Version classiqueVersion mobile

Repenser la douleur

 | 
Pierre Beaulieu

Troisième thème. Aspects psychologiques et philosophiques

Douleur, conscience et émotions

Pierre Rainville

Texte intégral

  • 2 D. D. Price, Psychological Mechanisms of Pain and Analgesia, Seattle, IASP Press, 1999.

1L’étude de la douleur se retrouve au cœur de la recherche neuroscientifique sur la conscience et les émotions. Rappelons la définition de l’Association internationale de recherche sur la douleur, « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion réelle ou potentielle aux tissus, ou décrite en ces termes ». Dans une perspective plus résolument expérientielle, Price propose que la douleur est « une expérience somatique impliquant (1) une sensation corporelle ayant les qualités similaires à celles induites normalement par un stimulus ayant le potentiel de produire des dommages aux tissus, (2) l’expérience d’une menace associée à cette sensation, et (3) un sentiment de désagrément ou autre expérience émotionnelle négative associée à cette menace2  ». Dans ces deux variantes, la douleur est définie comme une expérience phénoménologique « subjective » impliquant une composante sensorielle désagréable semblable à celle que l’on ressent normalement lors d’une lésion des tissus et associée à la perception d’une menace pour l’intégrité du corps. Dans les deux cas, la confirmation « objective » d’un dommage aux tissus n’est pas nécessaire (ni d’ailleurs suffisante) et l’expérience du patient est suffisante pour répondre aux critères de la définition.

  • 3 Notons que l’importance centrale de la distinction entre les perspectives à la première et à la tr (...)

2La qualité phénoménale de l’expérience en fait par définition un phénomène à la première personne. Le phénomène de la douleur n’est donc directement observable que par celui ou celle qui souffre. Par contre, nous adoptons une perspective à la troisième personne sur le comportement et les réponses physiologiques d’autrui dans l’examen scientifique des phénomènes de conscience. L’observateur externe n’a jamais accès à cette expérience et son appréciation de la douleur d’autrui repose nécessairement sur une évaluation indirecte. L’adoption d’une définition expérientielle de la douleur n’est pas qu’un jeu de l’esprit pour les philosophes qui s’intéressent à la conscience ; elle a des implications déterminantes sur le plan scientifique, clinique, éthique et bien évidemment humain. Ce chapitre veut démontrer comment les neurosciences de la douleur et des émotions tentent de concilier la nature expérientielle de ces phénomènes avec l’observation, à la troisième personne, de l’activité neurophysiologique3 .

MESURER L’EXPÉRIENCE SUBJECTIVE DE LA DOULEUR

  • 4 D. C. Turk et R. Melzack, Handbook of Pain Assessment, 2e éd., New York, Guilford Press, 2001.

3On déduit souvent implicitement ou explicitement que la nature subjective de la douleur rend le phénomène difficile, voire impossible à mesurer. Ceci est clairement une erreur et d’innombrables échelles de mesure de la douleur ont été développées et validées au cours des quarante dernières années4 . Pour bien comprendre le problème, il faut simplement faire la distinction entre subjectivité, validité et fiabilité.

  • 5 Ibid.

4La subjectivité concerne l’expérience et la perspective unique du sujet sur un phénomène. Ainsi, on a une expérience subjective de douleur lorsque l’on dépose son pied froid dans un bain très chaud ; ce phénomène n’est directement observable que par sa propre conscience et l’expérience est ainsi strictement privée, subjective. Cette expérience peut néanmoins être mesurée de façon rigoureuse. La validité d’une mesure témoignera de sa capacité à représenter de façon adéquate le phénomène qu’elle vise à décrire. Ainsi, on peut traduire cette expérience verbalement en choisissant les mots qui correspondent le mieux à la qualité de la sensation (par exemple un brûlement ou des picotements sur la peau), et des chiffres correspondant à son intensité et au désagrément associé (par exemple, une intensité de 6 et un désagrément de 2 sur des échelles analogiques où 0 correspond à « aucune douleur » et 10 correspond à une « douleur extrêmement intense/désagréable », ou « la plus intense/désagréable imaginable »). Ainsi, des échelles ont été validées en fonction de leur capacité à bien rendre compte des dimensions sensorielle (qualité, intensité, dynamique spatio-temporelle) et affective (désagrément et émotions associées) de la douleur5 . En complémentarité, la fiabilité d’une mesure correspond à sa stabilité au cours d’évaluations successives et de sa résistance au biais de mesure induit par exemple par l’utilisateur. Une mesure fiable de douleur fournira ainsi des données stables et reproductibles sur l’expérience de la douleur.

  • 6 Une stimulation nociceptive a le potentiel de produire des dommages aux tissus (définition biologi (...)
  • 7 D. Price, J. G. McHaffie et B. E. Stein (1992), « The psychophysical attributes of heat-induced pa (...)
  • 8 M. W. Heftet al., « A validation model for verbal descriptor scaling of human clinical pain », Pai (...)

5Plusieurs échelles de douleur ont démontré leur fiabilité et validité dans les contextes bien contrôlés des études expérimentales psychophysiques de la douleur. Ainsi, l’application de stimulations nociceptives6 d’intensité croissante produit une douleur d’intensité subjective qui augmente de façon régulière selon une fonction mathématique précise et reproductible qui correspond bien aux propriétés des neurones enregistrés le long des voies de transmission du signal nociceptif7 . Cette relation stimulus-réponse peut ensuite être utilisée dans des études cliniques pour apparier la douleur clinique d’un patient à la fois au niveau de douleur correspondant sur l’échelle de douleur et au niveau d’intensité du stimulus nociceptif correspondant. Une étude sur la douleur orofaciale a démontré une correspondance remarquable entre les évaluations « subjectives » d’une douleur thermique appliquée à la pulpe des dents et les appariements effectués avec des stimulations électriques douloureuses8 . Ces données démontrent que les échelles analogiques de la douleur présentent généralement d’excellentes propriétés psychométriques et sont généralisables entre les études expérimentales et cliniques. Ces échelles sont également essentielles pour mieux comprendre les déterminants neurophysiologiques de l’expérience subjective de la douleur.

MESURER LES DÉTERMINANTS PHYSIOLOGIQUES DE LA DOULEUR DANS LE CERVEAU

  • 9 A. V. Apkarian et al., « Human brain mechanisms of pain perception and regulation in health and di (...)
  • 10 Expérience de douleur induite par un stimulus qui ne produit pas normalement de douleur. Par exemp (...)

6L’imagerie cérébrale fonctionnelle a donné lieu à des avancées spectaculaires en neurosciences. L’application de ces techniques à l’étude de la douleur a permis de démontrer l’activation robuste d’un réseau de structures cérébrales lors de l’application de stimuli induisant de la douleur chez des individus en bonne santé9 . Ce réseau comprend plusieurs régions corticales qui reçoivent le signal nociceptif par le biais des voies de transmission spino-thalamo-corticales. Ainsi, les cortex somesthésiques primaire et secondaire, le cortex de l’insula, et le cortex cingulé antérieur sont activés en réponse à une variété de stimulations qui produisent normalement une expérience de douleur chez l’humain (stimulation thermique chaude ou froide ; stimulations mécaniques, chimiques, électriques ; stimulations cutanées, musculaires ou viscérales, etc.). Dans certaines conditions de douleur chronique, ces structures présentent un niveau de base anormalement bas au repos, et des réponses anormalement élevées lors de l’application de stimuli normalement non douloureux chez des patients qui présentent une allodynie10. Ce réseau cérébral semble donc présenter une activation bien corrélée à l’occurrence de la douleur (au moins aiguë).

  • 11 R. C. Coghill, J. G. McHaffie et Y. F. Yen, « Neural correlates of interindividual differences in (...)

7L’une des démonstrations les plus frappantes de l’utilité de l’imagerie cérébrale pour étudier la subjectivité de la douleur est tirée d’une étude sur les différences interindividuelles effectuée par Coghill et al.11 Dans cette étude, les chercheurs ont appliqué des stimulations thermiques d’intensité constante (49°C) sur la peau de volontaires en bonne santé. L’évaluation « subjective » de la douleur par les sujets sur une échelle analogique a démontré une très grande variabilité dans la douleur rapportée par les sujets. Ceci suggère généralement que l’expérience douloureuse est très variable entre les individus ou qu’ils utilisent/interprètent l’échelle de douleur différemment. L’imagerie cérébrale a confirmé que l’évaluation subjective de la douleur sur l’échelle analogique est directement proportionnelle à l’activité cérébrale dans les zones corticales qui sont activées par le stimulus douloureux. Cette étude confirme l’interprétation voulant que les différences interindividuelles dans les évaluations de la douleur effectuées à l’aide d’échelles analogiques validées reflètent largement des différences dans l’activité cérébrale associée à la douleur et pas simplement une variabilité associée à un biais de réponses variable entre les sujets. Ces observations contribuent de façon importante à la validation de ces échelles de douleur en démontrant leur valeur prédictive sur l’activité neurologique associée à la douleur.

MODULER L’ACTIVITÉ DU CERVEAU EN AGISSANT SUR L’EXPÉRIENCE SUBJECTIVE

  • 12 R. K. Hofbauer et al., « Cortical representation of the sensory dimension of pain », Journal of Ne (...)

8Une stratégie complémentaire a été utilisée pour étudier les corrélats neurologiques de l’expérience subjective de la douleur. Dans ces études, des interventions visant à moduler l’expérience subjective ont été administrées pour tester l’hypothèse d’une modulation correspondante dans les zones cérébrales activées pendant la douleur. Dans deux études parallèles, des suggestions hypnotiques ciblant des aspects sensoriels ou affectifs de l’expérience douloureuse ont été données aux participants avant que leur main soit placée dans un bain d’eau chaude douloureuse12. Ces études ont permis de faire plusieurs observations importantes. Premièrement, la modulation de l’expérience subjective a produit une modification de la réponse cérébrale proportionnelle à l’évaluation de la douleur effectuée par le sujet après chaque stimulation. Ceci confirme que la modulation de l’expérience subjective par l’hypnose agit effectivement sur la réponse cérébrale associée à la douleur. Deuxièmement, les zones affectées par la modulation hypnotique étaient différentes selon la dimension ciblée par les suggestions. En effet, les suggestions qui modulaient l’intensité (subjective) de la douleur produisaient une modulation de la réponse du cortex somesthésique primaire alors que les suggestions qui modulaient le désagrément de la douleur produisaient une modulation de la réponse du cortex cingulé antérieur. Ceci démontre que les différentes zones du cerveau activées pendant la douleur contribuent d’une façon au moins partiellement différentielle aux différentes dimensions de la douleur. De plus, ceci démontre que l’effet des suggestions hypnotiques présente une certaine spécificité à agir sur l’une ou l’autre des dimensions expérientielles de la douleur et par conséquent sur les mécanismes neurologiques correspondants. Plusieurs autres études ont confirmé que la modulation de la douleur par différents facteurs psychologiques et plus particulièrement par l’attention reflète effectivement une modulation de l’activité dans les zones cérébrales impliquées dans la douleur. Ces études renforcent la thèse voulant que le rapport « subjectif » des sujets reflète effectivement l’activité dans des zones cérébrales impliquées dans la douleur.

  • 13 H. L. Fields, A. I. Basbaum et M. M. Heinricher (2006), « Central nervous system mechanisms of pai (...)

9Les données d’imagerie cérébrale obtenues dans différents contextes ont également été examinées afin de mieux comprendre les mécanismes de modulation psychologique de la douleur. En plus d’une modulation des réponses corticales évoquées par les stimuli douloureux, les chercheurs ont démontré une activation de structures préfrontales et mésencéphaliques (partie supérieure du tronc cérébral) pendant l’analgésie induite par différentes interventions cognitives. Sur le plan anatomique, ces structures présentent des liens étroits avec les systèmes de régulation de la douleur, tel que nous l’ont appris les nombreuses études en neurophysiologie animale13. Ces systèmes agissent pour atténuer le signal nociceptif à différents niveaux du cerveau et ils sont en mesure, par des voies régulatrices cérébrospinales, de moduler le signal dès son entrée dans le système nerveux central au niveau médullaire. Toutefois, les observations en imagerie fonctionnelle sont insuffisantes pour conclure que ces mécanismes régulateurs descendants sont impliqués dans la modulation psychologique de la douleur.

CONSÉQUENCES SOMATIQUES DE LA MODULATION PSYCHOLOGIQUE DE LA DOULEUR

  • 14 P. Rainville et al., loc. cit.
  • 15 Rainville et D. D. Price, « The neurophenomenology of hypnosis and hypnotic analgesia », dans D. D (...)

10L’hypothèse d’une activation des systèmes inhibiteurs descendants s’appuie sur l’observation d’une modulation des réponses somatiques lors de la modulation psychologique de la douleur. Cette modulation a été observée de différentes façons dans des recherches psychophysiologiques ayant recours à des mesures de l’activité réflexe autonomique et motrice. Par exemple, lors de la modulation hypnotique du désagrément de la douleur, la réponse cardiaque lors de l’immersion de la main dans l’eau chaude est modifiée proportionnellement à la modulation du désagrément telle qu’elle est rapportée par le sujet14. Ainsi, ces mesures physiologiques ont été particulièrement utiles pour démontrer que l’analgésie hypnotique produit davantage qu’une modification du rapport de douleur et qu’elle s’accompagne de changements « objectifs » dans les réponses physiologiques aux stimulations douloureuses15.

  • 16 G. Sandrini et al., « The lower limb flexion reflex in humans », Progress in Neurobiology, vol. 77 (...)
  • 17 B. D. Kiernan et al., « Hypnotic analgesia reduces R-III nociceptive reflex: further evidence conc (...)
  • 18 N. Danziger et al., « Different strategies of modulation can be operative during hypnotic analgesi (...)

11Des études ayant recours à des mesures électromyographique (EMG) des réflexes moteurs spinaux ont également confirmé un rôle des mécanismes régulateurs descendants agissant au niveau médullaire. Par exemple, le réflexe nociceptif de retrait peut être induit par une stimulation brève (30 ms) du nerf sural, un nerf cutané innervant une partie du pied. La réponse réflexe à une latence de 90 ms et d’une durée de 60-90 ms est mesurée simplement par l’EMG du biceps fémoral, un muscle de flexion de la jambe. Cette activation réflexe reflète l’activation des circuits sensorimoteurs spinaux impliqués dans la nociception et est généralement bien corrélée à l’expérience de douleur16. Dans différentes conditions d’analgésie induite pharmacologiquement ou psychologiquement, cette réponse permet de détecter une modulation de l’activité nociceptive médullaire. Une étude a démontré que le réflexe RIII est effectivement atténué lors de l’analgésie hypnotique17. De plus, les sujets présentant la plus forte réponse analgésique présentaient également la diminution la plus marquée du réflexe. Ces résultats démontrent clairement que l’analgésie hypnotique implique l’activation de mécanismes inhibiteurs cérébrospinaux. Dans une autre étude, l’analgésie hypnotique produisait une diminution significative de la réponse corticale mesurée par électroencéphalographie, mais ceci s’accompagnait d’une diminution du réflexe chez certains sujets et d’une augmentation du réflexe chez d’autres sujets18. Ces résultats sont congruents avec les résultats des études d’imagerie cérébrale en confirmant que la modulation de la douleur par l’hypnose s’accompagne d’une modulation de l’activité électrique cérébrale, mais ils suggèrent que l’analgésie puisse refléter soit l’activation des mécanismes cérébrospinaux inhibiteurs ou une dissociation de l’activité spinocérébrale donnant lieu à une facilitation spinale et une inhibition corticale.

Douleur et émotions

  • 19 W. James, « The physical basis of emotion », Psychological Review, vol. 101, no 2, 1994, p. 205-21 (...)
  • 20 P. Rainville et al., « Basic emotions are associated with distinct patterns of cardiorespiratory a (...)

12Ces conséquences somatiques de la douleur et de sa modulation soulèvent la question de la relation entre la douleur et les émotions. En effet, l’activation somatoviscérale est au cœur de la théorie classique des émotions de William James, le père de la psychologie nord-américaine19. Selon cette perspective, les différentes émotions se caractérisent par une activation somato-viscérale distincte et la perception de ces réponses contribue à l’expérience émotionnelle. Plusieurs études ont exploré cette possibilité en évaluant si différentes émotions peuvent être distinguées sur la base des réponses autonomiques qui les accompagnent. Dans une étude récente20, cette hypothèse a été appuyée par l’observation de patrons cardiorespiratoires distincts dans la peur, la colère, la joie et la tristesse. Bien que cette étude ne documente pas la contribution directe de l’activation somato-viscérale à l’expérience émotionnelle, ces résultats sont congruents avec l’interprétation voulant que l’activation physiologique périphérique contribue aux qualités expérientielles intéroceptives des différentes émotions.

  • 21 P. Rainville et al., « Dissociation of pain sensory and affective dimensions using hypnotic modula (...)
  • 22 P. Rainville, « Pain and emotions », dans Price et Bushnell (dir.), Psychological Methods of Pain (...)

13Cette proposition appliquée à la compréhension de la douleur permet de mieux comprendre la relation entre les réponses physiologiques périphériques et l’expérience de la douleur. En effet, dans les études citées plus haut, la modulation psychologique de la douleur s’accompagne d’une modulation proportionnelle de l’activité autonomique (par ex. du rythme cardiaque). Cette relation psychophysiologique est particulièrement robuste avec le désagrément de la douleur21. Ceci témoigne de la nature émotionnelle de la douleur et de l’interaction de cette composante avec les mécanismes de régulation somato-viscérale également impliqués dans les émotions. La recherche future devrait s’intéresser davantage à l’activation somato-viscérale et sa relation avec la qualité spécifique de l’expérience émotionnelle ressentie pendant la douleur22.

  • 23 A. R. Damasio et al., « Subcortical and cortical brain activity during the feeling of self-generat (...)

14La relation intime entre la douleur et les émotions est particulièrement frappante lorsque l’on examine l’activité cérébrale. En effet, l’expérience émotionnelle intense s’accompagne d’une activation robuste dans plusieurs structures du cerveau également impliquées dans la douleur23. Le cortex somesthésique secondaire, le cortex de l’insula et le cortex cingulé antérieur sont activés pendant les émotions de joie, tristesse, colère et peur. Ce chevauchement des régions cérébrales impliquées dans la douleur et les émotions est également observé au niveau sous-cortical avec un rôle essentiel du thalamus, de l’hypothalamus, de l’amygdale et de plusieurs noyaux du tronc cérébral dans la régulation des mécanismes nociceptifs et de l’activité somato-viscérale. Sur le plan perceptif, le cortex de l’insula antérieure pourrait jouer un rôle particulièrement important dans l’expérience subjective des réponses somato-viscérales (intéroception).

  • 24 P. Rainville, « Pain and emotions », 2004.
  • 25 P. Rainville, Q. V. Bao et P. Chrétien, « Pain-related emotions modulate experimental pain percept (...)
  • 26 J. L. Rhudy et al., « Affective modulation of nociception at spinal and supraspinal levels », Psyc (...)

15L’interaction entre ces systèmes neurologiques intriqués s’exprime également dans l’effet modulateur des émotions sur la douleur. Des études expérimentales démontrent que les émotions négatives amplifient la douleur alors que les émotions positives ont généralement un effet analgésique24. Par exemple, différentes suggestions hypnotiques visant à induire des émotions positives et négatives produisent une modulation correspondante dans la douleur induite par l’immersion de la main dans l’eau chaude25. Cette modulation est plus marquée sur le désagrément que sur l’intensité de la douleur et ces effets s’accompagnent d’une modulation proportionnelle de la réponse cardiaque à la stimulation. Cette modulation de la douleur par les émotions a également des répercussions au niveau médullaire, comme en témoigne la modulation du réflexe RIII26.

Les émotions et la douleur clinique

  • 27 O. Gureje et al., « Persistent pain and well-being: A world health organization study in primary c (...)
  • 28 J. B. Wade et al., « An emotional component analysis of chronic pain », Pain, vol. 40, no 3, 1990, (...)
  • 29 D. C. Turk, « The role of demographic and psychosocial factors in transition from acute to chronic (...)

16Les études cliniques démontrent également la relation intime entre les émotions et la douleur. Une étude à grande échelle de l’OMS démontre que les patients souffrant de douleur persistante présentent un risque élevé de développer des troubles anxieux ou dépressifs27. Réciproquement, il est bien établi que les états émotionnels négatifs chroniques exacerbent la douleur. Une relation robuste est observée particulièrement entre le désagrément de la douleur chronique et les sentiments dépressifs, l’anxiété, la frustration et la peur28. De plus, les émotions négatives contribueraient significativement à la persistance de la douleur, constituant ainsi des facteurs de risque déterminant la transition de la phase aiguë de la douleur à un état chronique29.

  • 30 W. B. Smith, R. H. Gracely et M. A. Safer, « The meaning of pain: cancer patients’rating and recal (...)
  • 31 M. J. Sullivan, W. M. Rodgers et I. Kirsch, « Catastrophizing, depression and expectancies for pai (...)

17Les émotions associées à la douleur dépendent généralement des processus cognitifs par lesquels le patient attribue une signification à sa douleur. Dans une étude chez des patients souffrant de douleur cancéreuse et participant à des séances de physiothérapie, les patients attribuant leur douleur au cancer ressentaient plus de douleur que ceux l’attribuant à d’autres facteurs30. Les pensées et réactions émotionnelles catastrophiques liées à la douleur (ruminations, peur, etc.) sont également des facteurs aggravants de la douleur31. Ces facteurs sont également déterminants dans l’incapacité fonctionnelle associée à la douleur chronique.

CONCLUSION

18La nature subjective de la douleur et des sentiments émotionnels ne compromet pas leur étude rigoureuse. Dans toute démarche scientifique, des mesures sont choisies qui reflètent le plus adéquatement possible les construits théoriques que l’on vise à évaluer. L’évaluation « subjective » de la douleur expérimentale par des individus en santé ou souffrant de la douleur clinique par des patients est un moyen valide et fiable d’obtenir des observations valables sur le phénomène de la douleur. Les études décrites ici renforcent la recommandation d’évaluer la douleur ressentie par les patients en utilisant des échelles de mesure validées par ailleurs dans un contexte expérimental.

19Les études expérimentales démontrent sans équivoque que les évaluations de la douleur obtenues sur des échelles analogiques validées présentent une relation robuste avec les phénomènes neurologiques cérébraux. Les études sur les différences interindividuelles et sur la modulation psychologique de la douleur illustrent comment, dans bien des circonstances, ces mesures dites « subjectives » représentent adéquatement les variations dans l’activité du cerveau lors de l’application d’un stimulus nociceptif d’intensité constante. Dans plusieurs cas, la modulation cible plus spécifiquement les émotions et les changements induits dans le désagrément de la douleur s’accompagnent d’une modulation correspondante des réponses physiologiques périphériques. Ces effets témoignent assurément de l’activation de mécanismes neurologiques régulateurs agissant au niveau du tronc cérébral et de la moelle épinière. Ces études démontrent également l’impact somatique potentiellement bénéfique des modifications psychologiques de l’expérience subjective de la douleur.

  • 32 A. R. Damasio, The Feeling of what Happens: Body and Emotion in the Making of Consciousness, New Y (...)

20L’intégration des données expérientielle dans l’étude des mécanismes neurophysiologiques de la douleur a des implications fondamentales pour la compréhension des phénomènes de conscience. La nature subjective de la douleur et des émotions et l’importance adaptative évidente des phénomènes neurobiologiques dont elles témoignent les placent au cœur même de la représentation du corps et de soi32. Cette meilleure compréhension de la représentation cérébrale de la souffrance du corps qui est inhérente à l’expérience humaine contribue à appuyer les efforts visant à renforcer une approche humaniste du traitement de la douleur.

Notes

2 D. D. Price, Psychological Mechanisms of Pain and Analgesia, Seattle, IASP Press, 1999.

3 Notons que l’importance centrale de la distinction entre les perspectives à la première et à la troisième personne se retrouve dans l’étude de plusieurs phénomènes de conscience tels que les illusions perceptives et les hallucinations, diverses manifestations de troubles psychiatriques et désordres neurologiques, ainsi que dans le rêve et l’imagerie mentale pendant l’éveil. La mise en relation des phénomènes ressentis et décrits à la première et la troisième personne permet une explication mieux intégrée des phénomènes de conscience. La neurophénoménologie expérientielle vise précisément cette intégration en ayant recours aux méthodes phénoménologiques et neurobiologiques, en complémentarité.

4 D. C. Turk et R. Melzack, Handbook of Pain Assessment, 2e éd., New York, Guilford Press, 2001.

5 Ibid.

6 Une stimulation nociceptive a le potentiel de produire des dommages aux tissus (définition biologique « objective » de la douleur). Notons que ceci est le principal élément objectif auquel la définition expérientielle de la douleur se rattache. Ainsi, cet élément fournit le principal moyen par lequel les mesures de la douleur peuvent démontrer leur validité externe. Les échelles de douleur peuvent ensuite être appliquées à des situations où l’expérience est conforme à la définition même si aucun dommage réel ou potentiel au tissu n’est détecté.

7 D. Price, J. G. McHaffie et B. E. Stein (1992), « The psychophysical attributes of heat-induced pain and their relationships to neural mechanisms », Journal of Cognitive Neuroscience, vol. 4, no 1, 1992, p. 1-14.

8 M. W. Heftet al., « A validation model for verbal descriptor scaling of human clinical pain », Pain, vol. 9, no 3, 1980, p. 363-373.

9 A. V. Apkarian et al., « Human brain mechanisms of pain perception and regulation in health and disease », European Journal of Pain, vol. 9, no 4, 2005, p. 463-484.

10 Expérience de douleur induite par un stimulus qui ne produit pas normalement de douleur. Par exemple, la douleur neuropathique est généralement caractérisée par une allodynie au froid et aux stimulations mécaniques légères.

11 R. C. Coghill, J. G. McHaffie et Y. F. Yen, « Neural correlates of interindividual differences in the subjective experience of pain », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 100, no 14, 2003, p. 8538-8542.

12 R. K. Hofbauer et al., « Cortical representation of the sensory dimension of pain », Journal of Neurophysiology, vol. 86, no 1, 2001, p. 402-411 ; P. Rainville et al., « Pain affect encoded in human anterior cingulate but not somatosensory cortex », Science, vol. 277, no 5328, 1997, p. 968-971.

13 H. L. Fields, A. I. Basbaum et M. M. Heinricher (2006), « Central nervous system mechanisms of pain modulation », dans S. McMahon et M. Koltzenburg (dir.), Texbook of Pain, 5e éd., Elsevier, 2005, p. 125-142.

14 P. Rainville et al., loc. cit.

15 Rainville et D. D. Price, « The neurophenomenology of hypnosis and hypnotic analgesia », dans D. D. Price et M. C. Bushnell (dir.), Psychological Methods of Pain Control: Basic Science and Clinical Perspectives, Seattle, IASP Press, 2004.

16 G. Sandrini et al., « The lower limb flexion reflex in humans », Progress in Neurobiology, vol. 77, no 6, 2005 p. 353-395.

17 B. D. Kiernan et al., « Hypnotic analgesia reduces R-III nociceptive reflex: further evidence concerning the multifactorial nature of hypnotic analgesia », Pain, vol. 60, no 1, 1995, p. 39-47.

18 N. Danziger et al., « Different strategies of modulation can be operative during hypnotic analgesia: a neurophysiological study », Pain, vol. 75, no 3, 1998, p. 85-92.

19 W. James, « The physical basis of emotion », Psychological Review, vol. 101, no 2, 1994, p. 205-210.

20 P. Rainville et al., « Basic emotions are associated with distinct patterns of cardiorespiratory activity », International Journal of Psychophysiology, vol. 61, no 1, 2006, p. 5-18.

21 P. Rainville et al., « Dissociation of pain sensory and affective dimensions using hypnotic modulation », Pain, vol. 82, no 2, 1999, p. 159-171.

22 P. Rainville, « Pain and emotions », dans Price et Bushnell (dir.), Psychological Methods of Pain Control, 2004, p. 117-141.

23 A. R. Damasio et al., « Subcortical and cortical brain activity during the feeling of self-generated emotions », Nature Neuroscience, vol. 3, no 10, 2000, p. 1049-1056.

24 P. Rainville, « Pain and emotions », 2004.

25 P. Rainville, Q. V. Bao et P. Chrétien, « Pain-related emotions modulate experimental pain perception and autonomic responses », Pain, vol. 118, no 3, 2005, p. 306-318.

26 J. L. Rhudy et al., « Affective modulation of nociception at spinal and supraspinal levels », Psychophysiology, vol. 42, no 5, 2005, p. 579-587.

27 O. Gureje et al., « Persistent pain and well-being: A world health organization study in primary care », JAMA, vol. 280, no 2, 1998, p. 147-151.

28 J. B. Wade et al., « An emotional component analysis of chronic pain », Pain, vol. 40, no 3, 1990, p. 303-310.

29 D. C. Turk, « The role of demographic and psychosocial factors in transition from acute to chronic pain », dans T. S. Jensen, J. A. Turner et Z. Wiesenfeld-Hallin (dir.), Proceedings of the 8th World Congress on Pain, Seattle, IAPS Press, 1997, p. 185-213.

30 W. B. Smith, R. H. Gracely et M. A. Safer, « The meaning of pain: cancer patients’rating and recall of pain intensity and affect », Pain, vol. 78, no 2, 2005, p. 123-129.

31 M. J. Sullivan, W. M. Rodgers et I. Kirsch, « Catastrophizing, depression and expectancies for pain and emotional distress », Pain, vol. 91, no 1, 2001, p. 147-154.

32 A. R. Damasio, The Feeling of what Happens: Body and Emotion in the Making of Consciousness, New York, Hartcourt Brace, 1999.

Auteur

Neuropsychologue. Professeur agrégé à la faculté de médecine dentaire de l’Université de Montréal.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search