Version classiqueVersion mobile

L’intervention en santé mentale

 | 
Claude Villeneuve

Conclusion

Texte intégral

1La psychothérapie demeure un outil de base et une composante essentielle du traitement des problèmes émotionnels. La composante humaine, intrinsèque à la psychothérapie, n’a jamais été aussi importante pour contrecarrer certains effets nocifs des traitements actuels. Toutefois, les approches individuelles, qu’elles soient d’orientation biologique ou psychosociale, qu’elles mettent tantôt l’accent sur la médication, tantôt sur des interventions spécialisées, ont parfois tendance à morceler l’individu et à négliger son environnement humain. Ce phénomène peut se traduire en institution par une absence de pratique psychothérapeutique ou par des psychothérapies pointues alors qu’en cabinet privé domine souvent la psychothérapie traditionnelle qui rejoint un nombre restreint d’individus.

2On ne peut réfléchir à la psychothérapie et faire abstraction de la société dans laquelle elle se pratique. Les mutations sociales forcent le psychothérapeute à modifier constamment ses interventions. Au seuil du XXe siècle, le contexte socioéconomique, les progrès technoscientifiques et le changement profond des mentalités font entrer la psychothérapie dans un univers nouveau dont les paramètres demeurent encore inconnus. Un des défis pour les psychothérapeutes est de trouver des moyens de répondre aux besoins que les approches individuelles ne peuvent pas toujours combler.

3La psychothérapie doit être renouvelée. Une plus grande implication des aidants naturels peut être une réponse parmi d’autres aux conséquences d’une société hiérarchisée et professionnalisée qui, de multiples façons, rend impuissants l’individu, la famille et la communauté. Les interventions familiales ou conjointes s’inscrivent ainsi dans une recherche de solutions face à la situation créée par la déshumanisation et la dépersonnalisation des soins. Le travail centré sur la famille peut apporter un peu de cohésion à certains individus atomisés aux prises avec des malaises que la psychothérapie individuelle ne peut guère juguler. L’intervention familiale, par sa nature interpersonnelle, mise précisément sur la solidarité et l’entraide dans l’entourage du patient. Utilisée comme complément aux approches individuelles, cette modalité s’applique à une multitude de situations cliniques et augmente ainsi la diversité en psychothérapie.

4L’intervention familiale systémique peut être effectuée par des praticiens provenant de diverses disciplines et travaillant à divers paliers de la distribution des soins. Cette intervention s’applique particulièrement bien aux soins de première ligne. La demande sur ce plan est croissante et, pour y répondre, des approches collectives de nature familiale, groupale ou communautaire sont nécessaires. Les soins de première ligne nécessitent des interventions simples, variées et sont facilités par l’implication optimale des aidants naturels.

5Le travail familial n’engendre pas de difficultés majeures pour le praticien de première ligne car ce travail n’est pas en rupture avec les approches traditionnelles. Par ailleurs, en tant que modèle ouvert, le modèle interpersonnel-systémique qui sous-tend le travail familial, facilite l’utilisation de diverses orientations thérapeutiques, chacune étant conceptualisée comme un niveau spécifique de compréhension et d’intervention. Ce modèle peut être utilisé sans que le clinicien ait à suivre une formation de longue durée. Ceci ne signifie pas pour autant que des spécialistes en thérapie familiale ne soient pas nécessaires. De par sa complexité, cette pratique requiert des cliniciens qui y consacrent temps et énergie pour y apporter des éléments théoriques et pratiques novateurs qui feront avancer les connaissances.

6Cette tentative de modélisation de l’implication de l’entourage du patient dans les soins peut toutefois susciter beaucoup de questions. Il nous apparaît nécessaire de mettre l’accent sur des pratiques cliniques basées sur le bon sens et le concret. D’un côté, les proches sont conviés à jouer un rôle plus actif dans le traitement, ce qui implique un changement d’attitude de leur part. De l’autre, le clinicien doit apprendre à partager davantage la prise en charge et la responsabilité du traitement avec le patient et ses proches et les inciter à se prendre en main. Ce retour aux sources ne peut se faire sans un changement des mentalités. Le réflexe de remettre ses problèmes à tout prix dans les mains d’un expert est parfois bien ancré dans nos mœurs et provoque un cercle vicieux qui conduit fatalement à un manque de ressources et à l’engorgement des services.

7Le travail avec les proches n’attire pas tous les psychothérapeutes car il peut ne pas paraître excitant. Dans cette modalité d’intervention, la condition humaine est toutefois abordée avec réalisme. Ce travail est plein d’imprévus et d’émerveillement. Lorsque le patient et sa famille retrouvent un peu de tranquillité, la tâche est très gratifiante pour le praticien, en particulier pour celui qui est à la recherche de nouvelles expériences thérapeutiques.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search