Version classiqueVersion mobile

L’intervention clinique communautaire

 | 
Jérôme Guay

Deuxième partie : les applications du modèle

7. Les familles aux prises avec la délinquance

Texte intégral

1La crise de l’adolescence est une crise normale comme toutes les crises survenant aux différentes étapes de la vie, telles celles marquées par le mariage, la naissance des enfants, la séparation d’avec les enfants, etc. Il est important que l’adolescent acquière son autonomie et prenne ses distances par rapport à l’influence des adultes, qui est en partie remplacée par l’influence des pairs. L’adolescent cherche à prendre « sa place » dans la société et, pour ce faire, il doit s’opposer au monde des adultes, ce qui se vit souvent de façon un peu confrontante. La société actuelle complique énormément la tâche des parents par rapport à la crise de l’adolescence, il n’y a plus de rite de passage véritable comme dans le passé. Ensuite, les pairs représentent une source d’influence qui est souvent plus forte que celle des parents et ils peuvent être à l’origine des comportements délinquants par l’ascendant qu’ils exercent, même si les méthodes d’éducation des parents sont très adéquates. Ce qui n’aide pas les choses, c’est la consommation de drogues chez les jeunes, qui prend des proportions presque épidémiques à cause de la très grande facilité à s’en procurer.

LA DIFFICULTÉ DE FIXER DES RÈGLES

2Du point de vue des praticiens des services publics, les comportements problématiques des enfants et des adolescents, dans la société actuelle, sont attribués à ce qu’ils appellent la « démission généralisée des parents ». De plus en plus, les praticiens des services publics se plaignent du manque d’encadrement de la part des parents ; par exemple, les professeurs et les moniteurs de terrains de jeux constatent que les enfants « n’écoutent plus ». On parle d’enfants « teflon », c’est-à-dire d’enfants qui paraissent intouchables, sur qui tout coule comme l’eau sur le dos d’un canard. À notre époque, c’est presque toujours l’absence de règles et de limites qui fait que la crise de l’adolescence est ratée. Priver l’adolescent de règles auxquelles il peut s’opposer, c’est lui enlever la possibilité de bien vivre sa crise d’adolescence.

3On ne peut s’empêcher de faire un lien entre la plus grande fréquence de ce type de comportements et le processus de désintégration des familles à l’époque actuelle. Les parents de familles monoparentales ou recomposées sont souvent trop accaparés par leurs propres besoins, parfois par leur survie, pour pouvoir s’occuper de leurs enfants, ce qui les empêche de fournir l’encadrement nécessaire pour les aider à passer à travers la crise de l’adolescence. Les valeurs démocratiques, propres à notre époque, rendent la tâche encore plus difficile pour les parents lorsqu’il s’agit de faire face aux affrontements typiques de la crise de l’adolescence. Ces valeurs démocratiques vont à l’encontre du recours à la discipline qui est pourtant indispensable pour que l’adolescent réussisse à sortir sans difficulté de cette phase de transition.

4Il est possible de définir la délinquance comme la résultante de trois niveaux d’influence qui tantôt s’opposent, tantôt s’additionnent : l’influence des parents, celle des pairs et le tempérament de l’adolescent. Celui-ci a un effet déterminant sur la façon dont va évoluer la délinquance, par exemple selon qu’il est plus moins rebelle ou plus ou moins influençable.

5Dans la crise dite « normale » de l’adolescence, les conflits entre l’adolescent et ses parents concernant l’existence des règles et la façon dont elles sont appliquées sont donc regardés comme « normaux », ainsi que l’influence du groupe d’amis. Les conflits portent sur les règles et non sur la relation, et les gestes délinquants sont souvent ponctuels et temporaires. Cette définition de la crise « normale » de l’adolescence est, bien sûr, un concept heuristique, c’est-à-dire un cadre conceptuel utile pour l’intervention. La délinquance peut s’aggraver ou se chroniciser lorsque le jeune est placé en situation de vulnérabilité par suite de difficultés familiales. Ainsi, les séparations et les divorces, la monoparentalité, les troubles mentaux chez l’un ou l’autre parent sont des facteurs qui peuvent prédisposer l’adolescent à adopter des comportements délinquants, surtout s’il est particulièrement influençable. Lorsque le jeune a subi des sévices de la part de l’un des parents, les comportements délinquants prennent alors un sens tout à fait différent et on ne peut plus parler alors de délinquance « normale ». Il en est de même lorsque la famille elle-même est criminalisée ; la « norme » diffère alors totalement de la norme sociale. J’ai eu l’occasion de travailler avec des travailleurs sociaux siciliens et, selon eux, cette influence criminalisante est tellement prépondérante chez les adolescents vivant dans certains quartiers de Païenne ou de Catane, que les praticiens en ont fait le facteur essentiel de leur grille d’analyse.

6Les différents types de réseaux sociaux que nous décrivons (voir le tableau 4 et l’encadré ci-dessous) constituent un résumé de cette conception de la délinquance. Cette typologie ne prétend pas donner une image complète et exacte de la réalité mais elle fournit un cadre d’analyse heuristique permettant de mieux orienter les interventions.

UNE TYPOLOGIE DES RÉSEAUX SOCIAUX

7Le premier type correspond à la situation normale de la crise de l’adolescence, c’est-à-dire à un adolescent rebelle, assez autonome dans sa façon de penser et n’éprouvant pas de difficultés à se faire des amis. Comme c’est courant à l’adolescence, il est très important pour lui de se faire accepter par le groupe de pairs formant un gang de quartier assez porté vers la délinquance. Il y a, bien sûr, de nombreux conflits à ce sujet avec ses parents qui, même s’ils l’aiment beaucoup, désapprouvent totalement son comportement délinquant.

8Le réseau vulnérable se rapporte à une situation dans laquelle l’adolescent est placé dans une position de grande vulnérabilité à la délinquance, tant par son tempérament que par la situation familiale. L’adolescent n’est pas vraiment rebelle, mais est très influençable et a un besoin d’approbation sociale d’autant plus grand qu’il a de la difficulté à se faire des amis. Ce besoin d’approbation sociale peut être très important dans des situations de handicap mental ou physique. Le jeune a un grand besoin d’affection à cause de l’absence de figure parentale, le père étant parti à la suite d’une séparation d’avec la mère et celle-ci ayant peu d’attention à lui accorder parce qu’elle est trop accaparée par ses propres problèmes ; enfin, il a des conflits avec l’ami de sa mère. Il vit donc dans une sorte de vide qui le rend prêt à tout pour se faire accepter par les amis, seules personnes à lui offrir ce dont il a besoin.

9Le réseau dépassé se réfère à une situation de monoparentalité dans laquelle la mère, qui a toujours été la personne centrale dans la vie de l’adolescent, est dépressive et n’a pas l’énergie pour fournir l’encadrement dont l’enfant a besoin. L’adolescent se tourne donc vers ses copains et trouve avec eux à la fois le soutien affectif et une sorte de vie marginale et déviante qui justifie ses tendances rebelles.

1) Facteurs liés au jeune lui-même. D’abord son tempérament ou bien à tendances rebelles, qui le pousse à s’opposer à l’encadrement parental (+), ou bien de nature docile, qui le mène à accepter assez facilement les règles (-). Ensuite, son niveau d’influençabilité peut être très grand (+) et le rendre ainsi vulnérable aux pressions sociales des pairs, ou bien le jeune peut être indépendant d’esprit (-). Il y a aussi le facteur de la compétence sociale : le jeune peut avoir beaucoup de facilité à se faire des amis (+) ou au contraire se faire rejeter, faire rire de lui et même être un bouc émissaire (-). Enfin, le besoin d’approbation peut être très grand (+) ou, au contraire, le jeune peut avoir une bonne estime de soi qui le rend autosuffisant (-).
2) En ce qui concerne les parents, il y a le niveau d’amour et le type d’encadrement qui a été fourni. Les parents, idéalement, fournissent un type de rapports où l’équilibre entre la discipline, pas trop rigide, et l’affection est maintenu de façon harmonieuse. Les rapports avec les parents peuvent être caractérisés par l’amour (+) ou au contraire le rejet (-) comprenant les situations d’abus ou de violence. Il peut aussi exister une sorte de vide ou d’absence à ce niveau (0) parce que les parents sont trop accaparés par leurs problèmes pour pouvoir s’occuper de leurs enfants. Enfin les conflits (#) peuvent causer des blessures profondes. En ce qui concerne l’encadrement parental, il peut consister en des règles et des limites claires (+) ou être trop rigide ou carrément inadéquat comme lorsque les parents font eux-mêmes partie d’un réseau criminalisé (-). Il y a aussi les situations de laisser-faire à cause de l’absence de règles (0) ou les situations de conflit liées à l’application ou à la nature de ces règles (#).
3) Quant à l’influence des pairs, ceux-ci peuvent apporter du soutien et de l’entraide (+) ou être intolérants (-), et être un gang qui encourage (+) ou non (-) les comportements délinquants. Cette influence peut être amplifiée par le grand désir d’appartenance à ce gang et le besoin d’approbation, surtout chez les adolescents devenus vulnérables à cause d’un soutien parental insuffisant ou inadéquat.
Enfin, il peut exister des ressources potentielles d’aide comme celle qu’est susceptible d’apporter l’amie de cœur, car l’adolescence est caractérisée par le passage du gang à la relation avec l’amie de cœur, qui peut souvent stabiliser toute la vie affective et sociale.

10Le réseau abusif est celui qui s’établit en réaction contre les abus dont l’adolescent a été victime dans son enfance. Il s’agit souvent d’une délinquance de type très agressif et violent où l’influence des pairs n’est pas prédominante ; le délinquant ou bien agit seul ou bien est le chef du gang, il est très indépendant d’esprit. Il peut arriver que la mère essaie de compenser pour les abus dont son enfant a été victime de la part du père en étant très ouverte et très permissive.

Tableau 4. Types de réseaux sociaux délinquants

Tableau 4. Types de réseaux sociaux délinquants

11Le cinquième type de réseau se rapporte à une famille criminalisée : l’un des parents ou les deux font partie d’un réseau de criminels et ils y entraînent leurs enfants. Ici aussi on peut parler de délinquance « normale », car celle-ci constitue la norme dans l’environnement social. L’histoire familiale de ces adolescents comporte souvent une première phase dans laquelle ils sont victimes d’abus et de violence de la part du père, et une seconde dans laquelle leurs gestes délinquants leur valent l’approbation du père, leur donnant ainsi accès au réseau criminalisé.

LES CHOIX D’INTERVENTIONS

12La figure 21 illustre un arbre de décision concernant les types d’interventions possibles selon le type de réseau. L’approche présentée dans ce chapitre (partie ombragée de la figure) s’applique pour les familles où la délinquance est due à un blocage à la crise de l’adolescence. Elle s’applique également pour les réseaux dépassé ou vulnérable ; cependant la famille ne peut y arriver seule et a besoin d’aide extérieure, soit pour les parents (groupe de type « Toughlove »), soit pour l’adolescent (intervention d’un éducateur ou d’un aidant naturel). Étant donné que cette approche est axée sur les problèmes graves de délinquance, la démarche initiale consiste à mettre fin aux comportements délinquants, quelle que soit la cause du comportement délinquant. Même lorsqu’il s’agit de familles à l’intérieur desquelles les liens sont très positifs, les comportements délinquants sont tellement excessifs que les parents en sont devenus les otages ; c’est pourquoi il est indispensable de prendre les moyens pour y mettre un terme.

Figure 21. Arbre de décision selon le type de délinquance

Figure 21. Arbre de décision selon le type de délinquance

13Toute l’approche repose sur la thérapie familiale (carré du centre) et elle a pour objectif de redonner le pouvoir aux parents afin qu’ils puissent apporter un encadrement et des règles. Cette approche est indiquée avec les parents à mentalité libérale qui sont opposés à l’autoritarisme, et avec les parents qui, à cause de leurs difficultés, n’ont pas eu l’énergie et la motivation nécessaires pour instaurer la discipline. Comme il s’agit d’adolescents, il est encore possible de dénouer la crise par la thérapie familiale. Celle-ci amène soit un changement dans les interactions à l’intérieur de la famille, soit une rupture psychologique. L’accompagnement et l’entraide viennent compléter et renforcer l’intervention du thérapeute. L’action du thérapeute se concentre donc sur la thérapie familiale à court terme, les approches d’accompagnement relevant surtout de la compétence des psychoéducateurs ou des aidants naturels.

14Par ailleurs, cette approche ne convient pas pour les autres types de familles aux prises avec la délinquance ; elle est même à proscrire dans certaines situations, car elle risquerait d’empirer les problèmes. Lorsqu’il s’agit de familles multiproblématiques qui risquent de devenir abusives, l’approche est tout à fait différente ; elle sera définie dans le chapitre suivant. La thérapie familiale ou individuelle a un objectif tout autre, elle vise à la réappropriation des expériences infantiles traumatisantes. Ainsi que nous le verrons dans le chapitre suivant, les interventions thérapeutiques ne sont qu’un des éléments de programmes multidimensionnels. Ceux-ci comprennent également l’accompagnement, l’éducation aux compétences parentales, l’aide concrète et l’entraide. Quant aux familles criminalisées, les mesures pénales sont le seul et l’unique recours pertinent.

CE SONT LES ADULTES QUI « ONT LE PROBLÈME »

15Étant donné que le comportement délinquant est un malaise qui est agi au lieu d’être ressenti, ce sont souvent les adultes (professeurs, parents) qui ont le problème (c’est-à-dire qui sont préoccupés par le problème), parce que le comportement du jeune les « dérange » ou qu’il constitue une réaction aux attitudes des adultes. La principale difficulté qui en résulte est que ce n’est pas le jeune qui ressent le besoin de changement et que ce n’est pas lui qui définit le problème ou qui fait une demande d’aide.

16En ce qui concerne les parents, ils ont alors tendance à penser que le problème ne les regarde pas et ils souhaitent que l’on « guérisse » leur enfant. Quant à l’école, les interventions auprès des adolescents en difficulté sont souvent axées sur le comportement dérangeant ; on cherche surtout à diminuer ces comportements sans tenter de les situer dans le contexte du milieu familial. Cette situation est aggravée du fait que les contraintes liées au milieu scolaire ne donnent pas au personnel de l’école la possibilité de connaître tous les facteurs liés au milieu de vie de l’adolescent et qui influencent la situation. L’école, comme tout système refermé sur lui-même, est portée à rejeter la responsabilité sur l’extérieur. Les parents sont ainsi les premiers à être tenus responsables des problèmes vécus à l’école, ce qui ne favorise pas la communication entre parents et professeurs.

17Il est donc très important de rétablir la collaboration entre les parents et les professeurs car cela peut contribuer à empêcher la baisse d’estime de soi. C’est un premier pas qui souvent permet de rebâtir un cycle générateur de sentiments de compétence entre parents et jeunes. En effet, si les interventions en thérapie de famille ont réussi à recréer un cycle de compétence entre les parents et l’enfant, l’établissement d’une collaboration entre la famille et les professeurs va aider à renforcer le sentiment de compétence.

LES INTERVENTIONS FAMILIALES

DIMINUER LA CULPABILITÉ DES PARENTS

18L’établissement d’une alliance thérapeutique avec ces familles commence par la déculpabilisation des parents. Tous les parents se sentent coupables de nos jours ; ils entendent constamment des messages tels que « Avez-vous serré votre enfant dans vos bras aujourd’hui ? », les magazines populaires sont remplis de petits tests sur la communication avec les adolescents. On comprend facilement que cette culpabilité puisse s’exacerber lorsque leur adolescent a un comportement répréhensible qui fait que, chaque jour, ils vivent des échecs comme parents. La société, et plus particulièrement l’école, tient les parents responsables des actes de leurs enfants. Lorsque le comportement délinquant de l’adolescent rend la vie de tout le monde difficile, cela indique clairement que les parents ont échoué dans leurs tâches. Ces derniers s’attendent à ce que le thérapeute, lui aussi, les tienne pour coupables. Même l’attitude d’écoute non directive peut être interprétée comme une confirmation de leur culpabilité. C’est pourquoi le thérapeute doit d’abord leur faire exprimer leurs sentiments, puis ensuite afficher clairement ses couleurs. Il doit s’employer activement à déculpabiliser les parents et à dénoncer les personnes qui les font se sentir coupables. Il est leur allié et son rôle consiste à les soutenir afin de les aider à traverser cette crise. Il faut faire voir aux parents que ce sont les circonstances particulières dans leur famille qui expliquent la gravité de la crise de l’adolescent.

Dans certaines familles où le comportement de l’adolescent est excessif (par exemple, une adolescente qui a fait de la prostitution pour s’acheter de la drogue), il est difficile d’empêcher les parents de se culpabiliser ; ils sont profondément persuadés qu’il y a quelque chose qu’ils ont négligé de faire ou qu’ils auraient pu faire mieux. Je dois user de tout mon crédit en tant qu’expert en problèmes familiaux pour les convaincre qu’ils n’ont rien à se reprocher ; je leur dis que l’expérience clinique montre qu’à cet âge l’influence des pairs est plus grande que celle des parents.

19Le thérapeute sait être empathique face aux difficultés personnelles de chacun des parents. Il est essentiel qu’ils se sentent compris et en viennent à s’absoudre eux-mêmes, acceptant le fait que leurs difficultés les ont empêchés de remplir leur rôle de parents comme ils l’auraient souhaité. Une des façons d’y parvenir est de rappeler aux parents que la crise de l’adolescence est un phénomène universel que toutes les familles connaissent, même celle du thérapeute. Je me sers souvent d’une sorte de définition-cadre de ce qu’est une crise d’adolescence normale afin de normaliser et de dédramatiser la situation.

L’AUTODISQUALIFICATION DES PARENTS

20Avec ce type de familles, les résistances au changement et à l’intervention thérapeutique prennent la forme d’une autodisqualification des parents. Lorsque les parents se disqualifient ainsi, ils rendent impossible le travail thérapeutique parce qu’ils se retirent en tant que personnes importantes et actives dans la résolution du problème.

Les parents cèdent l’autorité au jeune

21La disqualification parentale la plus courante a évidemment rapport à l’adolescent. Certains parents sont très respectueux de leur enfant et lui ont toujours donné toute la place. En réaction aux interventions du thérapeute, ils vont se tourner vers le jeune et lui demander son opinion. Ils affirment que tout dépend de ce que leur enfant veut accomplir pour lui-même, car tout ce qu’ils désirent, c’est qu’il soit heureux et de faire ce qui est le mieux pour lui. Ce qui nous frappe quand on intervient dans ce type de familles, c’est le fait que les adolescents (des « adulescents ») se situent dans une relation d’égal à égal avec les parents, ils discutent sur le même pied. Ils ont pris toute la place qui leur a été accordée et on sent qu’ils sont habitués à ce qu’on accorde beaucoup d’importance à leur opinion et à leurs états d’âme. Il faut dire que ces valeurs sont très louables en soi ; elles sont certainement préférables à certaines valeurs passées qui donnaient beaucoup de pouvoir aux parents et laissaient très peu de place à l’enfant. D’ailleurs, on n’aurait rien à redire si le comportement irresponsable de l’adolescent délinquant n’entrait pas en contradiction avec son discours. L’autoritarisme répugne profondément aux parents, il est à l’opposé de leurs valeurs les plus profondes. Ils ont donné beaucoup de place à leur adolescent qui veut maintenant en prendre plus, ils comprennent très bien intellectuellement la nécessité d’instaurer des règles et d’imposer des limites, mais cela va à l’encontre de l’attitude permissive qu’ils ont eue jusqu’à maintenant.

22Lorsque le thérapeute intervient auprès de ces familles, il doit s’opposer à cette façon d’agir libérale et trop respectueuse. Aux parents il dit que l’adolescent a besoin d’être guidé par eux et que c’est seulement lorsqu’il se comportera de façon appropriée qu’il pourra jouir des privilèges qui sont consentis à ceux qui démontrent qu’il sont capables d’être en charge d’eux-mêmes. Il explique à l’adolescent les avantages qu’il pourra tirer du fait de vivre dans un monde prévisible où il connaîtra exactement ses droits et ses devoirs, ce qui peut lui épargner de subir des punitions arbitraires sans avertissement.

23Ce rééquilibre du pouvoir s’effectue d’ailleurs au début, lorsque les parents insistent pour que leur adolescent soit présent à la première entrevue. Il n’est pas rare que l’adolescent se plaigne que ses parents le forcent à venir en thérapie, et il faut alors, bien sûr, prendre parti pour les parents. Szapocznik et ses collaborateurs (1990) suggèrent au thérapeute de dire à l’adolescent qu’il comprend ses sentiments mais que cette insistance est l’expression de leur grande préoccupation à son sujet.

24Il faut s’attendre à ce que le jeune cherche à attirer l’attention si les parents commencent à se concerter, car il va tenter de les empêcher d’établir une alliance.

Un parent disqualifie l’autre parent

25Les tensions très grandes causées par le comportement de l’adolescent ont évidemment un grand retentissement sur la vie du couple. Ainsi, les désaccords s’expriment au grand jour et un des parents blâme l’autre pour le comportement de l’adolescent. Le thérapeute doit s’opposer à cette attitude car si l’un des parents est incompétent, les deux parents ne peuvent s’allier pour prendre en charge l’adolescent. Le thérapeute doit insister sur le fait que l’allusion aux comportements passés d’incompétence n’est pas pertinente dans la situation actuelle. Ici encore, il doit reformuler l’incompétence autrement ; en définissant la faiblesse comme de la sensibilité, la violence comme une tentative désespérée d’assigner des limites, la dépression comme le signe que le parent prenait la situation très à cœur. Le thérapeute doit continuer à concentrer son attention sur le besoin du jeune d’être guidé par ses parents et éviter de discuter des problèmes du couple, qui seront abordés après que le jeune mènera une vie normale. Enfin le thérapeute doit empêcher la triangulation (Szapocznik et al, 1990), la triangulation signifiant qu’une tierce personne est impliquée de façon inappropriée dans un conflit entre deux personnes, par exemple une forte alliance mère-fils qui sert à exclure le père de la relation de couple.

Les parents délèguent l’autorité aux experts

26Les parents peuvent avoir le réflexe de demander au thérapeute ou à un autre professionnel de prendre l’enfant en charge. Ils se sentent dépassés et impuissants et attribuent les problèmes à un grave trouble de la personnalité requérant l’intervention d’un expert. Le thérapeute doit tout faire pour remettre le pouvoir aux parents en leur indiquant que les troubles de l’adolescent ne relèvent pas du domaine de l’expertise médicale ou psychologique mais plutôt du domaine de l’expertise des parents. Souvent les parents ne savent pas que les difficultés de l’adolescent sont normales à cet âge et le travail du thérapeute consiste d’abord à les renseigner sur ce stade de développement. Le thérapeute doit donc refuser les étiquettes telles que maladie mentale, problèmes émotionnels, hyperactivité, etc., même si elles ont déjà été utilisées par d’autres professionnels, et les remplacer par des termes tels que enfantin, confus, rebelle, tannant, ayant besoin d’être orienté, etc. En fait, il faut opérer un recadrage cognitif et normaliser les problèmes dont les gens nous parlent en disant qu’il s’agit de difficultés normales dans une phase de transition. Il faut normaliser les choses en donnant des explications qui relèvent du sens commun. Le simple fait de demeurer silencieux peut ancrer le problème, c’est pourquoi il faut recadrer la situation comme étant normale. En somme il importe de définir les comportements non pas en termes de difficultés psychologiques ou psychiatriques, mais en termes qui signifient qu’ils peuvent être changés par les parents. Le thérapeute doit user de toute sa crédibilité professionnelle pour exiger des parents qu’ils expriment clairement leurs attentes face à l’adolescent de manière qu’ils puissent recouvrer leur autorité.

Je me rappelle une famille où les conflits entre le père et les fils étaient tellement sévères qu’ils aboutissaient à des comportements impulsifs et violents de part et d’autre ; toute la famille était en crise et le climat très explosif. Dans la famille, on commençait à parler des problèmes de santé mentale du fils et on songeait à demander une consultation en psychiatrie, même si le père et le fils avaient tous deux un comportement excessif. Je leur ai demandé de me décrire en détail, à partir du début, la séquence des événements jusqu’au dernier épisode ayant conduit à la crise. Tout cela avait commencé par le refus du fils d’acquiescer à la demande du père qui exigeait qu’il suspende son manteau dans la penderie. Je leur ai souligné le caractère très ordinaire de cet incident qui fait partie de la vie quotidienne de la plupart des familles. J’ai ajouté qu’après plusieurs années de pratique je n’avais pas encore rencontré d’adolescent qui répondait docilement à des demandes de ce genre. Je me suis dit surpris que ce geste d’opposition « normal » entraîne de tels excès, voulant de cette façon dédramatiser et normaliser une situation qui était devenue dangereuse.

Les parents disqualifient le thérapeute

27Le thérapeute doit fournir les renseignements sur ses qualifications car les parents ont le droit de les connaître, et s’ils demandent l’opinion d’autres professionnels, il peut leur proposer d’essayer son approche pendant un certain temps avant de la rejeter. Il peut également utiliser le paradoxe en les mettant au défi de démontrer son incompétence d’une façon telle qu’ils démontrent leur propre compétence, c’est-à-dire que le thérapeute est prêt à admettre son incapacité si cela a comme effet que les parents recouvrent leur autorité auprès de l’adolescent.

Il m’est arrivé parfois de mettre au défi des parents qui mettaient en doute mon évaluation du problème ou ma capacité à le résoudre. Je leur demandais de m’indiquer comment ils voyaient le problème et de quelle façon ils entendaient pouvoir le régler. Ensuite je les défiais de me prouver qu’ils avaient raison en pariant avec eux. Je faisais tout, bien sûr, pour perdre mon pari afin d’amener un changement qui serait dû à leurs efforts.

REDISTRIBUER LE POUVOIR

28Puisque la crise d’adolescence n’a pas été bien résolue au moment des premières difficultés, la situation s’est progressivement aggravée et les comportements inadéquats sont devenus de moins en moins tolérables ; le comportement abusif de l’adolescent empire à mesure que les parents se sentent de plus en plus dépassés. À cause de ce vacuum, les comportements rebelles qui exprimaient au début un désir normal d’autonomie ont pris de l’ampleur et visent à intimider pour avoir plus de pouvoir.

29La signification des comportements symptomatiques a changé progressivement. Ainsi, même si les premiers acting out de l’adolescent pouvaient avoir pour objet de renforcer l’union des parents, par exemple, ils sont devenus l’expression d’un besoin de pouvoir de type exploiteur. Au moment de l’intervention, c’est le comportement lui-même qui est le problème à corriger.

Ainsi, par exemple, au moment de l’intervention, la mère est bouleversée parce que son fils a vendu tous ses bijoux pour acheter de la drogue. Ce geste est l’aboutissement d’un processus d’aggravation des gestes délinquants qui au début consistaient, par exemple, à prendre occasionnellement de l’argent dans le sac à main de la mère.

30Il faut donc tenter de réinstaurer les règles et les limites qui auraient dû l’être plus tôt. Les difficultés particulières de ces familles peuvent s’expliquer, selon Madanes (1984), par la coexistence de deux hiérarchies non congruentes. Les parents sont dans une position supérieure car ils s’occupent d’un jeune déviant qui dépend d’eux pour le gîte et le couvert, la protection et l’argent de poche. Mais en même temps, ils sont dominés par le jeune, soit à cause de leur impuissance, soit à cause de ses menaces ou de son comportement dangereux. Pour être compétents comme parents, ils doivent exiger du jeune un comportement approprié pour son âge, mais s’ils le font, il peut en résulter des comportements extrêmes ou dangereux de la part du jeune. Si le jeune se comporte normalement, il perd le pouvoir que ses menaces et ses comportements extrêmes lui dorment sur ses parents.

Il m’arrive souvent de rencontrer des femmes qui ont dû élever seules un ou plusieurs garçons après avoir vécu une séparation très douloureuse qui a sapé toutes leurs énergies. N’ayant pas la force de vivre des affrontements continuels avec leur fils, elles ont pris l’habitude de céder, créant ainsi, comme je leur dis, un petit monstre. Le monstre a pris de plus en plus de place, et un pouvoir trop grand pour son âge, surtout s’il a servi de confident à la mère lorsqu’il était plus jeune. Je leur dis souvent que la crise de l’adolescence a été ratée et je recours parfois à la fable de La Fontaine où la grenouille a voulu se faire aussi grosse que le bœuf.

31La psychothérapie consiste essentiellement à revenir à la crise initiale et à la résoudre comme elle aurait dû l’être. Avec ce type de familles, on recommande une approche simple et directe qui est plus rigide qu’en thérapie familiale courante (Madanes, 1984). L’approche tout indiquée consiste à redonner le pouvoir aux parents de façon qu’ils soient constamment en position supérieure. À mesure que les parents recouvrent leur pouvoir, ils sont plus en mesure de faire face à leurs propres problèmes et le jeune n’a plus besoin d’exprimer le malaise conjugal de façon métaphorique. Dans cette approche, on s’en tient à des préoccupations concrètes, le thérapeute maintient que le jeune doit aller à l’école, exécuter les tâches ménagères et éviter la drogue et la violence. Le thérapeute renforce les interactions qui établissent que les parents ont du pouvoir sur le jeune et ignore celles où le jeune a le pouvoir. Le thérapeute fait en sorte d’approuver les paroles des parents dans lesquelles ils s’expriment comme compétents et responsables et de décourager celles qui indiquent qu’ils sont faibles, incompétents ou impuissants. Chez le jeune, on n’encourage pas les paroles montrant qu’il exerce un pouvoir sur les parents, mais on l’amène à définir sa position comme celle de quelqu’un qui appartient à une génération plus jeune et moins expérimentée. Donc, le thérapeute n’encourage pas l’expression de tous les messages, comme c’est le cas habituellement, mais accepte seulement certains types de messages de certains membres de la famille.

Dans ces familles, je vais souvent ignorer le jeune en ne prêtant pas beaucoup d’attention à ce qu’il dit et en m’adressant toujours aux parents. Toute mon attitude exprime le respect que j’ai pour les parents malgré la façon dont le jeune les traite. Si celui-ci affirme catégoriquement son désir de ne pas aller à l’école, par exemple, je vais lui dire que ce n’est pas à lui de décider et je demande à ses parents s’ils sont d’accord.

32Tout le travail thérapeutique consiste donc essentiellement à aider les parents à clarifier leurs attentes face à l’adolescent ; aller à l’école, travailler ou chercher du travail, adopter telle façon d’agir à la maison, se lever à telle heure le matin, rentrer à telle heure, le soir, etc. Les parents doivent s’entendre et établir des règles qui doivent être aussi spécifiques et aussi concrètes que possible, et il devrait y avoir des sanctions si ces règles ne sont pas suivies. La discussion des règles et de leurs conséquences constitue le travail de la thérapie. Chaque semaine, le thérapeute doit voir avec les parents si les règles ont été suivies et si les conséquences ont été appliquées.

33L’adolescent est souvent décontenancé, heurté et choqué par cet adulte qui a peu de respect pour lui. Les parents sentent que leur enfant est blessé par mon attitude et trouvent parfois presque révoltant d’avoir à appliquer une discipline rigoureuse ; certains sont même ahuris et me parlent de régime militaire. Quant à l’adolescent, il va de soi qu’on doit s’attendre à ce qu’il teste ses parents, mais le thérapeute doit s’employer à maintenir les parents dans une position d’autorité, ce qui va inévitablement provoquer une crise. L’objectif visé est de revenir au moment de la crise initiale et de faire revivre les émotions et les rôles appropriés. Mais cette crise que l’on cherche délibérément à provoquer, il faut savoir la voir venir et s’organiser pour qu’elle se produise devant soi. Il est beaucoup plus facile de voir venir les événements lorsque la crise se produit en notre présence qu’à l’extérieur du bureau.

34Il m’est arrivé fréquemment d’être l’objet de l’agressivité du jeune qui essaie de m’intimider, moi, cet étranger qui vient menacer l’équilibre et remettre en question des privilèges acquis. Certains sont grossiers et m’injurient, d’autres m’ont menacé d’un couteau ou encore de lâcher leur chien sur moi. Je réagis différemment selon les familles ; ainsi il m’est arrivé de me laisser insulter, car dans certaines familles on est habitué à se laisser insulter, mais on tolère mal qu’on insulte un étranger. Les parents expriment alors leur désaccord avec beaucoup plus de force qu’ils ne le font d’ordinaire ; si je laisse délibérément pourrir la situation en demeurant passif, les parents vont parfois réussir à stopper le comportement abusif. Je peux alors tabler sur cette première expression de force de caractère pour commencer à rétablir un climat familial qui va conduire à la diminution des comportements délinquants. Dans d’autres cas, je vais servir de modèle pour les parents en adoptant une attitude de calme face à la menace, de façon à leur faire la démonstration qu’il est très possible de ne pas se laisser intimider par leur enfant. Je vais ensuite les encourager à faire de même devant moi.

35Parfois je laisse le jeune brusquer sa mère ou son père devant moi, et je l’encourage même, tout en témoignant de ma surprise à la mère qui se laisse malmener ainsi. Il m’est arrivé de me moquer de la mère afin de lui rendre la situation intolérable. Il va de soi que, pour utiliser une telle stratégie, il faut avoir établi une forte alliance thérapeutique qui fait que la mère sait mon estime pour elle ; elle sait que c’est parce que j’ai du respect pour elle que je me permets de la critiquer.

Je me rappelle un cas où il était ahurissant de voir à quel point une mère, une femme très intelligente et dotée d’une riche personnalité, se laissait diriger par son dictateur de fils comme si elle était une marionnette. Celui-ci, un « monstre » produit du total laisser-faire dans la famille, avait beaucoup de difficultés à maîtriser son impulsivité de telle sorte que les gens en société ne pouvaient plus tolérer ses écarts de conduite. Je l’avais décrit comme quelqu’un qu’on devrait bientôt mettre en cage à moins que la personne la plus proche de lui réussisse à lui imposer des limites. La mère devait constamment se plier à tous ses caprices ; ainsi il fallait absolument qu’elle s’assoie à côté de lui, tous les soirs, pendant qu’il regardait le dernier bulletin météo avant d’aller se coucher. Je les avais obligés à regarder le bulletin de météo (du midi) devant moi en me moquant d’elle : « Comment une femme intelligente et sophistiquée comme vous peut-elle endurer un tel traitement ? », jusqu’à ce que la situation devienne intolérable pour elle et qu’elle en vienne enfin à faire usage de sa force de caractère et à remettre son fils à sa place.

Dans un autre cas, les comportements de deux « monstres » (vols, vandalisme, pyromanie, bagarres, etc.) les avaient placés devant un avis d’éviction de l’immeuble et une menace d’expulsion de l’école. Lorsque je suis arrivé à l’appartement, les deux petits « monstres » ont tout de suite dit qu’ils refusaient de participer à l’entrevue parce qu’ils avaient autre chose de plus intéressant à faire. Après avoir vanté ses très grandes capacités d’endurance, je m’étais gentiment moqué de la mère, lui disant qu’elle méritait le titre de sainte et martyre, étant donné qu’elle était prête à tout supporter de la part de ses petits monstres. Je l’ai mise au défi de réussir à les retenir et elle s’est mise à courir après eux pour qu’ils reviennent se rasseoir à la table ; je lui ai alors fait remarquer qu’ils la faisaient courir comme on fait courir un chat avec une boule de papier. Je lui ai rendu la situation tellement insupportable qu’elle a réussi à s’affirmer de façon plus catégorique face à eux. Les deux garçons sont revenus s’asseoir à la table à la fois parce qu’ils sentaient la force de caractère de leur mère et qu’ils étaient très curieux de voir la suite des événements avec ce thérapeute aux méthodes amusantes et peu orthodoxes.

36Parfois, la situation est à ce point bloquée que je dois recourir à des situations extrêmes pour dénouer l’impasse.

Dans une famille, un jeune ne réussissait pas à toucher ses parents avec ses comportements pourtant excessifs, comme un accident sérieux avec la voiture paternelle volée et le domicile familial qui avait échappé de peu à la destruction après avoir allumé un feu. Ces parents semblaient indifférents, étaient rarement présents à la maison et paraissaient indifférents à l’autre et à l’enfant ; ils entretenaient des liaisons extraconjugales tout en faisant semblant de ne pas en avoir. Au cours de la rencontre, j’ai demandé au jeune de planifier l’incendie de la maison familiale et nous avions élaboré des plans précis afin que cette fois il ne rate pas son coup. L’enfant, un peu décontenancé au début, avait fini par embarquer dans le jeu et les parents, scandalisés et secoués, s’étaient enfin mis en position d’être touchés par le jeune qui avait pu leur exprimer par ses émotions comment il vivait la situation ; puis un véritable échange émotif avait pu s’engager par la suite.

37Il m’arrive fréquemment d’avoir recours à la menace de placement afin de redonner du pouvoir aux parents. La menace de placement constitue une concrétisation du pouvoir potentiel des parents s’ils voulaient s’en servir. Que le jeune soit placé ou non est tout à fait secondaire, c’est la redistribution du pouvoir qui compte. L’emploi de cette tactique a toujours comme effet d’empirer le comportement abusif de l’adolescent et de provoquer sa colère, et la famille vit alors une crise où il est possible de faire revivre la crise normale de l’adolescence comme elle aurait dû être vécue. Si le placement doit avoir lieu, il ne doit pas être vécu comme un rejet, mais comme un expression des besoins des parents et de leur désir que leur adolescent réussisse sa vie.

38Le dénouement de la crise prend souvent la forme d’expressions émotives assez intenses qui débouchent sur des échanges émotifs assez profonds. Ou bien on réussit à rétablir un équilibre dans les relations tant sur le plan de la distribution du pouvoir que sur celui des échanges affectifs, ou bien on provoque une rupture constructive qui permet au jeune de faire la preuve de son autonomie face à ses parents. Cela dépend à la fois de l’âge du jeune et du degré de détérioration de la situation, et les parents doivent alors accepter de lâcher prise. Parfois, le temps est venu pour le jeune de continuer son développement avec d’autres personnes que ses parents. Il doit alors accepter le fait que ses parents ne changeront pas et acquérir son indépendance.

Je me rappelle un jeune délinquant dont le père avait une personnalité très forte et qui était très dur et exigeant pour son fils. Le père avait dû se débrouiller très jeune et avait très bien réussi en affaires. Nous avions aidé le jeune à accepter son père tel qu’il était et à se résigner au fait qu’il n’allait pas changer et qu’il demeurerait toujours aussi inflexible. De consentir ainsi à cette rupture psychologique lui a permis de se réaliser, à l’abri de confrontations parfois très violentes, et sans risque de se faire écraser.

39Le dénouement est positif lorsque le jeune se prend en main et accepte de s’autocontrôler, il peut alors se valoriser en aidant d’autres jeunes qui vivent des problèmes de délinquance et de toxicomanie.

40Comme on l’a vu plus haut, cette approche de redistribution du pouvoir est évidemment à proscrire dans les familles où il y a eu de l’abus ou de la violence et dans celles où la discipline est excessive car elle peut servir à justifier des façons d’éduquer condamnables. Les approches indiquées pour ce type de familles seront décrites dans le chapitre portant sur les familles abusives.

Je me rappelle un père de famille qui, à cause de son sentiment de vulnérabilité, avait compensé en instaurant un régime de discipline très rigide. À mesure que l’opposition de son fils grandissait, il renforçait encore plus son autorité parce qu’il se sentait menacé. Une telle inflexibilité ne pouvait mener qu’à un cul-de-sac, et le père avait fini par « casser », c’est-à-dire à perdre toute maîtrise de lui-même et toute autorité sur son fils de telle sorte qu’une situation de crises récurrentes s’était installée dans la famille. Le père et le fils réagissaient l’un à l’autre par des comportements impulsifs susceptibles de devenir dangereux ; ainsi, lorsque j’étais intervenu, le père m’avait montré la hache du fils encore plantée dans le mur. Il était hors de question que j’encourage une escalade dans les attitudes autoritaires, j’avais plutôt tenté de calmer tout le monde en encourageant chez les deux des attitudes de maîtrise de soi.

LE SOUTIEN AUX PARENTS

41Une fois que la situation problématique s’est dénouée ou stabilisée, le thérapeute peut se désengager car il a fait son travail et le temps est venu de partager la responsabilité avec les groupes d’entraide de parents et avec les aidants naturels, lesquels peuvent avoir une influence beaucoup plus grande que la sienne. Les autres parents sont aux prises avec les mêmes difficultés et peuvent donc apporter une compréhension et un soutien beaucoup plus appropriés que ceux du thérapeute. Qui peut mieux qu’un parent convaincre un autre parent d’appliquer une discipline plus sévère, puisque c’est ce qui lui a permis de s’en sortir.

42Dans la société actuelle, il est quasi impossible pour des parents aux prises avec un adolescent très délinquant de s’en sortir seuls ; l’entraide et l’encouragement de la part d’autres parents leur sont indispensables. Le thérapeute n’a comme seul moyen que sa propre force de persuasion, non seulement pour contrer le pouvoir d’attraction des pairs, mais aussi pour convaincre les parents d’exercer leur autorité alors que cela est presque contraire à leur nature. Il arrive souvent au thérapeute d’être frustré parce que les efforts considérables déployés pour renverser la tendance ne suffisent pas. Le recours à l’entraide qui vient des autres parents qui vivent des situations analogues peut s’avérer un outil puissant qui procure le soutien et la force supplémentaires que le thérapeute ne peut pas fournir.

43Les groupes d’entraide de type « Toughlove » (York, York et Wachtel, 1982 et 1984) répondent à ce besoin et leur très grande popularité tient à ce que la compréhension est une méthode particulièrement inefficace avec les adolescents délinquants et qu’il faut se résoudre à leur faire face. Un peu comme le mouvement des Alcooliques anonymes, le mouvement Toughlove a été fondé par des parents d’adolescents délinquants (qui étaient aussi des professionnels travaillant auprès des familles) qui étaient très insatisfaits de l’aide professionnelle qu’ils avaient reçue, particulièrement en thérapie familiale. Selon eux, la psychologie contribue à aggraver le problème, car elle est fondée sur le développement d’attitudes compréhensives, la communication verbale, l’ouverture, la franchise, la confiance et la nécessité de la cohérence entre les parents. Tout cela ne sert qu’à rendre les parents vulnérables face aux enfants manipulateurs. Par contre le mouvement Toughlove, qui signifie être dur en amour, vise à réapprendre aux parents à être intransigeants à l’égard du comportement de l’adolescent. De plus, ce mouvement est basé sur l’entraide afin que les parents se soutiennent entre eux pour apprendre à devenir plus durs. L’entraide se manifeste de façon très concrète : des parents vont intervenir pour essayer de retracer l’enfant d’un autre parent qui a fait une fugue, d’autres vont offrir d’héberger l’adolescent que ses parents ont mis à la porte parce qu’il ne voulait pas respecter les règles, d’autres vont aller en prison visiter l’enfant d’un des membres du groupe. Encore une fois, ainsi qu’on le disait plus haut, il ne s’agit pas là d’une approche qui est recommandable pour des parents négligents ou abusifs.

44Le praticien peut, bien sûr, adresser ses clients aux groupes Toughlove qui existent dans sa communauté, mais il peut aussi mettre sur pied ses propres ressources. Il va de soi que le praticien avisé n’adopte pas, tel quel, le modèle dans sa totalité mais en prend plutôt des éléments qui conviennent à la situation. Il faut se rappeler que le mouvement Toughlove a été fondé par des professionnels (en plus d’être parents d’adolescents délinquants) en réaction contre les services psychologiques insatisfaisants qu’ils avaient reçus ; la thérapie fait donc partie de leur démarche. Comme plusieurs éléments du mouvement Toughlove sont déjà intégrés dans la méthode de thérapie familiale décrite plus haut (voir les dix commandements dans l’encadré qui suit), je ne retiens personnellement de ce mouvement que l’élément d’entraide.

45Ainsi, lorsqu’il s’agissait de placer un enfant, j’aimais beaucoup avoir recours à la banque de familles que j’avais aidées au cours des années. Lorsqu’arrivait le moment crucial, au cours de la séance de thérapie familiale, j’avais à ma disposition une liste de noms de familles. Je pouvais les décrire, en réponse aux questions des parents, et on pouvait leur téléphoner sur-le-champ afin d’organiser la visite des lieux. Inutile de dire que ces démarches produisaient un gros effet sur l’enfant, et il voyait que ses parents étaient très décidés. Quant aux parents, une fois la décision prise, je notais un gros changement dans leurs attitudes : alors qu’ils étaient auparavant agressifs et parfois intolérants, ils étaient maintenant attentionnés et préoccupés du sort de leur enfant ; ils s’efforçaient de choisir la meilleure famille possible. C’est comme si l’amour pour leur enfant pouvait enfin s’exprimer librement parce qu’il n’était plus entravé par l’agressivité. J’ai souvent observé que leur sentiment de rejet disparaissait à partir du moment où il était accepté et justifié, parce que compréhensible dans les circonstances.

LES DIX COMMANDEMENTS DE TOUGHLOVE
1) Les problèmes familiaux sont le reflet des nouvelles valeurs de là société contemporaine. Les théories qui attribuent la cause des problèmes de l’adolescence aux interactions familiales ne tiennent pas compte des changements de société ; ainsi la consommation de drogues est due au fait qu’elle est très facile à obtenir et non pas aux méthode éducatives des parents.
2) Les parents ne sont pas des dieux. Ils ne sont pas parfaits et font beaucoup d’erreurs ; ils doivent accepter leurs erreurs et se pardonner.
3) Ressources limitées. Les ressources matérielles et émotionnelles sont limitées ; il faut l’accepter et le faire comprendre à l’adolescent.
4) Parents et enfants ne sont pas égaux. C’est le plus difficile des commandements à accepter. Les parents ont la responsabilité de guider leurs enfants et ont un meilleur jugement qu’eux à cause de leur expérience.
5) Blâmer les gens les maintient dans l’impuissance. Toute la société semble blâmer les parents.
6) Les comportements des enfants affectent les parents et vice-versa. Si les parents sont craintifs face au comportement de leur enfant, ils devraient l’exprimer au lieu de se croire obligés de demeurer calmes et sereins.
7) Le fait de tenir son bout va provoquer une crise.
8) La crise contrôlée donne lieu à des changements positifs :
9) Les familles doivent donner et recevoir de l’aide dans leur communauté afin de changer.
10) La raison d’être de la vie de famille est la coopération et non le fait d’être tous ensemble. La coopération suppose que tout le monde travaille ensemble afin d’améliorer la vie familiale au lieu que les enfants soient perçus comme des objets d’amour qui doivent se contenter d’être présents.

L’ACCOMPAGNEMENT

46Les approches traditionnelles de réseau social en matière de délinquance pour les divers types de réseau visent soit à renforcer le lien parents-adolescents, soit à remplacer les influences négatives des pairs délinquants par des liens avec des adultes non délinquants. Des éducateurs de rue peuvent également essayer de contacter les gangs de délinquants pour essayer d’exercer sur eux une influence positive (Hawkins et Fraser, 1983a) ou pour changer la composition du réseau, comme dans le cas des toxicomanes (Hawkins et Fraser, 1983b). Il existe une tradition d’interventions des travailleurs de rue qui rejoignent les jeunes délinquants dans les lieux où ils se tiennent.

Une travailleuse de rue que je connais avait comme objectif d’ouvrir une maison de jeunes afin d’offrir un lieu de rencontre pour les jeunes qui s’adonnaient au vandalisme dans son quartier. Elle a rejoint les jeunes dans les arcades où ils se tenaient et, ayant dissipé leur méfiance, elle leur a parlé de son projet. Ils se sont occupés de trouver un local, puis de l’aménager ; c’est devenu leur maison de jeunes.

47La plupart des organismes qui viennent en aide aux jeunes sans-abri ou aux jeunes prostitués recourent au travail de rue.

TRANSFORMER LE DÉLINQUANT EN AIDANT

48Dans le domaine de la délinquance, les jumelages d’entraide de type symétrie simultanée (deux jeunes vivant le même problème) ne constituent pas la meilleure stratégie au départ, car l’expérience a souvent montré que les jeunes n’ont pas complètement vaincu leurs difficultés. Loin d’être aidants, leurs efforts sont négatifs et même nuisibles ; peut-être faudrait-il songer à emprunter les règles très strictes des Narcotiques anonymes qui exigent deux ans de sobriété pour pouvoir devenir aidant.

49Par contre les jumelages de type complémentaire peuvent parfois être utiles. Ainsi, un adolescent au comportement délinquant peut en aider un autre qui est bouc émissaire.

Dans une école spéciale où j’étais consultant, j’avais organisé une séance réunissant plusieurs familles dont l’enfant était un bouc émissaire ou un tortionnaire de ce bouc émissaire. Pour les parents des boucs émissaires, c’était enfin l’occasion de rencontrer face à face non seulement celui qui terrorisait leur enfant, mais aussi ses parents, et de se rendre compte que ce n’était pas un monstre. Cette séance avait été particulièrement animée et stimulante ; on avait vu, par exemple, un enfant donner des conseils aux parents d’un enfant bouc émissaire, et un enfant tortionnaire se faire tout petit devant son père doté d’une forte personnalité. J’avais été très frappé par les échanges très positifs entre les tortionnaires et les boucs émissaires. Un des tortionnaires avait complimenté un bouc émissaire pour avoir réussi à lui tenir tête au cours d’un récent affrontement. Les comportements de bouc émissaire ont cessé après ces échanges, car ceux-ci se sont rendu compte qu’il s’agissait d’une sorte d’épreuve initiatique qu’ils avaient réussie mieux qu’ils ne pensaient.

LE JUMELAGE AVEC DES AIDANTS NATURELS

50Ce sont les jumelages avec des aidants naturels qui constituent la forme la plus répandue d’entraide auprès d’adolescents délinquants. Les aidants naturels ont eux-mêmes été des délinquants, ils peuvent donc très bien les comprendre et jouissent d’une grande crédibilité.

51Une aidante naturelle, ayant très à cœur que les jeunes toxicomanes ne connaissent pas l’enfer qu’elle avait connu, les contactait dans la rue à Québec, leur donnait un coup de pouce et parfois arbitrait leurs batailles. Elle avait été danseuse nue pour payer sa drogue et avait essayé de se tuer. Elle avait beaucoup de charisme, et sa méthode, c’était sa personnalité ainsi que les stratégies qu’elle avait elle-même utilisées pour s’en sortir.

52Il existe dans les Laurentides, au nord de Montréal, un réseau d’aidants naturels qui recueillent les « cas désespérés » parmi les jeunes délinquants et toxicomanes. Ces jeunes ont des problèmes d’adaptation importants (incapacité de garder un emploi, vol, vandalisme, consommation élevée de drogues et d’alcool). Les aidants naturels sont d’anciens criminels qui se sont « pris en mains » et veulent aider des jeunes en leur épargnant de vivre les difficultés qu’ils ont eux-mêmes connues. Ils ont de petites maisons d’hébergement qui, outre qu’elles offrent gîte et couvert, fournissent un encadrement qui les aide à stopper leur consommation et à réintégrer le marché du travail et qui les amène à vivre de façon autonome en appartement. Des jeunes qui ont eux-mêmes réussi à s’en sortir font également partie de l’équipe d’intervenants. Cette façon d’intervenir s’est révélée très efficace avec ces adolescents, mal desservis par le réseau public, et les objectifs ont été atteints chez la majorité d’entre eux. Selon les observations d’une étudiante en psychologie qui y a fait un stage d’observation participante (Bélanger, 1994), les méthodes utilisées par ces aidants peuvent paraître brutales et heurtent plusieurs valeurs des praticiens professionnels. Par contre, ils se donnent sans compter et font preuve d’une grande tolérance à l’égard des frasques des jeunes ; quels que soient les comportements de ceux-ci, jamais ils ne vont les rejeter.

Ces aidants naturels ne lésinent pas sur les moyens lorsque les jeunes n’accomplissent pas les travaux qu’ils sont tenus de faire. Un jeune refusait de s’occuper des ordures, ce qui était pourtant la tâche qu’il devait accomplir chaque semaine. Un de ces aidants naturels nous a raconté qu’il a vidé le sac d’ordures sur le jeune encore au lit afin de lui rappeler ce qu’il avait à faire. Par ailleurs, ce même aidant naturel offre une disponibilité presque sans limite, et il me disait que c’était toujours au milieu de la nuit que les jeunes venaient le réveiller lorsqu’ils avaient besoin de se confier. Une fois, il a même passé la nuit devant la porte de la prison où l’un de ses jeunes venait de se faire incarcérer.

Une des choses qui m’ont frappé lorsque j’ai visité ces maisons, ce sont les murs et les portes défoncés qui témoignent du climat qui règne dans ces maisons. Les jeunes expriment ainsi leur frustration et leur rage, et souvent les aidants naturels vont les laisser faire leur crise, puis vont leur demander de réparer lorsque c’est encore faisable.

La gestion du réfrigérateur constitue un problème de fond pour ces aidants naturels. On reconnaît le « style » de l’aidant naturel à la façon dont il gère l’accès à cet appareil. Dans une maison, j’ai vu qu’il y avait deux réfrigérateurs dont l’un était fermé à clé ; il y avait d’ailleurs un nouveau trou dans le mur de cette maison pourtant fraîchement réparée et repeinte. Seul un jeune, qui venait de se trouver un emploi, avait accès à ce réfrigérateur fermé à clé, où il prenait la nourriture qu’il s’était payée. Le couple qui tenait cette maison avait choisi de servir de la nourriture de qualité très moyenne aux jeunes afin que l’écart avec la nourriture de qualité des jeunes « méritants » pousse les autres à se trouver aussi un emploi.

53Ces aidants naturels transportent avec eux les valeurs issues de leur passé criminel, et les intervenants, qui ont mandat judiciaire, doivent parfois fermer les yeux à cause de la très grande confiance que les jeunes leur témoignent. Surtout, ils se donnent corps et âme pour aider ces derniers, et il est d’ailleurs intéressant de noter qu’ils disent tous avoir été aidés à un moment déterminant de leur « carrière » et qu’ils veulent redonner aux jeunes l’aide qu’ils ont reçue.

54Les aidants naturels peuvent même jouer, à l’occasion, le rôle de cothérapeutes. Ainsi Fishman (1993) les invite à des séances de psychothérapie familiale. Il considère qu’ils sont particulièrement utiles, surtout lorsqu’il s’agit d’anciens bons amis qu’un adolescent est en train d’abandonner pour se joindre à un groupe de délinquants. Leur témoignage est beaucoup plus crédible auprès de l’adolescent que celui des parents en ce qui concerne les comportements délinquants, d’autant plus que ces amis prennent beaucoup de risques en collaborant avec un psychothérapeute car ils peuvent être rejetés par leurs pairs en s’associant avec un adulte. C’est une stratégie que j’ai aussi utilisée à l’occasion, par exemple en invitant un ex-toxicomane à une entrevue familiale afin d’évaluer le degré de chronicité des habitudes de consommation ou, encore, de vérifier jusqu’à quel point l’adolescent a vraiment cessé sa consommation. Mais à la différence de Fishman, ce n’est pas uniquement aux yeux du jeune que cet aidant naturel avait de la crédibilité, mais également aux yeux des parents, qui accordaient beaucoup d’importance à l’opinion de cet « expert ». La participation de l’adolescent à un groupe de Narcotiques anonymes ou l’organisation d’un suivi par un psychoéducateur sont souvent indispensables pour consolider les changements amorcés en thérapie.

© Presses de l’Université de Montréal, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search