Version classiqueVersion mobile

L’intervention clinique communautaire

 | 
Jérôme Guay

Préface

Jacques T. Godbout

Texte intégral

1Pendant de nombreuses années, j’ai étudié des institutions publiques québécoises comme les centres locaux de services communautaires (CLSC) dont on vantait la capacité à s’adapter aux milieux locaux afin de répondre plus adéquatement à leurs besoins spécifiques. Les résultats de ces recherches étaient le plus souvent décevants. Malgré un discours officiel favorable à la participation des citoyens, la pratique administrative et professionnelle qu’on retrouvait dans ces institutions relevait surtout d’une idéologie technocratique qui conduisait à survaloriser la compétence scientifique et technique des intervenants, à dévaloriser les organismes du milieu et à méconnaître systématiquement les ressources et les compétences des réseaux sociaux. J’en arrivais à mettre en évidence les compétences non reconnues des usagers et je déplorais leur absence de pouvoir dans ces institutions qui étaient pourtant censées favoriser la participation des citoyens.

2C’est à cette époque que j’ai reçu l’appel téléphonique bizarre d’un psychologue, professeur à l’Université Laval. Il avait lu mon livre sur la participation et semblait avoir décidé que nous devrions collaborer. Il me proposait un rendez-vous pour en discuter. Plus par curiosité qu’autre chose, j’ai accepté. Lors de cette rencontre, Jérôme m’a convaincu que nos points de vue étaient complémentaires. Je mettais en évidence la compétence des usagers et des citoyens ; il mettait en évidence la compétence des clients et la richesse des réseaux sociaux auxquels ils appartenaient, ce que les professionnels étaient incapables de reconnaître à cause de leur approche individuelle et centrée sur la seule dimension technoscientifique. Il était essentiel de relier ces deux niveaux. De cette rencontre découla une longue collaboration portant sur les projets de recherche qui ont été pour moi parmi les plus importants jusqu’à aujourd’hui et m’ont conduit à l’étude du don.

3Jérôme Guay n’est pas un collaborateur comme un autre. Sans doute en partie par déformation professionnelle, Jérôme a été le collaborateur le plus gratifiant de ma carrière de chercheur. J’ai ainsi pu apprécier à son mérite tout l’art qu’il a développé afin de mettre l’autre en valeur, et je vous jure que même si je viens de lire dans le présent ouvrage que cela fait partie de sa panoplie d’instruments thérapeutiques, je demeure convaincu qu’il le pense vraiment !

4J’ai ainsi eu le privilège de connaître cet universitaire hors du commun qui, dès le début de sa carrière, a mis sur pied une clinique dans un quartier populaire du Québec. Mais je me suis laissé dire que, déjà, il n’avait pas été un étudiant comme les autres : sa thèse ayant été refusée par l’Université Laval, il était allé terminer son doctorat en Californie et était revenu comme professeur à... l’Université Laval.

5Peut-on alors s’étonner de constater qu’il ne soit pas non plus un thérapeute comme les autres ? Ainsi, lorsqu’il donne des séances de formation à des intervenants dans les CLSC et que ces derniers émettent des doutes quant aux réelles possibilités d’application de son approche, il leur demande quel est en ce moment leur « cas » le plus difficile et leur dit : « Allons les voir ensemble. » Peu d’universitaires sont prêts à faire face aussi spontanément au principe de réalité de leurs théories...

6Ce goût des défis qui frise la provocation fait partie de la personnalité de Jérôme Guay et est présent dans tous les secteurs de sa vie. J’ai pu constater aussi qu’il n’est pas non plus un parent comme les autres. Il m’est arrivé d’assister chez lui, bien malgré moi, à une scène renversante. Le professeur d’université spécialiste de l’intervention auprès des délinquants et des « familles à problèmes multiples » se faisait vertement critiquer par une travailleuse d’un organisme communautaire à propos de sa manière d’élever un de ses propres enfants. J’aurais donné n’importe quoi pour être ailleurs et je me sentais très mal à l’aise après le départ de la personne. Je me préparais à le réconforter. Inquiétude bien inutile puisque Jérôme s’est aussitôt lancé dans un éloge de cette personne, de sa compétence, de tout ce qu’elle venait de lui apporter parce qu’elle avait vu des problèmes dont il n’avait pas compris l’importance jusqu’à aujourd’hui et avait mis le doigt sur des comportements qu’il se devait de changer.

7Ce livre qui s’adresse aux intervenants sociaux met constamment en avant les multiples ressources des réseaux sociaux, leur dynamisme, leur force relationnelle. Il s’agit là d’un thème de plus en plus à la mode aujourd’hui, même s’il reste encore trop marginal lorsqu’on le compare aux innombrables professions de foi dans le néolibéralisme qui a succédé à l’échec du modèle du tout-à-l’État. Cette approche est encore résiduelle ; ce n’est que lorsque ni le marché ni l’État n’ont les moyens (ou l’intérêt) de résoudre un problème qu’on se résigne à faire appel à ce qu’on nomme le tiers secteur, aux associations et aux liens primaires. La majorité des décideurs demeurent convaincus de l’inefficacité de ces agents sociaux et de ces réseaux par comparaison avec le marché. La croyance aveugle de nos élites dans le mécanisme marchand n’a en effet d’égale que celle qu’elles ont entretenue à l’égard de l’État pendant près de deux décennies. Il me semble que cette foi subira bientôt le même sort que la précédente et conduira les chercheurs à tenter de remettre en évidence le dynamisme de la société elle-même et de l’ensemble de ses réseaux.

8Ce livre fait partie de ces tentatives. Mais ce qui le rend tout à fait original et lui donne toute son importance, c’est qu’il ne constitue pas une réflexion uniquement théorique sur le sujet. Page après page, l’auteur suggère aux professionnels un ensemble de moyens concrets pour agir non pas sur le dynamisme de la société, mais avec lui ; il leur propose de se mettre au service de ces forces sociales sans pour autant perdre leur compétence professionnelle spécifique et leur efficacité.

9Cette pratique proposée par l’auteur n’est sûrement pas facile. Elle entraîne le professionnel dans une aventure menaçante pour son identité et l’oblige à réviser la définition opérationnelle de son savoir afin de tout simplement laisser une place à celle des autres. L’auteur ne se fait d’ailleurs pas d’illusions. Comme il le dit lui-même, ce livre ne s’adresse pas à ceux qui se croient encore en possession tranquille de la vérité, aux débutants aussi convaincus de leur supériorité théorique qu’inquiets quand vient le moment de l’appliquer, les amenant à se refermer sur l’aspect théorique. Appliquant son approche à ce problème, l’auteur lance l’idée que son livre intéressera surtout les psychologues et les intervenants sociaux qui vivent une crise et remettent en question leur modèle d’intervention plutôt que ceux qui, après quelques années de pratique, viennent de consolider leur modèle. On se prend à espérer qu’ils seront nombreux à être en crise...

10Jérôme propose une utopie qui, en un sens, n’est rien d’autre que l’utopie des CLSC. Mais alors que, dans ces derniers, elle est souvent restée dans l’ordre du discours et a même souvent entraîné des effets pervers en affaiblissant les associations du milieu parce que les thérapeutes « institutionnels » se sentaient en concurrence avec elles, l’approche de l’auteur nous montre comment cette utopie peut être vécue concrètement. C’est une sorte de journal de bord d’une pratique communautaire inscrite dans les liens sociaux.

11Ce livre parle des êtres humains en chair et en os, et en esprit, dans leur totalité et non seulement en tant que « cas ». Il fait appel à tous leurs sentiments, au pardon, au regret, aux valeurs spirituelles, à tout ce dont on entend rarement parler dans les sciences humaines. Il se méfie de toute recette et relativise les techniques à rendement garanti. Dans les rapports humains, tout modèle mécaniste est à rejeter. Beaucoup d’empathie, d’amour, d’efforts de compréhension doivent envelopper les méthodes et les techniques. Ce livre part du principe que personne n’est irrécupérable, ce qui ne veut pas dire qu’on pourra récupérer tout le monde.

12Je ne suis pas psychologue et ne peux donc pas juger l’approche proposée dans ce livre sur ce plan. Mais au-delà d’une méthode thérapeutique, c’est une morale, une éthique, que ce livre propose, ce sont des valeurs dont ce livre est porteur. Valeurs de compassion, d’entraide qui sont encore omniprésentes dans la société actuelle qui n’obéit soi-disant qu’à la loi de l’offre et de la demande. C’est faux comme on le constate pendant que j’écris ces lignes, au cœur de la tempête de verglas qui affecte une partie du Québec. La majorité des citoyens, au lieu d’augmenter le prix de leurs cordes de bois pour obéir à la loi du marché, les ont tout simplement données, pour obéir à la loi du cœur et au principe de réciprocité. Ce n’est ni le marché ni l’État central et ses mécanismes de répartition bureaucratique qui ont joué le rôle principal pendant cette crise. Ce sont les innombrables réseaux de parenté, d’amis, de proches, de voisins qui accueillent les sinistrés. Ce sont les maires et les institutions locales qui organisent les centres d’hébergement. Ce sont les réseaux d’associations comme les Chevaliers de Colomb qui distribuent le bois et trouvent des génératrices. Ce sont des organismes bénévoles qui recueillent et distribuent les vivres. Selon un sondage SOM (La Presse, 25 janvier 1998), deux Montréalais sur trois ont porté secours à quelqu’un pendant la crise. De façon prévisible, l’aide reçue provient d’abord de la famille, puis des amis, et enfin des voisins. Et la pénurie de bois se résorbe principalement parce que les citoyens donnent du bois, tout simplement. C’est l’infime minorité qui en profite pour le vendre plus cher. La loi du marché est mise entre parenthèses. Les commerçants abusifs rétablissent les prix, inquiets des dénonciations (Le Devoir, 16 janvier 1998). Le marché s’insère dans les normes sociales, et l’État se met au service des réseaux sociaux.

13Bref, cette crise est une extraordinaire illustration de l’idée maîtresse de ce livre qui demande aux intervenants de reconnaître le dynamisme de la société et de miser sur cette énergie... L’immense mérite de son auteur est de mettre en évidence et d’illustrer très concrètement que les valeurs qui nous font vivre dans nos rapports quotidiens avec ceux qui comptent pour nous doivent être au centre de la pratique professionnelle des intervenants auprès des membres les plus meurtris de notre société. Elles doivent habiter les techniques et les méthodes.

14Cet ouvrage affirme que lorsqu’on est un exclu de la société, avant de recevoir, on a d’abord besoin de donner. Ce qu’ont compris tous ceux qui travaillent avec succès auprès des plus mal pris dans la société, que ce soient des mouvements comme les Alcooliques anonymes, ou Emmaüs. Le fondateur d’Emmaüs n’a-t-il pas l’habitude de raconter que tout a commencé lorsqu’un homme sortant de prison et voulant se suicider était venu solliciter son aide ? L’abbé Pierre lui a simplement demandé de venir l’aider à reloger des familles qui étaient dans la rue avant de se suicider. Cette personne est devenue par la suite un de ses principaux collaborateurs. La grande souffrance des exclus est qu’ils ne peuvent plus donner à leur famille, qu’ils ne peuvent plus contribuer à l’évolution de la société. Leur principal problème est donc celui de pouvoir donner, et non de recevoir. Si on essaie de régler leur problème en ne pensant qu’à ce qu’on peut leur donner, on risque de retomber dans le cercle vicieux de l’humiliation, caractéristique du système charitable qu’a remplacé l’État-providence. Ils ont besoin de se sentir utiles, et non pas qu’on leur donne. Le plus grand don qu’on peut leur faire c’est de leur demander un don ! Il est plus important de donner que de recevoir. Le don fait exister. Recevoir menace l’existence lorsqu’on se sent incapable de donner.

15Ce livre a quelque chose de provocateur et de délinquant. Il n’est pas sans défaut. Depuis quand les délinquants sont-ils sans défaut ? Ainsi, il est certain que les réactions des clients sont très présentes dans l’ouvrage. Mais pour être entièrement conforme à son approche, l’auteur n’aurait-il pas dû accorder plus d’importance aux témoignages des usagers, des clients pour nous faire voir comment ils ont reçu cette thérapie lorsqu’il l’a appliquée, et comment ils l’évaluent ? Peut-être la modestie l’a-t-il empêché d’aller plus loin dans cette direction. Ou alors est-ce le sujet d’un prochain ouvrage ? En attendant, je vous invite à lire ce livre étonnant d’un auteur pas comme les autres.

16Montréal, 26 janvier 1998

© Presses de l’Université de Montréal, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search