Version classiqueVersion mobile

L’intervention clinique communautaire

 | 
Jérôme Guay

Première partie : le modèle d’intervention

4. Retisser les liens et renouer avec le cycle de réciprocité

Texte intégral

1La dernière étape (logique) du processus marque le retrait du thérapeute qui, après avoir investi beaucoup de lui-même afin de mobiliser les forces de changement, partage sa responsabilité avec les personnes significatives du milieu. Ou bien il se retire pour laisser la place aux personnes du milieu, ou bien il poursuit une relation individuelle non exclusive où le partage se fait en partenariat. L'exemple présenté au premier chapitre avait montré comment on peut passer d'une relation exclusive, qui risquait de s'inscrire dans un rapport de dépendance, à un type de relation où le client renoue des contacts avec son réseau social. Le thérapeute sert de modèle pour inciter le client à s'inscrire dans des rapports de réciprocité.

2Dans la partie ombragée de la figure 14 sont énumérées les différentes stratégies d'intervention décrites dans le présent chapitre. Il s'agit d'abord de retisser les liens avec le réseau social, soit en apportant du soutien au réseau, soit en réactivant les liens, soit en créant un réseau. Ensuite, la démarche consiste à renouer avec le cycle de réciprocité, soit par un partenariat avec les associations, soit en transformant le client en aidant, soit en collaborant avec les aidants naturels.

RETISSER LES LIENS AVEC LE RÉSEAU SOCIAL

3Dans chaque intervention individuelle, le thérapeute doit toujours penser à amener la personne à rétablir les liens avec les personnes qui font partie de son environnement social. Durant ma formation, on me répétait souvent qu'il faut parler de la fin de la psychothérapie dès la première entrevue. Cela est encore plus vrai pour le modèle défini dans ce livre ; il faut préciser dès le début que la relation sera ou bien de courte durée, ou bien partagée avec d'autres aidants.

Figure 14. Retisser les liens

Figure 14. Retisser les liens

4Cela est d'autant plus important que la relation compréhensive et aidante du thérapeute peut devenir très attrayante pour ces personnes isolées, marginalisées et mal aimées. Je dis souvent aux professionnels que je forme qu'ils ne doivent pas s'étonner que leurs clients soient très attachés à eux. C'est la première fois de leur vie qu'ils font l'expérience d'une relation humaine avec une telle qualité d'écoute et de compréhension, il est normal qu'ils ne veuillent pas qu'elle prenne fin. Il s'agit là d'une « dépendance » tout à fait naturelle ; ne sommes-nous pas nous-mêmes « dépendants » des gens qui nous sont les plus proches ? Lorsque cet attachement commence à être vécu comme très lourd pour les praticiens, ils souhaiteraient alors effectuer un jumelage avec un aidant naturel et ils sont décontenancés quand le client refuse. Je comprends, quant à moi, très bien que celui-ci ne veuille pas mettre fin à la relation. En somme, le thérapeute ne doit jamais devenir la personne la plus significative dans la vie des clients, il est plutôt une personne-ressource qui établit une alliance thérapeutique, laquelle peut être temporairement intensive, dans le but d'éduquer et de servir de modèle.

5J'ai défini dans un ouvrage antérieur plusieurs stratégies d'intervention de réseau, résumées dans l'encadré présenté plus bas, selon lesquelles l'objectif de retisser les liens peut se réaliser auprès de toutes les clientèles de première ligne (Guay, 1992). La deuxième partie de cet ouvrage présente diverses approches, conçues en fonction des différents types de clientèles dites « lourdes ».

LES INTERVENTIONS DE RÉSEAU
1) Apporter du soutien au réseau
Le soutien aux personnes soutiens Les proches qui souffrent des comportements symptomatiques d'une personne désirent que la situation change. Ces proches et les personnes soutiens, qui deviennent les premiers clients du professionnel, doivent être accueillis, soulagés de leurs angoisses et compris dans leurs besoins de soutien. Il n'y a pas d'intervention spéciale pour soulager les personnes soutiens. Toutes les méthodes d'intervention sont pertinentes dans la mesure où elles ont comme objectif de transférer une partie de la tâche et de la responsabilité de la prise en charge à d'autres personnes. Le soutien peut prendre la forme de mesures de répit ou de services directs à la personne en difficulté.
Cependant, il ne s'agit là que d'une solution partielle car le répit ne constitue qu'une mesure indirecte qui survient comme conséquence du service direct procuré au client désigné. Dans les situations de surcharge sévère, cela a comme effet à la fois de dénaturer la nature même du service direct au client désigné et de priver la personne soutien de tout le répit dont elle aurait besoin. Ainsi, par exemple, il n'est pas rare que, dans le cas d'une mère qui prend soin d'un enfant lourdement handicapé, celle-ci utilise les moments libérés par les services professionnels pour faire des emplettes ou s'adonner à des activités de loisir. Dans l'approche réseau, la personne soutien est un client de plein droit de telle sorte que ce sont ses besoins propres qui sont évalués afin d'y répondre directement. Ainsi la lourdeur de la prise en charge est évaluée de même que les conséquences sur son développement personnel.
Dans les cas de personnes qui souffrent de problèmes sévères en santé mentale, par exemple, les services d'un agent de réinsertion sociale qui accompagne le psychiatrisé dans ses tentatives de réintégration communautaire constituent un moyen privilégié pour soulager la personne soutien. Une prise en charge d'appoint par un établissement, tels des hébergements de fin de semaine, permettront à la personne soutien d'obtenir un peu de répit. De façon générale, on peut dire que toute amélioration dans l'accessibilité des services professionnels, qui peuvent être facilement et rapidement disponibles, contribue énormément à alléger la charge de la personne soutien. On peut également faire appel aux autres membres de la famille, qui ne font pas partie de la triade parents-enfants, à des amis, à des aidants du voisinage ou à des bénévoles. Le fait d'être actives dans des groupes d'entraide permet aux personnes soutiens de partager leur vécu émotif avec d'autres personnes soutiens et même de faire des demandes collectives pour obtenir des services plus appropriés. Enfin, il est parfois nécessaire de planifier des rencontres de réseau afin de coordonner la répartition de services professionnels et non professionnels, à cause de la lourdeur et de la multiplicité des problèmes.
Le soutien au réseau Parfois, ce sont toutes les personnes faisant partie de l'entourage social du client qui ont besoin d'être soulagées parce qu'elles vivent beaucoup de frustration à cause des demandes d'aide incessantes de la part de leur proche insatiable et perpétuellement insatisfait. Le premier effet qu'a sur ces personnes le fait de les réunir, c'est de leur faire apercevoir qu'elles vivent toutes la même frustration et de l'exprimer ensemble devant la personne, ce qui conduit tout naturellement à une modification des façons de demander et de recevoir l'aide, de telle sorte que le processus devienne gratifiant pour tout le monde. Il n'est pas rare que, lors de ces rencontres de réseau, le thérapeute obtienne des informations qu'il lui prendrait des mois à recueillir en entrevue individuelle.
Ces rencontres de réseau, dont l'objectif est de soutenir le réseau, peuvent être très utiles lorsqu'il s'agit de personnes qui souffrent de troubles sévères de caractère ; car elles fournissent l'occasion aux proches et aux amis d'exprimer leur insatisfaction face aux comportements répréhensibles, ce qui apporte un outil de plus au thérapeute pour amorcer le changement. Les rencontres peuvent également avoir pour objet d'aider un réseau du voisinage à supporter le stress que peuvent leur occasionner les comportements d'un patient psychiatrique. Ces interventions ponctuelles d'urgence visent d'abord à offrir un soutien et à soulager lorsque les comportements des personnes sont vécus comme dérangeants, menaçants ou lourds à supporter.
2) Réactiver les liens existants
Les interventions ont pour objet de mobiliser le réseau en réactivant et en stabilisant le réseau de soutien social lorsque ses ressources d'entraide sont inactives, discontinues ou instables. Les ressources d'entraide qui existent dans l'environnement social des usagers étant souvent ponctuelles, l'intervenant devra jouer un rôle de coordination des ressources d'aide formelles et informelles, de catalyseur ou de médiateur. Il s'agit en fait de renforcer des liens qui existaient déjà.
Le premier niveau d'intervention touche la famille immédiate, les liens dont la stabilité dépend du sentiment d'obligation morale qui lie les membres de la cellule familiale (conjoints et parents-enfants). Le deuxième niveau d'intervention concerne les autres personnes de l'environnement social extra-familial. Le milieu social est très hétérogène, les diverses personnes qui le composent ont leurs particularités ; il est essentiel de tenir compte de la spécificité de leurs contributions respectives. Cette variété de personnes comprend les membres de la famille, les proches autres que la personne soutien, la famille éloignée, les amis, les voisins, les personnes pivots qui, dans leur travail quotidien, entrent en contact avec les autres citoyens (serveur, serveuse, propriétaire de petit commerce, etc.).
Les tables de répartition de services Les tables de répartition de services sont des rencontres de réseau ponctuelles qui regroupent la personne au sujet de laquelle on fait une demande de service, la personne soutien, tous les autres membres de la famille qu'il est possible de joindre, des amis et des voisins intéressés, tous les intervenants professionnels susceptibles d'intervenir ainsi que des intervenants travaillant dans des groupes communautaires. Elles ont comme fonction de soulager la personne soutien, de mobiliser des ressources inactives, d'en créer sur mesure au besoin et de coordonner les actions de toutes les personnes concernées. L'objectif de ces réunions est de répartir les tâches à la suite d'un inventaire approfondi des besoins (autant positifs que négatifs) et des ressources disponibles.
3) Créer un réseau
Lorsqu'une personne n'a pas de réseau social ou que ce dernier est inadéquat, une des stratégies de l'intervenant consiste à créer des liens entre les personnes, à dénouer les impasses ou à faire des jumelages entre les personnes.
Les jumelages Les jumelages entre clients et aidants naturels constituent des formes d'interventions communautaires qui s'ajoutent tout naturellement aux interventions cliniques. Quand le réseau est faible, dépassé et que les personnes souffrent d'isolement, les interventions permettent de créer ou d'agrandir le réseau social en forgeant des liens. Le professionnel est bien placé pour effectuer des jumelages d'entraide. Puisque son propre caseload devient une sorte de banque personnalisée d'aidants naturels, il connaît très bien les affinités des uns et des autres et peut ainsi effectuer des jumelages judicieux entre ses clients. Plus la connaissance des milieux et des réseaux d'aide augmente, plus les jumelages deviennent faciles : la banque de personnes-ressources connues par les intervenants se diversifie et les possibilités de jumelages augmentent. À mesure que s'accroît son expérience, le praticien en vient à utiliser une sorte de grille qui lui permet d'évaluer l'affinité entre les personnes, non seulement en fonction du vécu, mais également en fonction de l'âge, de la classe sociale et du caractère. La mise sur pied du groupe d'entraide Lorsque plusieurs personnes marginalisées vivent les mêmes difficultés, les jumelages peuvent parfois aboutir à la formation de groupes d'entraide. Comme pour les jumelages, les groupes d'entraide ont plus de chances de réussir s'ils s'adressent à des marginaux qui ont été mis à l'écart des clans ou de leur réseau. Pour renforcer un réseau de marginaux, il s'agit de reconnaître les compétences de ceux-ci en considérant leur niveau d'autonomie.

6Il va de soi que ce sont les personnes concernées qui ont le dernier mot pour choisir les personnes qui vont être présentes, et leur motivation à s'impliquer dans la résolution de leurs problèmes va se manifester par leur participation active dans l'organisation de la réunion.

7En ce qui concerne la réactivation des liens avec les membres de la famille ou les amis qui se sont éloignés, il arrive souvent que, au moment de la prise de contact avec le professionnel, les proches se sont désengagés et ont perdu tout intérêt à cause de l'inutilité de leurs efforts en vue d'améliorer la situation. Parfois les comportements symptomatiques ont suscité beaucoup de frustration et même de l'agressivité chez les proches, et il est alors nécessaire de faire une intervention qui les incite à confronter la personne symptomatique à propos des effets négatifs de ses agissements avant qu'il soit possible de rétablir une relation aidante ; on appelle cette approche la mobilisation du réseau.

8Lorsqu'il devient nécessaire de susciter la création de nouveaux liens, les premières personnes contactées sont souvent celles qui travaillent dans les associations qui procurent un type de services dont les clients ont besoin.

LE PARTENARIAT AVEC LES ASSOCIATIONS

9Bien que le psychothérapeute ne soit pas un intervenant communautaire et que sa formation ne l'ait pas du tout préparé à intervenir à ce niveau, sa contribution en tant que spécialiste de l'intervention psychologique est indispensable au sein d'une équipe interdisciplinaire.

10Comme l'avons déjà vu, la façon dont il va établir son rapport de collaboration est grandement déterminée par le type de relation qu'entretient l'établissement avec les associations de la communauté locale. Les établissements de services publics, en particulier les CLSC, n'ont pas de responsabilité administrative envers les communautés locales qu'ils desservent. C'est au Ministère et aux régies régionales qu'ils doivent rendre des comptes. Cette attitude se reflète chez les praticiens qui doivent rendre des comptes aux gestionnaires et qui ne se sentent aucune responsabilité à cet égard face aux citoyens, à moins qu'ils ne soient des usagers de leurs services (Godbout et Guay, 1989). Déterminés par les mandats et les contraintes de l'établissement où travaille le professionnel, les rapports de ce dernier avec les systèmes informels d'aide peuvent se comparer à ceux que les travailleurs d'une usine entretiennent avec l'environnement, c'est-à-dire qu'ils risquent d'exploiter jusqu'à épuisement les ressources d'entraide qui existent dans un milieu.

11L'échange ou le partage de la prise en charge est très difficile à cause du déséquilibre initial des ressources dont jouissent le professionnel et son établissement. Le professionnel n'amorce pas les relations à partir d'une position d'égalité puisque lui et son établissement possèdent plus de ressources personnelles et matérielles que les aidants naturels, sans compter la crédibilité associée à l'expertise professionnelle. Les rapports de partenariat entre les groupes communautaires et les services publics sont loin d'être aisés. Le véritable partage respectueux de la responsabilité est relativement rare ; plus souvent qu'autrement, on assiste à des tentatives de contrôle et de récupération, qui obligent les intervenants du milieu communautaire à établir ce que nous avons appelé la « collaboration vigilante », c'est-à-dire une forme de collaboration qui oblige à être constamment sur ses gardes pour éviter la cooptation (Godbout et Guay, 1989). Même des projets-démonstrations, dont l'objectif était pourtant d'établir une collaboration étroite en étant à l'abri des contraintes habituelles de la pratique, ont montré combien le partage de la responsabilité entre les professionnels et les réseaux d'entraide était difficile.

12La volonté de partenariat des services publics est donc, la plupart du temps, un vœu pieux même si des structures ont été mises en place pour assigner un rôle de premier plan aux associations dans la détermination des politiques et la répartition des ressources. Deux mots clés définissent les deux conditions indispensables à l'établissement du partenariat : la crédibilité accordée aux associations et l'équilibre des ressources. Étant donné que ces deux conditions existent rarement, il est assez difficile pour le praticien travaillant dans un tel contexte d'aborder les associations avec tout le respect que méritent ceux que l'on considère comme de véritables partenaires. La duplication ou la récupération est quasi inévitable à moins que ne soient instaurées des conditions exceptionnelles qui renversent les paramètres habituels. Il faudra songer à mettre en place des mécanismes qui donnent aux citoyens et aux membres d'associations un véritable droit de regard sur le fonctionnement de nos organismes et la façon dont les services sont fournis. Ainsi, le CLSC des Pays-d'en-haut, dont je parlerai plus loin, a mis sur pied dans chaque communauté locale des comités de concertation, composés de citoyens et de leaders locaux.

13L'intervenant doit s'insérer dans le cycle de réciprocité pour pouvoir établir un véritable partenariat avec les groupes communautaires, c'est-à-dire apprendre à donner avant de demander. Il lui faut trouver ce qu'il pourrait apporter à l'organisme plutôt que de le considérer, de façon utilitariste, comme pouvant combler les manques des services publics. Cependant, cette entreprise n'appartient pas seulement à l'intervenant, elle requiert l'appui total et le soutien actif de gestionnaires profondément convaincus ; cela apparaît comme un élément essentiel pour amener les changements de pratique nécessaires.

Premier exemple : des case managers se sont relayés pour assurer une permanence au local d'un groupe d'entraide pour malades mentaux, empêchant ainsi sa fermeture. La directrice de l'organisme était en congé de maladie à cause de son état d'épuisement psychologique dû à une surcharge de travail. Cette surcharge de travail s'expliquait par le fait qu'elle était seule à assumer à la fois les services aux usagers et la présence aux nombreuses tables de concertation et aux réunions de la Régie régionale. On voit à quel point l'insuffisance des ressources financières rendait très ardue la participation aux instances qui avaient pourtant été mises en place précisément dans le but de donner plus de pouvoirs aux associations. Cette situation a d'ailleurs amené les cadres de la Régie à recommander de doubler le budget de ces organismes afin d'engager une deuxième permanente.

Second exemple : des intervenants travaillant dans un établissement auprès d'handicapés physiques, sensoriels et mentaux ont su établir un tout nouveau type de collaboration avec une association paroissiale. Ils ont amorcé l'échange en donnant un coup de main aux bénévoles pour préparer les paniers de Noël avec eux. En s'inscrivant ainsi dans un rapport d'échange, ils ont mis fin au type de relation caractérisé jusque-là parla « collaboration vigilante » dont nous parlions plus haut. En effet, avant que ne s'amorce ce nouveau type de collaboration entre partenaires respectueux l'un de l'autre, les membres de l'association devaient constamment se surveiller afin de ne pas se faire « déverser » des bénéficiaires provenant de l'établissement. S'est alors amorcée une collaboration fructueuse.

14Pour corriger le déséquilibre dû au manque de ressources et de crédibilité des associations, les praticiens doivent s'impliquer activement ou puiser leur inspiration dans leur expérience comme membre de groupes communautaires. Lia Sanicola (1990) affirme que la pratique de l'intervention de réseau chez les jeunes travailleurs sociaux prend sa source dans leurs activités communautaires passées ou actuelles. En ce qui concerne ce dernier exemple, il est intéressant de noter que les praticiens m'ont dit qu'ils avaient pris leur propre activité passée dans des associations, plutôt que leur formation, comme point de référence pour guider leurs actions. Quant aux case managers, ils avaient eux-mêmes été membres de ces groupes avant d'être engagés comme professionnels.

15Les associations, en raison de leur appartenance au milieu, ont des valeurs et des façons de voir les choses très différentes de celles des services publics. Le praticien qui veut collaborer avec ces groupes communautaires ne peut faire autrement que d'en venir à partager ces valeurs. Sa contribution particulière consiste à les soutenir dans leur effort pour diminuer les effets négatifs dus à la façon dont les services professionnels sont fournis.

RENOUER AVEC LE CYCLE DE RÉCIPROCITÉ

TRANSFORMER LE CLIENT EN AIDANT

16La façon la plus radicale pour le thérapeute d'empêcher que la psychothérapie favorise une rupture dans le cycle de réciprocité est de transformer le client en aidant, car il lui fait quitter alors le rôle de bénéficiaire passif de services. Les jumelages d'entraide entre clients font appel au fameux helper-therapy principle, défini par Riessman, selon lequel c'est en aidant un autre qu'on peut le mieux s'aider soi-même. Selon Riessman (1990), il s'agit d'un rôle actif dans lequel l'aidant se sent moins dépendant, dans lequel il se sent bien parce qu'il a quelque chose à donner et en retire un sentiment d'utilité, parfois accompagné d'une élévation de son statut social. On amène les clients à vivre leurs compétences personnelles en les plaçant dans un rôle d'aidant face à une personne qui souffre de difficultés semblables ; cela peut même constituer un outil puissant de changement personnel pour le client puisqu'il se corrige lui-même en aidant quelqu'un d'autre à se corriger (Guay, 1992). De plus, les expériences de compétence, vécues dans un rôle d'aidant, peuvent amener les personnes à prendre leur vie en main et à dénouer leurs situations d'impuissance et d'aliénation. En effet, l'expérience de l'entraide peut conduire à l'appropriation sociale ou à la maîtrise de son destin (empowerment), parce qu'elle procure un sentiment de contrôle, l'assurance qu'on est capable de faire quelque chose pour corriger la situation.

17Lorsque je propose le jumelage d'entraide aux thérapeutes que je forme, j'insiste beaucoup sur le fait que cette stratégie fait appel à un mécanisme très puissant de changement psychologique. En effet, les écoles actuelles de psychothérapie cherchent à mettre en évidence les compétences et les aspects positifs des clients puisque le processus de changement psychologique est toujours accompagné d'une hausse de l'estime de soi. Or, y a-t-il meilleure façon de mettre en œuvre ces compétences que de les vivre concrètement ? (Guay, 1992). Le psychothérapeute qui choisit d'avoir recours à la stratégie des jumelages d'entraide doit nécessairement être persuadé que toute personne qui souffre de problèmes sérieux de santé mentale a les capacités d'aider quelqu'un qui souffre de problèmes analogues, et il doit aussi être capable d'accepter de ne pas être le seul à assumer la prise en charge. Le psychothérapeute est mieux placé que quiconque pour faire ces jumelages d'entraide. Puisque son propre caseload devient une sorte de banque personnalisée d'aidants naturels, il connaît très bien les affinités des uns et des autres et peut ainsi jumeler convenablement ses clients. De plus, il peut tenir compte des besoins de thérapie personnelle du client de sorte à pouvoir choisir le moment le plus approprié, lorsqu'il juge que le client a suffisamment repris de forces pour être capable d'en aider un autre. La difficulté la plus grande à laquelle doit faire face le thérapeute qui veut transformer le client en aidant, c'est l'histoire de prise en charge individuelle, surtout si elle a duré longtemps. Elle produit des effets iatrogéniques sur lesquels le professionnel doit intervenir avant de toucher les problèmes personnels et familiaux en tant que tels.

18Évidemment, les capacités d'entraide et le niveau de motivation varient dans le temps et d'une clientèle à l'autre, ainsi que nous le verrons dans les chapitres suivants. De plus, il n'est pas toujours facile d'effectuer des jumelages d'entraide entre personnes qui font partie de la même communauté en milieu rural. Le milieu rural est surtout constitué de clans familiaux, et il va de soi que le souci de préserver l'intimité constitue un obstacle de taille aux jumelages d'entraide entre personnes bien intégrées dans un clan familial. Par contre cette même stratégie apparaît irremplaçable pour les personnes marginalisées par rapport à ces clans familiaux, soit à cause de leurs comportements, soit parce qu'elles étaient nouvellement arrivées. En effet, si les premières entretiennent une crainte justifiée de voir leur univers intime envahi, les autres peuvent y retrouver un réseau social d'appartenance (Guay, 1995).

COLLABORER AVEC LES AIDANTS NATURELS

19Les aidants naturels sont des personnes qui apportent une aide de façon informelle dans leurs activités quotidiennes, sans faire partie d'un organisme ou sans remplir une fonction officielle de bénévole. Le type de soutien que l'aidant naturel peut apporter est fonction des stratégies d'adaptation qui lui ont permis de survivre et de passer au travers des expériences difficiles qu'il a connues. Le principe des aidants naturels est très répandu dans le monde de l'alcoolisme et de la toxicomanie, notamment par le parrain ou la marraine chez les AA et les NA ; certains organismes comme Portage sont d'ailleurs dirigés par d'anciens toxicomanes.

20La collaboration avec des aidants naturels est sans contredit le type d'intervention qui exige le plus grand changement dans les façons d'agir et elle exige des démarches qui sont assez coûteuses en temps et en énergie. Il faut prendre contact avec ces aidants dans la communauté et évaluer leurs affinités éventuelles avec des clients avant de pouvoir effectuer des jumelages utiles. La collaboration avec des aidants naturels exige l'engagement d'établissements assez décentralisés et assez proches des communautés locales, et requiert l'apport de travailleurs de rue ou d'organisateurs communautaires (Chabot et al, 1994 ; Guay, 1991,1993 et 1994). On peut difficilement imaginer qu'elle puisse s'établir sans une équipe transdisciplinaire. L'expérience tirée de nombreux projets-démonstrations dont l'objectif était d'instaurer cette collaboration démontre que c'est une démarche très difficile comportant de multiples obstacles et défis. Le style de collaboration que le professionnel va pouvoir établir avec les proches ou les membres de la communauté est déterminé à la fois par ses attitudes et par les valeurs et les normes de l'établissement où il travaille. La collaboration avec les aidants naturels est l'opérationnalisation d'une approche qui vise à ce que la communauté devienne l'influence principale sur les interventions professionnelles afin de diminuer l'impact négatif des effets iatrogéniques des services publics dont j'ai parlé plus haut. Pour parvenir à établir une collaboration avec les aidants naturels, il est nécessaire d'assurer une présence très active dans la communauté, à partir d'une stratégie non interventionniste caractérisée par une grande visibilité et une grande accessibilité des praticiens afin que ceux-ci puissent être considérés comme des personnes facilement accessibles pouvant offrir aide et soutien.

Visibilité et accessibilité

21Pour contacter les aidants naturels, il faut d'abord connaître les personnes pivots, et pour y parvenir, le quartier (ou le village) à couvrir doit être relativement peu étendu. Les personnes pivots ont un type de travail qui les met en contact avec de nombreux citoyens ; il s'agit des serveurs, des propriétaires de petites épiceries, des concierges, des préposés de laveries, etc. On peut faire la tournée de ces endroits et engager la conversation avec les personnes pivots. Cette prise de contact se fait de façon respectueuse et non intrusive, en vue d'établir une collaboration qui consiste en un échange de renseignements. Ces personnes pivots sont les oreilles d'un quartier, elles savent beaucoup de choses sur la vie des gens et peuvent fournir des renseignements très utiles pour des intervenants. Les personnes pivots vont parfois aller au-delà de la stricte relation commerciale et procurer un genre de soutien affectif lorsque les clients leur font des confidences. Cependant elles ne seront pas portées à fouiller en profondeur et vont décourager les épanchements excessifs. Les personnes pivots ne sont pas prêtes à partager leurs renseignements et il ne faut pas se surprendre de leurs réactions initiales de méfiance. C'est uniquement lorsque leur confiance a été gagnée que les personnes pivots acceptent de parler des clients qui fréquentent leur commerce. Pour gagner leur confiance, il faut entretenir la relation en allant les voir régulièrement, au moins une fois par semaine.

22Il arrive que, dans certains petits villages de milieu rural, les endroits publics soient moins nombreux qu'en milieu urbain ; c'est alors souvent dans les domiciles que se concentre la vie sociale. La tradition de bon voisinage, typique du milieu rural, peut s'avérer une approche dont les intervenants peuvent se servir à bon escient pour arrêter en passant chez des personnes qu'ils connaissent, des anciens clients par exemple. Très souvent les praticiens qui résident sur le territoire et travaillent depuis longtemps au CLSC possèdent de nombreuses informations sur la communauté, l'histoire des réseaux sociaux et des familles. Cependant ces informations sont rarement partagées avec les autres praticiens, sinon de façon fortuite et occasionnelle, à cause de la compartimentation des pratiques et du fait que les discussions de cas portent surtout sur l'aspect clinique. Le travail en équipe multidisciplinaire favorise cette circulation de l'information. En milieu rural, le manque de moyens de transport est un handicap qui empêche de créer des liens entre les gens, surtout lorsqu'ils sont bénéficiaires de l'aide sociale et qu'ils n'ont pas les moyens d'acheter une voiture. Il peut être possible de fournir le transport tout en allant rendre un service et d'en profiter pour en apprendre plus sur la communauté.

Établir un rapport d'échange

23Dès que les citoyens constatent que le praticien est facilement accessible, ils n'hésitent plus à faire appel à ses services. En temps normal, les citoyens n'ont pas besoin de l'aide du professionnel ; ils parviennent à aider les personnes en difficulté en leur apportant une écoute sympathique et en essayant de leur faciliter la vie. C'est lorsqu'il y a danger que les citoyens ont besoin d'un soutien extérieur qui peut être une ressource professionnelle ; la collaboration entre le professionnel et la personne pivot va donc prendre la forme d'interventions de crise. En effet, le citoyen apprécie beaucoup que l'intervenant professionnel se rende rapidement disponible pour intervenir lorsqu'une personne a des comportements menaçants ou inquiétants. L'expérience d'un projet-démonstration a montré que c'est à partir de ce moment qu'il fera confiance au professionnel et sera ouvert à la collaboration (Guay et Chabot, 1992). La contribution professionnelle consiste essentiellement à apporter son expertise clinique lorsque le seuil de tolérance des citoyens est franchi et à leur faciliter l'accès aux services du système du réseau de soins.

24Le professionnel doit avoir une attitude de respect qui provient d'une très bonne connaissance des réseaux d'entraide ; les projets-démonstrations nous ont montré qu'ils revêtent des caractéristiques radicalement différentes selon les communautés. Ce respect doit être inconditionnel : le professionnel doit accepter telles quelles ces personnes, sans essayer de les changer. Le professionnel qui veut dynamiser ou encourager l'actualisation de l'entraide potentielle qui existe dans l'environnement social, ou encore lui assurer une certaine stabilité ou une forme de formalisation, doit le faire dans une attitude de très grand respect. En effet, ces systèmes informels existent dans une sorte d'écologie sociale qui peut être facilement perturbée par l'intervention professionnelle. Face à l'aide naturelle, le soutien professionnel est très respectueux des façons de faire des personnes, car il est non intrusif et ne cherche pas à les changer ou à les influencer dans le sens des valeurs professionnelles. À mesure qu'ils apprennent à partager la responsabilité de la prise en charge, les aidants naturels deviennent les principales cibles du professionnel, qui les seconde afin de leur épargner l'épuisement psychologique. La prise de contact avec les communautés amène inévitablement un choc entre les sous-cultures ; les aidants naturels transportent avec eux les valeurs de leur milieu d'appartenance et de leur expérience de vie (Leduc et Beauregard, 1989). Ainsi, les aidants naturels ex-détenus ont parfois des façons de voir la vie opposées à celles des intervenants. Leur attitude face à certains comportements criminels est très dérangeante pour des professionnels qui ont un mandat judiciaire ; ils sont souvent incapables, en aidant quelqu'un, de faire abstraction de leurs propres valeurs (Bélanger, 1994). Les valeurs des aidants naturels sont bien à eux. Ce phénomène n'est nulle part plus évident qu'en milieu rural où tout le monde se connaît, créant ainsi une certaine pression normative.

25Enfin, cette collaboration repose sur une complémentarité entre les diverses contributions des uns et des autres et implique nécessairement que l'on ait pu déterminer en quelles circonstances l'un a besoin de l'autre. Il faut donc répondre aux deux questions suivantes : en quelles circonstances et pour quels types de besoins les personnes ont-elles besoin du professionnel, et, inversement, pour quels types de problèmes celui-ci a-til besoin d'un collaborateur non professionnel ? Les réponses s'obtiennent dans la pratique lorsque la collaboration est effective ; l'expérience a montré que les particularités de chacun deviennent alors très claires pour tous.

26Il est possible de distinguer deux grands types de jumelages avec les aidants naturels : les jumelages symétriques et les jumelages complémentaires. Les jumelages symétriques correspondent aux rapports d'entraide qui s'établissent entre deux personnes dont les expériences de vie sont très semblables. La symétrie peut être simultanée lorsque les deux personnes vivent les mêmes expériences en même temps, comme entre les membres d'un groupe d'entraide ; ou décalée lorsqu'une des deux personnes a vécu la même expérience dans le passé, comme les aidants naturels. Dans les jumelages complémentaires, les expériences de vie sont très différentes mais sont utiles pour l'une et l'autre personne parce qu'elles se complètent. Nous verrons plus loin de quelle façon l'entraide peut être mise à contribution dans les problématiques sévères, tant auprès des adolescents délinquants, des schizophrènes que des familles abusives et incestueuses.

La rétroaction positive

27La rétroaction positive constitue la concrétisation du soutien professionnel non intrusif, car elle a pour objet de soutenir sans changer les relations aidantes. L'expérience de collaboration avec les aidants naturels a montré depuis toujours qu'il faut éviter à tout prix d'avoir recours à la supervision de type professionnel, qui inclut des remarques négatives sur les points à améliorer. Étant donné que l'intuition et le bon sens constituent la meilleure « méthode » de l'aidant naturel, et qu'on ne vise pas à en faire un professionnel, il faut s'abstenir de toute forme de critique et accorder une approbation positive inconditionnelle à leurs façons d'aider. Les personnes qui pratiquent l'entraide sont rarement conscientes des effets positifs de leurs actions, et la rétroaction positive consiste à les leur montrer. Ainsi, le professionnel indique les bénéfices que la personne en difficulté a tirés du soutien de l'aidant. Il s'agit donc de valoriser les aidants naturels en mettant en évidence les effets positifs de l'aide qu'ils apportent.

28Par contre, si le thérapeute juge que la façon d'aider peut être nuisible, l'aidant naturel doit alors être jumelé à une personne qui, à cause de la ressemblance des besoins et du type de problème vécu, serait plus susceptible de tirer profit de son aide.

29Il faut aussi veiller à épargner aux aidants naturels les situations pouvant conduire à l'épuisement psychologique. Le professionnel qui apporte son soutien aux aidants naturels doit donc se servir de leurs expériences vécues, par exemple en leur demandant comment ils vivent la situation problématique. Il peut être utile de les questionner sur leur passé, particulièrement sur les stratégies d'adaptation qui les ont aidés à s'en sortir ; ces stratégies sont leurs outils pour l'intervention.

30De plus, les aidants naturels ne sont pas nécessairement efficaces à l'extérieur de leur réseau social ou avec des personnes qui ont une expérience de vie très différente de la leur.

Par exemple, une aidante naturelle avait une seule méthode : sa personnalité ainsi que les stratégies qu'elle avait utilisées pour s'en sortir. Ainsi, la stratégie d'autorévélation, dans les groupes NA, s'était avérée vitale pour elle, car elle lui avait permis de survivre. Lorsqu'elle essayait d'aider un jeune toxicomane, elle se servait donc de ce qu'elle avait appris ; ainsi elle ne pouvait tolérer les sentiments incomplètement ressentis et talonnait le jeune homme jusqu'à ce qu'il exprime ses sentiments de façon complète et intense. Cette « méthode » qui est d'une très grande efficacité avec les jeunes fugueurs toxicomanes Test beaucoup moins avec d'autres types de problématiques et peut même se révéler nuisible. Ainsi, dans le cas d'un adulte en proie à une crise de psychose toxique, les professionnels ont dû intervenir pour l'arrêter car sa méthode ne faisait qu'augmenter l'excitation. Par la suite, les professionnels ont veillé à ce qu'elle ne sorte pas de sa « spécialité », c'est-à-dire les jeunes toxicomanes.

31Il est de la responsabilité du professionnel de choisir des clients qui conviennent à la personnalité de ces aidants, et c'est là que toute son expertise clinique devient fort utile ; ainsi il peut découvrir que certains aidants ne sont pas du tout efficaces avec des personnes qui souffrent de dépression mais sont irremplaçables avec celles qui ont besoin d'encadrement (Guay et Chabot, 1992). Les chapitres suivants vont spécifier comment la collaboration avec des aidants naturels peut se concrétiser auprès de différentes clientèles.

32En conclusion, l'organisation du suivi communautaire fait partie intégrante de la démarche thérapeutique individuelle et en est le prolongement naturel. Elle permet de faire les aménagements nécessaires, sur le plan du contexte social et matériel, pour rendre possibles des changements personnels ou familiaux, ou de consolider ceux qui sont survenus en thérapie. L'intégration du suivi communautaire fait éclater les frontières de la psychothérapie et laisse entrevoir les formes que celle-ci prendra dans le futur. Le concept clé qui définit le mieux ce nouveau modèle de psychothérapeute est celui de thérapeute-accompagnateur, comme le montre la figure 15.

Figure 15. Le thérapeute compagnon

Figure 15. Le thérapeute compagnon

Table des illustrations

Titre Figure 14. Retisser les liens
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 15. Le thérapeute compagnon
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses de l’Université de Montréal, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search