Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Enseignement et recherche en santé publique

 | 
Benoît Gaumer
, 
Georges Desrosiers
, 
Jean-Claude Dionne

Chapitre 4. Du Département d’hygiène des milieux au Département de santé environnementale et santé au travail

Jean-Claude Dionne

Full text

Quels misérables nous serions, si nous n’étions pas fiers de nos ancêtres !
Laure Conan

1En accord avec les objectifs de l’école d’hygiène, présentés au chapitre 2, les directeurs qui se sont succédé à la barre du département dont les débuts remontent au 26 juillet 1946 sous le nom de Département d’hygiène des milieux, sensibles aux demandes des intervenants, vont apporter des modifications à la mission d’enseignement et de recherche. La mise en place de ces innovations varie dans le temps et est marquée par les divers changements structurels administratifs survenus au cours de ces 60 années divisées en trois périodes correspondant à l’implantation d’orientations spécifiques. Il va sans dire que ces innovations, transformations et orientations n’auraient pu être réalisées sans le dévouement, le travail et la ténacité de l’ensemble des membres du personnel enseignant et du personnel non enseignant : employés de bureau, techniciens de laboratoire et agents de recherche.

Des débuts modestes : constance, adaptation, innovation

2Il est facile d’imaginer qu’Armand Frappier, le fondateur de l’École, étant donné la préparation minutieuse de son projet, avait déjà discuté de la direction et de l’enseignement pour les quatre départements de l’École avec des candidats potentiels. S’agissant de l’hygiène des milieux, un choix s’impose en la personne de Théodore-Joseph Lafrenière. Ses connaissances des besoins et des lacunes de la province de Québec dans le secteur de la salubrité et de l’hygiène et sa longue expérience dans l’enseignement universitaire font de lui un candidat incontournable. À cette époque, bon nombre de cadres supérieurs donnaient des cours à temps partiel à l’université. C’est même un moyen de recrutement pour une fonction publique mal payée et peu prestigieuse, car les professeurs y attirent parfois leurs étudiants.

Le premier directeur : Théodore-Joseph Lafrenière

Né à Sorel en 1888, Théodore-Joseph Lafrenière étudie d’abord à l’École polytechnique de l’Université de Montréal et obtient un diplôme d’ingénieur civil en 1909 puis il fait une maîtrise en génie sanitaire au MIT de Boston de 1910 à 1912. De retour au Québec, il entre en fonction au Conseil d’hygiène de la province de Québec en 1912 qui devient par la suite le Service provincial d’hygiène et il assume, de 1936 à 1961, la direction de la Division du génie sanitaire au ministère de la Santé et du Bien-être social. De plus, il est professeur à l’École polytechnique où il donne des cours en génie sanitaire à partir de 1912 jusqu’en 1957. Au Département d’hygiène des milieux, il est professeur agrégé de 1947 à 1951 puis professeur titulaire jusqu’en 1960, tout en étant directeur de 1947 à 1960. L’Université de Montréal lui décerne un doctorat honoris causa en 1948 et le nomme professeur émérite le 29 mai 1961. Il décède à Montréal en 1974.

Enseignement

3Les cours au Département d’hygiène des milieux (DHM) faisant partie du programme du diplôme d’hygiène publique (DHP), fort bien décrit au chapitre 2, sont offerts à partir de l’année universitaire 1947-1948 et se répartissent en quatre blocs : Salubrité (urbaine, rurale, du lait et des produits laitiers et alimentaires) ; Urbanisme (hygiène de l’habitation, urbanisme, prévention des accidents – incendies, et chimie sanitaire) ; Hygiène industrielle (section médicale, section technique) ; Nutrition (hygiène alimentaire, travaux pratiques de nutrition). À l’exception du cours sur la prévention des accidents (incendie) qui n’est offert que la première année et le cours Travaux pratiques en nutrition qui n’est plus disponible à partir de 1952, tous les autres cours font partie du programme du DHM jusqu’en 1965.

Adaptation

4Le programme de formation pour les inspecteurs sanitaires est offert à partir de l’année universitaire 1950-1951 et ce, jusqu’en 1965. L’objet de ce cours est de donner la formation professionnelle nécessaire aux inspecteurs sanitaires employés par les organismes officiels de santé publique et aux candidats à ces fonctions. Sans perdre de vue les besoins particuliers de la province de Québec quant à la formation de ses inspecteurs sanitaires, le programme a été élaboré en tenant compte du rapport de l’American Public Health Association (« qualifications of sanitary inspectors ») et du programme recommandé par le Committee on Certification of Sanitary Inspectors de la Canadian Public Health Association.

5L’enseignement débute par deux semaines de cours d’initiation en bactériologie, chimie et biologie. Il se prolonge par des cours du DHP à l’horaire duquel sont inscrits toutes les matières portant sur la salubrité et certains cours de formation générale utiles à toutes les catégories d’hygiénistes. Les élèves suivent aussi un cours abrégé de biométrie et épidémiologie, comprenant des leçons spéciales sur les maladies transmissibles d’origine animale. L’enseignement est complété par des projections, des séminaires et des visites d’observation. Le cours est donné en hiver, saison de moindre activité pour l’inspection sanitaire, surtout dans les régions rurales. Les visites d’observation et les exercices pratiques qui ne peuvent se faire pendant la saison hivernale sont reportés à l’été ainsi qu’un stage à l’École de laiterie de Saint-Hyacinthe. Une dernière semaine est consacrée à des inspections faites sans instructeur, dont les rapports constituent des examens pratiques. Les vétérinaires désireux de suivre ce cours sont exemptés des matières qu’ils ont déjà étudiées de façon satisfaisante et en particulier des cours d’initiation. En moyenne, une dizaine d’étudiants provenant des unités sanitaires, des services de santé et d’hygiène municipaux et du ministère de la Santé suivent ces cours à chaque année.

Le personnel enseignant

6Les professeurs à mi-temps et les chargés de cours proviennent principalement de la fonction publique québécoise. Les avantages pour l’École d’hygiène sont de deux ordres. Tout d’abord, elle peut offrir des programmes d’enseignement au plus grand nombre d’étudiants étant donné que les frais fixes sont relativement bas. Ensuite, elle profite de l’expérience pratique des personnes détentrices de diplômes universitaires de 1er et de 2e cycle de diverses disciplines qui œuvrent principalement dans des divisions du ministère de la Santé et dans les services de santé municipaux. Ainsi, Théodore-Joseph Lafrenière, René Cyr et Jacques Archambault sont de la Division du génie sanitaire ; Ferdinand-Joseph Tourangeau et Sarto Plamondon de la Division de l’hygiène industrielle ; et J.-Ernest Sylvestre directeur de la Division de la nutrition. J.-A. Brien et Jean Marier travaillent au service de santé de la ville de Montréal. Roméo Mondello est à l’inspection sanitaire et Sarto Plamondon (à partir de 1954) est au service d’urbanisme de la ville de Montréal.

7Les chargés de cours du bloc Nutrition sont des professeurs à l’Institut de diététique et de nutrition (Rachel Beaudoin, Mariette Blais, Arthur Gagnon). Plusieurs chercheurs de l’Institut de microbiologie et d’hygiène de l’Université de Montréal sont chargés des cours pour les inspecteurs sanitaires, notamment : Jean-Claude Benoit, Jacques de Repentigny, Paul Lamonde et Armand Boudreault. D’origine française, Henri Simonet est professeur invité à l’École à plusieurs reprises durant la période s’étalant de 1948 à 1960.

8La liste des professeurs réguliers du DHM depuis sa création jusqu’en 2006 est présentée dans l’annexe 3.

Le deuxième directeur : Ferdinand-Joseph Tourangeau

Né à Buckingham en 1898, Ferdinand-Joseph Tourangeau reçoit le diplôme de docteur en médecine de l’Université de Montréal en 1923. Il pratique la médecine à Verdun (1923-1924), au Wisconsin (1925-1929) et à Masson (1930-1931). Il occupe le poste d’officier médical et inspecteur des unités sanitaires de la Province de 1932 à 1936. Il étudie à l’École d’hygiène de Toronto et obtient un D.P.H au printemps 1932, et à l’Université d’Harvard, où il reçoit un C.P.H. en 1936. Au printemps de la même année, il est nommé directeur de la Division de l’hygiène industrielle au ministère de la Santé du Québec, poste qu’il occupe jusqu’en 1965. L’association américaine Industrial Medical Association lui décerne le titre de Fellow en 1953. De 1947 à 1951, il est chargé de cours au DHM, puis professeur titulaire de 1952 à 1960 et directeur du DHM de 1961 à 1965. Il est nommé professeur émérite à partir de 1966. Il décède à Montréal en 1981.

Enseignement

9En plus des cours réguliers conduisant au DHP et des cours pour les inspecteurs sanitaires, plusieurs professeurs et chargés de cours du DHM sont sollicités par les dirigeants de départements à l’intérieur et à l’extérieur de l’École et vont enseigner, notamment aux infirmières hygiénistes, aux étudiants en éducation sanitaire (cours d’été) et à ceux inscrits en administration hospitalière.

Innovation : l’Institut de recherche en hygiène industrielle et en pollution de l’air

10En 1960, l’Institut de recherche en hygiène industrielle et en pollution de l’air (IRHIPA) est mis sur pied par Ferdinand-Joseph Tourangeau dans le cadre de l’École d’hygiène, mais avec un statut particulier. Pour préparer cette ouverture, il effectue, sous les auspices du ministère de la Santé nationale et du Bien-être ainsi que du ministère de la Santé de la province de Québec, une visite en Europe dans divers centres de recherche de l’Angleterre, de la France, de l’Italie, de la Belgique, de la Suisse, de la Suède et de la Finlande. Enquêtant entre le 4 avril et le 15 mai 1959 sur les travaux de recherche les plus récents, en rapport surtout avec le problème des insecticides et leurs effets toxiques sur l’homme et les animaux, il est particulièrement impressionné par l’organisation de trois instituts d’hygiène et de maladies professionnelles : l’Institut Karolinska de Stockholm, la Clinique des maladies professionnelles de Milan et l’Institut d’hygiène et des maladies professionnelles d’Helsinki.

11Il propose alors à son retour de développer un département d’hygiène industrielle et des maladies professionnelles sous l’égide de l’École d’hygiène, qui travaillerait en coopération étroite avec la Division de l’hygiène du ministère de la Santé. Bien entendu, ce département devrait développer des collaborations avec divers départements de la Faculté de médecine, de l’Institut Lavoisier de Montréal, de l’Institut de psychologie de l’Université de Montréal et de l’École polytechnique, etc. Une telle organisation devait être en mesure de promouvoir et coordonner la recherche dans le domaine des maladies professionnelles et de l’hygiène industrielle ainsi que d’assister la Division de l’hygiène industrielle du ministère de la Santé.

12Ce sont les exigences du bailleur de fonds, le financement provenant essentiellement des subventions fédérales à l’hygiène publique, qui amèneront les autorités universitaires à opter pour le statut d’un institut. Le gouvernement fédéral ne pouvait pas et ne voulait pas subventionner un département d’enseignement, ce qui était hors de sa compétence. Il fallait trouver un moyen détourné pour cela ! C’est le Conseil des gouverneurs de l’Université de Montréal qui prendra la décision en décembre 1960 de créer cet institut, autonome, mais étroitement associé à l’École d’hygiène. Le directeur des études de celle-ci est membre ex-officio de l’Institut et tous les autres membres sont obligatoirement recommandés par le conseil de l’École. L’Institut va partager des locaux avec l’École dans les ailes A et D du bâtiment principal de l’Université de Montréal.

13Cette structure administrative bicéphale entraînera des conflits d’autorité entre les deux organismes, le directeur de l’Institut, Ferdinand-Joseph Tourangeau étant en même temps directeur d’un département de l’École. Ces tensions seront particulièrement vives entre ce dernier et le vice-doyen et directeur des études de l’École Maurice Panisset, en 1965, à propos de l’engagement de nouveaux chimistes sur un projet de recherche bénéficiant des subventions nationales à l’hygiène. Pour le premier, il s’agit de les réserver exclusivement à la recherche, pour le second, ils doivent aussi renforcer le personnel enseignant de l’École. Le secrétaire général de l’Université de Montréal, Léon Lortie, sera sollicité pour résoudre ce conflit administratif résultant d’un statut de droit ou de fait ambigu.

14Trois champs de recherche seront alors couverts prioritairement : 1) les effets de constrictions des bronches produits par les poussières industrielles ; 2) la santé des travailleurs exposés aux produits chimiques agricoles dans les vergers du Québec ; 3) la pénétration des produits chimiques industriels toxiques à travers la peau. Une étroite collaboration va s’instaurer entre l’Institut et la Division de l’hygiène industrielle du ministère de la Santé de la province. Le personnel de cette dernière participe à l’enseignement des cours en hygiène industrielle dans le cadre de l’École d’hygiène. L’Institut apporte son expertise à la Division à l’occasion de projets comme celui d’organiser en 1962 un service de santé pour un groupe de petits établissements industriels de la ville de Hull.

15Les résultats de ces travaux de recherche seront publiés dans des revues de haut niveau scientifique, essentiellement nord-américaines comme Archives of Environmental Health, Annals of the New York Academy of Science, Occupational Health Review, Canadian Journal of Public Health et l’Union médicale du Canada. La crise de 1965 à l’interne entre les deux directions de l’École et de l’Institut n’arrêtera pas la recherche et la collaboration à l’externe, même si elle provoquera un certain ralentissement, le financement de certains projets ayant été suspendu temporairement.

16L’Institut recevra de 1960 à 1968 en subventions fédérales-provinciales à la santé publique un montant total de 420 000 $ pour la recherche et 25 000 $ pour son organisation et son fonctionnement.

17La composition de l’Institut comprend le directeur des études de l’École d’hygiène, le directeur et le sous-directeur de l’Institut, et deux membres du personnel enseignant de l’École d’hygiène. Le directeur et le sous-directeur doivent être des diplômés en hygiène industrielle d’une université reconnue. La structure administrative comporte un comité administratif composé de tous les membres de l’Institut. La volonté des promoteurs de l’Institut d’effectuer des projets de recherche répondant à des problématiques spécifiques vécues dans les divers milieux se manifeste par la mise sur pied d’un comité consultatif composé de représentants des entreprises industrielles, d’associations professionnelles de médecins et d’ingénieurs intéressés en hygiène industrielle et de divers ministères du gouvernement provincial. Il a pour fonction d’étudier les problèmes d’hygiène industrielle et de pollution de l’air pouvant faire l’objet de projets de recherche, d’assister l’Institut dans la ligne de conduite à adopter quant aux relations extérieures, d’établir les contacts nécessaires avec les entreprises, de susciter l’intérêt auprès des jeunes dans les recherches en hygiène industrielle.

18Lors de sa fondation, on retrouve à la direction de l’Institut les personnes suivantes : Ferdinand-Joseph Tourangeau, comme directeur ; l’ingénieur Sarto Plamondon, comme directeur adjoint ; Lyse Frappier-Davignon, comme professeure adjointe en épidémiologie des maladies chroniques ; et Kingsley Kay, comme conseiller principal à l’Institut (celui-ci est également le conseiller scientifique principal de la Division de la santé occupationnelle du Département de la santé nationale à Ottawa).

19L’engagement d’un spécialiste en sciences ayant une formation et de l’expérience dans le domaine de l’hygiène industrielle et de la pollution de l’air est l’une des premières tâches de la direction. À cet effet, Ferdinand-Joseph Tourangeau recrute, en 1960, le chimiste Zygmunt Jegier, M. Sc. (Poznan), D. Sc. (Francfort), œuvrant dans ce domaine à la Division de la recherche et du développement au Canadien national. Dès 1962, Zygmunt Jegier entreprend des recherches afin de mettre au point des méthodes spécifiques, précises et rapides pour déceler dans l’atmosphère les hydrocarbures polycycliques, le benzapyrène, les oxydes de soufre, l’ozone et les oxydes d’azote. Le projet majeur de l’Institut, Étude des effets chroniques des insecticides chez l’homme, débute en 1963 et s’étale sur une période de trois ans. La première phase est une enquête effectuée sur place au cours de l’été 1963 afin d’évaluer les risques que constitue l’emploi à l’intérieur des édifices du systox, du méthoxychlore, du chlordane et du diazinon, et d’évaluer le risque qu’entraîne l’emploi des pulvérisateurs de lindane à opération continue. La deuxième enquête a pour objet de recueillir chaque année certaines données statistiques au cours de la saison d’épandage et cela jusqu’à ce que les autorités de la santé publique soient en mesure d’établir un contrôle efficace dans ce domaine.

Cap sur l’hygiène industrielle, la pollution de l’air et la recherche

20La Révolution tranquille des années 1960 est marquée par des changements profonds de la société dans le domaine politique, économique, social et culturel. Cette accélération du processus de modernisation touche plus particulièrement le développement économique et l’accroissement des pouvoirs et des activités du gouvernement. L’expansion rapide de la fonction publique entre 1960 et 1970 est marquée par la création de six nouveaux ministères, dont celui des Affaires culturelles et celui des Richesses naturelles. Ces nouvelles structures gouvernementales demandent beaucoup de compétence et nécessitent une fonction publique efficace, stable et au service de l’État. Les enjeux de cette période englobent notamment le transfert des responsabilités et du contrôle du secteur de l’éducation de l’Église à l’État provincial et l’intervention massive du gouvernement provincial dans un domaine de sa compétence que le fédéral avait cherché à investir dans les années 1950 et début 1960 (subventions aux universités).

Enseignement

21Soucieux de répondre aux besoins des milieux et plus particulièrement à ceux de la fonction publique qui avait recruté un grand nombre de jeunes professionnels, le directeur, Claude Drouin, s’engage à restructurer le programme d’enseignement à l’image de ceux offerts dans les universités américaines en élaborant une série de cours appropriés correspondant mieux à la formation nécessaire pour aider ces professionnels à remplir adéquatement leurs fonctions. L’orientation qu’il préconise met l’accent sur l’hygiène industrielle et sur l’environnement. Les cours de base ont été restructurés et comprennent la salubrité générale, l’hygiène nucléaire, l’hygiène industrielle, la médecine du travail et la technologie.

Le troisième directeur : Claude Drouin

Né en 1927, Claude Drouin obtient, en 1950, un B. Sc. A. en génie minier de l’Université Laval. Par la suite, il étudie à l’Université du Michigan où il obtient une maîtrise en hygiène industrielle en 1961. Pendant trois ans, il est employé comme ingénieur d’hygiène industrielle au ministère de la Santé du Québec. Il joint, en 1964, le DHM comme professeur assistant en hygiène industrielle et, de 1965 à 1966, il assume aussi la tâche d’administrateur du DHM. Il est nommé directeur le 4 mai 1966 et il remet sa démission au mois d’octobre 1967. À l’automne 1967, il reprend ses études et poursuit des recherches à l’Université McGill et obtient, en 1971, un Ph. D. en environnement minier. Au DHM, il est professeur assistant de 1965 à 1968, puis professeur adjoint de 1970 à 1971, et finalement chargé de cours de 1971 à 1974. D’abord directeur des services de prévention de l’Association des mines de métaux du Québec inc., au début de 1971, Claude Drouin devient par la suite directeur des services techniques de l’Association. De 1986 à 1992, il occupe le poste de directeur général pour cette association devenue l’Association minière du Québec inc. Il décède à Québec en 1997.

22Il fait appel au professeur Zygmunt Jegier afin de préparer le programme devant conduire à l’obtention du grade de maîtrise et de doctorat en sciences de l’environnement (M. Sc. et D. Sc.), seuls programmes d’enseignement supérieur orientés vers la recherche en laboratoire de l’École d’hygiène.

23En 1966, une série de nouveaux cours sont offerts aux étudiants qui désirent poursuivre des études supérieures, notamment Physiologie appliquée à l’hygiène industrielle, Sources et effets de la pollution atmosphérique, Météorologie appliquée à la pollution atmosphérique, Réactions dans l’atmosphère polluée, Contrôle du milieu industriel, Échantillonnage et analyse des agents polluants de l’atmosphère, Prévention de la pollution atmosphérique, Aspects légaux de la pollution atmosphérique, Hygiène du milieu industriel, Maladies industrielles et médecine du travail, et Évaluation du milieu industriel.

Le personnel enseignant

24Compte tenu des budgets disponibles, le corps professoral est restreint – Ferdinand-Joseph Tourangeau, Claude Drouin et Zygmunt Jegier font partie du noyau de base – et on doit faire appel à des praticiens provenant de la fonction publique. Grâce une entente avec les autorités de l’Université de Montréal, le directeur de l’Institut et ses assistants sont professeurs de l’École d’hygiène, particulièrement au DHM. Les nouveaux professeurs qui prennent la responsabilité de certains cours sont MM. Jean-Vincent Pillet, Gustave Charest, Conrad East, Jacques Laflamme, Henri Millette et André Guérard.

Les recherches

25Subventionné par le Conseil de recherches agricoles de la province de Québec, Jacques Nantel fait des études au DHM sous la direction de Joseph Sternberg et dépose, en 1965, son mémoire de maîtrise : Étude sur la contamination des aliments par des substances radioactives et particulièrement par le zinc 65. Il est donc le premier à obtenir un diplôme de maîtrise du DHM.

26Dirigé par le professeur Jegier, Henk W. De Koning soumet, en 1969, sa thèse Effets de l’anhydride sulfureux et de l’ozone sur l’Euglena gracilis. Il est le premier à obtenir le grade de D. Sc. H. (Environnement).

27Le professeur Jegier dirige le projet de recherche Effets de la pollution de l’air sur les affections respiratoires dans les groupements industriels et dans leur entourage, qui débute en 1964 et se termine en 1967 à la suite d’une subvention totale de 136 000 $. Il reçoit également, en 1966-1967, une subvention de 22 000 $ pour le projet Recherche pour mettre au point des méthodes analytiques pour la détermination des polluants de l’atmosphère et études de la formation des hydrocarbures polynucléaires cancérigènes pendant la combustion. Une autre subvention de 17 750 $, reçue en 1967-1968, lui permet de réaliser le projet suivant : Évaluation du degré de pollution atmosphérique par mesures photosynthétiques. Au courant de la même année, il entreprend le projet La formation dans l’atmosphère des oxydants nocifs à la santé publique, ayant reçu une subvention de 14 000 $.

28À la suite de la démission de Claude Drouin pour congé d’étude, c’est un administrateur faisant fonction de doyen, Maurice Panisset, qui assumera la responsabilité de la direction du DHM d’octobre 1967 jusqu’au 1er juin 1969.

Le quatrième directeur : Jacques Nantel

Jacques Nantel étudie à l’Université de Montréal et obtient un doctorat en médecine vétérinaire en avril 1949. Il occupe les fonctions de vétérinaire hygiéniste au Service de santé de la ville de Montréal de 1949 à 1960. Il entre à l’École de médecine vétérinaire comme professeur d’hygiène vétérinaire et d’hygiène des viandes au début d’octobre 1960. Profitant d’un congé d’étude, il obtient, en 1965, une maîtrise du DHM. Le 22 octobre 1965, il est chargé de cours en remplacement de Jean Marier et donne les cours d’hygiène des aliments et celui sur la salubrité pour les étudiants inscrits au DHP. Il est nommé professeur agrégé le 1er juin 1966 et assume le poste de directeur intérimaire du DHM par délégation à partir du 1er juin 1969. Par la suite, du 14 octobre 1970 jusqu’au 31 mai 1975, il est administrateur exerçant les pouvoirs de directeur du DHM. Il est nommé directeur intérimaire du DHM du 1er juin 1975 jusqu’au 30 novembre 1976. Il assume également plusieurs tâches administratives : membre du conseil de l’École d’hygiène à partir d’octobre 1967, secrétaire de l’École de santé publique de septembre 1969 au 15 novembre 1975.
Après plusieurs années d’enseignement, il prend sa retraite le 1er février 1989.

29L’École change de nom en 1969 pour devenir l’École de santé publique, respectant, ce faisant, la sémantique générée par les concepts dominants de l’époque. C’est dans un contexte de turbulence décrit au chapitre 2 que se fait le démantèlement de l’École dont les départements rejoignent par étapes la Faculté de médecine. Finalement, en 1970, l’École d’hygiène disparaît en tant qu’institution autonome à l’intérieur de l’Université de Montréal.

Le programme d’enseignement

30La disponibilité des professeurs n’étant pas constante au cours des années qui suivent, on note, dans les annuaires généraux, que certains des cours du programme conduisant à l’obtention des diplômes de maîtrise et de doctorat ne sont pas offerts. Le précédent directeur du DHM, Claude Drouin, avait mis l’accent sur une formation rigoureuse en hygiène industrielle. Cependant, force est de constater, compte tenu du climat de turbulence, décrit au chapitre 2, dans lequel se trouvait l’École à cette époque, que Claude Drouin en quittant le DHM n’a pu, dans le domaine de l’hygiène industrielle, assurer la pérennité aux transformations qu’il avait initiées. En effet, de 1968 à 1975, la majorité des cours qui traitent de l’un ou l’autre des aspects de l’hygiène industrielle ne sont pas offerts (Hygiène industrielle – médecine et technologie, Physiologie appliquée à l’hygiène industrielle, Contrôle du milieu industriel, Prévention de la pollution atmosphérique, Aspects légaux de la pollution atmosphérique, Hygiène du milieu industriel, Maladies industrielles et médecine du travail, Épidémiologie appliquée à l’hygiène industrielle et à la pollution de l’air). Cela a eu pour conséquence que plusieurs des ingénieurs engagés dans la fonction publique québécoise au sein de la division de l’hygiène industrielle et de la pollution de l’air ont dû s’inscrire dans des universités américaines afin d’obtenir leurs diplômes de maîtrise en hygiène industrielle.

Le personnel enseignant

31C’est une période héroïque où les budgets sont minimes, quelques dizaines de milliers de dollars, et les effectifs du DHM ne comptent de 1968 à 1972 qu’un professeur titulaire (Zygmunt Jegier), deux professeurs agrégés (Jacques Nantel et Conrad East), un professeur adjoint (Claude Drouin) et un chargé de cours (Serge Rouleau). Par la suite, de 1973 à 1975, outre les professeurs Nantel et Jegier et Alice P’an, nous retrouvons trois chargés de cours : Claude Drouin, Conrad East et Louis-Philippe Roy. Le Comité de régie, section affaires académiques, autorise le détachement de Joseph Sternberg professeur titulaire du Département de physiologie au DHM, pour une période de deux ans (1er octobre 1974 au 30 septembre 1976). Ce détachement sera reconduit à nouveau jusqu’au 31 mai 1979.

Les recherches

32À l’été 1969, les laboratoires où se font les recherches sur la pollution atmosphérique et l’hygiène industrielle sont déménagés du pavillon principal au pavillon Marguerite d’Youville où les quatre nouveaux laboratoires sont beaucoup plus spacieux. L’enseignement, donné aux étudiants des 2e et 3e cycles du DHM, vise à former des chercheurs spécialisés dans un domaine particulier de la pollution. Ces travaux de recherche relèvent de la chimie ou de la biochimie, mais tous sont reliés aux effets biologiques de la pollution de l’environnement. Sauf deux sujets de maîtrise reliés à l’hygiène industrielle et à la santé au travail, les huit autres mémoires soumis entre 1967 et 1975 relèvent du domaine de la pollution atmosphérique et de la pollution marine. Huit des dix mémoires ont été dirigés par Zygmunt Jegier.

33Les subventions accordées à l’IRHIPA prennent fin en avril 1968. Le professeur Jegier fait donc appel à d’autres organismes préoccupés par la pollution de l’air afin d’obtenir des subventions de recherche et des bourses pour ses étudiants. Dans une lettre, datée du 16 juillet 1969, il sollicite le directeur du laboratoire de l’Association industrielle Laval, le docteur Louis-Philippe Roy, pour l’obtention d’une bourse annuelle de 2 400 $. Il est également préoccupé par la volonté du Département de chimie de l’Université de Montréal et de celle de l’École Polytechnique d’établir, en 1972, des programmes d’enseignement sur la pollution de l’environnement. Il souligne que l’avenir du DHM est justement associé à l’orientation qu’il s’est donnée et suggère une collaboration étroite entre les chercheurs du DHM et ceux des Départements d’épidémiologie et de médecine sociale et préventive.

34Zygmunt Jegier reçoit, entre 1967 et 1970, une subvention de 35 700 $ pour terminer le projet de recherche Évaluation du degré de pollution atmosphérique par mesures photosynthétiques. Également, le projet La formation dans l’atmosphère des oxydants nocifs à la santé publique est complété en 1969, ayant reçu une subvention de 28 000 $. Le projet Effets des polluants atmosphériques sur les enzymes antiprotéolytiques et neurohumoraux débute en 1969 et se termine en 1971 ; somme reçue : 30 800 $. Suivent deux autres projets : Effets de l’ozone sur les protéines et lipoprotéines sériques en 1971-1972 ; somme reçue 12 950 $ et Les oxydes d’azote et composés nitroorganiques dans l’atmosphère urbaine, débuté en 1972 et complété en juin 1975 ; somme reçue : 41 435 $

35D’autres sources de subventions permettent au professeur Jegier et à son équipe de réaliser divers travaux de recherche tels que Résidus des pesticides dans le sol, subventionné par le ministère de l’Agriculture du Canada (8 000 $). À compter de 1970, il est invité à se joindre au GIROQ (Groupe interuniversitaire de recherches océanographiques du Québec) en vue d’entreprendre des recherches sur la pollution de l’eau de mer par des substances toxiques et il réalise le projet Polluants de l’estuaire du Saint-Laurent : origines et mode de transport biologique, subventionné de 1971 à 1974 (20 000 $) par le ministère de l’Environnement du gouvernement fédéral. Zygmunt Jegier demeure membre titulaire de GIROQ et membre du conseil d’administration de cet organisme québécois jusqu’en 1978. Finalement, le projet Influence de certains polluants atmosphériques sur les rythmes cellulaires s’étale de 1970 à 1972 et est subventionné (55 000 $) par le gouvernement de la France, Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST).

Enseignement de la médecine du travail

36La Faculté de médecine a recours à la formule de stages optionnels offerts aux étudiants de 3e année dans différents milieux industriels pouvant se prêter à l’enseignement de la médecine du travail. Ces stages débutent en 1973 et ont une durée de 45 heures, répartis sur une période de trois mois, suivis d’une évaluation de l’étudiant à la fin du stage. L’expérience n’est pas concluante puisque la qualité des stages est très variable et la préparation des moniteurs est insuffisante. Le Département de médecine sociale et préventive dans le cadre du programme de maîtrise en santé communautaire élabore, en 1975, un cours obligatoire de trois crédits intitulé Écologie et santé. La responsabilité de ce cours est confiée au DHM. Également, le programme comprend un cours optionnel de trois crédits Stage en médecine du travail dont l’objectif est de sensibiliser l’étudiant à la médecine du travail et au milieu où s’exerce cette médecine. Le contenu de ce stage comprend : 15 séances de quatre heures à l’usine de la Société Rolls-Royce sous la direction de Jean l’Heureux, D. H. P., M. Sc. en hygiène de l’environnement (1969) ; exposé sur les différents thèmes de la médecine du travail et sur les pathologies les plus fréquentes, discussion avec les étudiants, visites d’usine ; illustration de la plupart des grandes pathologies occupationnelles.

Prépondérance de la toxicologie et émergence de l’analyse de risque

37La réforme du système de santé et l’implantation de nouvelles structures pour réaliser les orientations de la santé communautaire vont marquer le domaine de la santé au travail. Ainsi, en 1975, la Direction de la santé communautaire au ministère des Affaires sociales met sur pied une division de la médecine du travail afin de développer des programmes de santé au travail pour les DSC et les CLSC. Le ministère des Affaires sociales alloue, en 1977, à six DSC des budgets afin de constituer des équipes en santé au travail. L’élection du Parti québécois en 1976 va accélérer le processus de transformation de l’ensemble du domaine de la santé, de la sécurité, de l’hygiène du travail, incluant les organismes gouvernementaux responsables des aspects de prévention, d’inspection et d’indemnisation des victimes d’accidents de travail. La volonté politique du gouvernement étant très ferme, ce processus s’accélère : octobre 1978, livre blanc : Santé et sécurité au travail ; 20 juin 1979, Loi sur la santé et la sécurité du travail et création de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST) ; 1980, création de l’Institut de recherche en santé et en sécurité du travail (IRSST).

Le cinquième directeur : Jules Brodeur

Jules Brodeur étudie d’abord la médecine (M.D., 1961) puis la pharmacologie (M. Sc., 1962) à l’Université de Montréal et de nouveau la pharmacologie à l’Université du Michigan (Ph. D., 1964). Sa carrière de recherche et d’enseignement en pharmacologie à l’Université de Montréal débute à titre de chargé d’enseignement (1964-1966) ; par la suite, il occupe les postes de professeur adjoint (1966-1970), de professeur agrégé (1970-1975) et de professeur titulaire (1975-1976) au Département de pharmacologie. Il est nommé professeur émérite en 1997. Il assume les fonctions administratives suivantes : directeur du Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu à la Faculté de médecine (1976-1988), directeur du Programme d’études supérieures en toxicologie de la Faculté des études supérieures (FES) (1982-1996), directeur de l’équipe associée de recherche en toxicologie industrielle avec l’Institut de recherche en santé et en sécurité du travail (1982-1990).

38À partir de 1976, Jules Brodeur oriente le Département vers la recherche et l’enseignement en toxicologie industrielle et il développe l’enseignement en médecine du travail.

Les pressions fusent : les centrales syndicales, la Commission des accidents du travail, les professionnels de la santé

39La problématique des accidents du travail et des maladies professionnelles est une préoccupation majeure des centrales syndicales qui utilisent leurs influences pour faire modifier et améliorer les programmes d’enseignement. C’est ainsi que le secrétaire général de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) fait part dans sa lettre du 17 juin 1976, adressée aux doyens des quatre facultés de médecine, de la résolution votée par le Conseil confédéral des 10 et 11 juin à savoir : « Que les facultés de médecine du Québec enseignent la médecine industrielle et paient des programmes de cours concernant les maladies industrielles. » Pour sa part, le Congrès du travail du Canada (CTC), dans une lettre datée du 20 septembre 1976 et adressée au directeur de l’Association of Medical Colleges of Canada, demande de façon urgente que cette association fasse toutes les démarches nécessaires en vue de l’implantation de programmes d’enseignement et de recherche dans le domaine de la médecine du travail dans les diverses facultés de médecine du Canada.

40Préoccupée par les accidents de travail, la Commission des accidents du travail (CAT) souhaite que l’éducation à la prévention ait sa place à tous les paliers scolaires et a fortiori dans toutes les disciplines universitaires qui ont une relation très étroite avec le monde du travail. Jules Brodeur rencontre, au mois de juin 1977, le président de la CAT, le juge Robert Sauvé, pour lui faire part des projets du DHM en médecine du travail, aussi bien sur le plan de l’enseignement que sur celui de la recherche. Il reçoit l’assurance de celui-ci que les autorités de la CAT vont appuyer les demandes de bourses de perfectionnement pour les étudiants aux études supérieures qui s’intéressent à la médecine du travail. Le juge Sauvé offre aussi l’assistance des experts juristes de la CAT pour les besoins d’enseignement du DHM en matière de santé et de sécurité du travail. La mise sur pied de stages pour certains résidents de la Faculté auprès des experts médicaux de la CAT est également acceptée.

41Certains spécialistes qui, dans leur pratique, évaluent et traitent des travailleurs atteints de maladies professionnelles constatent des lacunes en ce qui a trait à la médecine du travail chez les praticiens. À la suite de leur demande, le Service d’éducation médicale continue de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal en collaboration avec l’Association des otorhino-laryngologistes de la province de Québec et l’Association de médecine industrielle du Québec organise un cours de perfectionnement de deux jours, les 10 et 11 décembre 1976, portant sur la médecine du travail. La majorité des 150 participants à ce cours consacré à l’étude du bruit dans l’industrie sont des médecins.

Médecine du travail

42Les besoins de formation en médecine du travail sont nombreux et proviennent du milieu universitaire et des milieux d’intervention : DSC, CLSC, entreprises. Au début, 1977, les étudiants de 1re année de médecine ont assisté à une leçon de deux heures intitulée Introduction à la médecine du travail. En juin de la même année, le directeur du DHM soumet au Comité du programme un projet de plan de cours sur la médecine du travail pour les étudiants en médecine comprenant deux modalités d’enseignement : l’une, sous forme principalement de cours magistraux d’environ 30 heures ; l’autre sous forme d’un stage d’une semaine (répété huit fois durant l’année), pouvant avoir lieu durant l’année de préexternat. La responsable du programme de médecine familiale, Nadine Saint-Pierre, presse le directeur du DHM d’élaborer un cours d’une semaine sur la médecine du travail pour les résidents en 2e année de médecine familiale. Durant l’année 1977, le directeur du DHM fait les démarches auprès de plusieurs organismes dont les DSC afin d’organiser des stages d’un mois en médecine du travail pour les étudiants qui le désirent.

43À l’automne de la même année, Jules Brodeur présente une communication, L’organisation de l’enseignement de la médecine du travail dans le milieu universitaire, lors du Congrès de l’Association de médecine industrielle du Québec tenu à Québec le 23 septembre 1977. Dans son allocution, il précise les deux grands principes qui guident sa démarche en vue de la mise sur pied d’un programme universitaire d’enseignement de la médecine du travail : sensibiliser l’étudiant, futur médecin, à cette interaction entre le travail et la santé, mais aussi :

reconnaître cette vérité inéluctable : la matière première, à partir de laquelle s’amorcera ce mouvement de bonification de la médecine du travail, est la masse des praticiens actuels ou, à toutes fins utiles, le regroupement qu’assure votre Association. Il faut bien comprendre qu’il n’est pas question du tout, pour l’Université, d’inonder le marché de votre profession de spécialistes de la médecine du travail, éliminant ainsi ceux qui y œuvrent depuis longtemps.

44Les discussions sont nombreuses et fructueuses lors du colloque sur « L’université et la médecine du travail » tenu à Québec le 16 mars 1978 sous le patronage des Facultés de médecine des Universités Laval, McGill, de Montréal et de Sherbrooke. Les participants, tous préoccupés par le devenir de la médecine du travail, proviennent des facultés de médecine, des DSC, des associations professionnelles, du gouvernement, du patronat et des syndicats. Les objectifs du colloque sont : connaître les besoins de formation et de recherche en santé occupationnelle qui peuvent être satisfaits par les universités ; faire connaître ce qui existe au sein des universités en médecine du travail ; identifier les carences de l’enseignement universitaire dans ce domaine ; élaborer des éléments de solutions susceptibles d’améliorer la formation professionnelle et la recherche ; et étudier les possibilités de développer une spécialité en médecine du travail.

45À la fin de l’année 1977, le directeur du DHM remet au doyen de la Faculté de médecine le programme « L’enseignement en médecine du travail et en hygiène du milieu » dans lequel il est prévu que, durant l’année universitaire 1977-1978, un cours de trois crédits (Hygiène industrielle, MSN 6001) sera offert aux étudiants du programme de maîtrise en santé communautaire. Près d’une dizaine de médecins exerçant la médecine du travail assistent à ce cours à titre d’étudiants libres. De plus, toute la semaine du 20 mars 1978 sera consacrée à un stage obligatoire en médecine du travail pour les résidents de 2e année du programme de médecine familiale. Durant le 2e trimestre, un enseignement en médecine du travail est offert aux étudiants de 3e année dans le cadre du programme de cours à options. Enfin, en février et mars 1978, 15 heures d’enseignement sur des éléments de santé au travail sont présentées sous forme de cours de service aux étudiants de l’École de relations industrielles.

46Durant l’année universitaire 1978-1979, en plus de maintenir les activités amorcées en 1977-1978, démarre la partie la plus importante du programme de médecine du travail, c’est-à-dire l’enseignement aux étudiants en médecine. Cet enseignement, d’une semaine, s’adresse aux préexternes, répartis en groupes d’environ 22 étudiants, et est répété à neuf reprises. De plus, le programme de cours de M. Sc. Hygiène (environnement) est réorganisé en créant trois nouveaux cours : Toxicologie industrielle (MSN 6018), Évaluation du milieu industriel (MSN 6013) et Hygiène du milieu industriel (MSN 6011). Deux médecins très impliqués en médecine du travail dans leur pratique, Huguette Demers et Yves Lacasse, participent activement à ces enseignements. L’éducation médicale continue auprès des médecins du travail est également prévue dans le programme.

Changement de nom

47Le directeur du DHM, jugeant que cette appellation ne correspond plus à la nouvelle orientation qui lui a été donnée et aux préoccupations de la société, suggère aux diverses instances universitaires de la modifier par celle de Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu (DMTHM). Lors de l’assemblée universitaire, Jules Brodeur ajoute, en plus des raisons mentionnées, que ce changement de nom s’avère nécessaire afin d’assurer une plus grande visibilité du Département dans le domaine de la médecine du travail. Le 10 avril 1978, le Conseil de l’Université approuve la recommandation de l’assemblée universitaire.

Influence de l’IRSST

48En 1981, débutent les activités de l’IRSST qui s’est vu confier par la CSST la responsabilité du développement, de la coordination et de l’exécution des activités de recherche qu’elle considère comme prioritaires. L’IRSST élabore des programmes visant à appuyer et à développer les ressources existantes, principalement dans les universités et à accélérer la formation de chercheurs. Trois programmes sont retenus : bourses pour la formation des chercheurs (102 bourses en 1982), financement des équipes associées de recherche, et recherches subventionnées.

49L’entente avec l’IRSST concernant l’équipe associée de recherche débute le 1er février 1982. Son programme La détection précoce de l’exposition à des agents toxiques et des altérations à la santé en milieu de travail par la surveillance biologique vise l’acquisition de nouvelles connaissances dans le domaine de la toxicologie industrielle, en vue d’une application de ces connaissances au monde du travail sous la forme d’épreuves de surveillance biologique de l’exposition et de la toxicité. Au départ, les membres de l’équipe associée ont retenu trois thèmes de recherche : étude sur les paramètres d’exposition aux solvants organiques (styrène, toluène, xylène, hexane, cétones), ainsi que sur les paramètres d’atteinte toxique par ceux-ci ; étude sur les paramètres d’exposition aux métaux (plomb, sélénium) ; étude sur la validation de modèles expérimentaux d’atteinte toxique par les solvants organiques. Au fil des années et jusqu’en 1990, le nombre de projets augmente et l’activité se diversifie par des recherches sur le trichloréthylène, l’oxyde d’éthylène, l’utilisation des métabolites de la famille des thioéthers, l’utilité des suspensions d’hépatocytes isolés, l’influence de la grossesse sur la toxicité et la biotransformation des solvants organiques.

Le programme d’enseignement

50Entre 1978 et 1984, des changements sur le plan des infrastructures sont réalisés au DMTHM afin d’intégrer ses enseignements à l’intérieur du secteur santé communautaire. Ainsi, au premier cycle (pré-M.D.), les cours se donnent à l’intérieur du regroupement intitulé « médecine familiale et communautaire » ; au doctorat, le regroupement s’est fait autour du Ph. D. en santé communautaire (voir le chapitre 7 pour l’histoire de ce diplôme). Le DMTHM est également très impliqué dans l’implantation de programmes d’études supérieures portant sur l’influence que les agents chimiques, physiques et biologiques exercent sur le milieu. Jules Brodeur exerce un leadership incontestable dans la mise sur pied en 1982 du programme de diplôme en toxicologie.

Les diplômés

51Durant la période 1976 à 1988, 25 étudiants ont obtenu le diplôme de maîtrise à la suite du dépôt de leur mémoire de recherche. Ils étaient dirigés par Zygmunt Jegier, Alice P’an, Jean-Claude Panisset, Antoine Simard, Jules Brodeur, Saroj Chakrabarti, Réjean Berman et Michel Gérin. Trois doctorats furent également décernés à des étudiants dirigés par Zygmunt Jegier, Alice P’an et Jules Brodeur.

Budgets d’administration et subventions

52Afin de répondre aux besoins exprimés par les intervenants du domaine de la santé et de la sécurité au travail, le directeur a préparé un plan de développement incluant les budgets nécessaires au recrutement de nouveaux professeurs, de chercheurs et de personnel non enseignant. La croissance des budgets est remarquable, passant de 300 000 $ en 1980 à 663 471 $ en 1988. L’événement majeur des 10 dernières années a été l’implantation d’une équipe de recherche associée à l’IRSST. Son influence sur les montants des subventions accordés au DMTHM est considérable. En effet, de 55 000 $ en 1978, le montant des subventions atteint 888 000 $ en 1988, soit 16 fois plus.

53Jean-Claude Panisset s’est donné comme objectifs de consolider les acquis, de poursuivre les efforts en matière de santé et environnement ainsi qu’en analyse de risque, tout en développant de nouvelles expertises en neurotoxicologie et en écotoxicologie et en développant la collaboration avec le secteur industriel.

Le sixième directeur : Jean-Claude Panisset

Jean-Claude Panisset est diplômé de l’Université de Montréal où il obtient un D.M.V. (Faculté de médecine vétérinaire) en 1959, une M. Sc. pharmacologie (Faculté de médecine) en 1960 et un Ph. D. pharmacologie (Faculté de médecine) en 1962. De 1962 à 1964, il fait des études postdoctorales aux États-Unis (Cleveland Clinic, Research Foundation, Ohio) et au Canada (Directorat des aliments et drogues, Santé et Bienêtre, Ottawa). Par la suite, il est professeur au Département de pharmacologie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS-Santé) de l’Université du Québec, à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, au DMTHM (1979-1997) et professeur honoraire à ce même Département (1997). Il assume la direction du DMTHM à partir de 1988 jusqu’en 1994. Il est nommé professeur honoraire en 1997.

Le programme d’enseignement

54Les programmes ont comme objectif général la formation dans quatre champs d’activités confiés spécifiquement au DMTHM, soit l’hygiène du milieu, plus souvent appelé santé environnementale, la médecine du travail, la toxicologie et la gestion de l’environnement. Les programmes d’enseignement de 2e et 3e cycle permettent d’atteindre les objectifs de formation universitaire conduisant à la maîtrise de recherche en hygiène du travail et de l’environnement (M. Sc.) et le Ph. D. en toxicologie de l’environnement faisant partie du doctorat en santé communautaire, placé sous la responsabilité administrative partagée des trois départements du secteur de la santé publique.

55Jean-Claude Panisset assume, à partir de 1984, la présidence du comité d’étude visant la création d’un programme d’études supérieures spécialisées (DESS) dans les sciences de l’environnement et, en 1989, il devient responsable du programme de DESS en environnement et prévention. Les deux DESS, en environnement et prévention et en toxicologie, multidisciplinaires, dépendent officiellement de la FES, mais ont été développés et sont gérés par le DMTHM. S’adressant à une clientèle en cours d’emploi ou terminant le premier cycle universitaire, le programme DESS en environnement et prévention permet de réaligner l’expertise des spécialistes de façon à leur permettre d’intervenir dans le milieu à partir des objectifs spécifiques suivants : comprendre la complexité de la réalité environnementale, développer des aptitudes en matière d’élaboration de moyens de contrôle, évaluer et doser les impacts environnementaux, être aptes à travailler au sein d’équipes interdisciplinaires et à promouvoir la recherche. De courte durée, il permet à l’étudiant désireux d’approfondir des notions spécifiques de réaliser des études supérieures dans un cadre souple et adapté à des besoins bien précis. Ce programme de spécialisation suscite beaucoup d’intérêt auprès des étudiants internationaux qui viennent ici chercher une formation dans un domaine qui semble plus développé que dans leur pays d’origine. Finalement, comme pour le DESS en toxicologie, le programme est offert à temps plein et à temps partiel, ce qui permet au candidat de terminer ses études au rythme qui lui convient. De plus, la majorité des cours sont offerts en soirée afin d’accommoder les candidats sur le marché du travail. Ce programme de DESS se démarque des autres programmes du même type en environnement par sa connotation « santé », ce qui permet d’attirer une clientèle désireuse de poursuivre des études supérieures dont le volet santé est bien présent.

56Répondant aux demandes des étudiants de DESS qui désiraient poursuivre leur formation, la maîtrise avec travail dirigé (TD) est introduite en 1991, par laquelle les étudiants renoncent à leur diplôme de DESS et acquièrent le diplôme de M. Sc. à la suite de la réalisation d’un TD de 15 crédits dans une des trois options : toxicologie générale, analyse de risque ou environnement et prévention. Le DMTHM contribue également à des enseignements aux programmes de maîtrise et diplôme en santé communautaire par ses cours en environnement-santé et en hygiène industrielle.

57Le DMTHM est responsable d’activités d’enseignement au premier cycle à la Faculté de l’éducation permanente dans le cadre des certificats en environnement et en toxicologie éco-industrielle.

Le personnel enseignant

58Le nombre de professeurs en poste à temps complet est restreint et constant au cours des années, soit six en 1987 et sept de 1988 à 1992. Au cours de la période 1985-1990, trois professeurs adjoints et un professeur titulaire ont joint les rangs du corps professoral. Le DMTHM compte également sur l’enseignement de 7 autres professeurs associés et de clinique et de 22 chargés de cours afin de répondre aux exigences des programmes d’études dont le DMTHM partage la responsabilité avec la Faculté de l’éducation permanente et la Faculté des études supérieures.

Les diplômés

59Durant la période 1988 à 1994, 41 étudiants ont obtenu le diplôme M. Sc. (Hygiène du travail et de l’environnement). Parmi eux, 24 étudiants dirigés par Jean-Claude Panisset, Jules Brodeur, Saroj Chakrabarti, Michel Gérin, Claude Viau, Michel Charbonneau, Joseph Zayed et Gaétan Carrier l’ont obtenu à la suite du dépôt de leur mémoire de recherche. De plus, 17 étudiants ont obtenu le diplôme de M. Sc. à la suite des travaux dirigés ou stages, et deux autres M. Sc. furent accordés par équivalence pour études accomplies au doctorat. Dix doctorats furent également décernés à des étudiants dirigés par Jules Brodeur, Jean-Claude Panisset, Michel Gérin, Joseph Zayed et Saroj Chakrabarti.

Alliance et collaboration

60Le DMTHM collabore avec les départements de médecine sociale et préventive, médecine familiale et administration de la santé pour l’enseignement intégré en médecine familiale et communautaire au premier cycle des études médicales. Il y a aussi un regroupement avec les autres départements du secteur de la santé publique par l’intermédiaire du programme de doctorat en santé communautaire ainsi qu’un effort évident de collaboration et de partage d’effectifs et de ressources avec le Département de pharmacologie (unité d’inhalation, en particulier) ainsi que des collaborations ponctuelles avec les Départements de nutrition, pharmacie et anatomie ; de plus, il y a des échanges avec la Faculté des arts et des sciences (FAS) (chimie et sciences biologiques), la FEP, l’École Polytechnique, la Faculté de médecine vétérinaire et la Faculté d’aménagement. Le DMTHM exerce son leadership dans la planification et la gestion des programmes d’études supérieures en toxicologie ainsi qu’en environnement et prévention.

61Considérant l’importance de formaliser les liens déjà existants, en particulier entre les chercheurs de l’Université du Québec à Montréal et ceux de l’Université de Montréal ; d’élargir les collaborations à l’échelle du Québec ; de renforcer la représentativité du Québec sur le plan national dans le domaine de la toxicologie, les professeurs du DMTHM et les chercheurs toxicologues de l’UQAM, déjà regroupés institutionnellement sous l’égide du groupe de recherche TOXEN (toxicologie de l’environnement), conviennent de créer, en 1989, une unité interinstitutionnelle officiellement reconnue : le Centre interuniversitaire de recherche en toxicologie (CIRTOX). Les activités du CIRTOX sont axées sur l’animation scientifique de groupes de recherche complémentaires (écotoxicologie et toxicologie humaine) avec organisation de colloques et de conférences, et l’interaction avec les autres regroupements canadiens de toxicologie au sein du Réseau canadien des centres de toxicologie. De plus, le DMTHM est l’un des membres du réseau Microbiological Resources Centre (MIRCEN) de l’UNESCO, un réseau de centres spécialisés en biotechnologies environnementales actifs dans 25 pays et favorisant les échanges d’information sur l’enseignement et la recherche.

62Les membres du DMTHM ont aussi des échanges avec des organismes situés à l’extérieur du campus, notamment l’Institut canadien de recherches sur les pâtes et papiers (PAPRICAN), les Départements de santé communautaire des hôpitaux Maisonneuve-Rosemont, Sacré-Coeur, Valleyfield, Saint-Jérôme et Charles-LeMoyne, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, l’Université de Toronto, l’Université de Sherbrooke (projets de recherche conjoints avec l’équipe en épidémiologie de la nutrition), l’Institut du cancer de Montréal et l’Hôtel-Dieu de Montréal, l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), l’Institut Armand-Frappier, l’Université McGill, le Collège MacDonald, l’Université Laval et 1’UQAM.

63Si le premier changement de nom du département en 1978 n’a pas soulevé de vague, il n’en va pas de même pour le deuxième en 2000. En effet, les discussions entre les deux positions étaient plus soutenues. Certains désiraient uniquement l’appellation « santé environnementale », soutenant qu’elle était englobante pour l’ensemble des milieux, les autres ne voulaient pas voir disparaître la notion de « santé au travail », une spécificité essentielle du DMTHM. Le consensus obtenu ménage l’une et l’autre position. L’appellation du Département passe de « Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu » à celle de « Département de santé environnementale et santé au travail » (DSEST), reflétant ainsi plus clairement ses champs d’activités. Il élargit ses préoccupations à la toxicologie de l’environnement en général, y inclus l’environnement de travail. À l’intérieur de cette même orientation, des efforts particuliers sont consacrés à l’analyse du risque toxicologique, entre autres par la présence d’une chaire sur ce thème.

Le septième directeur : Claude Viau

Claude Viau détient un B. Sc. (chimie) de l’Université McGill (1975), une M. Sc. (chimie) de l’Université de Montréal (1977), une L. Sc. (Sciences médicales, option toxicologie industrielle) de l’Université de Louvain (1983) et un D. Sc. également de l’Université de Louvain (1985). Sa carrière au Département de médecine du travail et hygiène du milieu débute en 1987 où il est d’abord chercheur adjoint (1987), puis professeur adjoint (1987-1992), professeur agrégé (1992-1997), professeur titulaire (1997-) et directeur du Département (1994-2002). En 2005 et 2006, il est pour 15 mois en prêt de service comme conseiller principal à la gestion des risques à la Direction générale de la santé environnementale et de la sécurité des consommateurs de Santé Canada à Ottawa. En juin 2006, il devient le deuxième titulaire de la chaire en analyse des risques toxicologiques pour la santé humaine.

Le programme d’enseignement

64En 1996, le DESS en toxicologie est transformé en DESS en toxicologie et analyse de risque par l’ouverture de deux cheminements et l’admission directe est ouverte aux finissants du premier cycle sans expérience professionnelle. Cette réforme permet d’accueillir un plus large éventail d’étudiants. En intégrant les options toxicologie générale et analyse de risque, le programme permet à l’étudiant de se diriger vers le domaine de son choix. De plus, afin d’accommoder l’étudiant, la majorité des cours sont offerts en fin d’après-midi et en soirée. Offert à plein temps, le programme facilite l’inscription d’étudiants internationaux puisque que l’obtention de visa d’étudiant n’est possible que pour le statut d’étudiant à plein temps.

65S’inscrivant dans les priorités énoncées par la FES dans le programme cadre de formation continue aux cycles supérieurs, le Département procède à une refonte des programmes de 2e cycle. La réforme introduite en 1999 permet à de nouveaux groupes d’être rejoints en maîtrise par une extension de la réforme précédente, celle de 1991, notamment les finissants de 1er cycle intéressés à une formation plus professionnelle que de recherche et certains étudiants étrangers qui, pour diverses raisons (notamment les bourses), ne peuvent s’inscrire à un programme de DESS. Cette réforme se caractérise par la création d’un stage, par l’ouverture de la maîtrise (avec TD ou stage) aux finissants des premiers cycles, sans passer nécessairement par les DESS et par la création d’une attestation d’études supérieures spécialisées en santé environnementale et santé au travail (microprogramme) pour une reconnaissance rapide de formation aux étudiants ne pouvant s’engager initialement dans un programme plus long de DESS ou de maîtrise. La structure finale obtenue, très souple, permet le passage entre ces diverses modalités d’études et aura un impact considérable sur le nombre d’inscriptions au 2e cycle dès l’année universitaire 2000-2001. La maîtrise s’intitule désormais M. Sc. en santé environnementale et santé au travail.

66Au 1er cycle, en plus de sa participation au stage de médecine communautaire, le Département assure depuis plusieurs années un cours optionnel d’introduction à la toxicologie pour le programme de médecine et un cours de service en environnement et santé communautaire pour le programme de nutrition. À l’occasion de la mise en place du nouveau programme de B. Sc. en sciences biomédicales de la Faculté de médecine, Claude Viau s’assure que la toxicologie y figure comme enseignement obligatoire. Il va assurer lui-même le cours Toxicologie et environnement à partir de 2001.

Le personnel enseignant

67Le nombre de professeurs en poste à temps complet est de sept de 1994 à 2002, deux professeurs ont joint les rangs du corps professoral et deux ont pris leur retraite. Le DSEST compte également sur l’enseignement de neuf autres professeurs et de six chargés de cours afin de répondre aux exigences des divers programmes d’études.

Les diplômés

68Durant la période de 1995 à 2002, 102 étudiants ont obtenu le diplôme de maîtrise. Parmi eux, 24 étudiants dirigés par Saroj Chakrabarti, Michel Gérin, Michel Charbonneau, Joseph Zayed, Gaétan Carrier, Robert Tardif et Kannan Krishnan ont obtenu une maîtrise de recherche. De plus, 84 étudiants ont obtenu le diplôme de M. Sc. à la suite de travaux dirigés ou stages, et un autre M. Sc. fut accordé par équivalence pour études accomplies au doctorat. Onze doctorats furent également décernés à des étudiants dirigés par Jules Brodeur, Michel Charbonneau, Claude Viau, Saroj Chakrabarti et Kannan Krishnan.

Les recherches

69À la suite de la disparition du support d’infrastructure d’équipe associée de l’IRSST en 1990, des chercheurs du DMTHM et quelques chercheurs toxicologues dans d’autres départements de la Faculté de médecine (pharmacologie et nutrition) mettent sur pied, en 1995, le Groupe de recherche en toxicologie humaine de l’Université de Montréal (TOXHUM). Subventionné annuellement à 35 000 $ par le Comité d’étude et d’administration de la recherche (CEDAR) (interne à l’Université de Montréal), le TOXHUM reçoit également des montants d’infrastructure du Réseau canadien des centres de toxicologie. De plus, Claude Viau est très actif dans la mise en place du Réseau de recherche en santé environnementale du Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ), réseau dont il a été le premier directeur à partir de 1996.

Prépondérance de la toxicologie et de l’environnement

70Créée en avril 1999 grâce à l’initiative et aux efforts soutenus du directeur du Département, cette chaire privée de l’Université de Montréal est rattachée au DSEST. Claude Viau a proposé un projet qui a eu l’appui moral et financier de la direction de l’Université et de plusieurs partenaires d’organismes privés et publics : Société d’électrolyse et de chimie Alcan, Noranda, Hydro-Québec, Régie régionale de la santé et des services sociaux de Montréal-Centre, Institut de recherche en santé et en sécurité du travail, Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux et le Conseil international sur les métaux et l’environnement (CIME).

71Les professionnels de santé et les dirigeants d’organismes publics et privés ont exprimé leurs préoccupations face à la problématique de l’évaluation et de la gestion des risques. Cette chaire a été créée pour répondre à leurs besoins immédiats et futurs. Ses activités se concentrent sur la recherche et l’enseignement dans le domaine de la santé publique et couvrent les champs de la santé au travail et de la santé environnementale, de l’agroalimentaire à celui de la pollution industrielle.

72Gaétan Carrier, professeur au DSEST, fut nommé, en 1999, premier titulaire de la chaire. Ce dernier a mené de nombreux travaux de recherche et recueilli plus de 3 000 000 $ de subventions comme chercheur principal ou collaborateur. Son apport principal a été le développement d’une méthodologie de modélisation permettant l’établissement de valeurs de référence pour les bioindicateurs, et sa validation dans diverses populations en milieu de travail et en milieu général exposées à une variété de contaminants environnementaux. Ces travaux ont résulté en près d’une centaine de publications, communications, conférences et rapports scientifiques. La chaire a également organisé deux colloques spécialisés et participé de façon intensive à la formation universitaire en analyse de risque, notamment par l’encadrement de la recherche d’une vingtaine d’étudiants de 2e et de 3e cycle et postdoctoraux.

Le huitième directeur : Michel Gérin

Diplômé (ingénieur chimiste) de l’École supérieure de chimie industrielle de Lyon en 1970, Michel Gérin étudie au Département de chimie à l’Université McGill où il obtient un Ph. D. en 1977. En 1980, il joint les rangs de l’équipe du Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu. Il occupe le poste de professeur adjoint (1980-1986), de professeur agrégé (1986-1992) et de professeur titulaire à partir de 1992. Après avoir été administrateur du Département pendant 6 mois en 1999, il en devient le directeur en 2002. Il a été également professeur associé au Centre de recherche en santé humaine, INRS-Institut Armand-Frappier (1982-1999), Visiting scientist au Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) à Lyon (1986-1987), chercheur invité à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale à Paris en 1993.

Contexte institutionnel

73Divers défis institutionnels attendent Michel Gérin après sa nomination : en 2002, finalisation de l’auto-évaluation du Département ; en 2003, visite du comité externe d’évaluation et grève du personnel de bureau ; et, en 2005, grève des étudiants suivie de la grève des professeurs. Pendant cette période, le secteur de la santé publique universitaire se réorganise avec la création en 2003 du vice-décanat à la santé publique au sein de la Faculté de médecine. Divers projets de déménagement du secteur et du Département hors du pavillon Marguerite d’Youville sont étudiés. À partir de 2005, le Département reste seul du secteur dans ce pavillon alors que les Départements de médecine sociale et préventive, et d’administration de la santé déménagent au pavillon du 1420 du boulevard Mont-Royal. Des plans détaillés sont préparés pour que le DSEST les y rejoigne, avec ses laboratoires, en 2009-2010.

Le manuel Environnement et santé publique et le Manuel d’hygiène du travail

74En 2003 sort en France et au Québec le manuel Environnement et santé publique piloté notamment par Michel Gérin et Claude Viau, qui permet de faire rayonner dans le monde francophone l’expertise départementale et québécoise dans ce domaine. Fruit d’une enrichissante collaboration entre 130 des meilleurs spécialistes francophones des deux côtés de l’Atlantique, cet ouvrage de 1000 pages et 39 chapitres vise à servir aussi bien de livre de référence pour les professionnels que de manuel d’étude universitaire. En 2004 sort des presses le nouveau Manuel d’hygiène du travail — Du diagnostic à la maîtrise des facteurs de risque, une initiative de l’Association québécoise pour l’hygiène, la santé et la sécurité du travail (AQHSST). Une dizaine de membres du Département ont contribué de façon significative à sa rédaction et Michel Gérin en signe la préface.

Le programme d’enseignement

75À partir de 2000, la forte croissance des clientèles en maîtrise avec stages nécessite la multiplication des contacts avec les milieux de pratique, privés comme publics, ce qui permet au Département de s’adjoindre de nouveaux collaborateurs. Michel Gérin a mis sur pied à l’automne 2005 un comité pour évaluer la structure des programmes de 2e cycle, six ans après le remaniement de 1999, et proposer des modifications éventuelles visant à accentuer la formation dans les dimensions de la santé publique, de l’épidémiologie, des méthodes quantitatives, et d’examiner la création de nouvelles filières, notamment en gestion des catastrophes et en hygiène industrielle.

Amélioration de l’enseignement de la médecine du travail et de l’environnement à l’Université de Montréal

76Une bonne partie des réformes sur l’enseignement de la médecine du travail, engagées notamment par Jules Brodeur dans les années 1980, n’ont pu être mises en place. Cette situation est jugée préoccupante par le directeur. Vu les carences et besoins constatés, le vice-décanat à la santé publique et le Comité sectoriel de la santé publique de la Faculté de médecine ont mis sur pied en 2005 un comité pour faire le point sur la question. Le mandat du comité est le suivant :

  • Dresser un état de la situation et des besoins concernant l’enseignement de la médecine du travail à tous les niveaux de la formation des médecins, à l’Université de Montréal et dans le contexte plus large de la situation au Québec.
  • Examiner les liens entre la formation en médecine du travail et la formation en médecine environnementale et la possibilité de développer l’enseignement en médecine du travail et en médecine environnementale.
  • Formuler des recommandations à la vice-doyenne à la santé publique concernant les actions à entreprendre à l’Université de Montréal pour répondre aux besoins et enjeux identifiés, et concernant une réponse à apporter au Collège royal.
  • Rédiger un rapport synthèse (bilan, enjeux, recommandations).

77Le comité constitué, en plus de Michel Gérin, de quatre médecins de la direction de santé publique de Montréal œuvrant en médecine du travail et d’un représentant de l’INSPQ est présidé par Monique Isler, professeure de clinique du Département. Il a tenu des audiences recueillant l’opinion de l’ensemble des organisations impliquées dans le domaine ainsi que des autorités facultaires. Il y a un constat fortement majoritaire sur le manque de médecins formés spécifiquement en médecine du travail et de l’environnement et sur les lacunes de la formation dans cette matière aux divers niveaux de l’enseignement médical. En juin 2006, les travaux du comité sont en voie d’achèvement. Le DSEST est appelé à jouer un rôle central dans la réforme proposée de l’enseignement qui touchera tous les cycles de la formation médicale ainsi que la formation continue. Des recrutements de professeurs médecins sont prévus.

Le corps professoral

78Au début 2003, le DSEST comprend sept professeurs réguliers (dont six titulaires), cinq professeurs de clinique et trois professeurs associés. En 2005, un professeur prend sa retraite, compensée par la mise en poste d’un autre professeur. Devant les difficultés de recrutement dues au contexte budgétaire difficile de l’Université, le Département cherche à s’associer de nouveaux professeurs de l’extérieur. Entre 2003 et 2006, deux nouveaux professeurs associés sont nommés ainsi qu’un professeur de clinique et deux chargés d’enseignement clinique. Au vu de la charge d’enseignement très élevée des professeurs du Département, une des plus fortes de la Faculté de médecine et de l’Université, l’institution reconnaît dans son entente de planification en 2005 la création de deux nouveaux postes de professeurs permanents. En mars 2006, le Département recrute un huitième professeur attitré, tandis que l’embauche du neuvième professeur est retardée par manque de fonds. Le personnel de soutien compte 13 personnes (voir annexe 5) qui sont réparties dans six catégories d’emploi.

Les recherches

79L’étude des substances toxiques présentes dans nos divers environnements constitue toujours l’axe majeur de la recherche au DSEST. Ces recherches couvrent le spectre allant de l’exposition aux effets des substances en passant par leur devenir biologique. Elles portent également sur les méthodes permettant d’évaluer les niveaux de risque (analyse de risque) et de prévenir les effets (gestion du risque). Depuis une quinzaine d’années, les chercheurs concentrent leurs activités sur les aspects suivants : développement de biomarqueurs d’exposition ; établissement d’indices biologiques d’exposition, aspects bioéthiques des biomarqueurs, passage percutané des substances ; modélisation des processus toxicocinétiques et toxicodynamiques permettant, tout en réduisant l’utilisation d’animaux de laboratoire, de prédire les effets des contaminants, notamment en fonction de la charge ou des horaires de travail, ou chez l’enfant ou la femme enceinte ; modélisation des processus de contamination et du devenir environnemental, problématique des mélanges et des interactions ; développement de méthodes de dépistage précoce des atteintes à la santé ; développement de méthodes d’évaluation de l’exposition professionnelle aux contaminants ; et évaluation de produits et de méthodologies à des fins de substitution. Il faut souligner la disponibilité d’infrastructures de laboratoire uniques dans le réseau universitaire canadien permettant l’exposition de volontaires humains en atmosphères contrôlées et d’animaux de laboratoire exposés par inhalation à des gaz, vapeurs ou aérosols. Parmi les contaminants les plus étudiés par les chercheurs du Département, mentionnons les dioxines et furannes, les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les cancérogènes en général, les pesticides, le mercure, les composés organiques volatils (COV), le formaldéhyde, le manganèse, le béryllium, le nickel, le chrome et les solvants en général, notamment le styrène.

80Les fonds de recherche et les subventions proviennent notamment du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), de l’IRSST, du FRSQ, de Santé Canada et du Réseau canadien des centres de toxicologie.

81En 2004, les chercheurs du Département se joignent officiellement au GRIS (Groupe de recherche interdisciplinaire en santé) où ils forment un axe en environnement, travail et santé. Ils indiquent à cette occasion leur ferme volonté de participer à l’effort de regroupement des forces de recherche du secteur de la santé publique souhaité par les autorités facultaires et universitaires.

82En juin 2006, Claude Viau succède à Gaétan Carrier comme titulaire de la chaire en analyse des risques toxicologiques pour la santé humaine. Il se propose de développer notamment la thématique de la gestion du risque.

Les diplômés

83Durant la période 2002 à 2005, 93 étudiants ont obtenu le diplôme de maîtrise. Huit étaient à la maîtrise de recherche, dirigés par Saroj Chakrabarti, Joseph Zayed, Robert Tardif, Kannan Krishnan et Yvette Bonvalot. De plus, 85 étudiants ont obtenu le diplôme de M. Sc. à la suite des travaux dirigés ou stages et un autre M. Sc. fut accordé par équivalence pour études accomplies au doctorat. Huit doctorats furent également décernés à des étudiants dirigés par Claude Viau, Saroj Chakrabarti, Kannan Krishnan, Joseph Zayed, Gilles Bleau, Robert Tardif et Gaétan Carrier.

84Les données concernant le nombre de diplômés du Département pour la période 1965 à 2005 sont présentées dans le tableau 4.1.

Alliance, collaboration et rayonnement

85Des efforts importants d’alliance et de collaboration sont investis en direction du réseau québécois de santé publique, notamment les directions régionales de santé publique et l’Institut national de santé publique du Québec fondé en 1998. En 2004 et 2005, le Département organise deux colloques spécialisés dans le cadre des journées annuelles de santé publique (JASP) de l’INSPQ : « Les valeurs toxicologiques de référence en santé environnementale et santé au travail » en 2004 et « Cancer, travail et environnement : quels sont les risques, comment les évaluer et intervenir ? » en 2005. Les deux activités ont un grand succès, attirant chacune plus d’une centaine de participants.

Tableau 4.1. Distribution du nombre de diplômés selon le type de diplôme obtenu

Tableau 4.1. Distribution du nombre de diplômés selon le type de diplôme obtenu

* D. Sc. Hygiène (environnement) 1965-1978, Ph. D. Santé communautaire (toxicologie de l’environnement) 1978-1995, Ph. D. Santé publique (toxicologie de l’environnement) 1995-actuellement.
• M. Sc. Hygiène (environnement) 1965-1977, M. Sc. (hygiène du travail et de l’environnement) 1977-1999, M. Sc. (santé environnementale et santé au travail) 1999-actuellement.
On note la progression constante du nombre des diplômés. Entre 1997 et 2005, neuf étudiants provenant de pays étrangers ont obtenu un diplôme de doctorat.
Source : Archives du DSEST.

86La reconnaissance nationale et internationale de l’expertise des professeurs du DSEST fait qu’ils participent à des comités de rédaction de périodiques scientifiques, notamment : Toxicological Sciences, International Journal of Toxicology, Journal of Child Health, Journal of Applied Toxicology. Soulignons l’implication déterminante du DSEST, par Michel Gérin et Claude Viau, dans la revue Travail et santé depuis sa fondation en 1985. Les chercheurs du DSEST sont également sollicités pour réviser des articles dans plus d’une vingtaine de périodiques soumis pour publication. Des chercheurs agissent régulièrement à titre d’évaluateurs externes ou de membres de comité pour divers organismes subventionnaires, dont le Conseil de recherche médical, les Instituts de recherche en santé du Canada, l’IRSST, le FRSQ et l’Initiative de recherche sur les substances toxiques (IRST). Les chercheurs et professeurs du DSEST sont également membres de plusieurs associations et réseaux, notamment le Réseau de recherche en santé environnementale déjà signalé et le Réseau de recherche en santé et sécurité du travail fondé en 2002 avec la participation de Michel Gérin à son comité de direction.

87Considérés comme des chefs de file mondiaux en toxicologie et analyse de risque, plusieurs chercheurs agissent à titre d’experts à des comités scientifiques de leur domaine d’expertise auprès de plusieurs organismes nationaux et internationaux. Citons notamment le Bureau d’audiences publiques pour l’environnement du Québec, l’INSPQ, le Centre international de recherche sur le cancer, l’OMS, la Commission internationale de santé au travail, l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists, les National Academies des États-Unis, l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (US-EPA), l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail.

***

88Tout au long de ces 60 années d’existence, les directeurs et le personnel du Département d’hygiène des milieux à ses débuts et ceux de la santé environnementale et santé au travail d’aujourd’hui se sont appliqués à offrir un enseignement approprié aux clientèles des diverses époques par l’adaptation des programmes d’enseignement et par la création de nouveaux programmes plus souples et diversifiés. Certes, au cours des 15 premières années, même si les ressources financières et humaines étaient restreintes, les activités d’enseignement rejoignirent de plus en plus d’étudiants particulièrement du Québec, mais aussi de l’étranger.

89Si la création de l’Institut de recherche en hygiène industrielle et en pollution de l’air marque fortement les années 1960, son influence sur le développement de la recherche au Département et à l’École d’hygiène s’étale sur le long terme. Le Département d’hygiène des milieux innove en offrant des programmes menant aux diplômes de maîtrise et de doctorat. C’est le seul programme d’enseignement supérieur orienté vers la recherche en laboratoire de l’École d’hygiène. Nous ne pouvons passer sous silence les efforts et la ténacité du professeur Zygmunt Jegier qui, pendant plusieurs années, assuma seul la tâche de direction des étudiants de 2e et de 3e cycle. Son mérite est d’avoir été, dans une institution universitaire consacrée à la santé publique, un pionnier des sciences de l’environnement, et ce, non seulement à l’intérieur de notre université, mais aussi à l’échelle de la province, et même du pays. L’Université de Montréal a reconnu son apport indéniable en lui décernant, en 1978, le titre de professeur émérite.

90Les années 1980 sont des années fastes grâce à l’impulsion financière de l’IRSST. Jules Brodeur oriente le Département vers la recherche et l’enseignement en toxicologie industrielle. L’engagement de nouveaux professeurs, l’élargissement des programmes d’enseignement et l’implantation de programmes d’études supérieures (DESS en toxicologie et DESS environnement et prévention) contribuent au développement du DMTHM et à l’augmentation du nombre d’étudiants tant du Québec que de pays étrangers.

91Les années 1990 se caractérisent par la consolidation des programmes, par un élargissement beaucoup plus accentué vers la santé environnementale et l’analyse de risque, par l’adaptation des programmes de 2e et 3e cycle (le programme de maîtrise, avec sa double dimension de santé environnementale et santé au travail, est unique dans les universités francophones) et par la participation accrue à des réseaux scientifiques nationaux et internationaux.

92En 2006, le Département célèbre son 60e anniversaire, alors que les travaux s’amorcent sous l’impulsion de la Faculté de médecine pour créer une école de santé publique. En accord avec les préoccupations grandissantes de la population quant aux effets de l’environnement et du milieu de travail sur la santé, la place du Département dans ce projet mobilisateur devra être déterminante.

List of illustrations

Caption Né à Sorel en 1888, Théodore-Joseph Lafrenière étudie d’abord à l’École polytechnique de l’Université de Montréal et obtient un diplôme d’ingénieur civil en 1909 puis il fait une maîtrise en génie sanitaire au MIT de Boston de 1910 à 1912. De retour au Québec, il entre en fonction au Conseil d’hygiène de la province de Québec en 1912 qui devient par la suite le Service provincial d’hygiène et il assume, de 1936 à 1961, la direction de la Division du génie sanitaire au ministère de la Santé et du Bien-être social. De plus, il est professeur à l’École polytechnique où il donne des cours en génie sanitaire à partir de 1912 jusqu’en 1957. Au Département d’hygiène des milieux, il est professeur agrégé de 1947 à 1951 puis professeur titulaire jusqu’en 1960, tout en étant directeur de 1947 à 1960. L’Université de Montréal lui décerne un doctorat honoris causa en 1948 et le nomme professeur émérite le 29 mai 1961. Il décède à Montréal en 1974.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-1.jpg
File image/jpeg, 58k
Caption Né à Buckingham en 1898, Ferdinand-Joseph Tourangeau reçoit le diplôme de docteur en médecine de l’Université de Montréal en 1923. Il pratique la médecine à Verdun (1923-1924), au Wisconsin (1925-1929) et à Masson (1930-1931). Il occupe le poste d’officier médical et inspecteur des unités sanitaires de la Province de 1932 à 1936. Il étudie à l’École d’hygiène de Toronto et obtient un D.P.H au printemps 1932, et à l’Université d’Harvard, où il reçoit un C.P.H. en 1936. Au printemps de la même année, il est nommé directeur de la Division de l’hygiène industrielle au ministère de la Santé du Québec, poste qu’il occupe jusqu’en 1965. L’association américaine Industrial Medical Association lui décerne le titre de Fellow en 1953. De 1947 à 1951, il est chargé de cours au DHM, puis professeur titulaire de 1952 à 1960 et directeur du DHM de 1961 à 1965. Il est nommé professeur émérite à partir de 1966. Il décède à Montréal en 1981.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-2.jpg
File image/jpeg, 83k
Caption Né en 1927, Claude Drouin obtient, en 1950, un B. Sc. A. en génie minier de l’Université Laval. Par la suite, il étudie à l’Université du Michigan où il obtient une maîtrise en hygiène industrielle en 1961. Pendant trois ans, il est employé comme ingénieur d’hygiène industrielle au ministère de la Santé du Québec. Il joint, en 1964, le DHM comme professeur assistant en hygiène industrielle et, de 1965 à 1966, il assume aussi la tâche d’administrateur du DHM. Il est nommé directeur le 4 mai 1966 et il remet sa démission au mois d’octobre 1967. À l’automne 1967, il reprend ses études et poursuit des recherches à l’Université McGill et obtient, en 1971, un Ph. D. en environnement minier. Au DHM, il est professeur assistant de 1965 à 1968, puis professeur adjoint de 1970 à 1971, et finalement chargé de cours de 1971 à 1974. D’abord directeur des services de prévention de l’Association des mines de métaux du Québec inc., au début de 1971, Claude Drouin devient par la suite directeur des services techniques de l’Association. De 1986 à 1992, il occupe le poste de directeur général pour cette association devenue l’Association minière du Québec inc. Il décède à Québec en 1997.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-3.jpg
File image/jpeg, 54k
Caption Jacques Nantel étudie à l’Université de Montréal et obtient un doctorat en médecine vétérinaire en avril 1949. Il occupe les fonctions de vétérinaire hygiéniste au Service de santé de la ville de Montréal de 1949 à 1960. Il entre à l’École de médecine vétérinaire comme professeur d’hygiène vétérinaire et d’hygiène des viandes au début d’octobre 1960. Profitant d’un congé d’étude, il obtient, en 1965, une maîtrise du DHM. Le 22 octobre 1965, il est chargé de cours en remplacement de Jean Marier et donne les cours d’hygiène des aliments et celui sur la salubrité pour les étudiants inscrits au DHP. Il est nommé professeur agrégé le 1er juin 1966 et assume le poste de directeur intérimaire du DHM par délégation à partir du 1er juin 1969. Par la suite, du 14 octobre 1970 jusqu’au 31 mai 1975, il est administrateur exerçant les pouvoirs de directeur du DHM. Il est nommé directeur intérimaire du DHM du 1er juin 1975 jusqu’au 30 novembre 1976. Il assume également plusieurs tâches administratives : membre du conseil de l’École d’hygiène à partir d’octobre 1967, secrétaire de l’École de santé publique de septembre 1969 au 15 novembre 1975.Après plusieurs années d’enseignement, il prend sa retraite le 1er février 1989.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-4.jpg
File image/jpeg, 66k
Caption Jules Brodeur étudie d’abord la médecine (M.D., 1961) puis la pharmacologie (M. Sc., 1962) à l’Université de Montréal et de nouveau la pharmacologie à l’Université du Michigan (Ph. D., 1964). Sa carrière de recherche et d’enseignement en pharmacologie à l’Université de Montréal débute à titre de chargé d’enseignement (1964-1966) ; par la suite, il occupe les postes de professeur adjoint (1966-1970), de professeur agrégé (1970-1975) et de professeur titulaire (1975-1976) au Département de pharmacologie. Il est nommé professeur émérite en 1997. Il assume les fonctions administratives suivantes : directeur du Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu à la Faculté de médecine (1976-1988), directeur du Programme d’études supérieures en toxicologie de la Faculté des études supérieures (FES) (1982-1996), directeur de l’équipe associée de recherche en toxicologie industrielle avec l’Institut de recherche en santé et en sécurité du travail (1982-1990).
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-5.jpg
File image/jpeg, 57k
Caption Jean-Claude Panisset est diplômé de l’Université de Montréal où il obtient un D.M.V. (Faculté de médecine vétérinaire) en 1959, une M. Sc. pharmacologie (Faculté de médecine) en 1960 et un Ph. D. pharmacologie (Faculté de médecine) en 1962. De 1962 à 1964, il fait des études postdoctorales aux États-Unis (Cleveland Clinic, Research Foundation, Ohio) et au Canada (Directorat des aliments et drogues, Santé et Bienêtre, Ottawa). Par la suite, il est professeur au Département de pharmacologie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS-Santé) de l’Université du Québec, à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, au DMTHM (1979-1997) et professeur honoraire à ce même Département (1997). Il assume la direction du DMTHM à partir de 1988 jusqu’en 1994. Il est nommé professeur honoraire en 1997.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-6.jpg
File image/jpeg, 54k
Caption Claude Viau détient un B. Sc. (chimie) de l’Université McGill (1975), une M. Sc. (chimie) de l’Université de Montréal (1977), une L. Sc. (Sciences médicales, option toxicologie industrielle) de l’Université de Louvain (1983) et un D. Sc. également de l’Université de Louvain (1985). Sa carrière au Département de médecine du travail et hygiène du milieu débute en 1987 où il est d’abord chercheur adjoint (1987), puis professeur adjoint (1987-1992), professeur agrégé (1992-1997), professeur titulaire (1997-) et directeur du Département (1994-2002). En 2005 et 2006, il est pour 15 mois en prêt de service comme conseiller principal à la gestion des risques à la Direction générale de la santé environnementale et de la sécurité des consommateurs de Santé Canada à Ottawa. En juin 2006, il devient le deuxième titulaire de la chaire en analyse des risques toxicologiques pour la santé humaine.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-7.jpg
File image/jpeg, 74k
Caption Diplômé (ingénieur chimiste) de l’École supérieure de chimie industrielle de Lyon en 1970, Michel Gérin étudie au Département de chimie à l’Université McGill où il obtient un Ph. D. en 1977. En 1980, il joint les rangs de l’équipe du Département de médecine du travail et d’hygiène du milieu. Il occupe le poste de professeur adjoint (1980-1986), de professeur agrégé (1986-1992) et de professeur titulaire à partir de 1992. Après avoir été administrateur du Département pendant 6 mois en 1999, il en devient le directeur en 2002. Il a été également professeur associé au Centre de recherche en santé humaine, INRS-Institut Armand-Frappier (1982-1999), Visiting scientist au Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) à Lyon (1986-1987), chercheur invité à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale à Paris en 1993.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-8.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Tableau 4.1. Distribution du nombre de diplômés selon le type de diplôme obtenu
Caption * D. Sc. Hygiène (environnement) 1965-1978, Ph. D. Santé communautaire (toxicologie de l’environnement) 1978-1995, Ph. D. Santé publique (toxicologie de l’environnement) 1995-actuellement.• M. Sc. Hygiène (environnement) 1965-1977, M. Sc. (hygiène du travail et de l’environnement) 1977-1999, M. Sc. (santé environnementale et santé au travail) 1999-actuellement.On note la progression constante du nombre des diplômés. Entre 1997 et 2005, neuf étudiants provenant de pays étrangers ont obtenu un diplôme de doctorat.Source : Archives du DSEST.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14515/img-9.jpg
File image/jpeg, 43k

Author

Diplômé en sciences (chimie) de l’Université Laval. Il a travaillé dans la fonction publique québécoise d’abord à titre d’hygiéniste industriel, puis en tant que spécialiste en santé et sécurité au travail à la Commission de la santé et de la sécurité au travail, et finalement à titre de conseiller scientifique à l’Institut de recherche en santé et sécurité au travail. À la retraite depuis juillet 2002, il termine présentement une maîtrise en histoire à l’Université de Montréal.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Buy