Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement et recherche en santé publique

 | 
Benoît Gaumer
, 
Georges Desrosiers
, 
Jean-Claude Dionne

Chapitre 1. Les débuts d’un enseignement spécialisé en hygiène pour les médecins et les infirmières

Georges Desrosiers

Texte intégral

1La faculté de médecine de l’université de montréal n’a été créée qu’en 1920. Mais ce n’était qu’une nouvelle structure administrative qui prenait la relève de l’École de médecine et de chirurgie de Montréal, fondée en 1843, affiliée d’abord à l’Université Victoria de Cobourg en Ontario, puis devenue la succursale à Montréal de l’Université Laval de Québec de 1890 à 1920. L’enseignement de l’hygiène dans le programme des études médicales a commencé en 1874 et s’est donné par la suite sans interruption jusqu’en 1968. Il a été repris en 1971, sous la forme d’un enseignement dit de médecine sociale, préventive et communautaire qui s’est continué avec des variantes jusqu’à aujourd’hui. À cet enseignement auprès des étudiants en médecine, s’est ajouté à partir de 1911 un enseignement spécialisé pour la formation des médecins hygiénistes et en 1925 pour la formation des infirmières hygiénistes qui a été repris par l’École d’hygiène à partir de 1946.

La formation des médecins hygiénistes

2En 1911, le gouvernement du Québec, qui venait d’autoriser le Conseil supérieur d’hygiène à diviser le territoire de la province en 10 districts sanitaires avec un médecin hygiéniste qualifié responsable de chacun de ces districts, se tourna vers les facultés de médecine pour la formation de ces médecins. C’est dans ces circonstances que la Faculté de médecine de l’Université Laval à Montréal, comme celles de l’Université Laval à Québec et de l’Université McGill, mit en place son premier programme de formation spécialisée en hygiène destiné à former des médecins hygiénistes non seulement pour le service provincial, mais aussi pour les services d’hygiène municipaux et autres.

3Le programme, appelé d’abord cours d’hygiène appliquée pour l’obtention du diplôme d’hygiéniste public, a changé d’appellation à plusieurs reprises au cours de son existence. Un an plus tard en 1912, il devenait cours spécial d’hygiène pratique, puis cours spécial d’hygiène publique en 1925, pour devenir en 1927 École d’hygiène publique, décrite comme une annexe de la Faculté de médecine, cependant avec le même personnel et le même contenu, sans explication sur la raison de ce changement de structure. Enfin, en 1935, il reprendra le nom de cours spécial d’hygiène pratique.

4D’une durée de neuf mois, le programme comprenait des leçons théoriques et des démonstrations en bactériologie, en chimie, et sur les principes et la pratique de l’hygiène. Les cours de chimie et de bactériologie, donnés par les professeurs de la Faculté, occupaient presque 50 % du temps des élèves. Comme il n’y avait pas encore de chaire d’hygiène durant cette période, on a fait largement appel à des hygiénistes du Conseil supérieur d’hygiène et du Service de santé de la ville de Montréal pour dispenser l’enseignement sur les principes et les pratiques de l’hygiène. Cet enseignement comportait 36 leçons sur les principes de l’hygiène. Il est mentionné qu’on consacre plus de leçons à l’hygiène publique qu’à l’hygiène privée. S’y ajoutaient 36 leçons et démonstrations sur la pratique journalière du médecin hygiéniste.

5Telles que décrites dans l’annuaire de la Faculté, ces leçons et démonstrations portaient sur l’application de la loi et des règlements sanitaires ; l’organisation et le fonctionnement des services provinciaux et municipaux d’hygiène ; l’application des prescriptions réglementaires relatives aux maladies contagieuses de l’homme et des animaux communicables aux humains ; l’usage à faire des statistiques démographiques ; la manière de mener des investigations relatives aux eaux potables ; la surveillance des aliments (inspections des abattoirs et tueries [sic], des vacheries [sic] et des laiteries, entrepôts frigorifiques, boulangeries, etc.) ; la lutte contre la mortalité infantile ; la construction comprenant la surveillance et l’inspection des habitations privées et des édifices publics ; l’inspection médicale des maisons d’éducation et des établissements industriels ; la manière de faire des investigations relatives aux réseaux d’égout ; l’organisation de l’enlèvement de la gadoue ; la manière de procéder à la vérification des nuisances ; le génie sanitaire en rapport avec les alimentations d’eau, les réseaux d’égout, la purification des eaux d’égout, l’habitation ; l’architecture en rapport avec l’hygiène de la construction ; la géologie en rapport avec les alimentations d’eau, les méthodes de purification des eaux d’égout et d’assainissement du sol des habitations ; l’inspection des cimetières ; et enfin la rédaction des rapports de l’hygiéniste.

6Ce programme qui dura officiellement jusqu’à 1938, sans modification de son contenu, aura formé au total 27 diplômés dont 23 entre 1911-1912 et 1921-1922. Il disparaît officiellement en 1939-1940 pour finalement subir une refonte complète en collaboration avec l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal fondé en 1938. Annoncé chaque année durant la guerre pour l’automne suivant, il reparaîtra seulement en septembre 1946, comme un programme de l’École d’hygiène, servant de matrice au programme de diplôme en hygiène publique, décrit au chapitre 2.

La contribution du professeur Joseph-Albert Baudouin

7En 1917, la Faculté recrutait un hygiéniste de carrière, Joseph-Albert Baudouin, qui deviendra à partir de 1931 titulaire à plein temps de la chaire d’hygiène et membre du conseil. Avec lui, l’enseignement magistral aux étudiants en médecine s’appuyant sur une base plus scientifique est complété par des visites sur le terrain dans les services de médecine préventive comme les services de protection de la mère et de l’enfant, les services de santé scolaire, les services de santé dans les usines et les services de lutte antituberculeuse et antivénérienne en plus des services traditionnels d’hygiène du milieu. Il fut le premier et le seul titulaire de la chaire d’hygiène qu’il occupa jusqu’à 1945. Après lui, jusqu’en 1968, l’enseignement continua d’être confié à des hygiénistes de carrière, mais à temps partiel. Son œuvre comme enseignant et chercheur est considérable et mérite d’être signalée. Le contenu de son enseignement était très à jour, selon les critères de l’époque, et se comparait à ce qui s’enseignait dans les plus grandes facultés de médecine d’Amérique du Nord. De plus, il a eu le mérite de colliger toute la matière qu’il enseignait dans un ouvrage considérable de près de 800 pages, qui a connu quatre éditions successives. Il a enseigné l’hygiène non seulement aux étudiants en médecine, mais à ceux des autres facultés comme la pharmacie, les sciences sociales, la chirurgie dentaire. Il a aussi participé à la formation spécialisée des médecins dans le cadre du programme décrit précédemment, ainsi qu’à la formation des infirmières à l’École d’hygiène sociale appliquée dont il a été le premier directeur.

Joseph-Albert Baudouin (1875-1962) est né à Farnham dans les Cantons de l’Est. Après des études classiques au Collège de Montréal, il s’inscrit à la succursale de Montréal de la Faculté de médecine de l’Université Laval en 1896 dont il obtient un doctorat en 1900. Après avoir exercé la médecine générale pendant quelques années, il commence en 1909 une carrière d’hygiéniste au service de santé de la ville de Lachine. En 1911, il s’inscrit dans la première promotion du cours d’hygiène pratique de la Faculté de médecine.
En 1921-1922, il ira compléter sa formation en hygiène par un stage à l’Université Johns Hopkins.
En 1938, l’Université de Montréal lui décerne un doctorat en sciences sociales.
En 1917, il commence une carrière d’enseignant de l’hygiène à la Faculté de médecine et dans d’autres facultés qu’il poursuivra jusqu’à 1950.
Il est le directeur-fondateur de l’École d’hygiène sociale appliquée, poste qu’il occupera de 1925 à 1941.

8Pour l’enseignement pratique aux infirmières, et aussi pour vérifier sur le terrain la valeur de certaines découvertes, le docteur Baudouin a créé un centre de démonstration, couvrant le territoire de deux paroisses de l’est de Montréal en collaboration avec le Service de santé de la ville. L’activité du centre couvrait tout le champ de l’hygiène tel qu’on le définissait à l’époque, soit l’hygiène de l’enfance, la lutte contre les maladies contagieuses, l’hygiène scolaire, la lutte antituberculeuse, l’hygiène mentale, le service social, le soin aux malades à domicile et l’hygiène industrielle. Aidé des infirmières hygiénistes et parrainé par le Conseil national de recherche du Canada, il a été le premier chercheur au Canada à expérimenter l’innocuité et l’efficacité du vaccin BCG chez l’humain.

La formation des infirmières hygiénistes

9En janvier 1925, la Commission administrative de l’Université de Montréal créait officiellement l’École d’hygiène sociale appliquée, destinée à former des infirmières hygiénistes, et en confiait l’administration à la Faculté de médecine qui était déjà impliquée dans la formation supérieure des infirmières. En effet, depuis 1923, en accord avec l’Association provinciale des gardes-malades, elle dispensait un cours de perfectionnement pour les infirmières déjà diplômées d’une école de gardes-malades reconnue.

10L’administration de l’École fut confiée par la Faculté de médecine, dont elle est une annexe, à un comité de direction au sein duquel siégeaient plusieurs professeurs, entre autres J.-E. Dubé professeur très engagé dans la lutte contre la tuberculose et la mortalité infantile, qui avait été le promoteur de l’œuvre des Gouttes de lait dès l’année 1900 et de l’Institut Bruchési en 1911. Outre les professeurs de la Faculté, s’y ajoutaient des représentants des institutions collaborant à son maintien comme le directeur du Service de santé de la ville de Montréal Séraphin Boucher, le directeur de la Ligue antituberculeuse Albert Grant Fleming, Mlle Alice Ahern, surintendante adjointe du service des infirmières de la compagnie d’assurance-vie Métropolitaine. J.-A. Baudouin en faisait aussi partie.

11En 1941, Annonciade Martineau, infirmière au Service de santé de la ville de Montréal, succède au docteur Baudouin comme directrice intérimaire à mi-temps jusqu’à 1942. Alice Girard, qui deviendra en 1962 la première doyenne de la Faculté des sciences infirmières, prenait alors la relève jusqu’à 1947, pour être remplacée par Gabrielle Charbonneau à partir de cette année. Toutes deux étaient diplômées de la Faculté des sciences infirmières de la Catholic University of America, à Washington (DC). Cette école a formé des générations d’infirmières visiteuses jusqu’à son intégration dans l’École d’hygiène en 1949. De 1925 à 1941, elle a compté 245 diplômées. Elle doit son existence à la généreuse collaboration des institutions suivantes : le gouvernement du Québec, la Ville de Montréal, la Ligue antituberculeuse et de santé publique de Montréal et la compagnie Métropolitaine.

12On peut se demander ce qui a motivé la Faculté de médecine à s’impliquer directement dans la formation spécialisée des infirmières à cette époque. On en trouve la réponse dans le prospectus de l’Université de Montréal intitulé Cours de perfectionnement pour les gardes-malades paru en 1924. Les spécialistes médicaux, chirurgiens, internistes ou hygiénistes demandent des infirmières spécialisées pour les assister. Or, dans les programmes de formation dispensés par les hôpitaux, l’enseignement est jugé insuffisant à cet égard. La Faculté de médecine entend intervenir pour combler ce besoin.

13Dès sa fondation, l’École collabore étroitement avec le Service de santé de la ville de Montréal, accueillant ses infirmières visiteuses aux cours de puériculture. Le programme des études, d’une durée de neuf mois, comprenait une partie théorique et une partie pratique. La partie théorique comptait trois groupes de matières. Le premier groupe portait sur les sciences fondamentales comme l’épidémiologie et les statistiques démographiques, la bactériologie, la nutrition, les principes du nursing en hygiène publique, la législation sanitaire. Le deuxième groupe portait sur ce qu’il était convenu d’appeler l’hygiène appliquée comme l’hygiène prénatale, l’hygiène du nourrisson, l’hygiène scolaire, etc. Cet enseignement était donné par des médecins professeurs à la Faculté de médecine, un dentiste et un ingénieur sanitaire. Enfin, le troisième groupe rassemblait des matières en rapport avec les sciences sociales essentiellement appliquées, comme la psychologie, la sociologie, l’économie, le service social, le civisme, etc., dispensées par des professeurs d’autres facultés. La formation pratique, qui se donnait au centre de démonstration, était assurée par des infirmières sous la direction d’Edith Belle Hurley qui était détentrice d’une maîtrise en tant qu’infirmière hygiéniste de la Columbia University, New York.

14À partir de 1929, l’École va traverser plusieurs crises financières qui faillirent la faire disparaître et justifieront son rattachement administratif à la Faculté de médecine en 1939. Aux crises financières s’ajoutent des tiraillements internes provoqués par la recherche d’un plus grand degré d’autonomie des infirmières dans leur formation qui conduira J.-A. Baudouin, sur la recommandation de l’association des diplômées de l’École, à faire appel en 1940 à la doyenne de la Faculté des sciences infirmières de la Catholic University of America (Washington, DC), la révérende sœur Olivia Gowan, pour procéder à une évaluation externe. Celle-ci recommanda, entre autres, de confier la direction de l’École à une infirmière, ce qui fut fait comme on l’a mentionné plus haut. De plus, en 1941 elle prendra le nom d’École d’infirmières hygiénistes qu’elle a conservé lors de son intégration à l’École d’hygiène en 1949 et jusqu’à son rattachement définitif à la Faculté des sciences infirmières en 1964. Il faut noter que le contenu de l’enseignement n’a pas fondamentalement changé au cours des trois phases qu’a traversées l’École de 1925 à 1964 comme le montre le Tableau 2.2 au chapitre 2 sur l’École d’hygiène.

***

15Le programme de formation des médecins hygiénistes ne sera vraiment performant que pendant les 10 premières années, ne réussissant à former que 23 candidats pendant cette période. Le manque de ressources professorales, J.-A. Baudouin ayant été à partir de 1917 le seul hygiéniste salarié de l’Université et ce, à temps partiel jusqu’à 1931, avant de devenir titulaire à plein temps de la chaire d’hygiène et, vraisemblablement, le manque de volonté ferme de la part de la Faculté peut expliquer cela. On peut aussi trouver des éléments d’explication dans le contexte nord-américain de la première moitié du siècle. En effet, les cliniciens qui dominaient dans les écoles de médecine ne manifestaient que très peu d’intérêt pour l’hygiène et la médecine préventive qu’ils abandonnaient volontiers aux hygiénistes. On assiste à partir de 1918, avec la fondation de la Johns Hopkins School of Public Health à l’Université de Baltimore, la première école de santé publique ayant rang de faculté au même titre que la médecine, au début de l’expansion de ces écoles aux États-Unis et aussi au Canada avec la fondation de l’École d’hygiène de l’Université de Toronto en 1925. L’Université de Montréal suivra ce courant en fondant son école d’hygiène en 1945.

16Par contre, le programme de formation des infirmières hygiénistes a été beaucoup plus performant en termes de nombre de diplômées et aussi par l’implication des dirigeants et des enseignants. J.-A. Baudouin, qui en a été le directeur pendant 16 ans, en avait fait véritablement son œuvre. Ses successeurs, Mmes Girard et Charbonneau, ont aussi fait leur marque. Il faut aussi mentionner la participation active de l’association des diplômées. Autant d’éléments qui témoignent du dynamisme de ce programme.

Table des illustrations

Légende Joseph-Albert Baudouin (1875-1962) est né à Farnham dans les Cantons de l’Est. Après des études classiques au Collège de Montréal, il s’inscrit à la succursale de Montréal de la Faculté de médecine de l’Université Laval en 1896 dont il obtient un doctorat en 1900. Après avoir exercé la médecine générale pendant quelques années, il commence en 1909 une carrière d’hygiéniste au service de santé de la ville de Lachine. En 1911, il s’inscrit dans la première promotion du cours d’hygiène pratique de la Faculté de médecine.En 1921-1922, il ira compléter sa formation en hygiène par un stage à l’Université Johns Hopkins.En 1938, l’Université de Montréal lui décerne un doctorat en sciences sociales.En 1917, il commence une carrière d’enseignant de l’hygiène à la Faculté de médecine et dans d’autres facultés qu’il poursuivra jusqu’à 1950.Il est le directeur-fondateur de l’École d’hygiène sociale appliquée, poste qu’il occupera de 1925 à 1941.
URL http://books.openedition.org/pum/docannexe/image/14512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteur

Diplômé en médecine. Il détient une maîtrise en administration hospitalière de l’Université de Montréal et un certificat de spécialiste en santé publique du Collège des médecins du Québec. Il a été le premier directeur du Département de médecine sociale et préventive de l’Université de Montréal de 1973 à 1981. À la retraite depuis 1997, avec le titre de professeur émérite, il poursuit des recherches sur l’histoire de la santé publique au Québec, entreprises depuis le début des années 1980.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter