Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement et recherche en santé publique

 | 
Benoît Gaumer
, 
Georges Desrosiers
, 
Jean-Claude Dionne

Chapitre 8. L’Unité de santé internationale

Georges Desrosiers

Texte intégral

1L’université de montréal a une longue tradition d’implication dans le champ de la santé internationale qui remonte aux années 1950 avec l’École d’hygiène. Les formes d’interventions impliquant cette école ont déjà été décrites au chapitre 2. On se limitera ici aux interventions à l’intérieur de la Faculté de médecine, essentiellement dans les années 1970, à quelques initiatives prises au Département de médecine sociale et préventive et à la participation au développement de la Faculté de médecine de Sousse en Tunisie, puis dans les années 1980 et suivantes, à la création et au développement de l’Unité de santé internationale.

Les premières initiatives ; le soutien au développement de la Faculté de médecine de Sousse (1976-1984)

2De 1977 jusqu’à 1984, l’implication institutionnelle de la Faculté de médecine en santé internationale a été centrée sur un vaste projet de soutien au développement de la jeune Faculté de médecine de Sousse en Tunisie fondée en 1974 avec mandat de former des médecins généralistes avec une orientation vers la médecine communautaire. C’est l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI) qui a appuyé financièrement le projet. Au début, à partir de 1976, l’aide de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal a consisté en l’envoi de professeurs spécialisés dans le domaine des sciences de laboratoire. Puis, à partir de juillet 1977, plusieurs cliniciens furent impliqués dans l’enseignement, et cela de façon décroissante jusqu’à 1981. C’est à partir de septembre 1977 qu’un premier professeur de médecine communautaire, Robert Yang, fut recruté au Département de médecine sociale et préventive comme professeur invité pour être détaché à Sousse.

3C’est lui qui a le mérite d’avoir agi comme premier coordonnateur du programme d’enseignement de la médecine communautaire. À partir de 1979, la grande majorité des coopérants de l’Université de Montréal appartenaient au champ de la santé communautaire et de la médecine familiale, si bien qu’en septembre 1981, on en comptait au-delà de six. On doit faire mention de l’appui soutenu qu’a accordé le doyen Pierre Bois au projet durant cette période.

4Cette forme de participation par l’envoi de professeurs en médecine communautaire et familiale pour des périodes d’un an ou plus se maintiendra jusqu’en 1984. Par la suite, jusqu’en 1988, la coopération prendra la forme de missions de courte durée. On doit aussi mentionner qu’au début des années 1980, 5 étudiants de la maîtrise en santé communautaire ont pu faire des stages à Sousse tandis que 9 professeurs agrégés et assistants hospitalo-universitaires et 13 médecins résidents tunisiens faisaient des stages dans des services hospitaliers québécois. L’accueil de professeurs et d’étudiants de Sousse se maintiendra jusqu’à 1993, qui marque la fin de cette coopération institutionnelle, la Faculté de Sousse ayant alors les ressources suffisantes pour fonctionner sans le soutien de la coopération internationale.

5Parallèlement à ce projet de coopération, dès 1976, le directeur du Département de médecine sociale et préventive confiait à un professeur, Bernard Heneman (1975-1979), le mandat d’étudier la possibilité de la création d’une section de santé internationale et d’un cours sur le sujet à l’intérieur du programme de maîtrise en santé communautaire. En novembre de cette année, il dépose un ambitieux projet de centre international de planification de la santé. Le mois suivant, pour donner suite à son projet, il se rend en mission à la Pan American Health Organization à Washington, qui est la division de l’OMS pour les Amériques, où il rencontre, entre autres, deux fonctionnaires de cet organisme, les Drs Pillet et Manceau, qui avaient été professeurs à l’École d’hygiène de l’Université de Montréal de 1965 à 1970. En mars 1977, fut approuvé un cours de trois crédits en santé internationale, sous la responsabilité de ce dernier, qui portait sur les agences internationales de santé, les programmes bilatéraux et multilatéraux, la géographie, les grandes endémies et la planification de la santé. À la suite de sa démission comme professeur en 1979 pour des raisons personnelles, aucun des deux projets ne se réalisera à court terme. En septembre 1977, un premier étudiant étranger d’origine française fut accepté dans le programme de maîtrise, mais ce n’est qu’en 1980 que sont accueillis les premiers étudiants en provenance des pays en voie de développement.

La gestation et la naissance de l’Unité et les premières années (1984-1996)

6La question de la santé internationale reviendra à l’ordre du jour du Département de médecine sociale et préventive à l’occasion d’une assemblée des professeurs en février 1984. Au cours de cette réunion, le directeur propose d’ajouter comme priorité pour les années à venir la santé au travail, l’épidémiologie clinique et la santé internationale. À une autre réunion tenue en août, à la suite d’un long débat, la majorité des professeurs se rallie à la proposition du directeur de s’ouvrir au secteur de la santé internationale qui reposerait sur un financement d’organismes extérieurs comme l’ACDI, et de ce fait n’impliquerait pas une ponction dans les ressources du département, ce que craignaient plusieurs professeurs.

7D’autre part, à la même époque, les choses commencent à bouger à la direction de la Faculté. Le doyen Yvon Gauthier prend l’initiative de convoquer une rencontre sur la santé internationale le 27 juin. Il explique à l’ouverture de cette réunion qu’elle a été convoquée sur son initiative personnelle étant donné les demandes qui viennent de toutes parts pour solliciter la participation de la Faculté à des programmes de coopération. C’est à la suite de cette rencontre qu’un comité consultatif est formé sous la présidence de Pierre Viens, professeur au Département de microbiologie, un vétéran de la coopération internationale à la Faculté. Le comité est formé de représentants des Départements de microbiologie, de médecine, d’administration de la santé, de nutrition, de physiothérapie et de médecine sociale et préventive. Ce comité a pour mandat de faire des recommandations au doyen sur les objectifs généraux de cette coopération et sur les structures facultaires propres à les réaliser. Le comité produit un rapport préliminaire en mars 1985. Il recommande, entre autres, la création d’un comité permanent de la Faculté sur la coopération internationale, que tous les départements impliqués soient pourvus d’un poste de professeur à plein temps chargé de coordonner les activités dans ce secteur, et que la priorité à cet égard soit accordée au Département de médecine sociale et préventive. En novembre, le conseil approuvait cette recommandation. Le comité permanent présidé par Pierre Viens est composé d’un nombre restreint de membres, dont le directeur du Département de médecine sociale et préventive.

8Dès mai 1986, à la suite du départ de Pierre Viens qui a accepté un poste à l’Université Laval comme directeur du Centre de coopération internationale en santé et développement, le comité recommandait l’ouverture immédiate d’un poste de professeur invité pour prendre l’initiative de l’implantation d’une unité de santé internationale sur une base expérimentale de trois ans. Il recommandait nommément Pierre Fournier, fonctionnaire d’une organisation internationale (la Banque africaine de développement) et diplômé du programme de maîtrise en santé communautaire, comme titulaire de ce poste. En septembre, il était engagé par la Faculté et entrait en fonction en octobre.

9Les hésitations notées à l’échelon du Département sont apparues aussi à l’échelon facultaire lorsque le comité du budget a été appelé à se prononcer sur l’ouverture d’un poste en santé internationale. Les mêmes arguments sont invoqués. Même si les membres favorables, dont le délégué du Département de médecine sociale et préventive, insistaient sur le fait que le poste pourrait générer des retombées financières importantes à moyen terme, il a fallu tout le poids du doyen pour emporter la décision.

10Durant les deux années qui suivirent (de la fin de 1986 à la fin de 1988), cinq projets d’envergure ont obtenu un financement : trois en Afrique (Tunisie, Tchad et Sénégal), un en Asie (Chine) et un en Amérique centrale (Nicaragua). Le total des subventions obtenues s’élevait à 3 500 000 $ sur une période de cinq ans.

11En 1989, un poste de professeur régulier était créé avec rattachement du titulaire, Pierre Fournier, au Département de médecine sociale et préventive. Le 9 mars, le conseil de la Faculté approuvait la création d’une unité de santé internationale rattachée administrativement au doyen, avec mission de promouvoir l’internationalisation de la Faculté de médecine, en favorisant le développement de programmes d’enseignement et de recherche ouverts sur l’étranger et en intensifiant ses partenariats.

12Durant cette année, l’USI recrutait Lucien Albert à temps partiel (trois jours et demi par semaine) comme coordonnateur des projets de développement. Il avait déjà une expérience de plusieurs années dans ce domaine comme consultant dans une firme œuvrant sur la scène internationale. En 1993, elle pilotait pas moins d’une dizaine de projets de coopération d’envergure, dont le programme de formation multidisciplinaire en santé familiale pour les agents de santé des pays en voie de développement. Ce programme, qui s’est étendu de 1989 à 2004, par son ampleur, par son rayonnement, et par l’engagement du grand nombre de professeurs et de professionnels du réseau de santé publique à Montréal et en Afrique, a constitué sans conteste un des fleurons de l’Unité.

13Il s’est réalisé en partenariat avec plusieurs pays africains et avec le soutien financier du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) à hauteur de 10 745 000 $ US. Durant les quatre premières années, il a été offert à Montréal où les stagiaires étaient accueillis pour une période de 10 mois. L’objectif de cette filière de perfectionnement professionnel en cours d’emploi était de former des cadres des pays francophones dans le domaine de la santé familiale. Son originalité résidait dans le caractère multidisciplinaire de son contenu, livré conjointement par quatre départements universitaires : médecine sociale et préventive, administration de la santé, communications et démographie. Les stagiaires venaient de presque tous les pays francophones d’Afrique, surtout du Sahara, mais aussi du Laos, et d’Haïti et d’horizons professionnels très variés (médecins, sages-femmes, enseignants, journalistes). Les méthodes pédagogiques utilisées, résolument pragmatiques et axées sur les problèmes à résoudre, ont été très appréciées et bousculaient quelque peu les traditions des disciplines qui concouraient à la réussite de cette nouvelle filière de formation en cours d’emploi.

14À partir de 1995, le programme s’est transféré à Dakar, tout en continuant d’être géré par l’USI, et a été réorienté vers la formation de formateurs en management de la santé reproductive. Une stratégie d’établissement de priorités par pays et de création de noyaux nationaux de formateurs ainsi qu’un soutien aux formateurs de retour dans leur pays ont été adoptés.

15Au total, le programme aura formé plus de 500 cadres pour des formations de longue durée (10 mois) et au-delà de 500 autres pour des formations de courte durée.

Élargissement des interventions et remise en question du statut de l’Unité (1996-1998)

16À la fin de 1996, Pierre Fournier quitte la direction de l’USI pour occuper le poste de directeur du Département de médecine sociale et préventive, tout en maintenant son attachement à l’USI. Il est remplacé par Lucien Albert, qui entre en poste à plein temps au début de 1997. Il avait déjà assuré l’intérim durant l’année universitaire 1995-1996. Avec ce dernier, le contenu des projets, qui jusqu’alors était volontairement limité aux domaines de la formation et de la recherche, va s’élargir pour s’étendre aux interventions, ce qui provoquera une augmentation considérable des montants des subventions obtenues dans les huit années qui suivront.

Né en Vendée en France, Lucien Albert obtient un diplôme universitaire d’études littéraires de l’Université de Nantes en 1969. Il a une formation en administration et organisation des entreprises ainsi qu’une scolarité de maîtrise en communication organisationnelle à l’Université de Montréal (1979). De 1977 à 1984, il a occupé le poste de directeur général du CLSC du Marigot à Laval. De 1984 à 1989, il a été consultant pour la firme CERHU International où il a développé une expérience de consultation sur le plan international. Depuis son engagement à l’USI en 1989, il a assumé la responsabilité de la coordination des projets, puis, depuis 1996, du développement et de la direction de l’USI. Il met également à contribution ses expertises sur le plan international dans les domaines du management et des ressources humaines comme consultant et comme formateur à titre de chargé de cours.

17L’Unité s’est toujours identifiée comme partie prenante du secteur de la santé publique et a participé activement aux efforts d’intégration de ce dernier, notamment comme membre du Comité de coordination du secteur qui a été très actif, particulièrement durant la période de 1993 à 2002.

18L’USI autofinance entièrement son fonctionnement, son infrastructure, son personnel et son développement à même les projets de santé internationale grâce à des subventions et des contrats obtenus auprès d’organismes canadiens et internationaux diversifiés. Elle devient même une source de financement pour l’Université puisque celle-ci reçoit en redevances 50 % des frais généraux générés par les projets. Ainsi, en huit ans, entre 1989 et 1997, elle a reçu près de 800 000 $.

Le Comité d’orientation de la santé internationale

19En 1997, le directeur, sentant le besoin de procéder à une réévaluation de l’orientation et des missions de l’USI, prend l’initiative, avec le consentement du doyen de la Faculté de médecine, de créer un comité interfacultaire de neuf membres représentatifs des différents partenaires, incluant la doyenne de la Faculté des sciences infirmières (FSI), la doyenne de la Faculté des arts et sciences (FAS), le doyen de la Faculté de médecine, le directeur du Département de médecine sociale et préventive, le directeur du Département de médecine familiale, le directeur du Département d’administration de la santé, un professeur de la Faculté de pharmacie, le directeur de l’USI et un professeur du DASUM, qui, sur la base de l’expérience accumulée s’est interrogé sur la nature des activités qu’il est approprié de poursuivre dans un contexte où les demandes de coopération en santé en provenance de l’étranger sont fortes et où les ressources humaines de la Faculté disponibles pour les activités de coopération ne s’accroissent pas. Dans le rapport soumis, on fait le point sur les activités de santé internationale réalisées avec l’appui de l’USI depuis 1989, on dresse un bilan des principales contraintes organisationnelles et administratives vécues en santé internationale, on propose une redéfinition de la mission de l’USI et on précise quelques objectifs et stratégies d’action prioritaires à développer.

Les réalisations

20En ce qui concerne les activités, on mentionne que de 1989 à 1998 quelque 27 nouveaux projets (ou nouvelles phases de projets) ont été développés pour une enveloppe globale d’environ 16 000 000 $. Le personnel rémunéré se composait sur place du directeur, de quatre secrétaires et commis et de trois coordonnateurs. À ceux-ci s’ajoutaient à l’étranger 12 professionnels à plein temps et plusieurs vacataires. Par ailleurs, ces activités ont mobilisé de nombreux professeurs venant de divers départements et unités de la Faculté de médecine et également d’autres facultés dans le cas de projets interfacultaires, ainsi que plusieurs cadres du réseau de la santé de la région de Montréal (cadres hospitaliers, professionnels de la santé publique).

Les contraintes

21Tout un chapitre du rapport est consacré aux contraintes et obstacles au développement des activités internationales en santé. Ces contraintes sont liées au contexte intra-organisationnel, aux ressources humaines, au principal bailleur de fonds l’ACDI, et à la concurrence.

22Les contraintes d’ordre intra-organisationnel sont liées aux modalités de fonctionnement des systèmes administratifs et financiers de l’Université et de leur inadéquation par rapport aux exigences des activités menées par l’USI. En effet, tout en étant soumise aux règles de fonctionnement de ses nombreux bailleurs de fonds, l’USI est également soumise à toutes les règles de gestion de l’Université sur le plan administratif, financier et gestion du personnel, ce qui crée divers goulets d’étranglement. Parmi les principales contraintes imposées par ces systèmes, il y a la structure qui fait que l’USI relève du doyen de la Faculté de médecine alors que la majorité de ses activités relèvent du champ de la santé publique et que plusieurs autres revêtent un caractère bifacultaire (FAS, FSI). Il s’agit donc d’une unité administrative de la Faculté de médecine qui n’a aucun statut officiel à l’Université.

23D’autre part, les frais de fonctionnement et de développement sont réduits du fait que 50 % des frais généraux générés par les projets sont retournés à l’Université sans obligation de la part de celle-ci de contribuer au développement de la santé internationale. Ensuite, la gestion financière est compliquée du fait qu’elle doit s’adapter aux exigences des organismes qui financent les projets de coopération et de recherche, qui sont très différentes de celles des fonds réguliers de l’Université et qui sont aussi différentes d’un organisme à l’autre. L’expérience des huit dernières années a permis de constater et de confirmer que les règles et procédures en vigueur à l’Université en matière de gestion financière constituent, plutôt que des soutiens, de véritables contraintes et parfois même des obstacles à la gestion des projets.

24Il y a des contraintes liées à la limite en ressources humaines. Ces dernières années, l’USI a eu recours à plus de 80 intervenants (professeurs, professionnels, cadres) pour contribuer à l’exécution de ses projets. Les ressources les plus sollicitées ont été les professeurs, en particulier ceux des départements du secteur de la santé publique. Le peu de valorisation des activités internationales dans la carrière professorale constitue un handicap à une plus grande implication des professeurs dans de telles activités. L’USI doit souvent se tourner vers des ressources du réseau de la santé (DSP et hôpitaux) de Montréal et de la Montérégie pour faire face à ses besoins en expertise. Elle implique également dans plusieurs de ses projets des alliances avec des firmes de consultants du secteur privé qui peuvent mettre à contribution des expertises non disponibles à l’Université.

Les partenaires bailleurs de fonds

25L’ACDI, qui est le principal bailleur de fonds, fournit jusqu’à 48 % du financement de l’USI. Sous la coordination de l’Association des universités et collèges canadiens, les universités participent depuis 1994 à un concours pour l’obtention des fonds de l’ACDI. La concurrence entre les universités est très forte, ce qui fait que l’accès en est maintenant limité pour l’Université de Montréal. Et de plus, le secteur santé ne figure pas nécessairement en tête de liste des priorités de celle-ci. L’USI répond par ailleurs à des appels d’offres dans le cadre de l’aide bilatérale canadienne, et il s’agit là de la principale source de financement en provenance de l’ACDI. Les banques de développement, le CRDI, les agences des Nations Unies et les fondations constituent les autres bailleurs de fonds principaux.

26Les contraintes liées à la concurrence ne sont pas négligeables. Les intervenants sont de plus en plus nombreux sur la scène internationale. Alors que, lors du démarrage de l’USI en 1989, il était aisé d’obtenir un financement pour deux ou trois projets soumis, il est maintenant plus habituel d’obtenir un seul financement pour cinq à huit projets soumis.

Les perspectives d’avenir

27Le comité concluait qu’à la lumière du contexte décrit précédemment, il apparaît utile de réexaminer la mission de l’USI ainsi que les orientations générales et les priorités dont l’Unité devrait se doter. En ce qui concerne la mission, il est recommandé de l’élargir en la définissant ainsi :

L’Unité de santé internationale a pour mission de promouvoir l’internationalisation de la Faculté de médecine ainsi que des composantes de l’axe santé de l’Université de Montréal et des institutions qui y sont affiliées dans le champ de la santé. Elle favorise le développement d’échanges académiques (sic) et de programmes d’enseignement et de recherche ouverts sur l’étranger. Elle permet la mise à contribution et la valorisation, sur la scène internationale, des expertises disponibles. Elle stimule l’intensification des partenariats internes et externes. Elle assure le soutien au développement et à la gestion des activités et projets de coopération de l’axe santé.

28Après avoir apporté des précisions sur les domaines d’intervention à privilégier, les régions et les pays à cibler, les stratégies d’action à développer, le rapport concluait qu’il apparaît clairement que le développement de la santé internationale nécessite une identité et une visibilité fortes de l’unité chargée d’assurer la promotion de ce domaine ainsi qu’un grand degré d’autonomie afin d’assurer la maîtrise de son développement. Pour ce faire, le comité propose de transformer l’USI actuelle en une société autonome sans but lucratif qui agira comme agence d’exécution de l’Université pour les questions de coopération internationale dans le champ de la santé conformément à l’exposé de mission proposé précédemment. Le directeur a précisé que cette formule n’est pas nouvelle, elle existe déjà à l’Université Laval et dans plusieurs universités américaines. La création d’une telle société permettra de lever les barrières évoquées dans le document, favorisera la création d’une identité forte de l’USI dont le nom devrait être modifié, permettra de plus grandes marges de manœuvre pour créer des alliances, favorisant ainsi la création d’un bassin de ressources et d’une offre d’expertise plus larges. Il y aura lieu aussi de négocier avec l’Université la modification de la répartition des retombées des activités de la société afin qu’elles retournent entièrement à celle-ci et non plus à 50 % au fonds général de l’Université.

29Le rapport a été déposé au Comité d’orientation de l’Université en juin 1998, qui n’a pas envoyé d’accusé de réception, ni informé le directeur d’une façon ou de l’autre de ce qu’il entendait faire des recommandations formulées. Il a aussi été déposé à la direction de la Faculté qui l’a soumis au conseil le 10 septembre de la même année, lequel, à l’unanimité moins une abstention, l’approuvait dans les termes suivants : « Les membres du conseil acceptent les voies d’orientation proposées comme un développement souhaitable pour l’Unité de santé internationale. »

30Dans la suite des choses, aucun changement n’a été apporté, la plupart des contraintes n’ont pas été levées. Ce qui peut signifier que, malgré un large consensus des principales parties prenantes autant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Faculté de médecine, les autorités de l’Université n’entendent rien changer des structures et des pratiques administratives qui encadrent la coopération internationale.

Les années de grande expansion (1998-2006)

31En 2003, des changements ont été apportés à l’occasion de la réouverture du poste de vice-doyen à la santé publique qui avait été mis en veilleuse depuis 1994. Le poste prend le nom de vice-décanat à la santé publique, sciences de la santé et relations internationales. En ce qui concerne les relations internationales, la responsabilité de la titulaire du poste est ainsi définie : coordonner et développer les activités internationales de la Faculté de médecine, principalement en regard des ententes internationales et de la mobilité étudiante et professorale. Pour cela, elle doit notamment animer une démarche de planification stratégique en relations internationales de la Faculté. Le directeur, qui relevait administrativement directement du doyen depuis 1989, relève dorénavant de la vice-doyenne à la santé publique.

32Malgré les contraintes, l’USI a continué de progresser durant la période de 1998 à 2006, en menant des actions au titre des interventions, de la formation, de l’analyse et la réforme des systèmes de santé, de travaux de recherche de différents types. Comme il est noté dans le tableau ci-après, le nombre de projets pour cette période s’est élevé à 42 pour un investissement de plus de 44 000 000 $, soit le triple de celui de la première période de 1989 à 1997.

Tableau 8.1. Projets de coopération de l’USI : 1989-2006

Période

Nombre de projets

Fonds obtenus en $ CA

1989-1997

19

14 445 098

1998-2006

42

57 424 459

1989-2006

61

71 869 557

Source : Secrétariat de l’USI, avril 2006.

33Elle a récemment, en 2005, reformulé sa mission ainsi décrite, en insistant sur le partenariat :

Contribuer à l’amélioration de la santé dans les pays en développement et en transition par le renforcement des capacités des individus et des organisations avec une approche partenariale. Ces partenariats sont développés dans le champ des politiques, programmes et services et dans celui des problèmes de santé et de population. Les stratégies d’intervention combinent des actions relevant de la formation, de la recherche et de l’appui technique.

34Ses activités sont menées dans une vingtaine de pays sur plusieurs continents :

  • En Afrique subsaharienne francophone : Guinée, Mali, Sénégal, Burkina Faso, Madagascar, Côte d’Ivoire, Gabon, Niger, Comores, Cameroun, Burundi ;

  • Au Maghreb et au Proche-Orient : Liban, Maroc, Algérie, Tunisie ;

  • Dans les Caraïbes et en Amérique centrale : Nicaragua, El Salvador, Haïti, Costa Rica ;

  • En Amérique du Sud : Brésil, Uruguay, Chili ;

  • En Asie : Chine, Bangladesh, Inde, Indonésie ;

  • En Europe de l’Est : Albanie, Roumanie, Hongrie.

35Dans le but d’illustrer les formes qu’ont prises les interventions de l’USI au cours des dernières années, trois projets relevant de la formation, de la recherche et de l’appui technique sont sommairement décrits ci-après.

Formation

36Réseau pour le leadership en population et santé en Afrique subsaharienne.

37Le financement est assuré par la Fondation Belinda et Bill Gates pour un montant de 11 604 000 $ et s’étend de 2003 à 2013. Le projet est réalisé en partenariat avec l’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) de l’Université d’Ouagadougou au Burkina Faso.

38Il vise à renforcer le leadership et les capacités humaines et institutionnelles en Afrique subsaharienne francophone, afin de mieux faire face aux défis en matière de population et de santé qui se posent dans cette région, en particulier les problèmes reliés à la santé de la reproduction et à celle des enfants. Ce projet vise aussi à renforcer les capacités institutionnelles de l’ISSP, ainsi qu’à valoriser et diffuser les connaissances et à appuyer les politiques. Un programme de maîtrise professionnelle en population et santé a été mis sur pied et formera 80 étudiants ; 17 autres seront formés à Montréal et des séminaires régionaux seront organisés à l’intention des leaders et spécialistes africains.

Recherche

39Politiques publiques et protection contre l’exclusion en Afrique de l’Ouest.

40Ce projet est financé par le CRDI pour un montant de 368 770 $. Il se réalise en deux phases de 2001 à 2003 et de 2003 à 2006. Il a pour objectif général de lancer en Afrique de l’Ouest un réseau de recherche-analyse et de formulation de politiques visant à promouvoir l’accès équitable aux soins de santé. Il vise spécifiquement à créer des groupes nationaux de réflexion et d’influence capables d’analyser les effets des politiques publiques sur l’accès aux soins dans cinq pays : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal ; à susciter des échanges intra- et interpays afin de développer le partage de connaissances et d’expériences, de renforcer les capacités mutuelles d’influences sur la formulation des politiques réduisant l’exclusion aux soins de santé ; à déterminer, à l’issue de cette phase du projet, si les conditions nécessaires (intérêts, capacités, faisabilité) sont réunies pour la mise en place d’un observatoire de politiques et systèmes de santé en Afrique de l’Ouest.

Appui technique

41Appui technique à la réforme de la gestion hospitalière au Maroc.

42Le financement qui provient de la Banque mondiale est de l’ordre de 6 300 000 $. Le projet est réalisé en partenariat avec la Direction des hôpitaux et des soins ambulatoires du ministère de la Santé. Il vise à appuyer le ministère de la Santé dans la mise en œuvre de la réforme des hôpitaux. L’intervention a été réalisée en deux phases. La première (2002-2003) a permis de concevoir et de développer les outils de gestion stratégique et de gestion appliquée modernes adaptés au contexte du système de santé du Maroc. Les outils ont été implantés dans cinq hôpitaux pendant la seconde phase de l’intervention (2004-2005). L’accompagnement des équipes de direction hospitalière dans l’implantation du changement a été la principale approche utilisée. Un programme spécifique de développement des compétences du personnel marocain a été conçu, réalisé et suivi de manière rigoureuse. Le mandat a été réalisé par un groupe comprenant l’USI (maître d’œuvre), le groupe GBM de la Régie régionale de la Montérégie et la firme CIM (Conseil en immobilisations et management).

***

43Au cours des années 1970 et du début des années 1980, la Faculté de médecine de l’Université de Montréal a concentré son effort de coopération internationale sur le soutien au développement de la jeune faculté de médecine de Sousse en Tunisie qui a connu un grand succès. Par la suite, c’est avec la mise en place de l’USI à partir de 1987 que la coopération internationale a connu un démarrage rapide. Les initiatives se sont multipliées, faisant de l’Université de Montréal, en peu d’années, un acteur majeur de la santé internationale dans le milieu universitaire canadien.

44De nombreux professeurs du secteur de la santé publique, de certains départements cliniques, de la FSI et de la FAS, notamment du Département de démographie, et aussi des professionnels de la santé publique du réseau, se sont impliqués à l’invitation de la direction de l’USI. D’autre part, la politique de partenariat adoptée a fait en sorte que des enseignants, des administrateurs et des professionnels des pays visés par les projets ont participé à part entière à leur réalisation.

45Il faut aussi mentionner l’impact sur les étudiants d’ici et des pays participants. Plusieurs de nos étudiants ont pu faire des stages dans les autres pays et s’initier à la coopération internationale. D’autre part, de nombreux professionnels et cadres de la santé de ces pays ont pu s’inscrire dans nos programmes de formation en santé publique ou encore dans des programmes adaptés spécialement pour eux.

46En guise de conclusion, on pourrait rapporter l’affirmation d’un ancien directeur du DMSP et vice-doyen à la santé publique, qui la connaît bien, pour qui l’USI est un véritable joyau.

Table des illustrations

Légende Né en Vendée en France, Lucien Albert obtient un diplôme universitaire d’études littéraires de l’Université de Nantes en 1969. Il a une formation en administration et organisation des entreprises ainsi qu’une scolarité de maîtrise en communication organisationnelle à l’Université de Montréal (1979). De 1977 à 1984, il a occupé le poste de directeur général du CLSC du Marigot à Laval. De 1984 à 1989, il a été consultant pour la firme CERHU International où il a développé une expérience de consultation sur le plan international. Depuis son engagement à l’USI en 1989, il a assumé la responsabilité de la coordination des projets, puis, depuis 1996, du développement et de la direction de l’USI. Il met également à contribution ses expertises sur le plan international dans les domaines du management et des ressources humaines comme consultant et comme formateur à titre de chargé de cours.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14519/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

Diplômé en médecine. Il détient une maîtrise en administration hospitalière de l’Université de Montréal et un certificat de spécialiste en santé publique du Collège des médecins du Québec. Il a été le premier directeur du Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal de 1973 à 1981. À la retraite depuis 1997, avec le titre de professeur émérite, il poursuit des recherches sur l’histoire de la santé publique au Québec, entreprises depuis le début des années 1980.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter