Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’année politique au Québec

 | 
Robert Boily

II. La vie politique

La vie des partis

Jean Crête

Texte intégral

1Depuis 1988, la vie des partis politiques québécois s'est développée dans un climat de polarisation constante à propos de l’avenir constitutionnel du Québec. Après le rejet de l’Accord constitutionnel du lac Meech en 1990, la possibilité a existé, pendant quelques mois, d’un consensus sur la question nationale entre les deux grands partis que sont le Parti libéral du Québec et le Parti québécois. Après diverses péripéties, qui aboutirent au référendum de 1992 sur l’accord dit de Charlottetown, les deux partis se distinguèrent encore très nettement sur cet enjeu. Et puis, au cours des années 1980, et surtout depuis l’élection de 1994, le PLQ s’est déplacé constamment sur sa droite de sorte qu’à la fin de la décennie il se distingue aussi nettement du PQ sur le rôle de l’État dans la société. Au cours des dix dernières années, ces deux grands partis politiques ont aussi eu un roulement de chefs : trois chacun. Dans chacun des cas, le changement de chef a aussi signifié un changement quant aux articles du programme à promouvoir.

Les chefs

2L’événement marquant de l’année 1998 fut sans nul doute l’arrivée à la tête du Parti libéral du Québec du chef du Parti progressiste-conservateur du Canada, Jean Charest. Depuis le référendum de 1995 portant sur la souveraineté du Québec, les libéraux fédéraux et les magnats de la grande entreprise canadienne située au Québec doutaient de la capacité de Daniel Johnson, alors chef du PLQ, de gagner les prochaines élections générales au Québec. Il y avait eu un peu de grogne à l’intérieur du parti mais le chef avait réussi soit à éloigner les mécontents soit à les ramener à de meilleurs sentiments de sorte qu’il avait un contrôle assuré sur son parti lorsqu’il choisit de le quitter.

3Dans la grande famille libérale cependant, Daniel Johnson ne faisait pas l’unanimité. Les libéraux fédéraux ne prisaient pas toujours ses positions relativement fermes sur la place du Québec dans la fédération canadienne. Un des ministres fédéraux les plus anciens, André Ouellet, suggéra au PLQ de changer de chef et de nommer Jean Charest. Plus tard, Daniel Johnson fut effectivement convaincu de démissionner pour passer le bâton à Jean Charest qui était alors la personnalité fédéraliste de loin la plus populaire. M. Charest a été accueilli dans l’enthousiasme et sans que les personnes qui auraient pu être intéressées à succéder à M. Johnson puissent se manifester. Comme l’arrivée d’un nouveau chef est souvent l’occasion de départs de lieutenants du chef sortant, on assista au retrait de la vie politique de Liza Frulla. Elle avait été membre du Conseil des ministres dans les gouvernements de MM. Bourassa et Johnson et son nom avait été souvent mentionné comme aspirante à la succession d’abord de M. Bourassa, puis de M. Johnson.

4L’arrivée de Jean Charest parachève le recentrage du PLQ sur la droite économique et sur l’accommodement aux positions constitutionnelles développées par le Parti libéral du Canada. Sur le plan de la philosophie économique, le PLQ est passé d’une tendance social-démocrate fort modérée avec Robert Bourassa à un conservatisme encore marqué par la social-démocratie sous Daniel Johnson. Jean Charest reflète davantage le conservatisme traditionnel de la droite nordaméricaine. Lors de sa dernière campagne électorale fédérale, avant de devenir chef du PLQ, il promettait de réduire de 10 % les impôts des particuliers dès un premier budget, ainsi que des compressions massives dans les dépenses de l’État s’il était élu premier ministre du Canada. La philosophie qui nourrit son discours depuis son arrivée à la tête du PLQ puise aux mêmes sources. S’agissant des arrangements constitutionnels, le nouveau chef du PLQ est moins autonomiste que ne l’était Daniel Johnson qui lui-même l’était moins que Robert Bourassa. De la « souveraineté culturelle » de Robert Bourassa à la « société distincte » du tandem Bourassa-Johnson, on passe, avec Jean Charest, à l’intégration à la société canadienne.

