Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’année politique au Québec

 | 
Robert Boily

Présentation

Robert Boily

Texto completo

1Depuis 1989, sans interruption mais non sans difficulté, un groupe d’universitaires a poursuivi la réalisation d’un projet longtemps attendu, soit la publication annuelle d’une revue critique de la vie politique québécoise dans ses diverses manifestations. La présente édition de L’Année politique au Québec constitue la dixième réalisation de cette aventure unique, car c’est bien d’une aventure dont il s’agit. Unique par son mode de fonctionnement, son contenu, la qualité de ses collaborateurs, sa durée.

Une porte ouverte aux jeunes chercheurs

2Depuis le debut, tous les collaborateurs de L’Année politique au Québec ont accepté d’y participer gracieusement. Dès le départ, il avait été convenu que les revenus générés par la publication serviraient à soutenir des étudiants d’études supérieures dans leurs recherches, notamment celles qui seraient liées à la publication. Nous avons pu ainsi, à l’occasion de chacune des éditions, associer à la recherche des étudiant(e)s de doctorat et, dans bien des cas, les associer à la publication à titre de coauteur ou d’auteur. Il faudrait mentionner ici la contribution d’Alain Pelletier, Martine Provost, Véronique Geoffrion, Magali Marc, Anne-Marie Braconnier, Jean-François Nadeau, Yann Strutynski, Eric Desrosiers et, cette année encore, André Guertin, Pierre Serré, Éric Bélanger, Nathalie Lavoie.

L'analyse du politique

3L’Année politique au Québec ne prétend pas rejoindre l’activité de la vie québécoise dans l’ensemble de ses manifestations. Son objectif est à la fois plus restreint mais non moins exigeant.

4L’Année politique au Québec possède une unité, celle du politique, et une orientation qui lui est propre, celle de l’interprétation des événements relevant du politique, replacés dans leur contexte et dans le temps.

5De par son contenu, cette publication s’adresse donc à tous ceux qu’intéresse la politique québécoise et en particulier à tous ceux qui, ici ou ailleurs à l’étranger, souhaitent une lecture fondée sur une information sûre de l’un ou l’autre aspect de la vie politique québécoise, qu’ils soient membres de partis politiques, fonctionnaires, journalistes, leaders d’opinion, professeurs ou étudiants.

6Depuis le début, la même formule a prévalu. Un ensemble d’universitaires, spécialistes reconnus dans leur domaine, s’intéressent aux diverses institutions, aux principaux acteurs de la vie politique québécoise et font le point sur les faits marquants de l’année politique écoulée. Ils en analysent le sens et fournissent aux lecteurs les données factuelles nécessaires à leur compréhension et, dirions-nous, au contrôle des interprétations qu’ils proposent. Dans la réalité politique, la plupart de ces questions sont intimement liées. Aussi est-il inévitable que les auteurs se penchent parfois sur les mêmes faits, les mêmes événements. Le lecteur accède ainsi à de multiples manières de saisir un même phénomène, à des éclairages contrastés.

7Une telle conception permet ainsi de situer une question à l’intérieur de son domaine propre, celui de l’administration publique, des partis ou des syndicats par exemple, ou encore de saisir les multiples aspects de cette question au fil des diverses rubriques — les multiples aspects de cette même question. Le maintien, année après année, des mêmes rubriques offre au lecteur la possibilité de suivre, sur une plus ou moins longue période, les débats qui animent les différents domaines de l’activité politique, de repenser aux solutions proposées aux grands problèmes auxquels est confrontée la société québécoise et aux silences qui les accompagnent. Possibilité d’autant plus intéressante que plusieurs collaborateurs sont associés à la publication depuis le début ou, du moins, depuis plusieurs années.

Une collaboration interuniversitaire

8On le sait, de tels projets ne viennent au jour que grâce à la détermination de quelques personnes et à un support institutionnel. Il a fallu la ténacité de Denis Monière qui en a assumé la direction jusqu’à l’édition de 1996 et le support du département de Science politique de l’Université de Montréal pour permettre au projet de naître et de survivre. Mais il a fallu aussi la collaboration généreuse de nombreux universitaires de renom appartenant à diverses universités du Québec. Il n’est que justice de rappeler qu’en plus de ceux qui, à nouveau cette année, ont participé à cette aventure — certains d’entre eux effectuant un retour à l’occasion du dixième anniversaire —, de nombreux spécialistes ont ponctuellement contribué à L’Année politique au Québec : de l’Université Laval, Manon Tessier ; de l’Université du Québec à Montréal, André Bernard et Jacques Bourgault ; de l’Université d’Ottawa, Caroline Andrew ; de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue et aujourd’hui du Centre d’études en droit public de l’Université de Montréal, Pierre Noreau ; de l’Université Carieton, Jean-François Rocher ; de l’Université de Montréal, Mona-José Gagnon, Guy Bourassa, Stéphane Dion, Panayotis Soldates, Guy Bouthillier, Jacques Rouillard, Edouard Cloutier et JeanPhilippe Thérien. Un journaliste politologue a participé aux premières éditions et est à l’origine de la collaboration qui, pendant quelques annés, exista entre nous et Le Devoir : Paul-André Comeau.

9Entre la réception des textes et la remise à l’éditeur du manuscrit, un travail considérable doit s’accomplir. Conversion des diverses versions informatiques reçues, mise en forme de ces textes, impression, etc. Nous devons ici rendre un hommage particulier à Renée Leclerc, responsable du Service de recherche et de documentation du département, qui a toujours mené à bonne fin ces tâches avec patience, minutie, compétence et célérité, quelles qu’aient été les échéances.

Dix ans de vie politique

10Entre la première édition de L’Année politique au Québec, qui date de 1989, et la présente édition, dix ans de vie politique se sont écoulés. Dix années d’activité des forces et des partis politiques, des syndicats, du patronat et des mouvements sociaux. Dix années pendant lesquelles de nombreux changements sont survenus dans la direction de ces forces politiques, autant que dans la composition des gouvernements. Il y a eu un gouvernement libéral (1985-1994), succédant à un gouvernement péquiste (1976-1985) avant qu’un nouveau gouvernement péquiste revienne au pouvoir (1994-1998). Réélu le 30 novembre 1998, le Parti québécois a été appelé à former le prochain gouvernement. La question qui demeure et qu’abordent les diverses analyses de ce livre est double et s’exprime de manière simple : d’une part, derrière les divers changements survenus au cours des dix dernières années, quelles sont les différences réelles introduites par le personnel politique qui a exercé le pouvoir, en matière de programmes, de choix gouvernementaux, de comportements à l’égard des diverses composantes de la société ? D’autre part, quelles tendances les électeurs et l’opinion publique ont-ils manifestées ? Bref, ces dix années se caractérisent-elles par une continuité ou par des ruptures ?

11Ces dix années ont vu se dérouler trois élections fédérales (1988, 1993, 1997), trois élections provinciales (1989, 1994, 1998) et deux référendums (1992 et 1995). À l’occasion ou à la suite de ces élections, de profonds changements sont survenus au sein des divers partis politiques fédéraux et provinciaux. Brian Mulroney a été remplacé à la tête du Parti conservateur par Kim Campbell puis par Jean Charest. John Turner, qui avait succédé à Pierre Elliott Trudeau à la direction du Parti libéral fédéral, a été remplacé à son tour par Jean Chrétien. Le départ de Lucien Bouchard pour Québec a provoqué la venue d’un nouveau chef au Bloc québécois en la personne de Gilles Duceppe. Au niveau provincial, des changements tout aussi importants sont également survenus : Jacques Parizeau, devenu chef du Parti québécois après le départ forcé de Pierre Marc Johnson, sera remplacé par Lucien Bouchard au lendemain du référendum de 1995. En décembre 1993, Daniel Johnson succède à Robert Bourassa à la tête du Parti libéral du Québec suite à la maladie de ce dernier et, en 1998, Jean Charest succède à Daniel Johnson comme chef du Parti libéral suite à la démission de ce dernier.

12De nouveaux partis politiques sont apparus sur les scènes fédérale et provinciale. Après la démission fracassante de Lucien Bouchard du Parti conservateur, on assiste à la formation, en juillet 1990, du Bloc québécois. Le Bloc parviendra même à devenir l’opposition officielle à Ottawa lors de l’élection de 1993. À Québec, trois nouveaux partis sont issus du fractionnement du Parti libéral : les Parti Égalité et Parti Unité, qui veulent contester la politique linguistique du Parti libéral, et l’Action démocratique du Québec, qui critique la position constitutionnelle de ce parti.

13Dans notre présentation de L’Année politique au Québec 1996-1997, nous faisions part du renouvellement de personnel plus ou moins important survenu au sein des principaux partis provinciaux au cours des dix dernières années. Réjean Pelletier et Louis Massicotte reviennent cette année, entre autres sujets, sur cette question.

14Les grandes questions qui, au cours de la dernière année de référence, celle de 1997-1998, ont animé la vie politique québécoise et suscité de vives réactions, y compris au moment de la dernière élection, sont précisément celles qui ont fait l’objet d’âpres débats tout au cours de cette décennie. Jonglant avec les notions de « caractère distinct » (Meech, Charlottetown) et de « caractère unique » (Calgary), le fédéral et les provinces ont vainement tenté de satisfaire les revendications du Québec sur le plan constitutionnel. L’insistance sur les principes de l’unité canadienne et de l’égalité des provinces rend difficile, sinon impossible, la reconnaissance d’un statut particulier pour le Québec. Devant la persistance du mouvement souverainiste, Ottawa hésite entre un « plan A » qui fait appel à l’ouverture et un « plan B » qui brandit la menace de la répression. Pendant ce temps, sondage après sondage, on a ausculté les frémissements de l’indécision constitutionnelle de l’âme québécoise, indécision qui s’est à nouveau exprimée lors de la dernière campagne électorale et dans les résultats de l’élection du 30 novembre 1998.

15En matière d’éducation, le statut linguistique des commissions scolaires, la question des frais de scolarité et la réforme des programmes ont fait l’objet de nombreuses propositions gouvernementales et de consultations. De Thérèse Lavoie-Roux et Michel Pagé (PL) à Pauline Marois (PQ), de nombreuses propositions ont été faites en matière de politique familiale, de garderie et de congé parental. Du dépôt du Rapport Rochon, en 1987, aux politiques de Marc Yvan Côté et au virage ambulatoire du ministre Rochon, des bouleversements profonds ont eu lieu dans le domaine de la santé, bouleversements liés à la décision de réduire le déficit et, conséquemment, d’effectuer les compressions nécessaires dans ce domaine comme dans les autres. Au début de la décennie, le ministre Paradis a tenté une réforme en matière de sécurité de revenu et de l’aide sociale. Les préoccupations dureront jusqu’aux réformes préconisées par la ministre Louise Harel, réformes qui n’ont pas réussi jusqu’à maintenant à susciter l’unanimité. Au cours de cette même période, il fut amplement question de l’intégration des municipalités, de la décentralisation régionale, du développement de Montréal. Ces thèmes demeurent d’actualité et, pour plusieurs d’entre eux, sans solutions satisfaisantes. Les divers chapitres de ce livre en sont autant d’illustrations.

16La dernière campagne électorale aura accordé beaucoup d’attention, au-delà de la question constitutionnelle, aux politiques en matière de santé, d’éducation et de la famille, trois domaines dans lesquels de profondes réformes ont été menées au cours du dernier mandat du Parti québécois. Dans les milieux professionnels, syndicaux et communautaires, ces diverses politiques feront, à n’en pas douter l’objet de luttes acerbes dans les prochaines années.

La dixième édition de L'Année politique au Québec

17Comme par les années passées, le lecteur trouvera dans cette édition les principaux faits marquants de l’année politique écoulée, mais, pour marquer ce dixième anniversaire, nous avons voulu que dans chacun des chapitres les auteurs aient l’occasion de revenir en arrière, de procéder à un bilan de cette décennie de vie politique québécoise animée tour à tour par chacun des deux grands partis politiques qui ont monopolisé le pouvoir au Québec tout au cours de cette période : le Parti libéral et le Parti québécois. Le lecteur trouvera donc, plutôt qu’une simple chronique des faits majeurs de l’année, une synthèse analytique de la dernière décennie, une décennie tout à fait singulière du point de vue de la vie politique québécoise et canadienne.

18Les divers auteurs ont été confrontés à un probème particulier au cours de leur analyse et de leur rédaction : la date de l’élection. Les textes devant être remis pour la fin octobre, il leur était impossible de véritablement tenir compte des résultats des dernières élections, chaque fois qu’il aurait fallu à cette fin procéder à de complexes manipulations de données. C’est ce qui explique que certains auteurs aient pu en tenir compte et d’autres pas. Il n’en reste pas moins que les analyses de chacun des auteurs permettent au lecteur de se voir proposer une grille fort utile pour la compréhension des résultats de cette élection. D’autre part, les statistiques électorales fournies dans le chapitre « Profil du Québec », aideront les lecteurs à actualiser certaines des données mentionnées dans divers chapitres qui ont trait particulièrement aux effets de l’activité électorale.

19Si les rubriques habituelles de L’Année politique au Québec ont été conservées dans cette nouvelle édition, nous y avons ajouté de nouveaux chapitres : soit pour enfin combler la grave carence qui existait en ce qui a trait aux relations politiques entre le Québec et les peuples autochtones, soit pour faire le point sur le personnel politique ou les comportements électoraux. En cette matière bien que nous n’ayons pas pu procéder à une analyse fouillée de la dernière élection, nous avons voulu apporter au lecteur un éclairage à la fois sociologique et géopolitique des comportements électoraux dominants au cours des dix dernières années. C’est à cet objectif que répondent les chapitres sur les tendances du vote de 1985 à 1995, sur l’appui aux partis politiques québécois de 1989 à 1998 et sur le comportement électoral des Québécois d’origine immigrante de la région de Montréal de 1986 à 1998. Il s’agit là d’un matériel particulièrement riche en données inédites.

20Il nous semble que cette rétrospective historique donnera aux citoyens québécois et aux étrangers intéressés par la vie politique québécoise la possibilité de mieux comprendre les défis auxquels le Québec est confronté à l’aube de l’an 2000, de mieux évaluer la pertinence des choix politiques effectués, de même que celle des choix annoncés.

© Presses de l’Université de Montréal, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540