Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enseignement et recherche en santé publique

 | 
Benoît Gaumer
, 
Georges Desrosiers
, 
Jean-Claude Dionne

Introduction

Benoît Gaumer

Texte intégral

C’est entendu, on ne comprend l’état présent d’une société qu’en remontant à son passé. Fernand Dumont, Genèse de la société québécoise, p. 9.

1Au début du XXe siècle, les trois facultés de médecine de la province de Québec mettent en place des enseignements spécialisés en hygiène pour les médecins qu’elles forment. À la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, le cours est offert pour la première fois en 1911. Près d’un siècle plus tard, cette même Faculté peut se targuer de posséder un secteur d’enseignement et de recherche en santé publique, pas seulement ouvert aux médecins, mais à tous les professionnels de santé, fort dynamique et souvent envié. Les trois composantes les plus anciennes de ce secteur fêtent ou ont fêté en 2005-2006 la naissance de leur organisation : 35 ans pour le Département de médecine sociale et médecine préventive, 50 ans pour le Département d’administration de la santé, 60 ans pour le Département de santé environnementale et santé au travail.

2Par deux fois, au cours de ces toutes dernières années, ce secteur s’est fortement structuré autour d’un vice-décanat, regroupant également ses autres composantes, le Groupe de recherche interdisciplinaire en santé, l’Unité de santé internationale et le Doctorat en santé publique. De l’hygiène publique du début du XXe siècle à la santé publique du XXIe, les concepts et les pratiques ont beaucoup changé dans ce domaine. Il en est de même des formes institutionnelles qu’ont pu prendre l’enseignement spécialisé et la recherche dans cette discipline tout au long du dernier siècle.

3À l’intérieur de l’Université de Montréal, sa Faculté de médecine n’a pas toujours eu et n’a toujours pas le monopole de cet enseignement et de cette recherche, même si elle en représente la composante principale la plus visible. À deux reprises l’Université de Montréal a jugé bon de constituer deux écoles affiliées pour concrétiser ces missions, indépendantes de sa Faculté de médecine : l’École d’hygiène sociale appliquée de 1911 à 1949 et l’École d’hygiène de 1946 à 1970. D’autres facultés, comme celle des sciences infirmières, ou de groupes de recherche, comme le Groupe de recherche sur les aspects sociaux de la prévention (GRASP), interviennent, parfois déjà depuis longtemps, dans ce champ de la santé publique, mais l’histoire de leur organisation ne sera pas abordée, avec seulement des références à leur contribution au développement de ce champ disciplinaire. Ce livre est d’abord une histoire organisationnelle de l’enseignement et de la recherche en santé publique à l’Université de Montréal autour de sa Faculté de médecine.

4L’institutionnalisation de ces deux missions et leur implantation locale sont inséparables cependant du contexte sociétal dans lequel elles s’enracinent : québécois, canadien et nord-américain d’abord, mais aussi international. De 1911 à 2006, continuité et rupture se mêlent inextricablement dans l’exercice de ces deux missions, l’enseignement ayant longtemps prédominé sur la recherche.

5De même, déterminants internes à cette institutionnalisation et déterminants externes à celle-ci se superposent, s’entrecroisent, se renforcent parfois, se combattent trop souvent pour expliquer son développement, tout au long de cette histoire quasi centenaire. Ces déterminants sont soigneusement analysés, accordant une place centrale aux hommes et aux femmes qui ont contribué à la vie de cette institution aux multiples facettes, qu’il s’agisse des enseignants, des chercheurs, des administrateurs, des acteurs politiques, mais aussi des étudiants justifiant son existence.

Auteur

Diplômé en médecine et titulaire d’un doctorat en sciences humaines appliquées (histoire) de l’Université de Montréal. Professeur associé au Département d’administration de la santé de l’Université de Montréal, il s’intéresse à l’histoire de la santé publique et du système de santé du Québec et de la Tunisie. Bénéficiaire d’une subvention du Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada, il développe présentement une histoire du système de santé du Québec à la période contemporaine.

© Presses de l’Université de Montréal, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter