Version classiqueVersion mobile

L’intervention clinique communautaire

 | 
Jérôme Guay

Deuxième partie : les applications du modèle

8. Les familles multiproblématiques

Texte intégral

1Les familles multiproblématiques sont aux prises avec de nombreux problèmes urgents tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la famille, comme l’alcoolisme, la pauvreté, l’isolement, la désorganisation interne, etc. Du point de vue du praticien social, ces familles sont définies comme des familles consommatrices chroniques de services, lesquels services ne semblent jamais donner de résultats positifs. Elles sont aussi définies du point de vue de leurs comportements, c’est-à-dire qu’elles sont considérées comme des familles abusives ou négligentes. Dans ce chapitre, l’accent sera mis sur le processus de crises récurrentes qui caractérise ces familles désorganisées.

LE CYCLE DES CRISES RÉCURRENTES

2Le processus de crises récurrentes se caractérise par le passage d’un niveau de stress qui dépasse le seuil de tolérance à une phase de désorganisation, suivie d’une situation de crise, puis d’une période de soulagement et de calme. Le cycle des crises récurrentes se répète sans cesse puisque, au lieu de trouver des solutions appropriées, les familles ne cherchent que des façons d’évacuer leurs émotions négatives. Les problèmes de fond qui ont provoqué la crise n’ayant pas été résolus, la situation de crise ne peut faire autrement que de réapparaître. On va de crise en crise avec des cris et des tapes en tentant d’éviter le chaos, ceux-ci étant suivis d’accolades et d’excuses. Les règles sont élaborées au fur et à mesure afin de répondre aux besoins présents et elles ne sont pas appliquées de façon consistante. Les enfants sont incapables de se maîtriser et contribuent au chaos. Ces familles n’ont pas de stratégies cohérentes pour résoudre les problèmes ; elles vont d’une crise à l’autre, utilisant ce qu’elles peuvent à tel ou tel moment. Les enfants apprennent qu’il faut crier ou pleurer pour obtenir quelque chose et que, même s’ils obtiennent l’attention de leur mère, cela ne signifie pas qu’ils vont la conserver longtemps ; une autre crise peut leur enlever son attention.

3Il y a deux façons de comprendre le cycle des crises récurrentes : d’un point de vue psychodynamique ou d’un point de vue écosystémique. Dans le premier cas, on parle d’évitement des émotions liées aux traumas subis au cours de l’enfance, et, dans l’autre, d’un manque de compétence à gérer les stress. Ces deux points de vue sont également valables et, en quelque sorte, ils sont complémentaires. Ils sont présentés à tour de rôle.

FUIR LES TRAUMAS DU PASSÉ

4Du point de vue psychodynamique, le cycle de crises récurrentes peut s’expliquer par le recours à l’agir impulsif pour régler les problèmes, mais surtout pour fuir la souffrance. La souffrance des parents est due au fait que ceux-ci ont grandi dans une situation chronique d’abus et de négligence depuis qu’ils sont tout jeunes, et souvent ils ne dépassent pas le stade où ils ont vécu un trauma qu’ils n’ont pas réussi à dépasser. Selon Kagan et Schlosberg (1989), les parents ont les caractéristiques d’enfants en bas âge (2-3 ans) qui ont tellement été blessés qu’ils sont restés bloqués au stade auquel ils ont vécu des pertes non résolues et subi un trauma sévère. Une des conséquences d’avoir vécu tellement de pertes et de traumas pour les parents, c’est qu’ils ne peuvent se permettre de vivre la souffrance encore. Au lieu de se rendre vulnérables et ouvertes au changement, ces familles tentent de se protéger contre les difficultés. Elles ont peur d’être abandonnées et font de l’acting out pour éviter d’éprouver de nouveau la douleur liée aux traumas passés. Elles fuient l’abandon et le vide et vivent dans le présent ; le passé et le futur n’existent pas. Selon Ausloos (1995), qui utilise l’expression de transactions chaotiques à propos de la façon d’agir de ces familles, chaque événement chasse le précédent, empêchant qu’on ne le mette en mémoire et qu’on ne s’en serve.

5De plus, les parents sont souvent blâmés parce qu’ils reproduisent le cycle en négligeant et en maltraitant leurs enfants. Il peut être difficile pour l’intervenant de faire preuve de compréhension lorsqu’il voit que les enfants souffrent à cause du manque d’amour ou de discipline des parents. Bien qu’il soit soucieux de maintenir l’alliance thérapeutique, le thérapeute doit comprendre que toute l’énergie des parents est déployée pour parer le prochain trauma (agression par le mari, viol, chicane avec les voisins, placement de leur enfant, rejet par leur famille, etc.).« Il faut se faire une image de ces familles comme dansant autour d’un trou noir de néant... ce trou noir contient les fantômes et les horreurs des traumas cachés passés que la famille est incapable d’affronter » (Kagan et Schlosberg, 1989). Il leur devient donc essentiel de nier et de refouler les traumas afin de pouvoir survivre.

6En somme, le cycle peut se résumer ainsi : il y a d’abord un stress qui risque de faire réapparaître la souffrance. Quand elles sont soumises à ce stress, les familles commencent à ressentir la souffrance, c’est-à-dire à faire face à un sentiment de vide, à la dépression et à la terreur. Le geste impulsif sert de défense contre cette souffrance ; leur souffrance intérieure est agie à l’extérieur au lieu d’être ressentie. Les comportements impulsifs servent à camoufler les vraies peurs et traumas de ces familles. Les crises ont donc pour objet d’empêcher le changement au lieu de le provoquer, comme c’est le cas habituellement. Comme elle devient rapidement intolérable, la souffrance provoque un besoin désespéré d’acting out, de comportement violent ou déviant qui constitue une menace pour la société. En effet, les comportements impulsifs ont comme conséquence de faire intervenir des personnes extérieures, ce qui a un effet sécurisant parce que cela amène des forces de contrôle qui soulagent la solitude et la souffrance, qui sont remplacées ensuite par de l’agressivité envers les autorités. Ces contrôles extérieurs stabilisent le système familial et renforcent le sentiment de ces personnes que tout le monde est contre elles. C’est comme si leur état de crise perpétuelle était dû au fait que le processus normal de deuil lié aux crises développementales était bloqué. Somme toute, elles veulent éviter le changement à tout prix, ne rien révéler des secrets qui pourraient compromettre l’équilibre familial et ne rien changer aux règles et rituels de la famille (Ausloos, 1995). Dans ce processus, on ne s’attaque jamais aux vrais besoins d’aide et d’amour de la famille, non plus qu’à ses vrais dilemmes ou conflits. Vu que ses besoins ne sont pas comblés, la famille demeure vulnérable, le sentiment de vide refait surface et le cycle recommence. C’est comme si les familles revivaient l’expérience de l’abus du trauma et de la violence, ce qui accroît encore plus la peur primitive de l’abandon et les craintes d’annihilation.

L’INCAPACITÉ À GÉRER LES STRESS

7Le cycle des crises récurrentes peut aussi avoir sa cause dans l’incapacité de ces familles à gérer les stress. Selon Rothery (1990), dans toute famille il y a un seuil au-delà duquel le stress a un effet désorganisant ; ce seuil est déterminé par les ressources qui sont disponibles et la compétence qu’ont les familles à les utiliser et à en tirer profit. Si ces familles font l’expérience du stress de façon plus aiguë que les autres familles, c’est surtout à cause du déséquilibre entre les stress et les ressources disponibles. Les familles multiproblématiques sont donc très vulnérables parce que les stress qu’elles subissent atteignent rapidement un seuil au-delà duquel elles se désorganisent ; les ressources d’aide disponibles ne suffisent pas pour aider à surmonter les stress. Ces familles vivent un grand nombre de graves difficultés qui affectent plusieurs aspects de la vie familiale auxquels elles ne peuvent pas faire face et pour lesquels elles ne peuvent pas trouver d’aide appropriée dans les services. Elles ne réussissent pas à les résoudre ou à les pallier et elles les considèrent comme des menaces à leur survie ou à leur sécurité. Comme elles n’ont pas une compétence suffisante pour réussir à satisfaire leurs besoins de survie, leurs nombreux problèmes demeurent sans solution. Leur incompétence à gérer les stress est entretenue par le fait qu’elles croient possible d’éliminer les sources de stress à tout jamais. Elles ont de la difficulté à concevoir ou à tolérer que ces problèmes puissent demeurer des sources permanentes de stress avec lesquelles il faut apprendre à vivre.

Figure 22. Le cycle des crises récurrentes

Figure 22. Le cycle des crises récurrentes

8Elles vont de crise en crise, cherchent à obtenir un soulagement immédiat et elles ne désirent pas investir dans des solutions à long terme parce que tout changement est perçu comme menaçant. Ce n’est donc pas tant de l’aide qu’elles cherchent qu’une place pour déverser leurs problèmes, comme dit Rothery (1990) ; c’est presque toujours en état de crise qu’elles le font et d’une façon très impulsive. Elles cherchent constamment à maintenir l’équilibre et ne connaissent que la crise pour résoudre les problèmes. Elles utilisent les ressources externes de façon irréaliste comme des solutions purement extérieures au problème.

9Souvent, elles ne s’améliorent pas à la suite de l’intervention et elles font appel aux services seulement pour des problèmes aigus avec lesquels elles ne peuvent composer et qui leur paraissent urgents.

10On peut aussi considérer ces familles sous l’angle de leurs comportements mésadaptés, c’est-à-dire abusifs et négligents. Plusieurs typologies ont été proposées (Friedrich, 1990 ; Cirillo et Diblasio, 1992), mais c’est celle de Crittenden (1989) qui décrit le mieux le phénomène de la négligence et de l’abus.

TYPOLOGIE DES FAMILLES DÉSORGANISÉES
selon Crittenden (1989)
Cette typologie a été construite à partir de trois recherches effectuées sur un échantillon total de près de trois cents familles où Crittenden (1989) avait discerné quatre types, que j’ai fusionnés en deux.
Les familles négligentes
Les parents négligents ont acquis au cours de leur histoire une façon de réagir aux difficultés de la vie qui consiste essentiellement à ignorer les problèmes et à se refermer sur eux-mêmes ; leur expérience de vie les a conditionnés à croire que plusieurs problèmes vont finir par disparaître si on les ignore suffisamment longtemps. Les mères négligentes, car il s’agit sur tout de familles monoparentales, sont absentes à leurs enfants et insensibles à leurs besoins ; elles vont prendre soin de leurs enfants quand elles y pensent et non quand les enfants expriment un besoin. Elles ne sont pas portées à répondre aux comportements d’approche de leurs enfants puisque la plupart n’y sont pas sensibles. Elles semblent vivre au jour le jour sans faire de plan d’avenir pour leurs enfants ou des efforts pour s’assurer que leurs besoins sont satisfaits. En fait à la différence des parents abusifs, comme nous le verrons plus bas, elles n’ont pas d’attentes très précises concernant leurs enfants. Même si certaines sont capables d’interpréter correctement l’émotion de l’enfant, elles ne peuvent satisfaire ses besoins, soit à cause d’un sentiment d’impuissance, soit parce que leur environnement est trop chaotique.
Elles ont également acquis le réflexe de confier l’autorité et la responsabilité à quelqu’un d’autre qui, dans leur cas, est souvent leur propre mère avec qui elles vivent en l’absence du père. Elles ont souvent eu plusieurs enfants de pères différents et, pour plusieurs d’entre elles, leur mère est leur compagne de vie, seul élément stable dans un univers très souvent désorganisé. Elles sont parfois seules pour élever leurs enfants et leur univers social est très limité ; la plupart vivent dans le même milieu défavorisé où elles ont été élevées et leur réseau social est fermé sur lui-même et peu changeant.
Le retrait, l’ignorance et la déresponsabilisation ne constituent évidemment pas des stratégies d’adaptation efficaces car ils ne font que soulager temporairement le stress et ne permettent pas de bâtir un bagage d’expérience sur lequel se baser pour apprendre des façons de faire face aux problèmes futurs. Plusieurs mères négligentes ont d’ailleurs des déficits cognitifs importants, leur histoire personnelle révélant qu’elles ont été placées dans des classes pour déficients mentaux, et certaines sont anal phabètes.
D’ailleurs, les stratégies de ces mères ne peuvent plus fonctionner quand arrivent d’autres enfants, car il ne leur est plus possible d’ignorer plusieurs enfants à la fois. Elles sont donc obligées de s’impliquer et vont se mettre en colère afin d’obtenir la paix. À la différence des parents abusifs, leurs accès de colère ne visent pas à imposer la discipline. En fait, ces mères passent d’épisodes de colère frustrée pour tenter de mettre un peu d’ordre, à des épisodes de retrait résignés et impuissants. Leur manque de contrôle et leur incapacité à prévoir conduisent à des entreprises improvisées qui finissent souvent très mal, car leurs interventions n’ont pas de but spécifique puisque le monde leur semble engagé dans un cycle de changements incontrôlables un peu comme dans le cycle de crises récurrentes que nous avons défini plus haut. Le passage de l’indifférence aux accès de colère incontrôlés a comme effet d’offenser amis et professionnels qui perdent alors toute envie de les aider.
Les enfants, étant donné que leurs mères amorcent peu d’activités avec eux, vont avoir tendance à se retirer et à devenir passifs. Le retrait des enfants a comme effet d’amplifier l’indifférence de la mère puisqu’ils sont plus faciles à ignorer. Plus vieux, lorsqu’ils sont capables de marcher, ils recherchent eux-mêmes leur propre stimulation et se promènent sans surveillance. Ils sont un peu désorganisés et ils ne se concentrent pas longtemps sur la même situation. Malgré le désordre qu’ils créent et les situations dangereuses dans lesquelles ils se placent, leurs mères ne leur prêtent pas plus d’attention. Si la mère essaie d’intervenir, elle le fait en criant, sans vérifier l’effet de son intervention ; quant à l’enfant, il l’ignore la plupart du temps. Les enfants apprennent à ignorer les adultes comme ils ont été eux-mêmes ignorés. Leur grande distraction, leur agitation et leur manque d’organisation n’aident pas leur développement cognitif ; ils ont souvent des retards développementaux considérables. Mais ce ne sont pas tous les enfants qui réagissent en s’aventurant dans une exploration excitée et confuse ; certains demeurent passifs et tristes comme s’ils étaient résignés. La tâche des enfants devient encore plus difficile lorsque les comportements parentaux deviennent plus irréguliers et imprévisibles à l’arrivée d’autres enfants. Leur incapacité à prédire les comportements parentaux crée des états d’anxiété chronique et des attitudes de vigilance et de circonspection.
Les familles abusives
Pour les parents abusifs, toute la vie est matière à combat ; il faut combattre pour obtenir ce qu’on veut, pour être aimés, pour apprendre aux enfants à obéir, etc., en bref, il faut utiliser le pouvoir pour obtenir la satisfaction de ses besoins. Ces parents ont été socialisés selon un mode d’adaptation qui consiste à savoir utiliser son pouvoir pour résoudre les problèmes et se sortir du combat ; et ils l’utilisent de façon très coercitive. Par contre, quand ils ne sont pas en position d’utiliser leur pouvoir, ils peuvent devenir dociles ou avoir recours à la tromperie, quoique de façon prudente. Il s’agit donc pour eux de toujours tenter d’utiliser le plus de contrôle possible chaque fois que c’est possible. Même s’ils ont détesté être contrôlés lorsqu’ils étaient enfants, ils croient que c’est cette dure discipline qui leur a permis de devenir des parents responsables et compétents. De plus ils se fixent des standards très élevés comme parents, recherchant auprès des autres la confirmation qu’ils sont de bons parents et exigeant l’obéissance respectueuse de la part de leurs enfants. Il semble que ce soit le besoin d’accomplissement personnel supérieur et le besoin de confirmation de la part des autres qui les amènent à mettre de la pression sur leurs enfants afin qu’ils performent.
Plusieurs enfants ont tendance à protester contre ces comportements contrôlants ou à les fuir, et leurs réactions négatives sont interprétées par les parents comme du rejet et un manque d’amour. La mésinterprétation du sentiment de l’enfant est typique des parents abusifs, quoiqu’on puisse la retrouver parfois aussi chez les parents négligents. Le comportement de l’enfant est interprété comme celui d’un adulte qui attaque intentionnellement le parent, plutôt que comme l’expression d’un besoin d’enfant. Les parents sont alors choqués, blessés et frustrés, croyant qu’il leur faut alors exercer plus de contrôle, ce qui crée ainsi un cycle de plus en plus négatif. Les enfants en viennent à cacher leurs réactions négatives et à obéir de façon compulsive. Ils apprennent à se couper de leurs sentiments et pensent qu’il sont responsables des comportements de leurs parents. Surtout ils finissent par croire que leur propre valeur dépend de leur capacité à satisfaire les attentes des autres ; il apprennent donc à satisfaire les besoins des autres afin d’obtenir leur approbation.
D’autres enfants réagissent en devenant très agressifs face aux comportements de contrôle et recherchent des moyens de frustrer encore plus leurs parents ; ils résistent de toutes les façons possibles à la coercition. Ils s’attendent à être rejetés et leur comportement hostile et sans compromis les amène à être effectivement rejetés.
Les parents perdent le contrôle lorsqu’arrivent d’autres enfants, la punition devient irrégulière, les enfants empirent et les parents deviennent de plus en plus frustrés. Il n’y a plus de cohérence, les punitions deviennent arbitraires et les parents sont plus enragés. Les changements fréquents de partenaire n’arrangent pas les choses non plus ; la relation conjugale est instable ou caractérisée par de la violence (les relations amicales des parents sont également instables et de courte durée).

11L’intervention a donc essentiellement pour objet de rompre le cycle des crises récurrentes et, plus précisément, le cycle d’abus. Le modèle général d’intervention, qui couvre toutes les dimensions de la vie de ces familles, sera d’abord présenté avant qu’en soient définies les diverses composantes.

ROMPRE LE CYCLE DES ABUS

12Les problèmes sévères des familles abusives et négligentes que nous voyons dans les services publics sont dus au fait que le cycle de solidarité a été perturbé ou perverti ; il y a eu manquement grave au principe de justice immanente, ce qui fait que les besoins des enfants n’ont pas été comblés comme ils auraient dû l’être. Les problèmes ont deux causes principales : les parents ont manqué de ressources et se sont épuisés ou ont démissionné, ou, leurs besoins de base n’ayant pas été comblés, ils ont exploité ou négligé leurs enfants. Les problèmes d’injustice, d’abus de pouvoir, de renversement des rôles entre les parents et les enfants, etc., qui découlent de ces deux types de situations, sont autant de dérèglements dont les conséquences se perpétuent d’une génération à l’autre dans un cycle de transmission intergénérationnelle où les enfants abusés ou négligés agissent avec leurs propres enfants comme on a agi avec eux. Il est donc impératif que le cycle de dérèglement soit interrompu afin d’empêcher que ne se transmettent de génération en génération les conséquences négatives ou destructrices de l’abus ou de la démission des parents.

13Ainsi que l’illustre la figure 23, le fondement et le point de départ incontournable de la démarche professionnelle avec ces familles est la cessation des actes impulsifs.

14Il est impossible de songer à s’engager dans une démarche thérapeutique avec ces familles sans avoir rempli deux conditions indispensables : la cessation des actes impulsifs et la responsabilisation. En effet, il est impossible d’entreprendre une démarche thérapeutique avec des personnes qui n’ont pas reconnu avoir accompli des gestes abusifs et qui n’en ont pas assumé l’entière responsabilité. Pour pouvoir susciter un besoin de changement, il faut d’abord admettre avoir accompli des gestes abusifs, pour ensuite en endosser la responsabilité. Pour ce faire, les personnes doivent faire une démarche d’identification et d’expression des émotions qui ont provoqué ces comportements. Elles doivent apprendre à remplacer ces comportements par l’expression des émotions négatives au lieu de chercher à les chasser par leurs gestes impulsifs. On vise à ce que le cycle répétitif des crises récurrentes, perpétuellement mal résolues par les gestes abusifs, soit interrompu et remplacé par une trajectoire de vie dans laquelle les personnes sont capables d’affronter leur souffrance et de s’inscrire dans le continuum passé-présent-futur. Puisque cette souffrance est liée aux traumas infantiles, le thérapeute peut aider les personnes à se réapproprier leur passé, ce qui leur permet de réinterpréter leur présent et donc d’être capables d’anticiper leur futur.

Figure 23. Briser le cycle des abus

Figure 23. Briser le cycle des abus

15En même temps qu’a lieu cette démarche de changement personnel, les personnes et les familles font également une démarche parallèle qui est ouverte sur l’environnement social. D’abord, elles ont besoin du soutien du thérapeute pour passer, avec le moins de dommages possible, au travers de la phase de rupture ou de réorganisation des liens familiaux et conjugaux. Sauf pour les situations peu fréquentes où il est possible de rétablir les liens intrafamiliaux, la tâche du thérapeute consiste à favoriser l’acceptation des ruptures et à aider les personnes à se centrer sur leurs besoins personnels. C’est en collaboration avec les personnes de l’environnement social que le praticien peut par la suite soutenir la croissance des compétences personnelles et parentales. Les personnes apprennent à élaborer des stratégies d’adaptation plus appropriées et plus efficaces, ce qui accroît leur estime d’elles-mêmes et leur sentiment de contrôle sur leur milieu, ouvrant ainsi la voie à la réappropriation de leur vie (empowerment).

16Pour pouvoir atteindre ces objectifs, l’intervention professionnelle doit donc être multiple et toucher plusieurs aspects de la vie des personnes et des familles.

L’INTERVENTION GLOBALE FONDÉE SUR LA RÉPONSE AUX BESOINS DE BASE

17La figure 24 illustre le caractère global et intégré des types d’interventions qui sont nécessaires pour véritablement venir en aide à ces familles. D’abord la démarche thérapeutique ne peut être entreprise sans l’application préalable des sanctions légales qui visent à faire cesser les comportements impulsifs, car alors il serait impossible d’amorcer la démarche de responsabilisation. Mais surtout, l’intervention thérapeutique n’est qu’un des éléments du programme d’intervention.

Figure 24. Modèle intégré d’intervention

Figure 24. Modèle intégré d’intervention

18En effet, les besoins de survie auxquels ces familles font face l’emportent sur les besoins psychologiques ou de croissance personnelle. Les besoins de ces familles sont de l’ordre de la survie, c’est-à-dire qu’elles essaient de survivre en tant que familles et cherchent à protéger leur bien-être physique et leur sécurité (Rothery, 1990). Une démarche de thérapie familiale entreprise sans avoir au préalable veillé à combler ces besoins risque, au pis, d’être nuisible, au mieux, d’être inutile. On ne peut demander à ces familles d’être ouvertes au changement psychologique si tous leurs efforts sont dédiés à la simple survie. C’est donc dire que les besoins d’ordre psychologique auxquels peut répondre le psychothérapeute passent au second plan. Il s’agit, à mon avis, d’une question d’éthique professionnelle pour le thérapeute que de tenir compte des conditions de vie et des besoins de base avant d’entreprendre un processus thérapeutique. Je décrirai plus bas plusieurs exemples de programmes qui fonctionnent de cette façon. Ainsi que le dit Rothery (1990), l’intervention auprès de ces familles doit porter sur deux points, le fonctionnement interne de la famille et les systèmes extérieurs à la famille.

19Un des objectifs de l’intervenant professionnel qui découle naturellement des interventions familiales est de retisser les liens avec l’environnement social. Il essaie aussi d’accroître l’autonomie des personnes. Ces deux objectifs vont déterminer la façon dont chacune des interventions, surtout l’accompagnement, apporte l’aide concrète et l’éducation. Évidemment, le praticien empêche les personnes de demeurer des bénéficiaires passifs de services, mais il encourage constamment l’esprit d’initiative. En même temps que les personnes reçoivent l’aide, le thérapeute les amène à tisser de nouveaux liens et à augmenter leurs capacités d’aller chercher de l’aide par elles-mêmes. Une stratégie qui est particulièrement privilégiée est évidemment la création de liens d’entraide puisque celle-ci, outre qu’elle permet d’établir de nouveaux liens, ouvre la voie à la réappropriation sociale et personnelle.

20Les différents éléments du modèle d’intervention sont définis dans les paragraphes qui suivent. Il convient d’insister d’abord sur ce qui constitue le principal défi de ce modèle : être capable de concilier la tolérance zéro avec l’alliance thérapeutique.

CONCILIER LA TOLÉRANCE ZÉRO AVEC L’ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE

21Le défi le plus difficile et le plus passionnant du thérapeute consiste à concilier la tolérance zéro avec l’alliance thérapeutique. Je vais tenter de donner, dans les pages qui suivent, quelques indications sur la façon de relever ce défi en traitant séparément de ces deux éléments en apparence opposés : la cessation des comportements impulsifs et l’établissement d’un lien de confiance.

22La cessation des comportements impulsifs implique nécessairement que le thérapeute est entièrement d’accord avec la société qui a condamné les gestes abusifs. Il doit donc y avoir une concertation avec le système judiciaire. Les membres de la famille doivent assumer la responsabilité entière des gestes accomplis, et les termes de la concertation entre les agences concernées sont clairement définis. La plupart des thérapeutes commencent la thérapie en établissant très clairement qu’il y a eu abus. Certains débutent en lisant le rapport du travailleur social ou le rapport médical (Madanes, 1990), d’autres font appel aux services du travailleur social qui expose clairement les faits (Cirillo et Diblasio, 1992). Il est clairement stipulé que l’équipe thérapeutique travaille comme consultant auprès de la cour et doit faire un rapport ; selon Cirillo et Diblasio (1992), le dilemme principal auquel fait face le thérapeute est de travailler avec la famille sans qu’il y ait de collusion avec elle contre la cour, et sans non plus devenir un enquêteur. Le moyen le plus fréquemment utilisé pour se sortir de ce dilemme est d’intégrer la tolérance zéro dans l’établissement du lien thérapeutique, en établissant des contrats de non-agression par exemple.

23Une chose est sûre : il ne faut en aucune façon respecter les secrets, et surtout il faut écarter l’idée que la victime a provoqué l’abus. L’abus est un crime qui doit être puni par la loi et la victime doit être protégée.

CLARIFIER LES FONCTIONS DE CONTRÔLE ET AGIR AVEC TRANSPARENCE

24Il est indispensable d’indiquer aux familles les mandats de contrôle et de surveillance que la loi impose avant de parler du rôle de thérapeute. Le thérapeute qui a un mandat de protection a l’obligation de protéger les enfants, ce qui limite sa liberté de manœuvre et celle des membres de la famille. Ces contraintes doivent être clarifiées dès le départ en expliquant que le mandat de protection est imposé par la loi et est encadré par l’organisation dans laquelle travaille le thérapeute. Cela impose des limites aux interventions possibles et peut créer des conflits entre les besoins de l’enfant, ceux des parents et les intérêts du thérapeute. Un des avantages qu’il y a à préciser ainsi le cadre de l’intervention, selon Simard et Turcotte (1992), c’est que cela fixe les règles du jeu tout en définissant clairement les conditions nécessaires pour que la famille puisse se libérer de l’intervention de contrôle. La règle d’or est évidemment d’agir avec une transparence totale, en informant les personnes sur tous les détails des actions entreprises et sur les conséquences qui en découlent. Il faut éviter d’agir avec un agenda caché, car cela nuirait à l’établissement de la relation de confiance (Trottier et Racine, 1992).

25Il est, bien sûr, important de mettre en opposition la fonction de contrôle et celle de thérapeute en insistant sur le fait que c’est celle de thérapeute que Ton préfère, mais que cette fonction exige que les familles prennent part activement à la thérapie, sans quoi il ne peut l’assumer. Il faut, en somme, rendre très attirante l’entreprise thérapeutique en même temps qu’on remplit le mandat judiciaire, car on cherche à établir une alliance thérapeutique. Une travailleuse sociale qui fonctionne de cette façon m’a confié que les cas de refus sont très rares et que les familles acceptent de s’engager dans la démarche thérapeutique (Trudel, 1988).

26La motivation est absente au début, car c’est la société qui considère ces comportements comme inacceptables et comme passibles d’une sanction pénale. Le thérapeute doit partir de cette situation de non-motivation et essayer de stimuler la motivation des personnes tout en cherchant à établir une alliance thérapeutique.

27Il existe trois moyens pour atteindre cet objectif ; les menaces de mesure judiciaire, la confrontation du thérapeute et le recours au besoin de changement des proches significatifs. Ces trois moyens sont souvent utilisés ensemble, parfois presque simultanément. Je connais certains thérapeutes très expérimentés avec ce type de clientèle, possédant des talents naturels de stratège, qui sont devenus très habiles dans l’art de faire alterner la carotte et le bâton. La carotte étant le goût qu’ont les personnes d’être l’objet de l’attention du thérapeute, et le bâton la crainte de punitions supplémentaires si elles posent des gestes violents ou abusifs. Les thérapeutes essaient d’attirer les personnes avec la carotte de la relation thérapeutique, tout en leur faisant peur avec le bâton des sanctions judiciaires ; ils vont parfois être manipulateurs ou essayer de culpabiliser, mais toujours en vue d’établir l’alliance thérapeutique.

LES MENACES DE SANCTIONS LÉGALES

28La menace de recours aux sanctions légales est une stratégie qui peut être très efficace lorsqu’elle est utilisée au bon moment et à bon escient. L’objectif visé est de provoquer un déséquilibre qui, même s’il n’est pas une crise, peut amener les conditions propices à l’ouverture au changement. Tout est une question de timing et de dosage, afin de provoquer une brèche tout en empêchant que les personnes se referment ou deviennent plus rebelles.

29Lorsqu’on intervient auprès de familles que Ton sait être abusives, il est souvent très profitable de leur dire qu’on n’aura pas le choix d’avoir recours aux services sociaux. La chose peut même être présentée comme étant hors de notre volonté car la loi nous oblige à dénoncer les abus. Dans ces cas, je leur décris dans tous les détails les conséquences négatives qu’elles vont avoir à vivre.

Mon intervention dans une famille avait été provoquée par la soi-disant tentative de suicide d’une adolescente. Celle-ci avait pris soin de mettre bien en évidence la blessure qu’elle s’était faite au poignet de manière à provoquer un émoi dans toute l’école et à forcer l’intervention des adultes. Elle nous avait avoué tout de go que le but de son geste était de nous amener à intervenir dans sa famille en nous disant : « Ma mère se fait battre par son conjoint. » Le conjoint s’était « confessé » assez rapidement, avait promis de ne plus recommencer et nous avait juré qu’il se joindrait à un groupe pour hommes violents. Après avoir exprimé mon scepticisme et dit que seuls des gestes concrets feraient la preuve de ses bonnes intentions, je m’étais concentré sur la relation entre l’adolescente et sa mère. La mère était remplie de colère rentrée et contenue à l’endroit de sa fille parce qu’elle avait révélé ce qui se passait dans son couple. Il fallait régler le problème sur-le-champ non seulement à cause du risque élevé d’une explosion de violence maternelle à l’endroit de sa fille, une fois l’entrevue terminée, mais aussi parce qu’il était clair que la jeune fille était prête à tout faire pour que cette violence cesse, y compris se mettre entre les deux au risque d’attraper des coups. J’ai décrit en détail toutes les péripéties de l’intervention socio-judiciaire que ne manqueraient pas de provoquer les marques et blessures subies par la jeune fille, « forçant » ainsi la mère à établir un échange avec sa fille. Le dialogue a pu ainsi s’engager entre les deux, et la mère a pu se mettre à l’écoute de sa fille une fois qu’elle a été capable de ventiler ses propres réactions émotives. Après avoir exprimé sa colère à sa fille pour s’être mêlée de ce qui ne la regardait pas, elle a expliqué que c’est comme ça que ça se passait quand elle était jeune et qu’il était défendu aux enfants de s’en mêler. De toute façon, ce n’était pas si terrible que ça paraissait ; c’était une sorte de jeu où la violence était mutuelle car elle aussi frappait son conjoint. Par la suite, elle pu comprendre et accepter le point de vue de sa fille pour qui cette violence demeurait absolument intolérable. Cette première entrevue a jeté les bases pour amener la mère à prendre les moyens nécessaires pour faire cesser la violence et plus tard adopter une attitude de tolérance zéro très ferme face à son conjoint.

30Avec les groupes pour hommes violents, il nous arrive de recourir à la menace de communiquer avec l’agent de probation pour l’informer que son client ne fait aucun progrès. Cette stratégie risque, bien sûr, d’augmenter les défenses, et tout est une question de dosage et de timing, comme il est dit plus haut. Un thérapeute, travaillant auprès d’hommes violents, n’est pas d’accord avec cette tactique ; il craint qu’elle serve seulement à provoquer de la méfiance ; selon lui, le thérapeute ne doit pas être identifié à un screw (Bélanger, 1993). Je crois, pour ma part, que le thérapeute peut fort bien avoir recours à cette tactique dans le contexte plus large de l’établissement de la relation thérapeutique. Il le fait parce qu’il prend très à cœur le sort des personnes à travers une attitude de respect et de grande préoccupation pour le bien-être de tous. On peut d’ailleurs accroître les effets de cette stratégie si on crée une complicité avec des proches significatifs, telle la conjointe.

LA CONFRONTATION

31Les thérapeutes d’expérience réussissent, en utilisant la confrontation, à concilier la tolérance zéro et l’alliance thérapeutique en s’appuyant sur un vieux principe selon lequel on doit faire la distinction entre les personnes et leurs comportements. La mère de famille qui gronde ou punit son enfant désapprouve le geste de ce dernier sans pour autant le rejeter totalement comme personne. Il en est de même en thérapie, car, même si le thérapeute n’accepte pas les actes de violence, il ne rejette pas la personne qui les a posés. La confrontation a pour objet non seulement de dénoncer les comportements abusifs, mais aussi d’établir un lien de confiance. En ce sens, la confrontation est fondamentalement différente de l’affrontement, car elle concerne les comportements alors que l’affrontement vise les personnes. C’est avec les personnes que le thérapeute établit l’alliance thérapeutique, ce qui ne signifie pas qu’il excuse les comportements abusifs. Il doit être très clair à ce sujet et même passer un contrat à cet effet, le cas échéant. Cependant, il établit une alliance intime avec le soi intérieur, au-delà des comportements répréhensibles, car il comprend, sans juger, les motivations et les besoins qui sous-tendent ces comportements.

Enclencher le processus de judiciarisation

32Lorsque le processus de judiciarisation est enclenché et que les personnes nous sont adressées par la cour, l’intervention professionnelle débute toujours par une condamnation sans équivoque des gestes abusifs qui ont été posés. Lorsque les personnes sont envoyées contre leur gré, le thérapeute n’a pas d’autre choix que d’utiliser la confrontation dès le début, car son silence ou son attitude ambiguë pourraient laisser croire qu’il accepte les justifications ; il ne peut laisser aucune place au doute. Comme il a été dit plus haut, le thérapeute doit déclarer qu’il est d’accord avec les mesures légales qui ont été prises et qu’il travaille de concert avec les instances judiciaires.

33Toutes les formes de dénégation, de justification sont rejetées ainsi que les explications qui visent à rejeter la responsabilité des gestes en les mettant sur le compte des facteurs extérieurs ou des comportements d’autres personnes. Cependant, le thérapeute ne doit pas se laisser enfermer dans une position d’adversaire, selon Kagan et Schlosberg (1989). Il doit savoir « accueillir », ainsi que nous verrons plus loin, les dénégations et les justifications, car il comprend qu’elles témoignent d’un besoin de préserver l’estime de soi. Les familles s’attendent à être blâmées et sont souvent remplies de sentiments de honte et de frustration. La négation des gestes abusifs leur sert de bouclier contre les tentatives éventuelles de fouiller dans leurs secrets.

34La confrontation figure rarement parmi les méthodes qu’on nous enseigne, car elle va à l’encontre de la tradition humaniste de la plupart des programmes de formation. La confrontation n’est évidemment pas le moyen idéal pour amener les personnes à s’engager dans un processus thérapeutique. Les réactions des personnes qui font l’objet de la confrontation peuvent être soit un accroissement des réactions défensives, soit la violence et le recours à l’intimidation, soit le repli sur soi et la fermeture, soit la soumission par l’accomplissement des gestes qui sont attendus d’elles (les personnes jouent le jeu et adoptent les comportements extérieurs sans les intérioriser). Ces réactions initiales sont presque inévitables, mais il est important de rappeler qu’elles ne doivent pas nous empêcher de tenter d’établir l’alliance thérapeutique.

35La confrontation aura un impact positif uniquement si elle exprime notre préoccupation quant aux conséquences négatives qui en découlent pour la personne qui a posé des actes abusifs. On revient donc à l’ingrédient fondamental sur lequel se fonde l’efficacité de toute démarche thérapeutique : prendre à cœur ce qui arrive aux personnes. Il est essentiel que le thérapeute s’emploie à faire voir aux personnes que, derrière la confrontation, il y a sa grande préoccupation à leur endroit. Le but visé est évidemment de toucher les personnes afin de les déséquilibrer et d’ouvrir ainsi la porte au changement. Il est évident que cette ouverture au changement, qui se manifeste par l’acceptation et la responsabilisation face aux gestes abusifs, ne se produit pas au début. Cependant il peut arriver que, sous les attitudes normales de défense et de fermeture, les personnes soient touchées de façon préconsciente par l’attitude du thérapeute. H n’est pas rare que des parents abusifs nous aient avoué plus tard que, même s’ils avaient trouvé la confrontation très dure à vivre, ils avaient senti à quel point on étaient préoccupés de leur sort. Ils nous disent qu’en même temps qu’ils éprouvaient beaucoup de colère à notre endroit, cette confrontation les avait fait souffrir et les avait amenés à réfléchir.

Ne pas enclencher le processus de judiciarisation

36Lorsque les familles ou les personnes nous consultent à un moment où le processus de judiciarisation n’est pas encore enclenché, il peut être approprié de remettre à plus tard la confrontation. Le thérapeute, qui fait passer avant tout l’établissement du lien de confiance, peut accepter des explications qu’il sait être « inexactes » afin d’apprivoiser les gens. Ainsi, les thérapeutes Kagan et Schlosberg (1989) acceptent l’explication des parents qui parlent d’un « accident » à propos des blessures qu’ils ont infligées à leur enfant. Ils suggèrent de leur dire : « Les accidents sont fréquents lorsque l’on vit sous pression » ; selon eux, cette remarque permet aux parents de parler du stress qu’ils vivent et permet ainsi au thérapeute le comprendre la cause des « accidents ». Ce climat de confiance et d’acceptation inconditionnelle est susceptible d’amener les parents à s’ouvrir et à accepter la désapprobation du thérapeute face à leurs comportements inadéquats ou répréhensibles. Car l’objectif visé est que le lien de confiance devienne suffisamment fort pour que les parents soient capables de parler ouvertement des gestes répréhensibles qu’ils ont posés sans crainte d’être jugés. C’est à cette seule condition que le thérapeute va être capable d’amener les parents à se responsabiliser totalement pour les comportements abusifs qu’ils ont eus.

Je me rappelle une intervention conjointe avec une intervenante sociale auprès d’une famille dans laquelle le père avait eu des comportements abusifs (violence et inceste). Étant donné que cette intervenante sociale n’était centrée que sur son mandat de contrôle social, il était impossible d’établir un contact thérapeutique et j’avais dû intervenir afin de ramener un climat de confiance. Elle avait commencé l’entrevue en demandant au père s’il y avait eu récidive de sa part en matière de violence et d’inceste. Il avait, bien sûr, nié avoir eu des gestes violents et, en ce qui concerne les comportements incestueux, son épouse avait répondu à sa place en nous donnant une explication très compliquée qui sentait la fabrication. Une fois l’entrevue terminée, j’avais fait la remarque que la seule façon d’obtenir des réponses fiables avec ce genre de questions aurait été d’apporter un détecteur de mensonges. J’avais dû me situer à contre-pied de ces interventions et prendre parti carrément pour les parents qui, se sentant respectés, en sont venus à parler assez ouvertement des gestes abusifs et à avouer, entre autres, qu’ils songeaient à se cacher afin d’éviter le harcèlement des services sociaux. Il s’agissait d’une famille très marginalisée, très pauvre, dont les membres, au dire de la mère, étaient des « trous de cul ». Par la suite, à cause du lien de confiance, il a été possible d’amener le père à se responsabiliser face à ses comportements abusifs et à accepter notre position de tolérance zéro.

LE RECOURS AU BESOIN DE CHANGEMENT DES PROCHES SIGNIFICATIFS

37Le recours au besoin de changement des proches significatifs constitue une stratégie qui peut être efficace avec les clientèles judiciarisées. Ainsi, dans les groupes pour hommes violents, il n’est pas rare que des liens d’amitié se créent entre les hommes et, lorsque la confrontation provient de certains de ces hommes qui se sont responsabilisés par rapport à leur violence, elle a beaucoup plus d’effet que si est elle provoquée par le thérapeute. Ces hommes sont déjà passés par là et le lien amical ainsi que l’affinité créée par le fait d’avoir les mêmes problèmes rendent la remise en question plus crédible et donc plus acceptable. Dans d’autres cas, il peut nous arriver d’encourager la conjointe à quitter l’homme violent afin de faire bouger les choses. Cela provoque souvent un déséquilibre, parfois une crise, qui a pour effet de rendre l’homme plus ouvert aux changements.

38Dans le cas d’interventions qui se déroulent dans la communauté, il peut être nécessaire de créer et de renforcer la solidarité lorsque des personnes ont des comportements abusifs. Ainsi lorsque des citoyens sont victimes de violence ou d’intimidation, seule la solidarité peut permettre de mettre fin à ces comportements. La même stratégie s’applique lorsqu’il s’agit de violence familiale, comme lorsqu’un voisin est témoin de violence conjugale ou d’abus contre les enfants, mais, dans ces cas, il faut savoir attendre le moment propice. L’équipe d’intervenants du CLSC des Pays-d’en-haut, qui travaille directement dans la communauté selon une approche proactive, a élaboré une méthode d’intervention spécifique (Chabot, 1996). Par exemple lorsqu’un employé d’un commerce leur signale qu’une de ses clientes est violentée par son mari, ils s’emploient à mobiliser les personnes qui font partie de l’environnement social de ce couple afin de faire pression sur l’homme violent et de soutenir sa conjointe pour en arriver à en référer éventuellement à la justice. Il faut dire que, dans ce processus, ces équipes-milieu, qui sont affectées à des villages spécifiques, collaborent étroitement avec des aidantes naturelles qui connaissent très bien le milieu.

L’ÉTABLISSEMENT DU LIEN DE CONFIANCE

39L’établissement de l’alliance thérapeutique est crucial avec ces familles car le thérapeute doit devenir un personnage très important pour elles. En effet, pour pouvoir affronter leur souffrance, les familles ont besoin de faire confiance à celui ou à celle à qui elles vont permettre de toucher à leur vulnérabilité. Le lien se renforcera à mesure que le thérapeute aura l’occasion de les accueillir dans leur révolte, de s’intéresser à leurs passe-temps et de les accompagner dans les moments difficiles.

ACCUEILLIR LES RÉSISTANCES

40L’accueil, dans le sens où l’entend Sanicola (1990), signifie que le thérapeute sait « recevoir », parfois même « encaisser » les dénégations, résistances et justifications des personnes. Cet accueil est global en ce sens qu’il inclut la souffrance, la révolte et la colère qui accompagnent les résistances, sans pour autant se réduire à un accord avec le contenu spécifique de la justification. Il fait montre de compréhension à l’égard des faiblesses qui sont simplement humaines et qui pourraient aussi être les nôtres. En somme, les personnes se sentent écoutées et acceptées dans leurs sentiments et leurs besoins, malgré notre désapprobation claire et explicite à l’égard de leur attitude de déresponsabilisation. Ce sont sans doute Kagan et Schlosberg (1989) qui, sans faire référence à cette notion d’accueil, ont quand même su la mettre en application. Ainsi, ces thérapeutes offrent des suggestions concrètes aux thérapeutes concernant les résistances spécifiques.

41Lorsque les personnes blâment quelqu’un de la famille, ils suggèrent de se poser comme des thérapeutes qui ne sont pas là pour juger, mais pour essayer d’établir un rapport avec chaque membre de la famille en recueillant les perceptions de chacun et accepter le stress qu’ils subissent. Il faut empêcher que le blâme soit dirigé contre un des membres de la famille et essayer plutôt de recadrer les comportements de la personne blâmée en les définissant comme des contributions ou des sacrifices pour sauver un autre membre de la famille.

42La résistance peut s’exprimer de façon plus passive par des attitudes d’impuissance. Ces familles sont dépassées, épuisées et très déprimées ; elles ont une façon de vivre caractérisée par l’impuissance et s’attendent à ce que le thérapeute leur dise quoi faire. Le thérapeute ne se laisse pas piéger par cette demande, mais essaie plutôt de refléter leur sentiment d’impuissance et d’accepter totalement leur dépression.

Il m’est arrivé une fois d’empirer délibérément les sentiments dépressifs et d’impuissance des membres d’une famille, en partie dans le but de sensibiliser l’intervenante en formation avec qui je faisais l’entrevue. J’avais senti à quel point elle avait envie d’intervenir, éprouvant le besoin de les sortir de cet état émotif qu’elle commençait à trouver de plus en plus insupportable. Après un très long silence, et comprenant leur désir de nous voir prendre l’initiative, je leur ai dit : « Vous êtes vraiment très mal pris, je ne sais vraiment pas comment vous allez vous en sortir. » D’abord stupéfaite par mon intervention, l’intervenante a rapidement compris que j’exprimais ainsi que je n’étais pas du tout mêlé personnellement à leurs problèmes, ce qui me donnait la latitude nécessaire pour pouvoir les aider.

43Lorsque les personnes se déresponsabilisent en se disant trop fragiles, le thérapeute doit comprendre leurs sentiments de désastre imminent, tout en évitant de se laisser paralyser par sa propre peur d’une autre crise, ce qui l’amènerait à éviter d’aborder les sujets délicats ou sensibles. En même temps qu’il demeure à l’écoute de sa peur de provoquer une crise, le thérapeute doit, selon Kagan et Schlosberg (1989), prendre garde que cette justification ne serve à excuser des comportements abusifs. Il remet la responsabilité aux membres de la famille en ce qui concerne le rythme du travail thérapeutique en leur demandant par exemple : « Est-ce que je vais trop vite ? Est-ce que mes questions vous font trop souffrir ? »

44Certains parents n’acceptent pas que quelqu’un d’autre les aide et vont tout faire pour démontrer l’incompétence du thérapeute. Ils ont une très piètre estime d’eux-mêmes et ont peur de faire face à la réalité souffrante. Si sa troisième oreille décèle chez lui une montée d’agressivité envers les parents à cause de ces comportements de rejet à son endroit, le thérapeute doit éviter de refouler ce sentiment et interpréter cette attitude des parents comme une première affirmation de soi un peu brutale par des gens peu habitués à s’affirmer. C’est là une manifestation des efforts et des préoccupations des parents qu’il faut respecter et valider, car, après tout, ce sont eux qui connaissent le mieux leurs enfants. Ces critiques expriment un besoin de rehausser leur estime de soi et de prouver qu’ils sont des personnes valables, tout en chassant les sentiments de dépendance et en évitant l’intrusion dans leur vie. On peut alors leur retourner la responsabilité de régler leurs problèmes en leur demandant : « Que feriez-vous maintenant ? », comme le suggèrent Kagan et Schlosberg (1989). De toute façon, il est important de reconnaître leur droit de consulter un autre professionnel. On peut d’ailleurs leur demander ce qui est arrivé dans le passé quand on leur a dit quoi faire, et elles vont probablement répondre alors qu’elles n’ont pas suivi les conseils qu’on leur a donnés. Lorsque le rapport de confiance commence à s’établir et que le thérapeute a bien intégré et apprivoisé les résistances des familles, il peut commencer à confronter et à tester le système familial, c’est-à-dire à amorcer le travail thérapeutique.

Les intérêts et les passe-temps

45Les personnes et les familles ne sont pas uniquement des abuseurs, des personnes négligentes à laquelle notre mandat professionnel nous amène parfois à les réduire. Il est très important que le thérapeute essaie d’enlever ses limettes perceptuelles centrées sur les incompétences et les défauts et ait une vision plus large en considérant en particulier les compétences. C’est d’autant plus important que ces familles sont méfiantes, vivent en marge de la société qui souvent leur reflète leur incompétence. Ainsi, il arrive souvent que les hommes vivent des expériences d’incompétence à l’extérieur de la famille, et j’essaie de trouver des façons de les valoriser. Ainsi, lorsque j’apprends qu’ils sont bricoleurs, je leur rends visite dans leur atelier ou leur garage avant de commencer l’entrevue.

Après avoir fait deux séances de thérapie de couple dans une situation de violence conjugale, j’avais décidé de faire une rencontre familiale à domicile. L’homme avait peu d’estime de lui-même car il m’avait été nécessaire d’utiliser beaucoup la confrontation avec lui, ce qui avait eu comme effet de le déséquilibrer. Il ressentait une culpabilité massive, ce qui le rendait peu ouvert au changement, d’autant plus que sa vie en général lui offrait peu de possibilités de mettre sa compétence en évidence. Avant d’entrer dans la maison, nous nous sommes arrêtés dans son garage afin de voir la fendeuse à bois qu’il s’était fabriquée, ce qui avait demandé une ingéniosité et une habileté hors du commun. La fierté personnelle qu’il ressentait face à cet accomplissement personnel a été amplifiée par nos commentaires admiratifs et, avec le recul, elle a pu constituer le facteur déterminant des changements positifs qui se sont produits à la suite de l’entrevue. Pendant ce temps, ma collègue avait commencé l’entrevue seule avec la conjointe dans la maison, lui apportant soutien et compréhension.

J’avais fait une série d’interventions particulièrement difficiles auprès d’une famille très marginalisée dont tous les enfants, sauf le plus jeune, avaient dû être incarcérés pour cause de délinquance. J’exagère à peine en décrivant leur vie passée et actuelle comme une suite ininterrompue d’expériences d’incompétence. Leur maison était sale et décrépite avec l’habituelle banquette d’automobile éventrée sur la galerie et la carcasse rouillée d’une motoneige dans la cour. Un soir, avant d’entrer, j’aperçois dans un petit abri de vieux bois une auto dont une partie du toit avait cédé sous le poids de la neige ; cette automobile datait des années cinquante. En parlant avec le père, je réalise avec stupéfaction qu’il l’avait complètement restaurée. J’ai passé un certain temps à discuter avec lui de la façon dont il s’y était pris pour reconstituer certaines des pièces introuvables car je trouvais important de lui exprimer mon admiration pour ce que je considérais comme un accomplissement exceptionnel.

46Il s’agit là souvent du début de l’établissement d’un sentiment de compétence qui, comme nous l’avons dit, est indissociable du changement psychologique.

La persistance

47C’est la persistance dans l’accompagnement durant les épisodes difficiles qui constitue, à mon avis, la meilleure stratégie pour gagner la confiance des personnes. Le thérapeute doit persévérer afin de montrer qu’il va demeurer avec eux malgré la gravité des crises ; il cherche à comprendre le cycle de ces crises, ce qui les provoque, les réactions des membres de la famille et de la communauté.

Les intervenants des équipes du CLSC des Pays-d’en-haut, dont le programme est décrit plus bas, s’investissent beaucoup dans le soutien qu’ils donnent aux familles lors des comparutions en cour, des déménagements, des démarches pour des questions de revenu ou d’emploi. Les intervenants réussissent ainsi à établir un lien de confiance très solide qui favorise énormément la motivation des personnes à se laisser aider pour trouver des solutions alternatives à leurs comportements abusifs.

48Lors de cet accompagnement, le thérapeute donne parfois le message qu’il est prêt à partager les difficultés avec elles et même à prendre des risques le cas échéant.

Avec des parents à qui on avait retiré les enfants à cause de leurs comportements abusifs, j’avais réussi à gagner leur confiance en prenant l’entente suivante. J’avais obtenu d’eux l’engagement qu’ils cesseraient tout abus en retour de quoi j’appuierais leur demande pour que les enfants reviennent demeurer avec eux. J’étais prêt à utiliser mon autorité d’expert pour garantir aux autorités que les enfants pouvaient retourner vivre sans danger avec les parents. En somme, on était dans le même bateau, j’étais prêt à me mouiller pour eux, mais s’ils trahissaient ma confiance, on coulait tous ensemble. Ils perdraient leurs enfants à tout jamais et, moi, je perdrais ma crédibilité professionnelle.

49La persévérance dans l’accompagnement est d’autant plus importante que les revers soudains de situation sont assez fréquents avec ces familles. La compétence du thérapeute peut être mise à l’épreuve, car, par les crises continuelles, les épisodes de violence suivis d’évictions, etc., non seulement les familles essaient d’éviter la souffrance, mais elles testent en même temps la volonté du thérapeute de les aider. Comme elles sont toujours accaparées par l’urgence de faire face à ces multiples problèmes, elles ne peuvent affronter leurs difficultés et opérer des transitions développementales. Ces crises envoient un message au thérapeute dans le but de tester son désir de travailler avec elles malgré l’intensité des crises, elles peuvent aussi vouloir dire « essaie donc, voir, de me changer ». Il n’est pas rare que, le thérapeute ayant mis beaucoup d’énergie, les familles fassent un progrès sensible après quelques entrevues et qu’une crise soudaine ramène la famille à une situation encore pire qu’au début. Il faut alors prendre garde de se laisser aller au découragement, relever ses manches et reprendre au début. On dit souvent que plusieurs thérapeutes sont d’un grand optimisme, je crois que c’est mon cas, car aucune situation ne parvient à m’abattre et je suis toujours prêt à recommencer jusqu’à ce que ça fonctionne.

50Il faut aussi s’attendre à ce que les familles essaient de voir si le thérapeute va devenir un persécuteur comme les autres. Elles vont d’abord tenter d’en faire un sauveur, mais il risque ensuite de se voir transformer en persécuteur et la prochaine crise peut confirmer son rôle de persécuteur, ce qui fournira à la famille un motif pour se défaire de lui. Dans ce processus, le thérapeute doit être authentique, honnête et respectueux de l’intégrité de la famille. Il doit pouvoir reconnaître ses sentiments et ses réactions émotives et les interpréter comme une expression de la crainte et de la colère que les familles vivent.

RÉTABLIR LES LIENS OU CONSOLIDER LES RUPTURES

51Avec les familles abusives et incestueuses, le processus thérapeutique ayant comme objectif de consolider les ruptures ou de rétablir des liens est constitué pour l’essentiel de rencontres avec un individu, un couple ou un groupe formé des membres d’une famille incestueuse ; parfois il peut arriver qu’on réunisse toute la famille dans la dernière étape.

LE MODÈLE DE GIARETTO

52C’est Giaretto (Giaretto, 1982 ; Collins et Collins, 1990) qui a consacré cette façon de procéder, laquelle a inspiré plusieurs autres thérapeutes qui, sans nécessairement reprendre tel quel le modèle de Giaretto, en ont emprunté quelques éléments. Le modèle comporte quatre étapes (voir l’encadré qui suit). La première consiste en des rencontres individuelles avec la victime, le parent abuseur et le parent non abuseur. L’enfant victime a besoin d’exprimer en entrevue individuelle ses craintes, puis ses sentiments de culpabilité. Quant au père abuseur, il est d’abord secoué par les réactions du système judiciaire, et il peut ressentir beaucoup de colère. Il va probablement se justifier en rejetant la responsabilité de ses gestes sur d’autres personnes ou en les attribuant aux circonstances. Lorsqu’il en vient à se responsabiliser, il peut avoir des réactions intenses de culpabilité et devenir suicidaire. Pour sa part, la mère se sent très responsable de ce qui est arrivé parce qu’elle n’a pas rempli son rôle de mère et n’a pas su protéger les enfants contre le père. Les sentiments de colère contre le conjoint vont faire surface et elle a besoin de les exprimer. À la deuxième étape, les rencontres avec la mère et l’enfant victime ont comme objectif de renforcer une alliance protectrice et de corriger les renversements de rôle. À la troisième étape, le counseling familial est offert si le couple a décidé de demeurer ensemble ; il vise à rééquilibrer le pouvoir au profit de la mère. À la quatrième étape, les rencontres avec les familles sont organisées lorsqu’il est possible et opportun de le faire ; ces rencontres avec les familles peuvent avoir pour objet de réunir la famille ou d’organiser les séparations d’une façon qui soit la moins dommageable pour tout le monde. Le groupe d’entraide sert à préparer graduellement les membres de la famille à faire face à la situation et éventuellement à se rencontrer. Il y a les groupes pour parents du type « Parents anonymes », des groupes pour les enfants qui ont été victimes et des groupes pour les pères abuseurs. Certains groupes réunissent parents abuseurs et enfants victimes, mais provenant de familles différentes, en vue de préparer parents et enfants à la rencontre avec les membres de leur propre famille. Des thérapeutes suggèrent au père d’écrire à sa fille pour rétablir le contact. Le système de parrainage ou de marrainage est largement utilisé en vue de faire des parents ou des enfants qui ont profité du programme des aidants naturels pour les nouveaux. Collins et Collins (1990) donnent un excellent résumé du modèle de Giaretto, lequel est reproduit dans l’encadré présenté plus haut.

LE MODÈLE DE GIARETTO
selon Collins et Collins (1990)
1) Counseling individuel
Les objectifs sont les suivants : autoévaluation et confrontation afin d’avoir une vision réaliste des traits familiaux et personnels ; conscience de soi ; maîtrise de soi.
Victime : La faire parler de ses craintes, de son sentiment de stigmatisation. Réduire le sentiment de culpabilité et de responsabilité. Ventiler les peurs de représailles et les appréhensions de conséquences catastrophiques. Traiter la faible estime de soi, la dépression, l’idéation suicidaire. L’aider à entrer en contact avec la colère réprimée envers le père abuseur et la mère non protectrice. Mettre au jour la confusion dans les frontières de rôle et la pseudomaturité. L’aider à acquérir la maîtrise de soi.
Abuseur : Se responsabiliser par rapport à l’inceste, étape indispensable à la poursuite de la thérapie. Cette étape peut être suivie d’un épisode dépressif et d’idéations suicidaires. Entrer en contact avec les besoins non comblés et trouver des façons plus appropriées de les satisfaire. L’aider à éviter les agents stressants qu’il est incapable d’affronter. Devenir conscient des traits de caractère et des conditions de vie qui sont sous-jacents à ses comportements incestueux. Régler des problèmes connexes comme l’alcoolisme. L’aider à acquérir de l’empathie pour la victime.
Parent non abuseur (la mère) : Évaluer si la mère s’est impliquée activement, observait passivement, était émotionnellement paralysée ou n’était pas au courant. L’aider à accepter la réalité de l’inceste, empêcher la négation. L’aider à régler les problèmes de conflits de loyauté. Rehausser chez elle l’estime de soi, la compétence personnelle et la reprise du contrôle sur sa vie, surtout face à la domination du mari. L’aider à entrer en contact avec sa dépression, son sentiment d’échec et son passé de victimisation. L’aider à apprivoiser sa colère et à ne pas la diriger contre ses enfants ou à l’intérioriser par la dépression.
Frères et sœurs : Les protéger en les rendant conscients de l’abus. Établir s’ils ont été abusés. Les soutenir face à leurs craintes. Les aider à comprendre la dynamique familiale qui a conduit à l’abus. Leur faire comprendre que la victime ne doit pas être blâmée. Les aider à devenir conscients des modèles de comportement et des processus qui conduisent à l’abus afin que cela ne soit pas répété dans le futur.
2) Counseling mère-enfant
La rencontre mère-fille a comme objectif la révélation de l’abus, et l’enfant doit sentir que sa mère la croit et qu’elle ne pense pas qu’elle en est responsable. Les objectifs sont : établir une alliance protectrice entre la mère et la fille ; corriger les renversements de rôle ; aider la mère à prendre soin de l’enfant ; aider les deux à déterminer ce qui a causé la brisure dans la communication et les raisons pour lesquelles la mère ne pouvait aider l’enfant.
3) Counseling conjugal
D y a counseling conjugal seulement si le couple a décidé de demeurer ensemble et si le lien mère-fille est renforcé. Les objectifs sont : rééquilibrer le pouvoir au profit de la mère ; explorer et corriger les dysfonctions sexuelles ; rendre la communication plus efficace ; discuter l’abus en détail ; renforcer les frontières entre le couple parental et les enfants.
4) Counseling familial
Sans l’abuseur : Informer les autres membres de la famille sur l’abus ; parler des craintes ; aider les frères et sœurs à comprendre l’abus ; s’assurer que la mère peut protéger la victime ainsi que les frères et sœurs.
Avec toute la famille : Les objectifs sont : amener les parents à assumer entièrement la responsabilité de l’abus ; expliciter les détails de l’abus afin d’empêcher qu’il soit minimisé ou nié ; répondre aux questions que la victime a le droit de poser ; éduquer la famille sur les schémas de l’abus, rééquilibrer le pouvoir ; amener l’abuseur à avoir de l’empathie pour la souffrance de la victime ; renforcer les frontières entre les parents et les enfants ; apprendre de meilleurs moyens de communiquer et de solutionner les problèmes ; examiner les pratiques parentales.

53Il arrive parfois que les ruptures puissent être évitées et que l’on réussisse à recréer des interactions positives et saines au sein des familles. L’approche de Madanes (1990 et 1995) constitue une très belle illustration, quoique un peu théâtralisée, de certains principes de base qui pourraient inspirer la façon dont on pourrait idéalement mener ces rencontres de famille lorsque les circonstances nous permettent de nous rendre jusqu’à cette dernière étape.

LA CONFESSION SELON MADANES

54On a la nette impression que la technique de la « confession » de Madanes (1990 et 1995), décrite dans l’encadré, a très bien fonctionné une fois auprès d’une famille dans laquelle le grand frère avait été l’abuseur. Il est dommage que Madanes ait transformé cette « exception » en une recette avec un mode d’emploi très rigide constitué de vingt étapes (résumées dans l’encadré ci-après). Ici aussi on peut penser que les contraintes liées à la recherche, qui a évalué l’approche de Madanes auprès de jeunes abuseurs, ont contribué à rigidifier la méthode.

55Madanes affirme également que ces étapes sont nécessaires pour contrôler l’anxiété du thérapeute, puisqu’elles représentent des objectifs clairs à atteindre. Je crois qu’à vouloir ainsi calmer l’anxiété du thérapeute, elle le prive de sa créativité. Madanes laisse plus de flexibilité dans la version plus récente (1995) ; elle suggère aux thérapeutes de passer à travers le plus grand nombre d’étapes possible, selon la situation de chaque famille. Mais, selon elle, il y a trois étapes qui ne peuvent absolument pas être négligées : reconnaître la souffrance spirituelle, la demande de pardon à genoux et la réparation. Ces trois étapes représentent ce que cette approche a de plus intéressant, surtout l’exigence que l’abuseur demande pardon à genoux à la victime et qu’il cherche à démontrer son repentir. Elle demande également aux autres membres de la famille de demander pardon à la victime pour avoir négligé de la protéger. L’abuseur devra réparer sa faute par des gestes qui exigent un sacrifice et qui seront bénéfiques pour la victime, comme déposer régulièrement de l’argent qui servira à payer les études de celle-ci.

LA CONFESSION EN VINGT ÉTAPES
selon Madanes
1) Démasquer le délit. Le thérapeute essaie de réunir les membres de la famille, une seule fois si possible. Il s’agit d’une seule séance où ils n’ont ni à parler ni à regarder, seulement à écouter. Il doit obtenir une description détaillée et exhaustive de ce qui s’est passé : qui a fait quoi ? à qui ? où ? à quelle fréquence ? En agissant ainsi, le thérapeute établit qu’il ne doit pas y avoir de secrets dans la famille. On utilise un langage qui confère la responsabilité ; non pas « Qu’est-ce qui est arrivé ? » mais « Qu’est-ce qu’il a fait ? ». Aucune pression sur la victime. L’abus doit être connu dans la famille comme il l’a été dans la société. Il est important d’essayer d’obtenir la présence des parents de l’abuseur ; étant de caractère immature, celui-ci va se comporter comme un enfant face à ses parents au lieu de montrer de la méfiance et de l’hostilité face au thérapeute, à sa conjointe et à ses enfants. Quant aux enfants, il est préférable qu’ils soient présents aussi, car le secret leur nuit au lieu de les protéger.
2) Confronter en déterminant pourquoi l’abus est condamnable. Le thérapeute demande à l’abuseur pourquoi ses gestes sont condamnables ; il l’amène à admettre qu’il a utilisé la force et essaie de montrer de l’empathie envers la victime. Cette confrontation risque d’amener des idées suicidaires ; c’est pourquoi le thérapeute doit savoir doser la confrontation.
3) Expliquer la souffrance spirituelle. C’est l’âme de l’enfant qui a été profondément blessée ; les valeurs essentielles de notre société ont aussi été atteintes (beauté, bonté, amour, vérité, compassion, honnêteté).
4) Révélation d’autres abus. Habituellement de façon spontanée, quelqu’un révèle au thérapeute que d’autres membres de la famille ont été victimes d’abus. L’abuseur peut lui-même avoir été victime d’abus.
5) Reconnaître la souffrance spirituelle de l’abuseur. Le thérapeute explique que l’agression sexuelle cause aussi une souffrance spirituelle chez l’abuseur et il exprime de l’empathie à son endroit.
6) Reconnaître la souffrance de la mère. Le thérapeute explique que cette souffrance morale a été vécue non seulement par la victime et son abuseur, mais également par la mère ; en fait, il s’agit d’un dommage moral causé à toute la famille.
7) Faire ses excuses à genoux. L’abuseur doit s’agenouiller devant la victime et exprimer de la tristesse et du repentir. Il doit le faire en toute sincérité, et ce sont les membres de la famille qui sont juges de sa sincérité. Lorsque l’abuseur est le frère, il arrive souvent qu’il refuse de s’agenouiller et que ses parents l’appuient ; parfois l’abuseur dit que c’est humiliant, ce que le thérapeute confirme en disant que cela a été humiliant pour l’enfant aussi. En cas de refus, le thérapeute informe l’abuseur que la thérapie doit cesser et qu’il va en informer la cour, il utilise le recours à la justice comme une menace. Lorsque l’abuseur est le père, il peut accepter assez facilement de le faire, mais c’est la mère qui va refuser, elle va dire qu’elle n’était au courant de rien. Il faut alors explorer les raisons de l’insatisfaction dans le couple. Il s’agit d’un geste universel d’humilité, d’une requête pour obtenir non pas le pardon mais des excuses ; on parle ici de repentir, non de pardon.
8) Demander à la mère de s’excuser. Le thérapeute demande à la mère de prier la victime de l’excuser pour rie pas l’avoir protégée. Ces excuses servent à effacer le blâme chez l’enfant, qui n’a pas à se protéger lui-même ; si la mère dit qu’elle n’était pas au courant, elle doit s’excuser de sa mauvaise communication. Souvent l’enfant a été menacé et n’a pas osé révéler l’abus à sa mère ; c’est la première étape pour restaurer le rapport de confiance entre les deux. Il faut essayer d’en arriver à cette étape aussitôt que possible dès la première ou deuxième séance. Les autres membres de la famille (frères, sœurs et grands-parents) doivent aussi s’agenouiller et exprimer leur peine.
9) Discuter des conséquences en cas de récidive. Le thérapeute explique aux parents les conséquences s’il y a récidive et si les abus se reproduisent.
10) Trouver un protecteur. Le thérapeute trouve un protecteur pour la victime, qui ne doit pas être la mère au début de la thérapie, mais plutôt un oncle ou une grand-mère. Cela doit être quelqu’un que la famille juge digne de confiance et qui, idéalement, en impose au père. Il est invité à une séance où on lui explique son rôle et où on lui apprend à reconnaître les indices pour déterminer si l’enfant a été abusé.
11) Décider de la réparation. Le thérapeute demande à la famille ce que l’abuseur pourrait faire comme geste réparateur. Ce geste devrait être un acte de sacrifice qui est bénéfique pour la victime, comme par exemple de déposer régulièrement une somme d’argent en vue de payer les études de la victime.
12) Parler de la sexualité. Discuter des pulsions sexuelles inadéquates, de la vie sexuelle du couple ; une thérapie sexuelle peut être indiquée. Il faut fournir de l’information sur la sexualité normale et trouver des comportements alternatifs pour remplacer l’acting ont. Le thérapeute rencontre la victime seul à seule et l’aide à exprimer sa crainte et sa peine. Il oriente la victime vers les choses positives en lui expliquant que cette expérience difficile lui a permis d’acquérir beaucoup de compassion pour les autres.
13) Trouver une nouvelle métaphore. Le thérapeute cherche à retrouver dans l’histoire familiale les raisons des comportements abuseurs. L’abuseur a sûrement été abusé lui-même, mais cela ne justifie pas l’abus. Il faut introduire l’idée que sa violence est causée par une force étrangère qui l’a programmé ; la métaphore de l’abuseur est souvent idéalisée sous une forme ou une autre (macho, héroïque), il faut remplacer cette métaphore en disant que la violence a été implantée par quelqu’un qui l’a blessé. Pour être motivé à changer, le criminel doit lutter contre la nouvelle métaphore où il se voit comme une marionnette programmée par quelqu’un qu’il déteste.
14) Prévenir le suicide. Il faut redonner de l’espoir, l’enfant peut guérir et l’abuseur peut refaire sa vie. L’abuseur doit sentir que le thérapeute se préoccupe de son sort ; un pacte de non-suicide peut être organisé.
15) Trouver un sens à la vie. Quand quelqu’un a fait quelque chose d’horrible et que la souffrance et la honte sont insupportables, on a besoin d’un but qui transcende, autrement ce n’est plus la peine de vivre. Mettre du baume dans le cœur de l’enfant et faire acte de réparation peut devenir ce but.
16) Développer l’empathie et la compassion. On peut le faire en associant à l’exercice un grand-parent qui exprime ses sentiments ou en demandant à l’abuseur de sentir ce que les autres sentent ; les enfants doivent être exclus car ils n’ont pas à faire l’effort de comprendre les parents.
17) Combattre la solitude. Le thérapeute discute avec l’abuseur d’activités qui vont contribuer à le réintégrer dans la vie courante et identifie des personnes de son entourage qui peuvent avoir une influence positive. Comme partie intégrante de cette étape, la thérapie de groupe peut être excellente.
18) Restaurer l’amour. L’objectif de cette étape est de restaurer l’amour à l’intérieur de la famille, celui de la mère à l’endroit de la victime, celui d’une personne significative à l’endroit de l’abuseur.
19) Transformer l’abuseur en protecteur. Cette étape vise à placer l’abuseur dans un rôle de protecteur pour les plus jeunes, même s’il ne sera plus le seul gardien de ses enfants, soit en continuant à être le soutien de famille, soit en donnant des conseils, etc.
20) Apprendre à se pardonner. Le thérapeute aide l’abuseur à se pardonner à lui-même ; la stratégie de faire des bonnes actions peut aider à atteindre cet objectif. L’abuseur a souvent des pensées importunes sur les abus qu’il a commis ; il doit accomplir une bonne action chaque fois qu’une de ces pensées surgit.

56Même si je déconseille d’appliquer la « recette » à la lettre, je présente quand même la « méthode », car elle constitue une très belle illustration des composantes spirituelles qui font partie de ce type de problèmes et dont le thérapeute doit tenir compte.

57Madanes dit aussi que les souffrances subies par la personne abusée peuvent avoir comme conséquence de la renforcer et de mieux la préparer pour affronter la vie. Parfois on assiste à un retournement de situation assez étonnant qui amène l’enfant abusé, grandi par l’épreuve, à devenir un parent pour ses parents.

Je me rappelle des interventions auprès de parents dont l’adolescente avait été placée dans une famille d’accueil parce qu’on avait découvert qu’elle était abusée sexuellement de façon régulière depuis plusieurs années par ses deux frères plus âgés. Les parents étaient très agressifs à l’endroit des services sociaux à qui ils reprochaient de leur avoir enlevé leur enfant et ils accusaient la famille d’accueil de monter leur fille contre eux. Ils n’avaient pas le droit d’entrer en contact avec elle et ils étaient convaincus que leur fille accepterait de revenir rester avec eux si seulement ils avaient la chance de lui parler. Après entente avec le travailleur social chargé de ce cas, j’avais organisé une rencontre avec leur fille en leur garantissant qu’ils sauraient alors sans l’ombre d’un doute si, oui ou non, leur fille voulait revenir à la maison. Ce fut une rencontre très émotive au cours de laquelle leur fille leur a dit à quel point cette expérience avait été horrible pour elle et que jamais elle ne voulait remettre les pieds à la maison. Les parents sont devenus alors très déprimés, la mère disant qu’il n’y avait plus de sens à sa vie. C’est l’adolescente ex-victime qui, spontanément, a tenté de leur remonter le moral en leur servant de parent d’une certaine façon, c’est-à-dire en leur donnant des conseils sur la façon de mener leur vie dorénavant. Il ne me restait plus qu’à continuer le travail amorcé par l’adolescente. La force de caractère de cette dernière m’avait beaucoup frappé de même que les aspects spirituels, liés à la souffrance, dont parle Madanes.

58Cette illustration d’une thérapie avec tous les membres de la famille, dont les abuseurs et la victime abusée, constitue l’aboutissement idéal du processus de prise en charge professionnelle. Les interventions du thérapeute n’aboutissent pas souvent à une réorganisation fonctionnelle et positive du fonctionnement familial. Les désorganisations familiales causées par le placement de l’enfant ou le départ du père vont demeurer, et la tâche du thérapeute consiste alors à s’arranger pour que, quand même, elles contribuent le plus possible au développement optimal de l’enfant et qu’elles soient le moins dommageables possible pour les parents. Lorsque les familles ont passé à travers cette étape de réorganisation, elles peuvent devenir disposées à entreprendre une démarche plus introspective et à vouloir comprendre les raisons de leurs comportements et essayer de les modifier.

ANTICIPER LE FUTUR ET AFFRONTER LE PASSÉ

59Pour amener ces familles à changer, le thérapeute doit favoriser l’introspection et par le fait même accroître leur souffrance, car les familles doivent en venir à révéler des secrets et à affronter les traumas du passé. Mais auparavant, il peut être nécessaire d’essayer d’abord de ralentir leur rythme, de freiner le temps, comme dit Ausloos (1995). Lorsqu’elles sont prêtes à affronter leur passé traumatique, le génogramme peut être utilisé avec les familles pour les aider à élargir leurs horizons et à reprendre le contrôle de leur vie en leur procurant une compréhension des traumas passés qui ont pu être nocifs pour eux. Il faut aussi les aider à planifier leur futur car, selon Guy Ausloos (1986), ces familles sont centrées sur le présent, sur les crises actuelles, et elles sont comme ballottées par des événements en constant changement.

60Quand on a accompagné la famille dans plusieurs crises, il est possible de prédire celles-ci et d’aider les membres de la famille à les voir venir et à comprendre comment elles leur permettent d’éviter la souffrance associée à l’événement stressant qui s’en vient. Le thérapeute peut ainsi donner une certaine perspective temporelle aux familles pour qu’elles comprennent les crises du passé afin d’anticiper celles du futur. Pour ce faire, le thérapeute identifie avec les familles les stress qui provoquent les crises ainsi que les personnes qui en sont témoins et qui sont affectées. Il les aide à comprendre les cycles d’interaction et les amène même à réaliser qu’elles peuvent aimer les situations d’urgence parce qu’elles sont excitantes et procurent un soulagement temporaire face aux problèmes. Il est important d’éviter de se centrer sur un seul problème, car il faut intervenir sur le plan de l’ensemble des crises. À mesure que le lien devient significatif, le thérapeute peut exiger des familles qu’elles se retiennent et retardent les crises jusqu’à la prochaine rencontre.

Lorsque je suis parvenu à un niveau de compréhension tel que je peux décrire précisément toutes les phases des cycles, j’aime beaucoup provoquer affectueusement les familles en leur disant que je peux prédire tous leurs comportements. Il m’arrive d’aller au tableau pour leur décrire de façon très détaillée, comme le ferait un professeur, le déroulement des événements et de leurs réactions au cours des semaines qui vont suivre. Il faut dire que cet exercice fascine beaucoup les membres de la famille, car c’est la première fois qu’ils ont une rétroaction détaillée sur leurs comportements. Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est que je réussis à les enfermer dans le cadre de la séquence de leurs propres comportements. Souvent ils vont me dire qu’ils se sont sentis très frustrés de « m’avoir dans la tête » toute la semaine, car lorsqu’ils ont posé des gestes, ils se sont souvenus que je leur en avais parlé. Il arrive même que cette frustration les amène à changer leurs comportements pour ne pas avoir à me donner raison.

61Ausloos (1995) utilise une démarche analogue, mais qui cible toute l’histoire de la famille ; cette approche, que je trouve extrêmement intéressante, se nomme l’historigramme. Il demande aux enfants de raconter ce qu’ils savent de l’histoire de leur famille, même de nommer les dates importantes, non pas dans le but d’informer le thérapeute mais plutôt d’apprendre à la famille sa propre histoire et de s’inscrire ainsi dans le temps. Le fait d’associer les enfants à cette démarche a l’avantage de faire circuler l’information dans la famille.

62Une fois le passé apprivoisé et le présent « arrêté », il devient possible d’envisager le futur en suggérant par exemple aux familles de se projeter dans le futur, en leur demandant comment elles seront dans cinq ou dix ans d’ici. Lorsque le temps commence à se dérouler dans le continuum passé-présent-futur, les familles sont prêtes à essayer des solutions de rechange, et il faut alors choisir des objectifs limités et établir des contrats clairs qui ont de bonnes chances de procurer une expérience de compétence. Ainsi, le thérapeute peut leur apprendre à avoir des activités commîmes et à nouer des liens, car ces familles ont peu d’amis.

LE SUIVI INDIVIDUEL

63S’il a à faire un suivi individuel, le thérapeute l’intègre à son rôle d’accompagnateur afin d’apporter du soutien émotif et de l’aide concrète dans les moments difficiles ou lorsqu’il y a des tâches importantes à exécuter. Le thérapeute peut fournir un soutien concret en accompagnant une personne dans les situations d’urgence. Des programmes d’intervention américains (Cole et al, 1991 ; Giaretto, 1982) et québécois (décrits en fin de chapitre) intègrent des fonctions de case management au rôle du thérapeute, car l’aide tangible et concrète dans les situations d’urgence, outre qu’elle répond aux besoins, contribue énormément à renforcer le lien. C’est pourquoi il est important d’accompagner les personnes dans les démarches difficiles et importantes comme aller à la cour et de leur procurer de l’aide concrète, par exemple le placement de répit à court terme ou encore en les aidant dans un déménagement. C’est parce que le thérapeute les accompagne que les personnes deviennent plus sécurisées et craignent moins d’être abandonnées à la prochaine crise.

64Le thérapeute doit également jouer un rôle d’éducateur, car il est important de fournir certaines informations de base sur le fonctionnement des familles et de les instruire sur l’apprentissage de certains comportements. Il n’est pas rare que les personnes soient totalement ignorantes de certaines vérités de base quant au fonctionnement normal des familles. L’exemple le plus flagrant est, bien sûr, celui du renversement de rôle ; on est souvent surpris de constater que l’on ne sait pas dans ces familles ce que c’est que d’être un parent et un enfant. Le thérapeute doit expliquer ces choses, parfois presque donner un cours. Le rôle d’éducateur du thérapeute s’actualise aussi lorsqu’il leur apprend à maîtriser leurs gestes impulsifs, comme lorsqu’il les semonce à propos de leurs comportements. La thérapie individuelle peut s’inspirer du modèle qui a été suggéré pour les cas limites, en ce sens que c’est le processus interactionnel qui doit être explicité et compris au cœur d’une relation de soutien. Le thérapeute peut difficilement éviter de servir de modèle pour les personnes, car elles ont souffert de l’absence de modèles adéquats.

65Mais ces rôles peuvent également être remplis par des personnes significatives dans l’environnement social, et il est important que le psychothérapeute se désengage. Parmi les éléments qui peuvent rendre difficile ce désengagement, il y a évidemment le fait que le lien significatif risque de devenir une relation exclusive que l’on souhaiterait voir se prolonger le plus longtemps possible. Les praticiens utilisent le terme de dépendance pour qualifier ce genre de relations, lorsque l’objectif dépasse la résolution de problèmes et devient la satisfaction des besoins de base. Si le psychothérapeute en vient à se sentir responsable du bien-être et du sort de ces familles, il renforce alors un type de relation qui appartient à la sphère de l’aide naturelle. Le type de services dont ont le plus besoin ces familles consiste en des programmes d’interventions intégrées dans lesquels on trouve une série de mesures visant à répondre aux nombreux besoins de ces familles multiproblématiques. Le psychothérapeute n’est qu’un des acteurs parmi les autres intervenants sociaux et communautaires.

66Dans ces programmes intégrés, on trouve généralement des services qui fournissent de l’aide matérielle directe, l’apprentissage de nouvelles pratiques éducatives par le modeling, de l’information, des avis et du soutien en vue de trouver de meilleures façons de résoudre les problèmes, du soutien émotionnel, plus particulièrement en ce qui concerne la validation du rôle parental, la création de liens sociaux afin de sortir les familles de leur isolement et l’établissement d’une jonction avec les ressources existantes.

67En fait, on retrouve toujours les trois mêmes éléments dans les programmes intégrés qui ont connu du succès : des services concrets sous forme d’aide matérielle, l’accroissement des compétences parentales et l’entraide débouchant sur l’appropriation personnelle et sociale.

L’AIDE CONCRÈTE

68Lorsque les familles souffrent de pauvreté, il va de soi qu’il est indispensable de leur fournir de l’aide concrète et de leur ménager des filets de sécurité. Le thérapeute devient alors le partenaire des intervenants communautaires chargés de la mise sur pied des mesures de répit, de dépannage ou d’aide à l’emploi. Le travail thérapeutique ne peut pas être entrepris avec des familles pour lesquelles la pauvreté est l’une des principales causes à la source de leurs problèmes. La psychothérapie concerne des besoins secondaires et ne peut pas s’appliquer si les besoins primaires n’ont pas été satisfaits. Il est vain de tenter de provoquer le changement chez des familles que la pauvreté a amenées à adopter des attitudes d’impuissance, de résignation apprise et même de désespoir. Les familles sont beaucoup plus ouvertes au changement psychologique lorsque leur expérience de vie leur permet d’entretenir l’espoir que leur situation peut s’améliorer et qu’elles peuvent s’en sortir.

Par exemple, il suffit d’offrir aux mères chefs de famille monoparentale un répit pour garder leurs enfants et leur permettre de « sortir en femmes », pour que renaisse l’espoir et qu’elles perdent un peu de leur sentiment d’aliénation.

Nous avons parlé plus haut d’une mère chef de famille monoparentale et bénéficiaire de l’aide sociale qui vivait une situation de désespoir total et d’aliénation complète, car elle n’avait jamais connu d’expérience de compétence. Elle avait été abusée par son père et avait revécu la même situation avec ses deux conjoints ; elle se retrouvait maintenant seule à élever deux garçons. Ceux-ci, très turbulents, étaient menacés d’expulsion par l’école et une pétition circulait dans l’immeuble afin de les faire évincer. Nous avons d’abord commencé par organiser des activités sportives pour les jeunes, avec un peu de supervision d’un psychoéducateur, avant de commencer la thérapie de famille. En plus de lui accorder du répit au moins un soir par semaine, cela a permis à cette femme de vivre une expérience positive qui laissait entrevoir que les choses pourraient s’améliorer. Elle est devenue plus réceptive à notre encouragement et à notre soutien, ce qui l’a amenée graduellement à reprendre le contrôle de ses deux petits « monstres ».

69Plusieurs programmes intégrés, comme celui de Cameron et de ses collègues (1992), offrent des services concrets et instrumentaux, tels que le dépannage pécuniaire, le répit-gardiennage. Il y a aussi de nombreuses ressources qui sont offertes aux participantes selon leurs besoins, tels une garderie, des activités récréatives, des cours, des programmes de retour à l’emploi, etc. Dans le programme de Leduc et Beauregard (1989), les intervenantes ont utilisé le supplément alimentaire (œufs, lait, oranges) comme porte d’entrée, mais elles visaient beaucoup plus qu’une simple hausse du poids du nourrisson, qui est l’objectif habituel de ce type de programme. Elles voulaient rejoindre ces mères défavorisées qui ne fréquentaient jamais le CLSC et leur offrir divers services : rencontres prénatales à domicile, services de layette, etc. Au CLSC des Pays-d’en-haut, les intervenants ont la préoccupation constante d’assurer ce qu’ils appellent le « filet de sécurité » afin d’y asseoir tout leur programme d’interventions.

LA COMPÉTENCE PARENTALE ET PERSONNELLE

70Une tâche que le thérapeute doit accomplir consiste à aider la famille à se réorganiser, en particulier sur le plan de la différenciation des rôles, des tâches, des prérogatives, etc. Comme le souligne Rothery (1990), il arrive souvent dans ces familles que les parents ont abdiqué leurs fonctions et responsabilités, ce qui fait que les enfants se sont « adultifiés » et ont joué le rôle de parents auprès de leurs frères ou sœurs et même vécu des renversements de rôles, car les enfants sont devenus parents auprès de leurs parents. Quant aux parents, ils n’ont pas eu de modèles appropriés, souvent ils ne savent pas même pas reconnaître les indices des besoins de leurs enfants. Encore plus que pour les autres types de familles, l’accroissement de la compétence est particulièrement important ; il faut les valider dans leur rôle de parents de façon qu’ils puissent assumer avec compétence le rôle naturel qui leur revient.

71Le développement de la compétence parentale et personnelle fait toujours partie des programmes intégrés d’interventions. Parmi les thèmes abordés dans ces programmes, il y a d’abord la sécurité, c’est-à-dire le type de surveillance et de garde adapté à l’âge et aux besoins de l’enfant ainsi que la protection de celui-ci contre tout abus à l’intérieur et à l’extérieur du foyer. Un autre thème associé concerne les soins et l’entretien, c’est-à-dire les soins de santé à l’enfant, l’alimentation, l’habillement et l’hygiène. Par ces activités, on vise à soutenir les parents dans l’établissement d’un lien affectif positif avec leur enfant en développant leurs capacités à percevoir et à décoder les signaux et les besoins de leur enfant. Il leur faut apprendre à sentir les besoins affectifs de l’enfant afin de pouvoir répondre à ses signaux de détresse et le sécuriser. Un autre type d’apprentissage consiste à accepter de recevoir et d’exprimer des marques d’affection envers son enfant ainsi qu’à établir des rituels familiaux afin de se donner du plaisir en famille.

72Ces programmes comportent aussi souvent un accompagnement et un soutien aux parents dans l’acquisition de pratiques éducatives favorables au développement de l’enfant. Il faut qu’il s’y construise une tolérance et un soutien mutuels, une communication franche et saine, des stratégies constructives de résolutions de conflits et l’établissement de règles claires connues de l’enfant. Les pratiques éducatives doivent devenir à la fois « encadrantes » et démocratiques par l’utilisation de moyens appropriés à l’enfant, la constance dans l’application des moyens, la reconnaissance et l’encouragement des comportements positifs et la sécurisation de l’enfant dans l’application des attentes, des règles, des limites et des sanctions. Pour que les interventions parentales soient favorables au développement de l’enfant, elles doivent se baser sur la connaissance des étapes du développement de l’enfant et la reconnaissance des occasions d’apprentissage de façon à favoriser l’expression chez l’enfant. Les parents doivent apprendre à avoir de l’intérêt pour les activités et les réalisations de leur enfant et à manifester des attentes réalistes à son égard.

73Enfin, il y aussi des interventions qui ciblent les parents et les enfants séparément. Du côté des femmes chefs de famille monoparentale, on vise à accroître leur estime de soi, leur sentiment de compétence et l’affirmation de soi en tant que femme. Du côté de l’enfant, on cherche évidemment à favoriser son développement optimal en stimulant ses capacités sensorimotrices, sensorielles et cognitives, ainsi que sa créativité et son imagination.

74Il existe aux États-Unis un type de programme intégré d’activités qui s’appelle l’École des parents. Il s’agit d’un programme d’activités régulières dans un environnement structuré de 9 heures à 17 heures, tous les jours de la semaine, qui peut durer un ou deux ans et qui est destiné à empêcher la désorganisation familiale causée par la séparation ou par le placement en famille d’accueil. Des intervenantes qui ont démontré une grande capacité d’accueil et beaucoup de chaleur humaine sont les personnes pivots de ce programme. Elles accueillent les parents et leurs enfants et leur servent de modèles tout en leur procurant beaucoup de rétroaction positive de façon à rehausser le sentiment de leur valeur personnelle et leur estime de soi. Les intervenantes peuvent être secondées par des stagiaires (en psychologie, infirmières en périnatalité, etc.) qui vont apporter le contenu du curriculum au moyen de cours, de démonstrations ou d’atelier, sous la supervision d’une personne-ressource. Les projets ont pour effet dans les familles non seulement de prévenir les comportements abusifs mais surtout de rendre les parents capables de prodiguer les soins appropriés à leurs enfants et de les éduquer et les former pour qu’ils deviennent des citoyens fonctionnels. Les parents en retirent un sentiment de compétence personnelle qui les rend aptes à se prendre en main.

75Les principes directeurs qui guident les intervenants sont : la reconnaissance du fait que les parents ont un contrôle sur l’exercice de leur rôle parental, l’adoption d’une attitude empathique et coopérative vis-à-vis d’eux et l’évitement des attitudes moralisatrices et « d’experts ». Les intervenants doivent se montrer sensibles et réceptifs aux priorités des parents et à leur niveau de préoccupation, et essayer de construire en tenant compte de leurs forces. Il faut chercher à faire participer les parents à l’établissement d’objectifs qui les concernent, respecter les styles individuels d’interaction parent-enfant, éviter les situations d’échec dans l’acquisition de capacités parentales et renforcer les actions positives.

LES RELATIONS D’ENTRAIDE

76La mise en place de relations d’entraide fonctionne très bien avec ces familles qui se sentent non seulement seules, mais aussi marginalisées par rapport à la société. Les mères profitent beaucoup de ces occasions qu’elles ont d’échanger entre elles, et souvent ces liens sociaux et amicaux débouchent sur des échanges d’entraide. Il n’est pas rare que ces liens d’entraide conduisent à l’appropriation personnelle et sociale (empowerment) car ils suscitent chez les personnes une prise de conscience collective quant à leur condition commune et leur donnent le goût de s’impliquer pour changer les choses.

77Cameron et ses collègues (1992), dans le cadre d’un projet-démonstration, ont mis sur pied trois groupes d’entraide dont l’objectif final était la responsabilisation des participantes par leur engagement dans l’organisation même. Ce projet visait à favoriser la socialisation et l’entraide entre les mères ; les participantes pouvaient échanger sur leur vécu émotif concernant leurs expériences infantiles traumatiques, leurs difficultés conjugales et le stress lié à l’éducation de leurs enfants. On s’est beaucoup employé à ce que les participantes apprennent à gérer leur groupe d’entraide. Ce programme, qui aurait avantage à être largement diffusé, fait la démonstration que les services sociaux peuvent améliorer considérablement le sort de ces familles ; les résultats indiquent que les participantes ont eu moins de placements de leurs enfants, ont demandé moins de services des services sociaux et ont connu une hausse dans leur estime d’elles-mêmes et leur sentiment de compétence. Elles ont dit avoir surtout apprécié d’avoir l’occasion de se faire des amis, d’avoir du répit face à leurs enfants, d’obtenir de l’aide non seulement dans leur rôle de parents, mais aussi pour leurs problèmes personnels. Elles se sont échangé des services concrets : gardiennage, vêtements d’enfants, transport, etc.

78On trouve les mêmes ingrédients dans un programme conçu par des infirmières visiteuses en périnatalité (Leduc et Beauregard, 1989). La particularité de ce programme est l’approche proactive qui a permis de joindre ces femmes dans leur milieu de vie, en leur offrant des œufs, du lait et des oranges à domicile. Au début, les interventions utilisaient le supplément alimentaire comme porte d’entrée et débouchaient assez rapidement sur un suivi individuel à mesure que s’établissait un lien de confiance. Puis, les intervenantes ont organisé des rencontres de groupe, qu’elles ont facilitées par des services de garderie et de transport. Leur grand désir de s’adapter aux besoins exprimés par ces mères les a amenées à pratiquer beaucoup d’activités de loisirs au début, ce qui a créé des difficultés auprès des gestionnaires qui voyaient d’un mauvais œil que des infirmières se divertissent en compagnie de leurs clientes au lieu de faire leur travail d’infirmières. Ce que les mères ont le plus apprécié, comme cela a été le cas pour les trois groupes de Cameron, c’est le contact entre elles, les relations d’amitié, le partage d’expériences, l’information reçue et leur rôle dans l’établissement d’une garderie. Les résultats de ce projet sont assez impressionnants, particulièrement en ce qui concerne le processus d’appropriation personnelle et sociale ; en effet, ce sont les mères qui ont commencé à faire les visites postnatales auprès de nouvelles mères et organisé des rencontres de groupe. Elles se sont senties valorisées et ont repris le contrôle de leur vie ; plusieurs de ces femmes sont retournées aux études, d’autres ont rompu avec un conjoint violent. Mais c’est surtout auprès des intervenantes que les effets ont été les plus significatifs, car l’expérience leur a fait perdre certains préjugés et appris à faire confiance au potentiel des ces femmes défavorisées. Comme le disait une des intervenantes, « plus j’avançais dans ma démarche, plus je découvrais une clientèle différente dont les préoccupations de survie sont constantes et très envahissantes. Paradoxalement, les rencontres prénatales me sont apparues alors comme répondant à un besoin identifié par l’intervenante et non ressenti par la bénéficiaire. »

79Il existe aussi des programmes qui recrutent des aidantes naturelles en tant que mères visiteuses, afin de fournir de l’aide aux mères potentiellement abusives ou négligentes. D’autres programmes organisent des jumelages avec des familles, c’est-à-dire qu’une famille au complet est « adoptée » en quelque sorte par une autre famille. Cette « adoption » de la famille au complet a l’immense avantage d’éviter le placement, souvent la mère est maternée par la mère adoptive, ce qui a comme conséquence d’interrompre le cycle de l’abus et d’accroître la sécurité et le bien-être de l’enfant.

80Mais, au-delà des programmes, il importe surtout que le développement de l’entraide fasse partie intégrante des attitudes et des stratégies de l’intervenant. J’ai déjà réussi, lors d’un programme de consultation, à convaincre des praticiens de jumeler ensemble leurs clientes dont la plupart étaient des mères chefs de famille monoparentale, bénéficiaires de l’aide sociale, aux prises avec de très sérieuses difficultés. Ces jumelages d’entraide se fondaient sur le potentiel de compétence qui n’était pas apparent au moment de la consultation mais qui pouvait se révéler une contribution précieuse dans le futur pour une autre mère. Ainsi une jeune mère célibataire complètement dépassée par les événements, qui peut à peine prendre soin d’elle-même et encore moins de son enfant, pourra être d’une grande utilité pour une autre mère lorsqu’elle aura repris des forces. Ces jumelages ont permis de créer un réseau social pour ces personnes isolées socialement et ont abouti à la formation d’un groupe au sein duquel ces femmes ont repris le contrôle de leur vie en contribuant à orienter le travail des praticiens et en faisant pression sur les services sociaux pour humaniser leurs interventions. L’expérience de l’entraide a donc tout naturellement débouché sur l’appropriation sociale.

L’histoire de la famille n’avait été qu’une suite ininterrompue d’échecs. Les parents avaient tous les deux été abusés lorsqu’ils étaient enfants, leurs trois fils étaient soit en prison, soit en centre d’accueil à cause de leurs comportements délinquants, sauf le plus jeune qui avait toutefois menacé le directeur de l’école. Il était très difficile de prendre appui sur des expériences antérieures de compétence chez ces parents que tous considéraient trop mous parce qu’ils « se laissaient monter sur la tête ». En intervenant auprès de la mère, j’avais redéfini cette mollesse comme un amour inépuisable tout en lui soulignant que ses enfants avaient déjà trop reçu et n’avaient pas su en profiter. D’autres enfants, comme des enfants autistiques que je connaissais, sauraient apprécier cette patience infinie dont elle faisait preuve et en tireraient beaucoup de bénéfices. Je lui proposai de la jumeler avec des enfants autistiques afin qu’elle fasse l’expérience d’être compétente tout en demeurant elle-même. Elle a refusé ma suggestion, choisissant plutôt d’aider une dame handicapée de sa connaissance. Cette première expérience de compétence lui a permis d’accroître son estime d’elle-même et d’exercer son autorité sur son fils et par le fait même de s’affirmer face à l’école. Elle a proposé au directeur et aux professeurs de faire faire le travail scolaire à son fils à la maison jusqu’à ce qu’il soit prêt à retourner en classe. Elle a fait preuve d’une affirmation de soi tout à fait nouvelle qui a représenté un premier changement important dans sa vie.

81Cette stratégie de jumelage d’entraide constitue un des éléments essentiels des deux programmes qui sont décrits dans les paragraphes qui suivent.

EXEMPLES DE PROGRAMMES INTÉGRANT LA DIMENSION CLINIQUE À LA DIMENSION COMMUNAUTAIRE

LE PROJET JEF DE LA CPEJ QUÉBEC

82Le projet Jeunesse Enfance Famille (JEF) est un programme expérimental qui fait partie des services offerts par la Commission de protection de l’enfance et de la jeunesse (CPEJ Québec). Il fournit essentiellement deux services, l’intervention familiale de crise, inspirée du programme Homebuilders (Cole, 1991), et une maison d’accueil offrant du répit à la famille. Ce programme applique un modèle d’intervention intégré car, après l’intervention familiale de crise et l’accueil d’un membre de la famille dans la maison, l’approche consiste en un accompagnement dans le milieu de vie afin de remettre les parents en contact avec les ressources du milieu. Ainsi que l’illustre la figure 25, réalisée par J. Laforest (voir Tardif, 1996), les interventions professionnelles consistent souvent en des réactions aux comportements impulsifs ou inappropriés des parents, ces comportements sont eux-mêmes des réactions aux stress et aux troubles ou symptômes de leur enfant. C’est comme une réaction en chaîne où une crise en crée une deuxième et ainsi de suite ; lorsque le seuil de tolérance est dépassé, il y a un acting out des parents qui provoque des troubles de comportements, lesquels amènent une réaction du système (par exemple, l’expulsion de l’école) qui provoque à son tour une autre crise dans la famille. En bout de ligne, c’est le placement de l’enfant qui est la solution envisagée à la fois par les parents et les professionnels. Selon Jacques Laforest, promoteur du projet, on devrait aller à la source des problèmes, c’est-à-dire à l’incapacité de tolérer les stress et la souffrance sous-jacente au lieu de réagir en recourant au placement. Après avoir apporté du répit, il faut aider la famille afin de réduire l’intensité des stress et de lui apprendre à les gérer.

Figure 25. Le cheminement critique selon JEF

Figure 25. Le cheminement critique selon JEF

83J’ai beaucoup été attiré par ce projet à cause des qualités personnelles et professionnelles de l’intervenant qui en a été le promoteur. J’ai passé du temps avec lui, tant pour l’aider à mieux définir son projet que pour m’en inspirer ; voici deux interventions qui m’apparaissent assez représentatives.

Jacques Laforest donnait l’exemple d’un appel téléphonique de voisins qui dénonçaient une situation de jeunes enfants complètement laissés à eux-mêmes parce que leur mère était disparue depuis trois jours. Au lieu d’adopter l’approche punitive et de trouver une famille d’accueil aux enfants, il est allé vérifier sur place pour constater que la mère était présente mais avec un mal de tête causé par son ivresse des trois derniers jours. Il a offert de lui procurer du répit en accueillant les enfants à la maison de quartier jusqu’à ce qu’elle trouve une solution à ses problèmes. Cette maison est comme une maison familiale et ressemble très peu à la famille d’accueil habituelle ; les enfant s’y sentent bien, car on les écoute et on s’occupe d’eux. La mère est invitée à visiter cette maison et à donner son accord pour que les enfants y résident. Ce séjour temporaire est vécu comme un répit auquel la mère a droit, le temps qu’elle reprenne son souffle, au lieu d’un geste punitif qui consacre son incompétence de mère. Ensuite Jacques Laforest a cherché avec elle des solutions aux problèmes qui l’avaient amenée à fuir la maison et à s’enivrer ; en fait, toute sa vie s’était désorganisée récemment tant sur le plan de sa relation de couple que sur celui du travail. Avec le soutien de l’intervenant, elle a pu remettre un peu d’ordre dans sa vie et reprendre ses enfants. (Laforest, 1996, conversation personnelle.)

Lors d’une première intervention auprès d’une famille monoparentale, on a offert à la mère de l’aider à déménager. Leur situation était devenue intenable avec les voisins du HLM qui les traitaient en boucs émissaires et leur rendaient la vie impossible. Jacques Laforest en a profité pour mettre la mère en contact avec des bénévoles de la Saint-Vincent-de-Paul qui étaient venus donner un coup de main pour le déménagement. Celle-ci a appris à utiliser cette ressource ; elle sait maintenant faire appel à leurs services de façon autonome. Par la suite, une fois la situation de vie stabilisée, l’intervenant a pu faire une entrevue familiale afin de tenter d’apporter une solution, d’un point de vue clinique, aux problèmes familiaux. (Laforest, 1996, conversation personnelle.)

L’APPROCHE MILIEU DU CLSC DES PAYS-D’EN-HAUT

84Au CLSC des Pays-d’en-haut, on a mis en train un programme d’interventions auprès de familles abusives et négligentes ayant reçu la délégation complète de la CPEJ pour ce faire. Le modèle d’intervention reprend à peu de choses près celui qui est défini dans la première partie. Il consiste donc à soutenir le réseau social lorsqu’il est surchargé, à le réactiver lorsqu’il est trop faible, à le mobiliser lorsqu’il est inexistant ou inadéquat et à transformer le client en aidant ; il y a également beaucoup de collaboration avec les associations et les aidants naturels.

85Mais, ainsi qu’on l’a expliqué au début du livre, avant de pouvoir établir une collaboration avec les groupes et joindre les aidants naturels, les intervenants ont dû se rendre très visibles et accessibles. Comme cette approche proactive ou approche milieu touchait l’ensemble du personnel (voir Guay, 1996, pour une définition de cette approche), il a fallu procéder à des changements organisationnels importants (voir figure 26), c’est-à-dire remplacer les équipes programme par des équipes milieu. En effet, le caractère généraliste et polyvalent qui définit l’approche milieu s’accommode assez mal de l’approche programme, laquelle est compartimentée et spécialisée. En vue de faciliter le rapprochement entre les praticiens et les citoyens et aussi d’adapter les services aux besoins de la communauté plutôt qu’en fonction des impératifs des programmes, le CLSC-CA des Pays-d’en-haut a remplacé les équipes « maintien à domicile », « enfance-famille » et l’équipe de services sociaux courants par des « équipes milieu » de la même façon qu’on l’avait fait au CLSC des Appalaches (Chabot, Mercier et Guay, 1994). L’équipe milieu est devenue la porte d’entrée du CLSC pour la communauté, toute demande de services adressée au CLSC étant réacheminée par la réceptionniste à l’intervenant social de l’équipe milieu. C’est donc l’appartenance à une communauté qui a déterminé la nature des services et la façon dont ils sont rendus plutôt que le type de problématique ou l’âge du client.

86Six équipes milieu ont remplacé les équipes programme et elles desservent chacune environ 4 000 habitants. Ces équipes se réunissent hebdomadairement pour étudier les nouvelles demandes, discuter les problèmes particuliers, réviser les prises en charge et assurer la supervision de groupe. Elles ont su créer un esprit d’équipe de type transdisciplinaire tel que celui-ci a été défini au début du livre.

87Le point fort de ce programme, c’est que des aidantes naturelles font partie de chaque équipe ; elles se sont définies elles-mêmes comme agentes de réseau. Leur rôle consiste à faire le lien entre le professionnel et les réseaux sociaux de ces communautés et à fournir une aide constante et suivie aux personnes dans le besoin, en collaboration étroite avec les intervenants professionnels. Elles ont été recrutées parce qu’elles étaient déjà actives dans leur communauté et aimaient aider les personnes dépourvues, un peu à la manière des patchworkers des patchwork schemes britanniques (Hadley et McGrath, 1984 ; Hadley et al, 1987). Une maison de la famille assure la gestion de cet aspect du projet. On a également ouvert des cafés dans chaque village afin de joindre les clientèles à risque et de fournir un lieu qui favorise les échanges, et éventuellement l’entraide, entre les personnes isolées.

88Une autre caractéristique très innovatrice du programme de ce CLSC est la mise sur pied de comités de citoyens pour chaque équipe milieu. Le directeur général du CLSC et un organisateur communautaire ont travaillé à mettre en place plusieurs comités de concertation (un par village) avec le concours du conseil d’administration. Ces comités sont formés de citoyens choisis après consultation avec les instances locales, les maires et les curés ayant aidé à identifier des personnes pivots des municipalités desservies par chacune des six équipes. Ces comités ont pour fonction d’alimenter le travail des équipes afin de permettre de mieux saisir les particularités et les problématiques des milieux desservis et d’avoir une rétroaction sur la qualité des services qui y sont offerts. De plus, un des objectifs importants du mandat de ces comités est de faire en sorte que des membres de la communauté puissent évaluer les services.

Figure 26. Le modèle du CLSC des Pays-d’en-haut

Figure 26. Le modèle du CLSC des Pays-d’en-haut

89Cette expérience, dont l’évaluation vient à peine d’être complétée (Chabot, 1996), a donné lieu à des résultats très intéressants et plusieurs autres CLSC s’en sont inspirés. Des publications ultérieures viendront détailler cette approche d’intervention. Il s’agit d’un programme dont je me sens très proche, car j’y ai été mêlé, à des degrés divers, tout au long du processus, même avant qu’il ne voie le jour. J’ai tour à tour agi comme chercheur, formateur, consultant, conseiller, observateur et ami. Les responsables de ce projet, tout en s’inspirant d’idées et de projets dont j’avais été l’initiateur, sont allés beaucoup plus loin que je ne l’ai fait et ont même inventé des formes d’interventions tout à fait originales qui ouvrent la voie à de nouveaux modes de pratique. Ce projet pionnier qui a reposé sur les épaules du directeur, et qui a connu beaucoup de difficultés et de crises, est maintenant devenu au Québec une sorte de projet phare qui suscite énormément d’intérêt et d’enthousiasme. Avant de soumettre le présent ouvrage à l’éditeur, j’ai voulu passer une journée avec un intervenant, pour qui j’ai énormément d’estime, afin de me retremper dans l’action et de livrer des impressions fraîches sur la façon dont peut s’appliquer le modèle que je propose dans ce livre. Cette journée est devenue une demi-journée car, en après-midi, il y avait réunion d’équipe.

Daniel Racine, intervenant au CLSC des Pays-d’en-haut, commence sa journée en faisant sa « run de lait », comme ils disent là-bas (tournée quotidienne), d’abord à l’Entraide bénévole des Pays-d’en-haut, puis au poste de police. Avec la permanente de l’Entraide bénévole, il discute de la dernière réunion de conseil d’administration d’un groupe communautaire afin de s’informer des derniers événements, puis il laisse sa pagette à l’intention d’un autre intervenant qui doit venir la chercher. Au poste de police, il laisse un feuillet d’information sur un protocole d’intervention avec le CLSC concernant les situations d’urgence médicales. Daniel m’explique qu’il est parvenu à un tel niveau de collaboration avec le capitaine, que l’on peut maintenant parler de connivence entre les deux. Nous aurons l’occasion de reparler, dans le dernier chapitre, de cette collaboration en ce qui concerne la violence conjugale. Il se rend ensuite au CPEJ pour une entrevue à propos d’une adolescente afin de s’entendre sur les mesures à mettre sur pied d’ici à ce qu’elle atteigne l’âge de dix-huit ans dans huit mois. En plus de l’adolescente et de Daniel, il y a l’intervenante du CPEJ, la mère et la responsable de la famille d’accueil où l’adolescente réside. À l’heure du dîner, on se rend à la Soupe de Lilly à Saint-Sauveur, où Daniel met en place des mesures et effectue des jumelages, pour aider deux personnes à propos de leur emploi et de leur situation financière.

L’impression la plus marquante qui me reste de cette matinée de travail est la très grande polyvalence du travail de Daniel. En effet, Daniel a tour à tour assumé, avec beaucoup de compétence, les fonctions d’organisateur communautaire, d’agent de liaison, de thérapeute familial, de conseiller financier, de conseiller en emploi, d’intervenant de réseau, de médiateur, d’intermédiaire (création de jumelages), etc. À ceux qui s’étonneraient de cette très grande diversité, il répond que c’est naturel de travailler ainsi quand on intervient dans le milieu de vie des gens et que, de toute façon, ce n’est pas lui qui fait tout puisque la responsabilité est partagée avec les gens du milieu. C’est donc dans ce contexte de polyvalence que Daniel intervient auprès des familles abusives ou multiproblématiques ; même s’il est le spécialiste CPEJ dans l’équipe de Saint-Sauveur, il met la main à la pâte pour toutes les autres interventions.

Je voudrais maintenant m’attarder sur les interventions qui se sont déroulées à la Soupe de Lilly de Saint-Sauveur, car elles illustrent très bien comment s’applique le modèle d’intervention. La Soupe n’a pas été mise sur pied par le CLSC, mais par la communauté, ce qui signifie que les intervenants qui y sont présents ont dû gagner leur implication en donnant régulièrement un coup de main, selon l’optique du rapport d’échange dont nous avons parlé. Daniel et ses collègues viennent y dîner régulièrement et en profitent pour établir ou maintenir des contacts, faire connaissance avec les nouveaux venus, discuter de projets. Tout le monde du coin vient y manger : des enfants de l’école primaire d’à côté, des jeunes couples, des psychiatrisés du groupe d’entraide, des personnes âgées, des clients actuels ou passés, des bénévoles, des aidants etc. La Soupe ne ressemble en rien à un ghetto, non seulement parce que toutes les catégories de la population y viennent, mais surtout parce qu’on ne sait pas très bien qui est client, ex-client, bénévole ou aidant. En effet, ici, la philosophie de l’aidé-aidant est mise en application de façon intégrale ; on demande à toute personne qu’on a aidée d’aider à son tour. Ce flou en ce qui concerne l’identité des personnes permet de faire disparaître, et ce dans un processus très dynamique, la barrière entre les « bénéficiaires » et les intervenants.

Daniel aime beaucoup y « tenir bureau » ; il y invite les clients nouveaux ou réguliers, ainsi que les anciens clients devenus aidants. Le fait de rencontrer les personnes dans un lieu ouvert dans la communauté au lieu d’un espace fermé dans un CLSC confère un caractère très particulier aux « entrevues ». Cela crée une sorte de « flou créateur » extrêmement intéressant ; ainsi on élimine le problème des rendez-vous annulés puisqu’il s’agissait d’une invitation ouverte. La personne qui ne se présente pas à la Soupe peut se reprendre le lendemain sans problème, et l’intervenant est de toute façon occupé à autre chose. Cette flexibilité m’apparaît mieux adaptée aux familles multiproblématiques dont la situation de vie rend difficile l’adaptation à notre sous-culture déterminée par notre agenda rempli de rendez-vous à heures fixes dans un local associé au « gouvernement ». Il existe aussi un flou quant au moment du début et de la fin de « l’entrevue », qui peut être interrompue à tout moment pour que Ton salue quelqu’un qui arrive.

Surtout, il n’y a pas ici cet oasis d’intimité qui consacre la rupture entre, d’une part, la relation individuelle exclusive et, d’autre part, le cycle de réciprocité. En fait, c’est comme si la « grande roue qui tourne » du cycle de réciprocité s’accélérait à la Soupe de Lilly qui devient comme une sorte de « carrousel de l’entraide » ; Daniel la définit comme le lieu privilégié où il effectue des jumelages. Ainsi, il me décrit le premier client qu’il me présente comme son expert en alcoolisme et toxicomanie et m’explique que, chaque fois que cela s’avère approprié, il l’appelle pour qu’il vienne s’asseoir avec eux et éventuellement poursuivre seul l’« entrevue » avec la personne qu’il avait invitée à la Soupe.

Pour la première des deux « entrevues », une dame lui présente son nouvel ami qui a des problèmes d’emploi et d’argent. Daniel m’expliquera plus tard qu’il a beaucoup soutenu cette femme pour l’aider à se sortir d’une relation avec un homme violent. Celle-ci accepte d’ailleurs la suggestion de Daniel de faire un peu d’écoute téléphonique à l’Entraide bénévole, un besoin mentionné lors de la « run de lait » du matin. L’évaluation que fait Daniel de la situation de l’homme est très rapide parce que centrée sur des propositions de solutions concrètes. À chaque demande, Daniel propose une solution, à mesure que le refus de chaque proposition est justifié et expliqué par l’homme ; l’évaluation devient plus complète et précise ; c’est du Jay Haley tout craché. Finalement, puisque l’homme a exprimé le désir de travailler avec les personnes âgées, Daniel appelle l’auxiliaire familiale afin de vérifier si elle accepterait qu’il l’accompagne lors de ses visites à domicile. Daniel m’explique que l’auxiliaire y trouve son compte puisqu’elle a de l’aide pour déplacer les bénéficiaires immobilisés au lit. En retour, elle peut poursuivre l’évaluation amorcée par Daniel afin d’en arriver éventuellement à faire des propositions correspondant aux besoins et aux capacités de cet homme.

C’est un jeune couple qui attend Daniel à une autre table ; la jeune femme est enceinte et, puisqu’elle vient de perdre son emploi, n’arrive plus à payer son loyer et son compte d’électricité, car le chauffage n’est pas inclus dans le prix du loyer. Daniel, après avoir demandé un numéro de téléphone à quelqu’un d’assis à une autre table, lui donne le nom d’une personne qui a un loyer moins cher (chauffage inclus). Il m’explique après coup que cette personne, qui demeure juste au-dessus, adore les enfants. Le « plan » d’intervention devient alors très clair ; la voisine d’en haut est une aidante naturelle qui sera disponible au besoin car la situation de couple laisse entrevoir un risque potentiel d’abus ou de négligence pour l’enfant qui va naître. La jeune femme sera alors disposée à recevoir de l’aide d’ordre psychologique, avec un fort potentiel préventif, puisqu’on aura d’abord répondu à son besoin de survie.

90En somme, c’est à partir d’une sorte de banque de ressources potentielles que se font les jumelages où tout le monde est gagnant, selon l’expression de Daniel. C’est dans ce contexte que se réalisent les interventions familiales auprès des familles abusives et négligentes. Cette approche a permis aux intervenants de redresser des situations très détériorées, où les enfants avaient été enlevés à la mère, parce que consacrée définitivement comme mauvaise mère. Ainsi, dans plusieurs situations de mères toxicomanes, la mobilisation de la communauté a permis de renvoyer les enfants à la maison pour de bon. Les membres de la famille élargie, des aidantes naturelles et les associations du village ont mis la main à la pâte pour aider les enfants et la mère. Des « placements » temporaires auprès d’aidantes naturelles, une participation régulière au groupe NA, du dépannage (loyer, nourriture, logement), un suivi auprès des enfants, du soutien affectif de la part d’une aidante ayant vécu la même expérience ont établi les conditions qui ont favorisé le changement. La contribution des praticiens a surtout constitué en du soutien régulier au réseau d’entraide de la communauté, soutien qui s’est traduit par une grande disponibilité en cas de besoin, par des interventions de crise dans des cas d’overdose, des rencontres familiales pour mettre les mesures en place et les rencontres de coordination entre les professionnels impliqués. La plupart de ces femmes sont d’ailleurs devenues des aidantes naturelles à leur tour, témoignant ainsi de leur compétence nouvellement reconquise.

91À la demande de nombreux intervenants désireux d’avoir des indications sur la façon d’appliquer le modèle d’intervention, des brochures traitant de ce dernier seront publiées prochainement.

© Presses de l’Université de Montréal, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search