5Du côté du Parti québécois, le passage, en 1988, de Pierre Marc Johnson à Jacques Parizeau avait provoqué le recentrage des débats sur l’article premier de leur programme, la souveraineté du Québec. Avec Lucien Bouchard, devenu chef du PQ immédiatement après le référendum de 1995, le volet association, désormais connu sous le nom de « partenariat », a pris plus d’importance. De plus, avec M. Bouchard, on a davantage mis l’accent sur l’équilibre entre les dépenses et les revenus de l’État que ce n’était le cas auparavant. Cette préoccupation à éliminer le déficit budgétaire allait de pair avec le discours dominant des juridictions canadiennes. Lucien Bouchard, tout comme Jean Charest, a accédé à la direction d’un parti québécois en quittant un poste de direction d’un parti fédéral. Tout comme M. Charest pour les fédéralistes, il était, au moment de son passage du Bloc québécois au Parti québécois, la personnalité publique la plus populaire dans la mouvance souverainiste.

6Du côté de l’Action démocratique du Québec, personne ne semble contester le rôle du chef Mario Dumont qui, selon les sondages, est plus populaire que son parti et fut en plus le seul Zdéputé de cette formation politique de 1994 à 1998. Dans une tentative pour profiter de la notoriété du chef lors des élections de 1998, le parti a modifié son nom officiel pour devenir « Action démocratique du Québec/Équipe Mario Dumont ».

7Que les personnalités les plus populaires pour chacune des options politiques choisissent de débattre de leurs options dans l’arène québécoise plutôt que dans l’arène fédérale illustre bien ce qui différencie le Québec du reste du Canada. D’autre part, le choix des chefs est une opération menée par les establishments des partis, et la démocratie interne des partis s’exerce très peu. De Bourassa à Johnson à Charest, le tout a baigné dans l’huile sans que les militants de la base ne soient vraiment inscrits dans le processus sinon pour ratifier le choix des élites du parti. Dans le cas du Parti québécois, le passage de Pierre Marc Johnson à Jacques Parizeau avait été un peu plus houleux puisque des membres de l’establishment, appuyés par des militants, demandaient le départ de M. Johnson. Cependant, une fois ce dernier évincé, l’accession à la direction du parti était une affaire entendue. En 1995, tel qu’il l’avait annoncé en 1992, Jacques Parizeau quitta son poste au lendemain de la défaite référendaire. L’arrivée de Lucien Bouchard à la direction du PQ fut encore une fois une affaire entendue. Cette façon de faire contraste singulièrement avec ce qui se passait il y a 20 ou 30 ans dans ces partis ; le poste de chef était alors acquis après des débats et des congrès exclusivement consacrés au choix d’un chef.

Les programmes

La question nationale

8Les partis politiques québécois se distinguent d’abord par leur position sur la question nationale. Si la position de fond de chacun des partis ne change que lentement, les modalités d’application de leur choix de base varient selon les accommodements possibles avec les diverses composantes de la société de référence.

9En 1988, le Parti québécois a décidé de remettre très clairement au premier plan l’objectif de réaliser la souveraineté du Québec. On parlerait de souveraineté avant les élections, pendant la campagne électorale et après les élections. Cette position tranchait avec celle que le parti avait adoptée depuis le référendum de 1980 et surtout depuis l’option du « beau risque » de René Lévesque et celle dite de « l’affirmation nationale » de Pierre Marc Johnson.

10Le Parti libéral, sous la direction de Claude Ryan, avait développé sa position constitutionnelle pour le référendum de 1980. Le document, connu sous le nom de « livre beige », avait été relégué aux oubliettes après que le gouvernement fédéral de P. E. Trudeau l’eut rejeté. En 1985, le Parti libéral avait adopté un programme minimal qui se résumait aux cinq propositions que l’on retrouva dans l’entente dite du lac Meech. En 1990, devant la probabilité du rejet de l’Accord constitutionnel du lac Meech, le PLQ mandata un comité pour préparer un nouveau programme constitutionnel. En janvier 1991, le comité publia son rapport, désormais connu sous le nom du président du comité, Jean Allaire. Le rapport proposait des modifications substantielles à la constitution du Canada. Le rapport proposait de limiter les champs de juridiction fédérale et la réorganisation de certaines institutions fédérales, comme la disparition du Sénat et une représentation régionale à la Banque du Canada. De plus, le rapport proposait : « Dans le cas où il n’y aurait pas entente sur la réforme proposée par le Québec, que le gouvernement issu du PLQ propose l’accès du Québec au statut d’État souverain, que dans cette deuxième hypothèse, le Québec offre au reste du Canada l’aménagement d’une union économique gérée par des institutions de nature confédérale. » Le Rapport Allaire fut adopté sans modification et devint le programme du parti en matière constitutionnelle. L’année suivante, après que le reste du Canada, dans le cadre des conférences fédérale-provinciales, eut rejeté la substance du Rapport Allaire, le PLQ changea à nouveau de position. La position du PLQ correspondrait plutôt au contenu de l’entente dite de Charlottetown. Cette entente devait être rejetée lors d’un référendum en 1992. Le PLQ n’avait pour ainsi dire plus de position constitutionnelle précise. Ce fut alors le chef qui définissait la position du parti. Ainsi, pour Daniel Johnson et Jean Charest la position du Parti libéral peut être résumée ainsi : un parti fédéraliste qui entend défendre les intérêts du Québec dans un Canada davantage uni.

11Le rejet par le PLQ du Rapport Allaire devait mener, en 1994, à la création d’un nouveau parti, l’Action démocratique du Québec. Ce parti, formé d’abord des dissidents nationalistes du PLQ, a adopté le Rapport Allaire comme programme constitutionnel. Finalement, le Parti Égalité, fondé en 1990 par des anglophones de Montréal en réaction à la position du Parti libéral du Québec sur la langue d’affichage, propose que le Québec s’intégre davantage à la société canadienne. Si les Québécois devaient opter pour la souveraineté, le Parti égalité propose de « partitionner » le territoire québécois selon un découpage linguistico-ethnique.

La langue

12Le PLQ, le PQ et l’ADQ sont tous d’accord pour reconnaître que la langue française doit être la langue officielle du Québec et que la minorité anglophone ainsi que les minorités autochtones doivent avoir accès à des écoles et services dans leurs langues. Le Parti Égalité/Equality Party voudrait plutôt que l’anglais ait le même statut que le français au Québec.

13Après les élections de 1985, lorsque le PLQ avait promis à sa clientèle anglophone d’assouplir la réglementation sur l’affichage en anglais, il fut proposé dans le parti de permettre l’affichage bilingue à l’intérieur des commerces de moins de neuf employés. C’est un compromis qui fut rejeté et on laissa au gouvernement libéral le soin de définir la position du parti. Cependant, c’est cette proposition de militants libéraux qui fit finalement consensus, ou presque, dans la société. Au Parti québécois, les discussions sur le programme portèrent sur la façon de maintenir ce niveau minimal de francisation et, si possible, d’augmenter la francisation des commerces en contraignant ces entreprises par voie législative et réglementaire. Au PLQ, les discussions portèrent plutôt sur le caractère non opportun d’utiliser la réglementation et la législation pour franciser les commerces. Alors que les militants du PQ ont proposé toutes sortes de moyens pour étendre l’utilisation du français comme langue commune, ceux du PLQ optaient plutôt pour le libre choix. Par ailleurs, tous les partis sont d’accord pour augmenter l’enseignement des langues dans les écoles. Le PLQ propose désormais de commencer l’enseignement de la langue seconde dès la première année scolaire.

La social-démocratie

14La vague néoconservatrice qui avait frappé les États-Unis à la fin des années 1970 et au début des années 1980 a finalement atteint le Québec à la fin des années 1980. Parce que le débat constitutionnel occupait tellement les partis, on insistait moins sur les aspects des programmes relatifs à la distribution des valeurs dans la société. Tout au cours de la période, le Parti québécois a évolué vers la droite tout en gardant d’assez bonnes relations avec la plupart des syndicats et des groupes communautaires, alors que le Parti libéral maintenait sa position d’interlocuteur privilégié du patronat. Pour le Parti québécois, la croissance économique est générée par l’entreprise privée qui doit cependant être soutenue par l’État. On dira que l’État n’est plus un moteur de l’économie. Tout en maintenant des objectifs de redistribution de la richesse en faveur des plus démunis, les militants du PQ acceptent que le gouvernement péquiste diminue les allocations sociales en exigeant, par exemple, une contribution des assistés sociaux et des personnes âgées à l’assurance-médicaments ou encore une diminution de l’impôt sur le revenu, un impôt progressif, en échange d’une hausse de la taxe à la consommation, une taxe dite régressive.

15Depuis le milieu des années 1980, et surtout depuis 1993, des militants du Parti libéral ont proposé que la taille de l’État soit réduite. Pour ce faire, ils ont commené par une réduction du nombre de députés et ont poursuivi par une réduction de l’administration publique. De plus, la sécurité d’emploi des fonctionnaires et des enseignants devrait être abolie. Quant aux bénéficiaires de l’aide sociale, ils devraient être forcés de travailler. De façon générale, les militants du PLQ s’efforcent d’éliminer peu à peu les résidus de social-démocratie que contiennent encore le programme et la philosophie du parti. Lors d’une réunion du conseil général du parti, tenue en octobre 1998, on a commencé à proposer des mesures pour effectivement réduire la proportion du produit intérieur brut contrôlé directement ou indirectement par l’État et donc soumis au processus de redistribution.

16L’Action démocratique du Québec, ellemême issue du PLQ, se situe dans cette mouvance néoconservatrice : réduction de la taille relative de l’État, réduction de la réglementation, tarification des services, privatisation des entreprises d’État, promotion de la concurrence, interdiction de déficits budgétaires. La philosophie du programme de l’ADQ ne se distingue guère de celle du PLQ à ce chapitre, si ce n’est que le PLQ est davantage tourné vers la grande entreprise.

17À la fin des années 1980, seul le Nouveau Parti démocratique du Québec proposait encore de redonner à l’État un rôle central d’orienteur et de moteur de l’économie. Pour promouvoir la justice sociale, il proposait une réforme fiscale reposant sur des principes de redistribution de la richesse : sécurité du revenu, égalité économique des femmes, application aux travailleurs agricoles et domestiques des mêmes normes minimales de travail qu’aux autres travailleurs, droit pour les personnes de moins de 30 ans à des prestations d’aide sociale égales à celles dont bénéficient les personnes de plus de 30 ans. Après que le NPD se soit estompé, la gauche de tendance socialiste n’a pas retrouvé de parti politique défendant ses positions. Certes, en novembre 1997, quelque 600 militants de gauche, dont Michel Chartrand, Léo-Paul Lauzon et Victor LévyBeaulieu, se sont réunis à Montréal pour lancer un nouveau mouvement, le Rassemblement pour une alternative politique. Ce mouvement ne s’est pas transformé en parti politique. D’autre part, le Parti de la démocratie socialiste de Paul Rose a présenté 97 candidats aux élections de 1998 sans attirer l’attention des médias nationaux. À la fin des années 1990, la gauche un peu radicale est devenue très marginale.

Les institutions

18Au cours de ces années, le Parti québécois a continué de proposer des modifications aux institutions électorales dans le but général d’assurer l’égalité des citoyens dans les processus électoraux en établissant, par exemple, un registre permanent des électeurs, proposition qui fut adoptée par l’Assemblée nationale, et une carte d’identification de l’électeur, proposition qui fut dénoncée par le Parti libéral. Les jeunes du PLQ proposent depuis un moment de fixer les dates des élections plutôt que de laisser cette prérogative au seul premier ministre, mais l’ensemble du parti tarde à adopter cette proposition. L’ADQ promeut aussi l’idée des mandats à dates fixes et a proposé d’abaisser à 16 ans l’âge minimum requis pour voter. Le PQ a également discuté de cette dernière question pour finalement la repousser. L’ADQ suggère aussi que les électeurs et électrices puissent, au moyen d’une pétition, « rappeler »« rappeler » leur député en cours de mandat.

Les politiques sectorielles

19Même si le PLQ a peu à peu pris ses distances vis-à-vis de la social-démocratie et, par le fait même, qu’il se distingue du PQ au moins sur la philosophie de base, cela n’a pas vraiment modifié ses objectifs ni même les moyens envisagés pour atteindre ces objectifs.

20Environnement. — Tous les partis se sont préoccupés des questions de l’environnement. Le NPD avait proposé l’adoption d’une charte sur la qualité de l’environnement, l’élaboration d’une politique de recyclage, l’établissement d’un fonds de développement des industries de récupération et une harmonisation des politiques économiques avec les lois de protection de l’environnement. Le Parti libéral proposait d’atteindre ces objectifs en s’en remettant davantage aux lois du marché alors que le PQ s’orientait davantage vers des solutions mixtes État-entreprises privées.

21Education. — Tous les partis politiques ont proposé de centrer le cursus de l’enseignement primaire et secondaire sur les matières de base : apprentissage de la langue, mathématiques, histoire. La lutte contre le décrochage des élèves du secondaire a fait l’objet de nombreuses propositions, tout comme le rapprochement écoleindustrie. Au niveau de l’enseignement universitaire, le PQ et le PLQ se différencient légèrement sur la question des frais de scolarité. Le PLQ est favorable à une hausse généralisée mais modérée des frais de scolarité alors que le PQ opte pour une approche différenciée selon le lieu de provenance des étudiants : un tarif bas pour les étudiants québécois et un tarif plus élevé pour les étudiants venant d’ailleurs. Lors de l’élection de 1988, le PQ promettait de ne pas hausser les frais de scolarité pour la durée de son mandat. Le PLQ promettait d’ajuster le niveau des frais de scolarité selon l’indice des prix à la consommation.

22Santé et services sociaux. — Les propositions de politiques en matière de santé et services sociaux furent assez semblables à la fin des années 1980, mais dix ans plus tard le PLQ commença à se distinguer en proposant d’assouplir les contrôles bureaucratiques exercés au nom de la démocratie dans le secteur de la santé pour s’en remettre davantage aux lois du marché. Pour ce qui concerne les services sociaux, les programmes du PLQ et du PQ se distinguent davantage par leur ton, le PQ étant plus près des groupes communautaires, que par leurs objectifs et leurs moyens.

23Economie Et Développement Régional. — Le PQ propose qu’après avoir réalisé la souveraineté, l’État québécois décentralise de nombreux domaines de juridiction vers les régions. Il favorise l’établissement de fonds régionaux de développement de l’industrie. Malgré son credo néolibéral, le PLQ propose d’investir directement dans le développement régional les montants qu’il recueillerait suite à la vente des actifs des sociétés d’État comme la Société générale de financement (SGF).

L'encadrement des partis

Le nombre de partis

24La loi électorale prévoit que pour pouvoir solliciter ou recueillir des contributions politiques, contracter des emprunts ou encore effectuer des dépenses, un parti doit obtenir une autorisation du directeur général des Élections. Pour obtenir cette autorisation, le parti doit avoir un chef, un représentant officiel et l’appui d’au moins 25 électeurs ou électrices par circonscription dans 20 circonscriptions. Il est donc très facile d’obtenir ce statut. Pour maintenir son statut de parti politique autorisé, une organisation doit présenter au moins 20 candidats aux élections générales. Bon an mal an, il existe environ 16 partis politiques provinciaux inscrits. Comme le montre le graphique 1, si le nombre total de partis ne varie pas beaucoup, 23 nouveaux partis ont quand même été créés entre 1987 et 1997. Aux élections générales de 1998, seulement dix partis présentèrent 20 candidats ou plus. C’est que depuis 1998, il faut présenter 20 candidatures plutôt que dix pour maintenir le statut de parti autorisé.

25Par ailleurs, au cours de la même période, 22 partis ont cessé leurs activités et le directeur des Élections leur a alors retiré l’autorisation. Parmi ces retraits, mentionnons la disparition de l’Union nationale en 1989. L’Union nationale avait été, entre les années 1930 et la fin des années 1960, un des deux grands partis alternant au pouvoir avec le Parti libéral. Le Parti progressisteconservateur, un des grands partis fédéraux, a tenté de reprendre l’espace laissé vacant par la disparition de l’Union nationale, mais ce fut une aventure de courte durée. Le Parti progressisteconservateur du Québec mit fin à ses activités en 1991.

26Les quatre partis les plus actifs à la fin des années 1990 sont issus de la famille libérale. Un groupe de dissidents quitta le PLQ à la fin des années 1960 et procéda à la réunification des forces souverainistes pour former le Parti québécois. En 1989, des dissidents anglophones quittèrent le PLQ sur la question du français comme langue publique, ce qui provoqua la formation du Parti Egalité qui prône la bilinguisation de la société québécoise. Finalement, après le tête-à-queue du PLQ sur la question de la réforme constitutionnelle, des dissidents se réunirent dans une nouvelle formation politique, l’Action démocratique du Québec.

Graphique 1. Nombre de partis, 1987-1997

Graphique 1. Nombre de partis, 1987-1997

Source : directeur général des Élections du Québec, Rapports financiers.

Les ressources

27De tous ces partis, seuls le Parti libéral et le Parti québécois ont présenté des candidats dans toutes les circonscriptions et maintenu des activités dans la plupart de celles-ci de façon récurrente. Ces deux partis sont aussi les deux seuls qui ont une large base militante et des ressources financières leur permettant de maintenir des activités partisanes multiples et récurrentes.

28Le total des revenus des partis vient des contributions des membres et des activités que le parti organise ainsi que d’une contribution de l’État. La contribution de l’État est calculée sur la base de la performance électorale. Le graphique 2 présente l’évolution des budgets totaux du PLQ et du PQ pour la période 1987-1997, en dollars courants.

29Au cours de cette période, les revenus annuels du PLQ furent en moyenne d’un peu plus de sept millions alors que ceux du PQ furent d’environ cinq millions. Les années 1987 et 1988 furent des années particulièrement fastes pour le Parti libéral. Au cours de ces années, le PLQ ramassait des fonds auprès de représentants de commerces et entreprises. Ce procédé, qui laissait peser des soupçons de patronage, fut abandonné en 1989. Durant ces mêmes années, le PQ était à son plus bas. Le PQ a, à partir de 1989, redressé sa situation financière pour rejoindre le PLQ en 1994 et le dépasser légèrement depuis qu’il forme le gouvernement. Les pires années pour le PLQ furent celles de 1996 et 1997 alors que les revenus du parti, en dollars constants, n’étaient plus qu’à 40 % de ce qu’il étaient en 1988.

Graphique 2. Revenus du PLQ et du PQ, 1987-1997

Graphique 2. Revenus du PLQ et du PQ, 1987-1997

Source : directeur général des Élections du Québec, Rapports financiers.

30Si, de façon générale, le PLQ dispose de plus de ressources monétaires que le PQ, ce dernier compte davantage de militants. C’est difficile d’estimer correctement le nombre de membres dans chacun de ces partis. Par exemple, en 1996, on estimait le nombre de membres du PLQ à 56 000. En 1997, le chef du parti, Daniel Johnson, annonçait que son parti avait atteint le nombre de 100 000 membres. Puis en juin 1998 le président du Parti libéral du Québec, Jacques Lamoureux, annonçait que depuis l’arrivée de Jean Charest au PLQ, le membership du Parti libéral du Québec s’était enrichi de quelque 40 000 membres pour atteindre 100 000. L’estimation du nombre de membres du PQ va de80 000 à quelque 200 000 alors que pour l’ADQ les estimations vont de 2000 à 10 000 membres.

Graphique 3. Nombre de contributeurs, en milliers, 1987-1997

Graphique 3. Nombre de contributeurs, en milliers, 1987-1997

Source : directeur général des Élections du Québec, Rapports financiers.

31Une autre façon de mesurer l’implantation des partis est de compter le nombre de personnes qui ont fait des contributions monétaires durant une année. Ces données sont incluses dans les rapports annuels publiés par le directeur général des Élections. Le graphique 3 montre l’évolution du nombre de donateurs pour le Parti libéral et pour le PQ de 1987 à 1997. On constate que, depuis 1990, le nombre de contributeurs au PLQ se maintient en gros entre 20 000 et 30 000 alors qu’au PQ les nombres fluctuent beaucoup avec la conjoncture. Depuis 1990, le nombre de donateurs au PQ augmente substantiellement en période électorale ou référendaire pour revenir à une base qui fluctue entre 40 000 et 50 000 donateurs annuels. Le PQ attire un plus grand nombre de donateurs, mais les contributions sont en moyenne plus modestes que celles faites au PLQ ou à l’ADQ.

***

32Pour leur dernier rendez-vous électoral du XXe siècle avec les électeurs et électrices du Québec, les partis se sont situés par rapport aux enjeux qu’ils jugeaient les plus importants pour les électeurs et électrices. On distingue traditionnellement les enjeux en matière de politique intérieure de ceux de politique extérieure. Au Québec, au cours des dix dernières années, on a volontiers parlé de la dimension nationale, c’est-à-dire des relations du Québec avec les entités politiques qui se trouvent hors de ses frontières, et de la dimension sociale qui, elle, porte sur les relations entre l’État et ses citoyens ou sur les relations entre citoyens mais qui sont contrôlées par l’État. Sur la dimension nationale les partis ont quelque peu fluctué, comme nous l’avons vu, mais la position relative qu’ils occupent les uns par rapport aux autres s’est globalement maintenue. Le Parti Égalité milite pour la bilinguisation du Québec et sa plus forte intégration à la société canadienne ; le PLQ, en fin de parcours, milite pour l’intégration du Québec à la société canadienne tout en considérant que la prédominance du français est un élément distinctif ; l’Action démocratique du Québec continue de réclamer plus de pouvoirs pour le Québec alors que le Parti québécois propose la souveraineté politique et un partenariat économique avec le Canada. L’électrice ou l’électeur préoccupé par ce sujet a eu tout au cours des dernières années un choix relativement clair.

33S’agissant des politiques intérieures, les choix sont beaucoup plus difficiles parce que les partis ne se différencient pas toujours clairement. Sur l’axe de la justice sociale, un parti peut se situer selon qu’il favorise surtout l’égalité des chances, position généralement associée à la droite, ou l’égalité des résultats, position dite de gauche. C’est en comparant les partis entre eux plutôt que par rapport à un standard que l’on reconnaît leur position sur cet axe. En général, le Parti québécois, mais pas nécessairement le gouvernement issu de ce parti, s’est situé à gauche du Parti libéral et de l’Action démocratique, la position de l’ADQ recouvrant à peu près celle du PLQ jusqu’en 1998. On doit ajouter ici que le programme de l’ADQ est beaucoup moins développé que celui du PLQ. Toutefois, en 1998, le PLQ a proposé une série de mesures qui, à terme, le place nettement à droite de l’ADQ.

34Les partis politiques québécois, tout comme leurs vis-à-vis dans la société canadienne ou dans la société américaine, ne semblent plus être les véhicules d’agrégation des préférences des citoyens et citoyennes. Les valeurs collectives, comme celles des groupes de gauche, qu’ils soient souverainistes ou fédéralistes, ne trouvent pas de partis qui les représentent. C’est particulièrement inquiétant pour les tenants de l’intégration à la société canadienne puisque le PLQ a quitté, il y a quelques années, le centre de l’échiquier politique pour se situer de plus en plus résolument à droite. On peut penser que tant que la question nationale ne se résorbera pas, d’une façon ou d’une autre, le Parti libéral et le Parti québécois ne pourront compter que sur des clientèles pour ainsi dire captives : les fédéralistes d’un côté et les souverainistes de l’autre. Les autres enjeux sont laminés sous le poids qu’exerce la question centrale de la perpétuation de la société québécoise.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Nombre de partis, 1987-1997
Légende Source : directeur général des Élections du Québec, Rapports financiers.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Graphique 2. Revenus du PLQ et du PQ, 1987-1997
Légende Source : directeur général des Élections du Québec, Rapports financiers.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Graphique 3. Nombre de contributeurs, en milliers, 1987-1997
Légende Source : directeur général des Élections du Québec, Rapports financiers.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14647/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter