Desktop versionMobile version

L’intervention en santé mentale

 | 
Claude Villeneuve

Troisième partie. Les applications cliniques

Chapitre 6. L’entretien familial initial

Full text

1L’entretien familial initial est un élément essentiel de l’application clinique de la systémique et probablement sa composante la plus durable. Cette rencontre est un moment privilégié avec le patient et son entourage, une façon d’évaluer la famille, et elle procure un lieu et un temps propices à l’expression de chacun de ses membres. L’entretien initial peut être conceptualisé comme un cadre organisateur qui permet au clinicien d’ancrer le problème dans le milieu naturel où il s’est généralement développé, favorisant ainsi une compréhension plus globale de ce problème. Au carrefour de l’évaluation et du traitement, l’entretien familial permet l’exploration et parfois la résolution de certains problèmes et peut favoriser la croissance personnelle et familiale.

2Pour certaines familles, cependant, l’invitation à un entretien faite à toutes les personnes vivant sous le même toit équivaut à un verdict de culpabilité. Les membres de la famille peuvent alors penser que leur compétence est mise en doute. À cette fin, « entretien familial » convient mieux que « évaluation familiale ». Le terme « évaluation » a souvent pour les familles une connotation négative, alors que « entretien » ou « consultation » sont mieux acceptés. D’entrée de jeu, il est important de souligner que l’entretien familial n’est pas une pratique qui se démarque de l’ensemble du traitement auquel le patient est soumis. Cet entretien tend plutôt à intégrer les diverses composantes de ce traitement à l’optique interpersonnelle-systémique. Nous allons maintenant aborder divers paramètres de l’entretien familial.

La pertinence d’un entretien avec la famille

3Nous n’insisterons jamais trop sur l’importance de prendre le temps de rencontrer la famille, quels que soient l’âge du membre adressé et sa problématique, pour mieux comprendre l’ensemble de la situation et la nature de la souffrance. Lorsqu’il y a une demande d’aide pour un individu, il faut considérer qu’il y a aussi généralement une souffrance dans son entourage. L’entretien familial, par ailleurs, donne des indices précieux sur le fonctionnement familial et sa souplesse, données utiles à l’élaboration du plan de traitement. L’entretien familial met parfois en évidence des problématiques individuelles que les entretiens faits uniquement avec le sujet adressé seul peuvent moins bien cerner, en particulier, lorsque ce dernier s’exprime difficilement ou lorsque ses problèmes sont davantage ancrés dans l’interpersonnel.

4Le problème présenté peut prendre une allure tout à fait imprévue lorsqu’on rencontre le sujet avec son entourage. Des aspects plus sains de sa personnalité sont assez fréquemment mis en évidence. Lorsqu’un enfant est adressé, la présence de tous les membres de la famille peut ainsi contribuer à diminuer sa stigmatisation et avoir un effet préventif sur la fratrie en permettant la détection précoce de problèmes. En replaçant le problème dans son contexte, les symptômes apparaissent parfois comme une adaptation à un milieu pathogène. Maintes fois, j’ai entendu des commentaires allant dans ce sens de la part de cliniciens lorsqu’ils observent un entretien familial derrière un miroir sans tain. En voici une illustration.

5Famille U. Renée, 11 ans, est l’aînée de deux filles qui vivent en garde partagée avec les deux parents. Cette préadolescente a été adressée par son père en raison de comportements d’opposition lorsqu’elle est chez lui, alors qu’elle fonctionne bien à l’école et chez sa mère. Par ailleurs, le père est traité en psychiatrie. Il a fait deux accès psychotiques au cours des dernières années avec arrêt de travail prolongé et une perte importante de fonctionnement. Monsieur U habite depuis trois ans avec une femme séparée qui a la garde de sa propre fille de 16 ans. Cette femme occupe tout l’espace parental et exerce un contrôle exagéré sur la famille. Elle se montre très critique envers Renée et sa sœur et ces dernières sont soumises à ses caprices de même qu’à ceux de leur demi-sœur. Renée défie sa belle-mère qui la punit sévèrement. Il devient évident que les comportements d’opposition de la « patiente » sont une réaction adéquate à une situation familiale intolérable.

6On peut penser que l’évaluation individuelle de cette préadolescente et qu’une rencontre avec son père et sa conjointe auraient été suffisantes pour cerner sa problématique. Cependant, l’entretien familial a permis de saisir cette problématique dans toute sa complexité, et entre autres de constater la contribution de chacun des membres de la famille à la rébellion de Renée en plus de mieux ressentir la souffrance du père, coincé entre sa fille et sa conjointe, et son incapacité d’assumer son rôle de protection auprès de ses enfants.

7Le système familial est bloqué et refermé sur lui-même. Les gestes d’opposition de Renée apparaissent alors comme une tentative tout à fait logique de réouvrir le système et d’exprimer la souffrance de la famille. L’entretien a aussi permis au clinicien de réinterpréter les attitudes de la belle-mère à la lumière de ses difficultés passées et de la lourdeur de sa tâche parentale actuelle, compte tenu de la maladie du père. Tout en relevant les conséquences négatives des comportements de la belle-mère, le clinicien a pu toutefois en valider certaines motivations sous-jacentes. La coopération de toutes les personnes présentes a été ainsi acquise, ce qui aurait été plus difficile à obtenir dans une approche conventionnelle de recueil d’informations auprès du père, sans voir toute la famille. En amorçant un travail familial, le clinicien a fait confiance aux capacités de ce système de modifier la situation problématique plutôt que d’intervenir séparément avec Renée d’une part et les parents d’autre part.

8Dans le cas d’un sujet adulte, l’entretien familial se révèle d’une grande importance, entre autres lors d’hospitalisations de courte durée ou de jour. La rencontre avec la famille du patient hospitalisé contribue à faire ressortir les ressources de la famille et à responsabiliser ses membres en les impliquant de façon concrète dans le traitement. On sait que leur coopération est essentielle car elle peut faciliter le traitement plutôt que d’empêcher que ce traitement produise l’effet escompté. Les modalités thérapeutiques utilisées au cours de l’hospitalisation sont d’autant plus adaptées à la réalité du patient que sa famille est mobilisée et qu’elle y apporte sa contribution.

9Dans d’autres situations où une équipe soignante est également impliquée, par exemple pour les soins d’un adolescent placé en institution, il y a beaucoup d’avantages à ce que tous les membres de cette équipe assistent à l’entretien familial. Comme les équipes soignantes utilisent assez rarement l’entretien familial de façon systématique, elles peuvent alors reproduire avec le sujet les mêmes échanges pathologiques qui existent entre ce dernier et sa famille. Ce travail avec la famille ne nécessite pourtant pas d’expertise en thérapie familiale. Par ailleurs, les équipes soignantes se présentent souvent comme de bons parents par rapport à la famille perçue comme inadéquate. Une rencontre avec la famille peut contribuer à éviter cette polarisation.

Les modalités de l’entretien

10En transcendant les modes et les courants qui ont influencé le mouvement de la thérapie familiale, l’entretien doit convenir au clinicien qui a peu de temps à allouer à chaque patient ou qui n’a pas d’intérêt particulier pour la thérapie familiale. Tout soignant devrait pouvoir faire des entretiens familiaux et en tirer profit quelle que soit son orientation théorique ou son type de pratique. Par ailleurs, certains cliniciens sont convaincus des bienfaits d’un entretien avec la famille mais se considèrent mieux aguerris pour les rencontres individuelles. Ils ne savent guère comment s’y prendre avec la famille et se sentent mal à l’aise, d’autant plus que l’entretien se fait souvent dans un contexte de tension familiale et parfois même d’hostilité entre les membres.

11La rencontre doit se dérouler de façon à éviter que les membres de la famille se retrouvent dans une situation non voulue de leur part. Si les proches n’ont aucune idée de ce qui va se passer, ils peuvent avoir peur d’être jugés, de s’exposer ou d’avoir à tout révéler sur eux-mêmes ou sur la famille. À cette fin, le clinicien doit expliquer à la personne qui est contactée pour le rendez-vous et au début de l’entretien à tous les individus concernés que la rencontre a pour but de mieux comprendre le problème présenté et de connaître l’opinion de chacun sur ce qui peut être fait pour améliorer la situation. De plus, si la famille connaît les règles régissant le déroulement de l’entretien, l’appréhension de la famille diminue généralement. Ces préalables étant explicités, l’entretien a plus de chances d’être thérapeutique et, s’il y a lieu, l’implication de la famille dans le traitement en sera facilitée.

12Pour être adapté aux besoins de la famille et à ceux du praticien, l’entretien ne doit pas se faire selon un cadre préétabli, mais il doit se construire avec la famille. Son déroulement doit être flexible car il peut varier beaucoup selon les cas. La façon de mener un entretien familial reflète un processus de décisions très complexe relié à une foule de données concernant le client, sa famille, le thérapeute et son orientation théorique. L’entretien sera très différent dans la mesure où il s’agit, par exemple, d’un problème de non-compliance au traitement chez un patient souffrant de schizophrénie, d’un trouble fonctionnel chez un enfant ou d’un entretien qui a lieu dans le cadre d’une consultation auprès de familles dont l’un des leurs est atteint d’une maladie physique à évolution chronique. Dans ce dernier cas, l’accent sera plutôt mis sur les aspects psychosociaux reliés à la chronicité, lesquels peuvent être analysés en fonction de l’évolution du problème et des conditions qui peuvent changer.

13Le clinicien doit faire preuve d’une grande souplesse, même en ce qui concerne la durée de l’entretien. La rencontre peut facilement déborder l’heure. Le clinicien mise, entre autres, sur les forces de la famille en faisant ressortir ses ressources. Il s’agit de voir le côté positif de la famille et de chacun de ses membres, ce qui mène à la validation de l’expérience passée et actuelle. Si la compétence des membres de la famille est reconnue, l’instauration d’un climat de confiance et le développement d’une relation de coopération avec eux seront ainsi facilités. À cette fin, plutôt que de mettre l’accent au début de l’entretien sur le problème présenté comme le prône le modèle médical traditionnel, certains cliniciens questionnent d’abord les membres sur leurs qualités personnelles et sur les compétences de la famille. Cette démarche diminue la culpabilité, la démoralisation et les blâmes qui accompagnent souvent la demande d’aide. La manœuvre est particulièrement bénéfique pour l’enfant adressé qui s’attend à être désigné comme la source du problème et à être puni.

14Le praticien pense aussi en termes du symptôme présenté et en aborde la question au cours de l’entretien. Cette procédure facilite la tâche car les attentes de la famille se situent généralement sur ce plan. Les échanges se font alors surtout entre la famille et le praticien. Dans un deuxième temps, comme le rapportent Napier et Whitaker (1978), l’intervieweur peut replacer les échanges sur le plan interpersonnel-intrafamilial, ce qui permet d’observer la famille au naturel. Les membres se révèlent alors mieux que lorsqu’ils donnent la « version officielle » du problème et du fonctionnement de la famille. Ainsi, lorsqu’il y a présence d’enfants, il est utile de demander à la famille de faire une tâche, telle que dessiner, faire la sculpturation de la famille ou encore discuter d’une sortie que la famille pourrait éventuellement faire au cours d’un week-end (Villeneuve et Bérubé, 1994).

15Il est parfois nécessaire d’avoir recours à plus d’un entretien exploratoire, ce qui permet au clinicien d’étayer davantage sa compréhension et ses hypothèses, et d’éviter ainsi certaines erreurs. Il peut lui arriver de se tromper et de ne le constater qu’au cours d’un deuxième entretien. Par exemple, dans un premier temps, le clinicien a saisi la souffrance d’une mère qui devait travailler dur pour subvenir seule aux besoins de ses trois enfants. Entraîné dans sa souffrance, il n’avait pas perçu qu’elle utilisait sa misère pour contrôler et paralyser son fils aîné. Ce mécanisme devint plus évident au cours du deuxième entretien. La mère ne ratait aucune occasion de culpabiliser cet enfant en reliant, entre autres, les problèmes amoureux qu’elle vivait aux difficultés scolaires de son fils. Par ailleurs, à chaque fois que ce fils parlait de prendre ses distances avec elle, elle lui coupait la parole et se mettait à parler de ses propres difficultés.

16Les entretiens peuvent donc se prolonger durant plusieurs semaines car le coup d’éclat initial peut ne pas suffire, il faut que la famille prenne une partie du traitement en charge (De Clercq, 1988). La réponse des membres clefs de la famille peut être positive ou teintée d’indifférence ou encore faire surgir des mécanismes de défense comme le déni. Le travail de prise de conscience est souvent lent car le psychisme des participants doit être mobilisé.

17Pour s’assurer de la présence de tous les membres de la famille à l’entretien, il est important de rencontrer la famille rapidement. L’anxiété reliée à la présence du symptôme, et qui motive la demande d’aide, diminue en effet rapidement après le premier contact du sujet avec les soignants. À cet égard, quand il s’agit d’enfants présentant des troubles d’ordre fonctionnel, certaines cliniciens préfèrent rencontrer d’abord la famille au complet avant de rencontrer l’enfant seul. Il est d’ailleurs parfois difficile de déterminer qui est le patient sans avoir vu toute la famille. Il arrive que le patient identifié par la famille ne soit pas le membre le plus perturbé. Le cas de Renée décrit plus haut en est un bel exemple. Une sœur cadette, idéalisée par ses parents et a priori sans problème, est parfois plus en souffrance que son frère pour lequel on consulte et qui reçoit beaucoup d’attention parce qu’il est dans l’agir.

18Les enfants de parents séparés sont généralement vus avec le parent qui en a la garde. Il arrive souvent qu’un entretien avec l’autre parent soit également très utile, voire nécessaire. En revanche, il est habituellement contre-indiqué de rencontrer conjointement les parents séparés en présence de leurs enfants. L’apparente coopération de ces parents pourrait semer la confusion chez les jeunes enfants.

Les attitudes du praticien

19L’entretien doit être dynamique et aller au-delà de l’anamnèse et d’un simple rassemblement de faits. À cette fin, la position du clinicien se définit selon deux axes (Minuchin, 1974). D’une part, le clinicien observe ce qui se passe et se fait une idée des individus et particulièrement des caractéristiques du système. D’autre part, il sonde le système familial en provoquant des échanges qui lui permettent de vérifier certaines hypothèses et la capacité du système à changer. Le clinicien évalue ainsi sur quel plan du système relationnel du patient il sera le plus utile et le plus facile d’intervenir pour permettre à ce patient et à son entourage de retrouver, s’il y a lieu, un fonctionnement plus approprié.

20Pour amorcer un travail selon ces deux axes, les attitudes du clinicien sont importantes. Il doit à la fois montrer force et empathie. D’une part, il fait preuve d’une certaine force en mettant en place une structure souple, si possible imperceptible, pour donner une direction à l’entretien. À cette fin, il pose, tel qu’il est mentionné au chapitre 3, les conditions nécessaires au développement du processus thérapeutique. En revanche, la neutralité bienveillante de l’analyste ou l’équidistance du systémiste puriste n’étant généralement pas appropriées aux entretiens familiaux, il peut employer ce que Boszormenyi-Nagy (Boszormenyi-Nagy et Framo, 1965) appelle la « partialité multidirectionnelle » ou « partialité alternante ». Le clinicien s’efforce de comprendre la perspective de chacun sans prendre parti et sans se laisser prendre dans les triangulations du système. Il peut toutefois récuser au besoin certains actes répréhensibles en montrant que les voies choisies ne mènent qu’à la répétition de solutions perdantes, tout en faisant ressortir les motivations profondes des personnes en cause.

21D’autre part, l’entretien est un lieu où l’empathie doit prédominer. L’empathie du thérapeute est un élément essentiel pour reconstruire l’empathie de la famille et permettre la remobilisation de ses membres en quête d’un nouvel équilibre. Pour y parvenir, le clinicien doit s’impliquer d’une façon significative avec chacun des membres en s’efforçant d’atteindre leur expérience individuelle et leur souffrance. Il utilise sa propre sensibilité, quitte à s’exposer lui-même aux sentiments douloureux de la famille (Elkaïm, 1989). Le clinicien empathique tient compte du fait que la famille en détresse et lui-même partagent la même fragilité. Il fait ainsi preuve d’humilité à l’égard de la souffrance humaine. Il doit être capable, cependant, de prendre ses distances et ne pas se laisser envahir par l’impuissance qui peut émerger de la famille. On peut ajouter en passant que l’empathie du psychothérapeute, quelle que soit son orientation thérapeutique, est reliée à des résultats positifs dans un grand nombre de recherches sur la psychothérapie (voir Beutler et al., 1994). Dans le schème interpersonnel-systémique, l’empathie peut être conçue comme une fenêtre d’observation permettant d’atteindre l’intersubjectivité de la famille et l’imaginaire de ses membres. Créer un climat d’empathie, c’est-à-dire voir le monde à travers les yeux de l’autre, favorise les échanges intrafamiliaux et atténue les divergences.

22Une méthode des plus efficaces qu’utilise le thérapeute consiste à faire ressortir en famille les efforts de chacun des participants à l’égard des autres membres de la famille et pour résoudre le problème. C’est un point fort de l’entretien familial et aucune autre approche thérapeutique ne peut y parvenir aussi bien. Si les participants sortent de l’entretien avec le sentiment d’avoir été compris et mieux informés sur le fonctionnement familial et leur vécu respectif, on peut alors dire que la rencontre a été fructueuse. Les proches pourront éventuellement mieux décoder le message transmis par le symptôme, tel que la souffrance de l’adolescent qui s’exprime par de l’opposition ou des actes délinquants, ou encore la détresse du vieillard qui se manifeste par des somatisations. Par ailleurs, il est parfois utile de définir le symptôme en termes de difficultés pour la famille ou pour le patient de passer d’une phase de développement à une autre (Carter et McGoldrick, 1989). Ce modèle permet d’éviter les affrontements entourant le fonctionnement actuel de la famille et de normaliser une situation conflictuelle.

23Montrer à la famille qu’il y a de l’espoir est également un élément important de l’entretien initial. L’apparition de changements au cours de l’entrevue, même s’ils sont transitoires, peut convaincre la famille que les relations familiales peuvent s’améliorer. Le pessimisme et le scepticisme font alors place à l’espoir, ce qui motive les participants à revenir pour discuter entre eux. Ce phénomène se produit, par exemple, lorsque deux proches qui ne se parlent pas depuis longtemps ont un échange affectif significatif. Diverses méthodes et techniques peuvent être utilisées au cours du premier entretien pour faire ressortir les dynamiques familiales et sonder le système.

Le recadrage

24L’utilisation du recadrage au cours des premiers entretiens est une façon de sonder le système. Cette technique tire ses origines de l’approche stratégique de Palo Alto (Watzlawick et al., 1967). Le recadrage est une quête de sens propre à l’humain et à sa nature profonde d’être curieux et anxieux. L’entretien est alors perçu comme une pragmatique du sens. Le clinicien s’efforce de donner un sens à la souffrance pour l’humaniser et la sortir d’une vision parfois désespérée. À cette fin, il peut amorcer dès le premier entretien une ébauche de compréhension des liens entre un symptôme donné et le vécu individuel et familial.

25Permettre l’élaboration du passé de l’individu symptomatique à travers les avatars de l’histoire familiale favorise une reconstruction empathique du développement de certains problèmes. Des liens apparaissent et des symptômes jusque-là incompréhensibles deviennent logiques et plus abordables. Il est intéressant de noter que cette quête de sens en relation avec le passé individuel et familial peut être faite dans un contexte systémique par tout clinicien, quelle que soit son orientation théorique. Nous avons un bel exemple de recadrage au chapitre 8 où il est question du bilan de vie chez la personne âgée.

26Il faut également noter l’apport du génogramme, une carte des relations familiales qui s’échelonne habituellement sur trois générations et qui permet de recadrer en faisant aussi des liens entre le passé et le présent (McGoldrick et Gerson, 1990). Cette représentation graphique permet de visualiser le système familial. Un thème qui paraît central dans la problématique présentée peut être abordé et amplifié au moyen du génogramme. Dans une perspective tridimensionnelle, on explore le symptôme en le reliant aux conflits familiaux sous-jacents, à l’histoire des parents et aux étapes de vie. Les distorsions dans la généalogie apparaissent souvent plus rapidement et plus clairement au cours des entretiens familiaux qu’au cours d’entretiens individuels.

27Le clinicien doit cependant s’ajuster aux réactions provoquées dans la famille par le recadrage. Dans les cas de psychopathologies lourdes, le recadrage doit être fait avec beaucoup de circonspection. Certaines écoles de thérapie familiale ont du reste tendance à mettre rapidement de côté le problème présenté en le recadrant sur le plan systémique. Par exemple, le clinicien peut sans préambule déclarer à la famille que le comportement de l’enfant démontre qu’il a pour mission de sauver le mariage des parents. Il en est de même pour d’autres énoncés se rapportant à la connotation positive. Bien que ces « recadrages » puissent être logiques et fondés, ils ne sont souvent pas acceptés par la famille et peuvent nuire à l’établissement de l’alliance. Certaines de ces interprétations ont causé beaucoup de tort à la crédibilité des thérapeutes familiaux. En cherchant trop le sens, on peut oublier le bon sens.

28Par ailleurs, lorsque le travail sur les relations familiales est escamoté en faveur d’une psychothérapie individuelle trop vite entreprise, on peut se retrouver dans des situations défavorables à la psychothérapie. L’intervention peut être amorcée sur un plan où la souffrance n’est pas très grande ou dans des cas où des contraintes familiales peuvent empêcher l’engagement du sujet en thérapie individuelle. Il peut s’ensuivre un arrêt prématuré ou une absence de travail psychothérapeutique proprement dit, bref, c’est l’échec de la psychothérapie.

29Finalement, recommander un travail familial tout de suite après l’évaluation individuelle du client sans avoir rencontré toute la famille comporte un risque élevé d’échec puisque les membres n’ont pas été suffisamment préparés ou ne sont pas convaincus de la nécessité de ce type d’intervention. Dans les cas où les proches ne sont pas conscients de leur influence négative sur le problème présenté, on ne peut s’attendre à ce qu’ils acceptent d’emblée une thérapie familiale ou conjointe. Il s’agit là d’un phénomène tout à fait naturel et fréquent que les cliniciens ne se donnent souvent pas la peine ou les moyens de surmonter. Dès que les proches signifient leur refus de participer à des entretiens, on acquiesce alors à leur refus en ne voyant que l’enfant et en suggérant une guidance pour la mère ou pour les deux parents. Le terme « thérapie familiale » ne doit pas être utilisé dans ces circonstances et l’emploi de moyens détournés peut être nécessaire pour amener la famille en traitement. C’est un point crucial en intervention familiale. Par exemple, si les parents sont invités avec leurs enfants à quelques entretiens et qu’on leur explique que leur participation et leur opinion sont essentielles pour comprendre le problème, ils acceptent généralement l’invitation. De son côté, le thérapeute pourra avoir comme objectif précis de sensibiliser davantage ces parents au vécu de l’enfant et de les amener progressivement à se remettre en question.

L’utilisation de mesures du fonctionnement familial

30L’entretien familial n’est pas une évaluation objective et systématique de la famille. Une telle évaluation ne peut être de toute façon exhaustive, les éléments aléatoires sont trop importants. Il existe cependant des instruments de mesure du fonctionnement familial sous forme d’échelles de cotation (voir Touliatos et al, 1990 pour une revue exhaustive du sujet) et de systèmes de cotation basés sur l’observation des interactions (voir Grotevant et Carlson, 1987). Une des échelles d’évaluation les plus fréquemment utilisées autant en clinique qu’en recherche est le faces iii, un questionnaire d’autoévaluation familiale (olson et al., 1985). cet instrument met l’accent sur la cohésion et sur l’adaptabilité, deux dimensions importantes du fonctionnement familial. Un autre instrument fréquemment employé est le modèle de McMaster (Epstein et al, 1978) qui fait ressortir six composantes du fonctionnement familial : la capacité de résoudre les problèmes, les communications, les rôles, l’investissement affectif, la sensibilité affective et le contrôle du comportement.

31Finalement, pour ceux qui utilisent la classification dsm, l’Échelle d’évaluation globale du fonctionnement relationnel (égfr) a été incluse dans le dsm iv (Appendice B ; American Psychiatric Association, 1996). Cette échelle décrit le contexte interpersonnel dans lequel le patient vit et permet ainsi de prêter attention à ses relations avec les personnes significatives de son entourage. L’égfr répond aux besoins d’un diagnostic interpersonnel-systémique et permet de sensibiliser le clinicien à la nécessité de considérer la famille même si l’accent est mis sur l’individu.

32Pour résumer, disons que l’occasion est belle pour le praticien d’utiliser les moments intenses de l’entretien initial pour mobiliser la souffrance et les forces vives de la famille et susciter l’espoir que ses membres ont souvent perdu. À cette fin, le problème doit être recadré de façon à ce qu’il soit perçu par la famille comme solvable et requérant une nouvelle forme de collaboration entre les membres. Cet entretien suscite généralement la motivation à un engagement dans l’intervention clinique quelles qu’en soient les modalités utilisées, individuelle, familiale ou de groupe. Bien que rien ne soit acquis dans le premier entretien, cette rencontre, lorsqu’elle n’est pas un simple recueil d’informations, est parfois suffisante pour débloquer le système familial et lui permettre de reprendre son cours.

© Presses de l’Université de Montréal, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.

Buy

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search