Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement et recherche en santé publique

 | 
Benoît Gaumer
, 
Georges Desrosiers
, 
Jean-Claude Dionne

Chapitre 7. Le doctorat en santé publique

Benoît Gaumer

Texte intégral

1Depuis 25 ans, le développement de l’enseignement de 3e cycle en santé publique à l’Université de Montréal est inséparable de celui du GRIS. Ce doctorat, souhaité conjointement par les trois départements de la santé publique de la Faculté de médecine, tire son originalité et sa force d’une cohabitation physique et intellectuelle avec le GRIS. À l’automne 1989, Anne Lemay et Lucie Richard, représentantes des étudiants au Ph. D. en santé communautaire, ne pouvaient qu’attirer l’attention de Serge Carrière, doyen de la Faculté de médecine, sur l’importante contribution de ce groupe de recherche à leur formation universitaire. Elles insistaient non seulement sur l’aide matérielle et financière, mais surtout sur l’accès à des ressources scientifiques diversifiées, facilité par la grande disponibilité des chercheurs du groupe. Elles considéraient que le fort sentiment d’appartenance au sein du groupe, lié pour elles au mode de gestion et d’organisation d’André-Pierre Contandriopoulos (le directeur à l’époque) et de Francine Auger (l’administratrice), ne pouvait que motiver les étudiants à réussir leurs études.

2Cette initiative étudiante de soutien au GRIS en difficultés financières ne sera pas appréciée par les directeurs de département qui n’avaient pas été consultés. Pour ces derniers, la structure hiérarchique n’avait pas été respectée et cette démarche, bien que valable à leurs yeux, risquait de donner l’impression aux instances administratives que le GRIS assumait une part importante des responsabilités d’encadrement et de formation des étudiants du doctorat. Cet incident est révélateur de certaines difficultés de mise en œuvre d’un programme conjoint de Ph. D. entre des départements vigilants quant à leur autonomie et peut-être régulièrement tentés de développer un doctorat « disciplinaire ».

3En un quart de siècle, ce programme de 3e cycle a contribué à former près de 130 docteurs en santé publique que l’on retrouve souvent à des postes importants, dans le réseau de la santé et des services sociaux comme à l’université, mais aussi à l’étranger. Avant de tenter d’évaluer l’impact de ce programme, en particulier l’importance des étudiants formés et diplômés, il importe de s’attarder sur son origine, ses objectifs, les principaux faits ayant rythmé son développement, son organisation ainsi que l’empreinte de ses directeurs successifs.

Une origine administrativement simplifiée

4En janvier 1978, les trois Départements, de médecine du travail et hygiène du milieu, d’administration de la santé, et de médecine sociale et préventive, élaborent conjointement, pour les autorités universitaires, un projet de Ph. D. en santé communautaire. Il s’agissait alors de modifier en profondeur le programme de formation en recherche conduisant au grade de doctorat en hygiène (D. Sc. H.), créé en 1965, offert à l’époque par la Faculté des études supérieures avec le soutien du Département d’hygiène du milieu et déjà rebaptisé Ph. D (environnement) en 1977. Le projet est d’abord adopté par le Conseil de la Faculté des études supérieures en janvier 1978 puis par la Commission des études de l’Université en avril de la même année. Comme il s’agissait d’une modification de programme déjà existant, l’approbation du Comité paritaire des programmes de la Conférence des recteurs et proviseurs des universités du Québec (CREPUQ) n’était pas requise, simplifiant d’autant le processus administratif.

5Plusieurs raisons vont converger pour créer ce programme conjoint de doctorat en santé communautaire en utilisant ce nouveau sigle. La santé communautaire était alors définie comme la promotion, le maintien et le rétablissement de la santé par une action concertée. En 1977, Jean Rochon, l’un des promoteurs de cette « nouvelle santé publique », venait de rédiger pour L’Annuaire du Québec un article sur « La santé communautaire dans le système régional des services de santé et des services sociaux ». Trente-deux départements de santé communautaires (DSC), couvrant l’ensemble du Québec, concrétisaient cette nouvelle orientation du système de santé ; des centres locaux de services communautaires (CLSC) apparaissaient un peu partout dans la province. Ce nouveau concept bousculait l’ancienne santé ou hygiène publique, amenant les trois départements de la Faculté de médecine, interpellés par ces changements dans le système de santé et des services, à élargir leur perspective tout en découvrant leur complémentarité.

6En modifiant son nom en 1978 pour celui de médecine du travail et d’hygiène du milieu, ce département accompagnait le mouvement marqué par la publication au Québec du livre blanc sur la santé au travail en 1978. Le cadre traditionnel de l’hygiène et le laboratoire ne pouvaient plus suffire à l’appréhension des effets de l’environnement sur la santé. L’ancien doctorat en science s’appuyait presque exclusivement sur des recherches en laboratoire, alors que la complexité des problèmes sanitaires liés à l’environnement nécessitait de faire appel à des champs de compétence qui débordaient le cadre traditionnel de l’hygiène du milieu.

7Le Département de médecine sociale et préventive, à l’instar de ses deux homologues des facultés de médecine des Universités Laval et McGill, s’était engagé, dès 1973, dans la formation en cours d’emploi des cadres des DSC qui se mettaient en place. En 1975, l’ouverture de la maîtrise en santé communautaire, tout en s’inscrivant dans la continuité administrative du diplôme en hygiène publique délivré jusqu’en 1969-1970 par l’École de santé publique de l’Université de Montréal et toujours en vigueur, marquait une rupture dans l’enseignement universitaire de la santé publique. Ce diplôme profondément modifié et résolument pluridisciplinaire nécessitait pour sa mise en œuvre, dès septembre 1976, l’intervention conjointe de plusieurs professeurs des trois départements, montrant ainsi la voie au futur doctorat.

8Le Département d’administration de la santé, était lui aussi profondément influencé par le nouvel esprit qui présidait à la réforme du système de santé et des services sociaux, à la suite du rapport de la CESBES. Déjà, par sa nouvelle maîtrise en administration des services de santé, prenant le relais de celle qui était intitulée administration hospitalière, il ne s’agissait plus de former seulement des administrateurs hospitaliers, mais aussi des cadres de gestion pour les nouvelles organisations du réseau des affaires sociales (ministère des Affaires sociales, centres régionaux de services de santé et de services sociaux, associations professionnelles, etc.). Dès cette époque, le besoin d’un 3e cycle se faisait sentir, mais les ressources du Département ne permettaient pas d’en organiser un, soutenu exclusivement par le DAS.

9Cependant, à la fin de l’année 1974, Jean-Yves Rivard pilotera un groupe de travail chargé d’élaborer un projet de programme de doctorat en administration de la santé. Raynald Pinault, responsable parallèlement de la mise en place de la maîtrise en santé communautaire en fera partie, facilitant l’élaboration en mars 1975 d’un premier projet de formation en recherche sur les services de santé, offert par le Département d’administration de la santé en collaboration avec celui de médecine sociale et préventive. En 1976, alors que le DAS avait recruté quatre nouveaux professeurs détenteurs de diplômes de 3e cycle, les deux ministères de l’Éducation et des Affaires sociales, dans un rapport conjoint intitulé Planification sectorielle de l’enseignement supérieur. Opérations sciences de la santé, recommandait « d’implanter dans une université québécoise, de préférence dans le Département de l’administration de la santé de l’Université de Montréal, un programme de 3e cycle orienté vers l’étude du système de santé ».

10Au cours des deux années subséquentes, le projet initial de 1975 est reformulé, devenant un projet conjoint des trois départements. Il ne sera adopté qu’après de nombreux échanges entre le comité des programmes de la Faculté des études supérieures et la direction de la Faculté de médecine sur la façon de présenter le programme. En effet, parallèlement au développement de la recherche, des efforts vont être déployés pour transformer l’ancien doctorat en hygiène du milieu de l’École de santé publique en un programme de doctorat en santé communautaire offert conjointement par le DAS, le Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu ainsi que celui de médecine sociale et préventive.

11En septembre 1978, le doctorat en santé communautaire est reconnu officiellement par l’Université de Montréal avec trois options (administration de la santé, médecine sociale et préventive, hygiène du milieu). À la fin des années 1970, la recherche est devenue une préoccupation dominante pour les trois départements, transformant considérablement leur approche de la formation des étudiants inscrits dans les différents programmes.

Pourquoi ce doctorat ?

12Sans attendre les résultats d’une évaluation du programme par un comité d’experts demandé par la CREPUQ, il est mis en route dès la rentrée universitaire 1978, sous la direction d’André-Pierre Contandriopoulos. Les deux premiers étudiants seront admis : Jules Brodeur et Pierre Lambert. Les recommandations du comité d’experts seront progressivement mises en application : les unes très rapidement, comme la création d’un séminaire conjoint autour des trois composantes d’origine du doctorat, les autres avec un certain retard, notamment l’exigence de recruter des professeurs ayant une expérience de recherche interdisciplinaire dans le domaine de la santé communautaire, qui mettront plus de temps à se réaliser que prévu. Au début de l’année 1979, un comité de programme était créé, formé des trois directeurs des départements participants, du directeur du programme et d’un représentant étudiant.

13L’objectif premier visé par le programme était de former des chercheurs en santé communautaire, c’est-à-dire capables d’œuvrer dans les domaines de la santé environnementale, de l’organisation des services et programmes de santé ainsi que de l’évaluation de ces services et programmes. Il s’agissait des éléments essentiels de la réforme adoptée au Québec, à la suite du rapport de la commission Castonguay-Nepveu. Ces secteurs d’expertise étaient encore à l’état embryonnaire, à cause du très petit nombre de chercheurs spécifiquement formés à ces fins. Le MAS, les CRSSS, les DSC, le ministère fédéral de la Santé ainsi que les organismes internationaux offraient potentiellement des débouchés intéressants pour les diplômés. Les concepteurs du programme envisageaient également comme débouché à brève échéance la nécessité d’assurer la relève professorale dans les trois départements.

14En 1978, au Québec, seule l’Université McGill offrait un programme de cours en épidémiologie, statistiques médicales, recherches sur les soins médicaux et hygiène des milieux conduisant au Ph. D. Cependant, l’orientation de ce programme était clairement centrée sur l’épidémiologie et ne semblait pas réaliser la multidisciplinarité dans la façon d’aborder les problèmes de santé comme celui de Ph. D. en santé communautaire. À ce moment-là, aucune autre université canadienne n’offrait de doctorat semblable.

15Le défi principal dans la mise en route du programme de formation, comme l’indiquaient ses concepteurs en 1978, sera de respecter l’équilibre entre les éléments suivants.

  1. Le développement chez l’étudiant de la capacité d’innover, d’inventer des concepts originaux ou des méthodes nouvelles en santé environnementale, en administration de la santé ou en médecine sociale et préventive.
  2. L’étude systématique, détaillée et critique des phénomènes reliés : a) à l’altération de la qualité de l’environnement et de l’hérédité, et des effets nocifs sur la santé qui en découlent ; b) à l’organisation des services de santé, c’est-à-dire des sous-systèmes des ressources humaines, physiques et financières, et de leurs interrelations ; c) à l’identification d’un problème de santé dans une population, à l’élaboration et à l’évaluation des programmes de santé.
  3. Une compréhension approfondie des théories, concepts et méthodes utilisées dans une discipline choisie par l’étudiant, par exemple la toxicologie environnementale, l’organisation des services de santé, la biométrie, l’épidémiologie, la sociologie, la génétique, l’économique (sic), la recherche opérationnelle et une sensibilisation aux concepts et méthodes employés dans toutes ces disciplines.
  4. Une connaissance théorique et pratique des outils méthodologiques utilisés en recherche et une sensibilisation aux différents types de recherche.

16Au terme de cette formation multidisciplinaire, mais enracinée dans une discipline, l’étudiant devait être capable de formuler un problème de recherche pertinent ainsi que de planifier, diriger et conduire à terme un travail de recherche sur ce problème. Toute la difficulté opérationnelle de ce programme va tenir dans le maintien de cet équilibre entre « multidisciplinarité » et spécialisation. La balance oscillera souvent tout au long de ces 25 ans !

Une organisation facilitant l’interdisciplinarité

17Pour maintenir ce fragile équilibre et respecter le caractère interdépartemental de ce programme, le comité de direction va jouer un rôle essentiel tout comme les directeurs successifs. Dès le départ, le programme est placé sous l’autorité directe de la Faculté et non de l’un ou l’autre des trois départements qui apportaient leur adhésion. Le conseil de la Faculté des études supérieures estimait à l’époque qu’il ne pouvait qu’en être ainsi. Si le programme devait être étendu à d’autres facultés (sciences infirmières par exemple), il serait alors relié directement à la FES.

François Béland est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en sociologie de l’Université Laval. Après des études postdoctorales en organisation des soins de santé à l’Université du Michigan, il confirmera cette orientation de chercheur à la Direction de l’évaluation des programmes du ministère des Affaires sociales à Québec. Il rejoint le Département d’administration de la santé comme chercheur adjoint en 1983, tout en étant rattaché au DSC de la Cité de la santé de Laval. Il entrera comme chercheur agrégé au GRIS en 1986, en même temps qu’il sera professeur agrégé au DAS. Il est présentement professeur titulaire. Très engagé dans le domaine de la gérontologie, il est professeur associé au Département de gériatrie de la Faculté de médecine de l’Université McGill et codirecteur de Solidage. Il est fellow de la Gerontological Society of America depuis 1994 et devient membre émérite de l’Association canadienne de gérontologie en octobre 2003.

18Dès les premières années, le programme était sous le contrôle de l’assemblée des professeurs des trois départements contribuant à l’enseignement et ayant des activités de recherche. C’est elle qui l’évaluait lors de sa réunion annuelle statutaire, devant se prononcer sur tout changement dans l’orientation du programme. Un directeur du programme, avec un mandat de trois ans renouvelable, sera nommé selon un processus assez semblable à celui de la nomination des directeurs de département, lui donnant ainsi une autorité suffisante de gestion. Sept directeurs vont se succéder de 1978 à 2006, en respectant un certain équilibre entre les trois départements constituants le secteur de la santé publique de la Faculté de médecine. À André-Pierre Contandriopoulos, assurant une longue direction, parallèlement à celle du GRIS, de 1978 à 1985, succédera Raynald Pinault (1985-1987), tous les deux ayant contribué avec enthousiasme et persévérance au développement et au maillage du GRIS et du Ph. D. François Béland occupera le poste par deux fois, contribuant passionnément à structurer le doctorat sur le plan pédagogique et à préserver son autonomie de gestion, d’abord de 1987 à 1989 puis de 1990 à 1994.

19Le Département de santé environnementale et de santé au travail assurera la direction de ce doctorat conjoint à travers le mandat de Jules Brodeur, de 1994 à 1996. Louise Potvin (1996-1999) lui succédera, représentant à nouveau le Département de médecine sociale et préventive.

20Pour une fois, l’alternance ne sera pas respectée, Jean-Marc Brodeur prenant le relai de la direction de 1999 à 2003, avant de laisser sa place à Nicole Leduc du Département d’administration de la santé, qui assure présentement cette direction.

21Un comité de direction du programme sera mis sur pied par le premier directeur du programme, André-Pierre Contandriopoulos, dès le début de l’année 1979. Il s’agissait de coordonner les activités entre les trois départements : admission des étudiants, choix de cours, organisation de l’examen de synthèse, mais aussi de servir de liaison avec les assemblées départementales, souhaitant conserver le contrôle de ce nouveau programme interdépartemental. Il était alors composé des directeurs des trois départements fondateurs ainsi que d’un représentant étudiant. Cette formule sera modifiée avec les années, aux directeurs des départements s’ajoutant les responsables des options devenues transdépartementales et s’étant diversifiées au fil du temps. Au départ, le doctorat offrait trois options correspondant à la spécificité de chacun des trois départements : administration de la santé, médecine sociale et préventive, médecine du travail et hygiène des milieux. Régulièrement se posera le problème de la participation des directeurs de département aux réunions du comité de programme dont ils sont membres de droit. Leur présence ne paraissait pas toujours nécessaire du fait que les responsables d’option issus des trois départements représentaient de fait ces derniers.

Louise Potvin est titulaire d’une maîtrise en psychologie de l’Université Concordia et d’un Ph. D. en santé communautaire de l’Université de Montréal. Elle a poursuivi des études postdoctorales en épidémiologie clinique à l’Université McGill et en évaluation de programme aux États-Unis avec Donald T. Campbell. Elle est présentement professeure au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Elle est titulaire de la chaire « Approches communautaires et inégalités de santé » de la Fondation canadienne de recherche sur les services de santé et des Instituts canadiens de recherche sur la santé. Chercheure au GRIS, elle est aussi directrice scientifique du Centre Léa-Roback, dont elle est l’une des fondatrices. Spécialiste de la recherche sur l’évaluation de programme en santé communautaire, engagée également sur le plan international, elle est professeure affiliée au Center of International Health, Curtin University of Technolgy, Pert, WA.

Nicole Leduc est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en santé communautaire de l’Université de Montréal. Après des études postdoctorales au Département d’épidémiologie et de biostatistique de l’Université McGill, elle entrera comme chercheure permanente au GRIS en 1994 et chercheure adjointe au DAS l’année suivante. Professeure agrégée en 2002 dans ce département, elle vient d’être nommée professeure titulaire en 2006. Elle a été très engagée ces dernières années dans l’enseignement aux étudiants du 2e et 3e cycle, responsable du cours Méthodologie de la recherche et développant un nouveau cours intitulé La recherche en santé publique. Parallèlement très active au sein du GRIS, dont elle anime plusieurs comités et activités scientifiques, elle est chercheure principale sur plusieurs travaux de recherche d’envergure, comme le « Programme stratégique de formation interdisciplinaire en évaluation des interventions en santé », financé par les IRSC. Elle est également la principale animatrice du groupe de recherche interuniversitaire sur les urgences.

22En 1985, alors qu’André-Pierre Contandriopoulos était toujours directeur du Ph. D., un courant se manifestait en faveur d’une « départementalisation du programme », remettant ainsi en cause son caractère interdisciplinaire. Il s’y opposera vigoureusement, estimant « dangereux et irréaliste de croire qu’il serait possible d’avoir l’équivalent de trois programmes de Ph. D. ». C’est alors que naîtront les options « transdépartementales » : gestion des services de santé, épidémiologie, organisation des soins de santé, promotion de la santé et toxicologie de l’environnement.

23En 1988, l’assemblée des chercheurs et professeurs du GRIS avaient formulé des critères d’appartenance des étudiants du doctorat à ce groupe de recherche, ce qui leur ouvrait l’accès à ses ressources. Les doctorants devaient soit avoir un directeur d’études faisant partie du GRIS, soit travailler sur un projet du GRIS, soit encore bénéficier d’une bourse d’étude administrée par le GRIS. Beaucoup de doctorants s’en prévaudront, bénéficiant ainsi de la précieuse contribution d’échanges avec des chercheurs chevronnés.

24En décembre 1994, les trois départements à l’origine du Ph. D. accepteront son changement de nom en doctorat de santé publique, prenant en compte les changements de valeurs : « santé communautaire » faisant place à la « santé des populations ». En février 1995, le comité de programme présidé par Jules Brodeur entérinera cette décision.

Une pédagogie évolutive

25Les premières années, le programme tâtonne à la recherche d’une formule pédagogique respectant les traditions et l’autonomie des trois départements, mais facilitant le développement de l’interdisciplinarité. Le comité d’admission-évaluation des nouveaux doctorants jouera un grand rôle facilitateur. Il était composé au départ des responsables du programme dans chaque département qui étaient en même temps présidents d’un comité pédagogique départemental. Tout au long des années, comité de direction du programme et comité d’admission-évaluation se chevaucheront parfois, les mêmes membres se retrouvant aux deux comités. La diversification des options, ne correspondant plus directement aux premières options assimilées aux départements, facilitera le développement de l’interdisciplinarité, tout en respectant les particularités de chaque département. Le programme personnel d’études des doctorants admis est adapté au profil de chacun d’entre eux. Poursuivant la tradition existant dans le Département d’hygiène des milieux et de son doctorat en environnement, une procédure d’examen de synthèse sera codifiée pour autoriser le doctorant à cheminer vers la rédaction du protocole et la production de sa recherche.

Séminaires de doctorat et cours d’épistémologie

26En février 1979, malgré la faiblesse de l’encadrement professoral, le directeur du programme propose au comité de direction la création de séminaires de recherche, qui accepte cette suggestion. Ceux-ci permettraient d’offrir aux étudiants la possibilité d’approfondir un sujet spécifique dans un domaine où il n’existait pas de cours organisé et de bâtir un séminaire de lectures exactement adapté à leurs besoins. Ces séminaires seront mis en place progressivement non sans difficulté parfois et seront adaptés aux nouvelles orientations lorsqu’elles seront instituées. En 1992, les séminaires des deux orientations, organisation des soins de santé et administration de la santé, sont fusionnés, peu d’étudiants étant inscrits dans cette deuxième option, dont le nom sera l’objet de modification en 1994, s’intitulant alors gestion des services de santé. L’arrivée de deux nouveaux professeurs au DAS, Jean-Louis Denis et Claude Sicotte, devait permettre le renforcement de cette option. À l’automne 1992, l’augmentation du nombre d’étudiants inscrits à l’orientation promotion permettra l’organisation d’un séminaire spécifique et l’ouverture du Centre de promotion de la santé affilié à l’Hôpital général de Montréal augmentera le potentiel d’encadrement dans cette option. Le développement en 1993 d’un cours intitulé Approche épistémologique en santé, par Ron Lévy, coïncidera avec un recentrage du programme de Ph. D. sur sa spécificité par rapport aux maîtrises départementales. Ce cours de doctorat devait s’inscrire dans un corpus de cours réservés aux doctorants. En réalité, chaque option continuera à mettre à la disposition de ses doctorants une banque de cours et séminaires permettant de combler leurs besoins spécifiques, un séminaire interdisciplinaire étant obligatoire pour tous les étudiants quelle que soit leur option.

Thèse par articles ou mémoire traditionnel

27Cette formule de rédaction de la thèse par article sera proposée par André-Pierre Contandriopoulos à la fin de son mandat de directeur du programme. Pour le vice-doyen de la Faculté des études supérieures à l’époque, la procédure administrative était très simple, nécessitant une lettre d’appui du directeur de recherche et du directeur du programme. La majorité des étudiants ne semblaient pas enthousiastes à l’idée de faire leur thèse de cette façon parce que les critères d’acceptation leur semblaient plus sévères qu’avec la méthode traditionnelle. Ils craignaient peut-être les exigences lointaines et impersonnelles des évaluateurs, au moins un des articles devant être publié ou soumis pour publication.

Un Ph. D. pas toujours facile à gérer

28L’option épidémiologie sera provisoirement abolie pour l’année 1988-1989 à la suite des recommandations du comité d’évaluation externe du Département de médecine sociale et préventive. Les deux évaluateurs écrivaient alors en 1988 :

Le programme de doctorat est de qualité très variable. Le volet en organisation des services de santé est de première qualité. Le volet en promotion de la santé est bon, bien que peut-être un peu trop étroitement limité dans sa perspective par rapport au contenu que la pratique contemporaine définit pour la promotion de la santé. Le volet épidémiologie a été complètement désorganisé par le départ du seul professeur qui réalisait des projets de recherche dans cette discipline, de sorte que les étudiants qui s’y trouvent complètent leur programme à l’Université McGill.

29Pierre Philippe assumera l’intérim à la direction du programme de Ph. D. Le comité de direction du programme décidera alors de favoriser le développement de cette orientation en appuyant le recrutement de deux professeurs en épidémiologie avec expérience de recherche par le Département de médecine sociale et préventive. Pour se maintenir, l’orientation épidémiologie dépendait trop de l’Université McGill concernant les cours avancés en épidémiologie, malgré l’existence d’un séminaire assuré par Pierre Philippe (SCO 7003) ainsi qu’un cercle de lecture en épidémiologie. En réalité, plusieurs conceptions de l’épidémiologie coexistaient à l’intérieur du doctorat comme dans son environnement départemental, ainsi qu’au GRIS. La faiblesse de cet axe de recherche avait été également observée lors des évaluations successives par le FRSQ. L’arrivée de nouveaux épidémiologistes au Département de médecine sociale ne permettra pas de corriger complètement ces faiblesses, et en particulier la nécessité de construire plusieurs cours avancés d’épidémiologie en français pour éviter le recours à la banque de cours de l’Université McGill et satisfaire des candidats au doctorat de santé publique demandeurs d’un enseignement en français. L’arrivée des chaires de recherche en épidémiologie, financées par des fonds fédéraux, l’une sénior attribuée à Jack Siemiatycki, épidémiologiste de renommée internationale (chaire de recherche du Canada en épidémiologie environnementale et santé des populations), l’autre junior, attribuée à Mark Daniel (chaire de recherche en santé des populations et déterminants psychosociaux), apportait des perspectives de consolidation de cette option, et leur rattachement au Centre de recherche du CHUM ne constituait pas un obstacle à cet engagement. En réalité, la coexistence de plusieurs conceptions de la recherche en épidémiologie et de son enseignement au niveau doctoral, s’enracinant dans des traditions différentes, ne facilite pas la collaboration, malgré la référence commune à la santé publique pour l’application de cette discipline. Ces divergences ont donné lieu à la réémergence d’une volonté de doctorat disciplinaire qui demeure toujours quiescente, pas seulement dans l’option épidémiologie.

Des inquiétudes bien prosaïques ?

30En 1992, des travaux d’aménagement des locaux au pavillon Marguerite d’Youville permettront d’offrir enfin un « cubicule » personnel aux étudiants souhaitant disposer d’un bureau de travail à l’Université. Ces problèmes de locaux seront très souvent l’objet de revendications lors des réunions des étudiants qui souhaitaient être associés à la gestion des salles de travail ; il s’agit là de l’une de leurs principales inquiétudes. Elle amènera leurs deux représentants à souhaiter en 1991 le rétablissement des rencontres de bienvenue entre nouveaux et anciens doctorants, abandonnées au cours des dernières années. Cette tradition sera rétablie en février 1995, alors que Jules Brodeur dirigeait le programme.

Les doctorants. Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ?

31Lors de son ouverture, les concepteurs du programme estimaient qu’ils seraient en mesure d’accueillir deux étudiants pour chacune des options correspondant aux trois départements, compte tenu des ressources professorales. En réalité, à la fin de 1981, cinq étudiants seulement avaient été admis depuis 1978. Un comité d’experts composé de Yves Alary, Jacques Brunet, Paul Lamarche et Alexander McPherson avait d’ailleurs relevé en janvier 1979 la faiblesse de l’encadrement professoral et il recommandait de combler dans les meilleurs délais les postes vacants dans les trois départements par des professeurs-chercheurs.

32Le rythme des admissions va s’accélérer durant les années subséquentes. En 1985, année marquée par un changement dans la structure d’admission et le regroupement des étudiants, non plus par département, mais par champ disciplinaire, on note treize nouvelles admissions. De 1978 à 1985, le nombre des admissions s’élevait à 37 ainsi réparties : administration de la santé : 21 ; médecine sociale et préventive : 11 ; médecine du travail et hygiène du milieu : 5. De ce nombre, deux étudiants avaient déjà obtenu leur diplôme et on comptait sept abandons.

33En 1991, sur 46 inscrits, 13 avaient obtenu un diplôme de médecine, 5 détenaient une maîtrise en économie et 14 en santé communautaire. La majorité était des diplômés de l’Université de Montréal (26), mais 13 détenaient des diplômes d’universités hors Québec. Plus de la moitié des étudiants avaient un directeur de thèse provenant du Département d’administration de la santé. Ils se répartissaient ainsi selon les orientations : 9 en toxicologie, 19 en organisation des soins, 10 en épidémiologie, 3 en promotion de la santé et 2 en administration de la santé. En organisation des soins, un professeur dirigeait jusqu’à neuf étudiants.

34À partir de 2000, le nombre d’inscrits va aller encore en augmentant. À l’automne 2000, ils étaient 75, 85 à l’automne 2001 et 94 à l’automne 2002. Au total, en janvier 2006, le programme accueillait 127 étudiants, dont 68 en cours de scolarité et 59 en rédaction ou correction de thèse, dont 2 en suspension. Parmi les étudiants toujours en scolarité, la très grande majorité est à temps plein (57), avec le plus grand nombre d’étudiants inscrits aux options organisation des soins (18), épidémiologie (17) et promotion de la santé (15), alors qu’ils sont 8 en toxicologie et 6 en gestion. Parmi les thèses en rédaction/correction, correspondant à des admissions plus anciennes, on retrouve sensiblement les mêmes proportions entre les différentes options avec une nette prédominance en organisation (18), reflétant la popularité de cette option.

35La majorité des diplômés entre 1978 et 2006 provenait d’Amérique du Nord (presque exclusivement du Québec), avec cependant un contingent important d’Afrique essentiellement francophone (Tableau 7.1). Sur les 131 diplômés, la majorité était des femmes (70). Cette féminisation est encore plus marquée parmi les diplômés d’Amérique du Nord, c’est-à-dire du Québec (60 sur 99).

Tableau 7.1. Ph. D. en santé publique Nombre de diplômés par option et pays d’origine (1978-2006)

Tableau 7.1. Ph. D. en santé publique Nombre de diplômés par option et pays d’origine (1978-2006)

Source : Compilation minutieuse de France Pinsonneault, « mémoire vive » du secrétariat du Ph. D.

36Peut-on estimer la « productivité » du doctorat ? On peut tenter de calculer des taux d’abandons et de diplômés, tout en les interprétant avec prudence. C’est ainsi qu’entre 1978 et 2006, alors que le programme aurait admis 382 nouveaux étudiants, 130 auraient abandonné en cours de route, sensiblement le même nombre que les diplômés pour la même période. Sur ces 382 étudiants, 63 sont toujours présentement en rédaction/correction/suspension, ce qui change la perspective. Après cette correction, le taux d’abandons serait en moyenne de 41 %.

37Que sont devenus les diplômés ? Cette recherche a été réalisée pour l’option épidémiologie, objet de controverse. Sur 72 inscrits depuis le début du programme, en 2006, 18 ont été diplômés et occuperaient tous des postes d’enseignants ou de chercheurs praticiens dans des institutions au Québec (ex : Département des sciences de la santé communautaire à l’Université de Sherbrooke), au Canada (ex : Faculté des sciences de la santé, Université d’Ottawa), à l’étranger (ex : Département de médecine communautaire, Faculté de médecine de Monastir, Tunisie), ou des organismes internationaux (ex : Banque mondiale). Toujours pour cette même période de 1978 à 2006, 26 auraient abandonné le programme, mais 13 seraient présentement toujours en rédaction/correction/suspension de thèse.

***

38En 1993, le comité des Départements des sciences de la santé publique, réuni autour de son vice-doyen, soulignait la rigidité du programme de Ph. D. sous plusieurs aspects : sa structure administrative, sa gestion, son programme de cours et le manque de participation des professeurs. Enfin, le programme privilégierait les méthodes quantitatives. Ce n’était pas l’avis du directeur du programme à l’époque, regrettant cependant que la participation des professeurs n’ait pas été ce qu’elle aurait dû être. L’encadrement des doctorants a-t-il été fidèle aux critères de qualité élaborés et diffusés par la FES en 1984 ? Trois séries de facteurs étaient alors déterminés conditionnant cette qualité : 1. Compétence, disponibilité et motivation du professeur ; 2. Qualité et disponibilité de l’étudiant ; 3. Valeur « de l’environnement » pédagogique, financier, matériel, et administratif offert par le professeur, le département, la faculté ou même l’université. Qu’en fut-il pour le programme de Ph. D. en santé publique tout au long de ces 25 dernières années ? Difficile de répondre, car les situations ont beaucoup varié selon les années et selon les acteurs en présence. Cependant, à partir de cette observation de semi-longue durée, des tendances se dégagent. La relation personnalisée entre un professeur et un étudiant, fondamentale pour la réussite de l’apprentissage, a parfois été mise à mal par la surcharge des professeurs dans certaines orientations et le peu d’implications de certains autres dans les départements. Des efforts ont été régulièrement renouvelés par les directeurs successifs pour recentrer l’objectif principal du programme sur la formation du doctorant et pas seulement la production d’une thèse. À ce sujet, l’environnement du GRIS fut d’un grand recours, contribuant remarquablement à renforcer cette formation, tout comme l’appartenance de la plupart des professeurs encadrant à ce groupe comme chercheurs. La très grande diversité d’origine des étudiants a souvent été considérée comme une grande richesse, renforçant l’interdisciplinarité, mais aussi parfois difficile à gérer, en particulier pour les étudiants étrangers ne bénéficiant pas d’aide financière. Au cours des 10 dernières années, on aurait aussi noté un glissement dans la qualité des admissions et des recrutements vers la quantité. Les forums conjoints avec le GRIS, les séminaires des orientations, le cours d’épistémologie et le séminaire interdisciplinaire de doctorat ont été des éléments facilitateurs importants de la formation des doctorants, malgré parfois leur discontinuité. La nature interdépartementale du programme aurait-elle contribué à multiplier les comités, augmenter la fréquence des réunions et le nombre de personnes impliquées, « grugeant » un temps précieux des professeurs pour l’encadrement ? Là encore, des efforts ont été développés au fil des années pour simplifier la structure administrative du programme et le rendre plus autonome dans ce domaine par rapport aux trois départements constitutifs.

39La directrice actuelle du programme depuis 2003 s’est donnée comme objectif premier d’agir sur les facteurs conditionnant la trop longue durée moyenne d’études des doctorants, que mettent en évidence les indicateurs de performance du BRI. Attachée à l’interdisciplinarité, elle exprime des craintes concernant le maintien de cette ligne exigeante, mais ayant porté fruit. Et pourtant, tous les professeurs qui se sont succédé à la direction du doctorat, bien qu’appartenant à des départements et des disciplines très marqués, ont toujours fermement gardé le cap sur l’interdisciplinarité. C’est probablement cette qualité qui aura donné à chaque option son caractère original et difficilement remplaçable, parmi tous les programmes de même nature dans la Francophonie.

40Le doctorat en santé communautaire/santé publique aurait-il pu se développer et se maintenir dans la forme multidisciplinaire, qu’il présente toujours à ce jour, sans le soutien indéfectible du GRIS ? Le GRIS serait-il ce qu’il est, un groupe de recherche en santé publique innovateur et en renouvellement permanent, sans la proximité d’un doctorat qu’il a contribué à fertiliser, tout en bénéficiant de sa proximité stimulante ? Nous laissons au lecteur et à ceux qui ont contribué activement au développement de ces deux « institutions » d’enseignement et de recherche en santé publique le soin et la responsabilité de conclure ou de méditer sur le passé ! Quant à nous, les faits sont là : le Groupe de recherche interdisciplinaire en santé et le doctorat en santé publique nous sont apparus comme indissolublement liés, l’un ne pouvant prendre toute sa mesure sans l’autre.

Table des illustrations

Légende François Béland est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en sociologie de l’Université Laval. Après des études postdoctorales en organisation des soins de santé à l’Université du Michigan, il confirmera cette orientation de chercheur à la Direction de l’évaluation des programmes du ministère des Affaires sociales à Québec. Il rejoint le Département d’administration de la santé comme chercheur adjoint en 1983, tout en étant rattaché au DSC de la Cité de la santé de Laval. Il entrera comme chercheur agrégé au GRIS en 1986, en même temps qu’il sera professeur agrégé au DAS. Il est présentement professeur titulaire. Très engagé dans le domaine de la gérontologie, il est professeur associé au Département de gériatrie de la Faculté de médecine de l’Université McGill et codirecteur de Solidage. Il est fellow de la Gerontological Society of America depuis 1994 et devient membre émérite de l’Association canadienne de gérontologie en octobre 2003.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Louise Potvin est titulaire d’une maîtrise en psychologie de l’Université Concordia et d’un Ph. D. en santé communautaire de l’Université de Montréal. Elle a poursuivi des études postdoctorales en épidémiologie clinique à l’Université McGill et en évaluation de programme aux États-Unis avec Donald T. Campbell. Elle est présentement professeure au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Elle est titulaire de la chaire « Approches communautaires et inégalités de santé » de la Fondation canadienne de recherche sur les services de santé et des Instituts canadiens de recherche sur la santé. Chercheure au GRIS, elle est aussi directrice scientifique du Centre Léa-Roback, dont elle est l’une des fondatrices. Spécialiste de la recherche sur l’évaluation de programme en santé communautaire, engagée également sur le plan international, elle est professeure affiliée au Center of International Health, Curtin University of Technolgy, Pert, WA.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Nicole Leduc est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en santé communautaire de l’Université de Montréal. Après des études postdoctorales au Département d’épidémiologie et de biostatistique de l’Université McGill, elle entrera comme chercheure permanente au GRIS en 1994 et chercheure adjointe au DAS l’année suivante. Professeure agrégée en 2002 dans ce département, elle vient d’être nommée professeure titulaire en 2006. Elle a été très engagée ces dernières années dans l’enseignement aux étudiants du 2e et 3e cycle, responsable du cours Méthodologie de la recherche et développant un nouveau cours intitulé La recherche en santé publique. Parallèlement très active au sein du GRIS, dont elle anime plusieurs comités et activités scientifiques, elle est chercheure principale sur plusieurs travaux de recherche d’envergure, comme le « Programme stratégique de formation interdisciplinaire en évaluation des interventions en santé », financé par les IRSC. Elle est également la principale animatrice du groupe de recherche interuniversitaire sur les urgences.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Titre Tableau 7.1. Ph. D. en santé publique Nombre de diplômés par option et pays d’origine (1978-2006)
Légende Source : Compilation minutieuse de France Pinsonneault, « mémoire vive » du secrétariat du Ph. D.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Auteur

Diplômé en médecine et titulaire d’un doctorat en sciences humaines appliquées (histoire) de l’Université de Montréal. Professeur associé au Département d’administration de la santé de l’Université de Montréal, il s’intéresse à l’histoire de la santé publique et du système de santé du Québec et de la Tunisie. Bénéficiaire d’une subvention du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, il développe présentement une histoire du système de santé du Québec à la période contemporaine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter