa fierté, parfois arrogante au milieu des années 1980, a laissé place à une attitude plus réaliste, plus modérée et plus fonctionnelle. Il faut dire que le mouvement syndical a également changé. Sur la position constitutionnelle, le patronat reste massivement fédéraliste, mais Lucien Bouchard est parvenu à créer des ponts que les autres dirigeants du Parti québécois n’avaient jamais su construire. Lors d’un prochain référendum, on verra peut-être une portion du milieu des affaires opter pour des positions souverainistes ou adopter une attitude plus neutre. L’arrivée de l’homme d’affaires François Legault au sein du gouvernement péquiste est peut être un signe avant-coureur d’alliances inédites, difficilement imaginables il y a 20 ans.

29En fait, le patronat québécois a peut-être quitté le stade de l’adolescence au cours des dix dernières années. Moins à la merci de la bourgeoisie anglophone de Montréal, plus affirmé dans sa pluralité, il a perdu le monolithisme qui le distinguait de la société civile, nettement plus partagée dans son ensemble. En somme, le patronat québécois, par le biais de ses organisations, de ses leaders mais surtout de ses réussites économiques dans le nouveau contexte de mondialisation, a peut être acquis une personnalité plus complexe.

30Au-delà des enjeux internes, le patronat québécois est sensible aux tensions qui animent l’évolution de la scène internationale, en particulier le commerce continental. Quand celui-ci se resserre, les patrons d’ici tentent d’en prévenir les effets. Cependant, si le vent de la prospérité qui souffle sur l’économie américaine depuis quelques années gagne le Québec, il y a fort à parier que l’attentisme qui a marqué le mouvement syndical depuis 20 ans se transformera en exigence en vue d’un meilleur partage des fruits de la prospérité. La rivalité patron-syndicat risque alors de resurgir ! On retiendra des dix dernières années qu’elles furent celles de la concertation et d’une paix relative dans le domaine des relations de travail.

Notes

1 La Presse, 9 juillet 1998, b4.

2 La Presse, 10 juillet 1997, b3.

3 Chambre de commerce du Québec, Restaurer la confiance des Canadiens, janvier 1994.

4 La Presse, 29 décembre 1992.

5 La Presse, 14 août 1993.

6 Le Devoir, 27 janvier 1997, a1.

7 Le Devoir, 20 octobre 1990.

8 La Presse, 26 septembre 1990.

9 Le Devoir, 19 octobre 1990.

10 Le Devoir, 23 avril 1992.

11 Selon le CPQ, La Presse, 26 juin 1997.

12 Le Devoir, 29 avril 1997, a7.

13 Le Devoir, 15 janvier 1992.

14 Le Devoir, 19 février 1997.

15 Le Devoir, 19 février 1997.

16 On estime qu’en un an quelque 11 350 emplois ont été créés suite aux décisions prises au Sommet sur l’économie et l’emploi, soit 17 % des emplois créés pendant la période.

17 La Presse, 1er novembre 1997.

18 La Presse, 1er novembre 1997.

19 La Presse, 4 décembre 1997.

20 Le Devoir, 21 nombre 1997.

21 Le Soleil, 20 décembre 1997.

22 Le Soleil, 20 décembre 1997.

23 Le Droit, 1er avril 1998.

24 Le Soleil, 1er février 1997.

25 Le Devoir, 27 janvier 1997.

26 Le Devoir, 21 janvier 1997.

27 Le Soleil, 23 octobre 1993.

28 Dont dix ans à la présidence.

29 La Presse, 12 mars 1992.

30 La Presse, 10 octobre 1997.

Auteur

Université de Sherbrooke

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter