Version classiqueVersion mobile

L’intervention clinique communautaire

 | 
Jérôme Guay

Deuxième partie : les applications du modèle

9. La violence conjugale

Texte intégral

1J’ai cru bon de terminer ce livre avec un court chapitre portant sur ma récente expérience comme cothérapeute dans un groupe pour hommes violents. L’occasion s’est présentée lorsqu’on m’a offert d’assurer une supervision clinique à Entraide au masculin de L’Islet. Il faut dire que, dès le début, mon engagement a pris la forme d’une collaboration puisque, en échange de mon expertise clinique, Pierre Bernier (le coordonnateur d’Entraide au masculin) m’a appris comment pratiquer l’intervention de groupe auprès d’hommes violents. Vu mon grand intérêt pour les problèmes de non-motivation, j’étais très attiré par le défi de travailler auprès d’hommes qui non seulement sont obligés de consulter, mais qui surtout sont convaincus de ne pas avoir le problème pour lequel ils sont là. En effet, les hommes violents constituent une clientèle non volontaire en ce sens qu’ils sont obli-gés de suivre un traitement de groupe, soit en vertu d’une injonction du tribunal, soit parce que leur conjointe leur a posé un ultimatum. De plus, ils nient complètement leur problème de violence et en attribuent la responsabilité soit à leur conjointe, soit à la consommation de boissons, soit à leur caractère.

2Il y a quelques années, c’était la victime de la violence conjugale que l’on traitait dans des refuges pour femmes battues. Maintenant, on traite aussi ceux qui sont la source du problème dans des groupes pour hommes violents. L’intervention de groupe d’une durée de quatorze semaines demeure donc l’intervention privilégiée, et c’est celle qui est la plus répandue.

LES GROUPES POUR HOMMES VIOLENTS

POURQUOI L’INTERVENTION DE GROUPE ?

3L’intervention individuelle, si elle est conseillée pour les femmes battues, n’est pas recommandée pour l’homme violent. Piégé dans l’alliance thérapeutique, il est pratiquement impossible au thérapeute de confronter l’homme violent sur ses gestes violents, donc de le responsabiliser. De plus, les objectifs de psychothérapie individuelle étant souvent basés sur un retour aux expériences passées, le risque est grand que l’homme violent cherche à utiliser les traumas passés comme des excuses pour justifier les gestes violents. Enfin, plusieurs de ces hommes sont très manipulateurs, et il est plus difficile de contrer cette manipulation en intervention individuelle qu’en thérapie de groupe, où d’autres hommes violents peuvent l’aider à confronter. En effet, les hommes violents savent être convaincants et peuvent facilement jouer le jeu en se conformant à ce qu’on attend d’eux et en adoptant les comportements extérieurs « corrects » ; c’est une des raisons pour lesquelles on privilégie l’intervention de groupe, car un autre homme violent ne se laissera pas prendre au jeu. Les hommes du groupe ont contribué à parfaire ma formation dans ce domaine, plus particulièrement en ce qui concerne ma capacité à déceler la fausse sincérité d’hommes qui peuvent être très manipulateurs. D’ailleurs, les interventions des membres du groupe qui ont vécu cette expérience peuvent avoir un effet d’autant plus significatif qu’ils peuvent déceler si l’homme est sincère. L’homme violent qui s’engage à fond dans sa démarche va très mal tolérer qu’un autre membre « fasse son temps » et attende que les quatorze semaines soient écoulées en s’impliquant juste assez pour empêcher que les intervenants fassent rapport à leur agent de probation.

4Cependant, il faut éviter de transformer ce consensus en doctrine qui conduirait à proscrire l’intervention individuelle, car tout est une question d’attitudes ; il est quand même possible de faire du travail individuel auprès des hommes lorsque le thérapeute a de l’expérience en matière de violence conjugale. Une thérapeute conjugale, même si elle est une féministe très convaincue, pratique la thérapie individuelle avec les hommes violents afin de bâtir l’alliance thérapeutique (Leeder, 1994). Elle dit qu’on est maintenant parvenu à une étape où il est nécessaire de dépasser le credo du féminisme intégriste et d’éviter de se laisser enfermer dans une approche trop rigide. Il est possible d’être à la fois empathique et confrontant, selon les circonstances et les sujets traités. Être empathique lorsque l’homme violent raconte les traumas subis dans son enfance ne signifie pas automatiquement que l’on excuse ses gestes violents.

5Un autre raison, liée elle aussi au problème de non-motivation, réside dans le fait que la motivation de plusieurs de ces hommes est extrinsèque, c’est-à-dire qu’ils ne viennent pas pour eux-mêmes, mais parce qu’ils gardent l’espoir secret d’une réconciliation avec leur ancienne conjointe. Ils espèrent que s’ils font le « bon garçon », elle va accepter de reprendre la vie commune ; le groupe aide beaucoup à mettre en évidence cette attente secrète qui fausse tout le processus. Par ailleurs, autant l’homme violent pouvait être sûr de lui lorsqu’il contrôlait sa conjointe, autant il peut être désemparé si elle le quitte. J’ai souvent constaté que, lorsque la conjointe fait appel pour la première fois aux policiers et fait incarcérer son conjoint, cela peut constituer une sorte de chemin de Damas pour l’homme violent. Il se trouve soudainement en situation de déséquilibre, d’abord parce qu’il y a un renversement soudain des rapports de pouvoir et qu’ensuite la conjointe concrétise une rupture psychologique. L’incarcération constitue une expérience particulièrement éprouvante pour les hommes qui n’ont jamais été en prison. Nous avons constaté que, lors des deux ou trois premiers jours passés en prison, ils sont extrêmement agressifs et ne pensent qu’à la revanche. Par la suite, ils deviennent complètement désemparés parce qu’ils réalisent que l’assise du lien conjugal est disparue de sous leurs pieds ; ce constat nous a amenés à tenter de convaincre les policiers de prolonger la durée de l’incarcération.

LE GROUPE RÉÉDUCATIF

6Étant donné la dimension sociale de cette problématique, l’intervention de groupe a des composantes tout autant rééducatrices que thérapeutiques. En effet, l’homme doit se défaire de certains comportements appris dans son milieu social et en apprendre d’autres.

7Malgré ma formation qui aurait pu m’amener à me concentrer sur les causes psychologiques, j’ai pu vérifier rapidement la validité des explications sociales de la violence conjugale. Le psychothérapeute qui travaille pour la première fois auprès d’hommes violents doit se défaire un peu de son biais psychologisant, car l’homme violent est essentiellement un homme ordinaire qui a appris sa façon d’agir dans le processus d’éducation et de socialisation. S’il souffre en plus de problèmes graves de personnalité, il s’agit là de facteurs aggravants et non pas causais (voir ma typologie personnelle dans l’encadré qui suit). Avoir recours à des théories psychologiques comme sources principales d’explication ne peut que faire passer à côté du problème et conduire à des modes d’intervention inappropriés.

8L’homme violent a appris les comportements violents dans son milieu familial ; souvent il a été lui-même battu ou témoin d’actes de violence. Il en vient à regarder la violence comme faisant partie de la vie familiale et conjugale. De plus, on ne lui a pas appris à exprimer ses sentiments, il n’a donc pas d’autre moyen que la violence pour exprimer ses frustrations. L’intégration rigide des stéréotypes sexuels favorise la violence conjugale, puisque le modèle masculin est celui de la force, de la domination et de la censure des émotions. De plus, les attitudes de la communauté glorifient ces attributs typiquement mâles, ce qui amène à tolérer la violence. Quant au modèle féminin, il est associé à la passivité et à la soumission ; la situation d’inégalité économique vient confirmer ce rôle féminin en rendant les femmes dépendantes de leur conjoint. Cependant, celui-ci est très isolé affectivement et perçoit souvent sa partenaire comme responsable de ses joies et de ses peines, en même temps qu’il se sent impuissant devant ses propres émotions. Lorsqu’il est aux prises avec un malaise personnel, il va attribuer à sa conjointe la responsabilité du malaise et de sa solution au lieu d’essayer de le changer lui-même. Il va essayer de la dominer afin qu’elle agisse sur sa douleur à lui, il ne peut tolérer son impuissance et entraîne sa conjointe dans son désespoir. On en arrive vite à comprendre que la raison principale pour laquelle l’homme a recours à la violence, c’est pour maintenir le pouvoir sur sa conjointe et restreindre son autonomie. Il peut aussi le faire pour des besoins d’affirmation de soi, pour assurer sa sécurité affective, par peur d’être abandonné.

LES PROBLÈMES DE PERSONNALITÉ CHEZ LES HOMMES VIOLENTS
Les impulsifs : contrôlent mal leurs émotions et leur comportement, dont la violence, mais pas uniquement la violence.
Les violents réactionnels : sont violents pour empêcher l’apparition d’une autre émotion, telle que la vulnérabilité, la peine, le sentiment de dévalorisation.
Les violents : aiment ressentir l’émotion de la violence qui est prédominante chez eux, ont du plaisir à être violents.
Les cérébraux : n’ont pas d’émotions, sont froids et cérébraux mais « sautent » de temps à autre, sont dangereux parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font dans ces moments.
Les doux : ceux qui sont gentils, souvent bonasses, mais qui accumulent beaucoup, perdent rarement la maîtrise d’eux-mêmes mais sont très dangereux lorsque ça leur arrive (souvent sous l’effet de l’alcool) car ils peuvent poser des gestes irréparables dans ces occasions.
Ceux à qui « il manque un bardeau » : ceux dont les capacités d’introspection sont très limitées et qui ont un registre d’expression d’émotions excessivement réduit.
Les psychopathes constituent un groupe à part des autres pour lesquels l’approche décrite dans ce chapitre ne convient pas. Ils ont un dossier criminel et sont violents dans toutes les sphères de leur vie, pas seulement dans leur couple. Les sévices qu’ils font subir à leur conjointe ne sont pas des acting out en réaction à des émotions trop pénibles ou réprimées, mais ont comme but d’exploiter leur conjointe. Au contraire des autres hommes violents, ils ne perdent pas le contrôle lorsqu’ils sont en colère (Gottman et al., 1995). Ces hommes sont froids et calculateurs et agissent de façon délibérée, ils n’ont pas de problème de contrôle de leur impulsivité, et n’ont pas non plus de crainte que leur femme les laisse.

9L’intervenant doit expliquer à ces hommes que leur conception des rôles traditionnels de l’homme et de la femme vient de leur éducation et qu’ils doivent la changer. On doit aussi leur expliquer le cycle de la violence afin qu’ils reconnaissent leurs façons d’agir dans ce cycle et constatent à quelle étape ils en sont rendus. Un graphique illustrant le cycle de la violence est affiché en permanence au mur et l’animateur peut s’y référer le cas échéant pour faire un petit exposé. J’ai modifié le cycle de la violence que l’on utilise habituellement pour y intégrer les réflexions de Barbara Pressman (voir l’encadré ci-dessous et la figure 27).

LE CYCLE DE LA VIOLENCE
Il se caractérise par les étapes suivantes : d’abord la phase de la lune de miel, ensuite l’escalade de la tension parce que l’homme accumule les frustrations sans pouvoir les exprimer de façon appropriée, et enfin l’explosion de la violence. Il y a un retour à la phase de la lune de miel parce que l’homme se sent coupable et cherche à se faire pardonner ; au cours de cette phase il est séducteur. Puis tout le cycle recommence. Plus le couple s’enlise dans la violence, plus le cycle a tendance à se répéter à des fréquences de plus en plus rapprochées, les phases sont aussi de plus en plus courtes d’un cycle à l’autre.
On peut parler aussi d’un autre cycle qui se définit par l’utilisation du contrôlé et de la violence par l’homme dans le but de garantir que ses besoins sont satisfaits. Sa conjointe, tout en pliant et en se conformant pour satisfaire les besoins de son mari, se retire émotivement. L’homme, sentant le retrait émotif, intensifie son contrôle pour ne pas sentir le désarroi intolérable que ce retrait provoque ; et plus il contrôle plus elle se retire émotivement, et plus il devient violent (Pressman, 1989).

10L’image d’eux-mêmes en tant qu’hommes forts et qui maîtrisent leurs émotions doit également changer, l’homme doit apprendre qu’il peut être correct d’être vulnérable, de montrer ses émotions et même de pleurer. Le format de groupe est d’ailleurs extrêmement utile en ce sens, car ce sont souvent d’autres hommes, plus avancés dans leur démarche que les nouveaux, qui apportent une contribution comme rééducateurs. Ainsi, les plus anciens vont encourager les autres à se laisser aller à pleurer devant d’autres hommes ; ils leur disent que cela a été pour eux un moment libérateur.

Figure 27. Le cycle de la violence

Figure 27. Le cycle de la violence

OBJECTIFS ET STRATÉGIES

11Le premier objectif de l’intervention est évidemment l’arrêt des actes de violence ; en effet l’arrêt des gestes violents demeure le premier objectif concret des interventions et constitue le seul résultat tangible positif des groupes pour hommes violents. Comme ces hommes ne reconnaissent pas leur violence, la confrontation est inévitable. L’intervenant énonce clairement son désaccord avec ces comportements et les condamne ouvertement. C’est évidemment les comportements que cette confrontation vise et non pas les personnes. La confrontation diffère de l’affrontement en ce qu’elle se fait dans le respect ; l’affrontement serait une accusation personnalisée qui ne pourrait que conduire à la défensive et même à la violence puisque l’homme violent se sentirait rejeté totalement comme personne. On conçoit facilement que les plus anciens peuvent apporter une contribution très précieuse lors de ces affrontements, car eux aussi sont passés par là.

12Diverses stratégies et techniques sont utilisées pour faire cesser les actes de violence ; d’abord le journal de la violence afin que l’homme apprenne à nommer ses comportements comme violents. Ensuite, on offre des moyens permettant à l’homme violent de reconnaître les signes avant-coureurs de la violence, par exemple l’homme doit apprendre à identifier les signes corporels associés aux moments de tension et de violence (contraction des muscles de la mâchoire, chaleur, augmentation du rythme cardiaque, etc.). Lorsqu’il a pu identifier ces signes précurseurs, il lui est donc possible de se mettre temporairement à distance de la situation pour abaisser la tension. Cette technique s’appelle le time ont ou le « temps mort ». Quand l’homme sent une trop grande réaction l’envahir, il quitte le lieu où il se trouve pour y revenir au bout d’une heure et exprimer ce qu’il a ressenti à sa partenaire.

13Le deuxième objectif visé par les interventions est de faire en sorte que l’homme s’attribue la responsabilité de ses gestes violents. Cet objectif est plus difficile à atteindre, mais, dès la première rencontre, les hommes violents doivent décrire les gestes pour lesquels ils sont obligés de participer au groupe. Ici aussi la confrontation est utilisée, car l’intervenant dénonce toute tentative de rejeter la responsabilité sur quelqu’un d’autre ; une des règles de ces groupes est que les hommes sont à cent pour cent responsables de leur violence. Les hommes vont accepter de se laisser confronter par le psychothérapeute ou d’autres membres du groupe parce qu’ils sentent que tous se préoccupent de leur sort. Ils savent aussi, pour en avoir fait l’expérience, à quel point les membres du groupe et le psychothérapeute peuvent apporter un soutien dans les moments de détresse. Il faut dire d’ailleurs que la participation à ces groupes constitue souvent, pour plusieurs de ces hommes, leur première expérience véritable d’amitié entre hommes.

14À mesure que l’homme parvient à arrêter ses gestes de violence, il apprend à les remplacer par l’expression de ses émotions. On lui enseigne aussi à dire « je », c’est-à-dire à parler de lui-même au lieu d’utiliser le « tu » accusateur. On lui fournit aussi une liste d’émotions car souvent la colère est la seule qu’il connaisse ; il se montre d’ailleurs très surpris qu’une telle diversité d’émotions puisse exister. Un moment clé dans l’intervention de groupe est celui de l’escalade de la violence qui est un genre de confession publique, analogue à ce qui passe dans les groupes AA et NA ; lorsque c’est possible, on demande à la conjointe de l’aider à préparer son escalade. L’homme violent doit décrire et admettre publiquement tous les gestes qu’il a accomplis dans tous les genres de violence (physique, psychologique, sexuelle, économique, contre les objets, etc.). Au stade où les hommes en sont rendus dans la thérapie de groupe, cette escalade de la violence ne se limite pas à la violence physique, mais touche aussi à la violence psychologique, c’est-à-dire aux comportements de contrôle.

15Enfin, on encourage beaucoup l’affirmation de soi positive qui constitue la véritable alternative à la violence ; l’homme violent a une très faible estime de lui-même et la réappropriation de l’estime de soi constitue l’aboutissement idéal dans sa démarche.

16Mes impressions après une expérience de deux ans comme coanimateur d’un groupe, confirmées par les recherches évaluatives de ces groupes (Ouellet, Lindsay et Saint-Jacques, 1994), sont les suivantes : la plupart des hommes cessent leur violence physique mais continuent à exercer un grand contrôle psychologique. En fait, plusieurs hommes qui ont participé à ces groupes raffinent leurs moyens de contrôle en apprenant nos trucs psychologisants. De plus, l’autoévaluation que font ces hommes d’eux-mêmes n’est pas toujours fiable si l’on se fie à ce qu’en disent leurs conjointes.

17Ces constatations m’ont amené à vouloir associer la conjointe à la démarche et à pratiquer la thérapie conjugale. Or, on a généralement tendance à déconseiller la thérapie de couple à cause de nombreux cas d’actes violents commis à la suite d’une séance de thérapie conjugale ; bon nombre d’intervenants en ont attribué la raison au fait que ces thérapies conjugales étaient d’inspiration systémique. L’approche systémique est considérée non seulement comme inappropriée mais potentiellement dangereuse, parce qu’elle laisserait flotter un flou quant à la responsabilité de l’homme face à son geste violent.

LES DÉBATS ENTRE LES APPROCHES FÉMINISTE ET SYSTÉMIQUE

18Il est clair que les explications socioculturelles d’inspiration féministe procurent la lecture la plus appropriée de la problématique. Cependant, comme tout mouvement relativement nouveau, plusieurs défenseurs de l’approche féministe sont actuellement dans une phase d’hyper-orthodoxie qui a parfois un caractère dogmatique. Ce radicalisme est sûrement une des raisons principales pour lesquelles nous pouvons maintenant compter ici sur la judiciarisation de la violence conjugale, ce que nous envient plusieurs pays européens. Cependant, comme on le disait plus haut, le choix d’une approche idéologique ou théorique doit aussi être guidé par le pragmatisme clinique, c’est-à-dire le souci de corriger le problème de la façon la plus efficace possible. Ainsi, si l’approche psychologisante n’est pas retenue, c’est tout simplement parce que le mode de traitement qui en découle n’est pas pertinent et efficace. De plus, notre objectif premier étant d’amener l’homme violent à se responsabiliser, nous avons la responsabilité d’être très vigilants face à la tendance qu’aurait l’homme violent à utiliser les causes psychologiques comme excuses et comme justifications pour sa violence.

19La thérapie de famille et de couple, fondée sur le postulat systémicien que les problèmes sont d’origine relationnelle, pourrait amener le thérapeute à adopter une stratégie où tout le monde a raison et où personne n’est à blâmer. Hors, il est faux de dire que la violence conjugale est de nature transactionnelle, et donc que la conjointe en serait partiellement responsable. Les actes violents de l’homme constituent un crime dont il est entièrement responsable et doivent être condamnés. L’homme violent se considère rarement comme tel et, s’il n’a pas entrepris de démarche personnelle de thérapie, il a tendance à se déresponsabiliser et à attribuer la cause de ses comportements violents à sa femme. On ne peut donc se permettre d’être ambigu à ce sujet et laisser d’une quelconque façon croire à l’homme que ses gestes sont justifiés. De plus, la femme violentée aura peur de parler ouvertement et, si elle le fait, elle court le risque de recevoir des coups une fois l’entrevue terminée.

20L’approche « tout le monde a raison » caractéristique de l’approche systémique est totalement à proscrire puisqu’elle va à l’encontre de l’objectif fondamental qui est de responsabiliser l’homme pour un geste condamnable. N’importe quel clinicien sensé et expérimenté adapte ses méthodes aux problématiques particulières et il n’utilise pas l’approche systémique de façon mécanique. On reproche parfois aux tenants de l’approche féministe d’être trop rigides et de considérer qu’il n’y a qu’un seule catégorie d’hommes violents et donc un seul et unique modèle d’intervention (Lipchik, 1991).

21Il existe chez certains couples une dynamique dans laquelle la conjointe a une attitude provocante qui stimule la violence chez l’homme. J’ai eu à suivre quelques couples présentant une telle dynamique. J’entends par là de véritables gestes provocateurs et non pas des gestes d’autonomie, d’affirmation ou de contestation que l’homme interprète à tort comme des gestes provocateurs. Cela fait partie du problème et doit être traité directement, sinon il est impossible de corriger la situation. Il va de soi que les comportements provocateurs de la femme n’excusent en aucune façon le comportement violent du mari qui en demeure totalement responsable, et il faut être très clair à ce sujet d’autant plus qu’on doit s’attendre à ce que le mari se serve des provocations de sa conjointe pour justifier ses gestes.

22Mais quelle que soit leur école, la plupart des intervenants s’entendent pour dire que la thérapie conjugale peut être envisagée seulement si l’homme violent reconnaît sa violence et s’en attribue l’entière responsabilité et si la femme a montré qu’elle est capable de se protéger (Pressman, 1989 ; Lipchik, 1991 ; Edleson et Tolman, 1992 ; Goldner, 1992), nous y reviendrons plus loin. Pour certains, il est possible quand même d’aborder la violence conjugale au moyen de la thérapie de couple à condition qu’il n’y ait pas de danger pour la conjointe (Leeder, 1994).

23À mon avis, ce n’est pas surtout l’approche systémique qu’il faut condamner, mais plutôt l’inexpérience clinique de thérapeutes peu familiarisés avec la problématique de la violence conjugale. La polarisation entre l’approche systémique et l’approche féministe a donné parfois lieu à des débats passionnés et a eu comme conséquence de provoquer des divisions non seulement entre les équipes d’intervenants (Lipchik, 1991) mais également au sein même de ces équipes (Goldner, 1992). Ce n’est que tout récemment que l’on a commencé à s’ouvrir face à la thérapie conjugale à cause des avantages évidents qu’elle offre : une information plus fiable et complète, le fait que les deux conjoints ont les mêmes informations et approches, la possibilité de changer le processus interactionnel qui mène à la violence, etc. (Holtzworth-Munroe, Beatty et Anglin, 1995). D’autres font ressortir que le fait de pouvoir agir sur l’interaction donne beaucoup plus de moyens pour faire cesser un processus qui de toute façon se passe dans une relation de couple. On constate que, la plupart du temps, les femmes ne veulent pas quitter leur conjoint, qu’elles veulent que l’abus cesse mais pas la relation (Leeder, 1994). Enfin, les femmes ont un grand pouvoir qu’elles peuvent utiliser avec l’aide du thérapeute ; en fait, plus on redonne du pouvoir à la femme dans le cadre d’une thérapie de couple, plus on se donne de moyens de faire cesser la violence (Leeder, 1994).

24On s’entend pour dire que la thérapie conjugale peut être entreprise à la condition que l’homme violent assume l’entière responsabilité de sa violence et que la femme puisse se protéger en cas de récidive (Pressman, 1989 ; Lipchik, 1991 ; Edleson et Tolman, 1992 ; Goldner, 1992 ; Holtzworth-Munroe, Beatty et Anglin, 1995 ; Leeder, 1994). Si la femme se sent en danger, c’est le signe qu’il faut éviter à tout prix toute forme d’intervention conjugale (Werk, 1994). À Entraide au masculin, l’homme violent doit avoir fait une démarche de groupe au préalable avant de suivre la thérapie conjugale.

UN PROJET PILOTE D’INTERVENTION CONJUGALE DE GROUPE

25Le projet s’est réalisé en trois phases (hiver 1994 ; fin de l’automne 1994 et hiver 1995 ; et de la fin de l’automne 1995 jusqu’au printemps 1996).

Première phase

26Au cours de cette première phase, nous avons fait une ou deux rencontres d’évaluation avec chacun des quatre couples où l’homme avait terminé la thérapie de groupe d’Entraide au masculin ; la participation variait de 16 à 45 semaines. Ces rencontres avaient pour objet de s’assurer que les couples satisfaisaient aux critères d’admissibilité. Pour participer à la thérapie conjugale, l’homme violent devait non seulement avoir réussi à mettre fin à ses comportements violents, mais aussi démontrer qu’il était sensible aux besoins de sa conjointe et malheureux d’avoir exercé des sévices sur elle. La conjointe devait faire la démonstration qu’elle était capable de prendre les moyens pour se protéger, le cas échéant.

27Le groupe de couples a été animé conjointement par un homme et une femme ; nous avions prévu faire une série de six séances dans cette première phase, mais les circonstances nous ont forcés à nous limiter à trois rencontres. Un observateur et une observatrice nous ont aidés à faire un retour sur chaque séance afin d’améliorer notre approche.

28Dans cette première phase, nous avons tenté d’appliquer l’approche d’Edleson et Tolman (1992) qui suggèrent d’amorcer la thérapie de couple en s’attaquant directement aux comportements abusifs de l’homme et aux dommages qu’ils ont causés à la femme. Selon leur approche, la conjointe doit d’abord décrire en détail tous les gestes d’abus qu’elle a subis et comment elle les a vécus affectivement. On conçoit sans peine que cette étape puisse être très dure pour l’homme, car il a comme tâche d’écouter sa conjointe avec empathie, sans chercher à se justifier. Cette première étape, très pénible, constituerait un test de la capacité de l’homme à tolérer l’expression de ces sentiments négatifs sans recourir à la dénégation. Les conflits ne sont pas permis au cours de ces séances et les deux conjoints sont prévenus du potentiel de réaction négative de part et d’autre et doivent prendre leurs précautions pour se protéger. Les rencontres de couple peuvent alors être interrompues si le conjoint ne peut supporter d’entendre sa conjointe parler des souffrances qu’elle a vécues. Il n’est pas rare que ce soit la femme qui ne puisse tolérer cette vulnérabilité peu « masculine » que l’homme manifeste ouvertement pour la première fois ; ce sont souvent elles qui vont protéger leur homme et nous empêcher d’aller plus loin dans la démarche. Cette réaction peut être d’autant plus forte que l’homme est souvent très déprimé et a des idées suicidaires lorsqu’il est devenu empathique aux souffrances qu’il a fait subir à sa conjointe. De plus, ces couples sont souvent de type fusionnel et la femme ne peut concevoir qu’elle puisse vivre sans son conjoint.

29La tâche s’est révélée trop difficile pour les hommes et elle risquait de provoquer la rupture de l’alliance thérapeutique, laquelle doit toujours avoir préséance, selon Leeder (1994). Nous avons donc choisi d’adoucir un peu la méthode et de la remplacer par la nécessité que les hommes se centrent sur le vécu actuel de leur conjointe ; ce sont elles qui ont pris la parole au cours de ces quatre séances.

Deuxième phase

30L’expérience a été répétée à la fin de l’automne suivant avec un groupe de quatre couples pour une durée de treize séances ; un des couples a choisi d’abandonner et a été remplacé par un autre ; deux des conjointes avaient participé à quelques séances de groupe offertes par une ressource pour femmes violentées.

31Après analyse de notre première expérience, nous avons élaboré la démarche suivante : au cours de la première rencontre, on a indiqué au tableau la séquence des étapes suivantes, détaillée dans l’encadré ci-dessous, et celle-ci y est demeurée pendant toute la durée de la démarche.

32Cette série de rencontres s’est révélée très fructueuse et a donné d’excellents résultats. Les problèmes de violence psychologique ont considérablement diminué et, dans certains cas, complètement disparu. De plus, ces séances nous ont permis d’agir sur les comportements auxquels il nous est impossible de toucher dans les groupes pour hommes, car ils ne sont pas assez « gros » pour que les hommes leur prêtent attention ; Isabelle Royer, ma collègue coanimatrice, appelait ces comportement des « petits contrôles quotidiens ». Les progrès les plus sensibles ont été observés chez les femmes qui, d’anxieuses et coupables, se sont graduellement affirmées face à leurs conjoints à qui nous disions d’ailleurs que tout ceci était dans l’ordre des choses.

33Une première difficulté que nous avons rencontrée est l’image que renvoyait la coanimation ; en effet, malgré tous nos efforts, les comportements respectifs de l’animateur et de l’animatrice ne projetaient pas le modèle souhaité. Il nous apparaissait essentiel qu’Isabelle prenne elle aussi une place au moins égale à la mienne afin que les comportements soient en accord avec le slogan. Après discussion, il a été convenu qu’Isabelle prendrait la direction du groupe, laissant un rôle de soutien à l’animateur, ce qui a résolu le problème.

34Une deuxième difficulté est venue du fait que, dans un couple en particulier, la femme a pris sa place en exprimant sa rage, tout en éprouvant assez peu d’empathie à l’égard du besoin de rapprochement du mari maintenant devenu sensible et vulnérable. Il s’agit là d’une difficulté décrite par Pressman (1989) ; cette agressivité peut être très blessante pour ces hommes qui ressentent maintenant toute la souffrance qu’ils ont infligée à leur femme. Les intervenants ne peuvent empêcher cette expression de rage légitime qui est la façon qu’a choisie la femme de prendre sa place. Pressman (1989) recadre la situation et la définit comme une illustration du progrès accompli par l’homme puisque sa femme n’a plus peur de lui et se sent suffisamment en sécurité pour exprimer sa colère légitime. Lorsque la femme persiste dans son attitude agressive, Pressman suggère que la femme « punisse » son mari pour réparer les torts. Le conjoint a le désir d’expier et ne demande pas mieux que d’abandonner le rôle de « méchant » ; par contre, il ne faut pas que la punition soit humiliante ou ait un caractère violent. Nous n’avons pas eu l’occasion d’avoir recours à la stratégie suggérée par Pressman, mais avons adopté une stratégie de normalisation qui s’exprimait ainsi : « Nous savons que c’est dur pour vous les gars, mais il faut passer par là si on veut que ça aille mieux plus tard. »

LES CINQ ÉTAPES D’INTERVENTION CONJUGALE DE GROUPE
1) Normalement, vous les hommes, vous devriez avoir cessé vos actes de violence et vous être responsabilisés par rapport aux gestes violents que vous avez posés. En cas de récidive, nous devrons vous exclure du groupe et vous devriez retourner au groupe pour hommes.
2) Vous êtes censés maintenant être capables de remplacer vos gestes violents par l’expression de sentiments (dire « je »), cependant, vous continuez à prendre beaucoup de place en vous exprimant ainsi, et c’est maintenant au tour de vos conjointes.
3) L’étape 3 consiste à permettre aux conjointes d’exprimer elles aussi leurs sentiments et de prendre leur place ; on ne peut passer aux étapes suivantes avant qu’une sorte d’équilibre ait été atteint et que les deux conjoints soient également capables de s’exprimer. Avant de passer à la thérapie de couple proprement dite, il faut que les femmes prennent d’abord une place égale à celle des hommes. Le slogan est le suivant : « Vos femmes doivent prendre une place égale à la vôtre. » Avant de passer aux étapes suivantes, indiquées au tableau, il est indispensable que les femmes apprennent elles aussi à exprimer leurs sentiments et à prendre leur place. Nous avons exprimé très clairement notre stratégie comme intervenants ; « Tant que vos femmes n’auront pas pris une place égale à la vôtre, nous allons prendre à cent pour cent pour elles. »
4) L’étape 4 consiste à apprendre à améliorer la communication au moyen d’exercices structurés, de la même façon qu’on le fait habituellement en thérapie de couple. (Notre expérience nous a montré que même si cet exercice a été bien utilisé, cela peut prendre plusieurs semaines pour vraiment l’acquérir.) Ensuite le couple est prêt à apprendre la résolution de conflits.
5) L’étape cinq, qui s’étale sur plusieurs semaines, porte sur les conflits et les aptitudes à acquérir pour bien les gérer. (Les exercices ont été empruntés à Neidig et Friedman [1984].)

35Nous avons abordé les étapes de thérapie de couple (4 et 5) même si l’homme était encore contrôlant dans un des couples et même si les progrès étaient incertains dans un autre (dents de scie). L’expérience nous a appris que l’assimilation des exercices demande un certain temps et qu’il aurait fallu commencer à espacer les rencontres à ce moment.

36Enfin le slogan « Vos femmes doivent prendre une place égale à la vôtre » s’est révélé très utile, car nous pouvions constamment y revenir. Comme praticiens qui « réfléchissent dans l’action », c’est la pratique qui nous a permis de nous sortir du débat féministe-systémique ; en bref, nous avons été féministes dans la première partie et systémiques dans la deuxième.

À la suite de notre invitation à s’exprimer devant son mari, une femme s’est risquée, mais avec une attitude très anxieuse, en cherchant du regard l’approbation de son conjoint. Je n’ai pas hésité à la confronter en lui disant qu’elle n’avait pas à quémander la permission de son mari pour s’exprimer. Isabelle, tout en demeurant d’accord avec mon objectif, me dit que je m’y prenais mal, car la femme se sentait encore une fois blâmée et coupable. Cette intervention a permis à la fois d’établir une complicité entre Isabelle et la femme, tout en démontrant qu’une jeune femme peut se permettre de contredire un homme, même s’il est plus vieux et qu’il a été son superviseur. Nous avons montré par l’exemple qu’il était possible d’être en désaccord tout en ayant d’excellents rapports. Par la suite, une autre femme l’a appuyée et lui a affirmé qu’elle aussi se sentait de la même façon, ce qui a amené une autre à faire de même. Au bout de quelques séances, la situation s’est renversée de façon notable d’autant plus que les hommes se sont embarqués dans le jeu, car nous leur avions demandé de nous aider à faire prendre leur place à leur femme.

Un homme « rose » faisait preuve de beaucoup de prévenance envers sa femme, lui expliquant tout, prenant tout en charge. Ainsi il l’interrompait sans arrêt à la maison, chaque fois qu’elle voulait s’exprimer. Il la reprenait alors qu’elle commençait à peine à parler afin de mieux lui expliquer les choses. C’est à cause de ses explosions de violence très dangereuses que cet homme avait dû fréquenter le groupe pour hommes violents. Lorsque j’ai demandé à sa femme comment elle se sentait quand elle se faisait interrompre, elle a répondu « niaiseuse, enfant d’école ». Je lui ai alors donné comme « devoir » d’exprimer ses sentiments lors des interruptions au cours de la semaine. À la séance suivante, nous apprenons avec surprise qu’il n’y pas eu d’interruptions au cours de la semaine. Je demande donc de faire le devoir sur-le-champ ; elle doit parler et il doit l’interrompre. J’insiste, mais Isabelle, assise à côté d’elle, me dit de ralentir en disant : « Son cœur bat à tout rompre. » Mais, avec l’aide d’Isabelle, elle parvient à exprimer ses sentiments, ce qui amène un changement majeur dans leur style d’interactions, ouvrant la porte à une affirmation de soi de plus en plus grande.

Dans une autre séance, un homme apostrophe sa femme et lui ordonne de prendre sa place en pointant son doigt autoritaire vers elle. Il lui dit qu’il veut lui défendre de parler au téléphone ou d’aller rendre visite à sa mère ou à ses sœurs, car elles prennent toute la place et ne lui laissent pas la sienne. Nous ne pouvions pas laisser passer cette attitude qui témoignait d’une mauvaise compréhension de l’objectif visé. J’ai dû le confronter en imitant ce qu’il venait de faire. Tous les autres hommes sont embarqués dans le coup, ce qui Ta mis en déséquilibre ; cela a ouvert ainsi la voie à un changement d’attitudes que nous avons pu consolider par la suite.

Troisième phase

37Dans cette dernière étape, nous avons tenu trois séances de groupe réunissant trois couples, un des couples ayant abandonné. Dans ce couple, la violence a cessé et l’homme est en thérapie individuelle. Notre hypothèse est que la thérapie de groupe aurait conduit inéluctablement à une rupture et que l’épouse préférait remettre celle-ci à plus tard. Nous avons pu constater des progrès, sauf pour un couple chez qui la situation demeure instable, quoique les bonnes périodes soient considérablement plus longues. Comme les difficultés étaient provoquées par les enfants pour deux des couples (l’autre étant sans enfant), nous avons choisi de faire participer les enfants et avons fait deux rencontres familiales en groupe.

LE SUIVI COMMUNAUTAIRE

38Les programmes de suivi communautaire ne sont pas encore très développés dans le domaine de la violence masculine étant donné que l’intervention auprès des hommes violents est encore relativement récente. Ce qui est très frappant c’est que les interventions à portée communautaire ont des visées préventives. La plupart des cliniciens que je connais qui font du suivi communautaire ont très à cœur de prévenir la violence. Ils vont dans les écoles afin de donner des ateliers de sensibilisation aux jeunes lors des premiers moments de l’établissement des relations de couple afin d’empêcher que ne se développe la violence dont ils ont à traiter les effets destructeurs. Il existe des programmes qui ont fait leurs preuves, tant au chapitre de la violence entre garçons à la fin du primaire (Laurendeau, 1989) qu’en ce qui concerne les premières relations de couple à l’adolescence (Lavoie et al, 1992).

39Entraide au masculin (Royer, 1994) a mis sur pied un groupe d’entraide auquel les hommes violents peuvent choisir de participer après avoir terminé leur démarche de groupe. Ils se rencontrent toutes les deux semaines afin de partager ensemble leurs questionnements et de s’encourager les uns les autres, ils ont noué entre eux une relation amicale qu’ils veulent poursuivre afin de s’empêcher de retomber dans le cycle de la violence. Ils invitent des personnes-ressources pour leur donner de la formation, comme par exemple sur la façon d’utiliser la discipline avec les enfants. Le jumelage d’entraide a été très utilisé à Entraide au masculin, à l’intérieur des groupes comme à l’extérieur, lors d’épisodes de crise de l’un de ces hommes.

40Plusieurs de ces hommes sont allés parler de leur violence à une émission télévisée très populaire afin de contribuer à sensibiliser d’autres hommes violents et ainsi les inciter à se reconnaître et à demander de l’aide auprès d’un groupe pour hommes violents. Cette série de trois émissions, dont la dernière était destinée aux conjointes de ces hommes, a eu beaucoup de retentissement, ce qui a ainsi sensibilisé la population. Trois familles ont organisé un atelier à l’occasion d’un congrès afin de partager avec les professionnels comment elles avaient vécu la violence dans leur famille.

41Parmi les projets futurs, il y en a un dont l’objectif est de prévenir les acting out homicidaires et suicidaires, en ayant accès à l’homme lors de la période de crise qui précède le passage à l’acting out violent, et en pratiquant l’intervention de crise dans un lieu prévu à cet effet. Si j’avais à refaire cette expérience de thérapie conjugale de groupe, je provoquerais délibérément la crise en organisant une séparation temporaire de couple. Je normaliserais cette séparation comme faisant partie d’un processus permettant aux couples de mieux se retrouver. Je ferais valoir qu’on devrait être ensemble seulement si on est bien et se séparer aussitôt qu’on se sent mal.

L’APPROCHE DES PAYS-D’EN-HAUT

42Je crois qu’il convient de terminer ce livre avec le modèle d’intervention des Pays-d’en-haut qui, dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, nous offre une stratégie d’intervention aussi novatrice qu’efficace. Deux praticiens (un homme et une femme) interviennent conjointement lorsqu’une femme leur est envoyée, soit par un policier de Saint-Sauveur, soit parce que la femme a entendu parler de leur service par une amie ou une connaissance. Leur intervention cible de façon spécifique les hommes violents de type psychopathe. Leur objectif est simple et clair : amener la femme à déposer une plainte de façon à obtenir une interdiction de contact. Il est évident qu’ils graduent leur intervention en fonction de l’étape psychologique où est rendue la femme dans sa démarche ; ainsi ils vont demander de choisir un scénario dans la liste qui est présentée : l’hébergement à la maison de femmes, la participation à un groupe de femmes violentées, l’installation chez une amie, etc. Vers la fin de l’entrevue, l’intervenant va proposer à la femme, sans insister toutefois, de rencontrer une autre femme qui a vécu les mêmes sévices qu’elle ; il lui propose même de l’appeler immédiatement afin qu’elles se fixent un rendez-vous. Cette aidante naturelle a été soutenue pendant plus de deux ans par l’intervenant dans toutes ses démarches. Selon lui, cette aidante peut, beaucoup mieux que lui, persuader la femme de prendre des mesures ; très souvent cette rencontre constitue le point tournant de l’intervention. Ensuite on organise une rencontre de couple au cours de laquelle la femme annonce sa décision à son mari et lui présente l’ordonnance d’interdiction de contact. Il est important qu’elle soit très déterminée pour être convaincante, car il n’est pas rare qu’elle ait pris des décisions analogues dans le passé et qu’elle ait ensuite changé d’idée. Il va de soi que tous les arrangements ont été pris avant l’entrevue pour organiser un hébergement totalement sécuritaire pour la femme (et ses enfants), qui « disparaît » une fois sortie du bureau. L’intervenant se charge de diriger sur lui l’agressivité de l’homme, qui appelle quelques jours plus tard, à la recherche de sa femme devenue introuvable. À la première menace ou tentative d’intimidation, il porte plainte et son collègue policier, prévenu à l’avance, procède rapidement à l’incarcération. Il faut dire que celui-ci avait communiqué les informations sur son dossier judiciaire, à propos duquel la femme avait souvent été tenue dans l’ignorance. L’approche milieu — qui favorise les rapports d’entraide —, la concertation (connivence) avec les services policiers (sans doute obtenue en retour de nombreux services rendus) et l’expérience de l’intervenant avec les clientèles criminalisées constituent les trois facteurs principaux qui expliquent le succès de cette stratégie d’intervention.

Table des illustrations

Titre Figure 27. Le cycle de la violence
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses de l’Université de Montréal, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search