Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement et recherche en santé publique

 | 
Benoît Gaumer
, 
Georges Desrosiers
, 
Jean-Claude Dionne

Chapitre 6. Le Groupe de recherche interdisciplinaire en santé (GRIS)

Benoît Gaumer

Texte intégral

1En 1948, c’est Armand Frappier, doyen de l’École d’hygiène qui dirige le comité et rédige le rapport sur la recherche scientifique dans le cadre de l’Enquête sur les services de santé de la province de Québec. Tout en reconnaissant que « d’immenses progrès ont été réalisés dans l’organisation et l’extension des recherches médicales au Canada et dans la province de Québec depuis une dizaine d’années », le comité déplore que « peu de médecins soient attirés par la recherche médicale et en font une carrière au Canada, surtout chez les Canadiens français » (p. 129 du Tome I du rapport). La recherche en santé publique faisait partie de la mission de l’École d’hygiène et l’Institut de microbiologie et d’hygiène, dirigé de main de maître par Armand Frappier, développait déjà des recherches en microbiologie appliquées à l’hygiène. Qu’en était-il auparavant ? La recherche n’existait-elle pas avant son institutionnalisation ? Comme le rappelait la Faculté des études supérieures (FES), dans un texte des années 1980, il existe un continuum entre la recherche individuelle, celle d’équipe et celle de groupe. Des recherches en hygiène ou santé publique, menées individuellement par des professeurs comme Joseph-Albert Baudouin, existaient déjà avant que ces activités commencent à être institutionnalisées, au début des années 1960, dans le cadre de l’École d’hygiène, en particulier avec la création de l’Institut de recherche en hygiène industrielle et pollution de l’air dont l’historique a été présenté au chapitre 4 concernant le Département d’hygiène des milieux. Dans ce même chapitre, les nombreuses initiatives de professeurs du DSEST pour développer la recherche dans leur domaine de spécialités ont été exposées. De même, dans le cadre de l’ISAH puis du DAS, des professeurs ont été à l’origine de recherches originales qui ont été présentées au chapitre 3. Il en est de même pour le Département de médecine sociale et préventive au chapitre 5. On ne sera donc pas surpris de constater les nombreuses initiatives prises tout au long de ces dernières années pour développer d’autres axes de recherche en santé publique que ceux pratiqués par le Groupe de recherche interdisciplinaire en santé (GRIS), constituant pourtant le noyau central de cette institutionnalisation de la recherche en santé publique à la Faculté de médecine, depuis sa création au milieu des années 1970. Son existence est d’ailleurs inséparable de celle du doctorat en santé publique que ce groupe de chercheurs aura contribué à développer, servant très souvent d’incubateur aux thèses des doctorants, tout en y puisant régulièrement de nouveaux chercheurs. Le prochain chapitre sera consacré à l’histoire de cette « unité » du secteur de la santé publique de la Faculté de médecine dont l’origine et le devenir sont étroitement liés au GRIS.

2En 1970, 20 ans après l’Enquête sur les services de santé, la Commission d’enquête sur la santé et le bien-être social (CESBES), faisant le bilan de la recherche dans le domaine de la santé au Québec, estimait qu’environ 8 % seulement des subventions allaient au secteur de la recherche épidémiologique, 0,3 % à la recherche opérationnelle et tout le reste à ce qu’elle appelait la recherche pure et clinique. Elle recommandait un rééquilibrage entre ces trois types de recherche en santé, la première favorisant « la connaissance de l’état de santé de la population et l’élaboration d’une politique de santé », la seconde permettant « l’étude de l’organisation du régime de la santé ». En 1967-1968, le Conseil de la recherche médicale, au fédéral comme au Québec, subventionnait exclusivement la recherche pure et appliquée. Il semblerait même que seulement 60 % des subventions à la recherche, accordées par le ministère de la Santé et du Bien-être social à des chercheurs du Québec pour la même année universitaire, en vertu des programmes fédéraux à frais partagés de santé publique et d’hygiène, soutenaient des projets en épidémiologie. Comme nous allons le voir, l’origine du GRIS, son développement et son avenir ont été et sont toujours fortement conditionnés par les structures de financement fédérales et provinciales.

L’origine du GRIS : une reconnaissance lente

3Au début des années 1970, avec la mise en place du nouveau « Régime de la santé » au Québec par le nouveau ministère des Affaires sociales (MAS), l’importance de la recherche opérationnelle, totalement négligée auparavant, tout comme la nécessité de développer la recherche épidémiologique, apparaissaient dans les préoccupations des autorités sanitaires. L’initiative viendra du nouveau Conseil de la recherche en santé du Québec (CRSQ), créé en septembre 1974. En 1976, ce dernier établissait deux programmes spéciaux dans le domaine de la recherche épidémiologique et opérationnelle, l’un pour le développement d’équipes et l’autre pour la formation de chercheurs.

4En 1977, le CRSQ accordait au Département d’administration de la santé de la Faculté de médecine une subvention de 300 000 $, répartie sur cinq ans, mais de manière décroissante, pour le développement d’une équipe de recherche dans le domaine épidémiologique et opérationnel. Le Département était déjà engagé dans des activités de recherche importantes avec le nouveau réseau de la santé et des services sociaux qui se mettait en place et l’un de ses professeurs depuis 1966, Jean-Yves Rivard, disposait d’une réputation scientifique enviable, ayant été en particulier expert consultant pour la CESBES. En 1974, plusieurs professeurs, de formation disciplinaire très variée, avaient été recrutés, contribuant à développer les capacités de recherche du DAS : Raynald Pinault, Charles Tilquin, Luciano Bozzini et André-Pierre Contandriopoulos.

5La subvention du CRSQ servira de catalyseur. Les premiers assistants de recherche seront recrutés : Jean-Marie Lance, Nicole Dedobbeleer et Francine Lemieux, ainsi qu’un programmeur, Thu Thuy Nguyen, et une secrétaire, Francine Desmarais, à temps partiel. Des recherches seront confiées à des étudiants de la maîtrise d’autant qu’une option recherche était ouverte depuis 1976. Robert Desmarteau préparait ainsi un protocole d’évaluation de la chirurgie d’un jour.

6Un premier comité scientifique était créé par l’assemblée du DAS pour administrer et orienter le développement des activités de recherche. Il était alors constitué de Raynald Pinault, directeur de l’équipe en émergence, Charles Tilquin et Jean-Yves Rivard, devenu directeur du Département pour peu de temps. Raynald Pinault, docteur en médecine, était aussi détenteur d’un doctorat de santé publique de l’Université du Michigan, Ann Arbor, en organisation et évaluation des soins. Il était en même temps détaché à mi-temps au Département de médecine sociale et préventive pour assurer la direction scientifique de la nouvelle maîtrise en santé communautaire qui prendra le relai de l’ancien diplôme en hygiène publique délivré par l’École d’hygiène. Cette double appartenance départementale s’inscrivait déjà dans un effort prémonitoire de rapprochement entre les départements du futur secteur de la santé publique de la Faculté de médecine, autour de l’enseignement, mais aussi de la recherche. C’est ce regroupement de professeurs et de chercheurs de disciplines différentes, appartenant aux Départements d’administration de la santé et de médecine sociale et préventive, qui constituera l’Équipe de recherche interdisciplinaire en santé (ÉRIS).

7En avril 1980, dans son rapport d’évaluation des projets de développement d’équipes en recherche épidémiologique et opérationnelle subventionnées par le Conseil de la recherche en santé du Québec, le comité nommé par le CRSQ et présidé par Madeleine Blanchet faisait ressortir les forces et les faiblesses de ces équipes en développement. Alors que la subvention avait été accordée à une équipe du Département d’administration de la santé, dirigée par Jean-Yves Rivard, celui-ci décédait brutalement en novembre 1977. Il était alors remplacé par André-Pierre Contandriopoulos, « jeune chercheur très prometteur » ayant terminé son doctorat en 1976 à l’Université de Montréal. Raynald Pinault qui faisait partie de l’équipe, ayant démissionné en 1977 pour occuper le poste de directeur du nouveau Département de santé communautaire (DSC) de la Cité de la santé de Laval, deux assistants de recherche sont recrutés en 1979, en même temps candidats au Ph. D. en santé communautaire nouvellement ouvert : Pierre Lambert et Jean-Marc Brodeur. Un nouveau comité scientifique avait été formé, composé d’André-Pierre Contandriopoulos, Luciano Bozzini, remplaçant Charles Tilquin qui souhaitait conserver son indépendance de chercheur en constituant sa propre équipe de recherche opérationnelle en santé (ÉROS) et Gilles Desrochers, directeur du DASUM. Selon les conclusions du rapport d’évaluation, l’équipe faisait beaucoup de recherche, « surtout sous forme de contrats à sommes fixes, donc de commandites en vue de résultats prédéterminés. Elle publiait surtout sous forme de rapports de fin de contrats et très peu dans des revues scientifiques avec jury ». Le bilan de la première année d’ÉRIS reflétait en effet déjà ce qu’étaient les principaux axes de recherche du groupe, dont les projets étaient majoritairement financés par le MAS : « l’efficacité économique et l’efficacité sociomédicale des institutions ». Parmi les projets relevant du premier thème, on pouvait citer : l’activité professionnelle des femmes médecins au Québec, un modèle de prévision de la main-d’œuvre dentaire, le fichier permanent des médecins au Québec, mais aussi la révision des bases budgétaires des hôpitaux et l’inventaire des ressources en équipement des centres hospitaliers. Parmi les projets relevant du second thème, on notait : les travaux sur les urgences psychiatriques et l’impact de l’ouverture de la Cité de la santé de Laval. L’équipe était alors consciente de ses faiblesses en ce qui a trait aux publications dans des revues à jury scientifique, se préoccupant également du statut de la presse scientifique francophone. Deux autres équipes étaient alors subventionnées par le CRSQ, au Québec, en recherche épidémiologique et opérationnelle. L’équipe de recherche sur l’environnement et la santé, rattachée au Département d’épidémiologie et de santé publique de la Faculté de médecine de l’Université McGill, semblait mieux soutenue par celle-ci, qu’ÉRIS par l’Université de Montréal. L’équipe de recherche en épidémiologie des maladies chroniques, rattachée au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université Laval, paraissait faire face au surcroît de travail d’enseignement, imposé alors à ses chercheurs encore peu nombreux.

8En 1982, le financement par le CRSQ de l’Équipe de recherche en organisation et évaluation touchait à sa fin. ÉRIS était alors composée de 6 professeurs constituant le groupe promoteur, 10 assistants de recherche, 1 programmeuse, 1 documentaliste, 1 coordonnatrice administrative et 2 secrétaires. L’équipe pouvait alors se targuer de tripler ou quadrupler le montant accordé par le CRSQ, sous forme de contrats et surtout de subventions (3 500 $ pour 1 000 $), en provenance principalement des sources suivantes : le Programme national de recherche et développement en matière de santé (PNRDS) du ministère fédéral de la Santé et du Bien-être social, le Conseil québécois de la recherche sociale (CQRS) du ministère des Affaires sociales (MAS), le Fonds pour la formation de chercheurs et d’action concertée (FCAR) du ministère de l’Éducation du Québec.

9Le nouveau FRSQ modifiait alors ses programmes de financement de la recherche en santé, souhaitant apporter son appui à des centres affiliés à des institutions du réseau québécois de la santé et des services sociaux. Ces exigences contribueront à la transformation d’ÉRIS en Groupe de recherche interdisciplinaire en santé ou GRIS, à vocation interdépartementale. L’équipe ÉROS continuera sa trajectoire, toujours rattachée par son directeur Charles Tilquin exclusivement au DASUM, mais de plus en plus indépendante de ce département universitaire par la nature de ses recherches et de leurs applications.

10Au cours de l’année 1981, un comité avait été formé par le CRSQ pour envisager l’avenir des deux équipes de recherche opérationnelle et épidémiologique des Universités de Montréal et Laval, étant donné leur précarité de financement, mais aussi leur complémentarité. Il était alors convenu que le groupe de Laval développerait plutôt le pôle épidémiologique en s’appuyant sur les DSC alors que le groupe de Montréal privilégierait la recherche opérationnelle (organisationnelle et informative), en s’alliant avec les CRSSS (Conseils régionaux de la santé et des services sociaux).

11Pour ÉRIS, plusieurs scénarios étaient alors envisagés, mais il fallait d’abord que l’équipe soit reconnue par son alma mater, la Faculté de médecine et l’Université de Montréal. En 1983 l’Équipe de recherche interdisciplinaire en santé n’était toujours pas reconnue comme groupe de recherche par l’Université de Montréal qui cependant l’hébergeait dans ses locaux et bien que le potentiel de ce groupe ait été reconnu par le FRSQ, lui accordant en juin 1983 une première subvention de 200 000 $ par an, pour une période de cinq ans. L’équipe étant toujours attachée administrativement au DASUM, des démarches avaient pourtant été entreprises dès avril 1981. Proposant au départ le nom de Groupe de recherche interdisciplinaire sur le système de santé (GRISS), la demande de reconnaissance auprès de la Faculté de médecine provenait des deux départements d’Administration de la santé et de Médecine sociale et préventive. Cette reconnaissance officielle deviendra effective en mai 1985.

12Après avoir hésité entre plusieurs appellations – GRÉS (Groupe de recherche et d’étude en santé, le grès étant une roche sédimentaire formée de nombreux petits éléments unis par un ciment de nature variable !), CERÉS (Centre de recherche et d’étude en santé, Cérès étant aussi la déesse de l’agriculture, fille de Saturne et sœur de Jupiter !), IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire en santé, mais cela semblait prétentieux pour l’époque, quoique IRIS, en plus d’une fleur, évoquait une déesse, messagère des dieux mais aussi conseillère et protectrice !), et bien entendu Groupe Jean-Yves Rivard en hommage à celui qui avait fondé l’équipe –, le nom de GRIS (peut-être terne mais plein de douceurs !) sera finalement adopté.

13En 1984-1985, le domaine de recherche du GRIS était constitué essentiellement par l’analyse du système de santé et par l’étude des déterminants de la santé des populations. L’équipe était composée de 11 chercheurs de disciplines très variées : François Béland (sociologie et sociométrie), Luciano Bozzini (sociologie de la santé), Jean-Marc Brodeur (médecine dentaire), François Champagne (analyse des organisations), André-Pierre Contandriopoulos (économie de la santé et directeur du GRIS), Roger Gosselin (théorie des organisations), Claire Infante-Rivard (épidémiologie), Joelle Lescop (pédiatrie et santé maternelle et infantile), Brigitte Maheux (sciences du comportement), Raynald Pinault (organisation des services de santé), Louise Séguin (santé communautaire et santé maternelle et infantile).

Structure souple de gestion et fragilité financière

14Dès ses premières années, le GRIS se définissait comme un regroupement de chercheurs et de professeurs, essentiellement des deux départements auxquels il était associé : administration de la santé et médecine sociale et préventive. Le Département de santé environnementale et santé au travail ne s’associera que beaucoup plus tard, au début des années 2000. Le groupe effectuait des recherches de nature interdisciplinaire et appliquée dans le domaine de la santé portant essentiellement sur l’analyse du système de soins, l’évaluation des interventions, les déterminants de la santé des populations, la promotion de la santé. Il contribuait également à la formation dans le domaine de la recherche épidémiologique, opérationnelle, organisationnelle, évaluative et sur les comportements de santé. Il s’efforçait de diffuser les résultats obtenus dans la communauté scientifique, dans le réseau des affaires sociales du Québec et auprès de la population.

15Le GRIS était composé de chercheurs et professeurs, essentiellement des deux départements constituants, mais aussi de chercheurs associés, de chercheurs postdoctoraux, d’étudiants au 2e et 3e cycle, d’assistants de recherche et d’une infrastructure de services (administratif, secrétariat, informatique...). À partir du milieu des années 1980, l’unité de médecine familiale du Département de médecine sociale et préventive étant devenue un département autonome, le GRIS contribuera avec ce nouveau département et le Département de santé communautaire (DSC) de la Cité de la santé de Laval à bâtir une équipe de recherche sur les soins de première ligne, mais ses chercheurs maintiendront leur affiliation au GRIS.

16De son origine à 2006, cinq directeurs vont se succéder à la direction du groupe, provenant alternativement des deux départements constituants : André-Pierre Contandriopoulos, Jean-Marc Brodeur, François Champagne, Raynald Pinault et Paul Lamarche. Tous les cinq auront marqué le GRIS de leur empreinte très personnelle. Trois d’entre eux auront été également directeurs de leur département d’appartenance et leur courte biographie est présentée aux chapitres 3 et 5. François Champagne, après avoir assuré l’intérim en 1991, assurera la direction du groupe de 1993 à 1997.

17Ancien diplômé du Collège Jean-de-Brébeuf, titulaire d’une maîtrise en administration de la santé de l’Université d’Ottawa, François Champagne fut le premier à recevoir un doctorat en santé communautaire de l’Université de Montréal en 1983. Professeur titulaire au DAS depuis 1994, il est présentement coordonnateur des études supérieures et responsable pédagogique du programme analyse et évaluation des interventions en santé depuis 2004. De 1995 à 2002, il a été un des responsables du réseau de liaison et d’application de l’information sur la santé. Directeur du GRIS de 1993 à 1997, il a été aussi directeur adjoint de 1986 à 1991. Il est membre de nombreux comités administratifs à l’Université de Montréal, mais aussi dans plusieurs organismes fédéraux de recherche et de santé. Chercheur invité à l’étranger, il a été consultant international pour la Banque mondiale, le CRDI et l’OMS. Il a reçu en 2002 le Prix Reconnaissance de la Société québécoise d’évaluation de programme pour ses nombreux travaux de recherche dans ce domaine.

18Paul Lamarche est le directeur actuel d’un Groupe de recherche interdisciplinaire en santé, à la croisée des chemins après un parcours déjà respectable.

19Alors que ce livre était sous presse, un sixième directeur était nommé, Jean-Louis Denis, chercheur du groupe depuis de nombreuses années, professeur au DAS et titulaire d’une chaire de la FCRSS, gage d’un renforcement du transfert des connaissances produites par le GRIS.

20C’était toujours l’assemblée des chercheurs qui définissait les orientations générales de la recherche, entérinait la nomination des chercheurs, définissait les règles d’utilisation des ressources, ainsi que celles de l’évaluation de la performance du groupe. Elle était composée de tous les chercheurs et professeurs du GRIS, ainsi que des directeurs (ou leur représentant) des deux puis trois départements auxquels ils étaient rattachés, un représentant des assistants de recherche et un autre des étudiants du doctorat en santé communautaire. Un projet de conseil d’administration formé des directeurs des départements et du vice-doyen de la Faculté de médecine, duquel le GRIS relèverait hiérarchiquement, émergera en 1991. Il n’aura pas de suite, l’assemblée estimant que cette solution ne correspondait pas au besoin de coordination entre le GRIS et les départements concernés.

Paul Lamarche est diplômé en sociologie et en administration hospitalière de l’Université de Montréal. Il est aussi détenteur d’un Ph. D. en « Health Services Organization and Policy » de l’Université du Michigan. Il a occupé des postes de haute responsabilité au MAS de 1977 à 1982, successivement chef de service de l’évaluation santé et directeur des politiques de santé, puis au MSSS, de 1986 à 1992, sous-ministre adjoint à la Direction de la planification et évaluation, et sous-ministre de la réforme du système de santé et de services sociaux. De 1982 à 1986, il a été administrateur chef de la planification de programme au Bureau régional de l’OMS pour l’Europe. Professeur titulaire au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université Laval, de 1992 à 2001, il en a été le directeur de 1998 à 2001. Il est présentement professeur titulaire au DAS et directeur du GRIS depuis 2001.

21Deux principes ont guidé l’organisation scientifique et administrative du GRIS : respecter la liberté et l’autonomie des chercheurs, mais aussi favoriser l’interaction entre les membres du groupe, avec en particulier les réunions scientifiques et les séminaires ; des objectifs qui ont été parfois difficiles à concilier tout au long de ce quart de siècle ! Le directeur du GRIS était nommé par la Faculté de médecine pour un mandat de quatre ans renouvelable, selon une procédure semblable à celle de la nomination des directeurs de départements. Un directeur adjoint sera désigné par l’assemblée des chercheurs à partir de 1986, pour le remplacer en cas d’absence, sans que cette désignation ne prenne une allure formelle. Plusieurs comités seront mis en place pour soutenir le directeur et l’assemblée des chercheurs dans l’exécution de leurs fonctions : 1. Le comité stratégique (ou de gestion selon les années) pour orienter le GRIS ; 2. Le comité de nominations des chercheurs ; 3. Le comité d’évaluation des demandes de soutien financier ; et 4. Le comité des activités scientifiques. Au cours des dernières années, un comité de direction était mis en place, réunissant régulièrement les responsables des quatre puis cinq axes de recherche autour du directeur et de la responsable administrative.

Anthropologue de formation diplômé de l’Université Concordia, titulaire d’une maîtrise en administration des services de santé, puis d’un doctorat en santé communautaire de l’Université de Montréal, Jean-Louis Denis est entré rapidement au GRIS comme chercheur très actif. Après des études postdoctorales à la Faculté de management de l’Université McGill (sous la direction de Henry Mintzberg), il entre au DAS comme professeur adjoint en 1989. Professeur agrégé en 1994, il est professeur titulaire depuis 2000. Très engagé dans la recherche en organisation des services de santé, il dirige ou codirige des projets financés par les organismes subventionnaires canadiens et québécois les plus prestigieux. Sur le plan international, il a tissé de nombreux liens avec des groupes de chercheurs étrangers comme le groupe Image à Paris. Coordonnateur universitaire du programme FORCES/EXTRA de la Fondation canadienne de recherche sur les services de santé, il est titulaire de la chaire FCRSS/IRSC, « Gouverne et transformation des organisations de santé », développant de nombreux partenariats avec le réseau de la santé et des services sociaux du Québec.

22En avril 1988, le FRSQ renouvelait son soutien financier au GRIS pour trois ans, avec indexation du budget annuel, après une évaluation qui dégageait les forces et les points faibles du groupe. Les performances de celui-ci, concernant ses capacités à obtenir des subventions ou des bourses d’organismes bénéficiant de comités de pairs et offrant des concours publics, étaient impressionnantes et le leadership de son directeur, André-Pierre Contandriopoulos, y contribuait grandement. De plus, le groupe était fortement engagé dans des liens de collaboration de recherche avec des centres et instituts et avec les établissements de santé du Québec. Son rayonnement était très satisfaisant, tout comme son encadrement des nombreux étudiants au Ph. D. et aux maîtrises avec option recherche. L’équipe comptait alors sept professeurs chercheurs expérimentés (trois Ph. D. et deux M. Sc.) et la relève était assurée par trois chercheurs boursiers, tous avec Ph. D., et un chercheur postdoctoral.

23Cependant, aux yeux des évaluateurs, les trop nombreux « contrats et commandites » nuisaient à la « vraie recherche », entraînant une certaine dispersion de celle-ci, avec « un nombre de publications qui pourrait être supérieur ». Le départ de Claire Infante Rivard affaiblissait l’équipe en recherche épidémiologique, bien qu’elle ait été rapidement remplacée par Louise Potvin, une autre chercheure qualifiée dans le domaine des méthodes épidémiologiques. Sur les quatre grands thèmes autour desquels gravitaient les orientations de recherche, organisation du système de santé, promotion de la santé, évaluation des interventions et déterminants de la santé, l’équipe excellait concernant les trois premiers, mais « aurait intérêt à laisser tomber » le quatrième. Pour l’année 1988-1989, le FRSQ allouera au GRIS un budget d’infrastructure de 281 298 $, avec cependant un montant de 45 000 $ réservé pour l’engagement d’un chercheur qualifié en épidémiologie. En 1990, alors que le groupe semblait bien consolidé, les chercheurs professeurs étaient au nombre de 15, consacrant 50 % et plus de leur temps à la recherche, dont au moins 75 % au GRIS.

24Lors du bilan financier de 1988-1989, un déficit apparaissait dans le budget d’infrastructure, amenant l’équipe de direction à modifier certaines règles de gestion. Constatant les difficultés à récupérer les dépenses reliées à la recherche en fin de projet, ce qui aurait causé, en grande partie, le déficit constaté, l’adjointe administrative proposera de récupérer immédiatement les sommes prévues dans les budgets pour le salaire des analystes-programmeurs, des secrétaires et des aides techniques. Une comptabilité serrée des frais d’administration – téléphone, télécopieur, photocopie, courrier et recherche documentaire – sera instaurée. Un montant sera réservé dans tous les budgets pour la gestion administrative du projet. Cette crise financière se traduira également par la réduction du personnel de soutien et la fermeture du centre de documentation. Les cahiers du GRIS seront cependant maintenus, Claude Beaudoin en étant l’éditeur. Les nouvelles règles de gestion des subventions ainsi qu’un plan de redressement financier, étalé sur deux ans et appuyé par les trois départements affiliés au GRIS, permettront au groupe de poursuivre sa mission. Au 31 mars 1990, le déficit approximatif du compte infrastructure était estimé à 357 000 $. Au cours des neuf premiers mois de l’année financière suivante, 125 000 $ avaient été remboursés, grâce à des contributions de la Faculté et de l’Université par l’intermédiaire de son Comité d’étude et d’administration de la recherche (CEDAR), mais aussi des Départements d’administration de la santé, de médecine sociale et préventive ainsi que de médecine familiale. En septembre 1992, le déficit du GRIS était annoncé par Jean-Marc Brodeur, son directeur à l’époque, comme étant corrigé, le FRSQ ayant alloué une subvention d’infrastructure de 300 000 $ pour l’année financière 1992-1993. En avril 1991, le FRSQ, ayant accepté le passage du statut d’équipe à celui de groupe pour le GRIS, lui avait en effet renouvelé sa subvention d’infrastructure pour trois ans : 228 365 $ pour l’année financière 1991-1992.

25Cette fragilité financière du GRIS se manifestera à nouveau au cours de l’année 1998-1999, amenant la direction à élaborer préventivement un plan de redressement de la situation, le déficit prévu pour l’année se terminant le 31 mars 1999 étant estimé à 54 819 $. Les mêmes règles de gestion seront à nouveau renforcées : diminution et contrôle des dépenses courantes, taxation sur les projets. Au 1er mai 2000, le GRIS gérait plus de 140 projets, totalisant 3 700 000 $, et le personnel se chiffrait à 66 personnes, excluant les chercheurs et les étudiants. En 2001, l’intégration des subventions des équipes FCAR (Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche) dans le budget d’infrastructure du GRIS et l’augmentation de la subvention du Comité d’étude et d’administration de la recherche (CEDAR) de l’Université de Montréal, passant de 50 000 à 100 000 $, contribuera à stabiliser financièrement le GRIS.

IRIS et les 20 ans du GRIS

26En 1992, le GRIS, reconnu comme groupe de recherche successivement par la Faculté de médecine en 1984-1985 puis le FRSQ en 1991, souhaitait être reconnu par l’Université de Montréal et le FRSQ, non plus seulement comme groupe, mais comme centre ou institut. Plusieurs équipes, reliées au GRIS, étaient en émergence comme celles de médecine familiale de la Cité de la santé de Laval, en promotion de la santé avec l’Hôpital général de Montréal, en santé internationale, en santé dentaire communautaire avec l’Hôpital Saint-Luc, l’équipe portant sur la qualité de services et d’interventions cliniques à l’Hôpital Notre-Dame. Un institut s’imposait de plus en plus pour fédérer ces différentes composantes et même y associer le Groupe de recherche sur les aspects sociaux de la prévention (GRASP). Le projet était encourageant. Neuf chercheurs, auparavant associés au GRIS, passeraient ainsi au statut de chercheur régulier d’IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire en santé), en même temps que les quatorze chercheurs réguliers du GRIS. Alcide Chapdelaine, vice-doyen à la recherche de la Faculté de médecine, encourageait le GRIS à déposer une demande de centre. La question du financement par les compagnies pharmaceutiques se posait alors. IRIS ne verra jamais le jour, le FRSQ privilégiant le financement de réseaux de recherche. La constitution de ces réseaux sera laborieuse. Plusieurs sont projetés en partenariat : promotion de la santé, analyse de l’utilisation du médicament, évaluation de la qualité, recherche évaluative.

27Lors de son 20e anniversaire, en 1997, le GRIS pouvait se considérer comme étant en vitesse de croisière. Le groupe était alors composé de 36 chercheurs réguliers et de 13 chercheurs associés, la plupart sur le campus de l’Université de Montréal, d’autres « hors campus », surtout les chercheurs associés. La plupart des chercheurs appartenaient aux deux départements fondateurs : le Département de médecine sociale et préventive (14) et le Département d’administration de la santé (13), mais aussi à d’autres départements (médecine familiale, nutrition, démographie, École de réadaptation) ou facultés (sciences infirmières, pharmacie) de l’Université de Montréal (9) ou encore à d’autres universités et établissements du réseau de la santé et des services sociaux du Québec (13). La structure par équipe, 9 au total, complétait celle par axe, permettant de formaliser les nombreux liens de collaboration avec plusieurs milieux : 1. gestion et régulation de la pratique professionnelle ; 2. analyse de l’utilisation des services de santé ; 3. évaluation économique des interventions en santé ; 4. santé internationale ; 5. médecine familiale ; 6. promotion de la santé ; 7. prévention bucco-dentaire ; 8. évaluation de la qualité des soins ; 9. évaluation des modalités d’intervention. Plusieurs chercheurs étaient affiliés au Centre d’excellence canadien HEALNet/RELAIS, réseau de liaison et d’application de l’information sur la santé, financé par les trois principaux conseils de recherche du Canada : le Conseil de recherche médical, le Conseil de recherche en science naturelle et génie, le Conseil de recherche en sciences humaines. Le directeur du GRIS à l’époque, François Champagne, était codirecteur du volet management. En réalité, chacun des chercheurs possédait très souvent plusieurs affiliations formelles, tout en cultivant de nombreuses autres collaborations, notamment avec des collègues de l’Université McGill, de l’Université du Québec à Montréal, de l’Université d’Ottawa, de l’Université McMaster, de l’Université Queen, de l’Université de Colombie-Britannique, de l’Université Mémorial de Terre-Neuve, de l’Université d’Atlanta, de l’Université de Pennsylvanie, de l’Université de New York, de l’Université de Californie à San Francisco, ainsi qu’avec ceux d’universités et de groupes de recherche en Europe (France, Angleterre, Suisse, Belgique, Espagne, Roumanie), en Afrique du Nord (Maroc, Tunisie) et dans plusieurs pays d’Amérique latine.

28Travaillant toujours de façon interdisciplinaire, les chercheurs provenaient de disciplines très variées : médecine, économie, sociologie, épidémiologie, génie, psychologie, nutrition, réadaptation, sciences du comportement, sciences infirmières, éducation sanitaire et biostatistique. Seul groupe à être toujours financé par le FRSQ, la nouvelle politique de ce dernier obligeait une nouvelle fois le GRIS à envisager son rattachement à un centre. Le GRIS devrait probablement être intégré au Centre de recherche du CHUM (Centre hospitalier universitaire de Montréal) récemment créé, d’autant plus qu’une équipe était déjà installée dans une des composantes du CHUM. Le transfert du secteur de la santé publique, dans lequel était inclus le GRIS, apparaissait même dans un document de planification opérationnelle du CHUM ! L’assemblée des chercheurs ne faisait pas consensus, malgré les perspectives et les attentes qui semblaient très fortes du CHUM par rapport au GRIS. D’autres scénarios seront envisagés comme le rattachement au Centre mère-enfant de Sainte-Justine. Surtout, une nouvelle dynamique interne du secteur poussait à la constitution d’une école de santé publique autonome, à l’intérieur de la Faculté de médecine ou de préférence affiliée à l’Université de Montréal. En avril 2000, renouvelant sa subvention au groupe pour l’année 2000-2001 (450 000 $), le FRSQ réitérait sa demande d’entente de raccordement du GRIS avec le CHUM, la taille du groupe l’apparentant à un centre. Celui-ci n’aura pas lieu malgré le développement dans ce centre d’un secteur de recherche sur la santé des populations.

Chercheurs et paradigmes : le GRIS, une « tribu scientifique » ?

29Avec les années, les travaux du GRIS s’ordonneront autour de quatre puis cinq axes ou domaines principaux de recherche. S’inspirant du modèle sur les déterminants de la santé, élaboré dans l’ouvrage Nouvelle perspective de la santé des Canadiens publié en 1974 par le ministère de la Santé et du Bienêtre social fédéral, le GRIS développera son propre modèle très opérationnel de correspondance entre ces déterminants et les interventions, servant à regrouper les recherches, dès ses premières années, autour de quatre principaux domaines, correspondant aux préoccupations dominantes des deux départements à l’origine d’ÉRIS puis du GRIS.

30Le premier axe de recherche, l’analyse du système de santé, portait principalement sur les professionnels de santé, sur les organisations ainsi que l’utilisation des services. Le deuxième concernait les recherches sur l’évaluation des interventions, c’est-à-dire des pratiques curatives et préventives des organisations, des programmes et des politiques de santé. Le troisième était constitué par les recherches qui portaient sur l’état de santé de la population et ses déterminants. Les recherches dans le domaine de la promotion de la santé, quatrième domaine, touchaient principalement les comportements de santé des individus et des professionnels.

31Des équipes se constitueront autour de thèmes appartenant à ces différents domaines : équipe sur les déterminants de l’utilisation des services de santé avec Régis Blais comme responsable ; équipe sur la gestion et régulation de la pratique professionnelle avec François Champagne ; équipe sur l’évaluation de la qualité des soins avec Raynald Pineault ; équipe de médecine familiale avec Claude Beaudoin ; équipe de santé internationale avec Slim Haddad ; et équipe de prévention bucco-dentaire avec Jean-Marc Brodeur.

32Avec l’arrivée de Gaétan Carrier comme titulaire de la chaire sur les risques environnementaux, un nouvel axe sera ouvert : analyse et gestion des risques environnementaux, dont il sera responsable. En 1987, Yvon Poirier, dans son rapport synthèse à la Commission d’enquête sur les services de santé et les services sociaux présidée par Jean Rochon, intitulé Évolution et impact des structures de financement fédéral et provincial sur la recherche en santé au Québec, relevait la contribution du GRIS au développement de la théorie et d’un modèle original pour la recherche en santé. Ce modèle inspiré de celui de Lalonde était le fruit d’une collaboration entre plusieurs chercheurs des Départements d’épidémiologie, biostatistiques et médecine de l’Université McGill, dont Renaldo Battista et des membres du GRIS : André-Pierre Contandriopoulos, François Champagne et Raynald Pineault. Utilisé pour la formation des chercheurs du groupe, ainsi que dans le cadre du doctorat en santé publique, le modèle regroupait deux grandes approches : la recherche sur les états de santé et la recherche sur les interventions. La première référait aux paliers suivants d’analyse : molécule, gêne, cellule, organe, système, individu, population, milieux, culture. La seconde devait inclure des recherches sur les techniques, les pratiques (diagnostiques, thérapeutiques et administratives), les programmes, les politiques et les organisations de santé. La complexité de la réalité « santé » et de ses « déterminants » exigeait une approche pluridimensionnelle, pluridisciplinaire et pluriméthodologique, où la complémentarité et la cofertilisation étaient les éléments impératifs de la collaboration en recherche. C’est cette démarche que privilégiera toujours le groupe, non sans tensions et risques permanents de ruptures.

33Quelques années plus tard, le GRIS entreprendra une démarche de modélisation ou réflexion sur la manière dont les membres du groupe développaient et utilisaient les « savoirs » ou résultats de recherche qu’ils mettaient en partage. Le groupe s’était en effet beaucoup agrandi et les chercheurs provenaient de disciplines de plus en plus diversifiées. Alors que le noyau d’origine avait été marqué par la référence à Donabedian et la démarche du medical care qu’il personnalisait, de nouvelles visions et valeurs s’étaient introduites au fil des années avec le développement de nouveaux champs de recherche. Cet effort de conceptualisation ne sera pas soutenu facilement et le GRIS oscillera en permanence entre la tentation de se recentrer pour chacun des chercheurs ou sous-groupe sur sa propre discipline et le risque de dilution dans la multidisciplinarité.

Forums et séminaires midi

34Pour maintenir à un niveau élevé cette volonté de multidisciplinarité, le groupe aura mis sur pied plusieurs instruments de facilitation des échanges entre ses chercheurs sur le campus de l’Université de Montréal, dans ses locaux au pavillon Marguerite d’Youville, puis au pavillon Mont-Royal. Dès ses premières années, les forums hebdomadaires du GRIS permettaient aux membres du groupe et aux étudiants du doctorat en santé communautaire, qui, en 1994, devint le Ph. D. en santé publique, de se retrouver pour échanger autour de leurs projets de recherche. En juin 1988, ce forum d’animation scientifique était en difficulté, compte tenu du peu de participation des chercheurs et des professeurs. Les présentations de travaux de recherche étaient souvent à la charge des mêmes doctorants. Un groupe de travail sera constitué pour formuler des recommandations afin de créer dans le groupe de recherche « un climat scientifique stimulant et enrichissant ». Les organisateurs du forum se plaignaient très souvent d’une participation trop clairsemée et irrégulière. Deux types d’activités scientifiques seront alors proposées et mises en œuvre : des conférences midi permettant aux chercheurs du GRIS ou à des chercheurs externes de présenter les résultats de leurs travaux et un volet formation-information réservé aux membres du groupe : le forum. Les conférences midi, appelées séminaires midi et forums, auront eu parfois de la difficulté à rassembler la majorité des chercheurs et étudiants, malgré l’importance de ces rencontres formelles pour fertiliser l’interdisciplinarité, entretenir les nombreuses collaborations externes et diffuser les travaux de recherche en cours. Des forums santé et développement seront aussi organisés à certaines périodes ainsi que des séminaires en administration et en organisation des services de santé, des séminaires en promotion de la santé ou comme celui intitulé MÉTHOprat, multipliant les occasions d’échanges interdisciplinaires, mais aussi risquant la dispersion. De 1999 à 2004, le nombre de ces activités scientifiques recensées par la direction du GRIS serait passé de 58 à 67 par année universitaire.

Production et diffusion

35Les premières évaluations par le FRSQ faisaient ressortir certaines faiblesses du GRIS quant à sa capacité à diffuser sa production de rapports de recherche dans des revues de haut calibre scientifique, c’est-à-dire dotées de comités de pairs. Ces revues étant peu nombreuses en français, ceci ne facilitait pas la tâche des chercheurs, d’abord des francophones, désirant encourager la diffusion des résultats de leur recherche dans les milieux de la santé, en priorité au Québec et dans la Francophonie. Malgré son abondante production, le GRIS se signalera régulièrement par des problèmes de communication et de visibilité. Le premier bulletin d’information diffusé dans la communauté avait été remplacé par le Bulletin des sciences de la santé publique qui, lui-même, aura une histoire brève.

36En 1986, le bulletin du Département de médecine sociale et préventive devenait en effet celui des sciences de la santé publique, canal d’information à l’interne et à l’externe pour les trois départements du secteur et le GRIS. Le comité de rédaction était composé de représentants des trois départements, du GRIS et des étudiants qui étaient invités à y écrire de courts articles. En 1987, le comité interdépartemental de rédaction du Bulletin des sciences de la santé publique confiait sa production et sa distribution à une firme privée qui devait vendre des espaces publicitaires, afin d’en favoriser le financement. La firme étant tombée en faillite, les numéros 5 et 6 furent distribués par le GRIS qui accepta également d’assurer la production du premier numéro de l’année 1988. Le coût de la production et de la distribution de chaque numéro s’élevait alors à 1 750 $. Faute d’une dynamique de secteur suffisante, le financement conjoint fut abandonné et le bulletin redevint le porte-parole exclusif du Département de médecine sociale et préventive.

37La production de brèves synthèses dans Ruptures avait été aussi envisagée, mais sans qu’il ait été donné suite à ce projet. Cette nouvelle revue francophone devait en effet son existence au GRIS. En 1992, le groupe investissait une somme récurrente de 10 000 $ pour développer une revue scientifique, avec comité de lecture, axée sur les essais théoriques et conceptuels différents des rapports habituellement publiés. Le mandat était confié à Ron Lévy, qui engageait à temps partiel un étudiant postdoctoral comme rédacteur. La publication devait être bisannuelle et on suggérait qu’elle soit bilingue. En 1993, Ruptures naissait, bénéficiant d’une modeste subvention du FRSQ. En novembre 1994, le nombre d’abonnements s’élevait à 191, parmi lesquels 73 de nature institutionnelle. Il n’atteindra jamais le chiffre de 300 permettant à la revue d’être admissible à de meilleures subventions. Devant l’accumulation des difficultés et l’apparition d’un déficit, la production de la revue était provisoirement suspendue en 1998. Elle sera reprise avec beaucoup de difficultés, n’ayant pas bénéficié, aux yeux de son rédacteur en chef, des soutiens financiers et associatifs qu’elle aurait mérités. Elle continue actuellement d’être publiée, mais avec un avenir très incertain.

38Un poste d’adjointe à la programmation scientifique avait été créé en 1994 devant l’ampleur de la tâche de diffusion des travaux du GRIS, mais il ne sera pas maintenu longtemps, faute de soutien financier suffisant. En 1997, le GRIS se dotera d’un nouveau moyen de communication, encore une fois éphémère : les Nouvelles du GRIS, devant paraître deux fois par année. Cette parution sera cependant remplacée par la création d’une page Internet, où sont maintenant présentés tous les travaux de recherche du GRIS. Avant d’utiliser ce site, le GRIS diffusait ses publications regroupées en trois séries : une série « R » constituée de rapports de recherche souvent exhaustifs ; une série « N », des cahiers reproduisant plutôt des synthèses des résultats ; et une série T publiant certaines thèses et mémoires jugés particulièrement pertinents.

39Malgré ces faiblesses de diffusion des travaux du groupe, les chercheurs sont très présents dans les congrès et colloques, pas seulement au Québec et au Canada, mais aussi sur la scène internationale, assurant ainsi une visibilité certaine et le transfert des nouvelles connaissances produites. En 1996-1997, la direction du GRIS recensait pas moins de 503 « communications », dont 184 « conférences scientifiques », avec la présentation d’au moins un résultat de recherche des travaux du GRIS. Pour la même année universitaire, le nombre de « publications » s’élevait à 195, dont 107 articles dans des revues avec comité de lecture. Au cours des dernières années, le volume de « communications » aurait baissé, avec des fluctuations assez importantes selon les années (238 en 1999, 326 en 2000, 276 en 2001, 374 en 2002, 252 en 2003). Celui des « publications » aurait lui aussi baissé avec cependant une remontée récente (159 en 1999, 125 en 2000, 174 en 2001, 181 en 2002, 179 en 2003).

L’arrivée des chaires et le Centre Léa-Roback

40En 2000, deux chaires de la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS) sont attribuées à Louise Potvin, professeure au DMSP, et Jean-Louis Denis, professeur au DAS, mais tous deux chercheurs au GRIS depuis de nombreuses années. En juin 2001, Gaétan Carrier, titulaire de la chaire en analyse des risques toxicologiques pour la santé humaine et professeur au Département de santé environnementale et santé au travail, rejoignait le GRIS, contribuant à la création d’un nouvel axe à l’intérieur du groupe. Par son intermédiaire, c’est le Département de santé environnementale et santé au travail qui s’associait, après un long cheminement parallèle, tout en ayant contribué très activement au développement du Ph. D. dès son début et au maintien de son caractère interdisciplinaire. L’arrivée de ces chaires contribuait à modifier considérablement l’environnement interne du GRIS. Les titulaires, tout en étant chercheurs réguliers, développaient leur propre équipe ainsi que des activités de recherche et d’enseignement conformément à leur mandat. Alors que le financement de l’infrastructure du GRIS dépendait essentiellement du FRSQ (543 750 $ sur les 643 750 $ de subventions d’infrastructure pour l’année financière 2003-2004, au montant futur incertain), celui des chaires dépendait des nouvelles structures financières fédérales abondamment pourvues, essentiellement les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS).

41Le Centre Léa-Roback de recherche sur les inégalités sociales de santé de Montréal est une initiative conjointe de la chaire sur les approches communautaires et les inégalités de santé (CACIS), dont Louise Potvin est titulaire, et de l’Observatoire montréalais des inégalités sociales et de la santé (OMISS). Ce centre, dirigé par Marie-France Raynault, directrice du DMSP, et Louise Potvin, regroupe en réseau une vingtaine de chercheurs de disciplines différentes des universités de Montréal, McGill, INRS urbanisation ainsi que l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et la Direction de santé publique de Montréal. Ce centre est financé par l’Institut de santé publique et des populations, dans le cadre d’une initiative stratégique des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Fondé en 2004, le centre Léa-Roback est installé dans les locaux de la Direction de santé publique de Montréal, offrant à ses membres une infrastructure de recherche substantielle. Plusieurs de ses chercheurs sont également membres réguliers ou associés au GRIS et la pratique interdisciplinaire fait également partie de la philosophie de recherche de ce centre. Cet environnement interne mais aussi externe du GRIS, de plus en plus diversifié et très entreprenant, l’amènera probablement à s’interroger sur l’avenir et la spécificité de sa mission, tout en continuant à développer les nombreuses collaborations que le groupe a toujours tissées depuis ses débuts.

42D’autres groupes de recherche ont vu le jour ces toutes dernières années, complexifiant encore plus l’environnement externe immédiat du GRIS et l’obligeant à se repositionner par rapport à tous ces nouveaux partenaires.

43Financé dans la cadre du programme de subventions d’équipes interdisciplinaires de renforcement des capacités des Instituts de recherche en santé du Canada, le Groupe de recherche sur l’équité d’accès et l’organisation des services de santé de première ligne (GRÉAS1) est né d’un partenariat entre la Direction de santé publique de Montréal, l’Institut national de santé publique du Québec et le GRIS lui-même. Ce groupe vise essentiellement le développement des capacités de recherche sur les modes d’organisation de la première ligne médicale et leur influence sur l’accès aux services, en particulier pour la population défavorisée sur le plan socioéconomique.

44Le groupe de recherche en gestion thérapeutique est né d’une entente de partenariat, signée en septembre 2004, entre l’Université de Montréal et le Conseil canadien de recherche en gestion thérapeutique. Ce dernier a versé un fond de démarrage de 4 000 000 $ sur une période de cinq ans à l’Université afin qu’elle mette en place ce groupe. En décembre 2004, la Faculté de médecine et la Faculté de pharmacie annonçaient sa création. Dirigé par le Dr Terrence Montague et installé en 2006 dans les mêmes locaux que le DAS, le GRGT s’est donné comme mission

d’accroître, par la conception et la mise en place de programmes d’interventions et par la poursuite d’activités de recherche appliquée, la capacité de production, d’évaluation et de transfert de connaissances en gestion thérapeutique dotées d’un fort potentiel de transformation des politiques et des pratiques cliniques, organisationnelles et communautaires dans une perspective de gain en efficacité réelle des soins et de l’utilisation des ressources.

45Dernier-né, IDÉES, est dirigé par Renaldo Battista, déjà directeur du DAS et en même temps président du comité de direction du GRGT. Ce nouvel institut d’évaluation en santé « à géométrie variable » est-il appelé à coiffer et animer tous les groupes de recherche œuvrant dans le domaine de la santé à l’Université de Montréal ? Ayant germé au cours de l’été 2003, l’idée de cet institut s’est progressivement concrétisée, parallèlement au GRGT, une fusion ayant été même envisagée. Bénéficiant d’un budget initial de fonctionnement de 100 000 $, attribué par le vice-rectorat à la recherche de l’Université de Montréal, le projet sera présenté à l’assemblée universitaire en novembre 2004. IDÉES s’est donné comme mission

d’accroître, par la poursuite d’activités de recherche, de formation et d’intervention, le développement de connaissances et la capacité de production et d’utilisation d’évaluations dotées d’un fort potentiel de transformation des politiques et des pratiques cliniques, opérationnelles et communautaires dans une perspective d’amélioration de la santé de la population et d’intégration judicieuse d’innovations sociales et technologiques au sein du système de santé canadien et ailleurs dans le monde.

46Visant tout particulièrement le transfert et l’application des connaissances dans le domaine de la santé, IDÉES développe actuellement de nombreux partenariats à l’interne de l’Université de Montréal comme à l’externe.

Le GRIS à la croisée des chemins ?

47En 2002, le GRIS s’interrogeait à nouveau sur l’opportunité de développer de nouveaux axes et de les distinguer de ceux du Ph. D. Encore une fois, la pression était forte du côté du FRSQ, ce dernier envisageant d’attribuer son financement selon les axes de recherche du groupe. D’autres organismes subventionnaires obligeaient également le GRIS à redéfinir ses orientations : les IRSC et la santé des populations, la FCRSS et son transfert des connaissances. Quatre axes principaux de recherche étaient maintenus, assurant la continuité et un cinquième était en développement.

48L’axe « Services, organisations et politiques de santé » : Cet axe est toujours au cœur des préoccupations du GRIS et il est indissociable de l’axe « évaluation de santé ». Abritant la Chaire sur la gouverne et la transformation des organisations de santé (GETOS), il comporte trois domaines de recherche interdépendants : 1. utilisation des services et pratiques des professionnels et des patients ; 2. organisations et pratiques des gestionnaires ; et 3. politiques, normes et pratiques démocratiques. Il constituerait l’axe principal de recherche de 62 % des chercheurs du GRIS.

49L’axe « Contextes de vie et promotion de la santé » : Il porte principalement sur l’influence des déterminants sociaux et des contextes de vie sur la santé, ainsi que sur les interventions visant spécifiquement la promotion de la santé. Au total, 18 % des chercheurs du GRIS auraient pour domaine principal de recherche les thématiques de cet axe.

50L’axe « Développement, population et santé » : Il porte sur les quatre champs de recherche les plus reconnus en santé mondiale : santé maternelle et infantile et santé de la reproduction ; maladies infectieuses nouvelles et réémergentes ; transition épidémiologique ; et politiques et systèmes de santé. Il constituerait la plus forte concentration canadienne de chercheurs en santé publique impliqués dans ce domaine, environ 9 % des chercheurs du GRIS.

51L’axe « Évaluation et santé » : Il est transversal, regroupant des chercheurs des autres axes. Il s’agit de porter des jugements de valeur sur des interventions en fournissant des informations scientifiquement valides et de contribuer à l’avancement des connaissances sur le bien-fondé, l’efficacité, le rendement et les conditions d’implantation de ces interventions.

52L’axe « Environnement, travail et santé » : Il a été développé avec les professeurs du Département de santé environnementale et santé au travail qui ont officiellement intégré le GRIS en décembre 2004.

53Pour éviter toute « ghettoïsation », chaque chercheur du GRIS appartiendrait à un axe principal et à un ou deux axes « secondaires ». Le GRIS se définissait toujours comme

un regroupement de chercheurs universitaires de disciplines différentes qui œuvrent dans le domaine de la santé publique. Ce domaine concerne les problèmes affectant la santé de la population et ses déterminants ainsi que les interventions susceptibles de contribuer à sa protection et son amélioration.

54Le groupe exprimait alors le besoin de réaffirmer sa double mission :

  1. créer et maintenir un milieu interdisciplinaire stimulant à la conduite d’activités scientifiques universitaires de haut niveau ;
  2. soutenir les chercheurs qui y sont affiliés dans l’atteinte des trois objectifs suivants :
    • développer la recherche et les connaissances en santé publique dans une perspective interdisciplinaire ;
    • contribuer à former, en collaboration avec les unités d’enseignement, des chercheurs en santé publique au niveau des études de maîtrise, doctorales et postdoctorales et mettre en place des mécanismes visant l’établissement des carrières des jeunes chercheurs ;
    • favoriser le transfert des connaissances en santé publique entre les milieux de recherche et les milieux d’intervention et de prise de décision.

55La politique de financement du FRSQ s’étant modifiée, il n’y avait plus obligation pour le GRIS de s’affilier au CHUM pour bénéficier d’une subvention d’infrastructure comme groupe. Compte tenu de sa taille importante, la gestion ne pouvait plus se faire qu’au seul niveau du comité de direction et celui-ci est élargi aux responsables des axes.

56Entre les années financières 1998-1999 et 2003-2004, le total des subventions, contrats et bourses gagnés par les chercheurs du GRIS a continué à progresser (de 8 400 000 à 9 500 000 $) ; par contre, la part gérée par le GRIS aurait diminué dans la même proportion (2 000 000 contre 4 500 000 $). S’agirait-il d’un plus grand engagement des chercheurs dans des équipes, groupes ou centres extérieurs au GRIS, illustrant l’attraction de plus en plus forte de ces derniers ? Le soutien technique et administratif fourni par le GRIS à ses chercheurs est demeuré sensiblement le même, le total des frais encourus pour l’année financière 2003-2004, s’élevant à 620 807 $, étant entièrement couvert par la subvention d’infrastructure, 643 750 $ en provenance du FRSQ (543 750 $) et du CÉDAR (100 000 $)

57En 2003-2004, les forces du GRIS demeuraient sa grande capacité à développer des projets de recherche subventionnés par des organismes prestigieux comme les Instituts de recherche du Canada (IRSC), ses nombreux liens de collaboration et le rayonnement international de ses chercheurs séniors, tout en demeurant un incubateur performant pour la formation des jeunes chercheurs. Deux des axes de recherche présentaient des difficultés sérieuses de développement. Le GRIS, comme le doctorat en santé publique qui lui était lié, se retrouvaient très inconfortablement à l’étroit dans les locaux du pavillon Marguerite d’Youville, ne disposant pas des espaces nécessaires à ce développement continu, et les nouveaux locaux promis tardaient à se concrétiser. Surtout, la faiblesse des moyens de diffusion et de promotion des travaux du groupe demeurait le talon d’Achille du GRIS. Et pourtant, cette production était toujours en augmentation par rapport aux dernières années : 179 publications en 2003 contre 159 en 1999 et 252 communications contre 238 pour les mêmes années. Parmi les publications, les articles dans des revues avec comités de lecture constituaient presque l’exclusivité, les rapports de recherche étant moins nombreux, illustrant le virage vers des projets de recherche financés d’abord par des organismes fédéraux ou provinciaux spécialisés dans le financement de celle-ci, avec une proportion de contrats moindre que lors des premières années.

58En 2003-2004, 63 chercheurs étaient affiliés au GRIS, dont 39 réguliers ; ce nombre étant toujours en augmentation par rapport aux années 1999-2000 (respectivement 50 et 35). Le personnel de soutien technique et administratif demeurait stable ou même en légère augmentation entre ces années (en équivalant plein temps de 3 ou 4 personnes en informatique et de 5,5 à 6,25 personnes en administration). Par contre, les effectifs d’agents de recherche auraient diminué (en EPT, respectivement 34,4 et 26). L’encadrement des étudiants constituait une charge de plus en plus lourde, le nombre de postdoctorants passant de 12 en 1999 à 23 en 2003, celui de doctorants de 102 à 146 et celui d’étudiants à la maîtrise (option recherche) de 99 à 133.

***

59En janvier1997, le comité visiteur du FRSQ estimait que : « S’il n’existait pas, le GRIS devrait être créé, car il est pratiquement le seul qui occupe la niche de la recherche sur l’organisation et le fonctionnement du système et des services de santé du Québec. » En 2004, un comité d’évaluateurs anglo-canadiens, composé de John Frank, Ilona Kickbusch et Lynn McIntyre, était tout aussi élogieux :

The Groupe de recherche interdisciplinaire en santé (GRIS) has been a mainstay of applied research, in the broadest sense of population health, health promotion and health services inquiry, for more than a quarter of a century. If we look back and ask, where would the University of Montreal, Quebec and Canada be today in these fields if GRIS had never existed, we know that we would all be poorer for it.

60Contrastant avec cela, Yvon Poirier écrivait en 1987, faisant le bilan de l’impact du financement du CRSQ et par la suite du FRSQ sur la recherche en santé : « La situation est carrément catastrophique en ce qui concerne la recherche opérationnelle en santé. » Et à son avis elle l’était tout autant en recherche évaluative. Le GRIS aurait-il réussi à combler ce vide que déplorait cet expert de la recherche ? La réponse serait plutôt positive, en regard de la nature de ses recherches et de son abondance constatable sur son site Internet. La principale force du groupe tout au long de ces années aura été de maintenir le cap sur l’interdisciplinarité contre vents et marées et de tisser des collaborations durables avec de nombreux partenaires du réseau de la santé. Ceci ne sera pas toujours estimé à sa juste valeur par certains de ses bailleurs de fonds. La vie scientifique créée par les chercheurs fut très riche, malgré les nombreuses embûches organisationnelles rencontrées et aura profité considérablement aux nombreux étudiants aux études du secteur. « Incubateur » de jeunes chercheurs, la proximité du GRIS avec le Ph. D. lui aura permis d’apporter une contribution majeure à la formation de chercheurs en santé publique. Le groupe a développé des efforts très sérieux pour assurer la visibilité des résultats de ses recherches et de ses réflexions, même si certaines initiatives ne furent pas toujours couronnées du succès escompté, le transfert des connaissances vers les milieux de pratique semblant parfois lointain dans les priorités du groupe. Certaines faiblesses apparaissent en effet, à l’occasion de cette observation de longue durée, celles-ci étant d’autant plus regrettables qu’elles seraient récurrentes. Les évaluateurs externes ont ainsi parfois relevé la modestie du montant des subventions rapporté au nombre de chercheurs, une certaine faiblesse quant au nombre de publications et à la qualité des revues scientifiques qui les contiennent, le nombre insuffisant de bourses de 3e cycle et de bourses salariales de jeunes chercheurs. Enfin, le système de comptabilité des temps de présence des chercheurs, des subventions et des publications est apparu parfois complexe, difficile à décrypter pour des observateurs externes, entraînant d’ailleurs une sous-évaluation des performances du GRIS, lors des évaluations successives. C’est ce qui se passera lors de l’évaluation de 2003. Alors que l’évaluation globale est considérée comme excellente avec une très bonne performance scientifique, des contradictions apparaissent concernant le soutien financier accordé aux étudiants et le développement des axes demeure inégal. En 2002, malgré une collaboration de plusieurs années avec le GRIS, le Département de médecine familiale souhaitait plutôt être identifié au CHUM en raison de sa chaire et de ses intérêts de développement. Et pourtant, ces liens avaient contribué à développer certains thèmes communs, en particulier concernant l’organisation des soins et la compréhension du rôle des professionnels. Cette évolution préfigurerait-elle celle, plus générale, du GRIS, pour les années à venir ? Après les longues années de rassemblement de capacités de recherche en santé publique autour de ce nom à la Faculté de médecine, le temps serait-il venu d’un resserrement des activités autour de quelques pôles spécifiques ? Ce sont les orientations qui résulteraient des travaux du dernier comité de réflexion sur l’avenir du groupe créé à l’automne 2005 par la direction de la Faculté.

Table des illustrations

Légende Paul Lamarche est diplômé en sociologie et en administration hospitalière de l’Université de Montréal. Il est aussi détenteur d’un Ph. D. en « Health Services Organization and Policy » de l’Université du Michigan. Il a occupé des postes de haute responsabilité au MAS de 1977 à 1982, successivement chef de service de l’évaluation santé et directeur des politiques de santé, puis au MSSS, de 1986 à 1992, sous-ministre adjoint à la Direction de la planification et évaluation, et sous-ministre de la réforme du système de santé et de services sociaux. De 1982 à 1986, il a été administrateur chef de la planification de programme au Bureau régional de l’OMS pour l’Europe. Professeur titulaire au Département de médecine sociale et préventive de la Faculté de médecine de l’Université Laval, de 1992 à 2001, il en a été le directeur de 1998 à 2001. Il est présentement professeur titulaire au DAS et directeur du GRIS depuis 2001.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14517/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Anthropologue de formation diplômé de l’Université Concordia, titulaire d’une maîtrise en administration des services de santé, puis d’un doctorat en santé communautaire de l’Université de Montréal, Jean-Louis Denis est entré rapidement au GRIS comme chercheur très actif. Après des études postdoctorales à la Faculté de management de l’Université McGill (sous la direction de Henry Mintzberg), il entre au DAS comme professeur adjoint en 1989. Professeur agrégé en 1994, il est professeur titulaire depuis 2000. Très engagé dans la recherche en organisation des services de santé, il dirige ou codirige des projets financés par les organismes subventionnaires canadiens et québécois les plus prestigieux. Sur le plan international, il a tissé de nombreux liens avec des groupes de chercheurs étrangers comme le groupe Image à Paris. Coordonnateur universitaire du programme FORCES/EXTRA de la Fondation canadienne de recherche sur les services de santé, il est titulaire de la chaire FCRSS/IRSC, « Gouverne et transformation des organisations de santé », développant de nombreux partenariats avec le réseau de la santé et des services sociaux du Québec.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14517/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteur

Diplômé en médecine et titulaire d’un doctorat en sciences humaines appliquées (histoire) de l’Université de Montréal. Professeur associé au Département d’administration de la santé de l’Université de Montréal, il s’intéresse à l’histoire de la santé publique et du système de santé du Québec et de la Tunisie. Bénéficiaire d’une subvention du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, il développe présentement une histoire du système de santé du Québec à la période contemporaine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter